Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Médias

Réécoutez le dernier journal de

RCF Pays d’Aude

Image Hosted by ImageShack.us

  Curie Romaine
Liste des papes

Pape Liste des papes
Liste détaillée des papes
Liste des primats de l'Église copte orthodoxe
Liste des primats de l'Église apostolique arménienne

Cité du Vatican
http://www.vaticanstate.va/FR/homepage.htm

Vatican Site Officiel
http://www.vatican.va/phome_fr.htm
  Musées du Vatican
http://mv.vatican.va/StartNew_FR.html



http://imageshack.us/ 
* * * Dernières minutes . . . A F P . . .H2 News . . . La Croix . . .
http://imageshack.us/

http://news.google.fr/news?hl=fr&ned=fr&ie=UTF-8&q=site:eucharistiemisericor.free.fr&scoring=n
http://www.la-croix.com/afp.static/pages/index.religion.htm

 

 

 

 

 

 

     En direct
             de la
    Place Saint-Pierre
http://imageshack.us/ 
* * *  En direct de Rome  * * *


http://imageshack.us/
http://mediastream.vatican.va/mpeg4lan.sdp
http://www.sat2000.it/diretta/
http://www.oecumene.radiovaticana.org/fr1/index.asp
3
journaux en Français

        (8h15 - 13h - 18h)


http:///
http://www.tv-direct.fr/live_ktotv.php
http://www.lejourduseigneur.com/  

 Catholique TV
http://img410.imageshack.us/img410/81/tvcatholiquelyon.png
http://www.catholique.tv/

Gazettes & Sites Royaux

rois.jpg
 Ils sont tous là !
Ils nous regardent et nous racontent 14 siècles d'Histoire de France

 

4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 00:00

211 

159px-SeptimeS%C3%A9v%C3%A8re.jpg

Septime Sévère

(Lucius Septimius Severus Pertinax)

 

(11 avril 146 - 4 février 211)

 

empereur romain, qui régna de 193 à 211

180438_10150103226955747_614105746_63046

 

Avec lui commence la dynastie des Sévères et l'arrivée au pouvoir de provinciaux d'ascendance non romaine.

À York en Britannie, décès d e Lucius Septime Sévère, fils de Publius Septime Geta et de Fulvia Pia, empereur romain depuis l’année 193 et père de Caracalla et de Geta, qui lui régnèrent après lui.
Il fut le premier César de la dynastie des Sévères.

 

  708 

Image du pape Sisinnius

Sisinnius

 

 (mort le 4 février, 708)

 

pape pendant environ trois semaines en 708.

 

1505

COA french queen Jeanne de France.svg

Le règne de Louis XI ne se comprend tout à fait qu'aux lumières du bûcher de Jeanne d'Arc.
C'est l'oeuvre spirituelle de Jeanne d'Arc qui a permis l'oeuvre temporelle de Louis XI.
Si ce roi calculateur, rusé, quelque peu superstitieux, ne fut point un saint, sa fille Jeanne le sanctifia.
Douloureuse, humiliée, offerte, canonisée par Pie XII, elle est la sainte de la Maison de Valois, la quatrième des dynasties de France.


joan_o10.jpg

Une fille de roi dont l'enfance fut particulièrement humiliée

Trente-trois ans après Jeanne d'Arc, une autre Jeanne, de France et de Valois, vient de naître. Qui la connaît ? Elle n'est pas au catalogue des grandes dames de l'histoire dont les médias nous offrent le programme des vies et des exploits, formant ainsi et à l'année longue, des modèles d'égéries passionnées plus que de femmes fortes. Elle n'est pas même non plus au catalogue habituel des saintes françaises. Bien qu'elle soit fille, soeur et femme de roi, aucune enfant ne sera plus asservie, aucune épouse plus méprisée que Jeanne, pas une féminité plus dédaignée, pas une reine ne sera plus humiliée. Elle est pourtant de celles dont le coeur souverain a porté non seulement les siens mais la vocation de son pays.

Ce qui lui est refusé en premier, c'est sa naissance. Louis XI, son père, qui a déjà une fille Anne, pour aînée, attend un héritier mâle. Il le veut. Et promet à cet effet à Notre-Dame de Cléry, une statue en argent du poids du nouveau né. Aussi, lorsque la reine, Charlotte de Savoie, met au monde une fille, Jeanne, le roi révolté n'accorde pas une attention à l'enfant. Dépité par cette cadette, il lui préfèrera toujours la compagnie de ses grands oiseaux et de ses lévriers. Privée de la tendresse naturelle de son père, Jeanne a cependant une mère aimante et attentionnée. L'éducation chrétienne qu'elle reçoit de la pieuse reine Charlotte est d'autant plus décisive pour l'enfant que, dès ses première années, Jeanne révèle une véritable profondeur spirituelle.

