Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Médias

Réécoutez le dernier journal de

RCF Pays d’Aude

Image Hosted by ImageShack.us

  Curie Romaine
Liste des papes

Pape Liste des papes
Liste détaillée des papes
Liste des primats de l'Église copte orthodoxe
Liste des primats de l'Église apostolique arménienne

Cité du Vatican
http://www.vaticanstate.va/FR/homepage.htm

Vatican Site Officiel
http://www.vatican.va/phome_fr.htm
  Musées du Vatican
http://mv.vatican.va/StartNew_FR.html



http://imageshack.us/ 
* * * Dernières minutes . . . A F P . . .H2 News . . . La Croix . . .
http://imageshack.us/

http://news.google.fr/news?hl=fr&ned=fr&ie=UTF-8&q=site:eucharistiemisericor.free.fr&scoring=n
http://www.la-croix.com/afp.static/pages/index.religion.htm

 

 

 

 

 

 

     En direct
             de la
    Place Saint-Pierre
http://imageshack.us/ 
* * *  En direct de Rome  * * *


http://imageshack.us/
http://mediastream.vatican.va/mpeg4lan.sdp
http://www.sat2000.it/diretta/
http://www.oecumene.radiovaticana.org/fr1/index.asp
3
journaux en Français

        (8h15 - 13h - 18h)


http:///
http://www.tv-direct.fr/live_ktotv.php
http://www.lejourduseigneur.com/  

 Catholique TV
http://img410.imageshack.us/img410/81/tvcatholiquelyon.png
http://www.catholique.tv/

Gazettes & Sites Royaux

rois.jpg
 Ils sont tous là !
Ils nous regardent et nous racontent 14 siècles d'Histoire de France

 

26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 00:00
1361

empereur romain germanique

roi de Bohême

 Venceslas Ier du Saint-Empire
 empereur romain germanique 

1416

                                                 roi de Danemark
                                                        1440-1448
roi de Norvège 1442-1448
roi de Suède 1440-1448
Fichier:Christopher of Bavaria.jpg

 Christophe III

1619 

Francesco Morosini

108ème doge de Venise († 6 janvier 1694)

1714 
À Montpellier
Naissance de René Nicolas Charles Augustin de Maupeou, marquis de M orangles et de Bully et vicomte de Bruyères-le-Châtel, magistrat et homme d’État français issu de la noblesse de robe, président à mortier du Parlement de Paris (1737-1763), premier président (1768-1790), chancelier de France (1768-1790) et garde des sceaux (1768-1774)
Depuis le renvoi de Choiseul il devint l’homme fort du règne de Louis XV, dont il fut le principal soutien face à la rébellion des Parlements. Il poussa la réforme de la magistrature qui portait son nom pour mettre fin à ce défi du pouvoir royal avec le soutien intellectuel de Voltaire et la vive complaisance du Roi. Le Princes du sang, les gallicanes et les jansénistes s’y opposèrent à ce qu’ils dénoncèrent comme un « coup d’État ». Mais Louis XV soutint son ministre. Malheureusement, son successeur Louis XVI, mal conseillé par Maurepas, congédia Maupeou, lui retirant les sceaux, et mit à sa place le marquis de Miromesnil, réactionnaire borné et partisan des Parlements, qui furent rétablis. La monarchie perdait ainsi un de ses grands serviteurs et défenseurs et prenait la route du précipice dans lequel allait la précipiter la Révolution. Maupeou garda le titre de chancelier de France jusqu’à sa suppression en 1790. Il vécut dans la retraite jusqu’à son décès à Thuit en Normandie, le 29 juillet 1792.
 Alexandre III
 tsar de Russie († 11 novembre 1894).

1861

Ferdinand Ier
 tsar de Bulgarie 
 naissance à Vienne de Ferdinand Maximilien Charle...s Léopold Marie de Saxe-Cobourg-Gotha-Koháry, fils du prince August de Saxe-Cobourg-Gotha-Koháry, et de sa femme Clémentine d’Orléans (fille de Louis Philippe Ier des Français). Il était le neveu du roi Ferdinand II de Portugal, frère ainé de son père. Après la chute d’Alexandre de Battenberg, le premier prince régnant de la moderne Bulgarie, le prince Ferdinand fut élu comme son successeur en 1887 contre l’avis de la Russie. En 1908, le pays devint un royaume et le prince régnant fut proclamé tsar des Bulgares. Ferdinand Ier régna jusqu’au 3 octobre 1918, date à laquelle il abdiqua dans son fils Boris III pour sauver la monarchie face à la débâcle pour avoir choisi le camp des Empires centrales, les vaincus de la Grande Guerre. Ferdinand avait épousé en 1893 la princesse Marie-Louise de Bourbon de Parme, une des soeurs de l’impératrice Zita d’Autriche, au seul but d’assurer la continuité de sa dynastie (qui régnait alors aussi en Belgique et Portugal et allait régner au Royaume-Uni). Elle lui donna quatre enfants : Boris, qui succéda à son père comme le tsar Boris III ; Cyrille, prince de Preslav, régent du royaume à la mort de son frère ainé pour son neveu Siméon (et qui, sous l’accusation de collaboration avec les Nazis, sera fusillé par les communistes) ; la princesse Eudoxie, et la princesse Nadège, qui épousera en 1921 le prince héritier Albert de Wurtemberg. Veuf en 1899, Ferdinand convola à secondes noces avec la princesse Éléonore de Reuss-Köstritz en 1908. Ce mariage fut mixte car l’époux était un fervent catholique en tant que sa nouvelle femme était protestante. L’ex-tsar quitta la Bulgarie suite à son abdication et, à nouveau veuf, se retira à Cobourg où il décéda le 10 septembre 1948, âgé de 87 ans et ayant essuyé la douleur de perdre ses deux fils et voir le trône de son petit-fils renversé.


1909

Roi de Jordanie

1951–1952

 Talal
Roi de Jordanie († 7 juillet 1972).

1933
Cardinal

Lubomyr Husar
de l'Église catholique romaine
Image de Lubomyr Husar
 cardinal et primat de l'Église grecque-catholique ukrainienne.
de S. Sofia a Via Boccea
Blason de Lubomyr Husar
 
Naissance 26 février 1933 à Lviv (Ukraine)
Ordination
sacerdotale
30 mars 1958
Consécration
épiscopale
2 avril 1977 par le cardinal Josyf Slipyj
Évêque Évêque de Kyiv-Vyshhorod (Ukraine)
Évêque auxiliaire de Lviv (Ukraine)
Archevêque majeur de Lviv (Ukraine)
Archevêque majeur de Kiev (Ukraine)
Créé
cardinal
21 février 2001 par le pape Jean-Paul II



















































1936
Cardinal

José da Cruz Policarpo
de l'Église catholique romaine
http://www.aciprensa.com/Cardenales/images/policarpo.jpg
cardinal portugais, patriarche de Lisbonne.
de S. Antonio in Campo Marzio
http://www.araldicavaticana.com/fmPOLICARPO.jpg
« Per Obedientiam Ad Libertatem »
Naissance 26 février 1936 à Alvorninha (Portugal)
Ordination
sacerdotale
15 août 1961 par le cardinal Manuel Gonçalves Cerejeira
Consécration
épiscopale
29 juin 1978 par le cardinal António Ribeiro
Évêque Évêque auxiliaire de Lisbonne (Portugal)
Patriarche de Lisbonne
Créé
cardinal
21 février 2001 par le pape Jean-Paul II








































  1951

Description de cette image, également commentée ci-après

Carmen Martínez-Bordiú

(Carmen Martínez-Bordiú y Franco)
(María del Carmen Martínez-Bordiú)
(Maria del Carmen Esperanza Alejandra de la Santísima Trinidad Martínez-Bordiú)
(Marie du Carmel Martínez-Bordiú)

 

 


Parents

(témoin: Jacques de Bauffremont-Courtenay, duc de Bauffremont 1922-)

(Matrimonio annullato dalla Sacra Rota Apostolica 16.12.1986)

 divorcés


 


Louis de Bourbon et sa mère, Carmen Martinez-Bordiú
1946 
Archevêque de l'Église catholique

Robert Le Gall
Portrait de Robert Le Gall
évêque catholique français, bénédictin et archevêque de Toulouse.
Archevêque de Toulouse, Saint-Bertrand-de-Comminges et Rieux.
Blason de Robert Le Gall
« De Unitate Trinitatis »
Naissance 26 février 1946 à Saint-Hilaire-du-Harcouët (France)
Ordination
sacerdotale
24 août 1974 par Mgr Pierre Boussard
Consécration
épiscopale
6 janvier 2002 par le cardinal  Paul Poupard
Évêque Évêque de Mende
Archevêque de Toulouse
1954

Ernest-Auguste de Hanovre allemand.
image
(que les généalogistes appellent volontiers Prince Ernest-Auguste V de Hanovre)
Herzog von Braunschweig-Lüneburg, Prinz von Hannover, Prince of Great Britain et of Ireland, Duke of Cumberland
né à Hanovre le 26 février 1954.
Il est le fils du princeimage Ernest-Auguste IV de Hanovre (1914-1987), duc de Brunswick (Braunschweig) Prinz von Hannover  Né le 18 mars 1914 à Braunschweig - Décédé le 9 décembre 1987 au Château de Callenberg à l'âge de 73 anset Lunebourg (Lüneburg)
et de la princesseimage Ortrude de Schleswig-Holstein (1925-1980), princesse de Schleswig-Holstein ( Prinzessin von Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg) Née le 19 décembre 1925 à Flensbourg - Décédée le 6 février 1980 à Calenberg à l'âge de 54 ans



1957
 Hervé Giraud
évêque catholique français, évêque de Soissons.
Évêque de l’Église catholique
 
                                              Hervé Giraud
http://lyon.catholique.fr/IMG/arton2570.jpg
 
Blason de Hervé Giraud
« Ressuscités avec le Christ »
Naissance 26 février 1957 à Tournon (France)
Ordination
sacerdotale
22 septembre 1985 par Mgr Jean Hermil
Consécration
épiscopale
25 mai 2003 par le cardinal Philippe Barbarin
Évêque Évêque auxiliaire de Lyon
Évêque de Soissons
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 00:00

1076
Godefroy III le Bossu

Godefroy III d'Ardennes

duc de Basse-Lotharingie de 1069 à 1076

Il était fils de Godefroy II le Barbu, duc de Haute-Lotharingie puis de Basse-Lotharingie, et de Doda.


mort le 27 février 1076,

Il succéda à son père et épousa, en 1069, Mathilde de Toscane, fille de Boniface III de Toscane, marquis de Toscane, et de Béatrice de Bar, laquelle veuve, s'était remariée avec Godefroy II le Barbu.

Ils n'eurent qu'une fille, Béatrice (1071 † 1071)

Ce mariage fut un échec : dès 1071, les époux vivaient séparés.

Dans la querelle des Investitures, Mathilde était partisane du pape Grégoire VII (parti guelfe), tandis que Godefroy soutenait l'empereur germanique Henri IV (parti gibelin).

Il combattit le duc de Saxe en 1075 pour le compte de l'empereur. En 1076, il soutient l'évêque d'Utrecht attaqué par son vassal Thierry V, comte de Hollande, et par Robert le Frison, comte de Flandre et fut assassiné alors qu'il s'apprêtait à livrer combat au bord de l'Escaut. Sans postérité et malgré l'opposition de Mathilde, il avait désigné pour lui succéder son neveu Godefroy de Bouillon, mais l'empereur préfera nommer son fils Conrad, et Godefroy de Bouillon ne put avoir la Basse-Lotharingie qu'en 1089.

 

1154

180px-Martorana_RogerII.jpg

Roger II

roi de Sicile

Rogert of Sicily

Inhumé dans la Palermo Cathedral
à Palerme en Sicile

1266

150px-Manfred_Crowned.jpg

 Manfred Ier de Sicile

(Manfred de Hohenstaufen)

 roi de Sicile

1275

Margaret Plantagenêt

Née le 29 septembre 1240 - Décédée en février 1275 à l'âge de 34 ans
Inhumée à Dunfermline Abbey  à Dunfermline (West of Edinburgh) Ecosse

Parents

1289

300px-Tombeau_de_Przemko.jpg

Przemko de Ścinawa

duc de Silésie.

1525

180px-Cuauhtemoc_monument_at_Zocalo.jpg

Cuauhtémoc

empereur aztèque.


1548

Lorenzino de Médicis

 

homme politique, écrivain et dramaturge appartenant à la famille florentine des Médicis

dit Lorenzaccio

  homme politique, écrivain et dramaturge appartenant à la famille florentine des Médicis, qui fut mêlé aux intrigues et complots qui secouèrent cette grande famille à l'époque de la Renaissance.


1577

Erik XIV de Suède

180px-Eric_XIV_of_Sweden.jpg

roi de Suède

Eric XIV

Inhumé à Västerås domkyrka en Suède

Maria DE HABSBOURG
21 juin 1528 - 26 février 1603 à l'âge de 74 ans

1635
Anne DE CROY
5ème duchesse d'Arschot (1612)

 princesse héritière de Chimay



4 mai 1563 à Beaumont

 26 février 1635 à Enghien à l'âge de 71 ans

Parents


Les mentions de cette maladie, "rougeole" se multiplient sous la plume de Dangeau: M. de Seignelay est emporté brutalement à Paris "d'une maladie de venin"

" on croyait que ce n'était au plus qu'une légère rougeole; après sa mort on l'a trouvé tout couvert de pourpre"

marquis de Seignelay, de Blainville et de Lonray, seigneur d'Ormoy, de Ligny et de Darnetal
(Marie Jean-Baptiste Colbert)

Parents

Parrain et marraine


  1930

Cardinal
48px-Berretta_cardinalizia.png
Rafael Merry del Val
de l'Église catholique romaine
Image de Rafael Merry del Val
 cardinal, ancien secrétaire d'État de la Curie romaine
Cardinal-prêtre
de S. Prassede
Blason de Rafael Merry del Val
 
Naissance 10 octobre 1865 à Londres 
Ordination
sacerdotale
30 octobre 1888
Consécration
épiscopale
6 mai 1900 par le cardinal Mariano Rampolla del Tindaro
Évêque Président de l'Académie pontificale ecclésiastique
Secrétaire de la Secrétairerie d'État
Secrétaire de la Congrégation du Saint-Office
Créé
cardinal
9 novembre 1903 par le pape Pie X
Décès 26 février 1930




















































1933
Alexandre ROMANOV-HOLSTEIN-GOTTROP
image
grand-duc de Russie
13 avril 1866 - 26 février 1933 à l'âge de 66 ans

Parents


 Thyra de Danemark

princesse héritière de Hanovre

thyrahertugindecumberland.jpg

La princesse Thyra, Amelie, Caroline, Charlotte, Anne de Danemark est née le 29 septembre 1853, au Palais Jaune de Copenhague où résidaient le roi Christian IX et la reine Louise, née princesse de Hesse-Kassel avant de régner sur le Danemark. Thyra est leur troisième fille et cinquième enfant.

Son enfance fut monotone et solitaire car sa fratrie avait rapidementarrow-10x10.png quitté le foyer. Son frère Guillaume fut élu roi de Grèce quand elle avait 10 ans; Alexandra fut mariée à Edward, prince de Galles à ses 9 ans et Dagmar au futur tsar Alexandre III quand elle avait 13 ans.

 

Princessthyradenmark.jpg

Ses soeurs Dagmar et Alexandra ayant épousé les héritiers du trône de Russie et d’Angleterre, on voulut la marier au roi Guillaume III des Pays Bas, mais la princesse Thyra s’y opposa car il avait 36 ans de plus qu’elle.

En 1871, à 18 ans, elle tomba enceinte d’un lieutenant des hussards de la garde royale. Elle fut envoyée à l’étranger, sa mère la reine Louise l’accompagna dans ce qui était présenté comme un voyage royal officiel, avec visites de la famille. Puis la presse danoise parla de « jaunisse » pour expliquer son isolement ante et post-partum. Le 8 novembre 1871, elle donna naissance à une fille, Maria, en secret.

Selon les sources historiques, la naissance eut lieu en Grèce où régnait son frère le roi George 1er, ou au château de Glücksburg en Allemagne (la dernière source semble plus fiable car il s’agit du Musée de Frederiksborg).

La petite fille fut rapidementarrow-10x10.png adoptée par un couple de danois de Odense, selon la volonté de Thyra , et renommée Kate.

tumblr_lnauxerNq81qcfftgo1_1280.jpg

Le père de l’enfant, Vilhelm Frimann Marcher se suicida en janvier 1872, juste après une confrontation houleuse avec le roi. Cette affaire ne fut révélée qu’en 1975 dans le livre « La Maison de Glücksburg » de Bo Bramsen, et dans un documentaire en 2003.

Thyra était déprimée, son retour fut alors retardé à mars 1872. Le roi Christian IX et Valdemar, le frère de Thyra, les rejoignirent et effectuèrent avec elles une partie du voyage du retour, avec un arrêt de 3 semaines à Rome, où Thyra rencontra une première fois son futur mari, dont elle tomba déjà amoureuse.

Les années qui suivirent, la reine Louise reprit sa recherche d’un mari convenable pour sa fille. Le prince Arthur du Royaume-Uni fut une sérieuse option mais ce n’était alors pas le grand amour entre la reine Victoria et la famille royale danoise.

Finalement, la cas du duc Ernst August de Cumberland, que Thyra avait rencontré à Rome, fut étudié de près.

Il n’avait plus le trône de Hanovre, perdu par son père George V de Hanovre en 1866 quand la Prusse envahit le pays, l’annexa et s’empara de l’argent de la famille royale car Hanovre avait refusé de s’allier à la Prusse dans la guerre austro-prussienne.

De plus, il était qualifié de laid, avec un nez de boxer, et maladroit. Cependant, il était gentil et simple comme la princesse Thyra, qui avait été élevée dans la simplicité.

Au niveau politique, cette union pouvait contrarier les relations déjà tendues entre le Danemark et la Prusse. Le chancelier Bismarck craignait que les Hanovre ne regagnent de leur influence perdue grâce à cette alliance. Les Danois avaient perdu le Duché de Schleswig-Holstein lors de la « guerre des duchés » de 1864 et auraient souhaité le regagner sans contrarier les prussiens.

unnamed

Cependant, Alexandra princesse de Galles voulut encourager cette romance et organisa une rencontre secrète entre Thyra et Ernst-August en 1878 à Francfort. De plus, malgré les difficultés, Christian IX était heureux de laisser sa fille Thyra, celle qu’il surnommait « ma bonne fille », faire un mariage d’amour.

Enfin, en 1878, Thyra se maria au duc Ernst August II de Hanovre, 3ème duc de Cumberland et Teviotdale, dans la chapelle royale de Christiansborg à Copenhague.

Ce fut un mariage simple car le roi Christian IX venait de perdrearrow-10x10.png son plus jeune frère et le roi Georg V de Hanovre, père du marié, était décédé en juillet à Paris.

Le prince de Galles, beau-frère de Thyra, envoya un représentant car il venait de perdrearrow-10x10.png sa soeur Alice, grande-duchesse de Hesse et du Rhin .

Les monarques renversés élurent domicile en Autriche et s’installèrent à Gmunden, le choix de son mari étant d’établir une alliance anti-prusse.

hm4_1_143_3_big.jpg

De cette union naquirent 6 enfants en 9 ans :  Louise (1879-1948 ) épouse en 1900 Maximilien Margave de Bade , dernier chancelier de l’Empire allemand; Georges (1880-1912 ), comte d’Armagh; Alexandra (1882-1963) épouse en 1904 Frederic-Francois IV, grand-duc de Mecklembourg-Schwerin; Olga (1884-1958 ), Christian (1885-1901) et Ernst-August III (1887-1953), duc régnant de Brunswick de 1913 à 1918, épouse en 1913 Victoria-Louise de Prusse.

Parmi ses descendants se trouvent l’actuel chef de la maison de Hanovre ainsi que la reine Sofia d’Espagne et l’ancien roi de Grèce, Constantin II .

unnamed20

Le couple fut plutôt heureux, Thyra avait parfois des tendances dépressives; elle eut la douleur de perdrearrow-10x10.png 2 de ses fils, Georges et Christian (morts à 32 ans et 16 ans). Ils vécurent une vie simple et isolée à Gmunden, se considérant comme des monarques en exil.

Thyra vivait éloignée de ses soeurs, l’éloignement empira quand leur fils aîné se maria avec la fille unique de l’empereur d’Allemagne Guillaume II, les Danois anti-allemands prirent ce mariage pour une trahison.

unnamed23

Ils étaient parfois présents aux réunions annuelles de la famille royale du Danemark à Fredensborg à la fin de l’été. Elles étaient connues sous le nom « Jours à Fredensborg », ces vacances étaient purement familiales mais les contemporains pensaient que le Danemark était devenu le Centre de l’Europe politique. Le chancelier de Prusse Otto Von Bismark appelait Fredensborg « la galerie des princes de l’Europe ».

Entre 1883 et 1886, la peintre danois Laurits Tuxen a immortalisé ces réunions familiales dans le célèbre tableau réunissant Christian IX et ses descendants. Thyra est debout juste derrière la reine Louise (assise), avec sa fille Alexandra dans les bras.

f33cf3e5c979914568db0118beba2d98.jpg

La princesse Thyra, née princesse de Danemark issue de la maison de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksburg. Elle épouse le fils ainé du roi de Hanovre, Ernst-August, arrière-petit-fils du roi George III du Royaume-Uni.

tumblr_lz27zgGbef1qcfftgo1_1280.jpg

Par son mariage elle devient, comme sa sœur Alexandra, princesse de Grande-Bretagne et d’Irlande. La loi salique ayant empêché la reine Victoria de rafler le trône de Hanovre, le titre revint alors à son oncle, le duc de Cumberland et grand-père de Ernst-August.

La princesse Thyra mourut à l’âge de 79 ans à Gmuden, en Autriche, le 26 février 1933.

1961
200px-Mohammed_V_Morocco_1957.lowres.jpe

Mohammed V du Maroc
 roi du Maroc
220px-Inside_Mohammed_V_mausoleum.jpg
Le mausolée de Mohammed V

Le 26 février 1961 le roi Mohammed V était endormi dans la clinique du palais à Rabat, pour subir une banale intervention sur la cloison nasale. Il ne devait jamais se réveiller.

ort

Mohammed V : le Maroc sous le choc de sa mort

Avril 1954 : Mohammed V est en exil à Madagascar. Le roi a posé avec six de ses sept en enfants chez un photographe local. De gauche à droite : Aïcha, Hassan, futur roi Hassan II, Malika, Abdellah, et Nezha. Sur les genoux du patriarche, la plus jeune des princesses, Amina.

2000
giovanna.0.di_savoia_carignano

Giovanna di Savoia-Carignano

(Giovanna Elisabetta Antonia Romana Maria di Savoia-Carignano)

Parents


giovannadibulgaria.JPG

Hommage à la reine Giovanna de Bulgarie (2010)

hommagegiovanna.jpg

En la Basilique Saint François à Assise, le roi Siméon, la reine Margarita et la princesse Marie Louise de Bulgarie ont assisté à une messe en mémoire de la reine Giovanna décédée il y a 10 ans.

Née princesse Giovanna de Savoie, fille du roi Victor Emanuele III d’Italie et de la reine Elena, née pricnesse de Monténégro, elle épousa en 1930 à Assise le roi Boris III de Bulgarie.

De cette union sont nés le roi Siméon et la princesse Marie Louise.

