Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Médias

Réécoutez le dernier journal de

RCF Pays d’Aude

Image Hosted by ImageShack.us

  Curie Romaine
Liste des papes

Pape Liste des papes
Liste détaillée des papes
Liste des primats de l'Église copte orthodoxe
Liste des primats de l'Église apostolique arménienne

Cité du Vatican
http://www.vaticanstate.va/FR/homepage.htm

Vatican Site Officiel
http://www.vatican.va/phome_fr.htm
  Musées du Vatican
http://mv.vatican.va/StartNew_FR.html



http://imageshack.us/ 
* * * Dernières minutes . . . A F P . . .H2 News . . . La Croix . . .
http://imageshack.us/

http://news.google.fr/news?hl=fr&ned=fr&ie=UTF-8&q=site:eucharistiemisericor.free.fr&scoring=n
http://www.la-croix.com/afp.static/pages/index.religion.htm

 

 

 

 

 

 

     En direct
             de la
    Place Saint-Pierre
http://imageshack.us/ 
* * *  En direct de Rome  * * *


http://imageshack.us/
http://mediastream.vatican.va/mpeg4lan.sdp
http://www.sat2000.it/diretta/
http://www.oecumene.radiovaticana.org/fr1/index.asp
3
journaux en Français

        (8h15 - 13h - 18h)


http:///
http://www.tv-direct.fr/live_ktotv.php
http://www.lejourduseigneur.com/  

 Catholique TV
http://img410.imageshack.us/img410/81/tvcatholiquelyon.png
http://www.catholique.tv/

Gazettes & Sites Royaux

rois.jpg
 Ils sont tous là !
Ils nous regardent et nous racontent 14 siècles d'Histoire de France

 

25 décembre 2014 4 25 /12 /décembre /2014 00:01

Le 25 décembre est le 359ejour de l'année

(360e en cas d'année bissextile) du calendrier grégorien

Il reste 6 jours avant la fin de l'année.

C'était généralement le jour du chien, 5e jour du mois de Nivôse, dans le calendrier républicain français.

Signe du zodiaque : 4e jour du Capricorne.

 

Dictons 

« Noël au balcon, Pâques aux tisons»

Signification :
Quand il fait beau et doux en début d'hiver, et en particulier le 25 décembre, on peut s'attendre à un printemps pourri, et en particulier à un jour de Pâques frais et pluvieux.

 

C'est le jour de Noël.

gif noël : souhait

Célébrations 


couleurliturgiqueBlanc.gif , Nativité du Seigneur

 (25/12) Le Verbe s’est fait chair

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1,1-18.

C'est Noël chaque fois qu'on essuie une larme dans les yeux d'un enfant.

C'est Noël chaque fois qu'on dépose les armes qu'on s'entend.

C'est Noël chaque fois qu'on arrête une guerre et qu'on ouvre ses mains.

C'est Noël chaque fois qu'on force la misère à reculer plus loin.

C'est Noël sur la terre chaque jour, car Noël oh mon frère c'est l'Amour.

 

C'est Noël dans les yeux d'un ami qu'on visite sur son lit d'hôpital.

C'est Noël dans le coeur de tous ceux qu'on invite pour un bonheur normal.

C'est Noël dans les mains de celui qui partage aujourd'hui notre pain.

C'est Noël quand le pauvre oublie tous les outrages et ne sent plus sa faim.

C'est Noël sur la terre chaque jour, car Noël oh mon frère c'est l'Amour.

 

C'est Noël quand nos coeurs oubliant les offenses sont vraiment fraternels.

C'est Noël quand enfin se lève l'espérance d'un amour plus réel.

C'est Noël quand soudain se taisent les mensonges faisant place au bonheur.

C'est Noël quand au fond de nos vie la souffrance qui ronge trouve un peu de douceur.

C'est Noël sur la terre chaque jour, car Noël oh mon frère c'est l'Amour.

 


Noel 2010

 

Saints chrétiens



Martyrologe pour le vingt-cinquième jour de décembre


 

Mémoire de sainte Anastasie, martyrisée à Sirmium (ancienne ville au nord-ouest de l'actuelle Belgrade)

 

Son corps fut transféré au ve siècle à Constantinople, d'où son culte gagna Rome.

 

A Rome, vers la fin du IIIe siècle, sainte Eugénie, martyre, qui fut décapitée dans sa prison.

 

Son nom fut autrefois dans la Prière Eucharistique, et c'est d'elle que l'on faisait mémoire, et non de

 

sainte Anastasie, en certains endroits, à la deuxième messe de Noël.

 

Au monastère de Marchiennes, près de Cambrai, vers 680, sainte Adalsinde, moniale.

 

En 1156, le trépas de saint Pierre le Vénérable, abbé de Cluny.

 

En 1231, le bienheureux Foulques. Ménestrel de son état, il entra à l'abbaye cistercienne de

 

Grandselve, au sud-ouest de Montauban, avec ses deux fils, tandis que son épouse faisait profession

 

chez les cisterciennes.

 

Devenu évêque de Toulouse, il soutint de bien des manières l'Ordre naissant des Frères Prêcheurs.

 

Près de Todi, en Italie, en 1306, le bienheureux Jacopone.

 

Juriste lettré, il entra chez les Franciscains après son veuvage.

 

Tempérament impétueux, il se fit surtout connaître comme poète chrétien.

 

L'an 1628, au Japon, le bienheureux Michel Nakaxima.

 

Catéchiste, il cacha des missionnaires, puis fut reçu dans la Compagnie de Jésus comme frère

 

coadjuteur.

 

Emprisonné dans sa propre maison, il fut ensuite conduit près des sources d'eau bouillante, où l'eau

 

fut versée sur lui jusqu'à ce qu'il mourût.

 

 

Et encore ailleurs, beaucoup d'autres saints et bienheureux.

 

 

A Bethléem de Judée, la Nativité de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

 

ANNONCE DE LA NATIVITÉ DU SEIGNEUR

 

A la fin des Laudes de la veillle de Noël, tous se tenant debout,

et tandis que le bourdon sonne,

le chantre proclame, sur le ton des leçons :

 

 

Die vigesima quinta decembris.