Louis XI veut la détourner de sa vocation religieuse

Elle n'a pas cinq ans lorsque Louis XI s'en aperçoit et la sépare de sa mère pour briser dans l'oeuf toute vocation religieuse naissante. Le roi n'a rien contre la vie consacrée, mais à ses yeux une fille de France ne s'appartient pas ; son devoir est de servir de la seule façon possible pour une femme : un mariage intelligent qui garantisse le "pré-carré" du royaume. L'enfant est alors confiée à de lointains parents, François de Beaujeu et Anne de Culan, seigneurs de Lignières, dans un canton reculé du Cher. Elle y restera jusqu'à son mariage. La privation d'un amour filial naturel est le premier abandon demandé à l'enfant.

A l'âge de se révolter déjà ou de se replier, Jeanne accepte et continue à chérir son père qui l'ignore. Anne de Culan a reçu ordre de détourner la fillette d'une dévotion "exagérée" mais la piété et l'amour de la petite Jeanne sont tels que la maîtresse des lieux désarmée, conçoit peu à peu un véritable amour de mère pour sa protégée et la laisse libre dans son élan spirituel.

Un mariage d'Etat, forcé et malheureux avec le duc Louis d'Orléans

Et c'est dans la chapelle de Lignières que, dans sa sixième année, Jeanne va recevoir de la Vierge elle-même, la promesse de lui être un jour consacrée. C'est aussi lors des première années passées chez Anne de Culan que l'on découvre le mal qui déforme de plus en plus le corps de la princesse : une déviation de la colonne vertébrale, passée d'abord inaperçue. Aujourd'hui, prise à temps, la malformation est remédiable. A l'époque de Jeanne, elle rend difforme pour la vie. Madame de Culan a beau réaliser des prouesses de couture pour voiler le petit corps contrefait et le rendre plus avenant, la jeune fille doit renoncer aussi au simple fait d'avoir une silhouette féminine.

Elle est cependant encore enfant lorsque son père décide de la marier au jeune duc Louis d'Orléans, fils de Charles d'Orléans, chef de l'une des plus puissantes dynasties du royaume. Le roi de France sait-il exactement l'état physique de sa fille à ce moment-là ? Il l'a très peu vue, et l'on peut penser qu'il n'en a pas mesuré la gravité. Car l'acharnement du roi à organiser ce mariage contre les voeux de tous, va jusqu'aux menaces envers la mère de Louis qui tente de s'interposer et envers le jeune homme qui, à la veille de la cérémonie, affirme encore à ceux qui l'entourent : "J'aimerais mieux épouser une simple damoiselle de Beauce".

En octobre 1473, le mariage civil est donc enregistré officiellement. Jeanne a neuf ans, Louis d'Orléans en a douze. Quant au mariage religieux, il est célébré le 8 septembre 1476 - après autorisation de l'Eglise de Rome - dans la plus stricte intimité. Ni Louis XI, ni la mère du jeune duc, qui marie sa fille le même jour, n'assistent à la cérémonie que l'on expédie au plus vite.

Dans ce couple, s'il y a eu un "oui" entier, responsable, c'est le sien

Pour Jeanne cet acte représente le contraire de ses aspirations et le renoncement spirituel le plus intime : celui de sa vocation. Or, dans ce couple forcé, s'il y a eu un "oui" entier, responsable, c'est le sien. Car Jeanne est docile au Seigneur, et pour Lui, elle respecte une volonté paternelle qu'elle n'a jamais cessé d'estimer et d'aimer : en digne fille de France, elle obéit à son devoir d'état. L'on a dit plus tard que ce mariage forcé n'en était pas un. Il reste que pour Jeanne de Valois, il a été l'acte d'une volonté qui consent, et d'une obéissance aimante.

On imagine sans peine ce qu'a pu être le calvaire d'une vie conjugale en de telles circonstances. Louis est jeune, beau, léger et encore bien loin de posséder la maturité affective nécessaire pour ne pas éprouver d'aversion envers celle dont on lui impose l'amour. Non seulement il n'acceptera jamais de partager la couche conjugale, mais ostensiblement, il marque son dédain et sa répulsion physique pour la laideur de son épouse.

