Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Médias

Réécoutez le dernier journal de

RCF Pays d’Aude

Image Hosted by ImageShack.us

  Curie Romaine
Liste des papes

Pape Liste des papes
Liste détaillée des papes
Liste des primats de l'Église copte orthodoxe
Liste des primats de l'Église apostolique arménienne

Cité du Vatican
http://www.vaticanstate.va/FR/homepage.htm

Vatican Site Officiel
http://www.vatican.va/phome_fr.htm
  Musées du Vatican
http://mv.vatican.va/StartNew_FR.html



http://imageshack.us/ 
* * * Dernières minutes . . . A F P . . .H2 News . . . La Croix . . .
http://imageshack.us/

http://news.google.fr/news?hl=fr&ned=fr&ie=UTF-8&q=site:eucharistiemisericor.free.fr&scoring=n
http://www.la-croix.com/afp.static/pages/index.religion.htm

 

 

 

 

 

 

     En direct
             de la
    Place Saint-Pierre
http://imageshack.us/ 
* * *  En direct de Rome  * * *


http://imageshack.us/
http://mediastream.vatican.va/mpeg4lan.sdp
http://www.sat2000.it/diretta/
http://www.oecumene.radiovaticana.org/fr1/index.asp
3
journaux en Français

        (8h15 - 13h - 18h)


http:///
http://www.tv-direct.fr/live_ktotv.php
http://www.lejourduseigneur.com/  

 Catholique TV
http://img410.imageshack.us/img410/81/tvcatholiquelyon.png
http://www.catholique.tv/

Gazettes & Sites Royaux

rois.jpg
 Ils sont tous là !
Ils nous regardent et nous racontent 14 siècles d'Histoire de France

 

26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 00:01

 

Le 26 novembre est le 330ejour de l'année

 

(331e en cas d'année bissextile) du calendrier grégorien

 

Il reste 35 jours avant la fin de l'année.

 

C'était le jour de la mâche, 6e jour du mois de Frimaire dans le calendrier républicain français.

 

Signe du zodiaque : 4e jour du Sagittaire.

Dictons 

« À la Sainte-Delphine mets ton manteau à pèlerine »  

Signification :
Fin novembre, il fait généralement froid et humide, il convient de se couvrir...

Célébrations 



Martyrologe pour le vingt-sixième jour de novembre

 

Listen_to


A Fabriano, dans l'Italie centrale, en 1267, saint Silvestre.

 

Ayant embrassé la vie monastique, il lui donna une nouvelle

 

impulsion et la Congrégation des Silvestrins puise dans la Règle de

 

saint Benoît l'esprit de son labeur apostolique.

 

 

L'an 311, le martyre de saint Pierre, évêque d'Alexandrie.

 

Il fut l'une des dernières victimes de la persécution romaine.

 

 

En 399, la naissance au ciel de saint Sirice, pape.

 

Pour affirmer la portée générale des décisions du pontife romain, il

 

inaugura les "lettres décrétales", envoyées à tous les évêques.

 

 

En 975, à Constance, en Allemagne, saint Conrad, évêque.

 

A une époque où les évêques étaient très mêlés aux affaires politiques,

 

il réussit à ne s'occuper que des intérêts de l'Église.

 

 

Sur les bords de la Mer Noire, en 998, saint Nikôn (Nikône), moine.

 

Il sillonnait les chemins en répétant sans cesse l'appel évangélique à la

 

conversion : "Métanoéïté" ("Faites pénitence"), d'où son surnom de

 

"Métanoïte"

 

 

L'an 1095, la mort du bienheureux Gontard, moine de Fontenelle puis

 

abbé de Jumièges.

 

 

A Rome, en 1751, saint Léonard de Port-Maurice, prêtre franciscain.

 

Qualifié de son vivant d' "apôtre de l'Italie", il propagea la dévotion du

 

Chemin de la Croix.

 

Très austère pour lui-même, il était plein de bonté pour les autres.

 

 

Et encore ailleurs, beaucoup d'autres saints et bienheureux.

Saints chrétiens 

Saint Innocent d'Irkoutsk Missionnaire en Sibérie (+ 1731)

Saint Innocent voulait convertir la Chine au christianisme lorsque l'empereur de Chine, en 1692, ouvrit son pays à l'Evangile.
Sous l'influence des pères jésuites, les missionnaires inculturèrent (*) l'Evangile dans les coutumes chinoises.
Quand les dominicains vinrent se joindre à eux, ils les critiquèrent comme faisant une dérive théologique que Rome condamna à trois reprises sous leur influence.
A la suite de quoi, l'empereur interdit le christianisme en 1717.
Saint Innocent pensa que c'était seulement les catholiques qui étaient ainsi expulsés.
Mais en fait c'était le christianisme.
Il dut rebrousser chemin lorsqu'il lui fut interdit d'entrer en Chine.
C'est ainsi qu'il devint l'apôtre de la Sibérie méridionale et le premier évêque d'Irkoutsk non loin du lac Baikal.

(*) dans le processus d’inculturation, «l’Église universelle elle-même s'enrichit d'expressions et de valeurs nouvelles dans les divers secteurs de la vie chrétienne, […]; elle connaît et exprime mieux le mystère du Christ, et elle est incitée à se renouveler constamment» (Note Doctrinale sur certains aspects de l'évangélisation

site du Vatican:
http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20071203_nota-evangelizzazione_fr.html

SAINT PIERRE
Évêque d'Alexandrie et Martyr
(310)

Saint Pierre d'Alexandrie nous est peu connu jusqu'à son élévation sur le siège épiscopal de cette ville. Son zèle pour la foi, à une époque de persécutions continuelles, l'obligea de fuir; mais il consola et fortifia les chrétiens dans les différentes contrées qu'il parcourut, et il n'oublia pas son cher troupeau. Par d'éloquentes lettres pastorales, il rappelait à ses brebis les grands devoirs de la vie chrétienne et la nécessité de la persévérance.

La paix ayant reparu, Pierre revint dans son église, où il fut bientôt dénoncé par l'hérétique Arius et jeté dans les fers. Il ne cessait, dans sa prison, d'encourager les nombreuses victimes enfermées avec lui, de prier et de chanter les louanges de Dieu. Un jour qu'il priait avec plus de ferveur, Notre-Seigneur lui apparut sous la forme d'un enfant tout éclatant de lumière, et vêtu d'une belle tunique blanche fendue de haut en bas, et il en tenait les bords comme pour cacher sa nudité. Pierre, saisi de frayeur, Lui dit: "Seigneur, qui Vous a mis dans cet état? — C'est Arius, répondit Jésus, qui a divisé Mon Église et M'a ravi une partie des âmes que J'ai rachetées de Mon sang."

L'évêque prémunit son clergé contre le traître et fut décapité peu de temps après.