Le reine Giovanna s’est éteinte le 26 février 2000 à Estoril au Portugal.

Conformément à ses dernières volontés, elle a été inhumée en la Basilique d’Assise.

 A l’occasion du 10ème anniversaire de son décès, un ouvrage a également été édité.

2007
Bernard JACQUELINE

http://www.whoswho.fr/photobio-bernard-jacqueline_6734_M.jpg
13 mars 1918 - 26 février 2007 à l'âge de 88 ans

(Saint-Lô, 18 mars 1918 - id., 26 février 2007)
 prélat et historien normand, nonce apostolique en Afrique.
 Il était archevêque titulaire d'Abbir Majus et membre correspondant de l'Institut, docteur en droit canonique et docteur ès lettres, lauréat de l'Académie française.

http://www.carnetdujour.publiprint.fr/media/images/top/header.gif

Mme Carl de BAZELAIRE de SAULCY

2009

Anne de Saint-Exupéry de Castillon

Parents



comte de MAUSSION du BOIS de TERTU

Frédéric Robert de Maussion-Tertu

Parents



Déodat, vicomte du PUY-MONTBRUN
colonel Déodat du PUY-MONTBRUN
Grand-croix de la Légion d'honneur.
  • Médaille militaire
  • Croix de guerre 1939-1945
  • Croix de guerre des TOE
  • Croix de la Valeur militaire
  • 19 citations
  • Médaille de la Résistance française avec rosette
  • Médaille des évadés
  • Croix du combattant volontaire 1939-1945
  • Croix du combattant volontaire de la Résistance
Né en 1919
 Décédé le 23 février 2009  à l'Institut national des Invalides à Paris à l'âge de 90 ans

Parents



Mme Philippe REMY de CAMPEAU

200

Catherine Bertrand

Née en 1946  Décédée le 24 février 2009 à l'âge de 63 ans



Souvenir
1er anniversaire

vicomte Paul de SAINT HIPPOLYTE

Parents


2009

comtesse Didier de MONTBRON

2009
Une messe sera célébrée le samedi 20 mars, à 12 h 10, en l'église de la Sainte-Trinité de Paris (9 e )
 à l'intention de
S.A.S. Marie Christiane princesse de LIECHTENSTEIN marquise de ROYS
décédée le 26 février 2009.

2010

madeleine.0.de_guigne

Madeleine de Guigné


Parents

Ses neveux, petits-neveux et arrière-petits-neveux, Mme Michèle Penet, Mme Françoise Aimé
ont la tristesse de faire part du rappel à Dieu de
Mlle de GUIGNÉ
le 26 février 2010, dans sa quatre-vingt-dix-septième année.
La messe de funérailles sera célébrée le jeudi 4 mars, à 15 heures, dans la chapelle de la Famille Missionnaire de Notre Dame, 16 avenue Isola Bella, à Cannes (Alpes-Maritimes).
L'inhumation aura lieu le vendredi 5 mars, à 14 h 30, au cimetière ancien du chef-lieu, à Annecy-le-Vieux (Haute-Savoie)


2010
Le vicomte et la vicomtesse Raoul des François de Ponchalon, M. et Mme (†) Christian Mac Lure Renwick, le baron et la baronne Jean de Bretizel, le baron et la baronne Guillaume de Bretizel, Baptiste, Paul, Gabriel (†), ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-fils,
ont la tristesse de vous faire part du retour à Dieu du

vicomte Henri Maurice des FRANÇOIS de PONCHALON

le 26 février 2010, dans sa 97 e année, muni des sacrements de l'Église.
La messe d'obsèques sera célébrée en l'église Saint-Jean-Baptiste de Neuilly-sur-Seine, le mercredi 3 mars, à 14 h 30. L'inhumation aura lieu le jeudi 4 mars, à 10 heures, au cimetière de Saint-Cast (Côtes d'Armor).
Seigneur, donne lui le repos éternel.

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 00:01

 

Le 25 février est le 56ejour de l'année du calendrier grégorien


Il reste 309 jours avant la fin de l'année 


310 jours si l'année est bissextile


C'était généralement le jour de l'alaterne, 7e jour du mois de ventôse, dans le calendrier républicain français

Signe du zodiaque : 7e jour du signe astrologique des Poissons.

Célébrations

Saints chrétiens 



Martyrologe pour le vingt-cinquième jour de février


 

L'an 369, saint Césaire, frère de saint Grégoire de Nazianze.

 

Médecin à la cour impériale sous Julien l'Apostat, et encore

 

catéchumène, il échappa à la mort lors d'un tremblement de terre ; il

 

demanda alors le baptême  et mourut peu après.


 

A Heidenheim, au VIIIe siècle, sainte Walburge, abbesse.

 

Elle est la patronne de plusieurs grandes villes de Belgique, Bruges et

 

Ypres  notamment.


 

Au début du IXe siècle, saint Taraise.

 

Il était secrétaire d'état de l'impératrice Irène, et encore laïc, quand il

 

fut élu au  siège patriarcal de Constantinople.

 

Il professa une grande vénération pour les saintes icônes.


 

 

En 1116, le bienheureux Robert d'Arbrissel.


 

Parcourant la Bretagne, le Maine et l'Anjou, ce prêtre cultivé et austère

 

entraîna  à sa suite une foule de disciples qu'il groupa d'abord dans la

 

forêt de Craon    (Cran), puis fixa à Fontevrault.


 

Il plaça son Ordre monastique sous l'autorité de Notre-Dame du

 

Calvaire, vocable repris, au XVIIe siècle par une nouvelle

 

Congrégation bénédictine.


 

Saint Robert d'Arbrissel Moine, fondateur de Fontevraud (+ 1116)

180px-Robert_of_Arbrissel.jpg
Cliquez pour entendre

Robert d'Arbrissel, sur une fresque du XIXe siècle.

Robert d’Arbrissel, né vers 1047 dans le village d’Arbrissel (actuel département d'Ille-et-Vilaine) dans le diocèse de Rennes en Bretagne et mort au Prieuré d'Orsan (Cher), probablement autour de 1117, est un ermite et moine breton.


Prêcheur itinérant, reconnu par le pape Urbain II, il suit une pratique érémitique extrême.

 

Il est le fondateur des abbayes de Fontevraud et de la Roë et de l'ordre de Fontevraud.


Ses exigences spirituelles et sa conduite lui créeront des difficultés pendant toute sa vie et bloqueront les tentatives de canonisation au XVIIe siècle.

 

Les historiens contemporains se disputent encore sur le sens de son action, le décrivant tour à tour comme un précurseur du féminisme, un défenseur des pauvres, un réformateur exigeant.

Origine familiale et formation 

200px-Arbrissel_Eglise_20070408.jpg

L'église Notre-Dame d'Arbrissel - XIe et XIIe



Le père de Robert d’Arbrissel, un prêtre nommé Damalioch1, était descendant probable des Bretons venus de Grande-Bretagne et installés aux lisières romanes de l’Armorique


Robert, dont la date d'ordination est inconnue, aurait succédé à son père dans la charge de recteur d’Arbrissel et aurait comme lui vécu avec une femme (ce n'est qu'au premier concile du Latran de 1123 que le mariage et le concubinage des prêtres ont été interdits)


Compromis dans l’élection jugée irrégulière de Sylvestre de la Guerche comme évêque de Rennes en 1076 puis déposé en 1078, il s’exile à Paris.


Il y suit les enseignements théologiques, peut-être d'Anselme de Laon2

 

Il y est reçu docteur en théologie et devient un ardent partisan de la réforme grégorienne, promue par le pape Grégoire VII.

Réformateur du diocèse de Rennes

Son évêque, Sylvestre de la Guerche, rétabli sur son siège en 1089, l'appelle auprès de lui pour le seconder dans son effort de moralisation du clergé breton et lui confère les dignités d'archiprêtre et d'official.

 

Dans ce nouveau rôle, il devient un exigeant opposant à la simonie, l'incontinence et les autres vices de son clergé.


Après avoir travaillé pendant quatre ans à l'extirpation de ces désordres, Robert se voit exposé, avec la mort de l'évêque en 1093, au ressentiment des ecclésiastiques qu'il a humiliés.

 

Marbode, successeur de la Guerche, qui apparemment n'aime pas autant que celui-ci les réformateurs, le laisse partir pour Angers, où il va enseigner la théologie.

 

Il s'y lie avec Geoffroy, abbé deVendôme qui apprécie ses qualités intellectuelles et religieuses

Ermite dans la forêt de Craon en Anjou 

Vers 1095, Robert d'Arbrissel fait siens les principes de pauvreté prônés par Grégoire VII et, cédant à son goût pour la vie solitaire, va vivre en ermite dans la forêt de Craon, en Anjou, à proximité de la Bretagne.


L'évêque d'Angers, Geoffroy de Mayenne, le reçoit en audience avec Renaud Ier de Craon, fils de Robert le Bourguignon, seigneur de Craon, et ses fils.

 

C'est là qu'a lieu la concession de sept masures dans la forêt où les chanoines peuvent s'établir.

Création de l'abbaye de la Roë 

Article détaillé : Abbaye de la Roë.

Il est bientôt entouré d'une foule d'anachorètes attirés par la renommée de ses vertus et de la sainte austérité de sa vie.

 

D'ermites, ils deviennent cénobites sous la direction de leur chef, qui leur donne la règle des chanoines réguliers récemment réformée et refondue par Yves de Chartres.


Sa réputation de sainteté se répand et de nombreux clercs et laïcs le rejoignent, ce qui conduit à créer des logements qui deviennent l’Abbaye de la Roë.

 

Il les partage en trois colonies, se charge d'en gouverner une, et confie les autres à Vital de Savigny et Raoul de La Futaie.

 

À Craon il rencontre également d'autres ermites de la région comme saint Alleaume ou Bernard de Tiron.

Le prêcheur 

Le 11 février 1096, le pape Urbain II, qui a lancé, un an auparavant, l’appel à la première croisade, est à Angers, accompagné de nombreux prélats, Hugues de Bourgogne, archevêque de Lyon, Amat d’Oloron, archevêque de Bordeaux, Yves de Chartres, évêque de Chartres, Hoël, évêque du Mans, et des plus nobles seigneurs de la région.


Robert d'Arbrissel est aussi présent dans cette assemblée.

 

Il a prêché la veille devant le pape à la consécration de l'église Saint-Nicolas de Craon.

 

Urbain II apprécie tellement ses sermons qu'il lui confère le titre de prédicateur apostolique, avec la permission de prêcher per universum mundum.


En 1100, Robert assiste au concile de Poitiers en compagnie de Bernard de Tiron.

Fondation de l'abbaye et de l'ordre de Fontevraud

Réformateur religieux et itinérant avec le soutien du pape, Robert d'Arbrissel se retrouve à la tête d'un groupe de plusieurs centaines de personnes, à majorité féminine.

 

Il sillonne l'Anjou, le Maine et même la Normandie, où il convainc même, à Rouen, des prostituées (terme ici ecclésiastique désignant les femmes de prêtres chassées du presbytère suite au célibat des prêtres institué par le deuxième concile du Latran3) à venir le rejoindre4

 


En 1101, avec l'aide de Pierre II, évêque de Poitiers, Robert d'Arbrissel installe sa communauté mixte, en Anjou, dans une enclave appartenant au diocèse de Poitiers, au fond du vallon de Fontevraud, proche de Saumur à côté de la source fons Ebraldi.

« Cependant, voyant augmenter la foule de ceux qui le suivaient, il décida, pour éviter tout acte inconsidéré, et puisqu'il importait que les femmes habitassent avec les hommes, de rechercher un lieu où ils pussent vivre sans scandale et de trouver un désert, s'il en rencontrait. Or, il y avait un lieu, inculte et aride, planté de buissons épineux, appelé Fontevraud depuis les temps anciens... »

— Baudri de Bourgueil, évêque de Dol de Bretagne, Vie du bienheureux Robert d'Arbrissel

Il commence à organiser la vie communautaire en fixant son groupe.

 

Les fondations du monastère sont entreprises aussitôt.

 

Le premier protecteur est le seigneur de Montsoreau, dont le château est tout proche.

 

Le rayonnement du fondateur, apparaissant comme un féministe avant la lettre, y attire de nombreuses femmes nobles dont la duchesse de Bretagne, Ermengarde d'Anjou, qui y fait venir son frère, le duc d'Anjou, Foulque V d'Anjou, lequel favorise l'établissement par ses dons.


Il s'agit d'un monastère double et non mixte, c'est-à-dire que Robert s'engage à ce qu'à aucun moment il n'y ait de contact entre un moine et une moniale. Il répartit ses adeptes en quatre lieux distincts: le Grand-Moustier avec les contemplatives, des moniales de chœur, Sainte-Marie Madeleine avec des sœurs converses, des femmes ayant vécu dans le siècle, Saint-Jean-l'Habit pour les moines et Saint-Lazare pour les sœurs qui soigneront les lépreux qui seront, eux, hébergés à l'extérieur. Les contemplatives se consacrent à l'office divin (prières) les sœurs converses et les moines au travail à leur profit (seuls les moines pourront dire la messe)


La fondation rencontre un grand succès. On atteindra très vite 300 moniales de chœur. Cependant, Robert, qui dirige l'ensemble mais sans prendre le titre d'abbé, continue de fréquenter les différents lieux du monastère et notamment, s'entretient en privé avec les femmes. Il pratique à ces occasions le syneisaktisme, pratique ascétique que lui reproche dans sa lettre Geoffroy, abbé de la Trinité de Vendôme, vers 1106-11075,6.

Retour à la prédication 

Lorsqu'il croit que son établissement peut se passer de lui, il reprend son premier emploi de prédicateur ambulant, parcourt la France, exhortant les riches à la charité, les pauvres à l'humilité, les femmes à la continence, et les hommes à l'amour de Dieu. Il assiste, en 1104, au concile de Beaugency, et prend place parmi les prélats. L'évêque de Poitiers est si satisfait de sa doctrine et des lois qu'il donne à ses disciples, qu'il sollicite auprès du Saint-Siège les bulles de confirmation ; et, en les délivrant, le pape Pascal II déclare qu'il prend cet ordre sous sa protection spéciale.

La fin de sa vie

En 1115, sentant sa fin proche, Robert d'Arbrissel fixe les statuts de Fontevraud avec les moniales. Il convoque les évêques et les abbés afin de pouvoir faire nommer et reconnaître la nomination d'une abbesse à la tête de l'abbaye. La décision est avalisée et la même année est nommée une jeune femme d'origine noble, Pétronille de Chemillé.


La même année, il fait donner à son ami Géraud de Salles, les terres pour fonder l'abbaye de Cadouin, en présence du duc d'Anjou Foulque V et de personnalités angevines et poitevines7.


C'est au milieu de ses travaux apostoliques que Robert tombe malade ; il est obligé de s'arrêter au prieuré d'Orsan, diocèse de Bourges dans le Berry. Il y meurt le 25 février 1116, léguant son cœur à Orsan et son corps à Fontevraud. L'archevêque de Bourges, son clergé, la noblesse des environs et une foule de laïcs, accompagnent son corps jusqu'à l'abbaye de Fontevraud, où on lui fait des obsèques solennelles.

Postérité

Son tombeau et son épitaphe 

En 1655, Jeanne-Baptiste de Bourbon, abbesse de Fontevraud, fille légitimée d'Henri IV et de Charlotte des Essarts, comtesse de Romorantin, sœur naturelle de Louis XIII, dernière abbesse de la famille des Bourbon, fit placer les restes de Robert dans un superbe tombeau de marbre, sur lequel on lisait l'épitaphe qu'Hildebert, évêque du Mans, avait faite en son honneur, et dont voici quelques vers :

« Attrivit lorica laïus, silis arida fauces, Dura famés stomacbum, lumina cura vigil. Induisit raro requiem sibi, rarius eseam. Gultura pascebat graraiue, corda Deo. Legibus est subjecta carq dominas rationis ; Et sapor unus ei, sed sapor ille Deus. »

  1. Jean-Marc Bienvenu, L'étonnant fondateur de Fontevraud, Robert d'Arbrissel [archive], Nouvelles Éditions Latines, 1981, p. 17
  2. Jean-Marc Bienvenu, op. cit., p. 20
  3. André Vauchez, « L'Église et le mariage des prêtres », dans L'Histoire, n° 185, p. 58
  4. Jacques Dalarun, Les deux vies de Robert d'Arbrissel, fondateur de Fontevraud: légendes, écrits et témoignages, Éditions Brepols, Turnhout, Belgique, 2007
  5. Jacques Dalarun, Robert d'Arbrissel ou l'impossible sainteté, p. 71-80
  6. La Lettre volée, le sens de la lettre : les reproches de Geoffroy à Robert [archive]
  7. Revue 303, n°67, L'Abbaye de Fontevraud, réédition de 2008

Bibliographie 

Bibliographie moderne 

  • Jacques Dalarun, Les deux vies de Robert d'Arbrissel, fondateur de Fontevraud: légendes, écrits et témoignages, éd. Brepols, 2007, édition bilingue français et anglais, 772 p. (ISBN 2503524192)
  • Jacques Dalarun, Robert d'Arbrissel ou l'impossible sainteté, éd. Albin-Michel, 1986, 226 p. (ISBN 2226026282)
  • Jacqueline Martin-Bagnaudez, Petite vie de Robert d'Arbrissel, éd. Desclée de Brouwer, 2008, coll. Petites vies (ISBN 2220060349)
  • Jean-Marc Bienvenu, L'Étonnant fondateur de Fontevraud, Robert d'Arbrissel, Nouvelles Éditions latines, 1981 (ISBN 2723301494).
  • Genèse d'une abbaye canoniale, Notre-Dame de La Roë au tournant des années 1100 (analyse et édition critique des actes du cartulaire de La Roë des années 1096-1102/1105), Jean Bienvenu, mémoire de maîtrise sous la direction d'Olivier Guillot, UCO, Angers, 1989, publié dans La Mayenne, Archéologie, Histoire, n°14, 1991, bulletin de la Société d'archéologie et d'histoire de la Mayenne ; mémoire également consultable sur le blog de l'auteur : http://mes-recherches-en-histoire-medievale.over-blog.com/
  • Hervé Oudart, « Robert d'Arbrissel magister dans le récit de Baudri de Dol », in Ermites de France et d'Italie XIe-XVe siècle, collection de l'École française de Rome, n°313, déc. 2003, p. 137-154, sous la direction d'André Vauchez ; article également consultable sur le site de casalini digital division : http://digital.casalini.it/efr

Articles scientifiques 

  • Dédales de la création historique : Robert d'Arbrissel vu par Michelet, Jacques Dalarun, Revue Persée, n°48, 1985
  • Colloque international Robert d'Arbrissel (1045-1116) et le monde de son temps, 9-11 juin 1988
  • Genèse d'une abbaye canoniale, Notre-Dame de La Roë au tournant des années 1100 (analyse et édition critique des actes du cartulaire de La Roë des années 1096-1102/1105), Jean Bienvenu, mémoire de maîtrise sous la direction d'Olivier Guillot, UCO, Angers, 1989, publié dans La Mayenne, Archéologie, Histoire, n°14, 1991, bulletin de la Société d'Archéologie et d'Histoire de la Mayenne ; mémoire également consultable sur le blog de l'auteur: http://mes-recherches-en-histoire-medievale.over-blog.com/
  • Hervé Oudart, « Robert d'Arbrissel magister dans le récit de Baudri de Dol », in Ermites de France et d'Italie XIe-XVe siècle, collection de l'École française de Rome, n°313, déc. 2003, p. 137-154, sous la direction d'André Vauchez ; article également consultable sur le site de casalini digital division : http://digital.casalini.it/efr

Bibliographie ancienne 

  • Vita Roberti, in « Patrologia Latina », CLXII, 1050, hagiographie rédigée par Baldéric, au XIIème siècle, repris dans La Vie du bienheureux Robert d'Arbrissel, fondateur de l'ordre de Fontevraud (par Baldéric, traduite par Sébastien Ganot). - Les Maximes de la vie spirituelle tirées de la vie de l'esprit et de la conduite du bienheureux Robert d'Arbrissel,... La Flèche, G. Griveau, 1648.
  • Dissertation apologétique pour le bienheureux Robert d'Arbrissel, sur ce qu'en a dit M. Bayle dans son Dictionnaire, Père de Soris, Anvers, 1701
  • Le Fondateur de l'ordre de Fontevrault, Robert d'Arbrissel. Un apôtre du XIe siècle, son temps, sa vie, ses disciples, son œuvre par le colonel L. Picard, Louis-Auguste Picard, éd. Girouard et Richou, (1932)

Confesseur.
Parcourant la Bretagne, le Maine et l'Anjou, ce prêtre cultivé et austère entraîna à sa suite une foule de disciples qu'il regroupa d'abord dans la forêt de Craon, puis il fonda l'abbaye de Fontevrault dans le Val de Loire.
Il plaça son Ordre monastique sous le vocable de Notre-Dame du Calvaire. A sa mort, l'Ordre comptait une cinquantaine de maisons.

Autre biographie:
En 1116, meurt en France Robert d’Arbrissel, ermite, prédicateur itinérant et fondateur de l’Ordre de Fontevraud.
Né à Arbrissel, en Bretagne, dans le diocèse de Rennes, vers la moitié du XIè siècle, Robert a pleinement pris part aux contradictions envers l’Évangile qui caractérisaient l’Église de son époque. Mais, s’étant rendu à Paris pour y étudier, il fut marqué par les exigences de réforme qui se profilaient dans l’Église et commença alors un authentique chemin de conversion
De retour dans son diocèse, son changement ne fut guère apprécié ; il fut contraint d’aller vivre en solitude.
Théologien érudit, doué d’une éloquence peu ordinaire, il vécut un temps de désert durant lequel se rassemblèrent autour de lui de nombreux disciples. On comptait surtout parmi eux les exclus de la société et de l’Église, comme les lépreux ou les femmes de curés qui avaient été abandonnées au début de la réforme grégorienne.
Robert commença ainsi son ministère de prédicateur itinérant, traînant à sa suite une foule d’hommes et de femmes de toute condition, qui consentirent de se faire pauvres pour le Christ.
En 1101, Robert, tenu pour fou par bien des évêques et par les puissants de son temps, jugea opportun de donner à ses disciples une demeure permanente, qu’il établit dans la forêt de Fontevraud ; là, il répartit la nouvelle communauté en quatre groupes : les femmes, les moines, les pénitents et les lépreux.
L’ordre mixte qui en ressortit fut à prédominance féminin : les hommes avaient charge de veiller à la protection des femmes, mais c’est à ces dernières qu’était confiée la direction des communautés.
Robert passa les dernières années de sa vie à prêcher, prenant la défense de quiconque était victime d’abus et de spoliation.

Lecture
Robert fit appeler l’archevêque de Bourges et lui dit : « Seigneur, tu es mon cher père, mon archevêque. Tu sais combien je t’ai toujours aimé et obéi. Tu sais aussi combien c’est par amour pour toi que je suis venu m’établir dans cette région. Je désire te manifester la volonté de mon cœur . Je ne désire être enseveli ni à Bethléem, ni à Jérusalem, ni à Cluny. Je ne désire d’autre lieu que le cimetière de Fontevraud. Mais je ne te demande pas du tout d’être enseveli au monastère ou dans les cloîtres, mais au milieu des pauvres, mes frères, dans le cimetière. En effet, c’est là que sont ensevelis mes bons prêtres, mes séminaristes, mes amis laïcs et mes saintes vierges. Là reposent mes pauvres lépreux, là tous les compagnons de mon pèlerinage terrestre, ceux qui m’ont suivi pour l’amour de Dieu, tous ceux qui avec moi ont supporté les privations et les fatigues, les misères et les calamités, se séparant de tout leur bien pour entendre ma prédication. Si je suis enseveli dans ce lieu, les vivants l’en aimeront davantage et ils viendront y invoquer la miséricorde du Seigneur (Extrait : Vie de Robert d’Arbrissel).