Une laideur de corps essentiellement car de visage il semble que Jeanne ait eu un certain charme : "Un visage ovale, le nez net et développé, la bouche assez grande garnie de lèvres épaisses et un peu proéminentes, enfin un ensemble de traits qui, en dépit d'une assez forte irrégularité, rappelaient beaucoup la figure de Louis XI et respiraient un certain air d'intelligence et de force". Autour de Jeanne, l'on s'apitoie, on lui conseille de faire le premier pas ; la réponse n'est ni révoltée, ni aigrie mais humble "Je n'oserai parler à lui car, vous et chacun, voit bien qu'il ne fait compte de moi".

Trompée, répudiée, sa fidèlité et son dévouement demeurent intacts envers son époux

Louis l'ignore et la trompe. Elle n'en sera pas moins l'infirmière constante et fidèle au chevet du duc, lors de longues semaines de maladie. Elle ira même jusqu'à implorer grâce à genoux pour lui, auprès du roi Charles VIII, son frère. En effet, à la mort de Louis XI, le fils qu'il a eu enfin, devient roi sous le nom de Charles VIII. Or, Louis d'Orléans, qui a appuyé la révolte des Bretons contre la couronne de France, est arrêté et emprisonné. Ce ne sera qu'après plusieurs démarches humiliantes auprès de son frère, que Jeanne obtiendra du roi la libération de son mari.

Celui-ci ne lui en garde pas une reconnaissance particulière. Cependant un tel dévouement l'impressionne. Quelques années plus tard, il avouera au cardinal d'Amboise, alors son conseiller : "Ce qui me met au désespoir c'est que je n'ai point de raison ; je me hais moi-même de haïr une personne qui m'a toujours constamment aimé et qui a fait pour moi des choses qui auraient touché tout autre coeur que le mien..." Jeanne a donné tout l'amour dont elle est capable à un homme qui n'a pas su l'aimer parce qu'elle est difforme. Elle l'accepte, mais non pas à la manière d'un Cyrano qui -quelle que soit l'admiration que provoque le personnage- agit pour son "panache" propre et finalement pour lui-même. Elle non ; elle accepte son état, pour l'amour du Seigneur et de cet homme auquel le sacrement l'a unie.

L'humiliation des humiliations

Après la mort de Charles VIII, lorsque Louis d'Orléans devient lui-même Louis XII en montant sur le trône, une dernière étape, un ultime abandon est demandé à celle qui est maintenant reine de France. Car devenu roi, Louis d'Orléans décide aussitôt de faire annuler son mariage. Après plusieurs mois d'attente, la réponse de Rome arrive enfin, favorable à Louis. Déchue de ses droits d'épouse et de reine, la fille de Louis XI se voit alors préférer Anne de Bretagne que Louis XII épouse dans les jours qui suivent la sentence romaine. Jeanne est envoyée en Berry dont on lui donne le titre et la charge de duchesse.

La décision de nullité l'a atteinte de plein fouet tant elle lui est inattendue. Pendant vingt-six années Jeanne s'est crue liée par le mariage et s'est spirituellement donnée tout entière à une vocation d'épouse ; mais dans la vie de cette femme au coeur de souveraine, la foi est plus forte que les évènements les plus contraires. Cette dernière humiliation marque en même temps sa libération pour l'accomplissement de la promesse faite jadis à l'enfant. Dieu est fidèle.

Elle fonde la congrégation mariale de l'Annonciade

Si elle a accepté pendant trente ans un mariage qui ne sera même pas consommé, un devoir d'état qui ne lui sera même pas reconnu, à Bourges, elle va réaliser son aspiration à la vie consacrée. Deux années seulement s'écoulent entre l'arrivée de la duchesse en Berry et sa fondation de la congrégation de l'Annonciade. Une congrégation dont le caractère spécifique est de servir le Christ par l'imitation des vertus de Marie, selon le voeu de la Vierge elle-même : "Fais mettre en une règle ce que tu trouverais écrit de moi dans l'Evangile".

Et Jeanne dégagera ainsi de l'Ecriture les dix vertus principales de la mère du Christ, "prudence, pureté, humilité, vérité, louange, obéissance, pauvreté, patience, piété et lance de compassion" qui deviennent les colonnes du règlement spirituel de l'Ordre. "Que ceux qui les voient, dit de ses filles cette mère spirituelle de trente-neuf ans, voient Marie vivant encore dans ce monde".

