Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Médias

Réécoutez le dernier journal de

RCF Pays d’Aude

Image Hosted by ImageShack.us

  Curie Romaine
Liste des papes

Pape Liste des papes
Liste détaillée des papes
Liste des primats de l'Église copte orthodoxe
Liste des primats de l'Église apostolique arménienne

Cité du Vatican
http://www.vaticanstate.va/FR/homepage.htm

Vatican Site Officiel
http://www.vatican.va/phome_fr.htm
  Musées du Vatican
http://mv.vatican.va/StartNew_FR.html



http://imageshack.us/ 
* * * Dernières minutes . . . A F P . . .H2 News . . . La Croix . . .
http://imageshack.us/

http://news.google.fr/news?hl=fr&ned=fr&ie=UTF-8&q=site:eucharistiemisericor.free.fr&scoring=n
http://www.la-croix.com/afp.static/pages/index.religion.htm

 

 

 

 

 

 

     En direct
             de la
    Place Saint-Pierre
http://imageshack.us/ 
* * *  En direct de Rome  * * *


http://imageshack.us/
http://mediastream.vatican.va/mpeg4lan.sdp
http://www.sat2000.it/diretta/
http://www.oecumene.radiovaticana.org/fr1/index.asp
3
journaux en Français

        (8h15 - 13h - 18h)


http:///
http://www.tv-direct.fr/live_ktotv.php
http://www.lejourduseigneur.com/  

 Catholique TV
http://img410.imageshack.us/img410/81/tvcatholiquelyon.png
http://www.catholique.tv/

Gazettes & Sites Royaux

rois.jpg
 Ils sont tous là !
Ils nous regardent et nous racontent 14 siècles d'Histoire de France

 

25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 00:01

 

Le 25 février est le 56ejour de l'année du calendrier grégorien


Il reste 309 jours avant la fin de l'année 


310 jours si l'année est bissextile


C'était généralement le jour de l'alaterne, 7e jour du mois de ventôse, dans le calendrier républicain français

Signe du zodiaque : 7e jour du signe astrologique des Poissons.

Célébrations

Saints chrétiens 



Martyrologe pour le vingt-cinquième jour de février


 

L'an 369, saint Césaire, frère de saint Grégoire de Nazianze.

 

Médecin à la cour impériale sous Julien l'Apostat, et encore

 

catéchumène, il échappa à la mort lors d'un tremblement de terre ; il

 

demanda alors le baptême  et mourut peu après.


 

A Heidenheim, au VIIIe siècle, sainte Walburge, abbesse.

 

Elle est la patronne de plusieurs grandes villes de Belgique, Bruges et

 

Ypres  notamment.


 

Au début du IXe siècle, saint Taraise.

 

Il était secrétaire d'état de l'impératrice Irène, et encore laïc, quand il

 

fut élu au  siège patriarcal de Constantinople.

 

Il professa une grande vénération pour les saintes icônes.


 

 

En 1116, le bienheureux Robert d'Arbrissel.


 

Parcourant la Bretagne, le Maine et l'Anjou, ce prêtre cultivé et austère

 

entraîna  à sa suite une foule de disciples qu'il groupa d'abord dans la

 

forêt de Craon    (Cran), puis fixa à Fontevrault.


 

Il plaça son Ordre monastique sous l'autorité de Notre-Dame du

 

Calvaire, vocable repris, au XVIIe siècle par une nouvelle

 

Congrégation bénédictine.


 

Saint Robert d'Arbrissel Moine, fondateur de Fontevraud (+ 1116)

180px-Robert_of_Arbrissel.jpg
Cliquez pour entendre

Robert d'Arbrissel, sur une fresque du XIXe siècle.

Robert d’Arbrissel, né vers 1047 dans le village d’Arbrissel (actuel département d'Ille-et-Vilaine) dans le diocèse de Rennes en Bretagne et mort au Prieuré d'Orsan (Cher), probablement autour de 1117, est un ermite et moine breton.


Prêcheur itinérant, reconnu par le pape Urbain II, il suit une pratique érémitique extrême.

 

Il est le fondateur des abbayes de Fontevraud et de la Roë et de l'ordre de Fontevraud.


Ses exigences spirituelles et sa conduite lui créeront des difficultés pendant toute sa vie et bloqueront les tentatives de canonisation au XVIIe siècle.

 

Les historiens contemporains se disputent encore sur le sens de son action, le décrivant tour à tour comme un précurseur du féminisme, un défenseur des pauvres, un réformateur exigeant.

Origine familiale et formation 

200px-Arbrissel_Eglise_20070408.jpg

L'église Notre-Dame d'Arbrissel - XIe et XIIe



Le père de Robert d’Arbrissel, un prêtre nommé Damalioch1, était descendant probable des Bretons venus de Grande-Bretagne et installés aux lisières romanes de l’Armorique


Robert, dont la date d'ordination est inconnue, aurait succédé à son père dans la charge de recteur d’Arbrissel et aurait comme lui vécu avec une femme (ce n'est qu'au premier concile du Latran de 1123 que le mariage et le concubinage des prêtres ont été interdits)


Compromis dans l’élection jugée irrégulière de Sylvestre de la Guerche comme évêque de Rennes en 1076 puis déposé en 1078, il s’exile à Paris.


Il y suit les enseignements théologiques, peut-être d'Anselme de Laon2

 

Il y est reçu docteur en théologie et devient un ardent partisan de la réforme grégorienne, promue par le pape Grégoire VII.

Réformateur du diocèse de Rennes

Son évêque, Sylvestre de la Guerche, rétabli sur son siège en 1089, l'appelle auprès de lui pour le seconder dans son effort de moralisation du clergé breton et lui confère les dignités d'archiprêtre et d'official.