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_d%27Arbrissel

 

BX ROBERT D'ARBRISSELLE
Fondateur d'Ordre
(1045-1117)

Robert d'Arbrisselle, né à Arbrisselle, aujourd'hui Arbressec, près de Rennes, est une des figures les plus remarquables de la fin du XIe siècle et du commencement du XIIe siècle. La puissance merveilleuse de sa parole, les innombrables conversions qu'il opéra dans toutes les classes de la société, le nouvel institut monastique dont il fut le père, son influence étonnante et les persécutions qu'il eut à subir, en font un des Saints dont l'action s'est fait le plus sentir dans l'Église.

Dès sa jeunesse, Robert parut un enfant prédestiné, car jamais on ne vit en lui rien de léger ni de puéril, mais la prudence et la maturité d'un autre âge. Ses fortes études, la réputation de ses vertus, l'élevèrent aux dignités ecclésiastiques; mais il lui fallait le désert, la vie cachée, les austérités; les hommes de sa trempe ne font rien à demi. Jean dans le désert, Paul, Antoine, Hilarion et tant d'autres anachorètes peuvent nous donner une idée de ses effrayantes mortifications.

L'esprit de Dieu entraîne tout à Sa suite: Robert vit sa solitude envahie par de nombreux disciples, et on a pu dire de son vivant que sa maison était à la fois "la plus pauvre et la plus sainte de tout le royaume de France". Fontevrault lui doit son origine. Mais là s'arrête la vocation du moine.

Ayant consolidé son oeuvre, il devint, revêtu de pouvoirs spéciaux par le Pape Urbain II, missionnaire apostolique pour toutes les parties du monde, et désormais, le bâton à la main, n'ayant pour richesse que la pauvreté, il parcourt spécialement la France, et renouvelle les merveilles des plus grands apôtres chrétiens dans la plupart de nos provinces.

On cite le trait suivant, qui montre à la fois quelle était sa réputation et quelle charité animait son grand coeur. Dans un de ses voyages, son petit bagage fut pillé par des voleurs qui le maltraitèrent lui-même indignement: "Malheureux, dit le compagnon du Saint, c'est ainsi que vous traitez Robert d'Arbrisselle!" A ce nom célèbre, les voleurs épouvantés se jettent aux pieds de l'Apôtre et lui promettent de se convertir. Robert leur pardonne, les embrasse et leur promet participation aux prières et aux bonnes oeuvres de ses religieux.

Il mourut à l'âge de soixante-douze ans.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

*Les années bissextiles, on fête le Bx Robert d'Arbrisselle le 24 et saint Matthias le 25 février

 

 

 

 

 

En 1380, le trépas de saint Avertan, carme déchaussé.

 

Ses frères l'avaient surnommé "fils de l'obéissance", à cause de la joie et de la

 

promptitude avec lesquelles il exécutait tous les ordres.


 

 

Et encore ailleurs, beaucoup d'autres saints et bienheureux

 


 

Saint Avertin et le bienheureux Roméo Pèlerins (+ 1380)

 


Beato_Avertano_di_Lucca.jpg

Deux religieux carmes au monastère de Limoges, l'un comme prêtre, l'autre, Roméo, comme frère convers.
Ils se rendaient en Terre Sainte quand la peste les fit mourir à Lucques en Toscane.
On fit de belles funérailles aux pieux pèlerins, on les plaça sur les autels, on leur composa une biographie merveilleuse : ils étaient venus de si loin, pour aller auprès du tombeau du Christ.
L'on ignore pourquoi l'un est saint et l'autre seulement bienheureux.

Shakespaere, Delacroix et Gounod ont maintenu une certaine ferveur autour de l'un d'entre eux.
http://www.ville-saint-avertin.fr/

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bienheureux_Rom%C3%A9o
http://fr.wikipedia.org/wiki/Limoges#.C3.89difices_religieux



Sainte Adeltrude Nièce de sainte Aldégonde (+ 696)

fille de sainte Waudru.(1)

(1)Une famille assez étonnante. Avec son époux, ils connurent la paix et le bonheur. L'Eglise reconnaît son mari comme un saint, saint Vincent. Leur fils également, il s'appelle saint Landry et pour ne pas être en reste leurs deux filles s'appellent sainte Madelberte et sainte Adeltrude. D'ailleurs, les trois enfants étant entrés au couvent, les parents firent de même. Saint Vincent à l'abbaye d'Haumont dans le nord de la France et sainte Waudru fonda le monastère de Chateaulieu sur une colline où s'éleva plus tard la ville de Mons.

voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Aldetrude



Saint Alexandre le Romain Martyr (3ème s.)
Il était légionnaire à Rome quand il fut arrêté pour avoir refusé d'offrir l'encens et un sacrifice à Jupiter. Suspendu par les doigts, il fut d'abord cruellement battu. Puis pendant quarante jours de marche, il fut conduit à Drizipara, subissant de cruels tourments en cours de route. C'est là qu'il fut décapité.



Saint Callisto (Calixte) Caravario martyr (+ 1930)
2-martiri%20SDB.gif

Mgr LOUIS VERSIGLIA et DON CALLIXTE CARAVARIO.

Né en 1903 près de Turin, entré en 1918 chez les salésiens. Il arrive en Chine en 1925, ordonné prêtre à Shanghai en 1929. Le 25 février 1930 il est massacré avec son évêque Luigi Versiglia à Li-Thaul-Tseul.
Béatifié le 15 mai 1983 à Rome par le pape Jean-Paul II (homélie), il a été canonisé avec les martyrs de Chine, durant le jubilé le 1 octobre 2000.
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.vatican.net%2Fholy_father%2Fjohn_paul_ii%2Fhomilies%2F1983%2Fdocuments%2Fhf_jp-ii_hom_19830515_due-beatificazioni_it.html
"2 membres de la Société Salésienne de S. Jean Bosco vinrent s'ajouter à la foule nombreuse des Martyrs énumérés ci-dessus. Ce sont: le Bienheureux Louis Versiglia, évêque, et le Bienheureux Callixte Caravario, prêtre.
Ils furent massacrés ensemble le 25 février 1930 à Li-Thaul-Tseul."
(source site du Vatican)
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20001001_zhao-rong-compagni_fr.html
fêté le 13 novembre qui est la date à laquelle les salésiens fêtent les membres et bienfaiteurs de la famille salésienne.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Callisto_Caravario



Saint Gerland Evêque et confesseur (+ 1101)
Evêque et confesseur.
Il était originaire de Besançon, mais, pour des raisons familiales, il partit en Sicile pour l'affranchir des Arabes. Robert Guiscard, le chef normand, en fit un évêque à Catane. Mais l'ambiance morale de la ville ne plaisant pas à saint Gerland, il préféra devenir évêque d'Agrigente, au coeur de l'île. Il y fut soutenu par le Pape Urbain II qui l'encourageait à remettre en activité une Eglise très malmenée par la présence sarrasine.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Agrigente

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gerland_d%27Agrigente



Saint Luigi Versiglia Martyr (+ 1930)
Premier missionnaire salésien envoyé en Chine, il fut aussi le premier évêque de Shiu Chow, où il créa un séminaire, un orphelinat et un asile de viellards. Attaqué par des milices communistes, il est fusillé en haine de la foi et pour avoir tenté de protéger les jeunes filles du convoi qui l'accompagnaient.
Béatifié le 15 mai 1983 à Rome par le pape Jean-Paul II, il a été canonisé avec les martyrs de Chine, durant le jubilé le 1 octobre 2000.
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.vatican.net%2Fholy_father%2Fjohn_paul_ii%2Fhomilies%2F1983%2Fdocuments%2Fhf_jp-ii_hom_19830515_due-beatificazioni_it.html

"2 membres de la Société Salésienne de S. Jean Bosco vinrent s'ajouter à la foule nombreuse des Martyrs énumérés ci-dessus. Ce sont: le Bienheureux Louis Versiglia, évêque, et le Bienheureux Callixte Caravario, prêtre.
Ils furent massacrés ensemble le 25 février 1930 à Li-Thaul-Tseul."
(source site du Vatican)
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20001001_zhao-rong-compagni_fr.html
fêté le 13 novembre qui est la date à laquelle les salésiens fêtent les membres et bienfaiteurs de la famille salésienne.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Luigi_Versiglia
http://www.donbosco-torino.it/fra/page6.html



Saint Paphnuce Confesseur (4ème s.)
Confesseur. Contemporain de saint Antoine le Grand, il vécut quatre-vingt ans dans le désert en ne portant qu'un seul et simple vêtement, n'ayant aucun logement. Il se soumit à cette rude ascèse et à bien d'autres pour ne vivre que selon la Volonté de Dieu.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_le_Grand



Saint Réginos Martyr dans l'île de Skopelos en Grèce (+ 362)
st-r-01.jpg

Il se distingua en 343, au concile de Sardique (actuellement Sofia en Bulgarie) où fut précisée la vraie foi en la divinité du Fils de Dieu fait homme.

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsfevrier/fev25.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Skopelos




Bienheureux Sébastien d'Apparizio Frère mineur au Mexique (+ 1600)
Confesseur.
Sébastien d'Apparizio était né en Galice, d'abord berger, puis placé comme domestique chez une riche veuve. Quand elle lui fit des avances contraires à la vertu, il s'enfuit et s'embarqua pour le Mexique. Il est entreprenant comme tant de colons de cette époque. Il se lance dans la culture, le transport des marchandises, l'ouverture des routes. Il rend ainsi grand service à la région. Mais il n'oublie pas les pauvres et il consacre sa fortune à soulager les malheureux. A 70 ans, il entre chez les Frères Mineurs (franciscains) de Mexico. Pendant vingt-six ans, vieillard, il exercera humblement l'emploi de quêteur.

"La parole est vivante lorsque ce sont les actions qui parlent. Nous sommes pleins de paroles et vides d’actions. Que les paroles se taisent et que les actions parlent."
Sanctoral franciscain



Saint Taraise Patriarche de Constantinople (+ 806)
Patriarch_Tarasios.jpg

Evêque et confesseur. Haut-fonctionnaire sous les empereurs iconoclastes (briseurs d'images), saint Taraise fut choisi par l'impératrice Irène, car elle voulait mettre cet homme de valeur à la tête de l'Eglise pour qu'il obtienne le rétablissement du culte des saintes icônes. Le laïc Taraise reçoit alors les ordres sacrés et devient patriarche de Constantinople en 784. Trois ans plus tard, le second concile de Nicée qu'il préside, rétablit en effet ce culte. Après cette victoire, saint Taraise pratique une politique de réconciliation pour ramener la paix dans l'Eglise, ce qui le fit accuser de laxisme par beaucoup d'évêques.

Autre biographie:
Secrétaire d’état puis consul à la cour de l’empereur Constantin et de sa mère l’impératrice Irène. Au départ de Paul III, il est choisi pour lui succéder comme patriarche de Constantinople. Malgré sa position, Taraise adopte un mode de vie très austère et distribue aux pauvres tous les biens auxquels il a accès. Lorsque Constantin répudie son épouse Marie pour épouser sa servante Théodote, Taraise refuse de donner sa bénédiction. En représailles, Constantin le soumet à l’isolement et interdit à quiconque de s’en approcher et de lui adresser la parole. Mais la famille royale étant frappée de plusieurs malheurs, il recouvre sa liberté de mouvement mais tombe malade puis décède peu de temps après.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Taraise_de_Constantinople
http://stmaterne.blogspot.com/2008/02/saint-taraise-patriarche-de.html



Saint Toribio Romo prêtre mexicain (+ 1928)
santotoribio1.jpg

Né en 1900 à Sainte Anne de Guadalupe dans le diocèse de Guadalajara, il fut assassiné le 25 février 1928.
A voir aussi:
Toribio Romo González (1900-1928)
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.santotoribioromo.com%2Fbiografia.htm
Biographie site du Vatican
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.vatican.va%2Fnews_services%2Fliturgy%2Fsaints%2Fns_lit_doc_20000521_romo-gonzalez_sp.html
Homélie du pape Jean-Paul II pour la canonisation de 27 saints le 21 mai 2000 en anglais.
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.vatican.va%2Fholy_father%2Fjohn_paul_ii%2Fhomilies%2Fdocuments%2Fhf_jp-ii_hom_20000521_canonizations_en.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/w
iki/Toribio_Romo_Gonz%C3%A1lez



Sainte Walburge Abbesse, fille de saint Richard, roi des Saxons (+ 779)
495px-Heilige_Walburga_im_St._Peter_%28M

Statue et reliquaire de sainte Walburge à l'église Saint-Pierre de Munich

Vierge. Fille du roi Richard d'Angleterre, elle fut élevée dans un austère monastère du Dorset en Angleterre. Envoyée en Germanie, à la demande de saint Boniface. Elle devint abbesse du monastère d'Heidenheim, où elle donna l'exemple de la sainteté par son silence et une vie mortifiée. Elle gouverna aussi le monastère masculin voisin à la mort de saint Winibald.

Autre biographie:
Originaire du Davonshire, en Angleterre, Walburge est la fille du roi Richard. Entrée comme religieuse au monastère de Wimbourne, elle décide de rejoindre ses deux frères, Saint-Willibald et Saint-Winebald, qui avaient accompagné Saint-Boniface dans sa mission d’évangélisation des Germains. Là, elle fonde le monastère mixte d'Heidenheim, dont elle devient l’abbesse pour les religieuses, tandis que son frère Winebald occupe la charge d’abbé des moines (710-779)
Sainte-Walburge est la patronne des navigateurs, des marins et des moissonneurs. Elle est invoquée pour guérir les morsurses, le chancre mou et les maux de gorge.
Walburgaschrein.jpg

Reliquaire de Sainte Walburge dans le cloître de Meschede, en Westphalie.

Voir aussi:
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.bistum-eichstaett.de%2Fabtei-st-walburg%2Ffs_englisch.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Walburge
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Sainte-Walburge_de_Bruges



Les Églises font mémoire...

Coptes et Ethiopiens (17 amsir/ yakkatit) : Mennas d’al-Asmunayn (VIIe s.), moine et martyr (Église copte)

Luthériens : Walburge (+ 779), abbesse en France
http://fr.wikipedia.org/wiki/Walburge

Maronites : Félix III (+ 492), pape
http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A9lix_III

Orthodoxes et gréco-catholiques : Taraise (+ 806), archevêque de Constantinople ; Alexis (+ 1378), métropolite de Russie (Église russe) ; Prochore le Géorgien (+ 1066), moine (Église géorgienne).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Taraise_de_Constantinople

 


Saints catholiques[2] et orthodoxes[3] du jour
Saints et bienheureux catholiques[2] du jour

Prénoms du jour 

Bonne fête aux :

Et aussi aux :


Événements 

25 février dans les croisades

1260
 prise de la citadelle d'Alep par les Mongols[1].
1156
 Révolte musulmane à Sfax (en Tunisie actuelle) contre la domination normande du royaume de Sicile. Massacre des chrétiens de la ville orchestrée par le gouverneur Omar.

1429
 Jeanne d'Arc reconnaît Charles VII à Chinon.
184783_105838762830382_100002127750837_5
Jeanne d’Arc reconnait Charles VII au château de Chinon, bien qu'il ait feint de se dissimuler dans la foule des courtisans pour la mettre à l'épreuve. Le roi l’amène à l’écart pour écouter ce que la jeune a à lui dire. Alors Jeanne lui déclare de part de Dieu que le meurtre du duc de Bourgogne qui pesait sur sa con...science lui a été déjà pardonné et qu’il est vraiment le dauphin, fils du roi Louis VI et de la reine Isabeau. Rassuré par ces étonnantes révélations de sa pensée plus intime, Charles accorde à Jeanne ce qu’elle lui demande : quelques troupes à charge pour elle d'aller délivrer Orléans au plus vite de l'assaut anglais et franchir ainsi le chemin pour le sacre du roi à Reims, sa mission finale. Mais cela sera à la condition de se soumettre à un double examen : physique par trois dames de la cour dont la belle mère de Charles, Yolande d’Aragon (pour vérifier sa virginité et écarter ainsi tout médisance), et doctrinal devant quelques docteurs en théologie à Poitiers pour s’assurer de sa pleine orthodoxie. Jeanne en sortira renforcée et prête à accomplir sa geste.

1525
 Défaite de François Ier à Pavie.

1570
Excommunication de la reine Élisabeth Ire d'Angleterre par la bulle Regnans in excelsis de Pie V.

1601
 Exécution pour conjuration de Robert Devereux, deuxième comte d'Essex et ancien favori de la reine Élisabeth Ire d'Angleterre.

1634
 Assassinat d'Wallenstein sur ordre de Ferdinand II du Saint-Empire.

  1708

J'ai signé une déclaration ordonnant la publication, au prône des messes paroissiales, de l'écrit de 1556, lequel prévoyoit la peine de mort contre les femmes qui, ayant caché leur grossesse et leur accouchement, laissent périr leurs enfans sans recevoir le baptême
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 00:00

 reine du Portugal et de France
Éléonore de Habsbourg ou d'Autriche

 née à Louvain le 15 novembre 1498

morte à Talavera la Real (près de Badajoz) en février 1558 (le 13, 18 ou 25)

infante d'Espagne, puis reine de Portugal de 1518 à 1521

 reine de France de 1530 à 1547, et duchesse de Touraine de 1547 à 1558.

1577
Roi de Suède
1560–1568


 Erik XIV de Suède
 roi de Suède 

1601 

 Robert Devereux

2ème conte d'Essex

10 novembre 1566 – 25 février 1601 à l'âge de 35 ans
 favori d'Élisabeth Ire d'Angleterre.

  

L’ancien favori d’Elisabeth Tudor Robert Devereux, 2e comte d'Essex, est exécuté sous les charges de haute trahison et conjuration pour avoir fomenté un complot contre le gouvernement le 8 février précédent. Il fut décapité à la hache et périt ayant attendu en vain la grâce de son ancienne maîtresse jusqu’à la dernière heure. L’ami d’Essex et protecteur de Shakespeare Henry Wriothesley, 3e comte de Southampton, qui était très impliqué dans le complot, fut également condamné à mort, mais Robert Cecil, comte de Salisbury et main droite d’Elisabeth, obtint la commutation de la peine pour celle d’emprisonnement à vie (dont Southampton se vit délivré à la montée au trône du roi Jacques Ier)

1713

 Frédéric Ier de Prusse

 roi de Prusse


Frédéric Ier de Prusse

prince-électeur (Kurfürst) de Brandebourg

11 juillet 1657 à Königsberg


25 février 1713 à Berlin, Hohenzollern

 

 

premier roi en Prusse le 18 janvier 1701, en échange à son soutien à l'empereur Léopold Ier du Saint-Empire dans la guerre de Succession d'Espagne contre la France.

 

Il fut électeur de Brandebourg, duc de Prusse de 1688 à 1701, roi en Prusse de 1701 à 1713.


1796
 


Samuel Seabury

premier évêque du diocèse du Connecticut et évêque du Rhode Island

 

1870
Fichier:Louis-Jacques-Maurice de Bonald.jpg
 Louis-Jacques-Maurice de Bonald
 Primat des Gaules
(né le 30 octobre 1787 à Millau, Aveyron - mort le 25 février 1870 à Lyon)
 archevêque de Lyon de 1839 à 1870.
 Il était l'un des plus fervents défenseurs de l'ultramontanisme contre le vieux gallicanisme français.

1850 
Portail du monde chinois

Daoguang
empereur de Chine 

Portail du monde chinois
Portail du monde chinois

 

1912 


Grands-ducs de Luxembourg

 Guillaume IV de Luxembourg

5ème Grand-Duc de 1905 à 1912



1940

Marie-Anne de Teschen


archiduchesse d'Autriche

née le 6 janvier 1882 à Linz

décédée le 25 février 1940 à Lausanne à l'âge de 58 ans

 

Elle devint duchesse de Parme par son mariage en 1903.

Fille de image Frédéric de Teschen (Friedrich von Habsburg-Lothringen),  Erzherzog von Österreich, Herzog von Teschen (1895)le 4 juin 1856 à Gross-Seelowitz, Mahren - Décédé le 30 décembre 1936 à Altenburg, Hongrie à l'âge de 80 ans

Marie-Anne de Teschen épousa le 25 mai 1903 image Élie II de Bourbon-Parme  duc de Parme et de Plaisance (1950-1959) Né le 23 juillet 1880 à Biarritz - Décédé le 27 juin 1959 à Friedberg à l'âge de 78 ans

 

 

Huit enfants sont nés de cette union :


1953

 Françoise d'Orléans

 princesse de France puis, par son mariage, princesse de Grèce et de Danemark
Françoise Isabelle Louise Marie d'Orléans
image
 « Fille de France » puis, par son mariage, princesse de Grèce et de Danemark
 
née le 25 décembre 1902 à Paris
  décédée  le 25 février 1953 à Paris à l'âge de 50 ans
 Mère de l'écrivain Michel de Grèce, c'est une descendante du roi des Français Louis-Philippe Ier et un membre de la famille royale hellène.

Parents

Mariée le 11 février 1929 avec image Christoph von Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburgprince de Grèce, prins af Danmarkle 11 août 1888 - Décédé le 21 janvier 1940 à l'âge de 51 ans

Un enfant:
image Michel prince de Grèce, prins af Danmarkle 7 janvier 1939

 


http://www.carnetdujour.publiprint.fr/media/images/top/header.gif

comte Reynold de la GOUBLAYE de NANTOIS

Reynold de La Goublaye de Nantois

le 17 novembre 1934 - Paris16ème - Décédé le 23 février 2009 à l'âge de 74 ans

Inhumé le 26 février 2009 au cimetière du Père Lachaise, Paris 20ème

Parents


2010
Madame Béatrice NEYS,
sa fille;

Jean-Théodore et Charles-Edouard NEYS,
ses petits-fils;
Le Baron (+) et la Baronne de MACAR,
Monsieur (+) et Madame (+)
 BOUVY COUPERY de SAINT-GEORGES,
  leurs enfants, beaux-enfants, petits-enfants
  et arrière-petits-enfants,
Monsieur Jacques NEYS (+) et Madame Peter SAITCH,
  leurs enfants, beaux-enfants, petits-enfants
  et arrière-petits-enfants,
Monsieur (+) et Madame Jean NEYS,
  leur fils et petites-filles,
Monsieur Jean BIEBUYCK (+) et Madame Thérèse NEYS,
  leurs enfants, beaux-enfants, petits-enfants
  et arrière-petits-enfants,
Le Baron (+) et la Baronne de COPPIN de GRINCHAMPS,
  leurs enfants, beaux-enfants, petits-enfants
  et arrière-petits-enfants,
ses frères, soeurs, beaux-frères, belles-soeurs,
neveux, nièces, petits-neveux et arrière-petites-nièces;
 
Le Baron de MACAR,

Monsieur et Madame Louis KEIM,
Monsieur et Madame Emmanuel SOTELINO,
qui lui furent si dévoués;
 
ont la profonde douleur de faire part qu'il a plu au Seigneur
de rappeler à Lui l'âme de sa fidèle servante
 
MADAME
Edouard NEYS
 
née Baronne Jacqueline de MACAR
 
à Liège le 13 juillet 1919 et entrée dans la paix du Seigneur le 25 février 2010, réconfortée par le Sacrement des malades.
 
