Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Médias

Réécoutez le dernier journal de

RCF Pays d’Aude

Image Hosted by ImageShack.us

  Curie Romaine
Liste des papes

Pape Liste des papes
Liste détaillée des papes
Liste des primats de l'Église copte orthodoxe
Liste des primats de l'Église apostolique arménienne

Cité du Vatican
http://www.vaticanstate.va/FR/homepage.htm

Vatican Site Officiel
http://www.vatican.va/phome_fr.htm
  Musées du Vatican
http://mv.vatican.va/StartNew_FR.html



http://imageshack.us/ 
* * * Dernières minutes . . . A F P . . .H2 News . . . La Croix . . .
http://imageshack.us/

http://news.google.fr/news?hl=fr&ned=fr&ie=UTF-8&q=site:eucharistiemisericor.free.fr&scoring=n
http://www.la-croix.com/afp.static/pages/index.religion.htm

 

 

 

 

 

 

     En direct
             de la
    Place Saint-Pierre
http://imageshack.us/ 
* * *  En direct de Rome  * * *


http://imageshack.us/
http://mediastream.vatican.va/mpeg4lan.sdp
http://www.sat2000.it/diretta/
http://www.oecumene.radiovaticana.org/fr1/index.asp
3
journaux en Français

        (8h15 - 13h - 18h)


http:///
http://www.tv-direct.fr/live_ktotv.php
http://www.lejourduseigneur.com/  

 Catholique TV
http://img410.imageshack.us/img410/81/tvcatholiquelyon.png
http://www.catholique.tv/

Gazettes & Sites Royaux

rois.jpg
 Ils sont tous là !
Ils nous regardent et nous racontent 14 siècles d'Histoire de France

 

22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 00:00

Ces commentaires, trouvés sur le site "Église catholique en France", permettent à toute personne de bonne volonté, chrétienne ou non, de mieux comprendre la Bible, le livre le plus diffusé au monde, en

  • donnant des explications historiques ;

  • donnant le sens passé de certains mots ou expressions dont la signification a parfois changé depuis ou peut être mal comprise (aujourd'hui, "connaître", "Testament", "purifier et "impureté, "soumission", "salut", "gloire" et "glorifier" ; je consacre une double page de mon blog à recenser tous ces mots ou expressions) ;

  • décodant le langage imagé utilisé par l'auteur.

Attention le texte écrit peut différer des versions audio (Radio-Notre-Dame) et vidéo (KTO TV) qui ont été modifiées par Marie-Noëlle Thabut, parfois pour les améliorer, parfois pour s'adapter aux formats imposés par ces chaînes de radio ou de télévision. Dans cette hypothèse, nous mettons en italiques les passages supprimés pour ces médias.

Je souhaite arriver à mettre ici, chaque dimanche, les commentaires de Marie-Noëlle Thabut. Ma seule contribution consiste à surligner les passages que je trouve les plus enrichissants et à écrire en rouge ceux qui parlent d'un thème qui m'est cher : la liberté (trois autres pages de mon blog sont consacrées à ces passages des Évangiles, du reste du Nouveau Testament ou de l'Ancien Testament qui parlent de la liberté). D'après Marie-Noëlle Thabut, "... si nous ne trouvons pas dans les textes une parole libérante, c'est que nous ne les avons pas compris."

 

Version audio, trouvée sur le site de Radio-Notre-Dame (disponible seulement à compter du 22 mars 2015).

En bas de page, vous avez désormais les versions vidéo des commentaires, trouvées sur KTO TV.

PREMIÈRE LECTURE – Livre du prophète Jérémie 31, 31 - 34

31 Voici venir des jours - oracle du SEIGNEUR –,
où je conclurai avec la maison d'Israël et avec la maison de Juda
une Alliance nouvelle.
32 Ce ne sera pas comme l'Alliance
que j'ai conclue avec leurs pères,
le jour où je les ai pris par la main
pour les faire sortir du pays d'Égypte :
mon Alliance, c'est eux qui l'ont rompue,
alors que moi, j’étais leur maître
- oracle du SEIGNEUR.
33 Mais voici quelle sera l'Alliance
que je conclurai avec la maison d'Israël
quand ces jours-là seront passés,
- oracle du SEIGNEUR.
Je mettrai ma Loi au plus profond d'eux-mêmes ;
je l'inscrirai dans leur cœur.
Je serai leur Dieu,
et ils seront mon peuple.
34 Ils n'auront plus à instruire chacun son compagnon,
ni chacun son frère en disant :
« Apprends à connaître le SEIGNEUR ! »
Car tous me connaîtront,
des plus petits jusqu'aux plus grands
- oracle du SEIGNEUR.
Je pardonnerai leurs fautes,
je ne me rappellerai plus leurs péchés.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

UNE ALLIANCE NOUVELLE

« Voici venir des jours... » : toute la Bible est tendue vers l’avenir, avec cette certitude inébranlable que les Jours promis par Dieu viendront. La caractéristique des prophètes, c’est de savoir regarder avant tout le monde l’éclosion des bourgeons. « Voici venir des jours où je conclurai avec la Maison d’Israël et avec la Maison de Juda une Alliance Nouvelle » : nous rencontrons le mot Alliance à chaque pas dans la Bible ; c’est la grande particularité de la foi juive puis chrétienne ! La conviction que Dieu a choisi de se révéler aux hommes par l’intermédiaire d’un peuple qui a la vocation d’être son témoin au milieu des nations. A ce peuple il a proposé son Alliance.

Au long des siècles, nos frères juifs ont médité cette proposition inouïe du Dieu Tout-Puissant ; il s’agit bien d’une « proposition » de Dieu ; car c’est toujours Dieu qui prend l’initiative : « Voici venir des jours, déclare le SEIGNEUR, où je conclurai avec la Maison d’Israël et avec la Maison de Juda une Alliance Nouvelle ».

Hélas, Jérémie est bien obligé de faire un constat d’échec : au long des siècles de l’histoire d’Israël, la proposition a été sans cesse renouvelée de la part de Dieu, et trop souvent mal vécue de la part de l’homme. Mais si l’homme est infidèle, Dieu, lui, ne se lasse pas : « Je conclurai avec la Maison d’Israël et avec la Maison de Juda une Alliance Nouvelle ».

Cette expression « Alliance Nouvelle » ne signifie pas que Dieu aurait changé d’avis ; comme s’il y avait eu une première Alliance, puis une deuxième différente... Ce ne sera pas une Alliance différente, mais une nouvelle étape de la même Alliance.

« Ce ne sera pas comme l’Alliance que j’ai conclue avec leurs pères, le jour où je les ai pris par la main pour les faire sortir d’Égypte » : pour être fidèle à l’Alliance, c’était bien simple, le chemin était tout tracé, il suffisait de respecter la Loi. Mais, à chaque époque, les prophètes ont dû ouvrir les yeux du peuple élu sur ses manquements à la Loi ; cette fois, la Nouvelle Alliance sera sans faille du côté de l’homme.

Au passage, vous avez noté l’expression « la Maison d’Israël et avec la Maison de Juda » : c’est une annonce de réunification du peuple en un seul royaume. Quand le peuple a été divisé en deux, après la mort du roi Salomon, il y avait le royaume de Juda au Sud, et le royaume d’Israël au Nord. Ici l’expression « Je conclurai avec la Maison d’Israël et avec la Maison de Juda une Alliance Nouvelle » signifie que la promesse de Dieu est valable pour le peuple tout entier, malgré les vicissitudes de l’histoire.

« Mon Alliance, c’est eux qui l’ont rompue, alors que moi, j’avais des droits sur eux. » Dieu a fait ses preuves, si l’on peut dire, en libérant son peuple de l’esclavage en Égypte ; et l’Alliance entre Dieu et Israël est fondée sur cette expérience ; quand Dieu propose son Alliance à Moïse, Il l’envoie dire au peuple : « Vous avez vu vous-mêmes ce que j’ai fait (à l’Égypte), comment je vous ai pris sur des ailes d’aigle et vous ai fait arriver jusqu’à moi. Et maintenant, si vous entendez ma voix et gardez mon Alliance, vous serez ma part personnelle parmi tous les peuples - puisque c’est à moi qu’appartient toute la terre - et vous serez pour moi un royaume de prêtres et une nation sainte. » Et alors le peuple a pris un engagement solennel : « Tout ce que le SEIGNEUR a dit (c’est-à-dire la Loi), nous le mettrons en pratique ». Et donc, tout manquement à la loi est une rupture de l’Alliance.

« Mais voici quelle sera l’Alliance que je conclurai avec la Maison d’Israël quand ces jours-là seront passés, déclare le SEIGNEUR ». « Ces jours-là », ce sont les jours de l’infidélité du peuple : autrement dit, une nouvelle étape commence ; « Alliance Nouvelle » ne signifie pas « Alliance Autre, différente », mais « Alliance vécue autrement ». Et Dieu continue : « Je mettrai ma Loi au plus profond d’eux-mêmes, je l’inscrirai dans leur cœur ». Au Sinaï, Dieu avait inscrit sa Loi sur des tables de pierre ; désormais cette Loi sera inscrite dans le cœur même de l’homme : tant que la Loi n’est inscrite que sur des tables de pierre ou dans des livres, elle peut bien rester lettre morte ;

toutes les promesses de conversion les plus sincères (et il y en a eu de nombreuses dans l’histoire d’Israël comme dans chacune de nos vies !) ont toujours été suivies de rechutes.

Pour que la Loi de Dieu devienne intérieure à l’homme, comme une seconde nature, c’est le cœur même de l’homme qu’il faut changer !

ILS ME CONNAÎTRONT

« Je serai leur Dieu et ils seront mon peuple » : cette appartenance réciproque était le programme, on pourrait dire la devise de l’Alliance. Une appartenance réelle qui s’exprime par le mot « connaître » : dans la Bible, le mot « connaître » n’est pas de l’ordre de l’intelligence ; il s’agit d’une relation d’intimité : on dit que l’époux « connaît son épouse », et l’épouse « connaît » son époux. Et l’Ancien Testament n’hésite pas à employer des mots du langage de l’intimité et de l’amour pour qualifier les relations entre Dieu et son peuple. « Tous me connaîtront, des plus petits jusqu’aux plus grands... » Et parce que tous connaîtront Dieu tel qu’Il est, c’est-à-dire le Dieu d’amour, ils pratiqueront de bon cœur la Loi donnée par Dieu pour leur bonheur.

Cette expression « Alliance Nouvelle » ne se trouve qu’une seule fois dans l’Ancien Testament, ici, chez Jérémie ; mais d’autres prophètes rediront cette même espérance, Ezéchiel par exemple : « Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau ; j’enlèverai de votre corps le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai en vous mon propre Esprit, je vous ferai marcher selon mes lois, garder et pratiquer mes coutumes. » (Ez 36, 26-27).

« Voici venir des jours... », disait Jérémie ; avec Jésus, ces jours sont venus ; en instituant l’Eucharistie, Jésus a fait expressément allusion à la prophétie de Jérémie : « Cette coupe est la Nouvelle Alliance en mon sang versé pour vous. » (Luc 22, 20). Il veut dire par là qu’en se donnant à nous, il vient transformer définitivement nos cœurs de pierre en cœurs de chair.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Compléments

- C'est beau la foi ! Et les prophètes, comme chacun sait, n'en manquent pas. Quand tout va mal, ils ne disent pas « tout est perdu », au contraire, ils trouvent justement de nouvelles raisons d'espérer ! C'est exactement ce qui se passe ici dans ce texte de Jérémie ; il fait un constat d'échec : le peuple de Dieu, c'est-à-dire lié à Dieu par une Alliance en principe irrévocable de part et d'autre, ne se conduit pas du tout comme il devrait, comme le peuple de Dieu. Cela, c'est le constat d'échec. Mais au lieu de s'en désespérer, Jérémie en déduit que Dieu trouvera bien le moyen de changer le cœur de l'homme.

- Nous rencontrons le mot Alliance à chaque pas dans la Bible ; à tel point que c’est le titre même de la Bible. Quand nous disons « Ancien Testament », en fait, nous devrions traduire « Ancienne Alliance » et « Nouveau Testament », « Nouvelle Alliance » : parce que le mot grec qui veut dire « Alliance » a été traduit en latin par « Testamentum », ce qui est devenu en français « Testament ». Malheureusement, aujourd’hui, quand nous entendons « Testament » en français, nous pensons acte chez le notaire pour régler la dévolution des biens, ce qui, évidemment, n’a rien à voir avec notre sujet.


PSAUME - 50 (51), 3-4, 12-13, 14-15

3 Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
4 Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.
12 Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
13 Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.
14 Rends-moi la joie d'être sauvé ;
que l'esprit généreux me soutienne.
15 Aux pécheurs j'enseignerai tes chemins,
vers toi reviendront les égarés.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

QUAND ISRAËL RÉFLÉCHIT SUR SON HISTOIRE

La dernière phrase de Jérémie, dans la première lecture de ce dimanche, était : « Je pardonnerai leurs fautes, je ne me rappellerai plus leurs péchés » ; cette promesse-là, le peuple d’Israël l’a bien entendue et sa réponse, c’est ce magnifique psaume 50/51, dont nous ne nous lisons malheureusement que quelques versets aujourd’hui ; mais ils sont déjà très riches. Celui qui parle ici, qui dit « Pitié pour moi... mon Dieu... efface mon péché », c’est le peuple juif, au Temple de Jérusalem, après l’Exil à Babylone. Ce psaume a été composé pour être chanté dans des célébrations pénitentielles. Parce qu’il est écrit à la première personne du singulier, on pourrait croire que c’est un individu, un pécheur qui parle : « Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, selon ta grande miséricorde, efface mon péché ». Mais ce « MOI » est collectif. C’est en réalité le peuple d’Israël tout entier ; ce peuple qui a connu l’horreur de la défaite, la destruction du Temple de Jérusalem, et qui, en Exil, a eu tout loisir de méditer sur son histoire : l’Alliance sans cesse proposée par Dieu et les infidélités répétées du peuple. Il peut dire d’expérience la « grande miséricorde » de Dieu.