 

Dans ce nouveau rôle, il devient un exigeant opposant à la simonie, l'incontinence et les autres vices de son clergé.


Après avoir travaillé pendant quatre ans à l'extirpation de ces désordres, Robert se voit exposé, avec la mort de l'évêque en 1093, au ressentiment des ecclésiastiques qu'il a humiliés.

 

Marbode, successeur de la Guerche, qui apparemment n'aime pas autant que celui-ci les réformateurs, le laisse partir pour Angers, où il va enseigner la théologie.

 

Il s'y lie avec Geoffroy, abbé deVendôme qui apprécie ses qualités intellectuelles et religieuses

Ermite dans la forêt de Craon en Anjou 

Vers 1095, Robert d'Arbrissel fait siens les principes de pauvreté prônés par Grégoire VII et, cédant à son goût pour la vie solitaire, va vivre en ermite dans la forêt de Craon, en Anjou, à proximité de la Bretagne.


L'évêque d'Angers, Geoffroy de Mayenne, le reçoit en audience avec Renaud Ier de Craon, fils de Robert le Bourguignon, seigneur de Craon, et ses fils.

 

C'est là qu'a lieu la concession de sept masures dans la forêt où les chanoines peuvent s'établir.

Création de l'abbaye de la Roë 

Article détaillé : Abbaye de la Roë.

Il est bientôt entouré d'une foule d'anachorètes attirés par la renommée de ses vertus et de la sainte austérité de sa vie.

 

D'ermites, ils deviennent cénobites sous la direction de leur chef, qui leur donne la règle des chanoines réguliers récemment réformée et refondue par Yves de Chartres.


Sa réputation de sainteté se répand et de nombreux clercs et laïcs le rejoignent, ce qui conduit à créer des logements qui deviennent l’Abbaye de la Roë.

 

Il les partage en trois colonies, se charge d'en gouverner une, et confie les autres à Vital de Savigny et Raoul de La Futaie.

 

À Craon il rencontre également d'autres ermites de la région comme saint Alleaume ou Bernard de Tiron.

Le prêcheur 

Le 11 février 1096, le pape Urbain II, qui a lancé, un an auparavant, l’appel à la première croisade, est à Angers, accompagné de nombreux prélats, Hugues de Bourgogne, archevêque de Lyon, Amat d’Oloron, archevêque de Bordeaux, Yves de Chartres, évêque de Chartres, Hoël, évêque du Mans, et des plus nobles seigneurs de la région.


Robert d'Arbrissel est aussi présent dans cette assemblée.

 

Il a prêché la veille devant le pape à la consécration de l'église Saint-Nicolas de Craon.

 

Urbain II apprécie tellement ses sermons qu'il lui confère le titre de prédicateur apostolique, avec la permission de prêcher per universum mundum.


En 1100, Robert assiste au concile de Poitiers en compagnie de Bernard de Tiron.

Fondation de l'abbaye et de l'ordre de Fontevraud

Réformateur religieux et itinérant avec le soutien du pape, Robert d'Arbrissel se retrouve à la tête d'un groupe de plusieurs centaines de personnes, à majorité féminine.

 

Il sillonne l'Anjou, le Maine et même la Normandie, où il convainc même, à Rouen, des prostituées (terme ici ecclésiastique désignant les femmes de prêtres chassées du presbytère suite au célibat des prêtres institué par le deuxième concile du Latran3) à venir le rejoindre4

 


En 1101, avec l'aide de Pierre II, évêque de Poitiers, Robert d'Arbrissel installe sa communauté mixte, en Anjou, dans une enclave appartenant au diocèse de Poitiers, au fond du vallon de Fontevraud, proche de Saumur à côté de la source fons Ebraldi.

« Cependant, voyant augmenter la foule de ceux qui le suivaient, il décida, pour éviter tout acte inconsidéré, et puisqu'il importait que les femmes habitassent avec les hommes, de rechercher un lieu où ils pussent vivre sans scandale et de trouver un désert, s'il en rencontrait. Or, il y avait un lieu, inculte et aride, planté de buissons épineux, appelé Fontevraud depuis les temps anciens... »

— Baudri de Bourgueil, évêque de Dol de Bretagne, Vie du bienheureux Robert d'Arbrissel

Il commence à organiser la vie communautaire en fixant son groupe.

 

Les fondations du monastère sont entreprises aussitôt.

 

Le premier protecteur est le seigneur de Montsoreau, dont le château est tout proche.

 

Le rayonnement du fondateur, apparaissant comme un féministe avant la lettre, y attire de nombreuses femmes nobles dont la duchesse de Bretagne, Ermengarde d'Anjou, qui y fait venir son frère, le duc d'Anjou, Foulque V d'Anjou, lequel favorise l'établissement par ses dons.


Il s'agit d'un monastère double et non mixte, c'est-à-dire que Robert s'engage à ce qu'à aucun moment il n'y ait de contact entre un moine et une moniale. Il répartit ses adeptes en quatre lieux distincts: le Grand-Moustier avec les contemplatives, des moniales de chœur, Sainte-Marie Madeleine avec des sœurs converses, des femmes ayant vécu dans le siècle, Saint-Jean-l'Habit pour les moines et Saint-Lazare pour les sœurs qui soigneront les lépreux qui seront, eux, hébergés à l'extérieur. Les contemplatives se consacrent à l'office divin (prières) les sœurs converses et les moines au travail à leur profit (seuls les moines pourront dire la messe)


La fondation rencontre un grand succès. On atteindra très vite 300 moniales de chœur. Cependant, Robert, qui dirige l'ensemble mais sans prendre le titre d'abbé, continue de fréquenter les différents lieux du monastère et notamment, s'entretient en privé avec les femmes. Il pratique à ces occasions le syneisaktisme, pratique ascétique que lui reproche dans sa lettre Geoffroy, abbé de la Trinité de Vendôme, vers 1106-11075,6.

