Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Médias

Réécoutez le dernier journal de

RCF Pays d’Aude

Image Hosted by ImageShack.us

  Curie Romaine
Liste des papes

Pape Liste des papes
Liste détaillée des papes
Liste des primats de l'Église copte orthodoxe
Liste des primats de l'Église apostolique arménienne

Cité du Vatican
http://www.vaticanstate.va/FR/homepage.htm

Vatican Site Officiel
http://www.vatican.va/phome_fr.htm
  Musées du Vatican
http://mv.vatican.va/StartNew_FR.html



http://imageshack.us/ 
* * * Dernières minutes . . . A F P . . .H2 News . . . La Croix . . .
http://imageshack.us/

http://news.google.fr/news?hl=fr&ned=fr&ie=UTF-8&q=site:eucharistiemisericor.free.fr&scoring=n
http://www.la-croix.com/afp.static/pages/index.religion.htm

 

 

 

 

 

 

     En direct
             de la
    Place Saint-Pierre
http://imageshack.us/ 
* * *  En direct de Rome  * * *


http://imageshack.us/
http://mediastream.vatican.va/mpeg4lan.sdp
http://www.sat2000.it/diretta/
http://www.oecumene.radiovaticana.org/fr1/index.asp
3
journaux en Français

        (8h15 - 13h - 18h)


http:///
http://www.tv-direct.fr/live_ktotv.php
http://www.lejourduseigneur.com/  

 Catholique TV
http://img410.imageshack.us/img410/81/tvcatholiquelyon.png
http://www.catholique.tv/

Gazettes & Sites Royaux

rois.jpg
 Ils sont tous là !
Ils nous regardent et nous racontent 14 siècles d'Histoire de France

 

26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 23:01

Le 27 septembre est le 270ejour de l'année

(271e en cas d'année bissextile) du calendrier grégorien.

Il reste 95 jours avant la fin de l'année.

C'était généralement le jour de la balsamine, sixième jour du mois de vendémiaire dans le calendrier républicain français.

Signe du zodiaque : cinquième jour du signe astrologique de la Balance.

 

Pluie de septembre travaille, à la vigne et à la semaille.

Célébrations 

Journée internationale de mobilisation contre la guerre et les occupations  



Martyrologe pour le vingt-septième jour de septembre


  Saint Vincent de Paul Fondateur de la congrégation de la Mission et des Filles de la Charité (+ 1660)


Mémoire de saint Vincent   de Paul, prêtre, mort en 1660.

 

fondateur des Sœurs de saint Vincent de Paul.  

 

Après s'être dévoué auprès des galériens, il fonda à Paris l'Institut des

 

Prêtres de la Mission, dont les membres, plus connus sous le nom de

 

Lazaristes, se consacrent à l'évangélisation des campagnes et à la

 

formation du clergé.

 

Père des pauvres et des enfants trouvés, il concourut avec sainte Louise

 

de Marillac, à la fondation des "Filles de la Charité"

 

San_Vincenzo_de_Paoli_Y.jpg

Monsieur Vincent n'oubliera jamais que, quand il était petit, il gardait les porcs dans la campagne landaise.
Il en rougissait à l'époque et s'il voulut devenir prêtre, ce fut surtout pour échapper à sa condition paysanne.
Plus tard, non seulement il l'assumera, mais il en fera l'un des éléments de sa convivialité avec les pauvres et les humiliés.
A 19 ans, c'est chose faite, il monte à Paris parce qu'il ne trouve pas d'établissement qui lui convienne.
Le petit pâtre devient curé de Clichy un village des environs de Paris, aumônier de la reine Margot, précepteur dans la grande famille des Gondi.
Entre temps, il rencontre Bérulle qui lui fait découvrir ce qu'est la grâce sacerdotale et les devoirs qui s'y rattachent.
Il appellera cette rencontre "ma conversion"
Il renonce à ses bénéfices, couche sur la paille et ne pense plus qu'à Dieu.
Dès lors son poste de précepteur des Gondi lui pèse.
Il postule pour une paroisse rurale à Châtillon-les-Dombes et c'est là qu'il retrouve la grande misère spirituelle et physique des campagnes françaises.
Sa vocation de champion de la charité s'affermit.
Rappelé auprès des Gondi, il accepte et enrichit son expérience comme aumônier des galères dont Monsieur de Gondi est le général. Ami et confident de saint François de Sales, il trouve en lui l'homme de douceur dont Monsieur Vincent a besoin, car son tempérament est celui d'un homme de feu.
Pour les oubliés de la société (malades, galériens, réfugiés, illettrés, enfants trouvés) il fonde successivement les Confréries de Charité, la Congrégation de la Mission (Lazaristes) et avec sainte Louise de Marillac, la Compagnie des Filles de la Charité. Plus que l'importance de ses fondations, c'est son humilité, sa douceur qui frappe désormais ses contemporains.
Auprès de lui chacun se sent des envies de devenir saint.
Il meurt, assis près du feu, en murmurant le secret de sa vie :"Confiance ! Jésus !"
Saint-Vincent de Paul est le patron des organisations charitables et de toutes les personnes qui y travaillent, des professionnels du secteur de la santé et des prisonniers. Il est aussi le protecteur des chevaux.