 

Millenariis permultis post creationem mundi, quando in principio Deus creavit cælum et terram ; a diluvio autem, plurimis sæculis ; a vocatione Abrahae, anno pæne bis millesimo ; a Moyse et egressu populi Israël de Ægypto, anno fere millesimo trecentesimo ; ab unctione David in Regem, anno circiter millesimo ; Olympiade centesima nonagesima quarta ; ab urbe Roma condita, anno septingentesimo quinquagesimo tertio ; anno imperii Octaviani Augusti vigesimo septimo ; ubi venit plenitudo temporis, in loco a prophetis prædicto, toto Orbe in pace composito, Iesus Christus, æternus Deus æternique Patris Unigenitus Filius, mundum volens adventu suo piissimo consecrare, de Spiritu Sancto conceptus, novemque post conceptionem decursis mensibus (Le chantre élève le ton et l'on s'agenouille), in Bethlehem Iudææ nascitur ex Maria Virgine factus Homo.

(On s'incline tandis que le chantre continue, sur le ton solennel)


Nativitas Domini nostri Iesu Christi secundum carnem.

 

 

Texte français correspondant au texte proclamé en latin

 

Des millénaires après la création du monde, lorsque Dieu au commencement créa le ciel et la terre. Bien longtemps après le déluge. Près de deux mille ans après l'appel d'Abraham. Près de treize cents ans après Moïse et la sortie d'Egypte du peuple d'Israël. Environ mille ans après le sacre du roi David. En la quatre-vingt quatorzième Olympiade et la sept cent cinquante-troisième année de la fondation de Rome. La vingt-septième année du principat d'Octave Auguste. Quand les temps furent accomplis, au lieu prévu par les prophètes, tout l'univers étant dans la paix, Jésus-Christ, Dieu éternel et Fils Unique du Père éternel, voulant sanctifier le monde par son miséricordieux avènement, après avoir été conçu du Saint-Esprit, et neuf mois s'étant écoulés depuis cette conception, est né de la Vierge Marie, à Bethléem de Judée, Dieu fait homme.


C'est la Nativité de Notre Seigneur Jésus-Christ selon la chair.

Nativité du Christ Noël chrétien, fête de la naissance de Jésus (1er s.)
bernar10.jpg

Bernardino Luini. XVIe.

Aujourd'hui nous célébrons la naissance à Bethléem de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, Fils de Dieu, conçu selon la chair par l'action de l'Esprit-Saint, dans le sein de la toujours Vierge Marie.
"Emmanuel", "Dieu avec nous", tel est le nom prophétique qu'avait reçu Jésus de la part d'Isaïe 7. 14. C'est pourquoi l'on fête aujourd'hui tous ceux qui portent le nom d'Emmanuelle, Emmanuel, Manuela, Manuel...

"Etre touchés par la présence de Dieu, qui se fait l'un de nous à Noël, est un don inestimable... Il n'y a rien de plus beau, de plus urgent, ni de plus important, que de donner gratuitement aux hommes ce que nous avons reçu gratuitement de Dieu. Rien ne peut nous exempter ni nous dispenser de cet engagement exigeant et fascinant. La joie de la Nativité..., tandis qu'elle nous combe d'espérance nous incite à annoncer à tous la présence de Dieu au milieu de nous". Benoît XVI, le 23 déc 2007, source VIS.
2002b.jpg

Lecture
Qu’allons-nous t’offrir, ô Christ, pour t’être manifesté comme homme sur notre terre ? Toutes les créatures que tu as créées te clament leur reconnaissance : le chant des anges ; les étoiles du ciel ; les présents des mages ; l’émerveillement des bergers ; l’humble grotte de la terre ; une mangeoire dans le désert ; et nous, nous t’offrons une vierge mère ! Ô Dieu, toi qui existais bien avant les siècles, aie pitié de nous !

d’après la Liturgie byzantine
Botticelli_Sandro_Mystic_nativity.jpg

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsdecembre/dec25.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/No%C3%ABl
http://www.magnificat.ca/cal/fran/12-25.htm#noel
http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2008/12/25/index.html
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsdecembre/dec25bis.html



Sainte Adalsinde Abesse à Marchiennes, fille de sainte Rictrude (+ 715)
Elle vécut dans un véritable bouquet de sainteté. Son père était saint Adalbaud et sa mère sainte Rictrude.(1) Elle se fit religieuse à Hamaye-les-Marchienne dans le diocèse d'Arras, alors que la prieure était sa propre soeur, sainte Eusébie.

(1) (+ 688)Duchesse de Douai, mère de toute une famille de saints. "Une femme chrétienne est un trésor pour toute sa famille" écrivit son biographe. Après la mort de son époux, Saint Adalbade, elle doubla le monastère de Marchiennes d'un monastère de moniales où elle prit le voile.
"C'est en 630 que l'abbaye est fondée par Adalbaud, comte de Douai. Son épouse, Sainte Rictrude, aristocrate d'Aquitaine, se retire dans le monastère à la mort de son mari. Cette dernière crée en 643 un monastère de femmes qui cohabitera avec l'abbaye Bénédictine des hommes jusqu'en 1024."




Saint Albert (Adam Chmielowski) religieux (+ 1916)
Peintre célèbre, il se voua aux pauvres, cherchant à être bon pour eux en tout et fonda la Congrégation des Frères et Sœurs du Tiers-Ordre de Saint-François servants et servantes des pauvres à Cracovie en Pologne.
Adam Chmielowski de Cracovie (1845-1916), nom de religion Albert, béatifié le 22 juin 1983 et canonisé le 12 novembre 1989 par Jean-Paul II.
Karol Wojtyla, étudiant, a écrit une pièce de théâtre sur le Frère Albert, intitulée "Frère de notre Dieu".
"J'ai plaisir à rappeler la fascination spirituelle qu'a exercée dans l'histoire de ma vocation la figure du saint Frère Alberto, Adam Chmielowski, - tel était son nom - qui n'était pas prêtre. Frère Alberto était un peintre de grand talent et d'une grande culture. Or, à un certain moment de sa vie, il rompit avec l'art, car il comprit que Dieu l'appelait à des devoirs bien plus importants. Il vint à Cracovie pour se faire pauvre parmi les pauvres, se donnant lui-même pour servir les déshérités. J'ai trouvé en lui un appui spirituel particulier et un exemple lorsque je me suis éloigné de la littérature et du théâtre, pour faire le choix radical de la vocation au sacerdoce. Par la suite, l'une de mes joies les plus grandes a été de l'élever aux honneurs des autels comme, auparavant, celle de lui consacrer une pièce de théâtre: 'Frère de notre Dieu'."
(source: discours du pape Jean-Paul II le 1er avril 2004)
http://www.vatican.edu/holy_father/john_paul_ii/speeches/2004/april/documents/hf_jp-ii_spe_20040401_xix-wyd_fr.html

A lire: Lettre de l'Abbaye Saint-Joseph de Clairval à Flavigny du 25 décembre 2004.
http://www.clairval.com/lettres/fr/2004/12/25/6291204.htm

Lorsqu'on lui demandera par la suite les raisons de son extraordinaire vocation, il répondra: «Pour sauver les misérables, il ne faut pas les accabler de remontrances, ni leur faire la morale tout en étant rassasié et bien vêtu: il faut se baisser et descendre plus bas encore, devenir encore plus misérable».