« Ton amour, ta miséricorde » « mon Dieu » : on a un écho ici de toutes les formules habituelles de l’Alliance conclue au Sinaï : c’est là que Dieu lui-même s’est révélé à Moïse comme « le SEIGNEUR Dieu miséricordieux et bienveillant, lent à la colère, plein de fidélité et de loyauté, qui reste fidèle à des milliers de générations... » (Ex 34, 6). C’est là aussi que Dieu s’est engagé à accompagner son peuple tout au long de son histoire : « Je marcherai au milieu de vous, je serai votre Dieu et vous serez mon peuple » (Lv 26, 12). Et puisque Dieu est fidèle, on finira par en déduire qu’il ne peut que pardonner inlassablement à son peuple ; la majorité des paroles des prophètes redit cette certitude, par exemple Isaïe :

« Que le méchant abandonne son chemin, et l’homme malfaisant, ses pensées. Qu’il retourne vers le SEIGNEUR qui lui manifestera sa tendresse, vers notre Dieu qui se surpasse pour pardonner. » (Is 55, 7). Ou encore, dans un texte où c’est Dieu lui-même qui parle :

« J’ai effacé comme un nuage tes révoltes, comme une nuée, tes fautes ; reviens à moi, car je t’ai racheté » (Is 44, 22)...

Sans oublier cette autre phrase soufflée par Dieu à Isaïe : « Avec tes fautes, c’est toi qui m’as réduit en servitude ; avec tes perversités, c’est toi qui m’as fatigué ; moi, cependant, moi je suis tel que j’efface, par égard pour moi, tes révoltes, que je ne garde pas tes fautes en mémoire » (Is 43, 24-25).

LE PÉCHÉ LE PLUS GRAVE

Quand les prophètes parlent du péché d’Israël, il ne faut pas se tromper : il s’agit d’abord de l’unique péché qui est la source de tous les autres, l’idolâtrie ; ce que les prophètes appellent « l’adultère d’Israël » ; c’est-à-dire chaque fois que l’on cherche ailleurs qu’auprès de Dieu et de sa Parole la source de notre bonheur ; nous évoquions dimanche dernier cette parole de Jérémie : « Ils m’abandonnent, moi, la source d’eau vive, dit Dieu, pour se creuser des citernes fissurées qui ne retiennent pas l’eau. » (Jr 2, 13). On voit alors ce que veut dire le mot « purifier » dans ce psaume : « Lave-moi tout entier de ma faute, purifie-moi de mon offense » ; spontanément, nous imaginons la pureté comme une sorte de blancheur ; mais toute la pédagogie biblique va nous faire découvrir qu’il s’agit de quelque chose de beaucoup plus profond : il s’agit de retourner à la source d’eau vive, de s’y plonger, pour être renouvelés de fond en comble. Voici Ezéchiel, par exemple : « Je ferai sur vous une aspersion d’eau pure et vous serez purs ; je vous purifierai de toutes vos impuretés et de toutes vos idoles. » (Ez 36, 25). Ici on voit bien que le mot « impuretés » signifie « idoles » : c’est-à-dire tout ce qui nous occupe trop l’esprit ou le cœur au point de nous détourner de l’unique source du bonheur, qui est la vie dans l’Alliance avec Dieu et les autres.

Il nous faut apprendre à croire que Dieu ne déplore nos fautes que parce qu’elles font notre malheur et celui des autres ; comme dit Jérémie « Est-ce bien moi qu’ils offensent ? dit Dieu ; n’est-ce pas plutôt eux-mêmes ? » (Jr 7, 19). Mais pour que nous ne fassions plus notre propre malheur, il faut que Dieu nous transforme, il faut que lui-même renouvelle encore et encore l’Alliance à laquelle nous avons tant de mal à être fidèles. Et c’est bien ce qu’on demande à Dieu dans ce psaume, on lui demande d’agir lui-même : « Efface mon péché »... « Lave-moi »... « Purifie-moi »... « Crée en moi un cœur pur »... « Renouvelle et raffermis mon esprit »... « Rends-moi la joie d’être sauvé »... Le croyant reconnaît que seule l’œuvre de Dieu peut accomplir ce renouvellement du cœur de l’homme.

On entend résonner ici l’écho de la superbe annonce de Jérémie dans notre première lecture : « Voici venir des jours où je conclurai avec la Maison d’Israël et avec la Maison de Juda une Alliance Nouvelle »... « Je mettrai ma loi au plus profond d’eux-mêmes, je l’inscrirai dans leur cœur. Je serai leur Dieu et ils seront mon peuple. » (Jr 31, 31... 33) ; et en écho, Ezéchiel : « Je vous donnerai un cœur  neuf et je mettrai en vous un esprit neuf ; j’enlèverai de votre corps le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai en vous mon propre esprit... » (Ez 36, 25-27 ; Ez 11, 19-20). Et alors, comme dit Jérémie, dans cette même promesse de l’Alliance Nouvelle, « Tous, des plus petits jusqu’aux plus grands, connaîtront Dieu tel qu’il est », c’est-à-dire le Dieu d’amour et de miséricorde. Et ils déborderont de joie et de reconnaissance ; c’est bien ce que dit le dernier verset : « Aux pécheurs, j’enseignerai tes chemins, vers toi reviendront les égarés » : la découverte du vrai visage de Dieu rend inévitablement missionnaire !


DEUXIÈME LECTURE – Lettre de saint Paul apôtre aux Hébreux 5, 7 - 9

Le Christ,
7 pendant les jours de sa vie dans la chair,
offrit, avec un grand cri et dans les larmes,
des prières et des supplications
à Dieu qui pouvait le sauver de la mort ;
et il fut exaucé
en raison de son grand respect.
8 Bien qu'il soit le Fils,
il apprit par ses souffrances l'obéissance
9 et, conduit à sa perfection,
il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent
la cause du salut éternel.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La lettre aux Hébreux s’adresse à des Chrétiens d’origine juive. L’auteur cherche à éclairer leur foi chrétienne toute neuve à partir de leur foi juive et de leur connaissance de l’Ancien Testament. Son objectif est de montrer que l’histoire humaine a franchi avec le Christ une étape décisive : il y avait eu le régime de l’Ancienne Alliance, désormais il y a l’Alliance Nouvelle, annoncée par Jérémie ; cette Alliance Nouvelle est réalisée dans la personne même du Christ. Parce qu’il est à la fois Dieu et homme, pleinement Dieu et pleinement homme, il est l’Homme-Dieu, celui qui unit intimement, irrévocablement Dieu et l’humanité jusque dans sa personne même.

Et c’est ainsi que s’accomplit la prophétie de Jérémie « Voici venir des jours où je conclurai avec la Maison d’Israël et avec la Maison de Juda une Alliance Nouvelle ».

Donc très normalement, l’auteur insiste à la fois sur l’humanité et sur la divinité du Christ ; pleinement homme, il est mortel, il connaît la souffrance et l’angoisse devant la mort : « Pendant les jours de sa vie mortelle, le Christ a présenté, avec un grand cri et dans les larmes, sa prière et sa supplication à Dieu qui pouvait le sauver de la mort... »

L’expression « Pendant les jours de sa vie mortelle » dit bien qu’il est homme, mortel...

Devant la perspective de la persécution, de la Passion, il a prié et supplié Dieu qui pouvait le sauver de la mort. Jusque-là, nous comprenons ; mais l’auteur ajoute « il a été exaucé » ; affirmation plutôt surprenante ! Car, en définitive, malgré sa prière et sa supplication, il est mort... Donc on peut se demander en quoi il a été exaucé...

Il faut croire que sa prière ne signifiait pas ce que nous imaginons à première vue. Je m’arrête un peu là-dessus : ici, visiblement, l’auteur fait allusion à Gethsémani :

le grand cri et les larmes du Christ, sa prière et sa supplication disent son angoisse devant la mort et son désir d’y échapper.

Cet épisode de Gethsémani est rapporté par les trois évangiles synoptiques à peu près dans les mêmes termes ; les trois évangélistes notent la tristesse et l’angoisse du Christ, en même temps que sa détermination. Saint Luc dit « Jésus priait, disant : Père, si tu veux, éloigne cette coupe loin de moi ! Cependant, que ta volonté soit faite, et non la mienne ! » (Lc 22, 42). Que Jésus ait désiré échapper à la mort, c’est clair ; et il a dit à son Père ce désir ; mais sa prière ne s’arrête pas là ; sa prière, justement, c’est « Que ta volonté soit faite... et non la mienne ». Dans sa prière, le Christ fait passer le désir de son Père avant le sien propre. Voilà déjà une formidable leçon pour nous !

Le Christ a cette confiance absolue dans son Père : ce que l’auteur de la lettre aux Hébreux traduit par : « Il s’est soumis en tout ». Le mot « soumission » ou « obéissance » dans la Bible, signifie justement cette confiance totale ; parce qu’il sait que la volonté de Dieu n’est que bonne. Dans la prière qu’il nous a enseignée, s’il nous invite à répéter après lui « Que ta volonté soit faite », c’est pour que nous apprenions à souhaiter la réalisation du projet de Dieu parce que Dieu n’a pas d’autre projet que notre bonheur !

Comme dit saint Paul dans sa première lettre à Timothée : « Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. » (1 Tm 2, 4).

Cette prière du Christ a été doublement exaucée : parce que le salut du monde a été accompli et parce qu’il est ressuscité. En ce sens-là, il a été « sauvé de la mort ».

L’auteur n’hésite pas non plus à dire que Jésus a aussi, comme tout homme, connu un apprentissage : « Il a appris l’obéissance par les souffrances de sa passion ». Ce mot d’apprentissage signifie qu’il a eu, comme tout homme, un chemin à parcourir : celui de la souffrance et de l’angoisse devant la mort ; et là, l’humanité connaît deux attitudes, la peur de Dieu ou la confiance en Dieu. Et parce qu’il n’a pas quitté la confiance dans le Dieu de la vie, son chemin l’a conduit à la résurrection. On ne peut pas ne pas penser ici à l’épisode de Césarée ; quand Jésus avait commencé à prévenir ses apôtres de ce qu’il lui faudrait affronter, Pierre s’était insurgé : « Jésus-Christ commença à montrer à ses disciples qu’il lui fallait s’en aller à Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des Anciens, des grands-prêtres et des scribes, être mis à mort, et, le troisième jour, ressusciter. Pierre, le tirant à part, se mit à le réprimander en disant : Dieu t’en préserve, Seigneur ! Non, cela ne t’arrivera pas ! Mais lui, se retournant, dit à Pierre : Retire-toi ! Derrière moi, Satan ! Tu es pour moi occasion de chute, car tes vues ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. » (Mt 16, 21-23 ; Mc 8, 31-33). A Gethsémani, Jésus a résolument fait passer les vues de Dieu avant les siennes.

« Et ainsi, continue le texte, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel ». Le « salut », c’est précisément connaître Dieu tel qu’il est, le Dieu dont l’amour nous fait vivre. « Obéir » au Christ, c’est, à notre tour, lorsque nous traversons la souffrance, lui faire confiance, suivre son exemple, et donc faire confiance à la volonté du Père. A ses disciples, Jésus a donné son secret : « Veillez et priez afin de ne pas tomber au pouvoir de la tentation ». (Mc 14, 38). Il ne s’agit pas de je ne sais quelle arithmétique du genre « si vous priez bien, Dieu vous évitera la tentation »... Il s’agit de la grande réalité de la prière : prier, c’est rester en contact avec Dieu, lui faire confiance ; c’est tout le contraire de la tentation, celle à laquelle pense Jésus : la tentation de soupçonner les intentions de Dieu, de penser qu’il nous veut du mal et donc de nous révolter. Suivre l’exemple du Christ, semble-t-il, c’est premièrement, oser dire à Dieu notre désir, et deuxièmement, lui faire assez confiance pour ajouter aussitôt « Cependant, que ta volonté soit faite, et non la mienne ! »

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Compléments

- Le mot « perfection » (verset 9) ici a également un autre sens : il s’agit de la « consécration » du grand prêtre ; l’objectif majeur de la Lettre aux Hébreux étant de démontrer que le Christ est vraiment le grand prêtre de la Nouvelle Alliance.

- Les psychologues qui analysent notre comportement religieux comptent trois étapes dans la croissance spirituelle : première étape, celle de l’enfant, qui ne connaît que son désir ; il tape des pieds en disant « Que ma volonté se fasse ». Deuxième étape, lorsque nous avons pris conscience de notre impuissance à combler par nous-mêmes tous nos désirs, alors on prie Dieu pour qu’il nous y aide : la prière devient « Que ma volonté se fasse avec ton aide ». (Il me semble qu’un certain nombre de nos prières ressemblent à celle-là...) Troisième étape, celle de la foi, c’est-à-dire de la confiance absolue dans le projet de Dieu : « Que ta volonté se fasse et non la mienne ».