Quelques dix-huit mois après avoir prononcé ses voeux, elle tombe malade d'épuisement et s'éteindra doucement le 4 février 1505, au château de Bourges, à l'âge de quarante et un ans, après avoir dit adieu à ses soeurs et fait murer la porte qui la reliait sur terre au couvent. Cinquante-six ans plus tard, lorsque les huguenots violent sa tombe pour brûler son corps, l'on s'aperçoit qu'il n'a subi aucune décomposition. Il n'en est pas moins réduit en cendres et jeté à tout vent comme une autre semence, après celle de la bergère de Domrémy, jetée à la Seine quelques années plus tôt.

Jeanne de France a eu la vocation de Marie au pied de la Croix

Le monde a refusé Jeanne depuis sa naissance et jusqu'après sa mort, mais nulle force au monde n'est assez puissante pour juguler la fécondité des enfants de Dieu, car alors, dit saint Paul, "ce n'est plus moi qui vis, mais Lui, en moi...", et qui pourra Lui résister ? La fécondité de Jeanne, c'est d'abord la conversion de Louis XII. Venu se recueillir sur son tombeau quelques jours après la mort de celle-ci, il y verse les larmes d'un vrai repentir et y puise la force morale qui le fera surnommer bientôt le "père du peuple".

Quant à l'Annonciade, elle aura jusqu'à cinquante fondations nouvelles que la Révolution exterminera en quasi-totalité. Aujourd'hui pourtant, plusieurs couvents ont retrouvé vie en Belgique et en France. Mais quels qu'aient été les ravages historiques subis par l'Ordre, la congrégation de l'Annonciade n'en a pas moins préparé - dans une époque particulièrement troublée par le protestantisme et ses refus - l'oeuvre et le rayonnement de la spiritualité d'un Grignion de Montfort qui donnera aux chrétiens, deux siècles plus tard, le secret de la vraie dévotion de Marie...

Epouse de tout ce qui l'a enchaînée, Jeanne de France a eu la vocation de Marie au pied de la Croix : la vocation de celle qui a donné tout ce qu'on lui a pris, et on lui a tout pris.
Canonisée par Pie XII le 8 mai 1950, elle est, après Clotilde, Radegonde et Batilde, la quatrième sainte reine de France.

4 février. Sainte Jeanne de Valois, veuve. 1505.

- Sainte Jeanne de Valois, veuve. 1505.
.
Pape : Jules II. Roi de France : Louis XII.

" Filia Francorum regis, soror, unaque conjux,
Et non pulsa toro, Joanna ego mater eram."
" Je suis Jeanne, fille, soeur, épouse des rois de France.
Je ne suis jamais montée dans le lit nuptial, et cependant je devais être mère !"
Légende du testament de la bonne duchesse.

sainte15.jpg
Sainte Jeanne de Valois. A. Padrao.
Monastère des Annonciades de Balsamso. Portugal. XVIIIe.

Les Eglises de France honorent aujourd'hui cette pieuse princesse qui fut d'abord l'épouse de Louis XII, appelée à régner avec lui, et qui, plus tard, renversée du trône par un jugement solennel qui déclara la nullité de son mariage, se montra plus sainte et plus grande encore dans sa disgrâce qu'elle ne l'avait paru dans les jours de sa grandeur.

Cette bienheureuse princesse naquit dans la pourpre et au milieu des lis en 1464. Fille de Louis XI et de Charlotte de Savoie - son enfance s'écoula presque entièrement au château d'Amboise -, soeur de Charles VIII, épouse du duc d'Orléans qui monta sur le trône et fut Louis XII, Jeanne paraît n'avoir été élevée si haut que pour mieux sentir le poids de l'infortune. Mais Dieu proportionna ses consolations et ses secours aux souffrances de la race royale victime en pansant Lui-même les blessures de so, âme, et lui donna cette merveilleuse fécondité qui enrichit l'Eglise d'un nouvel ordre religieux.

jeanne10.jpg
Portrait du vivant de sainte Jeanne de France.

Les vertus qui éclatèrent dans toute sa vie rendirent Jeanne de Valois l'objet de la vénération des peuples ; et si elle cessa de régner sur un trône fragile, son empire sur les coeurs ne fit que s'étendre, et l'auréole de la sainteté remplaça avantageusement pour elle le diadème qu'elle n'avait pas ambitionné et qu'elle dut déposer. Sa tendre confiance en Marie, son attrait pour les œuvres de la pénitence, sa miséricorde envers les pauvres, en font un modèle pour les chrétiens, dans ces jours où l'Eglise nous invite à préparer nos âmes pour la réconciliation.