Retour à la prédication 

Lorsqu'il croit que son établissement peut se passer de lui, il reprend son premier emploi de prédicateur ambulant, parcourt la France, exhortant les riches à la charité, les pauvres à l'humilité, les femmes à la continence, et les hommes à l'amour de Dieu. Il assiste, en 1104, au concile de Beaugency, et prend place parmi les prélats. L'évêque de Poitiers est si satisfait de sa doctrine et des lois qu'il donne à ses disciples, qu'il sollicite auprès du Saint-Siège les bulles de confirmation ; et, en les délivrant, le pape Pascal II déclare qu'il prend cet ordre sous sa protection spéciale.

La fin de sa vie

En 1115, sentant sa fin proche, Robert d'Arbrissel fixe les statuts de Fontevraud avec les moniales. Il convoque les évêques et les abbés afin de pouvoir faire nommer et reconnaître la nomination d'une abbesse à la tête de l'abbaye. La décision est avalisée et la même année est nommée une jeune femme d'origine noble, Pétronille de Chemillé.


La même année, il fait donner à son ami Géraud de Salles, les terres pour fonder l'abbaye de Cadouin, en présence du duc d'Anjou Foulque V et de personnalités angevines et poitevines7.


C'est au milieu de ses travaux apostoliques que Robert tombe malade ; il est obligé de s'arrêter au prieuré d'Orsan, diocèse de Bourges dans le Berry. Il y meurt le 25 février 1116, léguant son cœur à Orsan et son corps à Fontevraud. L'archevêque de Bourges, son clergé, la noblesse des environs et une foule de laïcs, accompagnent son corps jusqu'à l'abbaye de Fontevraud, où on lui fait des obsèques solennelles.

Postérité

Son tombeau et son épitaphe 

En 1655, Jeanne-Baptiste de Bourbon, abbesse de Fontevraud, fille légitimée d'Henri IV et de Charlotte des Essarts, comtesse de Romorantin, sœur naturelle de Louis XIII, dernière abbesse de la famille des Bourbon, fit placer les restes de Robert dans un superbe tombeau de marbre, sur lequel on lisait l'épitaphe qu'Hildebert, évêque du Mans, avait faite en son honneur, et dont voici quelques vers :

« Attrivit lorica laïus, silis arida fauces, Dura famés stomacbum, lumina cura vigil. Induisit raro requiem sibi, rarius eseam. Gultura pascebat graraiue, corda Deo. Legibus est subjecta carq dominas rationis ; Et sapor unus ei, sed sapor ille Deus. »

  1. Jean-Marc Bienvenu, L'étonnant fondateur de Fontevraud, Robert d'Arbrissel [archive], Nouvelles Éditions Latines, 1981, p. 17
  2. Jean-Marc Bienvenu, op. cit., p. 20
  3. André Vauchez, « L'Église et le mariage des prêtres », dans L'Histoire, n° 185, p. 58
  4. Jacques Dalarun, Les deux vies de Robert d'Arbrissel, fondateur de Fontevraud: légendes, écrits et témoignages, Éditions Brepols, Turnhout, Belgique, 2007
  5. Jacques Dalarun, Robert d'Arbrissel ou l'impossible sainteté, p. 71-80
  6. La Lettre volée, le sens de la lettre : les reproches de Geoffroy à Robert [archive]
  7. Revue 303, n°67, L'Abbaye de Fontevraud, réédition de 2008

Bibliographie 

Bibliographie moderne 

  • Jacques Dalarun, Les deux vies de Robert d'Arbrissel, fondateur de Fontevraud: légendes, écrits et témoignages, éd. Brepols, 2007, édition bilingue français et anglais, 772 p. (ISBN 2503524192)
  • Jacques Dalarun, Robert d'Arbrissel ou l'impossible sainteté, éd. Albin-Michel, 1986, 226 p. (ISBN 2226026282)
  • Jacqueline Martin-Bagnaudez, Petite vie de Robert d'Arbrissel, éd. Desclée de Brouwer, 2008, coll. Petites vies (ISBN 2220060349)
  • Jean-Marc Bienvenu, L'Étonnant fondateur de Fontevraud, Robert d'Arbrissel, Nouvelles Éditions latines, 1981 (ISBN 2723301494).
  • Genèse d'une abbaye canoniale, Notre-Dame de La Roë au tournant des années 1100 (analyse et édition critique des actes du cartulaire de La Roë des années 1096-1102/1105), Jean Bienvenu, mémoire de maîtrise sous la direction d'Olivier Guillot, UCO, Angers, 1989, publié dans La Mayenne, Archéologie, Histoire, n°14, 1991, bulletin de la Société d'archéologie et d'histoire de la Mayenne ; mémoire également consultable sur le blog de l'auteur : http://mes-recherches-en-histoire-medievale.over-blog.com/
  • Hervé Oudart, « Robert d'Arbrissel magister dans le récit de Baudri de Dol », in Ermites de France et d'Italie XIe-XVe siècle, collection de l'École française de Rome, n°313, déc. 2003, p. 137-154, sous la direction d'André Vauchez ; article également consultable sur le site de casalini digital division : http://digital.casalini.it/efr