Bienheureux Albert de Haigerloch (+ 1311)
De grande noblesse, les Hohenzollern, il préféra l'humilité et la pauvreté comme moine à Oberaltaich en Bavière. Il en sera le prieur et exercera même la charge de curé de la paroisse voisine.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Maison_de_Hohenzollern



Saint Alipe le stylite anachorète (+ v. 614)
Né vers 515, orphelin à 3 ans, élevé par l'évêque Théodore, puis nommé économe et diacre de l'Eglise d'Andrinople (en Turquie actuelle). Au bout de 30 ans de service, il décide de se retirer et passe 2 ans enfermé dans une cellule moniacale puis s'installe sur un colonne (stylite=ascète sur une colonne) à l'extérieur de la ville; sa réputation attire de nombreux disciples et il fonde 2 monastères, un d'hommes, un de femmes. Atteint de paralysie dans les jambes, il reste ensuite allongé sur le côté. Il vécut 99 ans, mort vers 614, pendant le règne d'Héraclius (610-641) empereur de Byzance.
À Adrianopolis en Paphlagonie, après 610, saint Alypius, diacre et stylite, qui mourut presque centenaire.

Autre biographie:
St-Alype le Stylite Originaire d’Hadrianopolis, en Bithynie (ancien royaume situé au nord-ouest de la Turquie actuelle). Devenu orphelin de son père à 3 ans, il est confié aux soins de l’évêque Théodore, qui se charge de son éducation, puis lui confie la charge d’économe avant de l’ordonner diacre. Mais vers l’âge de 30 ans, Alype décide de s’enfuir pour devenir moine. Il se rend donc jusqu’à un désert inhospitalier de l’extérieur de la ville et trouve dans les ruines d’un ancien mausolée une colonne qu’il aménage et sur laquelle il s’installe, demeurant perpétuellement debout. Sa mère, qui le soutient dans son projet, vient s’installer dans une tente plantée à la base de la colonne et bientôt de nombreux fidèles affluent pour consulter le saint sur divers sujets. Il possède notamment le don de prédire l’avenir et le pouvoir de guérison. Au bout de plus de cinquante ans en station verticale, il commence à souffrir d’une paralysie partielle des pieds. Il se couche alors sur le côté et demeure dans cette position jusqu’à la fin de sa vie, soit durant près de 14 ans (+ après 610) Saint-Alype est invoqué par les femmes souffrent de problèmes de stérilité.



Saint Amateur Evêque d'Autun, (3ème s.)
Evêque d'Autun, sa ville natale qui avait été évangélisée par saint Andoche et saint Bénigne. "Il recueillit la moisson qu'ils avaient déposée dans ces contrées, défricha des terres nouvelles et recula les limites de l'héritage de Jésus-Christ." P. Dinet.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9v%C3%AAques_d%27Autun



Saint Antoine Daveluy Avec 103 autres martyrs coréens (+ 1866)
19840506_103_martiri_coreani.jpg


voir Corée, implantation de l'Eglise sur le site Internet des Missions Etrangères de Paris.
http://128.mepasie.org/

"En 1866, après avoir vainement tenté de rencontrer le régent Térrongum, Mgr Daveluy, 43 ans, missionnaire originaire d'Amiens, retourne en province. Le 11 mars, dénoncé par un renégat nommé Yi Soni, il fut arrêté par la police avec le père Huin, 30 ans, de Langres, le père Aumaître, 25 ans, d'Angoulême, et deux laïcs coréens : Luc Hwang, 55 ans, de Suwon. Tous furent emprisonnés à Séoul et cruellement torturés. Quatre jours plus tard, ils furent condamnés à mort. Pour ne pas nuire à la préparation du mariage du roi Kojong, le gouvernement décida de les exécuter loin de la capitale, à Poryong. Ils quittèrent Séoul le 28 et, parvenus à Onyang, dînèrent puis adressèrent une homélie aux chrétiens du village et aux policiers, exaltant leur mort glorieuse. Le 30 mars, ils furent décapités à Kalmèmot, face à la mer."

Canonisé par Jean-Paul II le 6 MAI 1984 à Séoul (Corée) avec 103 Martyrs Coréens (photo site du Vatican)
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_19840506_103_martiri_coreani_photo.html

dont saint André Kim.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints_1884.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_Daveluy



Saint Basle (+ 620)
Originaire de Limoges, nous le retrouvons quelques années plus tard à Reims où il vient pèleriner auprès de saint Remi. Et c'est là qu'il va entrer au monastère de Verzy, vivant dans le jeûne, la prière et la contemplation jusqu'au jour où le Seigneur l'appela près de lui.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Basle



Saint Bellino évêque de Padoue et martyr (+ v. 1147)
Dans la forêt près de Fratta, sur le territoire de Rovigo en Vénétie, l’an 1147, la passion de saint Bellin, évêque de Padoue et martyr. Défenseur éminent de l’Église, il fut arrêté cruellement en chemin par des assassins à gage et succomba à ses nombreuses blessures.



Saint Conrad de Constance Evêque de Constance (+ 975)
579px-Konrad_Kupferscheibe.jpg

Plaque dorée représentant Conrad de Constance, dans la Cathédrale de Constance

ou Kurt, évêque de Constance en Suisse, dont la bonté et les libéralités envers les pauvres sont légendaires. Il fit trois fois le pèlerinage en Terre Sainte. Il sut ne pas se laisser prendre dans les affaires politiques de son temps. Il fut reconnu officiellement comme un saint en 1123.
À Constance en Souabe, l’an 975, saint Conrad, évêque, qui fut un excellent pasteur de son troupeau et fit profiter largement de ses biens l’Église et les pauvres.

Autre biographie:
St-Conrad de Constance Fils du comte Henri d’Altdorf, il voit le jour à Constance et est éduqué à l’école épiscopale de cette ville avant d’être ordonné prêtre. Il occupe la charge de prévôt de la cathédrale jusqu’en 934, année où Saint-Ulric d’Augsbourg le nomme évêque (+ 975) Selon la légende, une araignée serait un jour tombée dans le calice de Saint-Conrad tandis qu’il célébrait la messe. Il aurait avalé l’animal, qui serait ressorti quelque temps plus tard sans avoir subi le moindre dommage. L’araignée aurait même été par la suite conservée dans un reliquaire.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Conrad_de_Constance



Bienheureuse Delphine de Sabran Tiers-Ordre séculier de saint François (+ 1360)
650px-Tableau_Puimichel_2.jpg

Les époux -Eglise de Puimichel

ou Dauphine. Originaire de Château-Puy-Michel, elle épousa à quinze ans, saint Elzéar qui avait treize ans. Elle s'attache au Tiers-Ordre séculier de saint François. Ils menent ensemble une vie d'austérité et de prière, sans que leurs sujets s'en aperçoivent et sans négliger les obligations mondaines qui étaient celles de leur état de princesse et de comte. Devenue veuve, elle se retira à la cour de Naples, où elle mena une vie simple et toute donnée à la prière et aux pauvres. Son culte fut approuvé par le pape Urbain VIII.
À Apt en Provence, l’an 1360, la bienheureuse Delphine, qui fut l’épouse de saint Elzéar de Sabran. Tous deux firent le vœu de chasteté et, après la mort de son mari, elle vécut dans la pauvreté et la prière.