Lecture

Notre vocation est donc d’aller, non en une paroisse, ni seulement en un évêché, mais par toute la terre ; et pour quoi faire ?
Embraser les cœurs des hommes, faire ce que le Fils de Dieu a fait, lui qui est venu mettre le feu au monde afin de l’enflammer de son amour.
Qu’avons-nous à vouloir, sinon qu’il brûle et qu’il consume tout ?
Il est donc bien vrai que je suis envoyé non seulement pour aimer Dieu, mais pour le faire aimer. Il ne me suffit pas d’aimer Dieu si mon prochain ne l’aime.
(Vincent de Paul, Aux Prêtres de la Mission)

Prière

Seigneur, tu as donné à saint Vincent de Paul toutes les qualités d’un apôtre pour secourir les pauvres et former les prêtres ; accorde-nous une pareille ardeur pour aimer ce qu’il a aimé et pratiquer ce qu’il a enseigné.
2164b.jpg

Voir aussi:
http://www.magnificat.ca/cal/fran/07-19.htm#vincent
http://missel.free.fr/Sanctoral/09/27.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_de_Paul
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_de_Paul#Liens_externes

Ce même jour, vers 840, remportèrent la palme du martyre à Cordoue pendant la persécution arabe, les bienheureux Adolphe et Jean .
Saints Adolphe et Jean Martyrs à Cordoue (+ 825)
Deux frères, nés d'un père maure et d'une mère chrétienne. Ils reçurent la couronne du martyre à Cordoue dans la persécution des Maures, au temps de l’émir Abd ar-Rahman II.

Saint Adérit (3ème s)
Deuxième évêque de Ravenne, il favorisa la croissance de l'Evangile semé par son prédécesseur. Il était grec d'origine et il succéda à saint Apollinaire.


Saint Anthime l'Ibère (+ 1716)
Originaire de Géorgie, il fut esclave des Turcs de longues années à Constantinople. Il y apprit le grec, l'arabe, le turc et le slavon. Une fois affranchi, il s'installa à proximité du Patriarcat pour enseigner l'art des icônes brodées et des sculptures sur bois. En 1690, il fut appelé en Valachie, apprit l'art de la typographie et de l'imprimerie à Bucarest et dans son monastère de Snagov, grâce à quoi il eut une intense activité d'éditeur et d'écrivain. Il fut mis à la tête de la typographie princière. Nommé métropolite d'Hongrie-Valachie, il fut un pasteur doux et paisible. Il organisa dans tout le pays des écoles où l'enseignement était dispensé gratuitement aux enfants des familles démunies. Il fonda le monastère de Tous-les-Saints à Bucarest, appelé actuellement, monastère de Saint Anthime. Accusé par les Turcs en 1716 d'avoir intrigué pour rattacher la Valachie à l'empire autrichien, il fut aveuglé et envoyé en exil au monastère du Sinaï. Sur le chemin, il subit maints supplices de la part des soldats de l'escorte qui, finalement, le noyèrent dans un des affluents du Danube.



Sainte Aquiline (+ 1764)
ste-a-02.jpg

Martyre originaire de Thessalonique, elle naquit dans une famille dont le père chrétien s'était converti à l'Islam et la mère était restée chrétienne. Lorsqu'elle eut dix-huit ans, son père lui demanda de se convertir à l'Islam. Elle refusa. Pris de peur pour lui-même, il la livra aux autorités turques en leur disant d'en faire ce qu'elles voulaient. Aucune menace n'ébranla sainte Aquiline, qui fut soumise trois fois à la bastonnade. Quand elle fut réduite à la dernière extrémité, elle fut reconduite à sa mère qui s'inquiéta de savoir si elle n'avait pas abandonné le Christ. "J'ai gardé la confession de notre foi." Et c'est dans ses bras qu'elle rendit son âme à Dieu.

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsseptembre/sept27.html



Saint Bonfils évêque (+ v. 1115)
ou Bonfilius.
Né à Osimo en Italie, il devint moine et abbé du monastère Notre-Dame à Storace. Devenu évêque de Foligno, il s'en fut en pèlerinage où il passa dix ans en Terre sainte, revint en Italie. A son retour, il trouva un autre évêque à Foligno, se retira comme simple moine au monastère de Storaco, dont il avait été abbé, et mourut enfin dans la solitude à Fara, près de Cingoli dans les Marches.



Saint Callistrate et ses compagnons martyrs (3ème s.)
Il était soldat et fut dénoncé comme chrétien. Le chef de sa légion le fit étendre à terre, et lui enfonçant un entonnoir dans la bouche, le força à boire toute une bassine d'eau. D'autres soldats se déclarèrent également chrétiens et subirent tous divers tourments. Aucun n'était encore baptisé. Jetés dans une piscine profonde, pieds et mains liés, ils prièrent pour que cette eau deviennent pour eux celle du saint Baptême. Ils furent ensuite coupés en morceaux dans leur prison.