Sainte Anastasie (+ 303)
Martyre à Sirmium en Dalmatie, son culte était célébré en ce jour par la colonie grecque de Rome, qui fêtait la Théophanie du Seigneur et son Epiphanie le 6 janvier. Jusqu'à ces dernières années, la messe de l'aurore de Noël était célébrée dans l'église sainte Anastasie, près du forum romain, sous l'influence des notables byzantins qui vivaient dans ce quartier. Ses reliques sont désormais à Constantinople. Son nom est cité dans la première prière eucharistique. En fait on ne sait que peu de chose d'elle et les " Actes " de son martyre n'ont aucune valeur.



Bienheureuse Angeline de Corbara tiers ordre régulier de saint François (+ 1435)
62900.JPG

Angelina de Corbara, de Monte Giove, de Marciano, de Foligno.
Mariée de force, elle s'entendit avec son mari pour conserver sa virginité et distribuer des biens aux pauvres. A la mort de celui-ci, elle prit l'habit du tiers ordre de saint François et établi avec plusieurs jeunes filles de condition des maisons dans la région des Abruzzes.
Bannie du royaume de Naples, elle érigea le monastère Sainte Anne à Foligno en 1397.
Cette fondation et d'autres sont à l'origine du tiers ordre régulier de saint François section féminine, institution approuvée par les papes Martin V et Eugène IV, trouvant sa forme définitive sous Léon X.
Aprés une vie de charité et d'extases, Angélina mourut à Foligno en 1435.
Culte confirmé en 1825.
Voir aussi Beata Angelina da Montegiove, detta anche da Marciano, da Corbara o da Foligno.
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.santiebeati.it%2Fdettaglio%2F62900
Dates de fête: 14 juillet (source ci-dessus) ou 25 décembre (source 'Catholicisme')




Sainte Eugénie Vierge et martyre, fille de saint Philippe (+ v. 257)
Vierge romaine, elle subit le martyre au temps de l'empereur Valérien.
Déguisée en homme, elle aurait été accusée d'un crime qu'elle ne pouvait pas commettre en tant que femme. Sa " Passion " rapporte qu'au moment d'être livrée aux bêtes, elle put prouver son innocence.
Les chrétiens vinrent chercher son corps dans l'amphithéatre en chantant : "Un seul Christ, un seul vrai Dieu, le Dieu des chrétiens. "

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Eug%C3%A9nie_de_Rome




Bienheureux Foulques évêque (+ 1231)
Originaire de Gênes, il était ménestrel de son état quand il se décida à entrer à l'abbaye cistercienne du Thoronet dans le département du Var. Il en devint l'abbé vers 1200, puis fut nommé évêque de Toulouse en 1206. C'est là qu'il aida saint Dominique dans la fondation de l'Ordre Dominicain. "Evêque ménestrel", il est honoré surtout par les religieux cisterciens.



Saint Jacopone de Todi Franciscain, auteur du Stabat Mater (+ 1306)
Originaire de Todi en Italie, il se maria et connut une vie aisée. A la mort de sa femme en 1268, il devint "un fou du Christ " annonçant l'Evangile. Puis il entra chez les Frères Mineurs, mais, franciscain d'un tempérament impétueux, il écrivit contre le pape dont certaines décisions lui déplaisaient. Pour cette raison, il fut mis en prison quelque temps. On lui attribue la composition de l'hymne "Stabat Mater " que l'on chante durant la Semaine Sainte. Son culte n'est reconnu que dans la région de Todi.



Bienheureuse Marie des Apôtres (+ 1907)
Née à Gladbach en Allemagne dans une noble famille, elle orienta sa vie dès l'âge de sept ans vers l'apostolat missionnaire, ce qu'elle ne put réaliser qu'étant devenue adulte comme fondatrice des Soeurs du Divin Sauveur. Elle a été béatifiée en 1968.



Bienheureux Matthieu Chanoine de Reims puis cardinal (+ 1134)
Chanoine de Reims, puis moine clunisien de Saint Martin des Champs en 1108 et prieur de ce couvent en 1117. Créé cardinal en 1125, il fut légat du pape en France et en Germanie. Grand défenseur de l'observance bénédictine de Cluny, il était l'un des plus grands amis de saint Pierre le Vénérable.



Bienheureux Pierre le Vénérable Huitième abbé de Cluny (+ 1156)
Huitième abbé de Cluny (+ 1156)Homme pacifique, d’une gravité souriante, il dirigea l’Ordre de Cluny selon les préceptes de la primitive observance avec équité et discrétion ; il a laissé de nombreux écrits nourris d’Écriture Sainte. (source: martyrologe romain)




Les Églises font mémoire…

Anglicans : Nativité de notre Seigneur Jésus Christ

Catholiques d’occident : Nativité de notre Seigneur Jésus Christ

Coptes et Ethiopiens (16 kiyahk/tahsas) : Dédicace de l’église de saint Jacques le Persan (Église copte-orthodoxe)

Luthériens : Nativité du Christ

Maronites : Nativité du Seigneur

Orthodoxes et gréco-catholiques : Naissance selon la chair du Seigneur, notre Dieu et Sauveur Jésus Christ ; Jean le prieur (IXe s.), martyr (Église géorgienne)

Syro-occidentaux : Nativité du Seigneur

Syro-orientaux : Nativité du Seigneur

Vieux Catholiques : Nativité du Seigneur
Saints catholiques[2] et orthodoxes[3] du jour

 

Saints et bienheureux catholiques[2] du jour

Prénoms du jour 

Bonne fête aux :

  • Noël, au calendrier civil 2009 et ses dérivés : Manoël, Manuel, Manuelle, Nédelec, Nédeleg, Nelly, Noëlia, Noëlla, Noëlle, Noëllie, Noëllina, Noëlline, Novela, Novelenn, etc.
  • Emmanuel et ses dérivés : Emmanuelle, Imanol
  • Jésus

Et aussi aux :

25 décembre dans les croisades




Célébrations
200px-Adorazione_del_Bambino_-_Beato_Ang Représentation de la Nativité



 
Suite à l'importance de Noël pour le christianisme, ce jour est férié dans la plupart des pays de tradition chrétienne : pays d'Europe, Mexique, Canada, etc.