Autre biographie:
Ste-Delphine Fille du seigneur Guillaume de Signe et de son épouse Delphine de Barras, un couple de nobles de la cour de Provence. Orpheline de ses deux parents dès l’âge de 7 ans, elle est prise en charge par sa tante Cécile de Puget, qui est abbesse du couvent Sainte-Catherine de Sorbs. En 1299, elle est mariée au jeune seigneur Elzéar de Sabran, et d’un commun accord ils décident de ne point consommer le mariage et de vivre comme frère et sœur et en 1316, ils deviennent membres du Tiers Ordre Franciscain. Devenue veuve en 1323, elle vend une grande partie de ses biens et utilise les sommes récoltées pour doter de jeunes orphelines et pour restaurer plusieurs églises et couvents. Elle se retire ensuite comme anachorète dans une chambre du château de Sabran (+ 1360)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Delphine_de_Sabran



Saint Diodore moine (+ 1633)
Moine à Yiouregorsk en Russie que la fidélité à sa vocation conduisit à la sainteté.
A l'âge de 15 ans, il quitta sa famille pour le monastère du grand-nord de la Russie à Solovski où régne un grand froid. Il se retira même dans la forêt pour passer son temps dans la prière contemplative. Agressé plusieurs fois par certains moines du monastère qui lui reprochaient son influence auprès des novices, il leur pardonnait avec une grande patience.



Bienheureux Gautier d'Aulne (+ 1180)
Chanoine de Liège en Belgique, il suivit saint Bernard à Clairvaux, puis il revint dans son pays où il fut le premier prieur de l'abbaye cistercienne d'Aulne.



Bienheureux Hugh Taylor et Marmaduke Bowes martyrs en Angleterre sous la reine Elizabeth I (+ 1585)
Hugh Taylor, né à Durham en Angleterre vers 1559, étudia à Reims, ordonné prêtre en 1584, il fut envoyé en mission en Angleterre en 1585 et, après seulement quelques mois, il fut le premier martyr à souffrir sous la répression de la reine Elizabeth Ière. Marmaduke Bowes fut martyrisé pour l'avoir accueilli chez lui.
Béatifiés par Jean-Paul II le 22 novembre 1987.
À York en Angleterre, l’an 1585, les bienheureux martyrs Hugues Taylor, prêtre, et Marmaduke Bowes. Condamnés à mort, le premier, encore jeune, parce qu’il avait gagné l’Angleterre alors qu’il était prêtre, le second, un vieillard, parce qu’il lui était venu en aide, ils furent tous deux conduits au supplice du gibet, sous la reine Élisabeth Ière.



Saint Humble de Bisignano frère franciscain (+ 1637)
20020519_umile.jpg

Né à Bisignano en Calabre en 1582, Luc-Antoine Pirozzo eut une jeunesse fervente et austère. Il rejoint les franciscains de Mesura en 1619, près de Catanzaro en Italie et prend le nom de religion Humble de Bisignano. Il voit le fond des coeurs et intercède pour tous. Son maître général et deux papes le consultent.
Béatifié le 29 janvier 1882 par Léon XIII, canonisé le 19 mai 2002 par Jean-Paul II.
À Bisignano en Calabre, l’an 1637, saint Humble (Luc-Antoine Pirozzo), religieux de l’Ordre des Mineurs, célèbre par son esprit de prophétie et la fréquence de ses extases.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Humilis_de_Bisignano
http://benedictumxvi.va/news_services/liturgy/2002/documents/ns_lit_doc_20020519_umile_en.html
http://www.santumile.it/



Bienheureux Jacques Alberione Fondateur de la ‘Famille Paulinienne’ (+ 1971)
20030427_alberione.jpg

Né le 4 avril 1884 à San Lorenzo di Fossano (Cuneo) ordonné prêtre le 29 juin 1907.
Soucieux avant tout d’évangélisation, il mit tout son zèle et son activité à orienter vers le bien de la société les moyens de communication sociale et à en faire comme des aides pour une annonce plus efficace de la vérité du Christ, et dans ce but il fonda la Société religieuse de Saint Paul Apôtre. (martyrologe romain)
Béatifié le 27 avril 2003 à Rome par Jean Paul II.
"Il comprend que le Seigneur est en train de le guider vers une nouvelle mission: prêcher l'Evangile à tous les peuples, selon l'Esprit de l'Apôtre Paul, utilisant les moyens modernes de la communication. Ces orientations sont consignées dans deux de ses livres: Appunti di teologia pastorale (1912) e La donna associata allo zelo sacerdotale (1911-1915)."
“Le voici, humble, silencieux, infatigable, toujours vigilant, toujours recueilli en ses pensées qui courent de la prière à l'action (selon la formule traditionnelle 'ora et labora'), toujours attentif à scruter les signes des temps, c'est-à-dire, les formes les plus géniales pour arriver aux âmes. Notre Père Alberione a donné à l'Eglise de nouveaux moyens d'amplifier et de revigorer son apostolat, de nouvelles capacités et une nouvelle conscience de la valeur et de la possibilité de sa mission dans le monde moderne avec les moyens modernes. Permettez, cher Père Alberione, que le Pape se félicite et vous félicite des peines que vous avez prises infatigablement, fidèlement, au long de nombreuses années et des fruits qu'elles ont portés pour la gloire de Dieu et pour le bien de l'Eglise...”. (Paul VI)
(source: biographie sur le site internet du Vatican)
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20030427_alberione_fr.html

"Le secret du dynamisme apostolique du père Alberione a été, indéniablement, sa vie intérieure qui lui a permis d’être un instrument docile entre les mains de Dieu, réalisant en sa personne le mot de l’apôtre Paul: 'Ma vie c’est le Christ.'"
Portrait biographique du père Jacques Alberione.
http://www.alberione.org/beatificazione/DonAlberione/biogr_fra.htm

A voir aussi le site officiel de la Famille paulinienne.
http://www.alberione.org/
Beato_Giacomo_Alberione_I.jpg

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Alberione



Saint Jacques de Rostov (+ 1392)
Il se distingua par une grande science théologique et ses miracles. Chassé de sa ville par ses fidèles, il leur pardonna, mais se retira dans la solitude sur les bords du lac Néro où il mourut en paix dans le monastère qu'il avait fondé.



Saint Jacques le Persan (4ème s.)
Bien qu'il ait été l'ami de Yasdagerd, roi des Perses, il n'en fut pas moins arrêté et torturé quand il se convertit au christianisme.
Décapité et coupé en morceaux, il entra dans la gloire de Dieu.
http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9galomartyr



Saint Jean Berchmans Jésuite belge (+ 1621)
San_Giovanni_Berchmans_A.jpg

Jésuite dont la bonne humeur, malgré ses souffrances, savait s'accompagner d'une affection délicate et charitable à l'égard de tous. Il était né au Brabant et, à 17 ans, entra au noviciat de Malines. Il fut envoyé à Rome pour y poursuivre ses études. Elève brillant et studieux, il se souciait de soumettre l'intellectuel au spirituel. Il s'endormit dans le Seigneur à l'âge de 22 ans.