Articles scientifiques 

  • Dédales de la création historique : Robert d'Arbrissel vu par Michelet, Jacques Dalarun, Revue Persée, n°48, 1985
  • Colloque international Robert d'Arbrissel (1045-1116) et le monde de son temps, 9-11 juin 1988
  • Genèse d'une abbaye canoniale, Notre-Dame de La Roë au tournant des années 1100 (analyse et édition critique des actes du cartulaire de La Roë des années 1096-1102/1105), Jean Bienvenu, mémoire de maîtrise sous la direction d'Olivier Guillot, UCO, Angers, 1989, publié dans La Mayenne, Archéologie, Histoire, n°14, 1991, bulletin de la Société d'Archéologie et d'Histoire de la Mayenne ; mémoire également consultable sur le blog de l'auteur: http://mes-recherches-en-histoire-medievale.over-blog.com/
  • Hervé Oudart, « Robert d'Arbrissel magister dans le récit de Baudri de Dol », in Ermites de France et d'Italie XIe-XVe siècle, collection de l'École française de Rome, n°313, déc. 2003, p. 137-154, sous la direction d'André Vauchez ; article également consultable sur le site de casalini digital division : http://digital.casalini.it/efr

Bibliographie ancienne 

  • Vita Roberti, in « Patrologia Latina », CLXII, 1050, hagiographie rédigée par Baldéric, au XIIème siècle, repris dans La Vie du bienheureux Robert d'Arbrissel, fondateur de l'ordre de Fontevraud (par Baldéric, traduite par Sébastien Ganot). - Les Maximes de la vie spirituelle tirées de la vie de l'esprit et de la conduite du bienheureux Robert d'Arbrissel,... La Flèche, G. Griveau, 1648.
  • Dissertation apologétique pour le bienheureux Robert d'Arbrissel, sur ce qu'en a dit M. Bayle dans son Dictionnaire, Père de Soris, Anvers, 1701
  • Le Fondateur de l'ordre de Fontevrault, Robert d'Arbrissel. Un apôtre du XIe siècle, son temps, sa vie, ses disciples, son œuvre par le colonel L. Picard, Louis-Auguste Picard, éd. Girouard et Richou, (1932)

Confesseur.
Parcourant la Bretagne, le Maine et l'Anjou, ce prêtre cultivé et austère entraîna à sa suite une foule de disciples qu'il regroupa d'abord dans la forêt de Craon, puis il fonda l'abbaye de Fontevrault dans le Val de Loire.
Il plaça son Ordre monastique sous le vocable de Notre-Dame du Calvaire. A sa mort, l'Ordre comptait une cinquantaine de maisons.

Autre biographie:
En 1116, meurt en France Robert d’Arbrissel, ermite, prédicateur itinérant et fondateur de l’Ordre de Fontevraud.
Né à Arbrissel, en Bretagne, dans le diocèse de Rennes, vers la moitié du XIè siècle, Robert a pleinement pris part aux contradictions envers l’Évangile qui caractérisaient l’Église de son époque. Mais, s’étant rendu à Paris pour y étudier, il fut marqué par les exigences de réforme qui se profilaient dans l’Église et commença alors un authentique chemin de conversion
De retour dans son diocèse, son changement ne fut guère apprécié ; il fut contraint d’aller vivre en solitude.
Théologien érudit, doué d’une éloquence peu ordinaire, il vécut un temps de désert durant lequel se rassemblèrent autour de lui de nombreux disciples. On comptait surtout parmi eux les exclus de la société et de l’Église, comme les lépreux ou les femmes de curés qui avaient été abandonnées au début de la réforme grégorienne.
Robert commença ainsi son ministère de prédicateur itinérant, traînant à sa suite une foule d’hommes et de femmes de toute condition, qui consentirent de se faire pauvres pour le Christ.
En 1101, Robert, tenu pour fou par bien des évêques et par les puissants de son temps, jugea opportun de donner à ses disciples une demeure permanente, qu’il établit dans la forêt de Fontevraud ; là, il répartit la nouvelle communauté en quatre groupes : les femmes, les moines, les pénitents et les lépreux.
L’ordre mixte qui en ressortit fut à prédominance féminin : les hommes avaient charge de veiller à la protection des femmes, mais c’est à ces dernières qu’était confiée la direction des communautés.
Robert passa les dernières années de sa vie à prêcher, prenant la défense de quiconque était victime d’abus et de spoliation.

Lecture
Robert fit appeler l’archevêque de Bourges et lui dit : « Seigneur, tu es mon cher père, mon archevêque. Tu sais combien je t’ai toujours aimé et obéi. Tu sais aussi combien c’est par amour pour toi que je suis venu m’établir dans cette région. Je désire te manifester la volonté de mon cœur . Je ne désire être enseveli ni à Bethléem, ni à Jérusalem, ni à Cluny. Je ne désire d’autre lieu que le cimetière de Fontevraud. Mais je ne te demande pas du tout d’être enseveli au monastère ou dans les cloîtres, mais au milieu des pauvres, mes frères, dans le cimetière. En effet, c’est là que sont ensevelis mes bons prêtres, mes séminaristes, mes amis laïcs et mes saintes vierges. Là reposent mes pauvres lépreux, là tous les compagnons de mon pèlerinage terrestre, ceux qui m’ont suivi pour l’amour de Dieu, tous ceux qui avec moi ont supporté les privations et les fatigues, les misères et les calamités, se séparant de tout leur bien pour entendre ma prédication. Si je suis enseveli dans ce lieu, les vivants l’en aimeront davantage et ils viendront y invoquer la miséricorde du Seigneur (Extrait : Vie de Robert d’Arbrissel).

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_d%27Arbrissel

 

BX ROBERT D'ARBRISSELLE
Fondateur d'Ordre
(1045-1117)

Robert d'Arbrisselle, né à Arbrisselle, aujourd'hui Arbressec, près de Rennes, est une des figures les plus remarquables de la fin du XIe siècle et du commencement du XIIe siècle. La puissance merveilleuse de sa parole, les innombrables conversions qu'il opéra dans toutes les classes de la société, le nouvel institut monastique dont il fut le père, son influence étonnante et les persécutions qu'il eut à subir, en font un des Saints dont l'action s'est fait le plus sentir dans l'Église.