Jeanne de Valois, fille de Louis XI, roi de France, fut donc élevée dès ses tendres années dans la piété, vers laquelle la portaient ses propres dispositions, et elle donna tout aussitôt des marques certaines de la sainteté qui devait briller en elle. A l'âge de cinq ans, demandant avec ferveur à la sainte Vierge, qu'elle honora toujours d'une manière admirable, de lui faire connaître en quelle façon elle pourrait lui être le plus agréable, il lui fut annoncé qu'elle était appelée à instituer dans la suite un nouvel Ordre de vierges sacrées, en l'honneur de la sainte Mère de Dieu.

sainte16.jpg
Sainte Jeanne de Valois. Etienne Parrocel. XVIIIe.

Mariée à Louis, duc d'Orléans, contre le gré de ce prince, elle fit paraître dans la prospérité la plus grande retenue, et une admirable constance dans l'adversité. Le prince étant monté sur le trône de France, et son mariage ayant été déclaré nul par le Siège Apostolique, Jeanne non seulement supporta cet événement sans aucun regret, mais, se regardant comme délivrée d’un lien qui pesait sur elle, elle se félicita de pouvoir désormais servir Dieu seul en toute liberté.

Les revenus du duché de Berry qui lui avaient été assignés pour son entretien par le roi Louis, étaient largement employés par elle à nourrir les pauvres, à soulager les malades et à bâtir des monastères. Mais son œuvre principale fut la fondation et l'établissement d'un Ordre de vierges sacrées sous le titre d'Annonciades de la bienheureuse Vierge Marie, dont elles devaient imiter les vertus qui leur étaient proposées dans des règles approuvées par Alexandre VI ; elle vint heureusement à bout de cette œuvre sainte. Elle accueillait avec la charité d'une mère tous les indigents et les malheureux qui s'adressaient à elle, mais surtout les malades, dont elle ne craignait pas d'essuyer et de toucher de ses propres mains les ulcères dégoûtants ; plus d'une fois son seul attouchement leur rendit la santé.


Sa piété envers le très saint Sacrement de l'Eucharistie était admirable ; elle en approchait avec une si grande abondance de larmes, qu'elle excitait dans le cœur des assistants les mêmes sentiments d'amour et de dévotion. Sa piété n'était pas moins tendre envers les mystères de la Passion du Seigneur. Elle avait fait construire dans le jardin de sa maison une imitation du tombeau de notre Seigneur ; c'était là qu'elle se retirait de temps en temps pour se livrer à la prière, répandant des larmes abondantes et se frappant la poitrine avec une pierre. Parvenue à l'âge de quarante ans, elle sentit approcher la fin de sa vie pleine d'innocence, et, ayant reçu avec une grande ferveur les sacrés mystères de la religion chrétienne, elle mourut à Bourges la veille des nones de février, l'an mil cinq cent cinq.

Cinquante-sept ans après sa mort, des soldats hérétiques ayant enlevé son corps pour le brûler, il fut trouvé sans corruption ; et l'on rapporte qu'il poussa des gémissements, et que, percé de leurs épées, il répandit du sang avec abondance. Le culte de la Sainte fut approuvé d'autorité apostolique par Benoit XIV, en 1742.
Enfin, Pie VI accorda, le vingt avril 1775, à tout le royaume de France, de pouvoir célébrer l'Office et la Messe de sainte Jeanne de Valois au jour anniversaire de sa mort.

statue13.jpg
Statue de sainte Jeanne de France. Chapelle Sainte-Jeanne-de-France.
Couvent de l'Annonciade de Bourges. Berry. France.
PRIERE
" Nous honorons, Ô sainte Princesse, les vertus héroïques dont votre vie a été remplie, et nous glorifions le Seigneur qui vous a admise dans sa gloire. Mais que vos exemples nous sont utiles et encourageants, au milieu des épreuves de cette vie ! Qui plus que vous, a connu les disgrâces du monde ; mais aussi qui les a vues venir avec plus de douceur, et les a supportées avec plus de tranquillité ? Les grâces extérieures vous avaient été refusées, et votre cœur ne les regretta jamais ; car vous saviez que l'Epoux des âmes ne recherche pas dans ses élues les agréments du corps, qui trop souvent seraient un danger pour elles.