Le service religieux, suivi de l'inhumation dans le caveau familial à Sprimont, sera célébré en l'église Saint-Jean Baptiste à Embourg, le MARDI 2 MARS 2010, à 11 heures.
 
Les condoléances seront reçues à son domicile de 15 à 18 heures.
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 00:00
1337
180px-Orval_tumbaVaclava.jpg
Venceslas Ier de Luxembourg


 duc de Luxembourg de 1353 à 1383, et duc de Brabant et de Limbourg de 1355 à 1383 

1500 

Charles de Habsbourg
70px-Armoiries_empereur_Charles_Quint.sv
200px-CharlesVtit.jpg

Charles Quint

 souverain européen 

1714 

280px-Ren%C3%A9_Nicolas_Maupeou.jpg

René Nicolas de Maupeou

Chancelier de France.


1727 

250px-La_Croix_de_Castries%2C_Charles_Eu

Charles Eugène Gabriel de La Croix de Castries

militaire et homme politique français


1742

200px-Navarre_1745_%28Coll.Perso.%29.jpg

Étienne Guillaume Picot de Bazus

général de division

Surnom : Picot-Bazus
Naissance : 25 février 1742 à Toulouse

Décès : 12 juin 1817 à Paris (à 75 ans)

Origine : France France
Arme : Infanterie
Grade : Général de division
Service : 1756 - 1813
Conflits : Guerres de la République, du Consulat et de l’Empire.
Commandement : Armée du Rhin
Régiment de Chartres
Distinctions : 30px-Croix_de_l%27ordre_de_Saint-Louis.p Chevalier de l’Ordre royal et militaire de Saint-Louis
Autres fonctions : Membre du Conseil municipal de Lille

 



1794
200px-Barth%C3%A9lemy_de_Theux_%2803%29.
 Barthélémy de Theux de Meylandt

 homme politique belge 



1848 

36px-Armoiries_royaume_de_Wurtemberg.svg
roi de Wurtemberg
1891-1918
140px-K%C3%B6nig_Wilhelm_II.jpg

Wilhelm II

dernier roi de Wurtemberg

w1.jpg

Wilhelm, Karl, Paul, Friedrich de Wurtemberg est né à Stuttgart le 25 février 1848.

 

Il est le fils unique de Friedrich et de Katherine de Wurtemberg. Il reçut les prénoms de son grand-père maternel (le roi Wilhelm I), de son grand-père paternel (le prince Paul) et de son oncle le roi Karl. Ce dernier n’ayant pas d’enfant de son mariage avec la Grande-Duchesse Olga de Russie (fille du tsar Nicolas I et de la princesse Charlotte de Prusse), le prince Wilhelm apparut très rapidement comme l’héritier présomptif de la couronne de Wurtemberg après le décès de son père.

Les parents de Wilhelm II de Wurtemberg ont souhaité depuis sa plus tendre enfance qu’”il s’épanouisse dans un environnement naturel, proche des préoccupations des gens simples.”En plus de sa scolarité et de sa préparation militaire, le jeune prince fit un apprentissage chez un maître menuisier puis dans l’atelier d’un maître relieur.

 

w3.jpg

Etudiant à l’université de Tübingen en 1865-1866, puis pour 4 semestres à Göttingen, il entre ensuite dans l’armée prussienne. Il participe à la guerre franco-allemande de 1870 dans le quartier général du roi de Prusse et assiste à sa proclamation comme empereur allemand à Versailles. parallèlement, il sert dans le régiment wurtembergeois des Hussards de la garde.

En 1877, il épouse la princesse Marie de Waldeck-Pyrmont, née en 1857 et soeur de la reine Emma des Pays-Bas et de la duchesse d’Albany. Le couple a deux enfants : Pauline née en 1877 (surnommée “S’Päule” dans le dialecte souabe) et Ulrich né en 1879 qui décède à l’âge de 5 mois. La princesse Marie décède à son tour à l’âge de 25 ans en 1882.

w4.jpg

En 1886, Wilhelm retrouve le bonheur aux côtés de la princesse Charlotte de Schaumburg-Lippe qu’il épouse à Bückeburg le 8 avril 1886. Le couple n’aura pas d’enfant. Wilhelm II est très proche de sa fille unique Pauline qui épouse en 1895 le prince Friedrich de Wied et qui lui donne deux petits-fils le prince Hermann (1899-1941) et le prince Dietrich (1901-1976).

Devenu roi de Wurtemberg en 1891, Wilhelm II fut le dernier souverain du Wurtemberg. Le prince Max de Bade, chancelier d’Allemagne disait de lui qu’il était “le roi le plus démocrate d’Allemagne

w2.jpg

Le roi aime passer de longs moments avec ses deux petits-fils, se promenant dans le parc du château ou effectuant des balades en poney. Dans leur descendance figure la princesse Marie de Wied (épouse du duc Frédéric, fils aîné du duc Carl et de la princesse Diane de France), mère du jeune duc Wilhelm de Wurtemberg qui descendant donc de Wilhelm II. Le duc Frederic, fils du duc Carl, est issu de la lignée catholique de la Maison de Wurtemberg, qui subsiste aujourd’hui dans un pays majoritairement protestant.

w5.jpg

N’ayant pas eu de fils, ce furent des lignées cadettes qui furent successivement les héritiers présomptifs de Wilhelm II, à savoir les ducs de la lignée du château de Carlsruhe le duc Wilhelm (1829-1896) puis son frère le duc Nicolas (1833-1903) enfin le duc Albrecht de la lignée cadette catholique.

Le roi Wilhelm II fut très aimé. Il menait une vie de grand bourgeois. Homme affable, il aimait se promener sans garde dans les rues de Stuttgart et distribuait des bonbons aux enfants. La population locale ne manquait jamais de le saluer d’un “Bonjour Monsieur le Roi”, et le roi levait son chapeau en signe de salut.

w6.jpg

Le roi Wilhelm et son épouse la reine Charlotte étaient très engagés dans le domaine social et caritatif. Ils sont à la base de ma création du “Wilhelmstift” pour les garçons orphelins et de “Charlotteheim” pour les jeunes filles handicapées. Ils étaient également très généreux envers la population lors de catastrophes naturelles.

La politique culturelle et sociale du Wurtemberg fit l’objet de sa plus grande attention : développement du réseau scolaire, musées et arts,… C’est sous son règne qu’a été élue pour la première fois la Chambre des députés au suffrage universel en plus de la première Chambre qui rassemblait les membres des familles médiatisées et de la noblesse.

Le roi Wilhelm II abdiqua après la Première Guerre Mondiale en date du 29 novembre 1918 mais le gouvernement lui laissa la plupart de ses biens. Le social démocrate Wilhelm Keil déclara à son sujet à cette époque : “Si le Wurtemberg était une république, aucun autre homme n’aurait autant de compétences pour devenir président que Wilhelm II“.

Wilhelm II choisit pour résidence le Château de Bebenhausen au nord de Tübingen. C’est là qu’il s’est éteint le 2 octobre 1921. Contrairement à la tradition mais conformément à ses dernières volontés, il ne fut pas inhumé dans le caveau familial de Ludwigsburg mais au cimetière de la ville, auprès de sa première épouse la princesse Marie et de leur fils Ulrich. 100.000 personnes se pressèrent le long du convoi funèbre. La reine Charlotte est quant à elle décédée en 1946 au château de Bebenhausen.

Dernier roi de Wurtemberg de 1891 à 1918, son souvenir est resté assez vivace après des Wurtembergeois. Une statue réalisée par le sculpteur Hermann Christian Zimmerle, l’immortalise tel qu’il était : un homme d’une grande simplicité entouré par ses chiens. La statue se situe devant sa résidence de Stuttgart, le Wilhelmpalais.

(Un grand merci à Jul - Copyright photos : deutsche-schutzgebiete)


1883

Alice de Grande-Bretagne, comtesse d’Athlone

9656280a.jpg

Le 25 février 1883 au château de Windsor voyait le jour la princesse Alice, Mary, Victoria, Augusta, Pauline, premier enfant du prince Léopold (fils cadet de la reine Victoria et du prince Albert) et de la princesse Helena de Waldeck-Pyrmont. Son père le prince Léopold, duc d’Albany a épousé le 27 avril 1882 la princesse Helena de Waldeck-Pyrmont, fille du prince George de Waldeck-Pyrmont et de la princesse Helena de Nassau. La mère de la princesse Alice est la soeur de la reine Emma des Pays-Bas.

 

imagesCA6XNGPM.jpg

La princesse Alice d’Albany est baptisée dans la chapelle du château de Windsor le 26 mars 1883. Elle reçoit pour parrains et marraines : sa grand-mère paternelle la reine Victoria, sa grand-mère maternelle la princesse Helena de Waldeck-Pyrmont, l’impératrice d’Allemagne, le roi Willem III des Pays-Bas, le grand-duc Louis IV de Hesse, le prince Wilhelm de Wurtemberg, le prince de Galles, la duchesse de Cambridge, la princesse héritière d’Allemagne et la princesse de Bentheim-Steinfurt.

Le duc d’Albany souffrait d’hémophilie. Les médecins lui avaient conseillé de séjourner durant l’hiver dans le Sud de la France. Le duc et la duchesse d’Albany qui était alors enceinte de son deuxième enfant et la petite princesse Alice, résidaient à la Villa Nevada de Cannes. Le prince Léopold fit une chute qui provoqua des hémorragies violentes . Il décéda le 28 mars 1884, laissant une famille désemparée de chagrin. La reine Victoria vécut avec une immense douleur la perte de son fils cadet.

La princesse Helena mit au monde le prince Charles Edouard le 19 juillet 1884. La famille continua à résider à Claremont House où vécurent auparavant la princesse Charlotte de Galles et son époux le prince Léopold de Saxe-Cobourg, futur roi des Belges.

24c9b902.jpg

Le 10 février 1904, la princesse Alice épouse en la chapelle royale de Windsor le prince Alexandre de Teck, fils du duc Francis de Teck et de la princesse Mary Adelaïde de Grande-Bretagne. Il est le frère de la princesse Mary de Teck, future reine Mary, épouse du roi George V.

ca2498b0.jpg

La princesse Alice et le prince Alexander de Teck auront trois enfants : May née le 23 janvier 1906, Rupert né le 24 avril 1907 et Maurice né le 29 mars 1910 et décédé le 14 septembre de la même année. Le prince Rupert souffre d’hémophilie.

1908_1909_princess_alice_co.jpg

Lors de la Première Guerre Mondiale, la princesse et son époux renoncent à leurs titres allemands et prennent le patronyme de “Cambridge” avant d’être titrés comte et comtesse d’Athlone.

princess_alice_countess_o-3.jpg

La princesse Alice est désormais connue en tant que princesse Alice, comtesse d’Athlone. Son frère Charles Edouard qui a hérité du duché de Saxe-Cobourg (il est le grand-père maternel de l’actuel roi de Suède) a conservé ses titres allemand.

imagesCAD5UZHR.jpg

Le 1er septembre 1922, sa mère la princesse Helena, duchesse d’Albany décède à Hinterriss en Autriche lors d’une visite chez son fils Charles Edouard de Saxe-Cobourg. En 1924, l’époux de la princesse Alice est nommé Gouverneur-Général en Afrique du Sud. Le couple s’installe dans une villa à Muizenberg (Le Cap). La princesse Alice y exerce un rôle social et mondain en tant que vice-reine. En 1928, son fils Rupert, vicomte Trematon décède dans un accident de voiture à Belleville sur Saone à l’âge de 21 ans.

Alice_HRH_Countess_of_Athlone.jpg

fc51de16.jpg

En 1940, lord Althone est nommé Gouverneur-Général du Canada, une fonction occupée jusqu’en 1946. Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, la princesse Alice qui vit à Rideau Hall avec son époux, s’implique au sein de différents régiments militaires et notamment la division infirmière de la St John Ambulance Brigade. Elle cotoie aussi de nombreux membres du Gotha qui ont fui la guerre en Europe.

 Princess_Alice_of_Albany1.jpg

La princesse Alice et son époux de retour en Grande-Bretagne, s’installent à Kensington Palace. Le comte d’Athlone y décède le 16 janvier 1957.

imagesCAM4TBUO.jpg

La princesse Alice, comtesse d’Athlone est la marraine de la reine Béatrix des Pays-Bas. Elle a continué jusqu’à la fin de sa vie à assister aux grands événements de la famille royale britannique. Ci-dessus avec la duchesse de Gloucester lors du mariage du prince Richard avec Birgit van Deurs. Elle était également présente sur la photo de famille lors du mariage de la princesse Anne et de Mark Philips.

306783.jpg

Elle a connu le règne de 6 souverains britanniques. Elle est décédée dans ses appartements de Kensington Palace le 3 janvier 1981 à l’âge de 97 ans. Elle a été inhumée à Frogmore auprès de son époux. Elle était le dernier petit-enfant de la reine Victoria encore en vie. (Copyright photos : Getty images, site vivamaxima & DR)

 

1885 

180px-1885_Alice.jpg

Alice de Battenberg

princesse de Battenberg et, par son mariage, princesse de Grèce et du Danemark

Alice de Battenberg, princesse de Grèce

alice1.jpg

La princesse Alice de Battenberg voit le jour le 25 février 1885 au château de Windsor.

 

La princesse est le premier enfant du prince Louis de Battenberg (qui deviendra en 1917 Louis Mountbatten, marquis de Milford Haven) et de la princesse Viktoria de Hesse et du Rhin.

 

La princesse Alice a une soeur et deux frères : Louise qui épousera en 1923 le futur roi Gustav VI Adolphe de Suède (grand-père du roi Carl Gustav), George, 2ème marquis de Milford Haven et Louis qui deviendra lord Louis Mountbatten of Burma, vice-roi des Indes.

 

La princesse a grandi entre l’Allemagne, l’Angleterre et l’île de Malte où son père était actif dans la marine.    

 

alice2.jpg

La princesse Alice passe de longues périodes auprès de sa grand-mère la reine Victoria qui remarque que l’enfant tarde à parler au vu de son âge.

 

La petite fille souffre en fait de surdité congénitale. Avec l’aide de son entourage et en particulier de sa mère la princesse Viktoria et des spécialistes dépéchés par la reine Victoria, la princesse Alice parviendra à lire sur les lèvres et à parler très correctement, maîtrisant en grandissant plusieurs langues.

C’est en 1902 lors du couronnement du roi Edward VII qui succède à la reine Victoria que la princesse Alice rencontre pour la première fois le prince André de Grèce.

Les jeunes gens sont désireux de se marier mais les familles respectives se montrent plus réticentes notamment en raison de l’âge d’Alice.

Le prince André demande à son père le roi de Grèce de pouvoir intégrer un bataillon militaire à Darmstadt pour être plus près d’Alice. 

alice3.jpg

Le 7 octobre 1903, la princesse Alice de Battenberg épouse à Darmstadt en Hesse le prince André de Grèce, fils du roi Georges I de Grèce et de la reine Olga, née grande-duchesse de Russie, frère (notamment)du roi Constantin I et du prince Christophe de Grèce (époux de la princesse Françoise d’Orléans)

Deux cérémonies l’une protestante, l’autre orthodoxe sont célébrées.

Les jeunes mariés s’installent à Athènes où le prince André sert dans l’armée et la princesse Alice s’implique au sein d’oeuvres de charité et met en place une école de broderie traditionnelle.

alice4.jpg

La princesse donne naissance à 4 filles. Ainsi, la princesse Margarita voit le jour en 1908 à Athènes. Elle épousera plus tard le prince Gottfried de Hohenlohe-Langenburg. La princesse Théodora qui épousera le margrave de Bade naît en 1906 également à Athènes. En 1911, la princesse Alice met au monde au palais de Tatoi la princesse Cécile qui disparaîtra tragiquement avec son mari le prince Philippe de Hesse et leurs fils lors d’un accident d’avion au-dessus d’Ostende. La princesse Sophie (qui épousera en premières noces le prince Christophe de Hesse puis devenue veuve le prince Georg de Hanovre) naît en 1914 sur l’île de Corfou.

En 1908, la princesse Alice qui assiste au mariage de la grande-duchesse Maria Pavlovna de Russie avec le prince Guillaume de Suède, en profite pour assister à la pose de la première pierre de l’église fondée par sa tante la princesse Elisabeth de Hesse, grande-duchesse Serge de Russie. Il semble que ce jour ai marqué un tournant important dans sa vie religieuse.

La famille royale grecque connaît des heures délicates avec de graves tensions politiques et les guerres balkaniques à partir de 1911. Alice de Grèce avec sa belle-soeur la princesse Hélène (épouse du prince Nicolas de Grèce) se dévoue pour les malades dans des hôpitaux de campagne. Le 18 mars 1913, son beau-père le roi Georges I est assassiné. En 1917, la princesse et les siens partent en exil après l’abication du roi Constantin I . La famille s’installe à Lucerne en Suisse.    

alice5.jpg

Au sortir de la Première Guerre Mondiale, son père le prince Louis de Battenberg change son nom et l’anglicise en “Mountbatten“, devenant marquis de Milford Haven par décision du roi d’Angleterre. Le 10 juin 1921, la princesse donne le jour à son fils unique le prince Philip à la villa Mon Repos de Corfou. La situation se dégrade à nouveau dans le pays et le roi Constantin I prend le chemin de l’exil en 1922 suite à une défaite face à la Turquie. Le prince André est traduit en justice pour avoir fomenté un complot afin de faire perdre l’armée grecque selon le nouveau gouvernement en poste. La famille parviendra in extremis à s’enfuir avec le petit prince Philip à bord d’un navire de guerre britannique.   

alice6.jpg

Le prince André, la princesse Alice et leurs 5 enfants s’établissent alors à Saint Cloud. Ils sont proches de la princesse Marie Bonaparte, princesse de Grèce par mariage qui les soutient financièrement. La princesse Alice s’investit à nouveau dans des oeuvres de charités au profit des exilés grecs. La princesse qui a connu de nombreux décès dans sa famille lors de la Révolution russe mais aussi des bouleversements en raison de l’exil, intègre un sanatorium en Suisse. Ses pertes de raison, le fait qu’elle prétende avoir des pouvoirs de guérir par les mains et des discours qui semblent à son entourage totalement insensés ont conduit ses proches à prendre cette décision. La schizophrénie est décelée. A cette époque, la princesse se met à l’écart de son époux et de leurs enfants. Ce n’est que lors des funérailles de sa fille la princesse Cécile de Hesse en 1937 qu’elle reverra les siens.  

alice6bis.jpg

Fin des années 30, elle revient en Grèce et s’installe dans un appartement à Athènes. La famille royale grecque se retrouve pour l’une des dernières fois presque au complet lors des funérailles du prince Christophe en 1940, père du prince Michel de Grèce. Lorsque la Deuxième Guerre Mondiale éclate, la princesse Alice opte pour rester à Athènes. La famille royale part quant à elle en Egypte puis en Afrique du Sud. Alice de Grèce y mène une vie très modeste mais dévouée aux plus fragiles et aux blessés, aidée par sa belle-soeur la princesse Hélène de Grèce (mère de la princesse Marina, duchesse de Kent). Grâce à ses liens avec sa soeur qui vit en Suède, elle parvient à s efournir en médicaments.

Alors que ses gendres servent sous les drapeaux allemands et que son fils Philip Mountbatten sert dans la Royal Navy, la princesse Alice cache une famille juive chez elle à Athènes. En 1994, elle recevra à titre posthume le titre de “Juste parmi les nations“.

Le 3 décembre 1944, le prince André décède à Monte-Carlo. Les époux séparés par la guerre ne se sont donc plus revus. Le 20 novembre 1947, la princesse Alice assiste au mariage de son fils unique Philip avec la princesse Elizabeth en l’abbaye de Westminster. La bague de la fiancée provient de la princesse Alice. Ses 4 filles ne sont pas présentes en raison de leurs unions avec des princes allemands et du profond sentiment hostile du peuple anglais vis-à-vis de l’Allemagne au sortir de la Deuxième Guerre Mondiale.

En 1949, la princesse fonde un ordre de nonnes orthodoxes qui s’inspire de celui créé à l’époque par sa tante la grande-duchesse Elisabeth de Russie, née princesse de Hesse.    

alice7.jpg

La princesse assiste en 1953 au couronnement de sa belle-fille la reine Elizabeth. Comme lors de ses apparitions à cette époque, elle porte une tenue de son ordre religieux. Elle assiste aussi aux grands événements de la famille royale de Grèce dont les mariages de ses neveux et le baptême de la princesse Alexia de Grèce, premier enfant du roi Constantin et de la reine Anne-Marie.

alice8.jpg

Après le coup d’Etat de décembre 1967, la princesse doit à nouveau prendre la route de l’exil. Elle est accueillie par la reine Elizabeth et le duc d’Edimbourg à Buckingham Palace où elle s’installe et profite de ses 4 petits-enfants. Elle s’éteint à Londres le 5 décembre 1969 et est inhumée en la chapelle du château de Windsor. La princesse Alice avait comme dernières volontés d’être enterrée à Jérusalem. En 1988, sa dépouille sera enfin transférée au couvent de Sainte-Marie Madeleine à Jérusalem où elle repose à côté de sa tante la grande-duchesse Elisabeth de Russie. A noter que la princesse Anne porte dans ses prénoms celui d’Alice, de même que lady Louise Windsor, fille du comte et de la comtesse de Wessex.

 

1944 

Archevêque de l'Église catholique
50px-Composition_archev%C3%A8que.svg.png
Hippolyte Simon
Portrait de Hippolyte Simon
Mgr Hippolyte Simon en 2009
 
Archevêque de Clermont-Ferrand
Blason de Hippolyte Simon
 
Naissance 25 février 1944
Ordination
sacerdotale
27 juin 1970
Consécration
épiscopale
4 mai 1996 par MgrJacques Fihey

 




1980

Charles de Ligne de La Trémoïlle


(Charles Lamoral Joseph Malcolm de Ligne de La Trémoïlle)

Parents

 

2009

Naissance à Paris le 25 février 2009 de Mahaut de Vivie de Régie

fille de Charlotte de Maistre Née en 1975.

 

Mariée avec Arnaud de Vivie de Régie Né en 1971

 

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 00:01

Le 24 février est le 55ejour de l'année du calendrier grégorien


Il reste 310 jours avant la fin de l'année


(311 jours si l'année est bissextile)

 

Dicton

" A la Saint-Mathias, le corbeau s'en va, six semaines passent et le coucou reviendra"


Célébrations 



Martyrologe pour le vingt-quatrième jour de février



A Carthage, en 259, le martyre de saint Montan et de ses

 

compagnons.  

 

Disciples de saint Cyprien et la plupart, membres du clergé, ils furent

 

rendus

 

responsables de désordres provoqués lors d'une insurrection.

 

 

 

En 303, à Nicomédie, la passion de saint Évétios.

 

Il mit en pièces les édits affichés contre les chrétiens et, pour ce fait,

 

supporta de nombreux tourments avec une admirable tranquillité de

 

visage et d'esprit.

 

 

 

A Trèves, au Ve siècle, saint Modeste, évêque.

 

Il travailla à rétablir dans son Église la discipline troublée par les

 

invasions des Francs encore païens

 

 

 

A Rouen, vers 544, saint Prétextat, évêque et martyr.