Saint Elzéar de Sabran et la bienheureuse Delphine, son épouse (+ 1323)
En 1323, le retour à Dieu de saint Élzéar de Sabran, noble provençal, tertiaire franciscain. Son épouse, la bienheureuse Delphine, lui survécut trente-sept ans et put assister à sa canonisation.
650px-Tableau_Puimichel_2.jpg

Tableau d'Elzéar et Delphine de Sabran à Puymichel

On ne peut pas le séparer de sa femme, sainte Delphine, même si on la fête quelques semaines plus tard, le 26 novembre. Mais rien ne vous empêche de les fêter tous deux ensemble, comme Dieu les a voulus dans la vie. Elle avait quinze ans et lui treize lorsqu'ils furent mariés et ces deux prédestinés menèrent ensemble une vie de pénitence et de prière, sans que personne ne s'en aperçut et sans négliger aucune des obligations mondaines de leur état, car il était comte de Sabran dans le Gard Provencal et homme de confiance du roi de Naples, Robert le Sage. C'est d'ailleurs au cours d'une de ces missions de confiance qu'il mourut à Paris en allant demander pour le roi de Naples, la main d'une princesse française.
http://www.gard-provencal.com/vv/sabran.htm
Il fut canonisé par le pape Urbain V qui était son neveu.
Delphine passa d'abord les vingt premières années de veuvage à la cour de Naples, puis regagna sa Provence natale. Elle fut enterrée à Apt, auprès de son époux.
On les y honore encore de nos jours.
http://catholique-avignon.cef.fr/saint-bien/st-elz-del.htm
800px-Ansouis_5.jpg

Les reliquaires des deux époux virginaux à Ansouis

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Elz%C3%A9ar_de_Sabran



Saints Florentin et Hilaire (3ème s.)
Martyrs en Bourgogne. Ils étaient soldats et servaient le Christ. Comme ils refusaient d'offrir l'encens à l'empereur en signe d'obéissance, ils eurent la langue coupée et connurent d'autres supplices avant d'être décapités. Certains historiens veulent que leur martyre ait été consommé lors des invasions des Vandales. Une localité commémore leur mémoire, quelle que soit l'époque de leur existence : 89600 Saint Florentin

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_Saint-Florentin_de_Bonneval



Sainte Hiltrude Vierge à Liessies, dans le Hainaut (9ème s.)
En Hainaut, au début du IXe siècle, sainte Hiltrude, moniale. Elle passa dix-sept ans dans la retraite, près de l'abbaye de Liessies que son père avait fondée, et dont son frère Gontrand fut le premier abbé.
450px-Saint_hiltrude_ramousies.JPG

Moniale. Ses parents voulaient la marier à un seigneur bourguignon, mais sainte Hiltrude s'arrangea pour que sa soeur l'épouse (ce qu'elle fit d'ailleurs de bon coeur). Quant à Hiltrude, elle put suivre l‘appel de Dieu, passant dix-sept ans dans la retraite, près du monastère de Liessies que son père avait fondé et dont son frère Gontrand fut le premier abbé.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte_Hiltrude
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Liessies



Bienheureux Jean-Baptiste Laborier du Vivier diacre et martyr (+ 1794)
Jean-Baptiste Laborier du Vivier, diacre et chanoine de Mâcon, martyr sous la Révolution française. Parce qu’il avait refusé de signer la Constitution civile du clergé, il fut déporté, dans des conditions inhumaines, dans la baie devant le port de Rochefort. Il y mourut d’une grave maladie.
Béatifié le 1er octobre 1995 par Jean-Paul II.
Les bienheureux martyrs des pontons de Rochefort (diocèse de Sens-Auxerre)
http://catholique-sens-auxerre.cef.fr/spip1.9/Les-bienheureux-martyrs-des.html
Depuis 1910, chaque deuxième quinzaine d'août, a lieu un pèlerinage en souvenir des prêtres déportés
(diocèse de La Rochelle)
http://www.catholique-larochelle.cef.fr/Ile-Madame,246



Bienheureux Laurent de Ripafratta dominicain (+ v. 1456)
Originaire de Toscane dans la région de Pise, il entra dans l’Ordre de Saint Dominique. Maître et ami de Saint Antonin de Florence, avec le bienheureux Jean Dominici, il fut de ceux qui réformèrent à cette époque l’Ordre qui en avait grand besoin. Il conduisit le jeune Fra Angelico dans le rude sentier de la perfection religieuse. Si grande fut sa discrétion dans la conduite de sa charge de vicaire général de l’Ordre que nous n’en savons que le style: "un ministère d’amour et de paix." Une telle charge se vit en effet dans le silence des relations fraternelles et discrètes avec chacun des frères. Les faits sont là: beaucoup de jeunes frères, de nombreuses fondations et d’anciennes renouvelées. Il s’ouvrit à la Vérité qu’il servait en Jésus-Christ, entouré de ses frères. Il était particulièrement assidu à entendre en confession les pécheurs qui venaient le rencontrer dans son couvent de Pistoie en Toscane.



Saint Marc (1er s.)
appelé également Jean dans les Actes des Apôtres (Actes 12. 12), il est distinct de saint Marc l'Evangéliste. Les Eglises d'Orient en font un évêque de Byblos. Elles célèbrent en même temps que lui, saint Aristarque disciple de saint Paul (Colossiens 4. 10) et le juriste saint Zénon (Tite 3. 13).