ÉVANGILE – Jean 12, 20 - 33

En ce temps-là,
20 Il y avait quelques Grecs parmi ceux qui étaient montés à Jérusalem
pour adorer Dieu pendant la fête de la Pâque.
21 Ils abordèrent Philippe,
qui était de Bethsaïde en Galilée,
et lui firent cette demande :
« Nous voudrions voir Jésus. »
22 Philippe va le dire à André ;
et tous deux vont le dire à Jésus.
23 Alors Jésus leur déclare :
« L’heure est venue où le Fils de l’homme
doit être glorifié.
24 Amen, amen, je vous le dis :
si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas,
il reste seul ;
mais s’il meurt,
il porte beaucoup de fruit.
25 Qui aime sa vie la perd ;
Qui s’en détache en ce monde
la gardera pour la vie éternelle.
26 Si quelqu’un veut me servir,
qu’il me suive ;
et là où moi je suis,
là aussi sera mon serviteur.
Si quelqu’un me sert,
mon Père l’honorera.
27 Maintenant, mon âme est bouleversée.
Que vais-je dire ?
« Père, sauve-moi de cette heure » ?
-Mais non ! C’est pour cela
que je suis parvenu à cette heure-ci !
28 Père, glorifie ton nom ! »
Alors, du ciel vint une voix qui disait :
« Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. »
29 En l’entendant, la foule qui se tenait là
disait que c’était un coup de tonnerre.
D’autres disaient :
« C’est un ange qui lui a parlé. »
30 Mais Jésus leur répondit :
« Ce n’est pas pour moi qu’il y a eu cette voix,
mais pour vous.
31 Maintenant a lieu le jugement de ce monde ;
maintenant le prince de ce monde
va être jeté dehors ;
32 et moi, quand j’aurai été élevé de terre,
j’attirerai à moi tous les hommes. »
33 Il signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’HEURE DE LA RÉVÉLATION

Nous sommes dans les derniers jours avant la fête de la Pâque à Jérusalem ; il y a de quoi inquiéter les autorités : Jésus a fait ces jours-ci une entrée triomphale dans la ville, le peuple a crié « Hosanna » sur son passage, comme on faisait dans les grandes cérémonies pour acclamer la promesse du Messie ; c’est sûr, la foule le prend pour le Messie. Et saint Jean raconte que les Pharisiens se sont dit les uns aux autres « Vous le voyez, vous n’arriverez à rien : voilà que le monde se met à sa suite. »

Et, comme pour leur donner raison, des Grecs (c’est-à-dire des Juifs de la Diaspora) se présentent juste à ce moment-là et s’adressent à ses disciples : « Nous voudrions voir Jésus » ; pas seulement l’apercevoir, mais le rencontrer, lui parler. Il sont « montés à Jérusalem », comme on dit, et ils y sont venus en pèlerins pour « adorer Dieu durant la Pâque » ; en même temps ils souhaitent approcher Jésus ; ils ne savent pas à quel point ils ont raison : c’est en rencontrant Jésus, qu’ils accompliront leur meilleure démarche d’adoration de Dieu. Mais, bien sûr, ils ne le savent pas encore. Jésus, lui, fait le rapprochement : ses disciples viennent lui dire que des Grecs souhaitent le voir ; et il répond « L’Heure est venue pour le Fils de l’homme d’être glorifié », c’est-à-dire révélé comme Dieu.

Le mot « glorifier » revient plusieurs fois dans ce texte ; mot difficile pour nous, parce que, dans notre langage courant, la gloire évoque quelque chose qui n’a rien à voir avec Dieu. Pour nous, la gloire, c’est le prestige, l’auréole qui entoure une vedette, sa célébrité, l’importance que les autres lui reconnaissent. Dans la Bible, la gloire de Dieu, c’est sa Présence. Une Présence rayonnante comme le feu du Buisson Ardent où Dieu s’est révélé à Moïse (Ex 3). Et alors le mot « glorifier » veut dire tout simplement « révéler la présence de Dieu ». Quand Jésus dit « Père, glorifie ton nom », on peut traduire « Fais-toi connaître, révèle-toi tel que tu es, révèle-toi comme le Père très aimant qui a conclu avec l’humanité une Alliance d’amour ». Parce que c’est cela, finalement, le salut, le bonheur de l’homme, et il nous a appris que c’est la première chose à demander dans la prière : « Que ton Nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite », en d’autres termes, « que tu sois reconnu comme le Dieu d’amour et que vienne ton règne d’amour »... Jésus s’est incarné pour cela : quelques jours plus tard, au cours de son interrogatoire par Pilate, il dira « Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité » (Jn 18, 37).

LE PRINCE DE CE MONDE VA ÊTRE JETÉ DEHORS

Pour aller jusqu’au bout de cette révélation, Jésus a accepté de subir la Passion et la croix : au moment d’aborder cette Heure décisive, l’évangile que nous lisons aujourd’hui nous dit bien les sentiments qui habitent Jésus : l’angoisse, la confiance, la certitude de la victoire.

L’angoisse : « Maintenant, je suis bouleversé », « Dirai-je Père, délivre-moi de cette heure ? » On a là chez Saint Jean, l’écho de Gethsémani : le même aveu de souffrance du Christ, son désir d’échapper à la mort « Père, si tu veux, éloigne cette coupe loin de moi ! » L’angoisse, oui, mais aussi la confiance : « Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! » et aussi cette certitude que « si le grain de blé meurt, il portera du fruit », au sens où de sa mort, un peuple nouveau va naître. « Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruits ». A l’heure extrême où il est bouleversé, où il aborde la Passion « avec un grand cri et dans les larmes » (comme dit la lettre aux Hébreux), Jésus peut continuer à dire « que ta volonté soit faite » en toute confiance : il sait que, de cette mort, Dieu fera surgir la vie pour tous. Angoisse, confiance, et pour finir, la certitude de la victoire « Quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai tout à moi »... « Le prince de ce monde va être jeté dehors ». Dans ces deux phrases apparemment dissemblables, c’est de la même victoire qu’il s’agit : celle de la vérité, celle de la révélation de Dieu. Le prince de ce monde, justement, c’est celui qui, depuis le jardin de la Genèse, nous bourre la tête d’idées fausses sur Dieu. Au contraire, en contemplant la croix du Christ, qui nous dit jusqu’où va l’amour de Dieu pour l’humanité, nous ne pouvons qu’être attirés par lui. La voilà la preuve de l’amour de Dieu : le Fils accepte de mourir de la main des hommes, le Père exauce sa prière « Père, pardonne-leur... » Désormais, en levant les yeux vers la croix, nous y lisons non un instrument de haine et de douleur, mais l’instrument du triomphe de l’amour. Il était venu pour rendre témoignage à la vérité, l’Heure est venue, la mission est accomplie.

Quand Jésus a prié « Père, glorifie ton nom », Saint Jean nous dit qu’une voix vint du ciel qui disait : « Je l’ai glorifié (mon Nom) et je le glorifierai encore ». « J’ai glorifié mon Nom », c’est-à-dire je me suis révélé tel que je suis ; « et je le glorifierai encore », cela veut dire maintenant l’Heure est venue où en regardant le crucifié, vous découvrirez jusqu’où va l’amour insondable de la Trinité. Et toute cette pédagogie de révélation n’a qu’un seul but : que l’humanité entende enfin la Bonne Nouvelle de l’amour de Dieu : « C’est pour vous, dit Jésus, que cette voix s’est fait entendre. »

Repost 0
Published by Il était une Foi
commenter cet article
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 00:00

Repost 0
Published by Il était une Foi
commenter cet article
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 00:00
1081
Boleslas II le Généreux
 Boleslas II de Pologne
 roi de Pologne

1201
 Iaroslav d'Opole
 évêque polonais de Wrocław.
(en polonais Jarosław Opolski) (entre 1143 et 116022 mars 1201), de la dynastie des Piasts, est duc d’Opole (de 1173 à 1201) et évêque de Wrocław (de 1198 à 1201). Il est le fils aîné de Boleslas Ier le Long et de Zwienisława, la fille du grand prince de Kiev Vsevolod II Olegovitch.

Il passe sa jeunesse à la cour de Frédéric Barberousse, à Altenburg, où sa famille s’est réfugiée après avoir été chassée de Pologne. Lorsque son père et son oncle Mieszko IV Jambes Mêlées récupèrent la Silésie en 1163, il revient en Pologne.

Les relations avec son père commencent à se détériorer après le remariage de celui-ci avec la comtesse allemande Christine. Suite aux intrigues de sa belle-mère, son père favorise les enfants de son second mariage. Il décide que son fils aîné doit rentrer dans les ordres, de cette façon les fils de Christine hériteront de son duché. Iaroslav n’accepte pas cette situation comme il n’accepte pas que son père s’attaque à son oncle Mieszko IV Jambes Mêlées. L’occasion de renverser le cours des évènements est venue très vite avec la guerre civile de 1172-1173 opposant son père à son oncle qu’il a rejoint. Boleslas est vaincu par Mieszko et se réfugie à Erfurt. Frédéric Barberousse accepte de jouer un rôle de médiateur. Il négocie le retour de Boleslas Ier le Long en Basse-Silésie. En échange, Boleslas doit laisser la région de Racibórz à Mieszko Jambes Mêlées et la région d’Opole à son fils aîné Iaroslav.

Le 13 septembre 1195, Iaroslav se bat dans le camp de Mieszko III le Vieux contre les partisans de Lech Ier le Blanc (bataille de la Mozgawa).

En 1198, Iaroslav devient évêque de Wrocław, sans doute poussé par son père avec lequel il se serait réconcilié.

Iaroslav décède le 22 mars 1201, quelques mois avant son père qui lui succède à Opole.



1219

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


 Henri Kietlicz
 archevêque polonais de Gniezno

1245

 Roger d'Armagnac
 vicomte de Fézensaguet

1471

 Georges de Bohême
(Jiří z Poděbrad)
 roi de Bohème


1685






 Go-Sai
111ème empereur du Japon 1655-1663
(後西天皇 Go-Sai Tennō)
 (nom propre : Nagahito)
(1er janvier 1638 - 22 mars 1685)
 Il régna du 5 janvier 1655 au 5 mars 1663


1687


  Jean-Baptiste Lully
musicien français d'origine italienne



28 novembre 1632 - 22 mars 1687 à l'âge de 54 ans


1742
image
Louis Alexandre BONTEMPS

14 mars 1669 à Paris
 22 mars 1742 à l'âge de 73 ans

Fils aîné d’Alexandre Bontemps. Filleul de Louis XIV.


Il a six enfants dont Louis Alexandre II Bontemps et Alexandre Jean Baptiste Bontemps, officier militaire dans le régiment de Villars.

  • Premier valet de chambre du roi de 1701 à 1742, en survivance à son père
  • Conseiller du Roi
  • Gouverneur des terres, parcs et Palais Royal des Tuileries
  • Bailly et Capitaine des Chasses de la Varenne du Louvre
  • Commandeur, Prévot et Maître de cérémonie de l’ordre de Saint-Lazare et de Notre-Dame du Mont-Carmel
  • Surintendant des Bâtiments et Jardin de la Reine


1836
Anna ROMANOV-HOLSTEIN-GOTTORP
27 octobre 1834 - 22 mars 1836
Age: 1 ans


1852
Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont
 Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont
Maréchal d'Empire, duc de Raguse
20 juillet 1774 - 22 mars 1852
Age: 77 ans

1869
Antoine-Henri DE JOMINI
6 mars 1779 - 22 mars 1869 à l'âge de 90 ans


1946
Cardinal

Clemens August von Galen
de l'Église catholique romaine
Image de Clemens August von Galen
 cardinal allemand, évêque de Münster déclaré bienheureux
Cardinal-prêtre
de S. Bernardo alle Terme
Blason de Clemens August von Galen
 
Naissance 16 mars 1878 à Oldenburg (Allemagne)
Ordination
sacerdotale
28 mai 1904 par Mgr Hermann Dingelstad
Consécration
épiscopale
28 octobre 1933 par le cardinal Karl Schulte
Évêque Évêque de Münster (Allemagne)
Créé
cardinal
18 février 1946 par le pape Pie XII
Décès 22 mars 1946


















































2008

Cardinal

Adolfo Antonio Suárez Rivera
de l'Église catholique romaine
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a1/Adolfo_Antonio_Cardenal_Su%C3%A1rez_Rivera.jpg/175px-Adolfo_Antonio_Cardenal_Su%C3%A1rez_Rivera.jpg
 
Cardinal-prêtre
de Nostra Signora di Guadalupe a Monte Mario
Blason de Adolfo Antonio Suárez Rivera
 
Naissance 9 janvier 1927 à San Cristóbal de las Casas (Mexique)
Ordination
sacerdotale
8 mars 1952 par Mgr Alfonso Carinci
Consécration
épiscopale
15 août 1971 par Mgr Carlo Martini
Évêque Évêque de Tepic (Mexique)
Évêque de Tlalnepantla (Mexique)
Archevêque de Monterrey (Mexique)
Créé
cardinal
26 novembre 1994 par le pape Jean Paul II
Décès 22 mars 2008 à Monterrey (Mexique)
















































Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 00:00
1459

 Maximilien Ier du Saint Empire
 empereur romain germanique

1609

 Jean II Casimir Vasa
 roi de Pologne

1797
 Guillaume Ier
5ème roi de Prusse (1861-1888) puis premier empereur Allemand (1871-1888)

1852
Cardinal

Hector-Irénée Sévin
de l'Église catholique romaine
http://farm3.static.flickr.com/2181/2494917507_ae46db407a_o.jpg
 cardinal français, archevêque de Lyon
Cardinal-prêtre
de SS. Trinità al Monte Pincio
Blason de Hector-Irénée Sévin
 
Naissance 22 mars 1852 à Simandre (France)
Ordination
sacerdotale
10 juin 1876
Consécration
épiscopale
5 avril 1908 par le cardinal Louis Luçon
Évêque Évêque de Châlons (France)
Archevêque de Lyon (France)
Créé
cardinal
25 mai 1914 par le pape Pie X
Décès 4 mai 1916 à Lyon










































1956

La Grande-Duchesse

La Grande-Duchesse

CV de la grande-duchesse
Cliquez

Son Altesse Royale la Grande-Duchesse Maria Teresa est née le 22 mars 1956 à la Havane, Cuba. Elle est la fille de José Antonio Mestre et de Maria Teresa Batista-Falla de Mestre. Le 14 février 1981, elle a épousé Son Altesse Royale le Prince Henri devenu Grand-Duc de Luxembourg le 7 octobre 2000.

Maria Teresa

http://www.gulli.fr/var/jeunesse/storage/images/gulli/encyclopedie-et-dictionnaire/actu/expo-photos/tout-savoir/sipa/a-propos-de-sipa-press/3673513-1-fre-FR/A-propos-de-Sipa-Press_221_163.jpg

Jeunesse et formation

En 1959, sa famille s’établit à New York, puis en 1965 elle installe son domicile définitif à Genève, où Maria Teresa Mestre obtient la nationalité helvétique.