Autre biographie:
Ce jeune Saint, patron des novices, naquit à Diest le 13 mars 1599, dans le diocèse de Brabant, en Belgique. C'est au sanctuaire de Notre-Dame de Montaigu qu'il fit vœu de chasteté perpétuelle. A l'âge de seize ans, une charité anonyme lui permit d'entrer au collège des Jésuites de Malines. En lisant les écrits du bienheureux Pierre Canisius et la vie de saint Louis de Gonzague mort vingt-cinq ans auparavant, Jean Berchmans se sentit attiré vers la Compagnie de Jésus. Il obtint difficilement le consentement de son père.
Entré au noviciat de Malines, Jean s'y distingua par sa fidélité à observer la Règle et par une singulière amabilité de caractère. Dans le procès de sa canonisation, les témoins ont déclaré ne jamais l'avoir vu enfreindre une seule de ses Règles. «Plutôt mourir, disait-il, que de transgresser la moindre Règle.»
Son exercice le plus cher était de faire le catéchisme aux petits enfants pauvres. A son édifiante piété, il alliait une gaîté qui charmait tous ceux qui avaient quelques rapports avec lui. Celui qui avait écrit: «Si je ne deviens pas un saint maintenant que je suis jeune, je ne le serai jamais», poursuivit son idéal de sainteté en vivant chaque journée dans un total abandon à Dieu.
Sa confiance en Marie était sans limite. "Mon frère, confia-t-il un jour à un religieux, dès que j'ai songé à m'avancer dans la perfection, j'ai posé pour fondement de mon édifice, l'amour de la Reine du Ciel..."
Devenu veuf, son père entra dans les Ordres et fut ordonné prêtre; vers le même temps, saint Jean Berchmans prononça les vœux traditionnels d'obéissance, pauvreté et chasteté. Ses supérieurs l'envoyèrent à Rome à pied, en compagnie d'un confrère, pour y compléter ses études. Arrivé au collège romain, le saint religieux occupa la chambre de saint Louis de Gonzague. Berchmans imita ses vertus tout en se montrant moins austère et plus gracieux. C'est à Rome que sonna son départ pour le ciel, à l'âge de vingt-deux ans et cinq mois. «C'est une mort toute divine, mes remèdes n'y peuvent rien», affirmait le médecin impuissant. Saint Jean Berchmans reçut les derniers sacrements avec une indescriptible ferveur. Avant de quitter la terre, le Saint eut à subir une dernière épreuve : le démon l'assaillit à deux reprises à l'article de la mort. Le pieux moribond serra son crucifix dans ses mains défaillantes, son chapelet et son livre des Règles : «Voici mes armes, dit-il, avec ces trois trésors, je me présenterai joyeusement devant Dieu.» Il renouvela ses vœux de religion et recouvra la paix. Prononçant les noms bénis de Jésus et de Marie, saint Jean Berchmans s'endormit paisiblement dans le Seigneur. Le vendredi 13 août 1621, la cloche du collège romain annonçait son départ pour les demeures éternelles. Léon XIII l'a canonisé le 15 janvier 1888.
200px-Giovanni_berchmans.jpg

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Berchmans
http://www.jesuites.com/histoire/saints/jeanberchmans.htm

SAINT JEAN BERCHMANS
Jésuite
(1599-1621)

couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui L'aiment.» Jac. 1, 12 Saint Jean Berchmans

Ce jeune Saint, patron des novices, naquit à Diest le 13 mars 1599, dans le diocèse de Brabant, en Belgique. De condition modeste, les parents de saint Jean Berchmans étaient profondément chrétiens. Une atmosphère de piété, de foi et de pureté angélique régnait dans leur foyer. C'est au sanctuaire de Notre-Dame de Montaigu que le pieux enfant fit le voeu de chasteté perpétuelle.

A l'âge de seize ans, une charité anonyme lui permit d'entrer au collège des Jésuites de Malines. En lisant les écrits du bienheureux Pierre Canisius et la vie de saint Louis de Gonzague mort vingt-cinq ans auparavant, Jean Berchmans se sentit attiré vers la Compagnie de Jésus. Il obtint difficilement le consentement de son père qui fondait sur lui ses plus belles espérances.

Entré au noviciat de Malines, Jean s'y distingua par sa grande fidélité à observer la Règle et par une singulière amabilité de caractère. Dans le procès de sa canonisation, les témoins ont déclaré ne jamais l'avoir vu enfreindre une seule de ses Règles. «Plutôt mourir, disait-il, que de transgresser la moindre Règle.» Accomplir les actions communes d'une manière non commune, telle fut la ligne de conduite à laquelle le saint novice demeura toujours fidèle.

Son exercice le plus cher était de faire le catéchisme aux petits enfants pauvres. A son édifiante piété, il alliait une gaîté qui charmait tous ceux qui avaient quelques rapports avec lui. Sa charité prévenante, son caractère doux et enjoué, sa fidélité absolue à toutes les exigences de la Règle le firent surnommer par les novices: "l'Ange de la maison" et "le Saint joyeux". Celui qui avait écrit: «Si je ne deviens pas un saint maintenant que je suis jeune, je ne le serai jamais», poursuivit son idéal de sainteté en vivant chaque journée dans un total abandon à Dieu.

Sa confiance en Marie était sans limite. "Mon frère, confia-t-il un jour à un religieux, dès que j'ai songé à m'avancer dans la perfection, j'ai posé pour fondement de mon édifice, l'amour de la Reine du Ciel..." Devenu veuf, son père entra dans les Ordres et fut ordonné prêtre; vers le même temps, saint Jean Berchmans prononça les voeux traditionnels d'obéissance, pauvreté et chasteté.

Ses supérieurs l'envoyèrent à Rome à pied, en compagnie d'un confrère, pour y compléter ses études. Arrivé au collège romain, le saint religieux occupa la chambre de saint Louis de Gonzague. Berchmans imita ses vertus tout en se montrant moins austère et plus gracieux. L'étude de la philosophie et des mathématiques à laquelle il s'appliqua ne diminua en rien sa ferveur angélique.

C'est à Rome que sonna son départ pour le ciel, à l'âge de vingt-deux ans et cinq mois. «C'est une mort toute divine, mes remèdes n'y peuvent rien», affirmait le médecin impuissant. Saint Jean Berchmans reçut les derniers sacrements avec une indescriptible ferveur. Avant de quitter la terre, le Saint eut à subir une dernière épreuve: le démon l'assaillit à deux reprises à l'article de la mort. Le pieux moribond serra son crucifix dans ses mains défaillantes, son chapelet et son livre des Règles: «Voici mes armes, dit-il, avec ces trois trésors, je me présenterai joyeusement devant Dieu.» Il renouvela ses voeux de religion et recouvra la paix. Prononçant les noms bénis de Jésus et de Marie, saint Jean Berchmans s'endormit paisiblement dans le Seigneur. Le vendredi 13 août 1621, la cloche du collège romain annonçait le départ de cet ange terrestre pour les demeures éternelles. Léon XIII l'a canonisé le 15 janvier 1888.