Saints catholiques et orthodoxes du jour 

Saints catholiques du jour 

Événements 

  1er

date établie par la haute hiérarchie de l'Église chrétienne (établie à Rome) pour commémorer la naissance du Christ, à Bethléemen Palestine.

 

Cette fête correspondait à une fête romaine du soltice d'hiver.


Les historiens s'accordent à reconnaître que, bien avant l'époque romaine, on fêtait en Europe la renaissance tant attendue de la nature.

 

Il est probable que le feu et la lumière, en tant que symboles, jouaient un rôle important ; la fête de Noël a précédé comme la Hannukka le début de la nouvelle année dans certains parties d'Europe ; les Années saintes catholiques commencent (dès 1300) ce jour.

Cependant la date du 25 décembre n'a pas été choisie par hasard et veut avant tout contenir un symbole fort pour le croyant : celui de la fin d'un exil et d'une vie nouvelle qui sera vécue éternellement avec le Christ (sous entendu dans la réalisation d'un second avènement attendu du Christ pour une recréation du monde, celui-ci allant nous apporter une délivrance et un salut définitif)

 

Nous pouvons le comprendre à la lecture d'un passage biblique contenu dans le livre du prophète Jérémie, au chapitre 52, à partir du verset 31 : " Mais la trente-septième année de la déportation à Babylone, roi de Juda, le 12 ème mois, le 25 du mois, Ewil-Merodak, roi de babylone, l'année même de son accesion au trône, gracia Yoyakin, roi de Juda, et le fit sortir de prison. Il lui parla en ami et lui donna la préséance parmi les rois qui partageaient son sort. Il lui fit quitter ses vêtements de prisonnier, et Yoyakin prit habituellement ses repas à la table du roi, tous les jours de sa vie"

 

 

274

Au lendemain de son triomphe, Aurélien inaugure le Temple du Soleil. Construit sur le Champ de Mars, décoré du butin ramené de Palmyre, le temple est desservi par le collège des prêtres du Soleil, choisis parmi les sénateurs. Honoré par une fête annuelle au moment du Solstice d'hiver (25 décembre) et par des jeux tous les quatre ans.


354

le Pape Libère (Libérius) instaure la date de la naissance du Christ au 25 décembre, jour où la Rome païenne célèbre la naissance de Mithra,"Sol Invinctus" (Dieu Invaincu), dieu perse de la lumière dans l'ancienne religion iranienne.


390

Empire romain, le jour de Noël, l'évêque de Milan, Ambroise, contraint Théodose à se soumettre à la pénitence publique comme un simple chrétien.

438

Empire romain, le Sénat de Rome enregistre officiellement le code de lois rédigé par une commission de juristes nommée par l'empereur Théodose II en 429.

Ce code est le premier recueil légal et officiel des lois promulguées par les empereurs depuis 312.


496

Baptême de Clovis, roi des Francs.

 

25 décembre 496

La ville de Reims en Champagne est située dans une plaine, où coule la rivière de Veste, qui lave une partie de ses murailles.

Fichier:Bateme de Clovis par St Remy-edit.jpg

Clovis Ier baptisé par l'évêque Remi de Reims

statue du XIXe siècle devant la basilique Saint-Remi de Reims.

 

L'archevêque s'intitule premier duc et pair de France, légat né du saint siège , & primat de la Gaule Belgique*

 

Ses suffragans sont les évêques de Soissons, Châlons comté-pairie, Laon duchépairie, Senlis, Beauvais comté-pairie, & Boulogne.

 

Cambrai, Tournai & Arras qui étaient aussi du nombre de ses suffragans, en ont été démembré après le milieu du XVI siècle.


Saint Rémi, archevêque de Reims, baptisà & sacra le roi Clovis le jour de Noël

 

Le baptême de Clovis selon Grégoire de Tours

« La reine fait alors venir en secret Remi, évêque de la ville de Reims, en le priant d’insinuer chez le roi la parole du salut. L’évêque l’ayant fait venir en secret commença à lui insinuer qu’il devait croire au vrai Dieu, créateur du ciel et de la terre, et abandonner les idoles qui ne peuvent lui être utiles, ni à lui, ni aux autres. Mais ce dernier lui répliquait : « Je t’ai écouté très volontiers, très saint Père, toutefois il reste une chose ; c’est que le peuple qui est sous mes ordres, ne veut pas délaisser ses dieux ; mais je vais l’entretenir conformément à ta parole »


Il se rendit donc au milieu des siens et avant même qu’il eût pris la parole, la puissance de Dieu l’ayant devancé, tout le peuple s’écria en même temps :  

« Les dieux mortels, nous les rejetons, pieux roi, et c’est le Dieu immortel que prêche Remi que nous sommes prêts à suivre »

 

Cette nouvelle est portée au prélat qui, rempli d’une grande joie, fit préparer la piscine. […]

 

Ce fut le roi qui le premier demanda à être baptisé par le pontife.

 

Il s’avance, nouveau Constantin, vers la piscine pour se guérir de la maladie d’une vieille lèpre et pour effacer avec une eau fraîche de sales taches faites anciennement.


Lorsqu’il fut entré pour le baptême, le saint de Dieu l’interpella d’une voix éloquente en ces termes :

 

« Courbe doucement la tête, ô Sicambre; adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré »

« Mitis depone colla, Sicamber ». Laurent Theis (op. cit., 1996, p. 44) propose la traduction suivante : « dépose humblement tes colliers, Sicambre », c'est-à-dire des amulettes faisant référence aux dieux païens apparentés aux démons.

Remi était un évêque d’une science remarquable et qui s’était tout d’abord imprégné de l’étude de la rhétorique. Il existe de nos jours un livre de sa vie qui raconte qu'il était tellement distingué par sa sainteté qu’il égalait Silvestre par ses miracles, et qu’il a ressuscité un mort. Ainsi donc le roi, ayant confessé le Dieu tout puissant dans sa Trinité, fut baptisé au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit et oint du saint chrême avec le signe de la croix du Christ. Plus de trois mille hommes de son armée furent également baptisés. […] »

— Grégoire de Tours, Histoire des Francs, livre II, chapitre XXXI.