Famille

Le 14 février 1981, Maria Teresa Mestre a épousé le Prince Henri qu’elle a rencontré à l'Université de Genève lors de leurs études de Sciences Politiques.

Engagement humanitaire et social

Depuis le 10 juin 1997, Son Altesse Royale la Grande-Duchesse est Ambassadeur de Bonne Volonté de l’UNESCO pour l’éducation des femmes et des filles partout dans le monde. Elle est également très active dans le domaine de la promotion des microcrédits.

Patronages et Présidences

La Grande-Duchesse assure le patronage et la présidence de nombreuses associations actives dans les domaines humanitaire, social, culturel et scientifique.

Centres d’intérêt

Pendant son enfance, Son Altesse Royale a pris des cours de ballet et de chant. Elle joue de la guitare. Elle aime la musique et la littérature et s'intéresse à la peinture. Sportive, elle pratique le ski, le patinage et les ...

Langues

En plus de l'espagnol, qui est sa langue maternelle, la Grande-Duchesse parle couramment le français et l’anglais. Elle parle également le luxembourgeois et a de bonnes connaissances d'allemand et d'italien. ...


2008

Antoine de Gramont

duc de Guiche

Parents

image 2009
 Gabriel de Rougé

fils du :

Vicomte Stanislas Trafford François Marie de Rougé.le 5 juillet 1961 à Paris, 17ème
et de son épouse, née Angélique de Cossé-Brissac Née le 6 septembre 1965 à Neuilly-sur-Seine, 92, Hauts-de-Seine (fille de François de Cossé, duc de Brissac et de Jacqueline de Contades)

Ses frères & soeurs:


2009
 Clément de Vogüé
 fils du:
 comte Philippe Né le 9 novembre 1969 à Cosnes-sur-Loire, 58
et de son épouse, née Florence Bonnet:

Ses soeurs:


2009

Alexis de Broglie

Prince

Parents


Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 00:01

Le 21 mars est le 80ejour de l'année


(81e en cas d'année bissextile) du calendrier grégorien


Il reste 285 jours avant la fin de l'année


C'était généralement le jour de la primevère, 1er jour du mois de germinal, dans le calendrier républicain français.


Signe du zodiaque : 1er jour du signe astrologique du Bélier.

 

 

 

Astronomie

C'est la dernière date possible, mais peu fréquente, pour l'équinoxe de mars, entre le 19 et le 21 mars (dernière occurrence en 2007, prochaine occurrence en 2102)  

C'est un des jours possibles de l'équinoxe de printemps, qui se produit entre le 19 et le 21 mars.

Au XXIe siècle, seules les années 2003 et 2007 ont vu l'équinoxe se produire un 21 mars. Il faudra attendre l'année 2102 pour ce retour.

Au XXIIe siècle, cela arrivera 11 fois.

C'était arrivé 58 fois au XXe siècle.

Dicton

"S'il pleut à la Saint-Benoît, il pleuvra trente-sept jours plus trois."

« À Sainte-Clémence, les moutons prennent du ton. »

« Quand au printemps la lune est claire, peu de noix espère. Si la lune est trouble, la noix redouble. »

« À la Saint-Benoît, le coucou chante, ou bien il est mort de froid. »

« Pour la Saint-Benoît, le coucou chante aux bons endroit, si pour Notre-Dame, il n’a pas chanté, il est tué ou bâillonné. »

 « Veux-tu oignons, carottes, seigle, petits pois, sème les à la Saint-Benoît. »  

Célébrations



Martyrologe pour le vingt-et-unième jour de mars,

 

Au Mont-Cassin, l'an 547, le trépas de Notre Bienheureux Père saint Benoît.

 

Au IVe siècle, le martyre de Plusieurs Chrétiens Égyptiens, massacrés par des ariens et des païens, au jour anniversaire de la Passion du Seigneur.

 

A la même époque, le bienheureux Sérapion. Évêque de Thmuis, il fut chassé de son siège épiscopal pour l'orthodoxie de sa foi. Le célèbre Euchologe, transmis sous son nom, constitue un précieux témoin de la liturgie égyptienne du ive siècle.

 

Vers 480, au monastère de Lauconne, près de Condat dans le Jura, l'abbé saint Lupicin, frère de saint Romain.

 

Ce même jour, la naissance au ciel de la bienheureuse Clémence d'Hohenberg. Devenue veuve, elle se fit religieuse à l'abbaye bénédictine de Trèves en Rhénanie où elle mourut en 1176.

 

A Mantoue, en 1516, le bienheureux Baptiste Spagnuolo, carme. Surnommé le "Virgile chrétien", il composa plus de cinquante mille lignes de poésie sacrée latine. Élu général de son Ordre, il fut remarqué par sa discrétion et sa prudence.

 

 

 

Et encore ailleurs, beaucoup d'autres saints et bienheureux.

 

Bienheureuse Clémence (+ 1176)
Devenue veuve du comte de Spanheim, elle se fit religieuse à l'abbaye bénédictine de Trèves en Rhénanie, où elle mourut.

Autre biographie:
Fille du comte Adolphe d'Hohenberg, elle se comporte en épouse exemplaire jusqu’à la mort de son époux, Devenue veuve, elle rejoint les religieuses au monastère d’Oehren de Trèves.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bienheureuse_Cl%C3%A9mence



Bienheureux Alphonse de Rojas Franciscain (+ 1617)
Professeur à Salamanque, précepteur des enfants du duc et chanoine de Rojas, il mena sans doute une vie très sainte pour qu'il soit encore célébré à Coria en Espagne.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Salamanque



Saint Augustin Zhao Rong Canonisé avec les Martyrs de Chine (+ 1815)
Soldat, il accompagnait un prisonnier, Jean Gabriel Taurin Dufresse,(1) à Pékin. Il fut converti par son comportement et sa foi. Revenu chez lui, il se fit baptiser et devint prêtre. Il évangélisa la province du Si-Chuan, jusqu'au jour où il fut lui-même arrêté. Malade, il mourut d'épuisement dans sa prison.
Il a été canonisé avec les martyrs de Chine, durant le jubilé 2000.
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20001001_zhao-rong-compagni_fr.html

(1)http://nominis.cef.fr/contenus/saints/10129/Bienheureux-Jean-Gabriel-Taurin-Dufresse.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gabriel-Taurin_Dufresse



Sainte Benedetta Cambiagio Fondatrice de l'Institut des Soeurs de Notre-Dame de la Providence (+ 1858)

20020519_cambiagio.jpg

Bénédicte est née près de Gênes en Italie. D'accord avec son époux, ils entrèrent chacun dans la vie religieuse. Elle fonda l'Institut des Soeurs de Notre-Dame de la Providence pour servir les pauvres et les abandonnés en un inlassable engagement de charité. Elle se lança dans des oeuvres d'accueil pour les jeunes filles abandonnées, se servant des moyens les plus simples au service de la charité: "Quand Dieu veut une chose, disait-elle, il ne manque jamais d'accorder les moyens nécessaires." Elle fut béatifiée en mai 1987 et canonisée le 19 mai 2002.
Sur le site du Vatican: "En Bénédicte Cambiagio Frassinello, l'Église nous donne l'exemple d'une Sainte qui fut à la fois épouse, mère, religieuse et fondatrice."

Voir aussi:
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/2002/documents/ns_lit_doc_20020519_benedetta_fr.html



Saint Benoît abbé (+ 547)
800px-Monte_Cassino_Opactwo_1.JPG

Abbaye du Mont-Cassin

Au Mont-Cassin, en 547, la naissance au ciel de saint Benoît, abbé, dont la mémoire est reportée au 11 juillet, jour de sa translation.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mont-Cassin



Saint Birille Evêque de Catane en Sicile (2ème s.)
478px-Catane_San_Benedetto1.jpg

Église baroque de Saint-Benoît, Catane

Les Eglises d'Orient font mémoire de ce disciple de saint Pierre qui le consacra évêque de Catane en Sicile où il s'endormit en paix ayant converti beaucoup de païens.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Catane



Sainte Callinice et ses compagnes martyres (+ 116)
Parmi elles, sainte Droselle, qui serait une des filles de l'empereur Trajan, et sainte Matidie, soeur de Trajan. Les "Actes de leur Passion" nous disent que, découvertes comme chrétiennes, elle furent condamnées à être mises nues, exposées ensemble pour être humiliées du rang qui était le leur. Puis, toujours ensemble, elles furent placées dans une baignoire où l'on coula de l'étain et du plomb. Avec ces métaux, on fabriqua cinq statuettes de vestales, les représentant à l'entrée du bain où avait eu lieu leur martyre, pour rappeler le sort qui attendait ceux et celles qui abandonnaient le culte des dieux de Rome, quel que soit le rang de leur noblesse.



Saint Endée Fondateur de monastères en Irlande (+ 530)
Il fut l'un des premiers à fonder des monastères en Irlande, dont celui d'Inishmore. Il eut pour disciples saint Kieran et saint Brendan. (1)

(1)http://nominis.cef.fr/contenus/saints/6039/Saint-Kieran.html
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/1166/Saint-Brendan.html

Autre biographie:
Prince irlandais, fils de Conall Derg d’Ergall. Il quitte sa carrière de soldat après s’être converti et souhaite se marier. Mais lorsque sa fiancée décède, il renonce à ses droits et devient moine. Il effectue un pèlerinage à Rome et est ordonné prêtre. Plus tard, il fonde le monastère de Killeany (dont il devient l’abbé) dans l’île d’Arran, sur des terres offertes par le roi Oengus, qui deviendra le premier d’une longue série. Il fonde également plusieurs églises à Drogheda et un autre monastère dans la vallée de Boyne. Toutes ces maisons vivaient sous une règle très sévère. Il devient enfin le directeur spirituel de plusieurs futurs saints (+ 530 ou 590) St-Endée est considéré comme le père du monachisme irlandais.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Inishmore



Saint Jacques le confesseur martyr (+ 824)
à Constantinople, la passion de saint Jacques, surnommé le Confesseur, parce qu'il combattit énergiquement pour le culte des saintes images et acheva sa vie par un glorieux martyre.

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsmars/mars21.html



Saint Lupicin Abbé de Condat (+ 480)
Romain (1) et Lupicin : Deux frères dont les cheminements spirituels et le caractère étaient fort différents mais bien complémentaires. Plutôt que de s'opposer, ils unirent leurs différences, pour se rejoindre dans un même service de Dieu. Romain avait trente cinq ans lorsqu'il quitta son Bugey natal, n'emportant avec lui que "la vie des Pères du Désert." Il prit son chemin vers l'Est, traversa de grandes forêts et finit par atteindre la Bienne. Il venait de trouver ce qui lui convenait : de la terre labourable, une fontaine, des arbres et du silence. Il vécut là quelques années comme s'il était dans le désert égyptien de la Thébaïde. Puis des disciples vinrent à lui, si nombreux qu'il dut leur bâtir deux monastères distants de 3 kilomètres l'un de l'autre; Condat qui deviendra la ville de Saint Claude, et Leucone qui deviendra Saint Lupicin. Son frère en effet vint le rejoindre, mais attendit son veuvage. Romain garda la direction de Condat et confia Leucone à Lupicin. Romain était indulgent, doux et patient. Lupicin, sévère et intransigeant. Cela composait un heureux mélange. Quand le relâchement s'introduisait à Condat, Lupicin reprenait les choses en main et rétablissait la discipline. Quand les moines de Leucone commençaient à se décourager de trop de rigueur, Romain devenait leur supérieur, les faisant dormir et manger davantage, leur rendant bonne humeur et santé. La gloire de Dieu, dans les deux cas, y trouvait son compte.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Lupicin

(1)http://nominis.cef.fr/contenus/saints_721.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lupicin_de_Lauconne



Saints Martyrs d'Alexandrie (+ 346)
Commémoraison des saints martyrs d’Alexandrie, qui en 346, sous l’empereur Constance et le préfet Philagre, furent massacrés dans les églises, le vendredi de la Passion du Seigneur, par des bandes d’ariens et de païens. Saint Athanase (1) qui échappa à cette violence en a laissé une description dans sa "deuxième apologie".

(1)http://nominis.cef.fr/contenus/saints/1076/Saint-Athanase-d-Alexandrie.html



Bienheureux Matthieu d'York prêtre et martyr (+ 1608)
Matthieu Flathers fut condamné à mort sous le roi Jacques Ier, parce qu’il était entré, bien que prêtre, en Angleterre, puis pendu et dépecé encore vivant à York.
http://fr.wikipedia.org/wiki/York



Saint Nicolas de Flue Ermite en Suisse (+ 1487)
im-Ste-Nicolas-Flue.jpg

Cet herbager du centre de la Suisse, du canton d'Unterwald, eut une grande influence dans les cantons de langue germanique qui ont été à la naissance de la Confédération hélvétique. Malgré son penchant pour la méditation solitaire, il ne suivit pas immédiatement ce qui était sa vocation première. Il épousa une femme courageuse, Dorothée Wiss, qui lui donna cinq filles et cinq fils. Il tenait sa place dans la vie politique du canton comme conseiller, mais aussi comme officier dans l'armée. Mais ce bon père de famille, cet homme d'un grand civisme, se retire dans un lieu solitaire pour prier chaque fois qu'il le peut. A cinquante ans, n'y tenant plus, il se laisse happer par la contemplation. Il demande à sa femme et à ses grands enfants l'autorisation de se consacrer entièrement à Dieu. Permission accordée qui devrait mériter à Dorothée aussi la reconnaissance de l'Eglise pour l'héroïcité de ses vertus. Nicolas s'enfonce dans la prière. Les visions mystiques deviennent de plus en plus nombreuses. Son jeûne est absolu, scrupuleusement vérifié par des espions de l'évêque du lieu. Curieusement, plus il s'isole, plus il influence la politique de son pays. On vient lui demander conseil, il dicte ses recommandations, toujours en faveur de la paix et de la concorde. Et c'est ainsi qu'il sauva sa patrie en 1471, lors de l'invasion de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne qui voulait l'annexer et, en 1481, quand il rédigea en une nuit une constitution qui empêcha Unterwald de quitter les autres cantons, au risque de la désagrégation de la confédération.
Canonisé le 15 mai 1947.
En Suisse, le 25 septembre, Solennité de saint Nicolas de Flue, célébrée le 21 mars dans l'Église universelle.
Saint-Nicolas de Flue est le patron de la Suisse, des familles nombreuses et des médiateurs. Il est le protecteur des épouses qui vivent séparées de leur mari.