 

Il fut mêlé aux luttes qui opposaient les reines Brunéhaut et

 

Frédégonde.

 

Comme il s'était élevé contre l'attitude immorale de cette dernière, elle

 

le fit assassiner alors qu'il se préparait à célébrer l'Eucharistie

 

dominicale.

 

 

 

L'an 616, saint Éthelbert, roi de Kent.

 

Baptisé par saint Augustin, qui venait de débarquer dans les Iles

 

Britanniques, Éthelbert consacra les vingt années de son règne à

 

étendre la religion chrétienne dans son pays.

 

On lui doit de nombreuses fondations, dont à Londres la première

 

cathédrale Saint-Paul.

 

Saint Ethelbert Roi du Kent (+ 616)

EthelbertofKent.jpg
Cliquez pour entendre

Statue de Ethelbert de Kent à l'intérieur de la cathédrale de Rochester.

Confesseur. Il fut le premier roi chrétien de Kent. Il était marié avec Berthe la fille du roi des Francs. Il écouta avec bienveillance les paroles de saint Augustin de Canterbury, un des moines qu'avait envoyés le pape saint Grégoire de Rome. Il se convertit et fut baptisé par saint Augustin lui-même qui revenait d'Arles en Provence où il avait reçu la consécration épiscopale. Saint Ethelbert fit bâtir la première cathédrale Saint Paul de Londres.
Entraînez les autres avec vous. Qu’ils soient vos compagnons sur la route qui mène à Dieu. Que celui qui, dans son cœur, a déjà entendu l’appel de l’amour divin en tire pour son prochain une parole d’encouragement.
Saint Grégoire le Grand

Voir aussi:
Fichier:Aethelberht of Kent sculpture on Canterbury Cathedral.jpg

Statue d'Æthelbert (cathédrale de Cantorbéry)

 

 

Et encore ailleurs, beaucoup d'autres saints et bienheureux.

 

 

 

Bienheureuse Isabelle de France religieuse clarisse, soeur de Saint Louis

 

(+1270)


270px-St._Isabel_of_France_Saint-Germain

Statue d'Isabelle de France sous le porche de Saint-Germain-l'Auxerrois, refaite en 1841 par Louis Desprez

Fêtée au propre de France le 22 février et que Paris fête le 24 février...
Ce n'est pas une princesse de légende. Nous avons d'elle le portrait vivant qu'a écrit l'une de ses dames d'honneur, Agnès d'Harcourt, qui deviendra par la suite abbesse de Longchamp. Dès son plus jeune âge, cette soeur du roi saint Louis fut attirée par les choses célestes. Elle était gracieuse et belle en sa jeunesse, mais de santé chétive. Près de sa mère, elle tint son rang au palais royal, mais passait beaucoup de temps avec les pauvres. Elle réussit à ne point se laisser marier à Conrad, le fils de l'empereur Frédéric II, malgré les instances du Pape. Après la mort de Blanche de Castille elle résolut de vivre à l'écart du monde et passa le reste de sa vie dans une petite maisonnette, près du couvent de Longchamp qu'elle avait bâti à Paris pour les clarisses et qu'elle consacra à "l'Humilité de Notre-Dame." Elle y mena une vie d'austérité et de prière, sans prononcer pour autant des voeux de religion.
Fêtée au propre de France le 22 février et que Paris fête le 24 février...
Soeur du roi saint Louis, elle resta à la cour tant que vécut sa mère Blanche de Castille. Elle y tint son rang avec simplicité mais aussi avec dignité. Elle s'occupait surtout des pauvres, des malades et des lépreux. Puis elle fonda le monastère des religieuses clarisses "Notre-Dame de l'humilité", sur la plaine de Longchamp, grâce à l'appui royal. Saint Bonaventure rédigea la règle de ces moniales. Isabelle resta simple laïque, habitant à côté du monastère dans la piété, l'austérité et la prière.
À Longchamp aux environs de Paris, en 1270, la bienheureuse Isabelle, vierge. Soeur du roi saint Louis, elle refusa des noces princières, méprisa les délices du monde et fonda un couvent de Soeurs Mineures, avec lesquelles elle vécut pour Dieu dans l’humilité et la pauvreté.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/1513/Saint-Bonaventure.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Isabelle_de_France_(1225-1270)

 

Saint Jean-Baptiste Nativité de saint Jean-Baptiste (1er s.)

441px-Leonardo_da_Vinci_025.jpg

Saint Jean Baptiste par Léonard de Vinci (1513-1516)

L'ange Gabriel dit à Marie au jour de l'Annonciation :" Voici qu'Elisabeth, ta parente, en est à son sixième mois." Trois mois plus tard, l'Eglise fête donc la naissance de Jean-Baptiste, le précurseur du Messie. Parce qu'un doute l'avait saisi, lors de l'annonce de l'ange, sur la fécondité tardive de sa femme, Zacharie, l'époux d'Elisabeth, avait perdu l'usage de la parole. La naissance de Jean lui délie sa langue afin qu'elle proclame " Son nom est Jean." Nom qui signifie, Dieu fait grâce. A Jean, Jésus rendra ce témoignage :" Parmi les enfants des femmes, il n'en est pas un de plus grand que Jean-Baptiste." Dès avant sa naissance, Jean avait reconnu le Christ et tressailli d'allégresse en sa présence. Plus tard, il le baptisera et guidera vers lui ses meilleurs disciples, s'effaçant pour lui laisser la place "Voilà ma joie, elle est maintenant parfaite. Il faut qu'il grandisse et que je diminue."
La saint Jean-Baptiste est aussi la fête nationale de la province canadienne du Québec.
divers-14.jpg


Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsfevrier/fev24.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Jean-Baptiste



Sainte Adèle de Normandie (+ 1137)
Née en 1062, fille cadette de Guillaume le Conquérant, elle épousa en 1080 Etienne-Henri, comte de Blois, de Chartres et de Meaux, qui fut tué le 13 juillet 1102. Elle s'impliqua dans la vie politique et dota généreusement de nombreuses abbayes et églises.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ad%C3%A8le_d%27Angleterre
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tienne_II_de_Blois



Saint Bétton (+ vers 918)
Moine bénédictin de l'abbaye Sainte-Colombe de Sens, il devint évêque d'Auxerre.
"...un des supérieurs de l'abbaye s'appelait Betton et devint par la suite évêque d'Auxerre..."
(source: Marchais-Beton, diocèse d'Auxerre)
http://catholique-sens-auxerre.cef.fr/eglises/marchais.htm

Liste des évêques d'Auxerre: Betton 915-918
http://catholique-sens-auxerre.cef.fr/auxerre/article.php3?id_article=19

"Betton se distingua par la pureté de sa vie, et les écrivains des derniers siècles l’ont mis au rang des saints, bien que l’Église n’ait point adopté son culte comme authentique et légitime."
(source: les personnages célèbres - Auxerre historique)
http://auxerre.historique.free.fr/Personnages/eveques/saint_betton.htm

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89v%C3%AAque_d%27Auxerre



Saint Erasme Confesseur (+ 1160)
Kiev_Pechersk_Lavra_%28General%29.jpg

Laure des Grottes de Kiev.

Confesseur. Il était moine à la laure des Grottes de Kiev. Il mena longtemps une vie monastique relâchée, jusqu'au jour où il se repentit saintement.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Laure_des_Grottes_de_Kiev



 



Saint Flavien Martyr à Carthage (+ 259)
et ses compagnons martyrs à Carthage. Ils étaient disciples de saint Cyprien et appartenaient presque tous au clergé. Ils furent rendus responsables de désordres provoqués dans la ville et pour cette raison mis à mort.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Flavien_de_Carthage



Sainte Ida de Hohenfels (Bienheureuse) (+ 1195)
Épouse d’Eberhard, le comte de Spanheim. Devenue veuve, elle entre au monastère des bénédictines de Eibingen, en Allemagne.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_Sainte-Hildegarde_d%27Eibingen



Saint Léobard moine (+ 618)
moine irlandais de Bangor, disciple de saint Colomban, il rejoignit le monastère de Luxeuil en Bourgogne, et devint en l'an 600 le premier higoumène du monastère de Marmoutier en Alsace.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_L%C3%A9obard
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marmoutier
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Marmoutier_(Alsace)



Saint Létard (Lethard) (+ vers 597)
Prêtre, puis évêque de Senlis. Il devient l’aumônier de la reine Berthe, fille unique du roi Caribert et épouse du roi de Kent et joue un rôle important dans la conversion du roi Ethelbert et prépare la mission de Saint-Augustin.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9tard
http://fr.wikipedia.org/wiki/Berthe_de_Kent



Bienheureuse Maria Girbes En Espagne (+ 1893)
Espagnole d'origine, Maria Josefa Naval Girbès avait pressenti, bien avant le concile de Vatican II, le rôle des laïcs dans l'Eglise. Elle mena dans sa paroisse une intense activité apostolique et charitable, créant un atelier de broderie pour les jeunes filles qui à cette occasion trouvent près d'elle une formation humaine et spirituelle. Elle mourut durant l'épidémie de choléra où elle se dévoua auprès des malades.



Saint Modeste Evêque de Trèves (+ 480)
Confesseur.
On ne commence à parler de lui qu'à la fin du 9ème siècle. L'auteur en fait un évêque de Trêves en Rhénanie quand Clovis devint roi des Francs.
Saint-Modeste est invoqué pour guérir la rougeole.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_archev%C3%AAques_de_Tr%C3%A8ves



Saint Montan et ses compagnons, martyrs à Carthage (+ 259)
martyrs à Carthage sous Valérien avec Lucien, Julien, Victoric, Flavien, Julien, Victor, Primole, Renus et Donatien.
Ils étaient disciples de saint Cyprien et appartenaient presque tous au clergé. Ils furent rendus responsables de désordres provoqués dans la ville et pour cette raison mis à mort.



Saint Prétextat Evêque de Rouen, martyr (+ 586)
chilpa10.jpg

Concile de Paris : saint Prétextat et Chilpéric Ier.
Chroniques françaises. Guillaume Crétin. XVIe.

Martyr. Comme évêque de Rouen, il défend vigoureusement les droits de l'Eglise et dénonce les agissements de la cour royale, en particulier ceux de la reine Frédégonde. Il est violemment persécuté et, compromis avec la cour, le synode des évêques le condamne à sept ans d'exil. De retour sur son siège épiscopal, il adjure de nouveau Frédégonde de changer de vie. Celle-ci, furieuse de son retour et de son ascendant, le fait assassiner pendant qu'il prie au pied de l'autel.
Confesseur et évêque de Rouen. Il vivait à une époque trouble et cruelle marquée par Brunehaut et Frédégonde qui n'hésitaient pas à assassiner qui ne leur convenait pas. Il fut souvent accusé, mais la vérité eut toujours raison des calomnies. Son rôle épiscopal fut des plus importants et les fidèles avaient grande confiance en lui.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9textat_de_Rouen

Autre biographie:
Évêque de Rouen. Impliqué dans les intrigues de la cour durant la période des violentes querelles familiales qui déchiraient les fils de Clotaire, il est accusé de rébellion et condamné à s’exiler et s’installe donc sur une petite île au large de Coutances, en Normandie. Présent au concile de Mâcon, il retrouve sa charge d’évêque, mais ne cesse d’exercer des pressions pour ramener la paix à la cour, ce qui lui vaut d’être assassiné sur ordre de la reine Frédégonde.

Voir aussi:
http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2009/04/14/index.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9textat_de_Rouen



Saint Serge Martyr à Césarée de Cappadoce (+ 304)
Il voulait vivre en paix avec Dieu et pour cela s'était fait moine et solitaire non loin de la ville. Ce qui ne l'empêcha pas d'être arrêté pour sa foi, torturé et décapité. Ses reliques se trouveraient désormais en Andalousie.



Bienheureux Thomas-Marie Fusco fondateur de l'Institut des Filles de la Charité du Très Précieux Sang (+ 1891)Béatifié le 7 octobre 2001 (en même temps que Alphonse-Marie Fusco, son contemporain qui n'est pas de la même famille)
"La singulière vitalité de la foi, attestée par l'Évangile d'aujourd'hui, apparaît également dans la vie et dans l'activité de dom Tommaso Maria Fusco, fondateur de l'Institut des Filles de la Charité du Très Précieux Sang. En vertu de la foi il sut vivre, dans le monde, la réalité du Royaume de Dieu d'une façon toute particulière. Parmi ses prières, l'une d'entre elles lui était particulièrement chère: 'Je crois en toi, mon Dieu; fais croître ma foi'. Telle est précisément la requête que les Apôtres adressent à Jésus dans l'Évangile d'aujourd'hui (cf. Lc 17, 6). Le bienheureux Tommaso Maria avait en effet compris que la foi est avant tout un don, une grâce. Personne ne peut la conquérir ou la gagner tout seul. On peut seulement la demander, l'implorer d'En-haut. C'est pourquoi, illuminés par le précieux enseignement du nouveau bienheureux, ne nous lassons jamais d'invoquer le don de la foi, car 'le juste vivra par sa fidélité' (Ha 2, 4)."
Homélie du pape Jean-Paul II .
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/homilies/2001/documents/hf_jp-ii_hom_20011007_beatification_fr.html

À Pagani en Campanie, l’an 1891, le bienheureux Thomas-Marie Fusco, prêtre, qui prit le plus grand soin des pauvres et des malades et fonda l’Institut des Soeurs de la Charité du Précieux Sang, dans le but de s’adonner à diverses oeuvres sociales, en particulier auprès des jeunes et des pauvres.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Filles_de_la_Charit%C3%A9_du_Tr%C3%A8s_Pr%C3%A9cieux_Sang



Saint Vartan Martyr (1er s.)
Il aurait été envoyé à la cour du roi arménien Sanadrouk, où il aurait rencontré l'apôtre saint Jude. Mais Sanadrouk fit mettre à mort saint Jude quand il entendit parler de son prosélytisme. Vartan se retira aux sources de l'Euphrate et, après quelques années de vie solitaire, où il fut rejoint par quelques disciples, il revint près de Sanadrouk pour le convertir. Ce sont les trois fils du roi qui tuèrent Vartan et ses compagnons comme coupables d'avoir exercé leur prosélytisme dans le royaume.



Les Églises font mémoire...

Catholiques d’occident : Matthias, apôtre (calendrier mozarabe)

Coptes et Ethiopiens (16 amsir/yakkatit) : Elisabeth, mère de Jean Baptiste, (Église copte) ; Michel al Buhayri (+ 1923), moine (Église copte-orthodoxe) ; Kidana Mehrat (Pacte de Miséricorde ; Église éthiopienne)

Luthériens : Matthias, apôtre ; Johann Christoph Blumhardt (+ 1880), témoin de la foi dans le Württemberg
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fen.wikipedia.org%2Fwiki%2FJohann_Blumhardt

Orthodoxes et gréco-catholiques : Premier et second recouvrement de la tête du saint Prophète et Précurseur, Jean Baptiste (452) ; Dimitri Vologda (+ 1392), moine (Église russe) ; Georges de Kratovo (+ 1515), néomartyr (Église serbe)

Syro-occidentaux : Matthieu, évangéliste

Syro-orientaux : Matthias, apôtre (Église malabar)

Vieux catholiques : Matthias, apôtre.



Saint Matthias, Apôtre (1er s.)
artus_10.jpg

Artus Wolffort. Flandres. XVIe.

Judas vient de se pendre. Il lui faut un successeur pour compléter le chiffre de 12 apôtres choisis par le Maître pour marquer les 12 tribus d'Israël. Parmi les témoins de la vie, de la mort et de la résurrection de Jésus, le conseil présente deux candicats possibles. Saint Matthias est choisi par Dieu lui-même, le maître du sort et de l'existence. Il suivait Jésus depuis le baptême du Jourdain. On en fait l'évangélisateur de l'Ethiopie, d'autres le font mourir martyr en Judée.
14 mai, Fête Locale
9 août, Fête pour les églises d'Orient

Voir aussi:
http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2009/02/24/index.html



KIDANA MEHRAT
Le 16 du mois de yakkatit, mais également le 16 de chaque mois de l’année, les chrétiens d’Ethiopie font mémoire du Kidana Mehrat, du « pacte de miséricorde » que Jésus, selon une très ancienne tradition, aurait conclu avec sa mère, en lui promettant de sauver tous ceux qui auraient recours à son intercession.
Le Kidana Mehrat est l’une des fêtes les plus importantes de l’année liturgique éthiopienne. Il souligne la forte accentuation mariale de la spiritualité populaire des Églises orientales. Toutefois, au coeur de la célébration qui a lieu aujourd’hui dans toute l’Ethiopie, il faut surtout voir l’affirmation de la miséricorde de Dieu révélée à travers Jésus Christ, dont la Vierge n’est qu’une humble servante. Le Kidana Mehrat est alors plus que jamais une fête où l’on annonce ce qui constitue le coeur même de l’Évangile.

Prière

Salut à toi, Pacte de Miséricorde, mon espérance, toi qui rend justes les pécheurs et qui cherches la seule brebis qui s’est égarée loin des quatre vingt dix-neuf autres.
Salut à toi, Pacte de Miséricorde, colonne que le Seigneur a érigée, pour que tu sois le signe de salut pour tous les pécheurs, sois la force de notre amour !
Salut à toi, Pacte de Miséricorde, couronne d’or de tout ce qui est bonté ; tu es le trésor du pauvre et sa richesse dans le ciel.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_%C3%A9thiopienne_orthodoxe



FRANCISCA NUNEZ DE CARBAJAL (1590) martyre juive
En 1590, dans la ville de Mexico, Francisca Nunez de Carbajal est brûlée vive.
Francisca, qui appartenait à la célèbre famille des Carbajal, conversos mexicains d’origine portugaise – on comptait parmi eux d’illustres politiciens dans les colonies américaines-, avait été dénoncée parce qu’elle persévérait à professer sa foi juive.
Devant son ferme refus d’abjurer la religion de ses pères, Francisca fut jetée en prison et soumise à des tortures pendant plus de trois ans, avant d’être envoyée au bûcher sur la place publique.
L’un après l’autre, tous les membres de la famille Carbajal subirent le sort Francisca, jusqu’au moment où, le 26 mars 1601, l’honneur de mourir pour sa foi dans le Dieu d’Israël reviendra à Mariana, la dernière sœur de Francisca.

Lecture

Mais comment puis-je chanter en ce monde si vide pour moi ?
Comment puis-je jouer d’un instrument avec les mains que voici toute tordues ?
Où se trouvent mes morts ? Je les cherche, mon Dieu, même dans le fumier,
dans chaque tas de cendres... Oh, dites-moi où vous êtes.

Criez de chaque morceau de terre, de sous chaque pierre,
criez de la poussière, des flammes, de la fumée
c’est votre sang, votre lymphe, la moëlle de vos os,
c’est votre chair, c’est votre vie ! Criez ! Criez fort !

(Yitzhak Katzenelson, Le chant du peuple juif massacré).

 

Saints catholiques du jour 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/ec/St._Isabel_of_France_Saint-Germain_l%27Auxerrois.jpg/180px-St._Isabel_of_France_Saint-Germain_l%27Auxerrois.jpg Isabelle († 1270) Isabelle de France, bienheureuse. Religieuse clarisse, soeur de Saint Louis (+ 1270)
     Ce n'est pas une princesse de légende. Nous avons d'elle le portrait vivant qu'a écrit l'une de ses dames d'honneur, Agnès d'Harcourt, qui deviendra par la suite abbesse de Longchamp. Dès son plus jeune âge, cette soeur du roi saint Louis fut attirée par les choses célestes. Elle était gracieuse et belle en sa jeunesse, mais de santé chétive. Près de sa mère, elle tint son rang au palais royal, mais passait beaucoup de temps avec les pauvres. Elle réussit à ne point se laisser marier à Conrad, le fils de l'empereur Frédéric II, malgré les instances du Pape. Après la mort de Blanche de Castille elle résolut de vivre à l'écart du monde et passa le reste de sa vie dans une petite maisonnette, près du couvent de Longchamp qu'elle avait bâti à Paris pour les clarisses et qu'elle consacra à "l'Humilité de Notre-Dame." Elle y mena une vie d'austérité et de prière, sans prononcer pour autant des voeux de religion.
     Fêtée au propre de France le 22 février et que Paris fête le 24 février...
     Soeur du roi saint Louis, elle resta à la cour tant que vécut sa mère Blanche de Castille. Elle y tint son rang avec simplicité mais aussi avec dignité. Elle s'occupait surtout des pauvres, des malades et des lépreux. Puis elle fonda le monastère des religieuses clarisses "Notre-Dame de l'humilité", sur la plaine de Longchamp, grâce à l'appui royal. Saint Bonaventure rédigea la règle de ces moniales. Isabelle resta simple laïque, habitant à côté du monastère dans la piété, l'austérité et la prière.
     À Longchamp aux environs de Paris, en 1270, la bienheureuse Isabelle, vierge. Soeur du roi saint Louis, elle refusa des noces princières, méprisa les délices du monde et fonda un couvent de Soeurs Mineures, avec lesquelles elle vécut pour Dieu dans l’humilité et la pauvreté.

Prénoms du jour 

Bonne fête aux :

  • Jean-Baptiste (pour les églises d'Orient), et ses dérivés : Baptiste, Baptistin, etc.

Et aussi aux :

Événements 

24 février dans les croisades
1102
 mort de Constantin Ier, seigneur arménien des Montagnes[1]

 -45

45 av. J.-C.

Jules César met en œuvre un nouveau calendrier, que l'on appellera par la suite calendrier julien, dans lequel il ajoute, tous les quatre ans, une journée après celle du 24 février, qu'il nomme « sixième jour avant les calendes de mars » ou bissextus ou encore bis sextillis (deux fois sixième), d'où le nom d'année bissextile donné à l'année qui comporte ce jour supplémentaire.

 


1320

En application d'une décision prise par le roi Philippe V le Long en juin 1318, un arrêt du Parlement prescrit, que les châteaux, terres et droits, qui avaient été l’objet de donations de la part de Philippe III le Hardi et de Philippe IV le Bel, feront retour au domaine de la couronne.


1382

Début à Rouen des émeutes connues sous le nom de « révolte de la Harelle », que Charles VI

 

réprime durement en abolissant la commune de Rouen.


1495

Le roi de France Charles VIII entre victorieux dans Naples et recevant la couronne de Naples

par Francesco Bassano


1510

Jules II lève l'excommunication à l'encontre de Venise et prend parti contre le roi de France, tandis que Matthieu Schiner détourne les Suisses d'une alliance avec les Français.


1525

François Ier, est fait prisonnier à Pavie par l'empereur Charles Quint (V)

 
Cliquez sur le visage des personnes à marquer.
 182092_105486082865650_100002127750837_5
Le roi François Ier de France était fait prisonnier par le chevalier Cesare Hercolani, naturel de Forlì, pour le compte de l’empereur Charles Quint au cours de la bataille de Pavie, où les Espagnols remportèrent la victoire. Les Français y perdirent plus de 10 000 hommes. Le Milanais tomba ainsi sous la domination d...e l’Espagne qui y restera jusqu’à 1706. Ce fut la seconde fois qu’un roi de France tombait dans les mains de ses ennemis et restait en captivité à l’étranger (la première fut pendant la Guerre de Cent Ans, lorsque Jean II le Bon fut fait prisonnier par les Anglais). Avant d’être embarqué à Villefranche près de Nice pour l'Espagne, où il sera détenu pendant un an, François Ier envoya à sa mère la duchesse douairière d’Angoulême, devenue régente du royaume, un billet lui annonçant la défaite en ces termes : « Madame, pour vous faire savoir comment se porte le reste de mon infortune, de toutes choses ne m'est demeuré que l'honneur et la vie qui est sauve. » Des mots que la postérité à réduit à cette phrase bien concise : « Tout est perdu, fors l'honneur ».