Saint Sabbatios (+ 1435)
Moine pendant de longues années au monastère de Saint Cyrille du Lac Blanc en Russie, il se retira plus au nord au monastère de Valaam où il devint un modèle de zèle spirituel. Mais cette renommée devint, à ses yeux, un obstacle dans sa quête de Dieu. Une nuit il s'échappa pour rejoindre l'île déserte de Solovki, située à deux jours de navigation dans la Mer Blanche, plus au nord. Au moment de s'embarquer, les habitants cherchèrent à l'en dissuader, l'île était trop inhospitalière à leurs yeux. Il y eut d'abord un compagnon, saint Germain qui le quitta dix ans après et saint Sabbatios resta seul, dans ce froid boréal, menant une vie ascétique que Dieu seul connut. Très âgé, il revint sur le continent afin de pouvoir communier aux Saints Mystères et à la Sainte Communion dont il était privé depuis son départ de Valaam. Ayant communié, il remit son âme à Dieu.
L'année suivante, saint Germain revint à Solovki et fonda un monastère dans lequel vécurent de nombreux saints et d'innombrables martyrs.



Les Églises font mémoire…

Anglicans : Vincent de Paul, fondateur de la Congrégation des missions (Lazaristes)

Catholiques d’occident : Vincent de Paul, prêtre (calendrier romain et ambrosien) ; Adolphe et Jean de Cordoue (+env. 824), martyrs (calendrier mozarabe)

Coptes et Éthiopiens (17 tut/maskaram) : La Croix glorieuse

Luthériens : Vincent de Paul, bienfaiteur dans le Sud de la France

Maronites : Lin I (Ier s.), pape; Cléophas (Ier s.), apôtre

Orthodoxes et gréco-catholiques: Callistrate et ses 49 compagnons (+304), martyrs; Anthime Ivireanul
(+1716), évêque et martyr (Église roumaine)
Les Églises appartenant aux patriarcats de Jérusalem, de Moscou, de Serbie et de Géorgie, ainsi que les monastères du Mont Athos, qui suivent le calendrier julien même pour les fêtes à date fixe, célèbrent aujourd’hui l’Exaltation universelle de la Croix précieuse et vivifiante.

 

 

 

Et encore ailleurs, beaucoup d'autres saints et bienheureux.

Saints orthodoxes[3] du jour

Prénoms 

Bonne fête aux :

Et aussi aux :

Événements 

Avant JC 

1 à 1900

27 septembre dans les croisades

1540 

Le pape Paul III reconnaît la Compagnie de Jésus, les Jésuites.

61570_111889505538907_100001535732993_87

1808 

60403_157784427582289_100000521982449_39

Début de l'entrevue entre Napoléon Ier et le tsar Alexandre à Erfurt.

 Entrevue d'Erfurt entre Napoléon et Alexandre

L'entrevue d'Erfurt, appelée aussi congrès d'Erfurt définit la série de rencontres entre Napoléon Ier et le tsar Alexandre Ier de Russie qui eurent lieu à Erfurt, du 27 septembre au 14 octobre 1808.

L’objectif de ces rencontres était de réaffirmer l'alliance conclue l'année précédente lors du traité de Tilsit qui mit fin à la guerre de la quatrième coalition. Napoléon tente d'intimider le tsar Alexandre en organisant une grande conférence rassemblant le gotha des rois, princes, ducs, barons et notables européens.

Afin d’éblouir son allié, Napoléon ne lésine pas sur les moyens. Le célèbre Talma est de la partie avec la Comédie-Française au grand complet. Pas moins de 16 tragédies seront représentées pour éblouir les participants. C’est à cette occasion qu’aura lieu le 2 octobre 1808 la rencontre entre Goethe et Napoléon, au cours de laquelle l'écrivain Allemand sera décoré de la légion d’honneur (On lira à ce sujet l’excellent article de Gérard GENGEMBRE dans le N° 466 de la Revue du Souvenir Napoléonien). Les réunions se concluent par la « convention d'Erfurt », qui prévoit que l’Angleterre cesse la guerre contre la France, une reconnaissance du pouvoir de la Russie en Finlande, qu'en cas de guerre avec l'Autriche, la Russie devrait aider la France, etc.. En d’autres termes, les empereurs de France et de Russie renouvelaient leur alliance d’une manière solennelle, et s’engageaient à faire en commun soit la paix, soit la guerre.

Ils se séparent le 14 octobre. Mais en avril 1809, démarre la campagne d’Autriche (Essling, Eckmühl, Ratisbonne, Wagram etc.), l’hégémonie de la Grande armée tout comme le duché de Varsovie irritent les Russes, qui de surcroit, acceptent mal le blocus continental qui paralyse leur économie...

Une chronologie détaillée des évènements se trouve sur le site de la Fondation Napoléon à l’adresse :

 



1810 

Arrêt de l’offensive de Masséna à la bataille de Buçaco.

 Repli de Wellington, qui est bloqué à Lisbonne.


62953_157902750903790_100000521982449_39

 Bataille de Buçaco (Portugal)...Victoire de l'armée Anglo-Portugaise.