Dès sa jeunesse, Robert parut un enfant prédestiné, car jamais on ne vit en lui rien de léger ni de puéril, mais la prudence et la maturité d'un autre âge. Ses fortes études, la réputation de ses vertus, l'élevèrent aux dignités ecclésiastiques; mais il lui fallait le désert, la vie cachée, les austérités; les hommes de sa trempe ne font rien à demi. Jean dans le désert, Paul, Antoine, Hilarion et tant d'autres anachorètes peuvent nous donner une idée de ses effrayantes mortifications.

L'esprit de Dieu entraîne tout à Sa suite: Robert vit sa solitude envahie par de nombreux disciples, et on a pu dire de son vivant que sa maison était à la fois "la plus pauvre et la plus sainte de tout le royaume de France". Fontevrault lui doit son origine. Mais là s'arrête la vocation du moine.

Ayant consolidé son oeuvre, il devint, revêtu de pouvoirs spéciaux par le Pape Urbain II, missionnaire apostolique pour toutes les parties du monde, et désormais, le bâton à la main, n'ayant pour richesse que la pauvreté, il parcourt spécialement la France, et renouvelle les merveilles des plus grands apôtres chrétiens dans la plupart de nos provinces.

On cite le trait suivant, qui montre à la fois quelle était sa réputation et quelle charité animait son grand coeur. Dans un de ses voyages, son petit bagage fut pillé par des voleurs qui le maltraitèrent lui-même indignement: "Malheureux, dit le compagnon du Saint, c'est ainsi que vous traitez Robert d'Arbrisselle!" A ce nom célèbre, les voleurs épouvantés se jettent aux pieds de l'Apôtre et lui promettent de se convertir. Robert leur pardonne, les embrasse et leur promet participation aux prières et aux bonnes oeuvres de ses religieux.

Il mourut à l'âge de soixante-douze ans.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

*Les années bissextiles, on fête le Bx Robert d'Arbrisselle le 24 et saint Matthias le 25 février

 

 

 

 

 

En 1380, le trépas de saint Avertan, carme déchaussé.

 

Ses frères l'avaient surnommé "fils de l'obéissance", à cause de la joie et de la

 

promptitude avec lesquelles il exécutait tous les ordres.


 

 

Et encore ailleurs, beaucoup d'autres saints et bienheureux

 


 

Saint Avertin et le bienheureux Roméo Pèlerins (+ 1380)

 


Beato_Avertano_di_Lucca.jpg

Deux religieux carmes au monastère de Limoges, l'un comme prêtre, l'autre, Roméo, comme frère convers.
Ils se rendaient en Terre Sainte quand la peste les fit mourir à Lucques en Toscane.
On fit de belles funérailles aux pieux pèlerins, on les plaça sur les autels, on leur composa une biographie merveilleuse : ils étaient venus de si loin, pour aller auprès du tombeau du Christ.
L'on ignore pourquoi l'un est saint et l'autre seulement bienheureux.

Shakespaere, Delacroix et Gounod ont maintenu une certaine ferveur autour de l'un d'entre eux.
http://www.ville-saint-avertin.fr/

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bienheureux_Rom%C3%A9o
http://fr.wikipedia.org/wiki/Limoges#.C3.89difices_religieux



Sainte Adeltrude Nièce de sainte Aldégonde (+ 696)

fille de sainte Waudru.(1)

(1)Une famille assez étonnante. Avec son époux, ils connurent la paix et le bonheur. L'Eglise reconnaît son mari comme un saint, saint Vincent. Leur fils également, il s'appelle saint Landry et pour ne pas être en reste leurs deux filles s'appellent sainte Madelberte et sainte Adeltrude. D'ailleurs, les trois enfants étant entrés au couvent, les parents firent de même. Saint Vincent à l'abbaye d'Haumont dans le nord de la France et sainte Waudru fonda le monastère de Chateaulieu sur une colline où s'éleva plus tard la ville de Mons.

voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Aldetrude



Saint Alexandre le Romain Martyr (3ème s.)
Il était légionnaire à Rome quand il fut arrêté pour avoir refusé d'offrir l'encens et un sacrifice à Jupiter. Suspendu par les doigts, il fut d'abord cruellement battu. Puis pendant quarante jours de marche, il fut conduit à Drizipara, subissant de cruels tourments en cours de route. C'est là qu'il fut décapité.



Saint Callisto (Calixte) Caravario martyr (+ 1930)
2-martiri%20SDB.gif

Mgr LOUIS VERSIGLIA et DON CALLIXTE CARAVARIO.