 


LE BAPTÊME DE CLOVIS

Le 25 Décembre 496, ou plutôt 498 ou 499, Clovis est baptisé, à Reims, par l'évêque Rémy.L'incertitude sur l'année provient du fait que les renseignements que nous en avons ont été fournis par Grégoire de Tours, qui naquit quelques années après la mort de Clovis et écrivit "L'Histoire des Francs", sans donner de dates très précises. Les travaux récents des historiens semblent donner pour improbable l'année 496, mais confirment le 25 Décembre, symbolique, étant le jour de la naissance du Christ.
Puisqu'en 1896 on avait commémoré le 14OOème anniversaire du baptême de Clovis, on a conservé 1996 pour célébrer le 15OOème.. car on n'est pas non plus certain des autres dates!
Le "pourquoi" de ce baptême:
En 496, Clovis, en lutte contre les Alamans, est en très mauvaise posture; la bataille tourne à son désavantage, malgré ses appels à tous les dieux de la guerre!
Se souvenant que son épouse et son conseiller, Rémy, lui préconisent de se convertir au christianisme, Clovis se serait écrié : "Dieu de Clotilde, si tu me donnes la victoire, je me convertirai."
Dans les instants qui suivent, la situation s'inverse, les Alamans se débandent et Clovis remporte la victoire à Tolbiac (près de Cologne, actuellement en Allemagne).
N'oublions pas non plus que, pour des raisons politiques (être baptisé c'était s'allier les chrétiens), CLOVIS songeait probablement à ce baptême depuis un certain temps.
Le Baptême (d'après Grégoire de Tours) :
On orne la place d'étoffes teintes, on pare l'église de tentures blanches, on dispose le baptistère, on le parfume, des cierges brillent... Le roi se dirigea vers la piscine baptismale pour y être purifié... Au moment où il allait être baptisé Rémy lui dit "Retire tes colliers; adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré! -Les colliers étaient des "porte-bonheur" païens-
Le roi, après avoir confessé le Tout-Puissant, Dieu en trois personnes, fut baptisé au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et oint du saint-chrème au moyen du signe de la croix du Christ.
Reçurent le baptême plus de trois mille hommes de son armée et sa soeur Alboflède.
bapteme.jpeg
Le Baptême de Clovis, par le Maître de St-Gilles (Washington.National Gallery)
Conséquences de ce baptême :
En se convertissant, Clovis prenait un risque vis à vis de ses guerriers païens (car tous ne se convertirent pas, du moins en même temps); il risquait la "déposition".
Mais, fidèle à la parole donnée à Tolbiac et probablement sincèrement converti, il n'hésita pas à se faire baptiser.
Il en tira un avantage certain, peut-être calculé, ou du moins espéré, l'alliance confirmée des évêques et l'amalgame voulu facilité entre les Francs et les Gallo-Romains.
med2.gif
Le baptistère
Vers Les conquêtes et l'extension du Royaume Francylsarrr.gif
ylsarrl.gifRetour à la page Avant, pendant, après CLOVIS

537

Inauguration de la basilique Sainte-Sophie par l'empereur Justinien à Constantinople.

La "Grande Église" est placée sous le vocable de la Sagesse divine (le Christ).


597

Baptême d'Éthelbert, roi du Kent, à Canterbury.

604

Bataille d'Étampes, Clotaire II vaincu par Thierry.

800

Couronnement de Charlemagne, empereur d'Occident 

 

Charlemagne, roi des Francs, est sacré empereur d'Occident dans la Basilique Saint-Pierre de Rome, par le Pape Léon III, puis acclamé par la foule. Le Pape s’agenouille devant le nouvel empereur.

 

Selon son biographe Eginhard, Charlemagne sort furieux de cette cérémonie : en couronnant d’abord Charlemagne, avant les acclamations, Léon III affirme que tout pouvoir vient de Dieu, par son intermédiaire, et non du peuple.


Charles, fils aîné de Charlemagne

, est couronné le même jour roi de Neustrie.


Charlemagne reste à Rome jusqu’aux Pâques 801, affirmant clairement sa souveraineté sur la Ville Eternelle.

 

http://arelaune.aloli.fr/choeur-montjoie...
Biographie :
Le chœur Montjoie-Saint-Denis est une chorale d'amateurs français créée en 1979 par d'anciens chefs scouts qui depuis 1979 interprète et enregistre des « chants de tradition » français puisant dans les répertoires religieux, militaires, paysans, ouvriers, ou encore marins.

À travers ses deux cent cinquante chansons enregistrés, le chœur Montjoie-Saint-Denis a voulu jouer un rôle dans la transmission de cette mémoire populaire.

Montjoie ! Saint Denis !" Ce cri de guerre et de ralliement des Francs fut utilisé notamment en Espagne, lors des croisades de reconquêtes menées par Charlemagne. Il donna son nom à l’oriflamme offert à l’empereur par le pape Léon III, le 25 décembre 800. Jeanne d’Arc, lors de son procès, parla de l’oriflamme comme du vrai Cry (emblème) de la France. De 1124 à 1386, l’oriflamme fut cherchée 21 fois à Saint-Denis alors que la situation était désespérée. Ce cri, accompagnant toutes les sorties de l’oriflamme, devint celui des chevaliers français. Disparue sous la révolution, elle fut reconstituée pour le 700e anniversaire de Bouvines, le 27 juillet 1914. Elle fut alors portée le 3 septembre sur le tombeau de sainte Geneviève, à Paris, pour demander la protection de la ville. Ce fut alors la victoire de la Marne.


Montjoie ! Saint Denis !

820

Constantinople (la nuit de Noël), Léon V est assassiné dans l'église de Sainte-Sophie par son favori Michel II, le Bègue, qui fonde la dynastie phrygienne.


854

Les clercs et les nobles du Norfolk assemblés à Attleborough, élisent pour roi d' Est-Anglie Edmond (14 ans), neveu d' Athelstan, huitième roi d’Est-Anglie, parti en Terre Sainte pour y finir ses jours dans la prière et la pénitence.

 

987

100px-Blason_France_moderne.svg.png
Rois des Francs 

A Orléans, sacre de Robert II
http://membres.lycos.fr/nexus98/robert2.jpg

Robert II le Pieux est né à Orléans vers 972 et est mort au château de Melun le 20 juillet 1031.

Fils d’Hugues Capet et de son épouse Adélaïde d'Aquitaine, il est le deuxième roi franc de la dynastie capétienne.

Il règne de 996 à 1031 et est ainsi l'un des souverains de l’an mil.

L’historiographie se consacre depuis longtemps à l’époque de Robert le Pieux, l’an mil, et s’est attachée à décrire l’instauration de la paix de Dieu qui visait à canaliser les seigneurs et assurer la protection des biens de l’Église et des seigneuries.

 

Par ailleurs, si, depuis Jules Michelet, les historiens ont longtemps avancé que le passage à l’an mil avait provoqué des peurs collectives de fin du monde, cette thèse a été réfutée par l'historien Georges Duby puis par Sylvain Gouguenheim, professeur d'histoire médiévale à l'École normale supérieure de Lyon

En fait, la fin du Xe siècle et la première moitié du XIe siècle connaissent le début d’un changement économique et social avec l’augmentation de la productivité agricole et des capacités d’échanges permises par le développement de l’usage du denier d’argent.