La bataille de Buçaco est à replacer dans le contexte de la guerre d'Espagne et du Portugal. Elle a été disputée et gagnée par les forces anglo-portugaises sous le commandement de Wellington le 27 septembre 1810. Après deux tentatives, vaines, d'envahir le Portugal, Napoléon décide une troisième invasion sous le commandement de Masséna. Les portugais, commandés par Wellington occupent les hauteurs de Buçaco <span>–</span> une crête de 16 km de long environ <span>–</span> avec 25.000 anglais et autant de soldats portugais, qui ont pour ordre d'arrêter l'avancée des Français. Ceux-ci se heurtent aux troupes anglo-portugaises qui se sont déployées sur la pente opposée de la crête, hors de portée de l’artillerie française. Les assauts furent livrés par les corps d'armée du maréchal Ney et du général Reynier. Malgré un combat extrêmement violent, les Français ne parvinrent pas à déloger les forces alliées et furent repoussés, subissant de lourdes pertes. Masséna ordonna alors un mouvement de rotation autour de la crête pour prendre la position de flanc. Wellington reprit le 10 octobre la marche de retraite de son armée vers Torres Vedras. Mais face à des fortifications trop puissantes, Masséna décida de prendre ses quartiers d’hiver. Manquant de vivres et harcelé par les assauts continus des Britanniques, il se résigna à la retraite en Espagne au début de 1811, après avoir perdu 25.000 hommes, capturés par les alliés ou morts de faim ou de maladie. Wellington réussit le coup de maitre de libérer tout le Portugal à l'exception d’Almeida...Pour une relation détaillée de la bataille de Bussaco, on lira l’excellent article d’Alain Pigeard (revue du Souvenir Napoléonien N°484, juillet-septembre 2010)

 

Voici un passage intéressant tiré des « Souvenirs intimes et militaires du Général Victor Oudinot, duc de Reggio : Campagnes de Portugal : 1810 et 1811 », de Marc Oudinot, paru dans la revue Napoleonica (n°5, juillet 2009):