Le sceptre que vos saintes mains portèrent un instant leur échappa bientôt, et nul regret ne s'éleva en vous, et votre âme véritablement chrétienne ne vit dans cette disposition de la Providence qu'un motif de reconnaissance pour la délivrance qui lui était accordée La royauté de la terre n'était pas assez pour vous ; le Seigneur vous destinait à celle du ciel. Priez pour nous, servante du Christ dans ses pauvres, et faites-nous l'aumône de votre intercession.

nicola10.jpg
Nicolas Van der Veken. XVIIe.

Ouvrez nos yeux sur les périls du monde, afin que nous traversions ses prospérités sans ivresse, et ses revers sans murmure. Souvenez-vous de la France qui vous a produite, et qui a droit à votre patronage. Un jour, la tombe qui recelait votre sainte dépouille fut violée par les impies, et des soupirs s'échappèrent de votre poitrine, au sentiment des malheurs de la patrie. C'était alors le prélude des maux qui depuis se sont appesantis sur la nation française ; mais du moins la cause de la foi trouva, dans ces temps, de généreux défenseurs, et l'hérésie fut contrainte de reculer. Maintenant, le mal est à son comble ; toutes les erreurs dont le germe était renferme dans la prétendue Réforme se sont développées, et menacent d'étouffer ce qui reste de bon grain. Aidez-nous, conservez la précieuse semence de vérité et de vertus qui semble prête à périr. Recommandez-nous à Marie, l'objet de votre tendre dévotion sur la terre, et obtenez-nous des jours meilleurs."


1612

Philippe DE CROY


1562 - 4 février 1612


1672

anne_marie.1.martinozzi

Anne-Marie MARTINOZZI

 

princesse de Conti

Chef du conseil et surintendante de la maison de la reine Anne d'Autriche à partir de 1657

née en 1637

morte le  le 4 février 1672 à l'âge de 35 ans

Inhumée après 4 février 1672 à Paris (Saint-André des Arcs)

(son coeur aux Carmélites du faubourg Saint-Jacques; ses entrailles à Port-Royal des Champs) (témoins: Louis XIV le Grand de Bourbon, roi de France 1638-1715, Ana von Habsburg, reine de France 1601-1666) (fiançailles le 21 février 1654 dans la chambre du Roi au Palais du Louvre, Paris)

 


 

1694 

Natalia_Naryshkina.jpg

Nataliya Kyrillovna Naryshkina

À Moscou, décès de Natalia Kirillovna Narychkina, tsaritsa de Russie de 1671 à 1676 comme la seconde femme d’Alexis Ier Mikhailovitch.
Elle fut la mère de Pierre Ier le Grand.

169010_10150103216580747_614105746_63046

Nommé régente en 1682 par la zemski sobor suivant la mort de Fédor III, le démi-frère ainé de son fils, elle est cependant déplacée du pouvoir  par Sophia Alexeïevna, sa belle-fille qui organisa à ce but la révolte des streltsy. Durant les années de la régence de Sophia, Pierre et sa mère vivaient à Préobajenskoïé et à Kolomenskoïé et ne prirent aucune part au gouvernement, même s’il y avait officiellement une diarchie dont Ivan V et Pierre Ier étaient les co-tsars. En 1689, l'ex-tsarine choisit une épouse pour son fils en la personne d'Eudoxie Lopoukhine, fille d'un petit nobliau. Peu après Pierre renversa sa demi-sœur et partagea pacifiquement le pouvoir avec Ivan jusqu’à la mort de celui-ci. Quand à Natalia Narychkina, elle mourut probablement de suites d’un empoisonnement des ennemis de sa famille. Elle fut sincèrement pleurée par son fils.