 

Dans le même temps, la fin des invasions et les continuelles guerres personnelles entraînent, à partir de 1020, la prolifération des châteaux privés, du haut desquels le droit de ban s’impose, ainsi que l’émergence de la chevalerie, nouvelle élite sociale qui tient son origine des cavaliers carolingiens.

 

C’est dans ce contexte que Robert le Pieux poursuit l’instauration de la dynastie capétienne.

 

Associé dès 987 à la royauté, il assiste son père sur les questions militaires (avec la conquête de Laon, en 988-991)

 

Sa solide instruction, assurée par Gerbert d'Aurillac à Reims, lui permet de s’occuper des questions religieuses dont il devient rapidement le garant (il dirige le concile de Verzy en 991 et celui de Chelles en 994)

 

Poursuivant l’œuvre politique de son père, après 996, il parvient à maintenir l’alliance avec la Normandie et l’Anjou et à contenir les ambitions d'Eudes II de Blois.

 

Au prix d’une longue lutte débutée en avril 1003, il conquiert le duché de Bourgogne qui aurait dû lui revenir en héritage à la mort, sans descendance directe, de son oncle Henri Ier de Bourgogne, mais que ce dernier avait transmis en faveur de son beau-fils Otte-Guillaume.

 

Les déboires conjugaux de Robert le Pieux avec Rozala d'Italie et Berthe de Bourgogne (qui lui valent une menace d’excommunication), puis la mauvaise réputation de Constance d'Arles, contrastent étrangement avec l’aura pieuse, à la limite de la sainteté, que veut bien lui prêter son biographe Helgaud de Fleury dans la Vie du roi Robert le Pieux (Epitoma vitae regis Roberti pii). Sa vie est alors présentée comme un modèle à suivre, faite d’innombrables donations pieuses à divers établissements religieux, de charité envers les pauvres et surtout de gestes considérés comme sacrés, telle que la guérison de certains lépreux : Robert est le premier souverain considéré comme thaumaturge. La fin de son règne révèle la relative faiblesse du souverain qui doit faire face à la révolte de son épouse Constance d'Arles puis de ses propres fils (Henri et Robert) entre 1025 et 1031.

 

Contrairement à son père Hugues Capet, nous avons conservé une littérature contemporaine de Robert le Pieux, exclusivement ecclésiastique, qui évoque la vie du roi. En premier lieu, il y a la biographie écrite par Helgaud de Fleury (Epitoma vitae regis Roberti pii, v. 1033), abbé de Saint-Benoît-sur-Loire, qui n’est en réalité qu’un panégyrique voire une hagiographie du souverain.

 

Autres sources exceptionnelles sont les Histoires (v. 1026-1047) du moine bourguignon Raoul Glaber.

 

Homme de haute culture, il est, par son réseau clunisien, très bien renseigné sur l’Occident tout entier. Raoul est de loin l’informateur le plus complet sur le règne de Robert le Pieux.

 

Secondairement, il faut noter la traditionnelle Histoire de Richer de Reims et le poème que l’évêque Adalbéron de Laon, dit Ascelin, a adressé à Robert, décrivant ainsi la société de son temps.

 

Biographie 


1000

Premier roi de Hongrie, Étienne Ier, duc des Magyars, est couronné par le pape Sylvestre II.

 

25 décembre dans les croisades

 

1025

Couronnement de Mieszko II Lambert de Pologne.


1066

Couronnement de Guillaume le Conquérant et Mathilde de Flandre, roi et reine d'Angleterre, à l'abbaye de Westminster, à Londres.

 

 1071 

A Laon, second sacre de Philippe Ier.


1076

Couronnement de Boleslas II le Généreux, roi de Pologne.


1100

Couronnement de Baudouin de Boulogne, premier roi de Jérusalem

1120

Naufrage à Barfleur de la Blanche-Nef avec à son bord de grands nobles normands et l'héritier du trône d'Angleterre, Guillaume Adelin. Pour certains ce naufrage eut lieu le 25 novembre 1120 ?. (ce 25 novembre est vérifié :

suivre ce lien [archive]


1169

Constance de Bretagne, héritière du duc de Bretagne, Conan IV le Petit, est forcée d'épouser Geoffroy II, troisième fils du roi d'Angleterre Henri II Plantagenêt, âgé de 9 ans.

La Bretagne passe ainsi sous la coupe de l'Angleterre.

1524

Le pape Clément VII ouvre solennellement le neuvième Jubilé (Année sainte)


1559

Jean Ange de Médicis est élu pape sous le nom de Pie IV

1688
Le roi d'Angleterre Jacques II se réfugie en France.

1745

 Dresde : La paix signée avec Charles VII lui ayant donné la Silésie, Frédéric II s'empresse à la mort de celui-ci de reconnaître comme empereur d'Allemagne François de Lorraine.

1792
«Au nom de la très Sainte Trinité, du Père, du fils et du St Esprit. Aujourd'hui vingt-cinquième de Décembre mil sept cent quatre vingt douze. Moi Louis XVIe du nom, Roi de France, étant depuis plus de quatre mois enfermé avec ma famille dans la Tour du Temple à Paris, par ceux qui étaient mes sujets, et privé de toute communication quelconque, même depuis le onze du courant avec ma famille. De plus impliqué dans un Procès dont il est impossible de prévoir l'issue à cause des passions des hommes, et dont on ne trouve aucun prétexte ni moyen dans aucune loi existante, n'ayant que Dieu pour témoin de mes pensées, et auquel je puisse m'adresser. Je déclare ici en sa présence, mes dernières volon tés et mes sentiments.

«Je laisse mon âme à Dieu mon créateur, et je le prie de la recevoir dans sa miséricorde, de ne pas la juger d'après ses mérites, mais par ceux de Notre Seigneur Jésus Christ qui s'est

offert en sacrifice à Dieu son Père, pour nous autres hommes, quelque indignes que nous en fussions, et moi le premier.