«...Masséna avait porté son quartier général au fort de la Conception. J’y arrivais le 15 août, jour de la fête de l’Empereur. Les préparatifs du siège d’Almeida se trouvaient à peu près terminés. L’ordre fut donné d’ouvrir la tranchée et les travaux furent continués avec ardeur jusqu’au 26 du même mois. Ce jour-là, à 7heures du matin, une détonation épouvantable se fit entendre; deux bombes étaient tombées à la fois sur le grand magasin à poudre du château; ce fut l’éruption d’un volcan. Les trois quarts des maisons furent détruites; 500 habitants et un nombre très considérable de soldats de la garnison furent ensevelis sous les ruines. Le lendemain, toute défense étant devenue impossible, la garnison fut obligée de capituler; elle sortit de la place le 27 avec les honneurs de la guerre et nos troupes en prirent possession après 12 jours de siège. La route de Lisbonne étant ainsi ouverte, Masséna commença son mouvement offensif en direction de Coimbra le 15 septembre, se dirigeant à la tête des 6e et 8e corps sur Pinhel et Viseu; le 2e marcha sur Guarda. L’issue de cette troisième expédition de Portugal ne paraissait douteuse à aucun de nous. D’une part, la renommée de Masséna, «enfant chéri de la victoire», d’une autre, l’inaction de Wellington pendant les deux sièges [Ciudad Rodrigo et Almeida] étaient à nos yeux des gages assurés de succès. Mais la fortune des armes est inconstante, elle commençait à nous retirer ses faveurs et l’on verra bientôt, d’ailleurs, que nous n’avions pas fait à l’imprévu une part assez large. En conformité des proclamations du général [Wellington] en date des 2 et 4 août, les habitants fuyaient sous peine de mort à notre approche et laissaient désertes des villes qui avaient été riches et florissantes. Ces violentes mesures nous firent ainsi éprouver de nombreuses privations et nous étions impatients que l’heure du combat vînt y mettre un terme. Le 26 septembre, nous rencontrâmes enfin l’ennemi. Dans le but de couvrir Coimbra et la ville de Lisbonne, il prenait position avec toutes ses forces réunies sur le plateau de Buçaco qui s’élève à 300pieds au-dessus des vallées qui l’entourent. Masséna ordonne l’attaque pour le lendemain. Seuls deux chemins rocailleux conduisaient aux Anglais. Le 6e corps, aux ordres de Ney, attaque par celui de Buçaco, en colonnes profondes et échelonnées. Reynier attaque dans le même ordre par Santo Antonio. Les escarpements rocailleux ne permettaient pas d’autres formations et l’artillerie ne pouvait suivre le mouvement. Après avoir culbuté avec leur élan accoutumé la première ligne ennemie établie sur le versant, nos troupes arrivèrent hors d’haleine et un peu en désordre sur le sommet de la montagne. Exposées à la mitraille d’une formidable artillerie et à des feux de bataillons meurtriers, elles furent chargées à leur tour et obligées de redescendre dans la plaine avec des pertes sensibles. Le général Graindorge, tué; Ferey, Foy et Simon grièvement blessés; enfin, 6.000 à 7.000 hommes hors de combat attestent à la fois l’héroïsme de nos soldats et l’impuissance de leurs efforts dans cette journée. Masséna se trouvait alors dans une de ces situations qui font peser sur le commandement une immense responsabilité: rester inactif et sans vivres au pied des montagnes, rétrograder en face d’un ennemi victorieux, passer le Mondego pour agir sur la rive gauche quand Wellington pouvait nous y prévenir; tous ces partis étaient également périlleux. Mais bientôt l’heureuse étoile du héros de Zurich et d’Essling allait de nouveau luire. Quelques jours après, une reconnaissance conduite par le général de cavalerie Sainte-Croix rencontra par hasard un paysan qui lui indiqua un chemin non gardé, à deux lieux de celui dont nous avions si témérairement disputé la possession, et qui menait à Coimbra par Cima et Scarda. La défense de ce poste était assignée au corps portugais de Grant qui n’y était point arrivé, soit que les ordres aient été mal donnés, soit qu’ils aient été mal compris. Masséna n’hésite point à prendre le chemin. Ce mouvement de flanc exécuté avec audace entre l’armée ennemie et la mer se termina sans obstacle. Wellington, qui pouvait nous assaillir sur tous les points lors de cette marche faite processionnellement, embarrassée par de nombreux blessés, nous laissa rejoindre la route de Lisbonne, où il trouva, en revanche, des chances de succès dont nous n’avions encore aucun pressentiment. Quoi qu’il en soit, l’ennemi évacua Coimbra à notre approche. Les gouvernements de France et d’Angleterre se proclamèrent hautement vainqueurs à Buçaco. La vérité est que, dans cette bataille violente et indécise, deux chefs d’armée, justement illustrés, ont l’un et l’autre commis des fautes qui rendirent la victoire équivoque, tant est difficile l’art de la guerre. Qu’il me soit permis de rappeler ici un petit incident personnel, dont le récit a dû céder la priorité à l’événement capital. Après avoir reconnu avec Ney et Reynier, le 25septembre, les positions de l’ennemi et leur avoir donné pour le lendemain des instructions détaillées, le prince d’Essling s’était retiré vers 11heures du soir à son quartier général établi à deux lieues en arrière. En congédiant ses officiers, il leur recommanda de passer la nuit dans les maisons voisines et d’être à cheval le lendemain, à 4heures du matin. J’allai me coucher avec un dragon d’ordonnance dans l’écurie la plus rapprochée, bien résolu à être très exact au rendez-vous. Au milieu d’une nuit fort obscure, j’entends passer l’escorte du général en chef. Le maréchal s’approchant de moi m’interpelle en ces mots: «Eh! quoi, mon cher Victor, dormir au moment de la bataille?… Je ne reconnais pas là le fils du maréchal Oudinot… Viens me rejoindre sans retard…».Ainsi réveillé en sursaut, je bride soudain mon cheval, je le monte et, au milieu des corps de toutes armes, je franchis rapidement les deux lieues qui me séparaient du maréchal Ney. Arrivé à son quartier général, je n’hésite point à l’éveiller. «Le prince d’Essling, lui dis-je avec assurance, est déjà sur le terrain; il est surpris sans doute de ne pas vous y trouver. <span>–</span>C’est inconcevable, répond le maréchal; sa montre est donc en avance? Il n’est que 3heures et nous étions convenus de laisser reposer les troupes jusqu’à 5heures.». Toutefois, le duc d’Elchingen se porte sur le front de bataille; son apparition prématurée occasionne une alerte, à la suite de laquelle des coups de feu sont échangés entre les tirailleurs. Sur ces entrefaites survient Masséna. Étonné de trouver l’armée sur pied avant l’heure convenue, il en demande, sur le ton du reproche, l’explication au maréchal. Celui-ci répond avec une sorte de brusquerie: «Prenez-vous-en, Prince, à votre aide de camp, il a seul le mot de l’énigme».On me fait comparaître et je soutiens en présence des deux états-majors réunis, que j’ai exécuté les ordres directs et formels du général en chef. Voyant ma conviction inébranlable, Masséna mit fin avec bonté à ce débat par le mot: Somnambule! Somnambulisme apparent, sans doute, mais qui, en fait, n’a point existé. Je me suis endormi sous l’impression d’une ardeur belliqueuse toute juvénile. J’ai eu en songe avec le Prince un rapide entretien qui est passé dans mon esprit à l’état de réalité. L’erreur n’ayant point cessé avec le rêve, j’ai poursuivi dans la plénitude de mes facultés le but auquel mon honneur semblait intéressé, mêlant rêve et réalité. Des escarmouches étaient encore engagées entre les éclaireurs des deux armées lorsque je fus envoyé par le général en chef à Coimbra à l’effet de donner aux Anglais l’assurance que leurs blessés y recevraient les mêmes soins que les nôtres. La ville de Coimbra, dont la population s’élève à 15000 âmes, était comme celle de Viseu entièrement abandonnée par ses habitants. Elle renferme un grand nombre de collèges et de monastères, qu’en vertu de ma mission humanitaire je fis mettre à la disposition des officiers de santé pour le service des hôpitaux. En qualité de parlementaire, je fus conduit tout de suite au Palais épiscopal. J’y trouvai un brillant officier d’état-major qui se disposait à entrer en pourparlers avec nous sur le même sujet. L’intimité s’établit vite entre gens de guerre qu’une trêve momentanée réunit éventuellement. Les meilleurs rapports ne tardèrent donc pas à exister entre l’aide de camp de Wellington et moi. Quand il fallut nous séparer, présomptueux comme on l’est au jeune âge, je le priai de me considérer comme son correspondant à Lisbonne quand les Anglais nous auraient cédé la place. Il me répondit avec finesse et réserve: «En toute chose, il faut considérer la fin.» Si j’en crois mes souvenirs, l’officier qui m’a donné cet avis judicieux était James Henry FitzRoy Somerset, devenu depuis le célèbre Lord Raglan. Cette maxime de notre bon La Fontaine était à la fois un enseignement et un pronostic. Je n’en compris l’application que quelques jours après....»