Né en 1903 près de Turin, entré en 1918 chez les salésiens. Il arrive en Chine en 1925, ordonné prêtre à Shanghai en 1929. Le 25 février 1930 il est massacré avec son évêque Luigi Versiglia à Li-Thaul-Tseul.
Béatifié le 15 mai 1983 à Rome par le pape Jean-Paul II (homélie), il a été canonisé avec les martyrs de Chine, durant le jubilé le 1 octobre 2000.
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.vatican.net%2Fholy_father%2Fjohn_paul_ii%2Fhomilies%2F1983%2Fdocuments%2Fhf_jp-ii_hom_19830515_due-beatificazioni_it.html
"2 membres de la Société Salésienne de S. Jean Bosco vinrent s'ajouter à la foule nombreuse des Martyrs énumérés ci-dessus. Ce sont: le Bienheureux Louis Versiglia, évêque, et le Bienheureux Callixte Caravario, prêtre.
Ils furent massacrés ensemble le 25 février 1930 à Li-Thaul-Tseul."
(source site du Vatican)
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20001001_zhao-rong-compagni_fr.html
fêté le 13 novembre qui est la date à laquelle les salésiens fêtent les membres et bienfaiteurs de la famille salésienne.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Callisto_Caravario



Saint Gerland Evêque et confesseur (+ 1101)
Evêque et confesseur.
Il était originaire de Besançon, mais, pour des raisons familiales, il partit en Sicile pour l'affranchir des Arabes. Robert Guiscard, le chef normand, en fit un évêque à Catane. Mais l'ambiance morale de la ville ne plaisant pas à saint Gerland, il préféra devenir évêque d'Agrigente, au coeur de l'île. Il y fut soutenu par le Pape Urbain II qui l'encourageait à remettre en activité une Eglise très malmenée par la présence sarrasine.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Agrigente

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gerland_d%27Agrigente



Saint Luigi Versiglia Martyr (+ 1930)
Premier missionnaire salésien envoyé en Chine, il fut aussi le premier évêque de Shiu Chow, où il créa un séminaire, un orphelinat et un asile de viellards. Attaqué par des milices communistes, il est fusillé en haine de la foi et pour avoir tenté de protéger les jeunes filles du convoi qui l'accompagnaient.
Béatifié le 15 mai 1983 à Rome par le pape Jean-Paul II, il a été canonisé avec les martyrs de Chine, durant le jubilé le 1 octobre 2000.
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.vatican.net%2Fholy_father%2Fjohn_paul_ii%2Fhomilies%2F1983%2Fdocuments%2Fhf_jp-ii_hom_19830515_due-beatificazioni_it.html

"2 membres de la Société Salésienne de S. Jean Bosco vinrent s'ajouter à la foule nombreuse des Martyrs énumérés ci-dessus. Ce sont: le Bienheureux Louis Versiglia, évêque, et le Bienheureux Callixte Caravario, prêtre.
Ils furent massacrés ensemble le 25 février 1930 à Li-Thaul-Tseul."
(source site du Vatican)
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20001001_zhao-rong-compagni_fr.html
fêté le 13 novembre qui est la date à laquelle les salésiens fêtent les membres et bienfaiteurs de la famille salésienne.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Luigi_Versiglia
http://www.donbosco-torino.it/fra/page6.html



Saint Paphnuce Confesseur (4ème s.)
Confesseur. Contemporain de saint Antoine le Grand, il vécut quatre-vingt ans dans le désert en ne portant qu'un seul et simple vêtement, n'ayant aucun logement. Il se soumit à cette rude ascèse et à bien d'autres pour ne vivre que selon la Volonté de Dieu.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_le_Grand



Saint Réginos Martyr dans l'île de Skopelos en Grèce (+ 362)
st-r-01.jpg

Il se distingua en 343, au concile de Sardique (actuellement Sofia en Bulgarie) où fut précisée la vraie foi en la divinité du Fils de Dieu fait homme.

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsfevrier/fev25.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Skopelos




Bienheureux Sébastien d'Apparizio Frère mineur au Mexique (+ 1600)
Confesseur.
Sébastien d'Apparizio était né en Galice, d'abord berger, puis placé comme domestique chez une riche veuve. Quand elle lui fit des avances contraires à la vertu, il s'enfuit et s'embarqua pour le Mexique. Il est entreprenant comme tant de colons de cette époque. Il se lance dans la culture, le transport des marchandises, l'ouverture des routes. Il rend ainsi grand service à la région. Mais il n'oublie pas les pauvres et il consacre sa fortune à soulager les malheureux. A 70 ans, il entre chez les Frères Mineurs (franciscains) de Mexico. Pendant vingt-six ans, vieillard, il exercera humblement l'emploi de quêteur.

"La parole est vivante lorsque ce sont les actions qui parlent. Nous sommes pleins de paroles et vides d’actions. Que les paroles se taisent et que les actions parlent."
Sanctoral franciscain



Saint Taraise Patriarche de Constantinople (+ 806)
Patriarch_Tarasios.jpg

Evêque et confesseur. Haut-fonctionnaire sous les empereurs iconoclastes (briseurs d'images), saint Taraise fut choisi par l'impératrice Irène, car elle voulait mettre cet homme de valeur à la tête de l'Eglise pour qu'il obtienne le rétablissement du culte des saintes icônes. Le laïc Taraise reçoit alors les ordres sacrés et devient patriarche de Constantinople en 784. Trois ans plus tard, le second concile de Nicée qu'il préside, rétablit en effet ce culte. Après cette victoire, saint Taraise pratique une politique de réconciliation pour ramener la paix dans l'Eglise, ce qui le fit accuser de laxisme par beaucoup d'évêques.