Saint Léonard de Port-Maurice Frère mineur à Rome (+ 1754)
S_Leonardo.JPG

religieux franciscain qui (peut-être) a inventé le chemin de croix, mais en fut certainement un grand propagateur au cours de ses missions intérieures, spectaculaires et étonnantes.

À Rome, au couvent de Saint-Bonaventure sur le Palatin, en 1754, saint Léonard de Port-Maurice, prêtre de l’Ordre des Mineurs. Rempli du zèle des âmes, il se dépensa pendant presque toute sa vie à prêcher, à publier des livres de piété, et à visiter plus de trois cents missions à Rome, en Corse et dans l’Italie du Nord.

154990_478044780746_614105746_5706054_58
Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9onard_de_Port-Maurice
http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Portmaurice/deselus.htm



Saint Martin d'Arades (+ 726)
Moine de Corbie en Picardie, il était le chapelain et le confesseur de Charles Martel.



Saint Nikon le Métanoiète Moine en Grèce (+ 998)
En Arménie, surnommé le "métanoiète" ce qui signifie "convertissez-vous" (metanoia en grec) car il prêchait le repentir.
À Sparte dans le Péloponnèse, en 998, saint Nikon, moine. Après avoir mené en Asie la vie cénobitique et érémitique, il trouva un champ d’apostolat dans l’île de Crète, qui venait d’être libérée du joug des Sarrasins et qu’il fallait ramener aux mœurs chrétiennes par un zèle évangélique. De là, il parcourut la Grèce, prêchant la pénitence, et mourut dans le monastère qu’il avait construit à Sparte.



Bienheureux Ponce de Faucigny Fondateur de l'abbaye de Sixt (+ 1178)
Il fut abbé d’Abondance, mais se démit de sa charge pour vivre et mourir comme un simple religieux au monastère des chanoines réguliers de Sixt en Savoie.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_d%27Abondance

"Les bienheureux Ponce de Faucigny, Jean d'Espagne, saint Guérin ou saint Germain de Talloires, personnages infatigables à l'origine de l'implantation de nombreux monastères au Moyen Age, lieux de prière et d'accueil pour les hommes d'hier et d'aujourd'hui."
(source: Les hommes qui ont compté - diocèse d'Annecy)
http://catholique-annecy.cef.fr/pages/3_je_decouvre_la_haute_savoie/3_3_2_les-homes-qui-ont-compte.php

"l'Abbaye est à l'origine de l'histoire du village, avec l'arrivée, au début du XIIème siècle, de l'abbé Ponce de Faucigny, venu avec une équipe de moines pour défricher la vallée. Le bâtiment a ainsi été à la fois un facteur de développement économique et un foyer intellectuel et religieux."
(source: L'Abbaye de Sixt-Fer-à-Cheval - Conseil général de la Haute-Savoie)
http://www.cg74.fr/pages/fr/menu1/la-haute-savoie/l-abbaye-de-sixt-fer-a-cheval-136-70.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ponce_de_Faucigny



Saint Sylvestre Guzzolini abbé (+ 1267)
comunione.jpg

Communion. Tableau de Claudio Ridolfi en 1632

Devant la tombe ouverte d’un ami qui venait de mourir, il comprit toute la vanité du monde et se retira dans la solitude. Après avoir changé plusieurs fois de lieu, pour mieux se cacher des hommes, il finit dans un lieu désert, à Monte Fano, par jeter les fondements de la Congrégation des Silvestrins, sous la Règle de saint Benoît.
(martyrologe romain)

"Saint Silvestre, contemporain de saint François d'Assise, était, comme lui, destiné à se brouiller avec son père, pour avoir suivi l'attrait de la grâce et obéi à sa vocation.
Il naquit à Osmo ou Osimo, dans la Marche d'Ancône, en 1177, de la noble famille des Guzzolini...
Comme il était savant en théologie, l'évêque d'Osmo l'ordonna prêtre et lui donna un canonicat dans sa cathédrale. Notre saint s'adonna avec succès à la prédication...
Placé, comme autrefois saint Bruno, près d'un évêque scandaleux et incorrigible, il n'éprouva plus, comme lui, que du dégoût pour le monde et résolut de le quitter.
Il s'enfuit secrètement avec un guide, et alla se cacher seul dans un désert, à dix lieues d'Osimo. Il avait alors quarante ans. Il vécut là de la manière la plus pauvre et dans de grandes austérités...
Malgré le soin qu'il avait de se cacher, il lui vint des disciples, qui lui demandèrent à vivre sous sa conduite. Il bâtit avec eux un monastère sur le mont Fano, près de Fabriano, dans la Marche d'Ancône, en 1231 , et y jeta les fondements de son ordre, qui prit d'abord le nom de Monte-Fano, et il donna à ses moines la règle de saint Benoît, leur recommandant surtout la plus grande pauvreté, à l'instar des franciscains...
Saint Silvestre, dont la vie fut longue, fonda lui-même une douzaine de monastères de son ordre, et mourut dans celui de Monte-Fano, le 26 novembre 1267, à l'âge de quatre-vingt-dix ans: ce qui prouve que les austérités n'abrégent pas toujours l'existence des hommes. Clément VIII, né à Fano, et élevé sur la chaire de saint Pierre, en 1592, mit le nom de Silvestre dans le martyrologe romain."
(source: Histoire et costumes des ordres religieux, civils et militaires par René Tiron)
http://books.google.fr/books?id=r5oOAAAAQAAJ&pg=RA1-PA186&lpg=RA1-PA186&dq=saint+Silvestre+Gozzolini&source=bl&ots=8qVLW7H5UE&sig=HX9s78qmidlJe6-6aR_TW6vcxNg&hl=fr&sa=X&oi=book_result&resnum=5&ct=result#PRA1-PA8,M1

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sylvestre_Guzzolini
http://www.silvestrini.org/



Saint Sirice Pape (38 ème) de 384 à 399 (+ 399)
Pape qui, par ses nombreuses lettres aux Eglises d'Afrique, d'Espagne, de Gaule et d'Italie signifiait qu'en lui "le bienheureux Pierre de Rome portait le fardeau de tous ceux qui ont charge d'âmes". On dit que ce fut lui qui introduisit la prière du "communicantes" dans la liturgie eucharistique. Peut aussi s'écrire Cirice.
À Rome, au cimetière de Priscille sur la nouvelle voie Salarienne, en 399, saint Sirice, pape, dont saint Ambroise a fait l’éloge comme d’un maître, parce que, portant le fardeau de tous les évêques, il leur enseigna les décisions des Pères, qu’il sanctionna de l’autorité apostolique.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sirice