 

 


  • 1818 : Des représentants de l'Autriche, de la Prusse, de la Russie et de l'Angleterre se réunissent à Aix-la-Chapelle pour discuter l'indemnité de guerre à verser par la France.

XXe siècle

2003
 la princesse Victoria de Bourbon-Deux-Siciles

 fille cadette de l’Infant Carlos et de la princesse Anne de France a épousé au Couvent de la Asuncion de Calatrava à Almagro (Province de Ciudad Real) Markos Nomikos.

La Famille royale espagnole était présente de même que plusieurs membres de la Famille royale grecque, proches amis du marié.

La mariée portait une création de Lorenzo Caprile.

Le couple qui vit entre Madrid, Londres et Athènes, a aujourd’hui 3 enfants : Anastasio, Ana et Carlos.

2008

aimoneolga1.jpg

L’annonce en 2005 des fiançailles du prince Aimone de Savoie, duc des Pouilles, fils du duc Amédée d’Aoste et de la princesse Claude de France avec la Princesse Olga de Grèce, fille du Prince Michel de Grèce et de Marina Karella, avait ravi le Gotha.

Depuis longtemps, on allait assister à un mariage entre deux “royaux”


Le duc des Pouilles est né à Florence en 1967, il travaille à présent pour un constructeur automobile italien à Moscou.

La princesse Olga, née à Athènes en 1976, botaniste et photographe, a longtemps vécu à Londres, puis aux Etats Unis et à Panama.

 

aimoneolga.jpg

Le mariage avait été annoncé en 2005, puis en 2006, puis en 2007, successivement en Grèce puis sur l’île de Patmos, l’Italie avait même été évoquée. Depuis, plus rien.

Aucune information n’indique que le mariage qui aurait finalement été à caractère privé à la demande expresse des fiancés, a été célébré ou que dans un autre sens les fiançailles aient été rompues.

Wait and see donc…

 Mariage civil célébré le 16 Septembre 2008 à l'Ambassade d'Italie à Moscou, par et devant Son Excellence l'Ambassadeur d'Italie, du Duc d'Aoste, le Prince Aimone de Savoie et de la Princesse Olga de Grèce.

La bénédiction nuptiale sera donnée le 27 Septembre, sur l'Ile de Patmos en Grèce, lieu dédié à la mythologie et à l'Apôtre Saint-Jean comme le déclarent les communiqués officiels venant de tomber.

Cette union a été saluée par la Consulte des Sénateurs du Royaume d'Italie, et elle s'accomplit conformément aux lois de la Maison de Savoie. 

Les Princes Royaux, Aimone, Duc d'Aoste, Héritier du Trône d'Italie et Duc des Pouilles, et la Princesse Olga de Grèce sont les enfants respectivement d'Amadeo, Duc de Savoie et de la Princesse Claude de France, et du Prince et de la Princesse Michel de Grèce et de Danemark, née Marina Karella.  

Le Prince Michel de Grèce, l'historien bien connu, est le fils du Prince Christophe de Grèce et de Danemark et de la Princesse Françoise de France, et le petit-fils de Georges Ier, premier Roi des Héllènes.

 

Olga de Grèce, princesse de Savoie-Aoste

patmos1.jpg

Le 27 septembre 2008, en l’église Panagia Diasozousa sur l’île de Patmos, la princesse Olga de Grèce, fille du prince Michel et de la princesse Marina de Grèce épousait le prince Aimone de Savoie-Aoste, duc des Pouilles, fils du duc d’Aoste et de la princesse Claude de France. La mariée portait une création de la maison Prada. Le couple a eu un fils prénommé Umberto.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article

commentaires

Forum


Image Hosted by ImageShack.us
louis XX 01

Image Hosted by ImageShack.us

 


capetiens
(Pierre-Yves Guilain)
Cercle de réflexion royaliste

Heraldique-Noblesse
Joinville et ses princes
Amis et passionnés du Père-Lachaise
Pere-Lachaise
lescimetières
Généalogie, cimetières, patrimoine parisien
graveyart: sur les cimetières parisiens (en hollandais)

Histoires des souverains d'Europe et images de leurs tombeaux 

kaisergruft

(site sur les sépultures des Habsbourg notamment sur la crypte des Capucins)