"Seigneur Dieu, enlevez-moi tout ce qui m’éloigne de vous. Seigneur Dieu, donnez-moi tout ce qui me rapproche de vous. Prenez-moi à moi et donnez-moi tout à vous"
Prière de saint Nicolas de Flue
San_Nicola_di_Flue_A.jpg

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_de_Flue
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/nicolas/nicolas.htm



Saint Robert de Molesme Abbé, fondateur de Citeaux (+ 1110)
Ce jeune bourguignon entra très jeune chez les bénédictins de Moutier-la-Celle dans l'Aube. A peine son noviciat terminé, il fut nommé prieur. Les bénédictins de Tonnerre ayant voulu l'avoir comme Père Abbé, il accepta, mais les ayant trouvés très relâchés et surtout peu réformables, il prit congé d'eux et revint à Moutier. Quelques ermites l'invitèrent à se mettre à leur tête et il partit avec eux dans la forêt de Molesme en Côte d'Or dans des petites huttes de branchages autour d'une petite chapelle. Les recrues et les dons affluèrent, les huttes disparurent, un monastrère se construisit et les ermites devinrent plus soucieux de leur confort que de l'ascèse. Saint Robert les quitta, mais les dons cessèrent en même temps. Ils le supplièrent de revenir et il revint. La ferveur, elle ne revint pas. Alors avec une vingtaine de moines plus décidés, dont saint Albéric et saint Etienne Harding, il se fixa à Citeaux pour y établir la vie monastique qu'il rêvait. Ainsi naquit l'Ordre cistercien en 1098, mais le pape lui intima l'ordre de reprendre la tête de son monastère. Il obéit, et eut la consolation de voir ses moines revenus à de meilleures dispositions. Il mourut ainsi en paix.

Saint Robert est commémoré le 21 mars au martyrologe romain (date de sa naissance au ciel en 1110).
L'ordre de Citeaux nous communique: les 3 Fondateurs ne sont objet d'une solennité commune que depuis peu, le 26 janvier:
Saint Robert, saint Albéric et saint Étienne, abbés de Citeaux, solennité dans l'OCSO (l'Ordre Cistercien de la Stricte Observance)
(source: rituel cistercien)
http://www.ocso.org/HTM/net/rituel-cist1998-fr.pdf

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_de_Molesme



Bienheureuse Santucce Terrebotti Abbesse du couvent bénédictin de Gubbio (+ 1305)
Originaire de Gubbio en Ombrie, elle se maria, eut une charmante fille qui mourut en bas âge, ce qui les décida, elle et son mari, à entrer en religion. Abbesse du couvent bénédictin de Gubbio, elle le transféra ultérieurement à Rome où elle reçut ce surnom de «santucce» (ou santuccia=petite sainte).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gubbio



Saint Sérapion d'Arsinoé Ermite près d'Arsinoé, évêque de Thmuis (+ 362)
Evêque de Thmuis en Egypte, il est l'un des plus précieux témoins de la liturgie égyptienne au 4ème s. grâce à "l'euchologe" ou sacramentaire transmis sous son nom et découvert en 1899. Il se distingua par son opposition à l'arianisme et fut un grand ami de saint Athanase.

Autre biographie:
Le vieux synaxaire alexandrin reporte au 20 mars la mémoire de Sérapion, ascète dans le désert d’Égypte, avant d’être évêque de Thmuis.
Sérapion fut une figure de tout premier plan dans l’Église copte du IV è siècle. Moine dans le désert intérieur, confident d’Antoine qui lui avait laissé en héritage, de façon très symbolique, une de ses tuniques de peau, Sérapion accepta la nomination épiscopale pour contribuer à défendre la foi de l’Église, sérieusement menacée par les ariens, mais surtout par les manichéens. Pour s’opposer à ces derniers, Sérapion écrivit un traité sur la dignité et l’importance de l’Ancien Testament pour la foi chrétienne, qui prouvait en même temps une remarquable finesse de jugement et une fréquentation assidue des Écritures.
Sérapion fut un polémiste aux accents pacifiques ; il éprouva une amitié sincère pour Athanase, qu’il défendit à maintes reprises contre ses détracteurs ; il contribua notablement à la pacification entre les factions qui, au IV è siècle, divisaient profondément l’Église.
Il mourut en exil sous l’empereur Constance : c’est la raison pour laquelle Jérôme en fait un confesseur de la foi.

Lecture

C’est Jésus Christ qui est à l’origine de votre décision, bonne et louable, de vous faire moines et ce sera lui qui la mènera à son accomplissement. Il vous donne, ô moines, une patience et un but admirables ; c’est lui qui se fait le chemin à parcourir par tous ceux qui désirent être sauvés. Hâtez-vous donc de parcourir cette voie dès le commencement , ainsi vous avez comme compagnon de voyage notre Seigneur et Sauveur ; c’est ce que Dieu dit à Israël : « je ne te laisserai pas, je ne t’abandonnerai pas ! ».
Avec et grâce à vous, ô moines, le monde aussi est heureux : vous, vous sanctifiez le désert, et vos prières sauvent toute l’humanité.

Sérapion de Thmuis, Lettres aux moines.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9rapion_de_Thmuis



Saint Thomas Patriarche de Constantinople (+ 610)
Ordonné diacre dans la Grande Eglise de Constantinople (Sainte Sophie) par le patriarche saint Jean le Jeûneur, il fut chargé de l'administration de cette église. Elu patriarche en 607, il fut, pendant trois années, un pasteur zélé pour l'orthodoxie et la conduite évangélique des fidèles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_primats_de_l%27%C3%89glise_orthodoxe_de_Constantinople#Patriarches_de_Constantinople_.28depuis_381.29



Bienheureux Thomas Pilchard prêtre et martyr (+ 1501)
Homme doux et savant, il fut condamné à mort en raison de son sacerdoce, sous la reine Élisabeth Ière, et livré aux supplices du gibet, à Dorchester en Angleterre. Avec lui on commémore aussi le bienheureux martyr Guillaume Pike, charpentier, qui fut pendu et éventré la même année, mais à un jour inconnu, pour s’être réconcilié avec l’Église romaine.



Les Églises font mémoire...

Anglicans : Thomas Cranmer, archevêque de Canterbury, martyr de la Réforme (Voir ci-dessous)

Catholiques d’occident : Mort du Père Benoît (+547), abbé (calendrier monastique)

Coptes et Ethiopiens (12 baramhät/maggäbit) : Démétrius (+ env.230), 12e patriarche d’Alexandrie (Église
copte-orthodoxe)

Luthériens : Nicolas de Flüe (+1487), pacificateur en Suisse

Orthodoxes et gréco-catholiques : Jacques (VIIe s.), évêque et confesseur

Syro-orientaux : Benoît, moine (Église malabar)

Vieux catholiques : Benoît de Nurcie, abbé.



THOMAS CRANMER (1489-1556) pasteur
180px-Tcranmer.JPG

Ce jour, en l’an 1556, sur l’ordre de la reine Mary d’Angleterre, Thomas Cranmer, archevêque de Canterbury, monte sur le bûcher. Il fut une des innombrables victimes de la revanche catholique sous le bref règne de la fille d’Henry VIII. Avec lui, c’est la figure en tous sens la plus décisive de la Réforme anglaise qui était frappée.
Thomas était né à Aslockton en 1489 ; il avait fait ses études à Cambridge et semblait destiné à une carrière académique paisible, quand la rencontre fortuite avec Henry VIII changea radicalement sa vie. Cranmer, qui, depuis un certain temps, s’était déjà intéressé à la Réforme protestante avec quelques amis, s’engagea tout entier pour apporter des bases théologiques et surtout liturgiques à la nouvelle Église d’Angleterre. Sous sa conduite, la traduction en langue anglaise de la Bible fut achevée et on rédigea le Book of Common Prayer ainsi que la première ébauche de la confession de foi de l’Église anglicane.
Elu archevêque de Canterbury en 1533, par la volonté du roi, il manifesta une réelle humanité envers les ennemis de la Réforme anglicane, même s’il ne prit jamais publiquement ses distances des positions moins évangéliques de la maison royale.
Engagé dans les pourparlers concernant la succession du roi Henry, dont la fille, catholique, monta sur le trône en 1553, Cranmer eut à subir une dure persécution trois années durant. Contraint à signer diverses rétractations, humilié, Cranmer retrouva force et dignité quand le procès fut finalement conclu, et réaffirma tout ce que sa conscience lui avait dicté au cours de sa vie ; il demanda pardon à ses compagnons pour les fausses rétractations auxquelles il avait souscrit.
L’Église d’Angleterre le considère comme martyr.

Lecture

Puisque les hommes sont tous pécheurs, qu’ils désobéissent à Dieu et violent sa loi et ses commandements, pas un ne saurait être justifié et rendu juste par ses oeuvres devant Dieu, pour bonnes qu’elles apparaissent ; vice versa tout un chacun est contraint par nécessité à se mettre en quête d’une autre justice ou justification qui se reçoit des mains mêmes de Dieu, de même la rémission, le pardon des péchés et des transgressions commises. Cette justification ou justice que par grâce nous recevons de Dieu et par les mérites du Christ, si elle est accueillie dans la foi, Dieu l’accorde pour que notre justification soit parfaite et totale.

Thomas Cranmer, Homélies

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Cranmer
Saints catholiques[3] et orthodoxes[4] du jour
  • Benoît († 543), Benoît de Nursie, patriarche des moines d'Occident (date occidentale).
  • Sérapion (IVe siècle), Sérapion d'Arsinoé, abbé en Égypte.
  • Sérapion († vers 387), Sérapion le Sindonite, moine en Égypte.

 

Saints et bienheureux catholiques[3] du jour

 

Prénoms du jour 

Bonne fête aux :

  • Clémence (au calendrier civil 2009), et ses dérivés : Clémentia, Clémentine, Mencia, etc.

Et aussi aux :

Événements

Croisade

1260
 les Mongols prennent Damas[1].

630
 Jérusalem : L'empereur romain d'Orient Héraclius rapporte la Vraie Croix, reprise aux Perses. C'est l'apothéose d'un règne qui a débuté dans la tourmente.

717

 Charles Martel vainc les Neustriens à Vinchy.

1098

 Fondation de l’Abbaye de Cîteaux par Robert, le fondateur de l’abbaye de Molesmes. Cîteaux essaime bientôt, fondant quatre « filles » : La Ferté (1113), Pontigny (1114), Clairvaux, dont Bernard est le premier abbé, et Morimond (1115)

L’ordre cistercien est organisé en 1114 par la Carta Caritatis et lancé en Europe par Bernard de Clairvaux.

1151

Le 21 mars 1152, Aliénor d'Aquitaine a quitté son mari

 
arton1459-bc648.jpg
Le mariage avait eu lieu 15 ans plus tôt, unissant un couple royal adolescent : Louis VII (17 ans) épousait Aliénor (13 ou 15 ans). La jeune héritière apportait en dot au roi de France l'immense Aquitaine. Mais l'austère et ascétique monarque, élevé pour devenir clerc, avait bien du mal à rendre heureuse sa subtile reine grandie à la cour de son duché natal, entourée des poètes et troubadours protégés par son mécène de père : "J'ai épousé un moine, non un roi!", se plaint-elle.
La discorde éclate lors de la 2ème croisade, à laquelle Aliénor accompagne son mari. A Antioche où ils séjournent, Aliénor plaide la cause de son oncle qui gouverne la ville et sollicite en vain l'aide du roi pour rétablir l'ordre. Aliénor est accusée d'adultère (incestueux qui plus est) avec son oncle.
Le 21 mars 1152, à la demande du roi, le mariage est annulé par le pape qui invoque de lointaines clauses de consanguinité au 9ème degré. (Eminemment courant dans les familles régnantes, donc simple prétexte.) Funeste erreur ! La reine, à peine trente ans et fort courtisée, reprend sa dot et sa liberté, et s'en va épouser le futur et fringant jeune roi d'Angleterre, Henri II Plantagenêt, apportant au royaume d'Albion tout le Sud-Ouest de l'hexagone, et à ses futurs enfants, héritiers de la couronne anglaise, une ascendance qui leur donnera des raisons de prétendre au trône de France, tragiquement affaibli face à son rival.
Ce sera l'une des causes majeures de la Guerre de Cent ans qui ravagera la France deux siècles plus tard.
Cent vingt années de batailles et de récoltes saccagées, de famines et d'épidémies, de massacres et d'incendies, de pillages et de viols, parce qu'un royal époux ne sut pas se montrer assez galant avec sa femme bercée de poésie et d'amour courtois.
On ne dira jamais combien ne pas savoir parler aux femmes peut coûter cher.

1180

 Arrivée sur le trône du Japon de l'empereur Antoku.

1191

 Élection du pape Célestin III.

1227

 Consécration du pape Grégoire IX.

1322

 Guillaume Ier d'Avesnes

comte de Hainaut, accorde aux habitants de Genly le privilège d’être régis par une loi conforme à celle de Mons (Hainaut)

1500

  La garnison française de Novare (Italie) se rend à l'armée de 100px-Ludovico_il_Moro.jpg Ludovic Sforza.