 

  tsarine de Russie

Elle est la mère de Pierre le Grand

image











 


 

 

1713 

180px-Anthony_Ashley_Cooper%2C_3._Earl_o

Anthony Ashley-Cooper (3e comte de Shaftesbury)

politicien et philosophe anglais 

 

1750
Vignerot_Plessis.gif
Armand Louis DE VIGNEROT DU PLESSIS DE RICHELIEU
4ème duc d'Aiguillon (10 mai 1731)
Membre de l'Académie royale des Sciences (membre honoraire, 15 mai 1744)

le 9 octobre 1683 à Londres
 Décédé le 4 février 1750 à Paris à l'âge de 66 ans

Parents



1770
Nikolaus Leopold ZU SALM SALM

nikolaus_leopold.1.zu_salm_salm
le 25 janvier 1701 à Nancy, 54
 Décédé le 4 février 1770 à Hoogstraeten à l'âge de 69 ans

Parents

1801
Guillaume de Besaucele
une simple plaque pour l'Evêque du Département Guillaume de Besaucele ,  ceci explique peut être cela , qui prêta serment  pendant la révolution Française, à  la Constitution Civile du Clergé. Guillaume Besaucele était né à Saissac en 1712 et fut un temps vicaire général de Mgr Armand de Bezons.
317440_10150386988430747_614105746_84793
P1130227.JPG
374661_10150386987525747_614105746_84793
1890
Antoine D'ORLEANS

image
duc de Montpensier, Infante de España (1859-1868)
le 31 juillet 1824 à Neuilly-sur-Seine
 Décédé le 4 février 1890 à San Lucar de Barrameda (Espagne) à l'âge de 65 ans

Parents


1998

cristobal.0.martinez_bordiu

Cristóbal Martínez-Bordiú 

 10èmemarquis de Villaverde

né à Mancha Real, province de Jaén (Espagne) le 1er août 1922

décédé à Madrid le 4 février 1998

Biographie 

Fils de  José María Martínez Ortega, conde de Argillo(1890-1970) et de son épouse image (María de la O Bordiú) María de la O Esperanza Bordiú y Bascarán (1896-1980), 9ème marquesa de Villaverde, comtesse de Argillo, il épousa le 10 avril 1950 en la chapelle du palais du Pardo, près de Madrid, Carmen Franco (née en 1926), fille unique de Francisco Franco y Bahamonde (1892-1975), le dictateur espagnol, et de son épouse Carmen Polo y Martínez-Valdès (1900-1988)

 

De ce mariage naquirent sept enfants, dont l'aînée,http://imagenes.hola.com/noticias-de-actualidad/2007/01/05/carmen-franco.jpgCarmen Martínez-Bordiú (née en 1951) épousa en 1972 Alphonse de Bourbon (1936-1989), futur duc d'Anjou et de Cadix. 

 

Ils furent les parents de Louis de Bourbon.

 

Chirurgien, il fut le premier Espagnol à effectuer une transplantation cardiaque, en septembre 1968.


1909
Vladimir ROMANOV-HOLSTEIN-GOTTORP

image   180px-Vladimir_Aleksandrovich_by_Repin.j
grand-duc de Russie

le 10 avril 1847 à St Petersburg
 Décédé le 4 février 1909 à St Petersburg à l'âge de 61 ans

Parents


1958

Frédéric de Merode

Président de la Croix-Rouge de Belgique

le 17 août 1911 à Everbergh, Belgique
Décédé le 4 février 1958 à Bruxelles à l'âge de 46 ans

Parents



Décès du jour

abbé Guy de LAUZON

comtesse de MONY-PAJOL

Mlle Jeanne de PIMODAN

comte Hervé de POMMERY

père Patrice RIBADEAU DUMAS


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article

commentaires

Forum


Image Hosted by ImageShack.us
louis XX 01

Image Hosted by ImageShack.us

 


capetiens
(Pierre-Yves Guilain)
Cercle de réflexion royaliste

Heraldique-Noblesse
Joinville et ses princes
Amis et passionnés du Père-Lachaise
Pere-Lachaise
lescimetières
Généalogie, cimetières, patrimoine parisien
graveyart: sur les cimetières parisiens (en hollandais)

Histoires des souverains d'Europe et images de leurs tombeaux 

kaisergruft

(site sur les sépultures des Habsbourg notamment sur la crypte des Capucins)

MAISON CIVILE DU ROI. (1)

d'après le Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France
Nicolas Viton de Saint-Allais (1773-1842)- Paris, 1816



Image Hosted by ImageShack.us

Introduction

  Accueil



Rois de France


Génobaud
roi Franc
(légendaire)
à la fin du IVe siècle
354-419
Sunnon
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
388-xxx
Marcomir
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
Pharamond
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs Saliens 

(légendaire)
ancêtre mythique des Mérovingiens
Clodion le Chevelu
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs saliens
428 - 448