Saint Stylianos de Paphlagonie
st-s-09.jpg

Choisi par Dieu depuis le sein de sa mère, Saint Stylianos se détacha des illusions de ce monde, distribua ses biens aux pauvres et embrassa la vie monastique. Il s'illustra avec vaillance dans les combats de l'ascèse et, au bout de quelques années de vie commune, partit pour mener la vie solitaire dans une grotte. Il y recevait sa nourriture de la main d'un Ange et devint bientôt intercesseur efficace auprès de Dieu pour le soulagement des malades: en particulier pour la guérison des maladies infantiles et pour la délivrance des femmes restées stériles. C'est dans ces circonstances que la prière du Saint reste toujours efficace pour ceux qui l'invoquent avec foi de nos jours.
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsnovembre/nov26.html



Saint Sylvestre (+ 1267)
à Fabiano en Italie Centrale. Il embrassa la vie monastique pour se donner totalement au Christ et il fonda une nouvelle congrégation bénédictine, dédiée également aux tâches apostoliques.



Saint Théodose de Tirnovo (+ 1363)
Formé à la spiritualité hésychaste, il n'en fut pas moins préoccupé de la vie quotidienne. Lorsque des moines du Mont-Athos se réfugièrent aux confins de la Bulgarie pour échapper aux pirates turcs, il les fit protéger par le roi de Bulgarie, Jean Alexandre. C'est également grâce à ce roi qu'il fonda un monastère à Tirnovo au lieu de sa naissance. Son rayonnement s'étendit à la Serbie, à la Hongrie et à la Valachie roumaine. Il apaisa les différends entre l'Eglise bulgare et le Patriarcat oecuménique.



Saints Thomas et Dominique prêtres dominicains vietnamiens martyrs (+ 1839)
Canonisés en 1988: Le 19 juin 1988, lors d’une célébration solennelle Place Saint-Pierre, le Pape Jean Paul II a présidé la canonisation solennelle des Martyrs du Vietnam (+1745-1862)
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/9338/Saints-Martyrs-du-Vietnam.html

Voir aussi sur le site de l'agence Fides.
http://www.fides.org/fra/dossier/2005/vietnam_000.html

À Nam Dinh au Tonkin, en 1839, les saints martyrs Thomas Dinh Viêt Du et Dominique Nguyên Van (Doan) Xuyên, prêtres dominicains, décapités ensemble en vertu d’un décret de l’empereur Minh Mang.



Les Églises font mémoire…

Catholiques d’occident : Silvestre (+1267), abbé (calendrier monastique)

Coptes et Ethiopiens (17 hatur/hedar) : Jean Chrysostome (+407), patriarche de Constantinople (Église copte)

Luthériens : Conrad de Constance (+975), évêque de Constance

Maronites : Pierre (+ env. 311), patriarche d’Alexandrie, martyr

Orthodoxes et gréco-catholiques : Alype le Stylite (VIe-VIIe s.), moine ; Nikon le Métanoïte (+998), moine

Vieux Catholiques : Conrad de Constance, confesseur.
Saints catholiques[2] et orthodoxes[3] du jour
Saints et bienheureux catholiques[2] du jour
Saints orthodoxes[3] du jour

Prénoms du jour 

Bonne fête aux :

  • Delphine, au calendrier civil 2009, et ses dérivés : Dauphine, etc.

Et aussi aux :

  • Innocent
  • Conrad, et ses dérivés : Corrado, Kurt, etc.
  • Sirice, et ses dérivés : Sirène, Siriane, Sirida, etc.

Événements 

26 novembre dans les croisades

1126
Icone-Islam.svg atabeg de Mossoul Transparent.gif
1113-1115
Icone-Islam.svg atabeg de Mossoul Transparent.gif
1121-1126
atabeg d’Alep 1125-1126

 Aq Sonqor Bursuqî est assassiné à Mossoul[1]

Aq Sonqor Bursuqî († 1126) est un officier seldjoukide, puis un atabeg de Mossoul (1113-1115 et 1121-1124) et d’Alep (1125-1126), responsable de plusieurs contre croisades contre les Francs. Il ne doit pas être confondu avec Aq Sonqor al-Hajib, père de Zengi, ou avec Bursuq ibn Bursuq un autre chef turc qui lutta également contre les Francs.

Biographie 

En 1111, il est gouverneur de Hama-dhân et participe à la contre croisade menée par Mawdûd ibn Altûntâsh, qui finit par un échec[1]. Mawdûd est assassiné à Damas le 2 octobre 1113 et le grand Seldjoukide Muhammad Ier confie Mossoul à Aq Sonqor Bursuqî ainsi que la mission d’organiser une nouvelle contre croisade. En mai 1114, il part de Mossoul à la tête d’une armée de quinze mille hommes et soumet l’émir Il Ghazi ibn Ortoq, qui s’était rendu indépendant, et qui est contraint de confier à Aq Sonqor un contingent de soldats conduit par son fils Ayâz. Il assiège Édesse pendant un[2] ou deux[3] mois mais, faute de vivres, doit lever le siège et ravager les environs de la ville. Il se brouille ensuite avec Ayâz et le fait arrêter, mais Il Ghazi l’attaque et l’oblige à se replier sur Mossoul[4]. Aq Sonqor est disgracié en 1115 par le sultan qui donne Mossoul à un chef turc, Uzbeg ou Juyûsh-beg et la direction de la contre croisade est donnée à Bursuq ibn Bursuq [5].

En 1118, il est émir de Rahéla et participe avec Tughtekin, atabeg de Damas, à une attaque contre Alep, qui échoue à cause de l’intervention du prince Bohémond II d'Antioche [6]. La même année, il est nommé commissaire du sultan de Perse auprès du calife[7]. Le sultan Muhammad meurt peu après et le sultanat seldjoukide est en proie à l’anarchie. L’héritier, Mahmud II, a quatorze ans et des émirat soumis par son père commence à se révolter, comme celui des Banu Mazyâd, dirigé par le sheikh bédouin Dubais. Aq Sonqor Bursuqî part le soumettre, mais Juyûsh-beg, émir de Mossoul et protecteur de Ma’sûd, frère cadet de Mahmud, en profite pour se révolter et tenter d’imposer son protégé en marchant sur Bagdad. Un autre prétendant, le général turc Manguwîresh, se manifeste et Aq Sonqor fait la paix et s’allie à Dubais pour faire face à ces nouveaux dangers. Juyûsh-beg est battu, mais Al Sonqor ne peut pas se maintenir face à Manguwîresh et se replie sur Mossoul. Manguwîresh se conduit en tyran à Bagdad et doit évacuer la ville devant la révolte de ses habitants. C’est alors que Sanjar, frère de Muhammad Ier, intervient pour prendre l’hégémonie et Mahmud est obligé de le reconnaître comme sultan suprême. La lutte continue cependant entre Mahmud et Ma’sûd et ce n’est qu’en mai 1121 que Bursuqi parvient à réconcilier les deux frères. Il reçoit Mossoul en remerciement et pour s’éloigner de Bagdad, où il est brouillé avec le calife Al-Mustarchid. Dubais se révolte alors et bat Bursuqi sur les rives de l’Euphrate en 1122, mais il est battu par une autre armée de Bursuqi en mars 1123[8].