1556
 Oxford : L'archevêque réformateur de Cantorbéry, Thomas Cranmer, est brûlé vif.

1789 Avioth 20050919.jpg
260px-Gilbert.0.de_riberolles.jpg
Gilbert de Riberolles est élu, par la sénéchaussée de Riom, par 265 voix sur 393 votants, député du tiers état de la province d'Auvergne aux États généraux.


1800
 La Russie et l' Empire ottoman, s'entendent, dans le traité de Constantinople pour former la « République fédérative des Sept-Îles », nom donné à l'entité regroupant sept îles de la mer Ionienne (anciennement vénitiennes), situées entre la Grèce et l' Italie, que la France s’était attribuées au traité de Campo-Formio en 1797.

1801 

Les Français sont battus par les Anglais à la bataille de Canope près d'Alexandrie (Égypte)

1801 

Espagne
 La France signe un traité avec l'Espagne.
Le duché de Toscane est transformé en Royaume d'Étrurie et la Louisiane est rétrocédée à la France.

France

 La dette est liquidée.

1804
Exécution du duc d'Enghien dans les fossés du château de Vincennes.
150px-Ex%C3%A9cution_du_Duc_d%27Enghien_
Exécution du Duc d'Enghien

(30 ventôse an XII)
 Napoléon Bonaparte promulgue le Code civil.
Celui-ci est l'un des codes fondateurs de l'ère contemporaine en Europe.
Il fût utilisé de 1804 à 1884 sans modifications ou presque.
C'est sous la IIIe République que la moitié des articles seront modifiés.
Les textes qui ont le plus radicalement évolué depuis sa création sont ceux qui concernent la famille.
Le rayonnement du Code civil de Bonaparte a été évident jusqu'à nos jours; pas seulement en Europe, mais aussi en Amérique, en Afrique et en Asie.

1851
 Viêt-Nam

 L'empereur Tu Duc fait mettre à mort des prêtres chrétiens.



1975
 Un an après avoir renversé l'empereur Hailé Sélassié, en Éthiopie, des militaires abolissent le statut impérial du Négus et d'une monarchie vieille de trois mille ans, et proclament la République.

2000 
Jean-Paul II devient le premier pape en visite officielle en Israël.

2002

Rabat (Maroc) : Mariage dans l'intimité de Mohamed VI, trente-huit ans, avec une informaticienne de vingt-quatre ans Salma Bennani (maintenant Princesse Lalla Salma).

Office de Tierce pour le 20090321 Office de Tierce pour le 20090321 Office de Tierce pour le 20090321

 

 2012

 

Eric Freysselinard

succède à Anne-Marie Charvet au poste de préfet de l'Aude

Eric Freysselinard - nommé préfet de l'Aude - archives

Eric Freysselinard - nommé préfet de l'Aude

Agé de 50 ans, ce haut fonctionnaire était jusqu'à ce jour préfet de la Haute-Saône.

Éric Freysselinard est un haut fonctionnaire français, préfet de la Haute-Saône, né le 12 novembre 1961 à Neuilly-sur-Seine. Il est arrière-petit-fils du président Albert Lebrun. A 50 ans, il vient d'être nommé préfet de l'Aude en remplacement d'Anne-Marie Charvet qui a fait valoir ses droits à la retraite à compter du 21 mars prochain.

 

Agrégé d'espagnol, diplômé de l'IEP de Paris, il a été professeur d'espagnol avant d'être élève à l'ENA de 1992 à 1994. À sa sortie, il est nommé sous-préfet, directeur de cabinet du préfet du Maine-et-Loire, jusqu'en 1996, où il devient pour trois ans secrétaire général adjoint de la préfecture et sous-préfet de l'arrondissement de Lyon.

 

Chef du bureau des services publics locaux au ministère de l'Intérieur de 2000 à 2002, il est directeur adjoint du cabinet de Patrick Devedjian, ministre délégué aux Libertés locales de 2002 à 2004, puis directeur de cabinet, et conseiller de Nicolas Sarkozy, ministre de l'intérieur.

 

Directeur de cabinet du préfet de la région Île-de-France de 2004 à 2007, il devient en juin 2007 directeur de cabinet de Roger Karoutchi, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement. En juin 2008, il est nommé préfet délégué à l’égalité des chances auprès du préfet de l’Essonne. Depuis avril 2010, il est préfet de la Haute-Saône, succédant à Pierre-André Durand, qui occupait ces fonctions depuis octobre 2008, nommé directeur du cabinet de Christian Estrosi, ministre chargé de l’Industrie.

 

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’apprentissage et la connaissance des langues espagnole et catalane.

 

Autre nomination :

Jean-Christophe Parisot, sous-préfet hors-cadre, actuellement délégué à la cohésion sociale et à l'égalité des chances auprès du préfet de l'Hérault et du Languedoc-Roussillon, est nommé préfet hors-cadre chargé d'une mission de service public relevant du gouvernement.

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 00:00
547
Saint Benoît

Saint Benedict
Né en 480
Décédé le 21 mars 547
 fondateur de l'ordre monastique des Bénédictins
saint patron des ingénieurs et des spéléologues.

Inhumé à Abbey of Montecassino
de Lazio  Italy
sous l'autel
Saint Benedict

1076


 duc de Bourgogne (1032 - 18 mars 1076), comte d'Auxerre (1040-vers 1060)

Parents



 Robert de Molesme
Saint Catholique fêté le 30 avril

1201
Absalon
Absalon ou Axel (1128-21 mars 1201) fut un homme d'État danois.

Absalon

Second fils du magnat Asser Ring Hvide, né en Sjælland, il fut évêque de Roskilde de 1158 à 1191, puis à la suite d'Asser, archevêque de Lund de 1177 à 1201, primat du Danemark, ministre de Valdemar Ier avec qui il avait été élevé et de son fils Knut VI, il agrandit Copenhague.

Prélat guerrier, il délivra le Danemark des incursions des pirates Wendes qui infestaient la Baltique et vainquit en 1184 le duc de Poméranie Bogusław Ier. Il est, selon Saxo Grammaticus, à l’origine de la création de la citadelle de Hafnia, future Copenhague. Son successeur, l’archevêque Anders Sunesen, soutenu par le pape Innocent III, conquiert l’île d’Ösel, en Baltique, alors occupée par des païens.


Sorø klosterkirke (Church of Soroe Cloister)
Ringstead, Denmark
Absalon

1237


 Jean de Brienne
 roi de Jérusalem et empereur latin de Constantinople. (° 1148).

1306

duc de Bourgogne

 Robert II de Bourgogne

1324

Marie
de Luxembourg
reine de France
1322-1324
 
à l'âge de 19 ans.

Mariage de Charles IV le Bel et de Marie de Luxembourg

1413
Henri IV
Henry IV

Inhumé à Canterbury Cathedral
dans le Kent, England dans la chapelle "Trinité"
Henry IV
Henry IV

1461

et de Boulogne
1437-1461


 Bertrand V de La Tour d'Auvergne, comte d'Auvergne.

1487

 Nicolas de Flue, ermite suisse (° 1417)

1556

 Thomas Cranmer, Archevêque de Cantorbéry2 juillet 1489)

1595
 Ernest de Habsbourg

Ernest d'Autriche 

Gouverneur de la Belgique

(né à Vienne le 15 juillet 1553 et mort à Bruxelles le 12 février 1595)

archiduc du Saint Empire, fils de  l'empereur Maximilien II et de Marie d'Espagne.

Élevé à la cour d'Espagne avec son frère Rodolphe II, il fut deux fois candidat au trône de Pologne, en 1573 et 1587.

En 1594, il devient gouverneur des Pays-Bas espagnols à Bruxelles, où il meurt l'année suivante.



1654

 Jean-François de Gondi1584), premier archevêque de Paris, oncle du cardinal de Retz.

1656

 James Ussher, archevêque irlandais (° 4 janvier 1581)

1720
File:Marie Anne de Bourbon-Conti, princesse de Condé.jpg
Marie-Anne DE BOURBON-CONTI
18 avril 1689 - 21 mars 1720 à l'âge de 30 ans

1795
http://www.traditions-monaco.com/images/Honore_3.jpg
Honoré III GRIMALDI

 est né le 10 novembre 1720

décédé le 21 mars 1795.

Il est le fils de Jacques Ier Goyon de Matignon, comte de Thorigny 1689-1751 et de Luisa Ippolita Grimaldi 1697-1731.

Il fut marié le 5 juillet 1757 avec Marie-Catherine de Brignole 1737-1813

dont il se sépara en 1770.

Ils eurent deux fils :



1804
Louis Antoine de Bourbon-Condé
 Louis Antoine de Bourbon-Condé
duc d'Enghien


Héritier des Condés.

Louis, Antoine, Henri de Bourbon, duc d’Enghien

o 2 août 1772, Chantilly.

21 mars 1804,  Vincennes (Val-de-Marne)


L’acte de décès du duc d’Enghien ne figure pas au registre d’Etat  civil de Vincennes de l’an XII. L’exécution qui eut lieu le 30 ventôse an XII ( 21 mars 1804 ), est attestée uniquement par une dépêche du commandant du château Harel au chef de la sureté Réal, qui est conservé aux Archives Nationales (CARAN) sous la côte F76417 et  dont voici le texte ;

“ Citoyen Conseiller,

J’ai l’honneur de vous informer que l’   »individu », arrivé le 29 présent (Ventôse) au château de Vincennes, à cinq heures et demie du soir, a été , dans le courant de cette nuit même, jugé par une commission militaire et fusillé à trois heures du matin, et enterré dans la place que j’ai l’honneur de commander.

J’ai l’honneur de vous saluer avec le plus profond respect. 

Harel. ”



1852
Marie Sophie Frederikke Von Hessen-Kassel
Marie Sophie Frederikke Von Hessen-Kassel

Maria von Hessen-Kassel

image Marie Sophie Frederikke Von Hessen-Kassel

Parents



 
1861

Joseph ZU SALM-REIFFERSCHEIDT-DYCK
4 septembre 1773 - 21 mars 1861 à l'âge de 87 ans


1951

Alexandre DE RIQUET DE CARAMAN-CHIMAY
le 9 mars 1873 à Paris
Décédé le 21 mars 1951 à Paris à l'âge de 78 ans

Parents

1995
Gräfin von Beaufort-Spontin
(Maria Elisabeth Melanie Ernesta de Beaufort-Spontin)

Parents


2009
Mme Robert van den Abeele

Cécile Bracht

Lieu et date des funérailles : église Abbatiale Notre-Dame de la Cambre à 1050 Bruxelles, le mercredi 25 mars 2009 à 14 heures
2010
Le vicomte et la vicomtesse Hubert de Vergnette de Lamotte, leurs enfants et petits-enfants, le vicomte et la vicomtesse Jacques de Vergnette de Lamotte, leurs enfants et petits-enfants
font part du rappel à Dieu de
Mlle Marie de VERGNETTE de LAMOTTE
le 21 mars 2010, dans sa 87 e année, munie des sacrements de l'Église.
La cérémonie religieuse sera célébrée le jeudi 25 mars, à 14 h 30, en l'église Sainte-Elisabeth de Versailles.
L'inhumation aura lieu le vendredi 26 mars, à 15 heures, au cimetière Saint-Lazare de Montpellier.
Ni fleurs ni couronnes.


2010

Théodore d'Oultremont

Parents

Nous apprenons le décès du

Comte Théodore d'Oultremont

et du Saint Empire

époux de Dame Marie-Victoire de Laistre

né à La Haye le 17 juin 1914 et décédé à Genève le 21 mars 2010.

*

Lieu et date des funérailles : église Saint-Lambert à 7903 Blicquy, le samedi 27 mars 2010 à 14 heures.

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 00:00
1775

 Lucien Bonaparte
 né Luciano Buonaparte

 Né le  21 mars 1775 à Ajaccio
 Décédé le 29 juin 1840 à Viterbe

 prince (romain) de Canino, prince français en 1815, puis prince (romain) de Musignano et prince (romain)
Bonaparte en 1837
 Académicien français
Fauteuil 32 de l’Académie française
1803-1816

Ministre français de l'Intérieur (1799-1800)
second des frères de Napoléon Bonaparte.
Fils de Charles-Marie Bonaparte et de Maria-Létizia Ramolino.
Il eut douze enfants de son second mariage dont :
Charles-Lucien Bonaparte (1803-1857)
 Louis Lucien Bonaparte (1813-1891)
 Pierre Bonaparte (1815-1881)

1788
Boniface de Castellane
 Boniface de Castellane
Esprit Victor Elisabeth Boniface de Castellane
 maréchal de France et pair de France
 militaire français
né à Paris le 21 mars 1788
 mort à Lyon le 16 septembre 1862
1943
Michael Armin Siegfried Hubertus Friedrich-Hans Prinz von Sachsen-Coburg und Gotha

Le prince Andreas de Saxe-Cobourg et Gotha
né le 21 mars 1943 au château de Casel (Brandebourg)
fils du prince Friedrich Josias (1918 -1998)  
et de la comtesse Viktoria Luise zu Solms-Baruth (1921-2003)
 
Après le divorce de ses parents, il a vécu avec sa mère et son second mari à la Nouvelle-Orléans, aux USA.

De 1966 à 1968, il a fait son service militaire à Eutin.
Ensuite, il a fait des études forestières à Hambourg.

A la mort de son père, il devenu le duc titulaire de Saxe-Cobourg et Gotha.

La famille possède encore deux châteaux (Callenberg en Bavière et Greinburg en Autriche) et une entreprise forestière.

De 1996 à 2002, il fut conseiller municipal (CSU), il détient de nombreux postes honorifiques et est passionné par la chasse.