Image Hosted by ImageShack.us
Duc des Francs saliens 
(incertain)
448 - 457
Childéric Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Duc et Roi des Francs saliens
457 - 481
Clodomir
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Orléans
511524
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Metz
(futur Austrasie)
511534
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie
511561
Roi des Francs
558561
Roi d'Austrasie
53454
Théodebald Ier
(Thibaut)
Roi d'Austrasie
548555
561567
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie 
Roi de Bourgogne
561592
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
561575
Roi d'Austrasie
Roi d'Austrasie
595 - 612
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Bourgogne
595613
Roi d'Austrasie
61261
sous la régence de Brunehilde
Roi de Bourgogne
Roi d'Austrasie
613
Roi de Neustrie
584629
Roi de Paris
595
629
Roi des Francs
613629
Roi des Francs (sans l'Aquitaine)
629639
Roi des Francs
632639
Caribert II
 Roi d'Aquitaine
629632
Roi de Neustrie, de Bourgogne
639657
Roi d'Austrasie
656657
Roi d'Austrasie
639656
Childebert III l'Adopté
Roi d'Austrasie
657662
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, de Bourgogne
65767






Roi d'Austrasie
662675
Occupe la Neustrie
673675







Roi de Neustrie
673691
Roi des Francs 

(en fait uniquement de Neustrie)
L'Austrasie étant aux mains
de Pépin de Herstal
679
691

Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, Bourgogne et Austrasie
675 - 676
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
676679
Clovis IV








Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
691695









Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
695711
Dagobert III









Roi des Francs de 711 à 715
Chilpéric II









roi des Francs de Neustrie et des Burgondes
de 715 à 719
puis de tous les Francs de 719 à 721.
C
lotaire IV


T
hierry IV









Childéric III
Image Hosted by ImageShack.us
roi des Francs, de Neustrie
de Bourgogne et d'Austrasie
de 743 à 751

************

 

 


Pépin III le Bref
Image Hosted by ImageShack.us
Carloman Ier
Image Hosted by ImageShack.us
C
harles Ier
dit Charles le Grand
CHARLEMAGNE

Image Hosted by ImageShack.us
Louis Ier dit le Pieux
ou «le Débonnaire»
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire II

Image Hosted by ImageShack.us
C
harles II dit le Chauve
Image Hosted by ImageShack.us
Louis II dit le Bègue
Image Hosted by ImageShack.us
Louis III de France
Image Hosted by ImageShack.us
C
arloman II de France
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Eudes Ier de France
Robertin
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Simple
Image Hosted by ImageShack.us

Robert le Fort
Image Hosted by ImageShack.us
Robert Ier de France

Image Hosted by ImageShack.us

Hugues le Grand
Image Hosted by ImageShack.us
Raoul Ier de France
aussi appelé Rodolphe

Image Hosted by ImageShack.us
Louis IV dit d'Outremer
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis V dit le Fainéant
Image Hosted by ImageShack.us
Dernier roi de la lignée
des Carolingiens
Image Hosted by ImageShack.us

H
ugues Capet
Image Hosted by ImageShack.us
Robert II le Pieux
Image Hosted by ImageShack.us
Hugues II de France
Image Hosted by ImageShack.us
(1007-1025)
Roi de France associé
1017 - 1025
Henri Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VI le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VII Le Jeune
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe II Auguste
Image Hosted by ImageShack.us

Louis VIII le Lion
Image Hosted by ImageShack.us

Louis IX (Saint Louis)
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe III de France
dit le Hardi
http://www.visite-de-rouen.com/images/philippe_3.jpg
Philippe IV le Bel
image
Louis X le Hutin
http://www.livois.com/phpgedview/media/Louis_X_le_Hutin.jpg
Jean Ier le Posthume

image






Philippe V
le Long
http://www.livois.com/phpgedview/media/Philippe_V_le_Long.jpg
Charles IV le Bel
http://www.livois.com/phpgedview/media/Charles_IV_le_Bel.jpg
Valois
Philippe VI le Fortuné
http://www.france-pittoresque.com/rois-france/img/philippe-VI.gif
Jean II le Bon
image
Charles V le Sage
http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0014/m502004_97de1712_p.jpg
Charles VI le Fol ou le Bien-Aimé
image
Charles VII le Victorieux
image
Louis XI de Valois
http://jargeau-tourisme.com/img/louis11.jpg
Charles VIII de Valois
image
Louis XII d'Orléans
image
François Ier d'Angoulème
image
Henri II d'Angoulème
image
François II d'Angoulème
image
Charles IX d'Angoulème
image
Henri III d'Angoulème
image