En 1124, il reçoit l’ordre d’organiser de nouveau le jihad contre les Francs, et les habitants d’Alep, à la mort de l’atabeg

tle="Balak ibn Bahram ibn Ortok" href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Balak_ibn_Bahram_ibn_Ortok">Balak, l’appellent pour la succession. Il y fait son entrée le 29 janvier 1125 et prend possession de la ville[8],[9]. Il envahit ensuite la principauté d'Antioche et s'empare de Kafartâb le 9 mai 1125, assiège 'Azaz le 22 mai, mais le roi Baudouin II de Jérusalem le bat devant la forteresse le 13 juin[10]. En 1126, il attaque de nouveau la principauté d'Antioche, et assiège Athûrab, mais la venue de Baudouin II et de Josselin Ier d'Édesse l'oblige à battre retraite[11].

Il est assassiné le 26 novembre 1126 à Mossoul. Son fils Izz al-Din Mas’ûd ibn Bursuqî lui succède, mais en 1127, laissant la place à Zengi[12],[13]

 


1440
 Mariage de Charles, duc d'Orléans et de Marie de Clèves, parents de Louis XII
en l'église Saint-Bertin, à Saint-Omer

1580

 La Paix de Fleix met fin à la septième guerre de religion en France.

1648
 Le pape Innocent X dénonce le Traité de Westphalie qui, un mois plus tôt, a mis fin à la guerre de Trente Ans.

1680
 Louis XIV déclare la guerre à la Hollande

1764
 Les Jésuites sont chassés de France.

1812
 Bataille de la Bérézina : L'armée française de Napoléon Ier qui a évacué Moscou, traverse la Bérézina, harcelée par les Cosaques.

1894
 Le tsar de Russie Nicolas II épouse Alexandra de Hesse-Darmstadt (1872-1918), princesse de Hesse.

1918
 L'Assemblée nationale du Monténégro proclame la déchéance du roi Nicolas Ier et l'absorption du pays par la Serbie voisine.

1922
 L'archéologue Howard Carter et son mécène Lord Carnarvon ouvrent le tombeau de Toutânkhamon. Scellé depuis trente-deux siècles, il avait échappé au pillage des trésors égyptiens.
1926

Le menu du dîner de mariage de Léopold et Astrid de Belgique

Photo-170.jpg

Le 26 novembre 1926, le prince héritier Léopold de Belgique, duc de Brabant, fils du roi Albert I et de la reine Elisabeth épousait la princesse Astrid de Suède, fille du prince Carl et de la princesse Ingeborg.

Le roi Albert et la reine Elisabeth ont offert un dîner pour leurs hôtes au Palais royal de Bruxelles.

Voici le détail du menu : crème d’orge à la suédoise, homard à la Bernadotte, jambon d’Ardenne florentine avec endives aux fleurons, faisans rôtis avec salades coeurs de laitue, glace Stockholm et fruits, desserts.

(Source : archives du Palais royal/Exposition « A Table »)


1970
Un peintre bolivien, déguisé en prêtre, tente en vain de poignarder Paul VI à son arrivée à Manille.

1978
 Les mollahs et ayatollahs appellent à la grève contre le régime du Chah Reza Pahlavi et l'Iran est paralysé.

 

2004

boda15a.jpg

 

C’est le 26 novembre 2004 au Monastère de l’Incarnation de Madrid que Fernando Gomez-Acebo y Borbon, fils cadet de l’Infante Pilar et du défunt duc de Badajoz a épousé Monica Martin Luque en présence de toute la famille royale espagnole et de nombreux autres invités dont la comtesse d’Evreux, la baronne von Thyssen, la princesse Miriam de Bulgarie et ses enfants, …

 

 

boda1a.jpg

 

La mariée portait une création de Devota y Lomba, composée d’un manteau confectionné en soie naturelle avec un col cheminée, le tout doublé d’une cape en organdi avec une traîne de 3 mètres de long, brodée d’une grande rose. 

 

La robe était également en soie naturellle.

 

Les bords du voile -retenu par un fin diadème d’émeraudes et brillants- étaient brodés du même motif floral que sur la traîne.

 

Une réception fut ensuite orgabnisée à la Finca Soto de Mozanaque.

 

2008

Une journée à Paris à la mémoire de l'Empereur Charles Ier d'Autriche

image

C'est à l'initiative des amis français de l'Archiduc Rodolphe de Habsbourg et de sa famille d'une journée fut consacrée le 12 octobre 2008 à la mémoire du Bienheureux Charles Ier de Habsbourg, Empereur d'Autriche, béatifié par Jean-Paul II le 3 octobre 2004.
Le père Daniel-Ange de Maupéou, le Père de Monteynard et le Père Montagne concélèbrent la messe aux Invalides, suivie d'un cocktail et de conférences au Bon Conseil, à Paris.
On connaît l'histoire émouvante de cet homme hors du commun, mort jeune, en exil, laissant à sa femme l'Impératrice Zita la charge d'une famille nombreuse. L'opinion publique garde le souvenir d'un homme héroïque, d'une exceptionnelle envergure, ayant accepté avec soumission les revers d'un destin qui lui fit connaître les honneurs et les responsabilités dus à son rang, mais aussi la détresse d'un abandon par tous les Etats européens. Il se dévoua sans compter pour imposer la paix aux nations en guerre, mais ne réussit pas à imposer son projet aux Alliés, malgré ses multiples tentatives de réconciliation.
Profondément chrétien, comme le montra le Père Daniel-Ange, épris de justice, tant dans son éthique personnelle que dans ses actions publiques, il est une "relique vivante", modèle d'un roi conscient des enjeux du pouvoir et de la responsabilité d'un empereur chrétien.
Pas de concession, pas de médiocrité, pas de mensonge.
Les anecdotes nombreuses qui furent racontées ce même jour à un public ému et nombreux, puisqu'on comptait environ 700 personnes, montrent à quel point il resta fidèle dans les actions les plus humbles à ses valeurs morales, reflet de sa foi ardente, que partageait sa femme, l'Impératrice Zita, née Princesse de Bourbon-Parme.
Le Père Daniel-Ange le compara à  Saint Louis, et au Roi Baudoin, avec une même passion commune, le désir de servir leur peuple, et un héroïsme prêt à affronter la gloire ou la détresse, avec leurs visages, d'ordre spirituel, politique ou psychologique.
Son souvenir est vivant, comme celui de ces hommes d'Etat hors du commun qui ont su illustrer, de leur vivant, l'admirable verset du Psalmiste :
"Amour et Vérité se rencontrent,
Justice et Paix s'embrassent."
Une ligue de prière est constituée, pour que sa canonisation soit proche.