 En 1971, il a épousé Karin Dabelstein qui lui a donné 3 enfants:
1-la princesse Stephanie de Saxe-Cobourg et Gotha, 1972
2-le prince Hubertus de Saxe-Cobourg et Gotha, 1975
3-le prince Alexander de Saxe-Cobourg et Gotha, 1977.
Pas très proche des Windsors, il l'est beaucoup plus de la famille royale suédoise (il est l'un des parrains de la princesse Madeleine, seconde fille de son cousin germain, le roi de Suède)
2004

Claus-Casimir van Oranje-Nassau

Graaf van Oranje-Nassau
(Cluas-Casimir Berhnard Marius Max van Oranje-Nassau)
le 21 mars 2004 à Den Haag at Bronovo Hospital in The Hague

Baptisé le 10 octobre 2004

Parents

http://www.nettyroyal.nl/images/clauscasimir6.jpg
http://www.royaltyguide.nl/images-special/2004%20claus-casimir/doop6.jpg

2009

Moritz Viktor Ferdinand Anton de Sachsen
Parents:
Nils von Sachsen. Né le 6 novembre 1978.


Source: voir Nobiliana BAG 2009

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 00:01

1531

 

Antoine Ier de Portugal

régna sur le Portugal du 24 juillet 1580 au 25 août 1580 

1725


Dynastie ottomane
(1774-1789)

 Abdülhamid Ier

sultan ottoman.

1736

 Rama Ier

roi du Siam.


1773
Augustin Gabriel d'Aboville
 Augustin Gabriel d'Aboville
 général d'artillerie français 



1811

Empereurs des Français
Coprince d'Andorre
avec Francesco Antonio de la Dueña y Cisneros
1815

  Napoléon II, fils de Napoléon Ier
Empereur des Français
(non proclamé)

Napoléon François Charles Joseph Napoléon

(conformément à l'usage du Premier Empire, repris sous le Second, son nom patronymique était Napoléon et non Bonaparte)

prince français, roi de Rome, puis Napoléon II et enfin duc de Reichstadt, dit l'Aiglon

né le 20 mars 1811, palais des Tuileries à Paris

mort le 22 juillet 1832, palais de Schönbrunn à Vienne

fils de Napoléon Ier, empereur des Français, et de l'archiduchesse Marie-Louise d'Autriche.

Napoléon-François-Charles-Joseph Bonaparte, Thomas Lawrence, 1818-1819

Fogg Art Museum, Harvard University Art Museums


Titré roi de Rome à sa naissance, duc de Reichstadt à partir de 1818

et empereur des Français du 4 avril au 6 avril 1814 et du 22 juin au 7 juillet 1815

(son père ayant abdiqué en 1814 puis en 1815)


Portail du Premier Empire
Portail du Premier Empire



1820

 Alexandru Ioan Cuza
1er prince souverain de Roumanie
Alexandru Ioan Cuza
Né le 20 mars 1820 à Huşi
Décédé le 15 mai 1873 à Heidelberg)
souverain des Principautés unies de Roumanie entre 1859 et 1866.

1930
Cardinal

Thomas Stafford Williams
de l'Église catholique romaine
http://www.aciprensa.com/Cardenales/images/williams.jpg
 
Cardinal-prêtre
de Gesù Divin Maestro alla Pineta Sacchetti
Blason de Thomas Stafford Williams
cardinal néo-zélandais, archevêque émérite de Wellington.
Naissance 20 mars 1930 à Wellington (Nouvelle-Zélande)
Ordination
sacerdotale
20 décembre 1959 par le cardinal Grégoire-Pierre XV Agagianian
Consécration
épiscopale
20 décembre 1979 par Mgr Owen Snedden
Évêque Archevêque de Wellington (Nouvelle-Zélande)
Ordinaire aux armées néo-zélandaises
Créé
cardinal
2 février 1983 par le pape Jean-Paul II


 1949
Cardinal

Josip Bozanic
de l'Église catholique romaine
http://www.aciprensa.com/Cardenales/images/bozanic.jpg
 cardinal croate, archevêque de Zagreb.
Cardinal-prêtre
de S. Girolamo dei Croati
Blason de Josip Bozanic
« Da Zivot Imaju »
Naissance 20 mars 1949 à Rijeka (Croatie)
Ordination
sacerdotale
29 juin 1975 par Mgr Karmelo Zazinovic
Consécration
épiscopale
6 janvier 2000 par le cardinal Franjo Kuharic
Évêque Évêque coadjuteur de Krk (Croatie)
Évêque titulaire de Krk (Croatie)
Archevêque de Zagreb (Croatie)
Créé
cardinal
21 octobre 2003 par le pape Jean-Paul II

1958

Évêque de l’Église catholique
 
Raymond Centène
http://www.au-large.com/img/centene.jpg

Évêque de Vannes
Blason de Raymond Centène
« Pour que la génération à venir le connaisse »
Naissance 20 mars 1958 à Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales)
Ordination
sacerdotale
27 juin 1993
Consécration
épiscopale
16 octobre 2005 par Mgr Saint Macary

1976

Adélaïde de Clermont-Tonnerre

Parents

1979

Rodolphe de Limburg Stirum

comte de Limburg Stirum - Comte du St-Empire
(Eugène François Xavier Marie Joseph Ghislain de Limburg Stirum)

le 20 mars 1979 à Uccle (Belgique)

Parents

  (témoins: Maria Anunciata, Prinzessin von und zu Liechtenstein 1985-, Elisabeth de Ligne 1983-, Xenia Galitzine 1983-, Philippe de Limburg Stirum 1985-, Marie de Limburg Stirum 1986-, François-Guillaume de Limburg Stirum 1989-)

2009

Violette de Lestapis

descendante par sa mère du comte Charles d'Ursel (1848-1903)

Parents


 


Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 00:01

Le 20 mars est le 79e jour de l'année


(80e en cas d'année bissextile) du calendrier grégorien


Il reste 286 jours avant la fin de l'année


C'était généralement le jour du plantoir


30e et dernier jour du mois de ventôse, dans le calendrier républicain français


C'est la date la plus probable pour l'équinoxe de mars, entre le 19 et le 21 mars.


C'est le cas sans discontinuer de 2008 à 2044  

 

Dicton 

"La vigne me dit : en mars me lie, en mars me taille, en mars il faut qu'on me travaille ! "
« Quand il gèle le vingt mars, il gèle toute l’année » 


Célébrations



Martyrologe pour le vingtième jour de mars,

 

En 580, saint Martin de Braga. Originaire de Panonie, l'actuelle

 

Hongrie, il mena la vie monastique en Palestine d'où il gagna la

 

péninsule ibérique.

 

Elu archevêque de Braga, il exerça une influence pastorale durable par

 

ses écrits, en particulier par sa "Prédication aux ruraux".

 

En Angleterre, l'an 687, le retour à Dieu de saint Cuthbert.

 

Entré au monastère de Melrose de tradition irlandaise, il fut envoyé à

 

l'abbaye de Lindisfarne d'observance bénédictine et de rite romain.

 

Apôtre infatiguable, il reçut l'ordination épiscopale, mais il en résigna

 

bientôt les fonctions pour reprendre la vie solitaire.

 

Vers l'an 698, la naissance au ciel de saint Vulfran.

 

Fils d'un officier de l'armée de Clovis II, il quitta la Cour à la mort de

 

son père et fit don de ses terres à l'abbaye de Fontenelle.

 

En 682, il fut nommé au siège épiscopal de Sens, et de là, partit

 

évangéliser la Frise, où il obtint la conversion du chef de ce pays.

 

En Orient, l'an 783, saint Nicétas, évêque, qui mourut en exil pour avoir défendu la doctrine des saintes images.

 

 

Et encore ailleurs, beaucoup d'autres saints et bienheureux.

Saints catholiques   et orthodoxes   du jour

Prénoms du jour 

Bonne fête aux :

  • Herbert (au calendrier civil 2009), et ses dérivés : Haribert, Hébert, Hercule, etc.

Et aussi aux :



Évènements 

-44

 Lecture publique du testament de Jules César faisant d'Octave son héritier.


1255

 Fondation par image Alphonse de Poitiers, frère de Saint-Louis, devenu par son mariage en 1229 avec Jeanne, fille de Raymond VII, maître du comté de Toulouse et du comté d'Agenais, de la bastide de Montréal-du-Gers.


1619

 Empire germanique : À la mort de l'empereur Matthias, c'est son cousin Ferdinand II, roi de Bohême depuis 1617 et de Hongrie depuis 1618, qui prend sa succession.

 

 Louis XIV fait enregistré des édits financiers par lit de justice.

Clôture de Pâques.

Mlle Du Croisy est exclue de la troupe.

1796
 Europe (30 ventôse)
 Le Directoire repousse les propositions de paix anglaise formulées le 20 ventôse (18 mars)

1800
 L'armée de Kléber écrase les Turcs à Héliopolis et marche sur le Caire.

Héliopolis

1808
 L'armée française envahit l'Espagne.

1814
 Arcis-sur-Aube (20-21)

 Après avoir manqué d'anéantir les forces de Blücher, Napoléon est vaincu par les troupes de l'Autrichien Schwarzenberg.

1815
 Paris

 Après une marche triomphale sur Paris, Napoléon entre dans la capitale. Il reprend sa place sans avoir rencontré trop d'opposition depuis son retour de l'île d'Elbe.

1816
 Portugal

 Empereur du Brésil depuis 1807, date à laquelle il s'était enfui du Portugal pour échapper aux troupes de Napoléon, Jean VI succède à sa mère, Marie Ière de Bragance. Il ne reviendra dans son pays qu'en 1821.

1890

 Guillaume II renvoie le chancelier Bismarck.

 
1940

Alexandra de Grèce

devient reine de Yougoslavie

 

Le 20 mars 1944, le roi Pierre II de Yougoslavie, fils aîné du défunt roi Alexandre (assassiné à Marseille en 1934) et de la reine Marie de Yougoslavie, née princesse de Roumanie épousait en exil à Londres la princesse Alexandra de Grèce et de Danemark, fille du défunt roi Alexandre Ier de Grèce et de la princesse Aspasia de Grèce, née Manos. Sur cette photo, on distingue (en partant du haut et de gauche à droite) : le duc de Gloucester, la duchesse de Kent née princesse Marina de Grèce, le roi George VI, le roi Pierre de Yougoslavie, le roi Haakon de Norvège, la reine Alexandra de Yougoslavie, la princesse Aspasia de Grèce, le roi George II de Grèce, le prince Bernhard des Pays-Bas, la reine Elizabeth, le prince Tomislav de Yougoslavie et la reine Wilhelmine des Pays-Bas. Le couple eut un fils unique Alexandre qui vit aujourd’hui avec sa famille au Palais royal de Belgrade. La reine Alexandra est décédée en 1993 en Grande-Bretagne.

 2000
Image du pape Jean-Paul II .

Jean-Paul II entame par la Jordanie le premier pèlerinage en Terre Sainte d'un pape depuis 36 ans

 

 

2010

Johannes "Aki" Erbprinz zu Schwarzenberg mit seiner Verlobten, Diana Orgovanyi-Hanstein

Mariage à Neuberg an der Mürz le 20 mars 2010 du prince héréditaire Johannes "Aki" zu Schwarzenberg (né en 1967, fils de Karel Schwarzenberg, ancien ministre tchèque des Affaires étrangères, et de son épouse, née comtesse Therese zu Hardegg auf Glatz und im Machlande) et de Diana Orgovanyi-Hanstein (37 ans)


 mariage du prince héritier Johannes de Schwarzenberg, fils de Karl, 13ème Prince de Schwarzenberg et de la comtesse Therese de Hardegg auf Glatz et en Machlande avec Diana Orgoványi-Hanstein.

Si cette dernière est certes roturière, elle est néanmoins la fille du cousin issu de germain de l'archiduchesse Francesca d'Autriche et cousine également avec le feu prince Claus des Pays-Bas et la princesse Elisabeth de Waldeck et Pyrmont, née baronne de Hammerstein-Equord.
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 00:00
1413
125px-England_Arms_1405.svg.png
Monarques de Grande-Bretagne
200px-Henry_IV_of_England.png
 Henri IV d'Angleterre
 roi d'Angleterre  king of England (1399-1413)
duke of Lancaster (Henry III, 1399-1413), earl of Derby (1377-1399), duke of Hereford (1397-1399)
 duc de Guyenne

Parents

1498

Anne de France

Parents

1521

Françoise D'ALBRET

Parents

1549

Thomas Seymour
image
Inhumé à Chapel of Saint Peter-ad-Vincula
Tower of London

Parents


1568 

180px-Albrecht_von_Brandenburg-Ansbach.j

 Albert de Brandebourg

 duc de Prusse 


1616

Matthias von Habsburg

Matthias Habsburg

Parents

Matthias Habsburg
Matthias Habsburg

1619 

180px-Matthias_HRR_MATEO.jpg

 Matthias Ier du Saint-Empire

 Empereur romain germanique

1653

Wolfgang Wilhelm von Pfalz-Neuburg

Pfalzgraf von Neuburg
image
  • Né en octobre 1578 à Neuburg a.d.Donau
  • Décédé le 20 mars 1653 à Düsseldorf à l'âge de 74 ans
  • Saint Andreas Kirche Düsseldorf Nordrhein-Westfalen, Germany. Plot: *His heart is buried in the Hofkirche, Neuburg a/d Donau.
Wolfgang Wilhelm Von Pfalz-Neuburg

Parents

1684

image

Claude BAZIN DE BEZON
Membre de l'Académie française (n° 47, 3 février 1643)
Intendant du Soissonnais, puis du Languedoc

Né en 1617 à Paris
Décédé le 20 mars 1684 à l'âge de 67 ans

Parents

Avocat général au Grand Conseil, conseiller d'État. Il fut admis le 3 février 1643 en remplacement du chancelier Séguier, nommé protecteur. Il partagea les frais du prix de poésie fondé par Pellisson. «Tallemant l'accuse d'avoir fait faire par Patru les discours qu'il ne pouvait se dispenser de prononcer.» (Charles-L. Livet). Boileau a dit de lui que c'était un «homme considérable par ses grands emplois et par sa profonde capacité dans les affaires.»
«On n'a jamais rien vu de lui par écrit... on l'a entendu comme avocat général au Grand Conseil, parler élégamment et fortement en toutes rencontres.» (Chapelain).
Mort le 20 mars 1684, doyen de l'Académie.