1527

Le royaume de Bohême choisit pour roi Ferdinand, frère de Charles Quint, faisant entrer ce royaume dans la maison d'Autriche.


1530

Charles Quint est couronné empereur par le pape Clément VII.


1555

Abdication de Charles Quint.


1582

Bulle du pape Grégoire XIII instituant une réforme du calendrier (calendrier grégorien)


1663

 Louis XIV dissout la Compagnie des Cent-Associés, qui a failli dans sa mission d’assurer la colonisation de la Nouvelle-France, et rattache la colonie à la Couronne.

  1673

Après avoir suspendu les représentations le 19 et le 21, la troupe reprend Le Misanthrope avec Baron dans le rôle d'Alceste.


1766
 Rattachement de la Lorraine à la France.

1777
Le marquis de Pombal est congédié.
 Marie Ière devient reine Très Fidèle de Portugal et des Algarves avec son époux et oncle Pierre III, succédant à son père le roi Joseph Ier.
Leur premier acte est le congé du marquis de Pombal.

Portugal

184895_105723076175284_100002127750837_5

À Sintra, décès de Joseph Ier, roi Très Fidèle de Portugal et des Algarves, succédé par sa fille Marie Ière dite la Pieuse conjointement avec son époux et oncle paternelle Pierre III, qu’elle avait épousé pour ne pas faire tomber la couronne sous la coupe d'un prince étranger.

 À la mort du roi Joseph Ier, c'est sa fille Marie Ière de Bragance qui lui succède. Le marquis de Pombal se voit congédier. 

1791

 Paris

 Le roi, qui depuis décembre prépare sa fuite, a fait partir ses sœurs le 21 février. L'émotion est grande, les femmes assiègent, ce jour, Les Tuileries.

1812
 Europe

 signature d'une convention militaire franco-prussienne par laquelle la Prusse accorde toutes facilités de stationnement et approvisionnement à la Grande Armée en route vers la Russie, ainsi que l'envoi d'un corps d'armée de vingt mille hommes.
1814
 France

 les Autrichiens, battus deux fois à Mormant et à Montereau le 18, offrent un deuxième armistice ce jour.

 1848
Abdication de Louis-Philippe, roi des français : instauration de la deuxième République.

Paris

 Fin des trois journées insurrectionnelles (voir le 22 février 1848)
 
Cliquez sur le visage des personnes à marquer.
 182742_105508052863453_100002127750837_5

Suite à l’interdiction d’une réunion faisant partie de la « Campagne des banquets » organisée par les réformateurs pour s'opposer aux décisions prises par le gouvernement conservateur de François Guizot, se déclenche une vraie insurrection contre le régime en vigueur depuis 1830 et Louis-Philippe Ier, roi des França is, se voit contraint à l’abdication.
Il résigne le pouvoir dans son petit-fils Louis-Philippe Albert d’Orléans, « comte de Paris », de droit duc d’Orléans, mais dans les faits l’Assemblée finit par l’écarter et proclama la Deuxième République, à la tête de laquelle on plaça provisoirement Jacques Charles Dupont de l'Eure, en tant président du conseil des ministres. Dans l’entretemps, l’ex-roi de la Monarchie de Juillet, craignant de subir le même sort que Louis XVI et Marie-Antoinette, se déguisa et quitta Paris. Voyageant dans une voiture banale sous le nom de Mr. Smith, il s’enfuit en Angleterre. Ainsi se termina l’usurpation orléaniste, créatrice d’une royauté qui « rien ne devait au passé », sans grâce de Dieu, qui refusa la consécration de l’Église et fondée sur la Charte de 1831 et non pas sur les lois fondamentales du royaume.
1858
Apparitions de la Vierge Marie à Lourdes (France)
Notre Dame de Lourdes
lourdes2.jpg
Les paroles de la Vierge Marie à Lourdes :
- "Ce n'est pas nécessaire." (En réponse à la question de Bernadette : « Voulez-vous avoir la bonté de mettre votre nom par écrit ? »)
- "Voulez-vous me faire la grâce de venir ici pendant 15 jours."
- "Je ne vous promets pas de vous rendre heureuse en ce monde, mais dans l'autre."
- "Pénitence ! pénitence ! pénitence ! Vous prierez Dieu pour les pécheurs.
Allez baiser la terre pour la conversion des pécheurs."
- "Allez boire à la fontaine et vous y laver. Vous mangerez de cette herbe qui est là."
8ème apparition  : Mercredi 24 février 1858
Message de la Dame :
"Pénitence! Pénitence! Pénitence! Priez Dieu pour les pécheurs !
Allez baiser la terre en pénitence po
ur les pécheurs ! "
1866
 Roumanie

 la politique de réforme agraire et de sécularisation des biens de l'Église provoque le mécontentement des grands propriétaires, qui renversent le prince Cuza.
Pour le remplacer, Bismarck et Napoléon III choisissent Charles-Frédéric, cousin du roi de Prusse, qui prend le nom de Carol Ier.
Il régnera jusqu'à sa mort en 1914.

 

 

1981

fiançailles du prince Charles de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord avec Lady Diana Spencer.



1989

 des centaines de milliers de Japonais et les représentants de 163 pays rendent un ultime hommage à l'empereur Hirohito, décédé le 7 janvier dernier. Les funérailles d'une durée de plus de 13 heures auront coûté 75 millions de dollars au gouvernement japonais.
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 00:01

Le 23 février est le 54e jour de l'année du calendrier grégorien.

 

Il reste 311 jours avant la fin de l'année (312 jours si l'année est bissextile)

 

Signe du zodiaque : 5e jour du signe astrologique des Poissons.

 

Dicton du jour

"À la Saint-Florent, il est bien de semer le froment, mais sans perdre de temps."

Célébrations 


 

Saints chrétiens



Martyrologe pour le vingt-troisième jour de février,


Mémoire de saint Polycarpe, évêque, martyrisé à Smyrne, en

 

Asie Mineure, vers 155.

 

Au témoignage de saint Irénée, "il avait conversé avec saint Jean et d'autres qui

 

avaient connu le Seigneur" et pouvait "parler de ce qu'il savait, par eux, de sa doctrine

 

et de ses miracles"

 

 

Saint Polycarpe Evêque de Smyrne (+ 167)

 

Polycarpe († 167)

 

Polycarpe de Smyrne, évêque martyr

 


 

Cliquez pour entendre

Evêque et martyr.

Dans sa jeunesse, il connut l'apôtre saint Jean dont il est devenu le disciple.
Evêque de Smyrne, il transmettra la tradition johannique au jeune Irénée, le futur évêque de Lyon. Lorsqu'éclate la persécution commandée par Marc-Aurèle, l'empereur-philosophe, saint Polycarpe est très âgé.
Il est plein de noblesse devant le proconsul :
"Voilà bientôt quatre-vingt six ans que je sers le Christ, et il ne m'a fait aucun mal. Comment pourrais-je outrager mon roi et mon sauveur ?" Il est alors brûlé vif, "comme un pain dans le four" selon son expression.

Saint-Polycarpe est invoqué pour soulager les douleurs aux oreilles.

Lecture

Polycarpe, les yeux levés au ciel, dit :
« Dieu tout-puissant Seigneur, Père de ton Fils Jésus Christ aimé et béni, grâce à qui nous avons reçu la joie de te connaître, sois béni pour m’avoir jugé digne en ce jour et à cette heure de prendre place au nombre des martyrs, de boire au calice de ton Christ pour la résurrection à la vie éternelle de mon âme et de mon corps dans l’incorruptibilité de l’Esprit saint. Que parmi eux je sois accueilli aujourd’hui en ta présence comme un sacrifice qui te soit agréable, de même que toi, le Dieu de vérité qui ne connaît pas le mensonge, tu l’as d’avance disposé, manifesté et accompli. Pour cela, par dessus tout, je te loue, je te bénis, je te rends gloire par l’intermédiaire de ton grand prêtre éternel et céleste, ton Fils bien-aimé Jésus Christ. A toi la gloire, avec lui et avec l’Esprit saint, maintenant et pour les siècles à venir. Amen ! »

(Martyre de Polycarpe 14)

Seigneur Dieu tout puissant, Père de Jésus Christ ton enfant bien-aimé, de qui nous avons reçu connaissance de ton nom, Toi, le Dieu des anges, des puissances et de toute la création, ainsi que de la race des justes qui vivent en ta présence, je Te bénis de m’avoir jugé digne de ce jour et de cette heure afin de me faire prendre part au nombre de tes témoins, et de participer au calice de ton Christ pour la résurrection de la vie éternelle de l’âme et du corps.

Paroles de saint Polycarpe au moment de sa mort.


Il naquit dans une île de la mer Egée en Grèce. Sa formation littéraire à Constantinople en fit un grand lettré. Devenu militaire, il fut gouverneur du Prétoire. Après quatre années de service, il se retira au désert comme le prophète Elie, d'abord en Mésopotamie. Les disciples affluèrent et il répartit ses moines en quatre groupes : grecs, romains, syriens et égyptiens. Il leur donna pour règle de se succéder jour et nuit dans l'église pour chanter sans cesse l'office liturgique dans la langue qui était la leur. Puis, il vint à Constantinople où il fut le fondateur du célèbre monastère des Acémètes (ceux qui ne dorment pas mais se relaient pour la prière perpétuelle) dont s'inspirèrent beaucoup d'autres monastères en Orient.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_l%27Ac%C3%A9m%C3%A8te



Saint Boswell Abbé de Melrose en Angleterre (+ v. 661)
ou Boisil.
Moine disciple Saint Aidan de Lindisfarne. Devenu abbé, il fut bibliste. Il avait le don de prophétie et était réputé pour sa faculté à prêcher et il forma les saints Cuthbert et Herbert. Il mourut de la peste.
Il donna son nom à la ville de St Boswell's en Ecosse.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Scottish_Borders



Saint Damien Confesseur (+ 1280)

Monastère d'Esphigmenou

Confesseur. Entré au monastère d'Esphigmenou sur la Sainte Montagne de l'Athos, il s'adonna à la prière continuelle sous la direction d'un père spirituel pour éviter les pièges de sa volonté propre. Ses combats sont restés secrets, mais sa sainteté fut vite reconnue.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Monast%C3%A8re_d%27Esphigmenou
http://www.esphigmenou.com/
http://www.esphigmenoumonastery.com/



Saint Félix de Brescia Évêque de Brescia (+ vers 650)

Vingtième évêque de Brescia dans le Nord de l'Italie, il fut un ardent opposant aux ariens lombards qui niaient la nature divine du Christ et à d'autres hérétiques.
Il gouverna ce diocèse pendant plus de 40 ans.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Brescia



Saint Florent de Séville Évêque vénéré à Séville (+ 485)
ou Florentius. Evêque martyr très vénéré dans la région de Séville en Espagne.



Saint Jean le Moissonneur Confesseur (11ème s.)
Confesseur. Originaire de Calabre. Elevé par sa mère captive dans une famille arabe de Palerme, il se convertit à la foi en Jésus-Christ à l'âge de 14 ans.



Bienheureuse Joséphine Vannini (+ 1911)

"Elle naquit à Rome, en Italie, le 7 juillet 1859. Orpheline de père et de mère, elle fut éduquée par les Filles de la Charité jusqu'à l’âge de 21 ans.

A Rome, au cours d'une retraite, elle connut le Père Louis Tezza - à cette époque Procurateur Général des Pères Camilliens - qui comprit ses rares qualités et l'invita à collaborer à la fondation de I’Institut qu'il projetait

Femme forte et d'une profonde vie intérieure, elle sut incarner la vocation évangélique et camillienne, qui la rendit capable de se donner totalement au prochain atteint par la maladie.

Elle mourut le 23 février 1911 à Rome"

(source: la famille camillienne)

http://famille.camillienne.free.fr/temoins_vannini.html



Saint Lazare le Confesseur (+ 827)

Confesseur
 
Ce moine peignait des icônes à Constantinople, alors que régnait Théophile, un iconoclaste forcené qui le fit jeter dans un cloaque. Saint Lazare s'en tira et se remit à peindre. L'empereur lui fit alors brûler la paume des mains. Mais l'impératrice Théodora le cacha dans une église, le soigna et le guérit. Devenue régente, elle mit fin à cette persécution et chargea saint Lazare d'aller annoncer la nouvelle au pape de Rome. Saint Lazare serait mort durant ce voyage, dans un naufrage, on ne sait si ce fut à l'aller ou au retour.

Autre biographie:

Moine originaire du Caucase émigré à Constantinople. Dans son monastère, il consacre tous ses temps libres à la peinture, et notamment à restaurer les peintures qui étaient systématiquement détruites par les iconoclastes, soutenus par l’empereur Théophile. Lazare est arrêté, torturé, et on lui mutile particulièrement les mains. L’empereur décédé, le culte des images saintes est rétabli par son successeur (Michel III), et Lazare est libéré, et il se fait même octroyer une charge d’ambassadeur à Rome (+ vers 867)
Saint-Lazare le Peintre est invoqué pour soulager les douleurs causées par des brûlures.



Sainte Marthe Vierge et Martyre (+ 252)

Vierge et martyre. Elle vivait à Astorga au temps de l'empereur Dèce. Le gouverneur la remarqua parmi les chrétiens arrêtés pour leur foi. Il fut conquis par sa beauté de cette très jeune fille et voulut la faire renoncer à Jésus-Christ. Comme il ne parvenait pas à la soumettre par la douceur, il eut recours à la violence. Il commanda que la vierge soit totalement dépouillée de ses vêtements devant la foule hostile et la fit battre de bâtons noueux. Elle persista dans sa décision. Le gouverneur la fit décapiter.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Astorga



Saint Méraut Abbé de Vendôme (IXe siècle)
ou Mérald. Moine de Saint-Evroult d'Ouche en Normandie, il devint abbé à Vendôme.
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89vroult_d%27Ouche



Sainte Mildburge Abbesse de Wenlock, fille du roi Merewald d'Anglie (+ 722)
Vierge. Issue d'une famille princière d'Angleterre, elle prit le voile avec ses deux soeurs au monastère de Wenlock dont elle devint abbesse et où elle fut comblée par Dieu de faveurs mystiques.



Bienheureuse Raphaëlle Ybarra Mère de famille nombreuse à Bilbao (+ 1900)
A Bilbao, au pays basque. Une mère de famille nombreuse qui trouva encore le temps de se dévouer aux jeunes filles malades et abandonnées.



Sainte Romaine Sur les bords du Tibre, à Rome (+ 324)
Sainte Romaine aurait vécu au 4ème siècle et mourut, sur les bords du Tibre, à Rome, vers 324. Ce prénom peut aussi se rattacher à saint Romain. Ils sont plusieurs à porter ce nom :

- saint Romain du Jura + 460 (28 février) qui fonda le monastère de Saint-Romain-de-la-Roche.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints_721.html

- saint Romain de Subiaco + 560 (22 mai) moine en Italie.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints_10030.html

- saint Romain de Rouen + 639 (23 octobre) qui se dévoua pour les prisonniers.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints_8708.html

- saint Romain du Mans + 385 (24 novembre) qui s'en fut évangéliser le bordelais et la région de Blaye.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints_9360.html



Saint Sérène Martyr à Sirmium (+ 307)
ou Cerneuf.
Il était jardinier en Pannonie, l'actuelle Hongrie. Dénoncé comme chrétien par une femme dont il avait repoussé les avances, il fut décapité. Ses reliques furent apportées en Auvergne quelque temps après et sa mémoire fut longtemps conservée à Billom.
http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9r%C3%A8ne

Autre biographie:
Moine grec, ermite en Pannonie (ancienne région située en partie sur la Hongrie et la Croatie actuelles), qui vit de la culture de son jardin potager. Un jour (durant la période des persécutions de Dioclétien), il fait une remarque à l’épouse d’un garde impérial, ce dont elle se plaint à son mari. Sérène est arrêté, jugé et acquitté. Mais comme on découvre alors qu’il est chrétien, il est condamné à être décapité (+ vers 303)
Saint-Sérène le Jardinier est invoqué pour protéger les femmes contre les maladies, en général.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pannonie



Saint Véterin Confesseur (4ème s.)
Disciple de saint Martin, il libéra l'Anjou de l'idolâtrie en y apportant l'Evangile.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Anjou

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9t%C3%A9rin



Saint Willigise Evêque et confesseur (+ 1011)
Originaire de la Saxe, il fut chapelain de l'empereur Othon II, puis archevêque de Mayence. Il prit un soin particulier à faire élire des évêques de grande qualité et de grande sainteté.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Willigis



Les Églises font mémoire...

Anglicans : Polycarpe, évêque de Smyrne, martyr

Catholiques d’occident : Polycarpe, évêque et martyr (calendrier romain et ambrosien)

Coptes et Ethiopiens (15 amsir/yakkatit) : Paphnuce (IVe s.), moine (Église copte)

Luthériens : Polycarpe, évêque et martyr en Asie Mineure

Maronites : Polycarpe, martyr

Orthodoxes et gréco-catholiques : Polycarpe, évêque de Smyrne, hiéromartyr ; Jean Petrizi (XIe-XIIe s.), Église géorgienne

Vieux Catholiques : Polycarpe, évêque et martyr
Saints catholiques[2] et orthodoxes[3] du jour

 

Saints et bienheureux catholiques[2] du jour

 

Saints orthodoxes[3] du jour

Prénoms du jour 

Bonne fête aux :

  • Lazare
  • Alexandre et ses dérivés : Alec, Alex, Alexandra, Alexandrin, Alexandro, Alexian, Axel, Axelle, Lissandre, Sacha, Sander, Sandre, Sandro, Sania, Sasha, etc.

Et aussi aux :


1945
http://a21.idata.over-blog.com/59x99/0/50/45/10/images-blog/frechilowski.jpg

Nom: FRELICHOWSKI

Prénom: Etienne Vincent (Stefan Wincenty)

Pays: Pologne

Naissance: 1913

Mort: 23.02.1945  au Camp de Dachau

Etat: Prêtre  -  Martyr

Note: Arrêté en 1939 par les nazis, déporté successivement dans les camps de concentration de Stuthoff, de Sachsenhausen puis de Dachau. Mort du typhus après avoir accompli son ministère auprès des autres déportés.

Béatification: 07.06.1999  à Torun (Pologne)  par Jean Paul II

Canonisation:

Fête: 23 février

Réf. dans l’Osservatore Romano: 1999 n.25 p.5 & 8

Réf. dans la Documentation Catholique: 1999 n.13 p.639-640

Notice

Jean Paul II a béatifié Dom Stefan Wincenty FRELICHOWSKI à Torun (Pologne), ville qui est un symbole de paix, où furent signés deux traités appelés ‘Paix de Torun’ et où se fit pour toute l’Europe une rencontre entre calvinistes et catholiques appelée ‘Colloquium charitativum’ (Colloque de charité). Le nouveau bienheureux fut lui-même un artisan de paix. Par sa formation scoute, il sut, devenu prêtre, adapter les méthodes de la pastorale aux besoins de chaque homme qu’il rencontrait. A cette école, il avait acquis une sensibilité particulière aux besoins des autres. Il n’eut qu’un court ministère de huit ans, mais il apprit à connaître le secret des cœurs. Grâce à sa bonté, à sa patience et à sa douceur, il rallia de nombreuses personnes au Christ au cours des circonstances tragiques de la guerre. Dans la tourmente il eut la force de rester un témoin de la paix. Emprisonné par les nazis, il fait plusieurs camps comme autant d’étapes du chemin de croix : Stuthoff, Sachsenhausen, puis Dachau. Sa charité allait aux plus nécessiteux ; c’est aux nombreux malades du typhus de ce dernier camp qu’il se consacra en priorité. Atteint lui-même, il mourut en 1945. "Je dois être un prêtre selon le cœur de Jésus" écrivait-il au début de son chemin sacerdotal. Il a su réaliser cet idéal.



Événements


23 février dans les croisades

1398

 Jean sans Peur capturé à Nicopolis puis libéré contre rançon, est de retour à Dijon[1]

1130
 Consécration du pape Innocent II.

1455
 Date admise de publication de la Bible de Gutenberg, le premier livre occidental imprimé avec des caractères mobiles.

1573
La pacification de Perth met fin aux combats en Écosse entre le Régent et les partisans de Marie Stuart.


1574
Début de la cinquième guerre de religion en France

1660
 Charles XI de Suède devient roi.

1689
 Guillaume III d'Orange et Marie II deviennent roi et reine d'Angleterre.

La Cour souhaite la paix

Paris préfère la victoire et non la paix à tout prix


1745
 Mariage du dauphin Louis de France avec Marie-Thérèse, infante d'Espagne.

Louis de France, Dauphin par Anne Baptiste Nivelon (1764)Versailles, Musée national du Château et des Trianons 


1766
 Annexion du duché de Lorraine par la France à la mort du duc Stanislas Leszczyński.

1802
 Bonaparte signe avec le bey de Tunis Hammouda Pacha un traité d'alliance contre les Britanniques.

1858
Apparitions de la Vierge Marie à Lourdes (France)
Notre Dame de Lourdes
Les paroles de la Vierge Marie à Lourdes :
- "Ce n'est pas nécessaire." (En réponse à la question de Bernadette : « Voulez-vous avoir la bonté de mettre votre nom par écrit ? »)
- "Voulez-vous me faire la grâce de venir ici pendant 15 jours."
- "Je ne vous promets pas de vous rendre heureuse en ce monde, mais dans l'autre."
- "Pénitence ! pénitence ! pénitence ! Vous prierez Dieu pour les pécheurs.
Allez baiser la terre pour la conversion des pécheurs."
- "Allez boire à la fontaine et vous y laver. Vous mangerez de cette herbe qui est là."

7ème apparition : Mardi 23 février 1858

Entourée de cent cinquante personnes, Bernadette se rend à la Grotte.
L'Apparition lui révèle un secret "rien que pour elle".

1934
 Léopold III devient roi des Belges.

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 00:00

943

 Herbert II de Vermandois

(Herbert de Vermandois)

comte de Vermandois

comte de Troyes (930-942)

comte de Meaux (923-942)
  puis Duc de Vermandois

 

Parents

dont


1072
 Pierre Damien

(en latin Petrus Damianus, en italien Pier Damiani)

né v. 1007 à Ravenne
 mort le 23 février 1072 à Faenza

 religieux italien du XIe siècle, d'abord ermite, qui devint évêque
 puis cardinal et fut déclaré docteur de l'Église par le pape Léon XII, en 1823
Cardinal

Pierre Damien
de l'Église catholique romaine
Image de Pierre Damien
Saint Pierre Damien (à droite) avec Sainte Anne et Sainte Elisabeth
 
d'Ostie
Blason de Pierre Damien
 
Naissance v. 1007
à Ravenne (Italie)
Ordination
sacerdotale
 
Consécration
épiscopale
 
Évêque  
Créé
cardinal
1058 par le pape Étienne IX
Décès 23 février 1072 à Faenza (Italie)


















































1270

 Isabelle de France

 fille de Louis VIII de France 

1447

Armoiries pontificales de Eugène IV
Image du pape Eugène IV

 Eugène IV

(Gabriele Condulmer)

Cliquez pour le fleurir

 moine bénédictin italien, pape de 1431 à 1447 

Humphrey Plantagenet

Humphrey Plantagenet
prince of England, duke of Gloucester (16 mai 1414), earl of Pembroke (16 mai 1414)
Humphrey Plantagenet

Parents



1464


 Zhezong

empereur de Chine 

1546

François de Bourbon-Condé



comte d'Enghien-1546

 


le 23 septembre 1519 au Château de La Fère

 

 

Parents

 

 

Le 15 avril 1544, lieutenant général du roi commandant les forces françaises du nord de l'Italie, il remporte la bataille de Cérisoles sur les troupes impériales.