MAISON CIVILE DU ROI. (1)

d'après le Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France
Nicolas Viton de Saint-Allais (1773-1842)- Paris, 1816



Image Hosted by ImageShack.us

Introduction

  Accueil



Rois de France


Génobaud
roi Franc
(légendaire)
à la fin du IVe siècle
354-419
Sunnon
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
388-xxx
Marcomir
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
Pharamond
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs Saliens 

(légendaire)
ancêtre mythique des Mérovingiens
Clodion le Chevelu
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs saliens
428 - 448

Image Hosted by ImageShack.us
Duc des Francs saliens 
(incertain)
448 - 457
Childéric Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Duc et Roi des Francs saliens
457 - 481
Clodomir
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Orléans
511524
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Metz
(futur Austrasie)
511534
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie
511561
Roi des Francs
558561
Roi d'Austrasie
53454
Théodebald Ier
(Thibaut)
Roi d'Austrasie
548555
561567
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie 
Roi de Bourgogne
561592
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
561575
Roi d'Austrasie
Roi d'Austrasie
595 - 612
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Bourgogne
595613
Roi d'Austrasie
61261
sous la régence de Brunehilde
Roi de Bourgogne
Roi d'Austrasie
613
Roi de Neustrie
584629
Roi de Paris
595
629
Roi des Francs
613629
Roi des Francs (sans l'Aquitaine)
629639
Roi des Francs
632639
Caribert II
 Roi d'Aquitaine
629632
Roi de Neustrie, de Bourgogne
639657
Roi d'Austrasie
656657
Roi d'Austrasie
639656
Childebert III l'Adopté
Roi d'Austrasie
657662
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, de Bourgogne
65767






Roi d'Austrasie
662675
Occupe la Neustrie
673675







Roi de Neustrie
673691
Roi des Francs 

(en fait uniquement de Neustrie)
L'Austrasie étant aux mains
de Pépin de Herstal
679
691

Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, Bourgogne et Austrasie
675 - 676
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
676679
Clovis IV








Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
691695









Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
695711
Dagobert III









Roi des Francs de 711 à 715
Chilpéric II









roi des Francs de Neustrie et des Burgondes
de 715 à 719
puis de tous les Francs de 719 à 721.
C
lotaire IV


T
hierry IV









Childéric III
Image Hosted by ImageShack.us
roi des Francs, de Neustrie
de Bourgogne et d'Austrasie
de 743 à 751

************

 

 


Pépin III le Bref
Image Hosted by ImageShack.us
Carloman Ier
Image Hosted by ImageShack.us
C
harles Ier
dit Charles le Grand
CHARLEMAGNE

Image Hosted by ImageShack.us
Louis Ier dit le Pieux
ou «le Débonnaire»
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire II

Image Hosted by ImageShack.us
C
harles II dit le Chauve
Image Hosted by ImageShack.us
Louis II dit le Bègue
Image Hosted by ImageShack.us
Louis III de France
Image Hosted by ImageShack.us
C
arloman II de France
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Eudes Ier de France
Robertin
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Simple
Image Hosted by ImageShack.us

Robert le Fort
Image Hosted by ImageShack.us
Robert Ier de France

Image Hosted by ImageShack.us

Hugues le Grand
Image Hosted by ImageShack.us
Raoul Ier de France
aussi appelé Rodolphe

Image Hosted by ImageShack.us
Louis IV dit d'Outremer
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis V dit le Fainéant
Image Hosted by ImageShack.us
Dernier roi de la lignée
des Carolingiens
Image Hosted by ImageShack.us

H
ugues Capet
Image Hosted by ImageShack.us
Robert II le Pieux
Image Hosted by ImageShack.us
Hugues II de France
Image Hosted by ImageShack.us
(1007-1025)
Roi de France associé
1017 - 1025
Henri Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VI le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VII Le Jeune
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe II Auguste
Image Hosted by ImageShack.us

Louis VIII le Lion
Image Hosted by ImageShack.us

Louis IX (Saint Louis)
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe III de France
dit le Hardi
http://www.visite-de-rouen.com/images/philippe_3.jpg
Philippe IV le Bel
image
Louis X le Hutin
http://www.livois.com/phpgedview/media/Louis_X_le_Hutin.jpg
Jean Ier le Posthume

image






Philippe V
le Long
http://www.livois.com/phpgedview/media/Philippe_V_le_Long.jpg
Charles IV le Bel
http://www.livois.com/phpgedview/media/Charles_IV_le_Bel.jpg
Valois
Philippe VI le Fortuné
http://www.france-pittoresque.com/rois-france/img/philippe-VI.gif
Jean II le Bon
image
Charles V le Sage
http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0014/m502004_97de1712_p.jpg
Charles VI le Fol ou le Bien-Aimé
image
Charles VII le Victorieux
image
Louis XI de Valois
http://jargeau-tourisme.com/img/louis11.jpg
Charles VIII de Valois
image
Louis XII d'Orléans
image
François Ier d'Angoulème
image
Henri II d'Angoulème
image
François II d'Angoulème
image
Charles IX d'Angoulème
image
Henri III d'Angoulème
image