Autre biographie:
Secrétaire d’état puis consul à la cour de l’empereur Constantin et de sa mère l’impératrice Irène. Au départ de Paul III, il est choisi pour lui succéder comme patriarche de Constantinople. Malgré sa position, Taraise adopte un mode de vie très austère et distribue aux pauvres tous les biens auxquels il a accès. Lorsque Constantin répudie son épouse Marie pour épouser sa servante Théodote, Taraise refuse de donner sa bénédiction. En représailles, Constantin le soumet à l’isolement et interdit à quiconque de s’en approcher et de lui adresser la parole. Mais la famille royale étant frappée de plusieurs malheurs, il recouvre sa liberté de mouvement mais tombe malade puis décède peu de temps après.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Taraise_de_Constantinople
http://stmaterne.blogspot.com/2008/02/saint-taraise-patriarche-de.html



Saint Toribio Romo prêtre mexicain (+ 1928)
santotoribio1.jpg

Né en 1900 à Sainte Anne de Guadalupe dans le diocèse de Guadalajara, il fut assassiné le 25 février 1928.
A voir aussi:
Toribio Romo González (1900-1928)
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.santotoribioromo.com%2Fbiografia.htm
Biographie site du Vatican
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.vatican.va%2Fnews_services%2Fliturgy%2Fsaints%2Fns_lit_doc_20000521_romo-gonzalez_sp.html
Homélie du pape Jean-Paul II pour la canonisation de 27 saints le 21 mai 2000 en anglais.
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.vatican.va%2Fholy_father%2Fjohn_paul_ii%2Fhomilies%2Fdocuments%2Fhf_jp-ii_hom_20000521_canonizations_en.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/w
iki/Toribio_Romo_Gonz%C3%A1lez



Sainte Walburge Abbesse, fille de saint Richard, roi des Saxons (+ 779)
495px-Heilige_Walburga_im_St._Peter_%28M

Statue et reliquaire de sainte Walburge à l'église Saint-Pierre de Munich

Vierge. Fille du roi Richard d'Angleterre, elle fut élevée dans un austère monastère du Dorset en Angleterre. Envoyée en Germanie, à la demande de saint Boniface. Elle devint abbesse du monastère d'Heidenheim, où elle donna l'exemple de la sainteté par son silence et une vie mortifiée. Elle gouverna aussi le monastère masculin voisin à la mort de saint Winibald.

Autre biographie:
Originaire du Davonshire, en Angleterre, Walburge est la fille du roi Richard. Entrée comme religieuse au monastère de Wimbourne, elle décide de rejoindre ses deux frères, Saint-Willibald et Saint-Winebald, qui avaient accompagné Saint-Boniface dans sa mission d’évangélisation des Germains. Là, elle fonde le monastère mixte d'Heidenheim, dont elle devient l’abbesse pour les religieuses, tandis que son frère Winebald occupe la charge d’abbé des moines (710-779)
Sainte-Walburge est la patronne des navigateurs, des marins et des moissonneurs. Elle est invoquée pour guérir les morsurses, le chancre mou et les maux de gorge.
Walburgaschrein.jpg

Reliquaire de Sainte Walburge dans le cloître de Meschede, en Westphalie.

Voir aussi:
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.bistum-eichstaett.de%2Fabtei-st-walburg%2Ffs_englisch.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Walburge
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Sainte-Walburge_de_Bruges



Les Églises font mémoire...

Coptes et Ethiopiens (17 amsir/ yakkatit) : Mennas d’al-Asmunayn (VIIe s.), moine et martyr (Église copte)

Luthériens : Walburge (+ 779), abbesse en France
http://fr.wikipedia.org/wiki/Walburge

Maronites : Félix III (+ 492), pape
http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A9lix_III

Orthodoxes et gréco-catholiques : Taraise (+ 806), archevêque de Constantinople ; Alexis (+ 1378), métropolite de Russie (Église russe) ; Prochore le Géorgien (+ 1066), moine (Église géorgienne).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Taraise_de_Constantinople

 


Saints catholiques[2] et orthodoxes[3] du jour
Saints et bienheureux catholiques[2] du jour

Prénoms du jour 

Bonne fête aux :

Et aussi aux :


Événements 

25 février dans les croisades

1260
 prise de la citadelle d'Alep par les Mongols[1].
1156
 Révolte musulmane à Sfax (en Tunisie actuelle) contre la domination normande du royaume de Sicile. Massacre des chrétiens de la ville orchestrée par le gouverneur Omar.

1429
 Jeanne d'Arc reconnaît Charles VII à Chinon.
184783_105838762830382_100002127750837_5
Jeanne d’Arc reconnait Charles VII au château de Chinon, bien qu'il ait feint de se dissimuler dans la foule des courtisans pour la mettre à l'épreuve. Le roi l’amène à l’écart pour écouter ce que la jeune a à lui dire. Alors Jeanne lui déclare de part de Dieu que le meurtre du duc de Bourgogne qui pesait sur sa con...science lui a été déjà pardonné et qu’il est vraiment le dauphin, fils du roi Louis VI et de la reine Isabeau. Rassuré par ces étonnantes révélations de sa pensée plus intime, Charles accorde à Jeanne ce qu’elle lui demande : quelques troupes à charge pour elle d'aller délivrer Orléans au plus vite de l'assaut anglais et franchir ainsi le chemin pour le sacre du roi à Reims, sa mission finale. Mais cela sera à la condition de se soumettre à un double examen : physique par trois dames de la cour dont la belle mère de Charles, Yolande d’Aragon (pour vérifier sa virginité et écarter ainsi tout médisance), et doctrinal devant quelques docteurs en théologie à Poitiers pour s’assurer de sa pleine orthodoxie. Jeanne en sortira renforcée et prête à accomplir sa geste.

1525
 Défaite de François Ier à Pavie.

1570
Excommunication de la reine Élisabeth Ire d'Angleterre par la bulle Regnans in excelsis de Pie V.

1601
 Exécution pour conjuration de Robert Devereux, deuxième comte d'Essex et ancien favori de la reine Élisabeth Ire d'Angleterre.