 

 


1554



Henry Grey

Marquess of Dorset, Duke of Suffolk (8e, 1551), Lord Ferrers of Groby, Baron Harrington et Bonville

le 17 janvier 1517 - Exécuté le 23 février 1554 à Tower Hill, London à l'âge de 37 ans
Inhumé à St.Peter ad Vincula,Tower of London
Henry Grey

1672
Louise-Françoise de Bourbon

Née en 1669 - Décédée le 23 février 1672 à l'âge de 3 ans

Parents


1766
Stanislas Ier Leszczyński

20 octobre 1677
 23 février 1766 à l'âge de 88 ans
Inhumé dans la Wawel Cathedral  à Krakow, Pologne

Stanislaw Leszczynski

1864

Rev Samuel Mazzuchelli

Samuel Charles Mazzuchelli , O.
 ( le 4 novembre , 1806 - 23 février , 1864 )
 missionnaire catholique du pionnier qui a aidé en apportant l'église au Iowa , au l'Illinois , et aux régions de trois états du Wisconsin .
Il a fondé un certain nombre de paroisses dans le secteur.
 Il a agi en tant qu'architecte pour un certain nombre de bâtiments de paroisse.
Inhumé au Saint Patricks Cemetery
Benton - Lafayette County dans le Wisconsin, USA
Rev Samuel Mazzuchelli Rev Samuel Mazzuchelli


1892
 Gaspard Mermillod
né le 22 septembre 1824 à Carouge

 mort le 23 février 1892 à Rome,

 cardinal suisse, évêque catholique de Lausanne et Genève
Cardinal
Gaspard Mermillod
 
 
de Ss. Nereo ed Achilleo
Blason de Gaspard Mermillod
 
Naissance 22 septembre 1824 à Carouge (Suisse)
Ordination
sacerdotale
14 juin 1847
Consécration
épiscopale
25 septembre 1864 par le pape Pie IX
Évêque Évêque auxiliaire de Lausanne et Genève (Suisse)
Évêque de Lausanne et Genève (Suisse)
Créé
cardinal
23 juin 1890 par lepape Léon XIII
Décès 23 février 1892 à Rome (Italie)








































1969
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/f3/Ibn_Saud_1945.jpg/150px-Ibn_Saud_1945.jpg

Saoud IV d'Arabie saoudite
Saoud ben Abdelaziz Al Saoud

(12 janvier 1902 - 23 février 1969)
 fils de Abdelaziz Al Saoud, le fondateur de la dynastie saoudienne, et de Wadhba

 roi de l'Arabie saoudite de 1953 à 1964.

Reynold de La Goublaye de Nantois

le 17 novembre 1934 - Paris16ème - Décédé le 23 février 2009 à l'âge de 74 ans

Inhumé le 26 février 2009 au cimetière du Père Lachaise, Paris 20ème

Parents




comtesse Jean de ROQUEMAUREL

Germaine Reboul


Dans la matinée du lundi 27 Safar Al Khair 1430, correspondant au 23 février 2009 à Meknès
Décès de la Princesse Lalla Amina, sœur de Feu SM Mohammed V, que Dieu ait son âme.

http://www.lematin.ma/Actualite/Express/Photos/20090202-p-Lalla-Amina.jpg

A Rabat, les funérailles de la princesse Lalla Amina du Maroc
soeur du roi Mohamed V du Maroc
En présence de S.A.R. le Prince Moulay Rachid, de S.A. le Prince Moulay Ismaïl, des Princes et Chorfas proches de la défunteObsèques de la Princesse Lalla Amina, sœur de S.M. Mohammed V, à Rabat
 
Les obsèques de la Princesse Lalla Amina, sœur de feu Sa Majesté Mohammed V, que Dieu l'ait en Sa Sainte Miséricorde, ont eu lieu mardi au mausolée Moulay El Hassan au Méchouar à Rabat.

La dépouille de la défunte a été inhumée après la prière du mort qui a suivi la prière d'Al Asr à la mosquée Ahl Fès à Rabat en présence de S.A.R. le Prince Moulay Rachid, de S.A. le Prince Moulay Ismaïl, des Princes et Chorfas proches de la défunte et de plusieurs autres personnalités.
A cette occasion, l'assistance a prié Dieu de préserver Amir Al Mouminine, S.M. le Roi Mohammed VI et de perpétuer sa gloire, d'accueillir la défunte en son vaste paradis et d'accorder à la glorieuse famille royale patience et réconfort.

2009

comte Reynold de la GOUBLAYE de NANTOIS

le 17 novembre 1934 à Paris 16ème

Décédé le 23 février 2009 à l'âge de 74 ans

Inhumé le 26 février 2009 au cimetière du Père Lachaise à Paris 20ème

Parents

Marié le 24 juin 1960 à Héric, 44 avec Chantal de Suyrot Née le 13 juillet 1937 à Nantes, 44
dont
2010
Le comte et la comtesse de Lanascol, le vicomte de Lanascol, Mme Jacques de Château-Thierry, le comte et la comtesse Stéphane de Rasilly, la comtesse de Peyronnet, le comte de Mellon, M. Philippe Dareau de Laubadère, M. et Mme Alain Boissy, Mme Christine Dareau de Laubadère, le comte de Peyronnet, Mme Béatrice de Peyronnet, M. et Mme Jean d'Andurain,
ainsi que ses petits-enfants
ont la douleur de vous faire part du rappel à Dieu de

Frédéric, Patrick de QUEMPER marquis de LANASCOL

à Lanascol, le 23 février 2010, à l'âge de 81 ans.
Le cortège quittera Lanascol, Keraudy (Ploumilliau), le samedi 27 février, à 14 heures. Une chapelle ardente y est dressée depuis le 24 février.
La cérémonie religieuse sera célébrée en l'église de Keraudy (Côtes-d'Armor), le samedi 27 février, à 14 h 30, suivie de l'inhumation.
condoleances@lanascol.com
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 00:00

1417

Armoiries pontificales de Paul II

Image du pape Paul II

Paul II 

(Pietro Barbo)

211ème pape de 1464 à 1471



1744

image

Mayer Amschel Rothschild

Commis à la banque Oppenheimer.

 

le 23 février 1744 à Frankfurt 

Décédé le 19 septembre 1812 à Frankfurt à  l'âge de 68 ans

 


banquier allemand, fondateur de la dynastie.

Parents

 



1760

François Antoine Louis Bourcier

général de division - Lieutenant général

comte Bourcier
(François Antoine Louis Bourcier)

 


1762

Claude Just Alexandre Louis Legrand

Claude Juste Alexandre Legrand

général de division

Général d'Empire

1er comte Legrand et de l'empire (1808)

Pair de France

Grand Croix la Légion d'Honneur, chevalier de Saint-Louis

image

le 22 février 1762 à Plessis-sur-Saint-Just (60, Oise) - Décédé le 8 janvier 1815 à Paris à l'âge de 52 ans -


inhumé au Panthéon

Son nom figure sur l'Arc de Triomphe de l'Étoile, à Paris.

 

1800

 Sir William Jardine

 7ème baron d'Applegirth, naturaliste britannique 

1847

 Sophie-Charlotte en Bavière

 duchesse en Bavière et, par son mariage, duchesse d'Alençon

Née le 23 février 1847 à Possenhofen
Décédée le 4 mai 1897 à Paris dans l' incendie du Bazar de la charité à l'âge de 50 ans
Inhumée le 14 mai 1897 à St-Philippe du Roule à Paris

1854

Cardinal

José de Calasanz Félix Santiago Vives y Tutó
de l'Église catholique romaine
Image de José de Calasanz Félix Santiago Vives y Tutó
                                                                        « Le cardinal Vivès » (Le Pèlerin, 1913)
Préfet de la Congrégation pour les affaires religieuses
Cardinal-diacre
de S. Adriano al Foro

capucin et cardinal espagnol

 
Naissance 23 février 1854 à San Andrés de Llavaneras (Espagne)
Ordination
sacerdotale
26 mai 1877
Consécration
épiscopale
 
Évêque  
Créé
cardinal
18 juin 1899 par le pape Léon XIII
Décès 7 septembre 1913








































1928

Évêque de l'Église catholique
 
                                            Yves Ramousse
http://www.ucanews.com/dps/images/img_058.jpg  
Vicaire apostolique émérite de Phnom-Penh (Cambodge)
Évêque titulaire de Pisita
Blason de Yves Ramousse
 
Naissance 23 février 1928 à Sembadel (France)
Ordination
sacerdotale
4 avril 1953
Consécration
épiscopale
24 février 1963 par Mgr Gustave Raballand



























1929
http://www.orange.re/IMG/jpg/photo_1228472551842-1-0.jpg
 Alexis II de Moscou
15ème patriarche de l'Église orthodoxe russe.

1952

Françoise Mandeville-Périère

Parents



1960
http://mongolianartist.com/imagesnew/naruhito-1.jpg
Naruhito
 fils de Hirohito, empereur du Japon.

Son Altesse Impériale le Prince héritier Naruhito

(徳仁 皇太子 殿下, Naruhito kōtaishi denka?)

 

né à l'Hôpital de la Maison impériale, situé dans le jardin est du Kōkyo dans l'arrondissement de Chiyoda à Tōkyō, le 23 février 1960

fils aîné de l'actuel Empereur du Japon, Akihito, et de son épouse, l'impératrice Michiko.

 

Titré à sa naissance « Son Altesse impériale le Prince impérial Naruhito de Hiro »

(浩宮 徳仁 親王 殿下, Hiro-no-miya Naruhito shinnô denka?)

il devint l'héritier du trône du Japon

(皇太子, kōtaishi?, Prince Héritier) à la mort de son grand-père, l'empereur Shōwa, le 7 janvier 1989.

 

http://gpdhome.typepad.com/royalblognl_news_summary/images/2008/02/24/naruhitobirthday2008a.jpg

(Photo en 2008)

(Photo en 2009)

 le prince héritier Naruhito du Japon a posé en famille en compagnie de son épouse la princesse héritière Masako 

et de leur fille la princesse Aiko dans leur résidence du Palais de Togu à Tokyo 


1960

Gloria von Schönburg-Glauchau

Gräfin von Schönburg-Glauchau
(Mariae Gloria von Schönburg-Glauchau)

Parents

La princesse Gloria von Thurn und Taxis porte fréquemment le costume féminin bavarois comme ici lors d’une fête au château Saint Emmeram de Ratisbonne.

 

A Munich en février 2010

La princesse Gloria von Thurn und Taxis, née comtesse de Schonburg-Glauchau célèbre ce 23 février ses 50 ans. Née à Stuttgart, la comtesse Gloria épouse en mai 1981à Regensburg le prince Johannes von Thurn und Taxis. De cette union naîtront 3 enfants : Maria Theresia, Elisabeth et Albert. Le prince Johannes est décédé en décembre 1990 à l’âge de 64 ans.

 

Veuve à l’âge de 30 ans, la princesse qui partageait avec son époux le goût des fêtes, des mondanités et des excentricités, a depuis radicalement changé sa façon de vivre. Elle a dû faire face à des difficultés financières au moment de la succession et s’est séparée de bijoux et d’entreprises de la famille princière.

Décriée dans un premier temps, elle est aujourd’hui citée comme l’une des femmes d’affaires les plus brillantes et habilles d’Allemagne, ayant de par ses choix, permis de sauvegarder une bonne partie du patrimoine familial pour son fils Albert, classé par le magazine “Forbes” comme l’un des plus jeunes multimillionnaires.

La princesse est aussi connue pour ses profondes croyances religieuses et ses prises de position à ce sujet par la biais d’interventions lors d’émissions de télévison ou d’ouvrages.

 

Mariae Gloria, Ferdinanda, Gerda, Charlotte, Teutonia, Franziska, Margarethe, Frederike, Simone, Johanna, Joachima, Josefine, Wilhelmine, Huberta, comtesse de Schönburg-Glauchau voit le jour le 23 février 1960 à Stuttgart. Elle est la fille du comte Joachim de Schönburg-Glauchau et de la comtesse Beatrix Széchenyi de Sarvar-Felsövidek.

Gloria a une soeur aînée Maya et deux frères Carl-Alban né en 1966 et Alexander né en 1969. De 1965 à 1970, son père le comte Joachim qui a vu ses propriétés et ses terres confisquées en 1945, est journaliste-correspondant au Togo et en Somalie, pays où naîtront d’ailleurs ses deux fils.

De retour en Allemagne, la famille ne roule pas sur l’or et Gloria effectue comme tous les jeunes de son âge des petits boulots notamment comme serveuse.

 

C’est dans un bar estudiantin de Munich qu’elle rencontre le prince Johannes von Thurn und Taxis, héritier de la famille princière qui est à la base du transport de la correspondance. Le prince âgé de 54 ans, est le fils du prince Karl August et de l’Infante Marie Anna du Portugal.

Le mariage a lieu le 31 mai 1980 à Regensburg. Gloria porte une longue robe avec des volants, son voile est retenu par l’une des plus belles pièces de l’imposante collection de joyaux de la famille princière, un diadème de diamants et perles ayant appartenu à l’impératrice Eigénie.

Le couple aura rapidement 3enfants : Maria Theresia voit le jour le 28 novembre 1980, Elisabeth le 24 mars 1982 et Albert le 24 juin 1983.

Gloria mène aux côtés de son époux une vie princière dans leur château de Ratisbonne mais aussi une vie mondaine très intense, assistant à des réceptions, cocktails, défilés de mode à Paris,…

Le couple passe aussi du temps à bord de son yacht, parcourt la mer Méditerranée, la Mer Egée et les Caraïbes, organise des fêtes somptueuses à thème dans son château. La princesse est aussi une fidèle cliente des couturiers parisiens dont Christian Lacroix.

Le milieu des années 80 est rythmé par toutes ces grandes fêtes où la princesse Gloria porte des tenues de Haute Couture plus somptueuses et extravagantes les unes que les autres, le tout parée des plus beaux joyaux de la famille Thurn und Taxis. On surnomme alors la princesse, la princesse “TNT”. Elle teint ses cheveux, demande parfois même l’impossible à ses coiffeurs, notamment de lui réaliser une coiffure représentant la Tour Eiffel (ce qui ne sera d’ailleurs au final pas possible).

Mais tout s’arrête lorsque le prince Johannes est hospitalisé à l’automne 1990. Le 14 décembre 1990, le prince décède à l’âge de 64 ans. La princesse troque ses tenues de fête,son look de “punk” et prend le deuil. Elle supervise les funérailles et entoure au maximum leurs 3 enfants restés orphelins à l’âge de 10 ans, 8 ans et 7 ans.

En plus de la douleur d’avoir perdu celui qu’elle aimait et admirait tant, Gloria von Thurn und Taxis se retrouve aussi à gérer la fortune familiale jusqu’à la majorité de son fils Albert. Une fortune estimée à l’époque à 2 billions $.

Pour faire face aux droits de successions, la princesse doit prendre des décisions parfois drastiques qui lui sont sévèrement reprochées par les proches collaborateurs du prince Johannes et par la presse allemande. Mais Gloria n’en a cure, elle entend se battre pour préserver au maximum le patrimoine de son fils, quitte à sacrifier certains fleurons familiaux. Elle organise également une vente aux enchères de certains bijoux dont le diadème de l’impératrice Eugénie qu’elle portait lors de son mariage. A nouveau, la presse crie au scandale.

 

Mais la princesse est devenue une autre femme, plus responsable, totalement vouée à la famille Thurn und Taxis, encore davantage à ses enfants.

Désormais vêtue d’élégants tailleurs classiques sombres de Chanel, un fin rang de perles autour du cou, les cheveux sagement coiffés, elle trouve la sérénité dans la Foi catholique.

La princesse a écrit plusieurs ouvrages dont l’un avec le cardinal Meisner. En 2006, la princesse Gloria crée à Ratisbonne une congrégation mariale de femmes. Unanimement saluée comme une brillante femme d’affaires, polyglotte, la princesse se consacre aussi avec enthousiasme aux arts et à la culture. Chaque année, le château Saint Emmeram de Ratisbonne accueille un festival théâtral et un marché de Noël. Le musée du trésor princier a aussi ouvert récemment ses portes.

Tous les ans, et en toute simplicité, la princesse accompagne des malades lors de pèlerinages. Elle soutient aussi la fondation “Stiftung Ja zum Leben” et la fondation “Bayerische Stiftung Hospiz”. Comme du temps du prince Johannes, des repas sont servis quotidiennement au château pour les personnes défavorisées.

Au sein du Gotha, la princesse entretient d’excellentes relations avec le duc et la duchesse de Bragance, la famille de Bavière mais aussi avec les souverains bulgares. Elle est la marraine de l’archiduchesse Gloria, fille cadette de l’archiduc Karl et de l’archiduchesse Francesca d’Autriche. (Un grand merci à Patricio - Copyright photos : Getty images, Bunte, Press Agency, Reuters, Hola, D.R.)

 

 

2009

Brieuc de Mol

Parents



Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 00:01

Le 22 février est le 53ejour de l'année du calendrier grégorien


Il reste 312 jours avant la fin de l'année

 

313 jours si l'année est bissextile


C'était généralement le jour du troène

 

4e jour du mois de ventôse, dans le calendrier républicain français


Signe du zodiaque 

 

4e jour du signe astrologique des Poissons.

 

Dicton

" Neige de Sainte-Isabelle, fait la fleur belle."

« Le temps qu'il fait le jour de la Sainte-Isabelle, dure jusqu'aux Rameaux. »

Célébrations

 



Saints chrétiens 



Martyrologe pour le vingt-deuxième jour de février


 

Fête de la Chaire de saint Pierre.

 

Mémoire spéciale de l'accession de Pierre à la charge de pasteur suprême de

 

l'Église, garant de la foi de ses frères.


 

A Hiérapolis en Phrygie, vers 163, le martyre du bienheureux Papias, évêque.

 

Il reçut la doctrine du Christ par saint Polycarpe, lui-même disciple de saint Jean.

 

 

 

En 1270, la bienheureuse Isabelle de France.

 

Soeur de saint Louis, elle fonda un couvent de clarisses à Longchamp, aux

 

portes de Paris.

 

Elle s'y retira en renonçant à ses privilèges et à sa fortune.


 

Bienheureuse Isabelle de France religieuse clarisse, soeur de Saint Louis (+

 

1270)

180px-St._Isabel_of_France_Saint-Germain

Statue d'Isabelle de France sous le porche de Saint-Germain-l'Auxerrois, refaite en 1841 par Louis Desprez.

Vierge. Ce n'est pas une princesse de légende. Nous avons d'elle le portrait vivant qu'a écrit l'une de ses dames d'honneur, Agnès d'Harcourt, qui deviendra par la suite abbesse de Longchamp. Dès son plus jeune âge, cette soeur du roi saint Louis fut attirée par les choses célestes. Elle était gracieuse et belle en sa jeunesse, mais de santé chétive. Près de sa mère, elle tint son rang au palais royal, mais passait beaucoup de temps avec les pauvres. Elle réussit à ne point se laisser marier à Conrad, le fils de l'empereur Frédéric II, malgré les instances du Pape. Après la mort de Blanche de Castille elle résolut de vivre à l'écart du monde et passa le reste de sa vie dans une petite maisonnette, près du couvent de Longchamp qu'elle avait bâti à Paris pour les clarisses et qu'elle consacra à "l'Humilité de Notre-Dame." Elle y mena une vie d'austérité et de prière, sans prononcer pour autant des voeux de religion.
Fêtée au propre de France le 22 février et que Paris fête le 24 février...
Soeur du roi saint Louis, elle resta à la cour tant que vécut sa mère Blanche de Castille. Elle y tint son rang avec simplicité mais aussi avec dignité. Elle s'occupait surtout des pauvres, des malades et des lépreux. Puis elle fonda le monastère des religieuses clarisses "Notre-Dame de l'humilité", sur la plaine de Longchamp, grâce à l'appui royal. (http://mapage.noos.fr/hubert.demory/longchamp.htm)
Saint Bonaventure rédigea la règle de ces moniales. Isabelle resta simple laïque, habitant à côté du monastère dans la piété, l'austérité et la prière. À Longchamp aux environs de Paris, en 1270, la bienheureuse Isabelle, vierge. Soeur du roi saint Louis, elle refusa des noces princières, méprisa les délices du monde et fonda un couvent de Soeurs Mineures, avec lesquelles elle vécut pour Dieu dans l’humilité et la pauvreté.
Sainte-Isabelle de France est invoquée pour éviter aux enfants de périr étouffés dans leur berceau.
im-Ste-Isabelle-France.jpg


Voir aussi:
http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20090222&id=13343&fd=0

 


 

 

A Cortone, en Italie, l'an 1297, sainte Marguerite.

 

Elle résolut de racheter, par une pénitence publique, les scandales de sa jeunesse

 

désordonnée.

 

Admise dans le tiers-ordre franciscain, elle y vécut pendant vingt-trois ans,

 

gratifiée par Dieu de nombreuses faveurs mystiques.

 

 

Sainte Marguerite de Cortone Pénitente laïque italienne (+ 1297)

G._Traversi_-_Margherita_da_Cortona.JPG
Cliquez pour entendre

Elle avait vingt-huit ans et était mère d'un petit garçon quand elle perdit son amant, le comte de Montepulciano en Italie. Elle le trouva assassiné au pied d'un arbre. Elle retourna chez son père, un pauvre paysan de Toscane qui l'accueillit avec amour. Elle voulait rentrer dans un couvent de Cortone, mais on la refusa parce qu'elle était trop belle et pas encore assez vieille. Elle décida de racheter ses errements par une pénitence publique, se promenant dans les rues, montrée par un ânier qui, dans les rues de la ville, criait son passé. Elle logeait dans une cabane chez des gens riches qui la lui avaient donnée au fond de leur jardin tandis que les Frères Mineurs se chargeaient de son fils. Admise dans le tiers-ordre franciscain, elle y vécut vingt-trois ans, gratifiée par Dieu de nombreuses faveurs mystiques.
Sainte-Marguerite de Cortone est la patronne des prostituées repenties. Elle est invoquée pour avoir la force de lutter contre les tentations.

Autre biographie:
Le 22 février 1297, Marguerite de Cortone, tertiaire franciscaine, achève son séjour sur la terre.
Née en 1247 à Laviano, sur le lac Trasimène, Marguerite resta vite orpheline de mère. Mal à l’aise avec sa marâtre, elle s’enfuit à seize ans à peine, dans le château du comte Arsène de Montepulciano, avec lequel elle vécut dix années durant. Quand l’homme qu’elle aimait trouva précocement la mort au cours d’une partie de chasse, Marguerite fut repoussée par sa propre famille comme par celle d’Arsène. Abandonnée de tous, avec un enfant à élever, qu’elle avait eu de sa relation avec le noble toscan, la jeune femme fut accueillie par deux nobles dames de Cortone, qui l’adressèrent aux frères mineurs : c’est là qu’elle passera une grande partie de sa vie.
Avec l’aide des franciscains, Marguerite marqua à son tour leur spiritualité avec beaucoup de profondeur, en menant une vie de grande austérité et de totale disponibilité aux plus humbles. Sa grande charité et la mystique qu’elle vouait à la passion du Christ, où elle puisait la force d’aimer, firent de Marguerite l’inspiratrice d’innombrables initiatives en faveur des pauvres et des malades : elle ne se lassa jamais de chercher en eux le visage de son Seigneur.
Elle s’éteignit à l’âge de cinquante ans dans une petite cellule de la grotte qui surplombe Cortone, déçue par les décisions prises par les chapitres franciscains qui s’éloignaient désormais de la rigueur des commencements, mais considérée par tous comme un modèle de vie évangélique.