 

1714
 
Parents


1728

220px-Camille_d%27Hostun_duc_de_Tallard.
 Camille d'Hostun
 maréchal de France

1751
Frederick Prince of Wales
Frederick Prince of Wales
(1er février 170731 mars 1751), prince de Galles et duc d'Édimbourg et de Cornouailles, fut un membre de la famille royale britannique et héritier présomptif à la couronne de Grande-Bretagne.

Il est le premier enfant et le fils aîné du roi George II de Grande-Bretagne et de la margravine Caroline de Brandebourg-Ansbach. Sa mésentente avec son père était célèbre au point qu'un esclandre se produisit en public le jour de son mariage. L'année suivante, le prince de Galles et son épouse furent chassés du palais royal. Autour d'eux se réunirent les opposants à la politique royale.

Il fut initié à la franc-maçonnerie par Jean Théophile Désaguliers dans palais de Kew, et devint en 1737 le premier membre de la famille royale élu grand-maître de la franc-maçonnerie anglaise, inaugurant ainsi la tradition plaçant celle-ci sous la protection de la famille royale britannique[1].


Inhumé à Westminster Abbey
London, England

1777

Cardinal
48px-Berretta_cardinalizia.png
Jean-François-Joseph de Rochechouart
de l'Église catholique romaine
Image de Jean-François-Joseph de Rochechouart
Le Cardinal de Rochechouart
 
Cardinal-prêtre
de Saint-Eusèbe
Blason de Jean-François-Joseph de Rochechouart
cardinal français, évêque de Laon
Naissance 28 janvier 1708 à Aureville (France)
Ordination
sacerdotale
 
Consécration
épiscopale
15 octobre 1741 par le cardinal Nicolas de Saulx-Tavannes
Évêque Évêque de Laon
Créé
cardinal
23 novembre 1761 par le pape Clément XIII
Décès 20 mars 1777 à Paris






















































1816
27-_Rainha_reinante_D._Maria_I_-_A_Louca
Maria DE BRAGANCE
Marie Ire de Portugal
 reine du Portugal
17 décembre 1734 - 20 mars 1816 à l'âge de 81 ans
Inhumée à Basilica de Estrela
Lisbonne, Portugal
Maria I Francisca Of Portugal


1926

Louise Bernadotte

Louise
prinsessa av Sverige, prinsesse av Norge (31 octobre 1851-1905)

Parents

Relations


Louise
Inhumée à Roskilde Cathedral  Denmark

1934
 199832_111898845557707_100002127750837_1
 
 décès à La Haye de la reine douairière Emma des Pays-Bas, reine mère, née princesse de Waldeck-Pyrmont le 2 août 1858 au château d’Arolsen dans la principauté allemande de Waldeck et Pyrmont. Elle était la quatrième fille des huit enfants de Georges-Victor, prince régnant de Waldeck-Pyrmont, et de son épouse la princesse Hélène de Nassau-Weilburg. En 1879 elle épousa Guillaume III, roi des Pays-Bas et grand-duc de Luxembourg. Pour le roi il s’agissait de ses secondes noces, car il avait épouse d’abord Sophie, princesse de Wurtemberg, qui lui donna trois enfants. Le couple n’eut qu’une fille, la princesse Wilhelmine (née le 31 août 1880), qui devint l’héritière du trône par les morts successives de ses trois frères ainés sans alliance ni issue et suite à l’abrogation de la loi salique aux Pays-Bas. Guillaume III décédé le 23 novembre 1890 sa fille âgée de 10 ans monta sur le trône néerlandais sous la régence de la reine douairière Emma. Wilhelmine ne succéda toutefois dans le grand-duché de Luxembourg car la loi salique y resta en vigueur et ce fut donc son cousin Adolphe de Nassau qui ceignit la couronne grand-ducale. La reine régente fut très populaire pendant les huit ans de gouvernement sage et prudent. Le 31 août 1898 elle transmit tout le pouvoir à la reine sa fille arrivée à la majorité. Elle vécut dans une retraite discrète, aimée de tous par sa douceur et sa bonté. Elle chérissait sa petite-fille la princesse Julianne, fille unique de la reine Wilhelmine et de son époux le prince Henri de Mecklembourg-Schwerin, qu’elle avait épousé en 1901. En 1914 la reine Emma intercéda pour que l’ex-kaiser Guillaume II pût se réfugier en Hollande. Elle mourut de suites d’une bronchite, âgée de 75 ans, et fut ensevelie à Delft dans la Nieuwe Kerk.
1975
50px-Blason_France_moderne.svg.png
Succession légitimiste
1941-1975


50px-Escudo_Isabel_II.png
Jacques IV
jaime.1.de_borbon
Succession carliste
1941-1975

Jaime de Borbón

199157_111828015564790_100002127750837_1

Henri VI
 Jacques Henri de Bourbon, duc d'Anjou et de Ségovie
 aîné des Capétiens et chef de la maison de France

(Jaime de Bourbon)
(Jacques Léopold Isabelin Henri Alexandre Albert Alphonse Victor Accace Pierre Paul Marie de Borbón)

Jacques de Bourbon était issu de la dynastie capétienne (Bourbons d'Espagne).


Parents

Don-Jaime-Lausanne.jpg

Jaime de Bourbon, à Lausanne en décembre 1973, devant son propre portrait adolescent

2004 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/22/Grandes_armes_Pays-Bas.svg/200px-Grandes_armes_Pays-Bas.svg.png

 Juliana des Pays-Bas

(Juliana, Louise, Emma, Marie, Whilelmina des Pays-Bas)

5ème reine des Pays-Bas

L'ancienne souveraine Juliana, qui a régné durant 32 ans sur les Pays-Bas, où elle était considérée comme «la grand-mère de tous les Néerlandais»

juliana.jpg

Décédée le 20 mars 2004 à l’âge de 94 ans au Palais de Soestdijk «des suites d'une pneumonie combinée à un état de grande faiblesse générale» peu avant 6 h, entourée de son époux le prince Bernhard de Lippe-Biesterfeld qu'elle a épousé en 1937, et de trois de ses quatre filles,Béatrix, Irène, Margriet et Christina.


Juliana, fille unique de la reine Wilhelmine des Pays-Bas et du duc Hendrik de Mecklembourg-Schwerin avait épousé le 7 janvier 1937 le prince Bernhard de Lippe-Biesterfeld.

 


Juliana devint reine le 6 septembre 1948 à l’abdication de sa mère.


Elle fera de même le 30 avril 1980, laissant la place à sa fille Béatrix.


Depuis son abdication, Juliana souhaitait qu’on l’appelle “princesse Juliana”

http://www.dhnet.be/pictures_news/art_26306.jpg


Résidant au Palais de Soestdijk, elle se consacra à sa famille et surtout à ses petits-enfants.


Très croyante et modeste, elle avait entamée son règne par ces mots: «Je suis appelée à une fonction si lourde que personne n'en voudrait, mais elle est également si belle que je ne puis que me demander: De quel droit me revient-elle?»


Ses funérailles eurent lieu à Delft et ses filles conformément à sa demande portaient toutes les 4 des vêtements blancs.

8547857_1080485488.jpg

Nieuwe Kerk (New Church)
Delft
Zuid-Holland, Netherlands


2008

Prétendant au trône des
Deux-Siciles (1973-2008)
(branche cadette)

80px-Armoiries_Bourbon-Sicile.svg.png

image

Ferdinand de Bourbon-Siciles

Ferdinando Maria Andrea Alfonso Marco di Borbone

« Duc de Castro » et chef de la Maison royale des Bourbon des Deux-Siciles 1973-2008

principe delle Due Sicilie, duc de Castro

Né le 28 mai 1926 à  Maciejowice, en Mazovie (pedia.org/wiki/Pologne">Pologne

Décédé le 20 mars 2008 à Roquebrune-sur-Argens à l'âge de 81 ans

Incinéré à Naples (Italie)

Parents


 

Il épouse le 25 juillet 1949, à Giez, image Chantal de Chevron-Villette. Née le 10 janvier 1925 au Château du Bouillidou à Le Cannet des Maures (Var) - Décédée le 24 mai 2005 à Suresnes (92) à l'âge de 80 ans

 

matrimonioconchantal.JPG ma

avec qui il a eu :

 

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article

Forum


Image Hosted by ImageShack.us
louis XX 01

Image Hosted by ImageShack.us

 


capetiens
(Pierre-Yves Guilain)
Cercle de réflexion royaliste

Heraldique-Noblesse
Joinville et ses princes
Amis et passionnés du Père-Lachaise
Pere-Lachaise
lescimetières
Généalogie, cimetières, patrimoine parisien
graveyart: sur les cimetières parisiens (en hollandais)

Histoires des souverains d'Europe et images de leurs tombeaux 

kaisergruft

(site sur les sépultures des Habsbourg notamment sur la crypte des Capucins)

MAISON CIVILE DU ROI. (1)

d'après le Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France
Nicolas Viton de Saint-Allais (1773-1842)- Paris, 1816



Image Hosted by ImageShack.us

Introduction

  Accueil



Rois de France


Génobaud
roi Franc
(légendaire)
à la fin du IVe siècle
354-419
Sunnon
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
388-xxx
Marcomir
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
Pharamond
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs Saliens 

(légendaire)
ancêtre mythique des Mérovingiens
Clodion le Chevelu
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs saliens
428 - 448

Image Hosted by ImageShack.us
Duc des Francs saliens 
(incertain)
448 - 457
Childéric Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Duc et Roi des Francs saliens
457 - 481
Clodomir
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Orléans
511524
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Metz
(futur Austrasie)
511534
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie
511561
Roi des Francs
558561
Roi d'Austrasie
53454
Théodebald Ier
(Thibaut)
Roi d'Austrasie
548555
561567
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie 
Roi de Bourgogne
561592
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
561575
Roi d'Austrasie
Roi d'Austrasie
595 - 612
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Bourgogne
595613
Roi d'Austrasie
61261
sous la régence de Brunehilde
Roi de Bourgogne
Roi d'Austrasie
613
Roi de Neustrie
584629
Roi de Paris
595
629
Roi des Francs
613629
Roi des Francs (sans l'Aquitaine)
629639
Roi des Francs
632639
Caribert II
 Roi d'Aquitaine
629632
Roi de Neustrie, de Bourgogne
639657
Roi d'Austrasie
656657
Roi d'Austrasie
639656
Childebert III l'Adopté
Roi d'Austrasie
657662
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, de Bourgogne
65767






Roi d'Austrasie
662675
Occupe la Neustrie
673675







Roi de Neustrie
673691
Roi des Francs 

(en fait uniquement de Neustrie)
L'Austrasie étant aux mains
de Pépin de Herstal
679
691

Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, Bourgogne et Austrasie
675 - 676
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
676679
Clovis IV








Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
691695









Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
695711
Dagobert III









Roi des Francs de 711 à 715
Chilpéric II









roi des Francs de Neustrie et des Burgondes
de 715 à 719
puis de tous les Francs de 719 à 721.
C
lotaire IV


T
hierry IV









Childéric III
Image Hosted by ImageShack.us
roi des Francs, de Neustrie
de Bourgogne et d'Austrasie
de 743 à 751

************

 

 


Pépin III le Bref
Image Hosted by ImageShack.us
Carloman Ier
Image Hosted by ImageShack.us
C
harles Ier
dit Charles le Grand
CHARLEMAGNE

Image Hosted by ImageShack.us
Louis Ier dit le Pieux
ou «le Débonnaire»
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire II

Image Hosted by ImageShack.us
C
harles II dit le Chauve
Image Hosted by ImageShack.us
Louis II dit le Bègue
Image Hosted by ImageShack.us
Louis III de France
Image Hosted by ImageShack.us
C
arloman II de France
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Eudes Ier de France
Robertin
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Simple
Image Hosted by ImageShack.us

Robert le Fort
Image Hosted by ImageShack.us
Robert Ier de France

Image Hosted by ImageShack.us

Hugues le Grand
Image Hosted by ImageShack.us
Raoul Ier de France
aussi appelé Rodolphe

Image Hosted by ImageShack.us
Louis IV dit d'Outremer
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis V dit le Fainéant
Image Hosted by ImageShack.us
Dernier roi de la lignée
des Carolingiens
Image Hosted by ImageShack.us

H
ugues Capet
Image Hosted by ImageShack.us
Robert II le Pieux
Image Hosted by ImageShack.us
Hugues II de France
Image Hosted by ImageShack.us
(1007-1025)
Roi de France associé
1017 - 1025
Henri Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VI le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VII Le Jeune
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe II Auguste
Image Hosted by ImageShack.us

Louis VIII le Lion
Image Hosted by ImageShack.us

Louis IX (Saint Louis)
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe III de France
dit le Hardi
http://www.visite-de-rouen.com/images/philippe_3.jpg
Philippe IV le Bel
image
Louis X le Hutin
http://www.livois.com/phpgedview/media/Louis_X_le_Hutin.jpg
Jean Ier le Posthume

image






Philippe V
le Long
http://www.livois.com/phpgedview/media/Philippe_V_le_Long.jpg
Charles IV le Bel
http://www.livois.com/phpgedview/media/Charles_IV_le_Bel.jpg
Valois
Philippe VI le Fortuné
http://www.france-pittoresque.com/rois-france/img/philippe-VI.gif
Jean II le Bon
image
Charles V le Sage
http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0014/m502004_97de1712_p.jpg
Charles VI le Fol ou le Bien-Aimé
image
Charles VII le Victorieux
image
Louis XI de Valois
http://jargeau-tourisme.com/img/louis11.jpg
Charles VIII de Valois
image
Louis XII d'Orléans
image
François Ier d'Angoulème
image
Henri II d'Angoulème
image
François II d'Angoulème
image
Charles IX d'Angoulème
image
Henri III d'Angoulème
image