1634
 Assassinat d'Wallenstein sur ordre de Ferdinand II du Saint-Empire.

  1708

J'ai signé une déclaration ordonnant la publication, au prône des messes paroissiales, de l'écrit de 1556, lequel prévoyoit la peine de mort contre les femmes qui, ayant caché leur grossesse et leur accouchement, laissent périr leurs enfans sans recevoir le baptême

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article

commentaires

Forum


Image Hosted by ImageShack.us
louis XX 01

Image Hosted by ImageShack.us

 


capetiens
(Pierre-Yves Guilain)
Cercle de réflexion royaliste

Heraldique-Noblesse
Joinville et ses princes
Amis et passionnés du Père-Lachaise
Pere-Lachaise
lescimetières
Généalogie, cimetières, patrimoine parisien
graveyart: sur les cimetières parisiens (en hollandais)

Histoires des souverains d'Europe et images de leurs tombeaux 

kaisergruft

(site sur les sépultures des Habsbourg notamment sur la crypte des Capucins)

MAISON CIVILE DU ROI. (1)

d'après le Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France
Nicolas Viton de Saint-Allais (1773-1842)- Paris, 1816



Image Hosted by ImageShack.us

Introduction

  Accueil



Rois de France


Génobaud
roi Franc
(légendaire)
à la fin du IVe siècle
354-419
Sunnon
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
388-xxx
Marcomir
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
Pharamond
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs Saliens 

(légendaire)
ancêtre mythique des Mérovingiens
Clodion le Chevelu
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs saliens
428 - 448

Image Hosted by ImageShack.us
Duc des Francs saliens 
(incertain)
448 - 457
Childéric Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Duc et Roi des Francs saliens
457 - 481
Clodomir
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Orléans
511524
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Metz
(futur Austrasie)
511534
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie
511561
Roi des Francs
558561
Roi d'Austrasie
53454
Théodebald Ier
(Thibaut)
Roi d'Austrasie
548555
561567
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie 
Roi de Bourgogne
561592
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
561575
Roi d'Austrasie
Roi d'Austrasie
595 - 612
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Bourgogne
595613
Roi d'Austrasie
61261
sous la régence de Brunehilde
Roi de Bourgogne
Roi d'Austrasie
613
Roi de Neustrie
584629
Roi de Paris
595
629
Roi des Francs
613629
Roi des Francs (sans l'Aquitaine)
629639
Roi des Francs
632639
Caribert II
 Roi d'Aquitaine
629632
Roi de Neustrie, de Bourgogne
639657
Roi d'Austrasie
656657
Roi d'Austrasie
639656
Childebert III l'Adopté
Roi d'Austrasie
657662
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, de Bourgogne
65767






Roi d'Austrasie
662675
Occupe la Neustrie
673675







Roi de Neustrie
673691
Roi des Francs 

(en fait uniquement de Neustrie)
L'Austrasie étant aux mains
de Pépin de Herstal
679
691

Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, Bourgogne et Austrasie
675 - 676
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
676679
Clovis IV








Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
691695









Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
695711
Dagobert III









Roi des Francs de 711 à 715
Chilpéric II









roi des Francs de Neustrie et des Burgondes
de 715 à 719
puis de tous les Francs de 719 à 721.
C
lotaire IV


T
hierry IV









Childéric III
Image Hosted by ImageShack.us
roi des Francs, de Neustrie
de Bourgogne et d'Austrasie
de 743 à 751

************

 

 


Pépin III le Bref
Image Hosted by ImageShack.us
Carloman Ier
Image Hosted by ImageShack.us
C
harles Ier
dit Charles le Grand
CHARLEMAGNE

Image Hosted by ImageShack.us
Louis Ier dit le Pieux
ou «le Débonnaire»
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire II

Image Hosted by ImageShack.us
C
harles II dit le Chauve
Image Hosted by ImageShack.us
Louis II dit le Bègue
Image Hosted by ImageShack.us
Louis III de France
Image Hosted by ImageShack.us
C
arloman II de France
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Eudes Ier de France
Robertin
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Simple
Image Hosted by ImageShack.us

Robert le Fort
Image Hosted by ImageShack.us
Robert Ier de France

Image Hosted by ImageShack.us

Hugues le Grand
Image Hosted by ImageShack.us
Raoul Ier de France
aussi appelé Rodolphe

Image Hosted by ImageShack.us
Louis IV dit d'Outremer
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis V dit le Fainéant
Image Hosted by ImageShack.us
Dernier roi de la lignée
des Carolingiens
Image Hosted by ImageShack.us

H
ugues Capet
Image Hosted by ImageShack.us
Robert II le Pieux
Image Hosted by ImageShack.us
Hugues II de France
Image Hosted by ImageShack.us
(1007-1025)
Roi de France associé
1017 - 1025
Henri Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VI le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VII Le Jeune
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe II Auguste
Image Hosted by ImageShack.us

Louis VIII le Lion
Image Hosted by ImageShack.us

Louis IX (Saint Louis)
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe III de France
dit le Hardi
http://www.visite-de-rouen.com/images/philippe_3.jpg
Philippe IV le Bel
image
Louis X le Hutin
http://www.livois.com/phpgedview/media/Louis_X_le_Hutin.jpg
Jean Ier le Posthume

image






Philippe V
le Long
http://www.livois.com/phpgedview/media/Philippe_V_le_Long.jpg
Charles IV le Bel
http://www.livois.com/phpgedview/media/Charles_IV_le_Bel.jpg
Valois
Philippe VI le Fortuné
http://www.france-pittoresque.com/rois-france/img/philippe-VI.gif
Jean II le Bon
image
Charles V le Sage
http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0014/m502004_97de1712_p.jpg
Charles VI le Fol ou le Bien-Aimé
image
Charles VII le Victorieux
image
Louis XI de Valois
http://jargeau-tourisme.com/img/louis11.jpg
Charles VIII de Valois
image
Louis XII d'Orléans
image
François Ier d'Angoulème
image
Henri II d'Angoulème
image
François II d'Angoulème
image
Charles IX d'Angoulème
image
Henri III d'Angoulème
image