«Je meurs dans l'union de notre sainte Mère l'Eglise Catholique, Apostolique et Romaine, qui tient ses pouvoirs par une succession non interrompue de St Pierre auquel J.C. les avait confiés. Je crois fermement et je confesse tout ce qui est contenu dans le Symbole et les commandements de Dieu et de l'Eglise, les Sacrements et les Mystères tels que l'Eglise Catholique les enseigne et les a toujours enseignés. je n'ai jamais prétendu me rendre juge dans les différentes manières d'expliquer les dogmes qui déchirent l'Eglise de J‑C., mais je m'en suis rapporté et rapporterai toujours, si Dieu m'accorde vie, aux décisions que les supérieurs Ecclésiastiques unis à la Sainte Eglise Catholique, donnent et donneront conformément à la discipline de l'Eglise suivie depuis J.C.. Je plains de tout mon cœur nos frères qui peuvent être dans l'erreur, mais je ne prétends pas les juger, et je ne les aime pas moins tous en J‑C. suivant ce que la charité Chrétienne nous l'enseigne.

«Je prie Dieu de me pardonner tous mes péchés, j'ai cherché à les connaître scrupuleusement, à les détester et à m'humilier en sa présence, ne pouvant me servir du Ministère d'un Prêtre Catholique. Je prie Dieu de recevoir la confession que je lui en ai faite, et surtout le repentir profond que j'ai d'avoir mis mon nom, (quoique cela fut contre ma volonté) à des actes qui peuvent être contraires à la discipline et à la croyance de l'Eglise Catholique à laquelle je suis toujours resté sincèrement uni de cœur. Je prie Dieu de recevoir la ferme résolution ou je suis, s'il m'accorde vie, de me servir aussitôt que je le pourrai du Ministère d'un Prêtre Catholique, pour m'accuser de tous mes péchés, et recevoir le Sacrement de Pénitence.

«Je prie tous ceux que je pourrais avoir offensés par inadver­tance (car je ne me rappelle pas d'avoir fait sciemment aucune offense à personne), ou à ceux à qui j'aurais pu avoir donné de mauvais exemples ou des scandales, de me pardonner le mal qu'ils croient que je peux leur avoir fait.

«Je prie tous ceux qui ont de la Charité d'unir leurs prières aux miennes, pour obtenir de Dieu le pardon de mes péchés.

«Je pardonne de tout mon cœur à ceux qui se sont fait mes ennemis sans que je leur en aie donné aucun sujet, et je prie Dieu de leur pardonner, de même que ceux qui par un faux zèle, ou par un zèle mal entendu, m'ont fait beaucoup de mal.

«Je recommande à Dieu, ma femme, mes enfants, ma Sœur, mes Tantes, mes Frères, et tous ceux qui me sont atta chés par les liens du Sang, ou par quelque autre manière que ce puisse être. Je prie Dieu particulièrement de jeter des yeux de miséricorde sur ma femme, mes enfants et ma Sœur qui souffrent depuis longtemps avec moi, de les soutenir par sa grâce s'ils viennent à me perdre, et tant qu'ils resteront dans ce monde périssable.

«Je recommande mes enfants à ma femme, je n'ai jamais douté de sa tendresse maternelle pour eux; je lui recommande surtout d'en faire de bons Chrétiens et d'honnêtes hommes, de leur faire regarder les grandeurs de ce monde‑ci (s’ils sont condamnés à les éprouver) que comme des biens dangereux et périssables, et de tourner leurs regards vers la seule gloire soli de et durable de l'Eternité. Je prie ma Sœur de vouloir bien continuer sa tendresse à mes enfants, et de leur tenir lieu de Mère, s'ils avaient le malheur de perdre la leur.

«Je prie ma femme de me pardonner tous les maux qu'elle souffre pour moi, et les chagrins que je pourrais lui avoir don nés dans le cours de notre union, comme elle peut être sûre que je ne garde rien contre elle si elle croyait avoir quelque chose à se reprocher.

«Je recommande bien vivement à mes enfants, après ce qu'ils doivent à Dieu qui doit marcher avant tout, de rester toujours unis entre eux, soumis et obéissants à leur Mère, et reconnaissants de tous les soins et les peines qu'elle se donne pour eux, et en mémoire de moi. je les prie de regarder ma Sœur comme une seconde Mère.

« Je recommande à mon fils, s'il avait le malheur de devenir Roi, de songer qu'il se doit tout entier au bonheur de ses Concitoyens, qu'il doit oublier toute haine et tout ressentiment, et nommément tout ce qui a rapport aux malheurs et aux chagrins que j'éprouve. Qu'il ne peut faire le bonheur des Peuples qu'en régnant suivant les Lois, mais en même temps qu'un Roi ne peut les faire respecter, et faire le bien qui est dans son cœur, qu'autant qu'il a l'autorité nécessaire, et qu'autrement, étant lié dans ses opérations et n'inspirant point de respect, il est plus nuisible qu'utile.

«Je recommande à mon fils d'avoir soin de toutes les per sonnes qui m'étaient attachées, autant que les circonstances où il se trouvera lui en donneront les facultés, de songer que c'est une dette sacrée que j'ai contractée envers les enfants ou les parents de ceux qui ont péri pour moi, et ensuite de ceux qui sont malheureux pour moi. Je sais qu'il y a plusieurs per sonnes de celles qui m'étaient attachées, qui ne se sont pas conduites envers moi comme elles le devaient, et qui ont même montré de l'ingratitude, mais je leur pardonne, (sou vent, dans les moment de troubles et d'effervescence, on n'est pas le maître de soi) et je prie mon fils, s'il en trouve l'occasion, de ne songer qu'à leur malheur.

«Je voudrais pouvoir témoigner ici ma reconnaissance à ceux qui m'ont montré un véritable attachement et désintéres sé. D'un côté si j'étais sensiblement touché de l'ingratitude et de la déloyauté de gens à qui je n'avais jamais témoigné que des bontés, à eux et à leurs parents ou amis, de l'autre, j'ai eu de la consolation à voir l'attachement et l'intérêt gratuit que beaucoup de personnes m'ont montrés. Je les prie d'en rece voir tous mes remerciements; dans la situation où sont encore les choses, je craindrais de les compromettre si je parlais plus explicitement, mais je recommande spécialement à mon fils de chercher les occasions de pouvoir les reconnaître.

«Je croirais calomnier cependant les sentiments de la Nation, si je ne recommandais ouvertement à mon fils Ms de Chamilly et Hue, que leur véritable attachement pour moi avait portés à s'enfermer avec moi dans ce triste séjour, et qui ont pensé en être les malheureuses victimes. Je lui recomman de aussi Cléry des soins duquel j'ai eu tout lieu de me louer depuis qu'il est avec moi. Comme c'est lui qui est resté avec moi jusqu'à la fin, je prie Ms de la Commune de lui remettre mes hardes, mes livres, ma montre, ma bourse, et les autres petits effets qui ont été déposés au Conseil de la Commune.