A cette journée très émouvante, en présence de S. A. I. et R. l'Archiduc Rodolphe, étaient présents également la Princesse Marie-Astrid de Luxembourg et la Princesse de Lobkowitz, le duc de Bauffremont et plusieurs membres du Conseil d'Administration de l'IMB.

2008

Le Vatican a fait installer des panneaux photovoltaïques sur le toit de la salle Paul VI (la salle des audiences générales). Ce nouveau système de production d'énergie a été inauguré mercredi 26 novembre. Un communiqué publié par la salle de presse du Saint-Siège explique que la couverture photovoltaïque de la salle Paul VI fait partie des initiatives « concrètes et tangibles » à travers lesquelles l'Etat de la Cité du Vatican participe à « la défense de l'environnement ». L'énergie produite permettra de couvrir partiellement la consommation en énergie de la salle Paul VI et des bâtiments voisins. Elle permettra d'épargner environ 80 tonnes de pétrole.

 

 

AULAP6-SOLARROOF-INPLACE.jpg

 


 

 


0 Voir le commentaire Voir les 0 commentaires

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article

commentaires

Forum


Image Hosted by ImageShack.us
louis XX 01

Image Hosted by ImageShack.us

 


capetiens
(Pierre-Yves Guilain)
Cercle de réflexion royaliste

Heraldique-Noblesse
Joinville et ses princes
Amis et passionnés du Père-Lachaise
Pere-Lachaise
lescimetières
Généalogie, cimetières, patrimoine parisien
graveyart: sur les cimetières parisiens (en hollandais)

Histoires des souverains d'Europe et images de leurs tombeaux 

kaisergruft

(site sur les sépultures des Habsbourg notamment sur la crypte des Capucins)

MAISON CIVILE DU ROI. (1)

d'après le Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France
Nicolas Viton de Saint-Allais (1773-1842)- Paris, 1816



Image Hosted by ImageShack.us

Introduction

  Accueil



Rois de France


Génobaud
roi Franc
(légendaire)
à la fin du IVe siècle
354-419
Sunnon
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
388-xxx
Marcomir
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
Pharamond
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs Saliens 

(légendaire)
ancêtre mythique des Mérovingiens
Clodion le Chevelu
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs saliens
428 - 448

Image Hosted by ImageShack.us
Duc des Francs saliens 
(incertain)
448 - 457
Childéric Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Duc et Roi des Francs saliens
457 - 481
Clodomir
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Orléans
511524
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Metz
(futur Austrasie)
511534
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie
511561
Roi des Francs
558561
Roi d'Austrasie
53454
Théodebald Ier
(Thibaut)
Roi d'Austrasie
548555
561567
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie 
Roi de Bourgogne
561592
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
561575
Roi d'Austrasie
Roi d'Austrasie
595 - 612
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Bourgogne
595613
Roi d'Austrasie
61261
sous la régence de Brunehilde
Roi de Bourgogne
Roi d'Austrasie
613
Roi de Neustrie
584629
Roi de Paris
595
629
Roi des Francs
613629
Roi des Francs (sans l'Aquitaine)
629639
Roi des Francs
632639
Caribert II
 Roi d'Aquitaine
629632
Roi de Neustrie, de Bourgogne
639657
Roi d'Austrasie
656657
Roi d'Austrasie
639656
Childebert III l'Adopté
Roi d'Austrasie
657662
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, de Bourgogne
65767






Roi d'Austrasie
662675
Occupe la Neustrie
673675







Roi de Neustrie
673691
Roi des Francs 

(en fait uniquement de Neustrie)
L'Austrasie étant aux mains
de Pépin de Herstal
679
691

Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, Bourgogne et Austrasie
675 - 676
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
676679
Clovis IV








Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
691695









Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
695711
Dagobert III









Roi des Francs de 711 à 715
Chilpéric II









roi des Francs de Neustrie et des Burgondes
de 715 à 719
puis de tous les Francs de 719 à 721.
C
lotaire IV


T
hierry IV









Childéric III
Image Hosted by ImageShack.us
roi des Francs, de Neustrie
de Bourgogne et d'Austrasie
de 743 à 751

************

 

 


Pépin III le Bref
Image Hosted by ImageShack.us
Carloman Ier
Image Hosted by ImageShack.us
C
harles Ier
dit Charles le Grand
CHARLEMAGNE

Image Hosted by ImageShack.us
Louis Ier dit le Pieux
ou «le Débonnaire»
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire II

Image Hosted by ImageShack.us
C
harles II dit le Chauve
Image Hosted by ImageShack.us
Louis II dit le Bègue
Image Hosted by ImageShack.us
Louis III de France
Image Hosted by ImageShack.us
C
arloman II de France
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Eudes Ier de France
Robertin
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Simple
Image Hosted by ImageShack.us

Robert le Fort
Image Hosted by ImageShack.us
Robert Ier de France

Image Hosted by ImageShack.us

Hugues le Grand
Image Hosted by ImageShack.us
Raoul Ier de France
aussi appelé Rodolphe

Image Hosted by ImageShack.us
Louis IV dit d'Outremer
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis V dit le Fainéant
Image Hosted by ImageShack.us
Dernier roi de la lignée
des Carolingiens
Image Hosted by ImageShack.us

H
ugues Capet
Image Hosted by ImageShack.us
Robert II le Pieux
Image Hosted by ImageShack.us
Hugues II de France
Image Hosted by ImageShack.us
(1007-1025)
Roi de France associé
1017 - 1025
Henri Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VI le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VII Le Jeune
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe II Auguste
Image Hosted by ImageShack.us

Louis VIII le Lion
Image Hosted by ImageShack.us

Louis IX (Saint Louis)
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe III de France
dit le Hardi
http://www.visite-de-rouen.com/images/philippe_3.jpg
Philippe IV le Bel
image
Louis X le Hutin
http://www.livois.com/phpgedview/media/Louis_X_le_Hutin.jpg
Jean Ier le Posthume

image






Philippe V
le Long
http://www.livois.com/phpgedview/media/Philippe_V_le_Long.jpg
Charles IV le Bel
http://www.livois.com/phpgedview/media/Charles_IV_le_Bel.jpg
Valois
Philippe VI le Fortuné
http://www.france-pittoresque.com/rois-france/img/philippe-VI.gif
Jean II le Bon
image
Charles V le Sage
http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0014/m502004_97de1712_p.jpg
Charles VI le Fol ou le Bien-Aimé
image
Charles VII le Victorieux
image
Louis XI de Valois
http://jargeau-tourisme.com/img/louis11.jpg
Charles VIII de Valois
image
Louis XII d'Orléans
image
François Ier d'Angoulème
image
Henri II d'Angoulème
image
François II d'Angoulème
image
Charles IX d'Angoulème
image
Henri III d'Angoulème
image