«Je pardonne encore très volontiers a ceux qui me gardaient, les mauvais traitements et les gênes dont ils ont cru devoir user envers moi. J'ai trouvé quelques âmes sensibles et compatissantes, que celles-là jouissent dans leur cœur de la tranquillité que doit leur donner leur façon de penser.

«Je prie Ms de Malesherbes, Tronchet et de Sèze, de recevoir ici tous mes remerciements et l'expression de ma sensibilité pour tous les soins et les peines qu'ils se sont donnés pour moi.

«Je finis en déclarant devant Dieu et prêt à paraître devant lui, que je ne me reproche aucun des crimes qui sont avancés contre moi. Fait double à la Tour du Temple le 25 Décembre 1792. Louis.»


1797

 en France (5 nivôse), Bonaparte est élu à l'Institut.



1809

Illyrie

 

Les provinces illyriennes sont organisées par Napoléon.

Partager cet article

Repost 0
Published by YANN SINCLAIR - dans CALENDRIER
commenter cet article

commentaires

Forum


Image Hosted by ImageShack.us
louis XX 01

Image Hosted by ImageShack.us

 


capetiens
(Pierre-Yves Guilain)
Cercle de réflexion royaliste

Heraldique-Noblesse
Joinville et ses princes
Amis et passionnés du Père-Lachaise
Pere-Lachaise
lescimetières
Généalogie, cimetières, patrimoine parisien
graveyart: sur les cimetières parisiens (en hollandais)

Histoires des souverains d'Europe et images de leurs tombeaux 

kaisergruft

(site sur les sépultures des Habsbourg notamment sur la crypte des Capucins)

MAISON CIVILE DU ROI. (1)

d'après le Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France
Nicolas Viton de Saint-Allais (1773-1842)- Paris, 1816



Image Hosted by ImageShack.us

Introduction

  Accueil



Rois de France


Génobaud
roi Franc
(légendaire)
à la fin du IVe siècle
354-419
Sunnon
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
388-xxx
Marcomir
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
Pharamond
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs Saliens 

(légendaire)
ancêtre mythique des Mérovingiens
Clodion le Chevelu
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs saliens
428 - 448

Image Hosted by ImageShack.us
Duc des Francs saliens 
(incertain)
448 - 457
Childéric Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Duc et Roi des Francs saliens
457 - 481
Clodomir
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Orléans
511524
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Metz
(futur Austrasie)
511534
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie
511561
Roi des Francs
558561
Roi d'Austrasie
53454
Théodebald Ier
(Thibaut)
Roi d'Austrasie
548555
561567
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie 
Roi de Bourgogne
561592
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
561575
Roi d'Austrasie
Roi d'Austrasie
595 - 612
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Bourgogne
595613
Roi d'Austrasie
61261
sous la régence de Brunehilde
Roi de Bourgogne
Roi d'Austrasie
613
Roi de Neustrie
584629
Roi de Paris
595
629
Roi des Francs
613629
Roi des Francs (sans l'Aquitaine)
629639
Roi des Francs
632639
Caribert II
 Roi d'Aquitaine
629632
Roi de Neustrie, de Bourgogne
639657
Roi d'Austrasie
656657
Roi d'Austrasie
639656
Childebert III l'Adopté
Roi d'Austrasie
657662
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, de Bourgogne
65767






Roi d'Austrasie
662675
Occupe la Neustrie
673675







Roi de Neustrie
673691
Roi des Francs 

(en fait uniquement de Neustrie)
L'Austrasie étant aux mains
de Pépin de Herstal
679
691

Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, Bourgogne et Austrasie
675 - 676
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
676679
Clovis IV








Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
691695









Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
695711
Dagobert III









Roi des Francs de 711 à 715
Chilpéric II









roi des Francs de Neustrie et des Burgondes
de 715 à 719
puis de tous les Francs de 719 à 721.
C
lotaire IV


T
hierry IV









Childéric III
Image Hosted by ImageShack.us
roi des Francs, de Neustrie
de Bourgogne et d'Austrasie
de 743 à 751

************

 

 


Pépin III le Bref
Image Hosted by ImageShack.us
Carloman Ier
Image Hosted by ImageShack.us
C
harles Ier
dit Charles le Grand
CHARLEMAGNE

Image Hosted by ImageShack.us
Louis Ier dit le Pieux
ou «le Débonnaire»
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire II

Image Hosted by ImageShack.us
C
harles II dit le Chauve
Image Hosted by ImageShack.us
Louis II dit le Bègue
Image Hosted by ImageShack.us
Louis III de France
Image Hosted by ImageShack.us
C
arloman II de France
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Eudes Ier de France
Robertin
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Simple
Image Hosted by ImageShack.us

Robert le Fort
Image Hosted by ImageShack.us
Robert Ier de France

Image Hosted by ImageShack.us

Hugues le Grand
Image Hosted by ImageShack.us
Raoul Ier de France
aussi appelé Rodolphe

Image Hosted by ImageShack.us
Louis IV dit d'Outremer
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis V dit le Fainéant
Image Hosted by ImageShack.us
Dernier roi de la lignée
des Carolingiens
Image Hosted by ImageShack.us

H
ugues Capet
Image Hosted by ImageShack.us
Robert II le Pieux
Image Hosted by ImageShack.us
Hugues II de France
Image Hosted by ImageShack.us
(1007-1025)
Roi de France associé
1017 - 1025
Henri Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VI le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VII Le Jeune
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe II Auguste
Image Hosted by ImageShack.us

Louis VIII le Lion
Image Hosted by ImageShack.us

Louis IX (Saint Louis)
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe III de France
dit le Hardi
http://www.visite-de-rouen.com/images/philippe_3.jpg
Philippe IV le Bel
image
Louis X le Hutin
http://www.livois.com/phpgedview/media/Louis_X_le_Hutin.jpg
Jean Ier le Posthume

image






Philippe V
le Long
http://www.livois.com/phpgedview/media/Philippe_V_le_Long.jpg
Charles IV le Bel
http://www.livois.com/phpgedview/media/Charles_IV_le_Bel.jpg
Valois
Philippe VI le Fortuné
http://www.france-pittoresque.com/rois-france/img/philippe-VI.gif
Jean II le Bon
image
Charles V le Sage
http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0014/m502004_97de1712_p.jpg
Charles VI le Fol ou le Bien-Aimé
image
Charles VII le Victorieux
image
Louis XI de Valois
http://jargeau-tourisme.com/img/louis11.jpg
Charles VIII de Valois
image
Louis XII d'Orléans
image
François Ier d'Angoulème
image
Henri II d'Angoulème
image
François II d'Angoulème
image
Charles IX d'Angoulème
image
Henri III d'Angoulème
image