Lecture

Le Seigneur, dans une vision, lui dit : « Que me demandes-tu, Marguerite, ma martyre ? ». « Mon Seigneur, pourquoi m’appelles-tu martyre, quand je n’ai encore rien souffert d’insupportable pour toi ? ». Le Seigneur lui répondit : « Ton martyre est la crainte que tu as de me perdre et de m’offenser moi, ton Créateur ; mais moi je te dis que tu es la lumière nouvelle que je donne à ce monde pour l’illuminer ». A ces mots l’humble Marguerite s’exclama : « Que descende sur moi, Seigneur, ta miséricorde, pour que je ne sois pas ténèbre en ce monde, mais fais que je resplendisse de ta lumière, toi qui es ma lumière ». Et le Seigneur d’ajouter : « Ne serait-ce pas vrai, ma fille, que par amour pour moi tu t’es privée de toute joie sur la terre ? Et que par amour pour moi tu es prête à faire face à toutes les souffrances ? Ne gardes-tu pas au fond de ton cœur, par amour pour moi, tous les pauvres du monde ? » (fr. Giunta Bevignati, Histoire de Marguerite de Cortone 10,16).
im-Ste-Marguerite-Cortone.jpg

SAINTE MARGUERITE de CORTONE
Pénitente


(1249-1297)


Sainte Marguerite de Cortone était une enfant du peuple. La négligence de ses parents, sa rare beauté, les occasions dangereuses, l'engagèrent en des liens coupables pendant neuf ans. Aveuglée par ses passions, elle avait le sentiment de sa vie criminelle et aspirait à en sortir; mais elle n'en avait pas le courage. La mort violente et tragique de son séducteur fut pour elle le coup de grâce.


Ardente au bien comme elle l'avait été au mal, elle fit l'aveu de ses fautes, et, après trois ans d'épreuves, reçut l'habit du Tiers-Ordre de Saint-François. Notre-Seigneur lui fut prodigue, comme autrefois à Madeleine, de Ses faveurs les plus singulières. La terre froide et nue est son lit, une pierre ou un morceau de bois son oreiller; son sommeil est souvent interrompu par ses soupirs et par ses larmes; sa beauté d'autrefois n'est plus aujourd'hui pour elle qu'un objet d'horreur; elle se défigure par les jeûnes et par de sanglantes meurtrissures.


La plus insigne grâce de sa vie depuis sa conversion, c'est sa participation aux souffrances de la Passion:
"Prépare-toi, lui dit Jésus-Christ, à être purifiée par les tribulations, les tentations, les infirmités, les douleurs, les larmes, les craintes, la faim, la soif, le froid, les privations de toutes sortes; Je serai avec toi.


-- O Seigneur, dit Marguerite, je m'offre avec allégresse pour souffrir avec Vous."

Elle eut bientôt une participation aussi grande que possible aux douleurs de Jésus, qu'elle vit et qu'elle endura toutes les unes après les autres. Quand elle sortit de cet état surnaturel, pâle et livide, elle demeura longtemps sans parole et glacée d'un froid mortel.

Dieu donna à Marguerite une grâce puissante pour obtenir la conversion des pécheurs et la délivrance des âmes du purgatoire. Elle eut, avant sa mort, à soutenir de terribles combats contre l'ennemi des âmes; mais Dieu fut avec elle, et elle vit un ange descendre du Ciel pour la fortifier.


Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.



Image illustrative de l'article Marguerite de Cortone
Sainte Marguerite de Cortone
née à Laviano (Pérouse, en Ombrie) en 1247
décédée à Cortone le 22 février 1297
franciscaine du Tiers-Ordre. Canonisée en 1728
sa fête liturgique se célèbre le 22 février.

Vie

Marguerite naît en Toscane dans une famille paysanne.

 

Elle perd sa mère alors qu'elle avait à peine sept ans.

 

Son père se remarie, et sa vie en devient fort difficile car sa belle-mère ne lui manifeste ni attention ni affection.

 

Marguerite est fort belle, et à seize ans, séduite par un jeune et riche noble de Montepulciano, Arsenio, qui promet de la prendre pour femme elle quitte la maison paternelle pour vivre avec lui à Montepulciano.

 

Malgré des promesses répétées aucun mariage n'a lieu, même lorsqu'un fils naît de cette union.

 

Durant neuf ans c'est la vie facile et insouciante.

 

Elle reçoit l'argent qui lui permet d'acheter des bijoux et de se parer.

 

Elle a beaucoup de charme et est connue comme la 'Dame de Montepulciano' alors qu'elle n'est en fait que la maîtresse d'Arsenio.

 

En 1273 son amant est assassiné en des circonstances mystérieuses.

 

La légende raconte que son chien vient chercher Marguerite pour la conduire jusqu'au corps du malheureux, d'où les représentations de la sainte, accompagnée d'un chien.

 

La vie de Marguerite s'en trouve radicalement changée.

 

Elle est mise à la porte de la maison de son amant.

 

Retournant auprès de son père elle n'y est pas reçue.

 

Elle se retrouve seule avec un enfant de six ans, à la rue, sans argent et désespérée.

 

Se réfugiant dans une église proche elle y est reçue et écoutée par des franciscains. Elle se met sous leur direction et fait pénitence.

 

En 1272 Marguerite arrive à Cortone avec son fils; elle a alors vingt-cinq ans.

 

Elle y est accueillie par la famille Moscari.

 

Le père Giunta Bevegnati, franciscain, est son confesseur et guide spirituel.

 

Marguerite fait la profonde expérience du pardon de Dieu et souhaite vivre une vie de pénitence dans le Tiers-Ordre de Saint-François.

 

Elle se consacra entièrement à la charité, à la prière, au conseil spirituel.

 

En 1226, Marguerite fonde une communauté de femmes désireuses de venir en aide aux malheureux, ainsi que l'hôpital de 'Sainte-Marie du Pardon', à Cortone.

 

Après sept cent cinquante ans l'hôpital existe toujours même si, pour les besoins d'une modernisation radicale, il a du déménager et se trouve à Valdichiana (Hôpital Sainte-Marguerite)

 

Les Sœurs Franciscaines missionnaires de l'Enfant Jésus, qui sont quelque sept cent quarante-huit (surtout en Italie), continuent son œuvre.

 

Marguerite meurt le 22 février 1297.

 

Son corps, retrouvé intact, repose dans l'église de Cortone.

 

Dès après sa mort elle est considérée comme sainte et la dévotion populaire fait appel à Marguerite pour obtenir des faveurs du ciel.

 

Sa canonisation eut lieu en 1728.

Vénération et écrits 

200px-G._Traversi_-_Margherita_da_Corton

Sainte Marguerite de Cortone


Léon X permit à la ville de Cortone de célébrer une fête en son honneur. En 1623, Urbain VIII étend cette permission à tout l'ordre franciscain. En 1728, Benoît XIII procède à sa canonisation.

 

Son directeur spirituel et son ami était le franciscain Giunta Bevegnati  ; il la fit connaître en écrivant la Légende de sainte Marguerite, que les Bollandistes ont fait imprimer. L'édition la mieux connue est celle de Ludovico da Pelago en 1793.

 

Les historiens Luc Wadding et Léopold de Chérancé ont soigneusement documenté sa vie. François Mauriac a publié sa biographie en 1945.

Iconographie 

Elle est représentée habituellement en habits franciscains, dont elle était tertiaire, avec un petit chien, et les attributs de l'ermite pénitent, crucifix et crâne.

 

Citation 


 

De François Mauriac dans Sainte Marguerite de Cortone - Paris - 1945 :

« Pour Marguerite, l'agonie est une extase qui se prolonge, la mort une extase qui s'accomplit. Depuis des années, la chair et le sang n'avaient plus guère de part à son union à Dieu. Elle l'atteignait de moins en moins à travers le sensible. Maintenant, son âme à demi submergée demeure tout offerte à la marée qui déferlera sur elle, une fois rompue la digue du corps »

 

 

Et encore ailleurs, beaucoup d'autres saints et bienheureux.

 




Saint Abilius évêque d’Alexandrie (+ 97)
ou Abile.Abilius succéda comme évêque d'Alexandrie à saint Marc l'évangéliste ou, selon d'autres sources, à saint Anien. Il est réputé pour avoir rempli sa mission avec vertu.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_patriarches_pr%C3%A9chalc%C3%A9doniens_d%27Alexandrie



Saint Athanase de Pavlopétrion Confesseur en Bithynie (+ 826)
Sa richesse familiale lui permettait de posséder le bonheur selon la sagesse des hommes. Il préféra quitter sa famille à Constantinople pour de retirer loin des vanités du monde. A l'époque de la persécution contre les Saintes Images, il fut le défenseur de la vraie foi et, pour cela, il subit la flagellation, l'exil et la prison, écrivant d'ailleurs à saint Théodore le Studite pour le soutenir. Il fut libéré à l'avènement de l'empereur Michel II. Saint Théodore le Studite adressa à ses moines une catéchèse sur la vie de saint Athanase, après sa mort subite. Cet éloge est encore lu dans de nombreux monastères orientaux.



Saint Baradate d'Antioche Confesseur (+ 460)
Par amour de Dieu, il s'enferma dans une cage où il ne pouvait se tenir que courbé. Son historien, Théodoret de Cyr, nous dit que de nombreux philosophes venaient le consulter. Son évêque lui ayant ordonné de cesser cette pénitence, il accepta d'abandonner ce mode de vie et il resta constamment debout, les mains tendues vers le ciel, couvert d'une tunique de peau où il n'avait laissé qu'une petite ouverture pour le nez, afin de respirer, et pour la bouche, pour se nourrir de l'Eucharistie.



Chaire de Saint Pierre
ARNOLFO_DI_CAMBIO_The_Statue_Of_Saint_Pe

ARNOLFO DI CAMBIO / The Statue Of Saint Peter

Cette fête désigne la charge apostolique de l'Apôtre et sa mission dans l'Eglise. Le Siège apostolique était ainsi célébré jadis le 18 janvier à Rome et le 22 février à Antioche où les disciples du Christ reçurent le nom de chrétiens. La liturgie de Vatican II a regroupé ces deux dates.

Autre biographie:
Le 22 février, à Rome, on a pris très tôt l’habitude d’honorer la mémoire des défunts et de prendre son repas près de leurs tombes, autour de la « cathèdre » vide qui leur était réservée : ce rituel indiquait la foi en leur présence au milieu de leurs familles.
En 354 déjà, la Depositio martyrum, le plus ancien calendrier de l’Église de Rome, atteste que cette fête païenne est remplacée par la mémoire de la chaire de Pierre, c’est-à-dire du commencement de son épiscopat romain.
Plus tard, on célébra deux mémoires de la chaire de Pierre, l’une la 18 janvier, particulière à la Gaule, qui commémore le début du service épiscopal de Pierre à Rome, et l’autre le 22 février, mémoire de son ministère à Antioche.
Par la fête de ce jour, actuellement célébrée seulement dans l’Église catholique, on a voulu garder pour Pierre, comme on l’a fait aussi pour Paul, une seconde mémoire qui en rappelle la mission spécifique dans l’Église.
La commémoration de l’épiscopat romain de l’apôtre est ainsi l’occasion, d’une part, de souligner le fondement apostolique de l’Église de Rome et, de l’autre, son service de présidence dans la charité que la tradition la plus ancienne a reconnu à Pierre et à ses successeurs, que ceux-ci soient l’ensemble des évêques, selon l’interprétation actuelle de l’orthodoxie, ou qu’ils soient plutôt les seuls évêques de Rome, selon l’exégèse de l’Écritures qui prévaut en Occident.

Lecture

Le fondement de toute primauté dans l’Église est le Christ.
Toute primauté dans l’humanité rachetée, avant tout de l’évêque dans l’église locale, mais aussi du métropolite au milieu de ses évêques, du patriarche au milieu de ses métropolites, et enfin du premier évêque, celui de Rome dans la pentarchie aux temps où l’Église était indivise, n’est qu’une pauvre image, qui a toujours besoin d’être purifiée, du primat du Seigneur-Amour. Primat de service, jusqu’au témoignage du sang et de la mort, si cela s’impose.
(Olivier Clément, Rome autrement)

Voir aussi:
http://missel.free.fr/Sanctoral/02/22.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Chaire_de_saint_pierre



Bienheureux Jacques Carvalho Martyr (+ 1624)
ou Didace Carvalho, jésuite portugais, martyrisé à Sendai au Japon avec une soixantaine de compagnons chrétiens japonais.
http://fr.wikipedia.org/wiki/J%C3%A9suite
A lire aussi: 1924, Troisième Centenaire du martyre du Bienheureux Didace Carvalho
(sur le site internet des Missions Etrangères de Paris)
http://www.mepasie.org/?q=archives-des-missions-etrangeres-de-paris



Saint Jean le Saxon (+895)
Moine français invité par le roi Alfred d’Angleterre pour restaurer la foi dans les monastères après les dévastations danoises. Il est ensuite nommé abbé d’Athelingay. Il meurt assassiné par deux de ses moines, ce qui lui fait mériter le titre de martyr.



 



Saint Maximien Evêque et confesseur (+ 556)
800px-San_Vitale_Ravenna.jpg

Basilique Saint-Vital de Ravenne

Il bâtit plusieurs églises dans sa ville épiscopale de Ravenne, notamment la basilique Saint Vital qu'il consacra en présence de l'empereur Justinien et de l'impératrice Théodora.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Basilique_Saint-Vital_de_Ravenne



Saint Papias Evêque en Phrygie (+ 163)
Papias.JPG

Evêque et martyr. Disciple de saint Polycarpe de Smyrne et de saint Ignace d'Antioche, il était évêque de Hiérapolis. Il écrivit beaucoup et dans ce qui reste des fragments de son livre intitulé "Les discours du Seigneur", nous avons des renseignements précieux concernant les auteurs des quatre évangiles.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Papias_d%27Hi%C3%A9rapolis
http://bibliotheque.editionsducerf.fr/par%20page/5524/TM.htm#



Saint Paschase Evêque et confesseur (+ 310)
Evêque et confesseur. Il dirigea le diocèse de Vienne en Dauphiné, renommé pour sa droiture et son érudition.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_archev%C3%AAques_de_Vienne_(Is%C3%A8re)



Saint Télesphore Pape (8 ème) de 125 à 136 et martyr (+ 136)
180px-Pope_Telesfor.JPG

Originaire de la Grande Grèce, il nous est peu connu. Il aurait décrété que le "Gloria" soit chanté à la messe de la nuit de Noël. Selon la Tradition rapportée par saint Irénée et Eusèbe, il fut le premier pape, après saint Pierre, à avoir été martyrisé. Les Eglises d'Orient le fêtent le 22 février. Sa mémoire est célébrée le 5 janvier dans l'Eglise catholique romaine.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9lesphore_(pape)



Saint Thalassa et saint Limnée, confesseurs (5ème s.)
st-t-17.jpg

Théodoret de Cyr, dans "l'histoire des moines de Syrie", nous décrit la vie de ces deux vénérables Pères du Désert qui vécurent dans le plus grand silence, chacun enfermé dans un enclos, ne parlant à leurs visiteurs que rarement et au travers d'une étroite fenêtre, mais parlant sans cesse à Dieu, les bras tournés vers le ciel.

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsfevrier/fev22.html



Les Églises font mémoire ...

Catholiques d’occident : Chaire de saint Pierre, apôtre

Coptes et Ethiopiens (14 amsir/yakkatit) : Sévère d’Antioche (+ 538), évêque (Église copte-orthodoxe)

Luthériens : Bartholomäus Ziegenbalg (+ 1719), évangélisateur en Inde
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fen.wikipedia.org%2Fwiki%2FBartholomaeus_Ziegenbalg

Maronites : Recouvrement des reliques des saints martyrs dans le quartier d’Eugène à Constantinople (395-408) ; recouvrement des reliques d’Innocent de Irkoutsk (1805 ; Église russe)

Syro-occidentaux : Chaire de Pierre à Antioche
Saints catholiques[2] et orthodoxes[3] du jour

 

Saints et bienheureux catholiques[2] du jour

 

Prénoms du jour

Bonne fête aux :

  • Isabelle (au calendrier civil 2009) et ses dérivés : Isabé, Isabeau, Isabel, Isabelette, Isaline, Isaure, Isaut, Iseline, Iseult, Isolde,

Et aussi aux :


Événements 

1198 

Armoiries pontificales de Innocent III

Image du pape Innocent III

Consécration d'Innocent III qui devient le 174e pape.


1281
Armoiries pontificales de Martin IV
Image du pape Martin IV
 Le cardinal français Simon de Brion est élu 187e pape
 il choisit le nom de Martin IV.

1288 
Armoiries pontificales de Nicolas IV
Image du pape Nicolas IV
Consécration de Nicolas IV qui devient le 189e pape.

1358

 Les émeutiers parisiens, sous la conduite 262px-Etienne_Marcel.jpg d'Étienne Marcel, le prévôt des marchands, pénètrent dans la chambre du dauphin Charles, futur Charles V, qui gère le royaume en l'absence de son père, Jean II le Bon, captif en Angleterre. Les conseillers du prince, Jean de Conflans et Robert de Clermont, sont égorgés sous ses yeux au Palais de la Cité.


1495

 L'armée de Charles_VIII_de_france.jpg Charles VIII occupe Naples.

1550

Armoiries pontificales de Jules III
Image du pape Jules III
Né à Rome le 10 septembre 1487 -  mort à Rome le 23 mars 1555
Giammaria Ciocchi del Monte
Couronnement: 22 février 1550
 219ème pape sous le nom de Jules III

1680

200px-La_voisin_.jpg
Catherine Deshayes
 veuve Montvoisin, dite La Voisin, mêlée à l'affaire des poisons, est brûlée en Place de Grève.



1775

Image du pape Pie VI
 Couronnement de Pie VI comme 248e pape.
Giannangelo, comte Braschi
né à Césène, en Romagne, le 25 décembre 1717 -  mort à Valence (France) le 29 août 1799
 pape sous le nom de Pie VI (nom latin : Pius VI ; nom italien : Pio VI) du 15 février 1775 à sa mort.



1848

Paris se soulève contre la Monarchie de Juillet.

Le roi LouisphilippeI.jpg Louis-Philippe est renversé et abdique le 24 février.




1916
 Le tsar nicholasII.jpg Nicolas II ouvre personnellement la Douma (Parlement)
Repost 0
Published by YANN SINCLAIR - dans CALENDRIER
commenter cet article

Forum


Image Hosted by ImageShack.us
louis XX 01

Image Hosted by ImageShack.us

 


capetiens
(Pierre-Yves Guilain)
Cercle de réflexion royaliste

Heraldique-Noblesse
Joinville et ses princes
Amis et passionnés du Père-Lachaise
Pere-Lachaise
lescimetières
Généalogie, cimetières, patrimoine parisien
graveyart: sur les cimetières parisiens (en hollandais)

Histoires des souverains d'Europe et images de leurs tombeaux 

kaisergruft

(site sur les sépultures des Habsbourg notamment sur la crypte des Capucins)

MAISON CIVILE DU ROI. (1)

d'après le Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France
Nicolas Viton de Saint-Allais (1773-1842)- Paris, 1816



Image Hosted by ImageShack.us

Introduction

  Accueil



Rois de France


Génobaud
roi Franc
(légendaire)
à la fin du IVe siècle
354-419
Sunnon
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
388-xxx
Marcomir
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
Pharamond
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs Saliens 

(légendaire)
ancêtre mythique des Mérovingiens
Clodion le Chevelu
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs saliens
428 - 448

Image Hosted by ImageShack.us
Duc des Francs saliens 
(incertain)
448 - 457
Childéric Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Duc et Roi des Francs saliens
457 - 481
Clodomir
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Orléans
511524
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Metz
(futur Austrasie)
511534
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie
511561
Roi des Francs
558561
Roi d'Austrasie
53454
Théodebald Ier
(Thibaut)
Roi d'Austrasie
548555
561567
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie 
Roi de Bourgogne
561592
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
561575
Roi d'Austrasie
Roi d'Austrasie
595 - 612
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Bourgogne
595613
Roi d'Austrasie
61261
sous la régence de Brunehilde
Roi de Bourgogne
Roi d'Austrasie
613
Roi de Neustrie
584629
Roi de Paris
595
629
Roi des Francs
613629
Roi des Francs (sans l'Aquitaine)
629639
Roi des Francs
632639
Caribert II
 Roi d'Aquitaine
629632
Roi de Neustrie, de Bourgogne
639657
Roi d'Austrasie
656657
Roi d'Austrasie
639656
Childebert III l'Adopté
Roi d'Austrasie
657662
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, de Bourgogne
65767






Roi d'Austrasie
662675
Occupe la Neustrie
673675







Roi de Neustrie
673691
Roi des Francs 

(en fait uniquement de Neustrie)
L'Austrasie étant aux mains
de Pépin de Herstal
679
691

Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, Bourgogne et Austrasie
675 - 676
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
676679
Clovis IV








Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
691695









Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
695711
Dagobert III









Roi des Francs de 711 à 715
Chilpéric II









roi des Francs de Neustrie et des Burgondes
de 715 à 719
puis de tous les Francs de 719 à 721.
C
lotaire IV


T
hierry IV









Childéric III
Image Hosted by ImageShack.us
roi des Francs, de Neustrie
de Bourgogne et d'Austrasie
de 743 à 751

************

 

 


Pépin III le Bref
Image Hosted by ImageShack.us
Carloman Ier
Image Hosted by ImageShack.us
C
harles Ier
dit Charles le Grand
CHARLEMAGNE

Image Hosted by ImageShack.us
Louis Ier dit le Pieux
ou «le Débonnaire»
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire II

Image Hosted by ImageShack.us
C
harles II dit le Chauve
Image Hosted by ImageShack.us
Louis II dit le Bègue
Image Hosted by ImageShack.us
Louis III de France
Image Hosted by ImageShack.us
C
arloman II de France
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Eudes Ier de France
Robertin
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Simple
Image Hosted by ImageShack.us

Robert le Fort
Image Hosted by ImageShack.us
Robert Ier de France

Image Hosted by ImageShack.us

Hugues le Grand
Image Hosted by ImageShack.us
Raoul Ier de France
aussi appelé Rodolphe

Image Hosted by ImageShack.us
Louis IV dit d'Outremer
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis V dit le Fainéant
Image Hosted by ImageShack.us
Dernier roi de la lignée
des Carolingiens
Image Hosted by ImageShack.us

H
ugues Capet
Image Hosted by ImageShack.us
Robert II le Pieux
Image Hosted by ImageShack.us
Hugues II de France
Image Hosted by ImageShack.us
(1007-1025)
Roi de France associé
1017 - 1025
Henri Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VI le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VII Le Jeune
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe II Auguste
Image Hosted by ImageShack.us

Louis VIII le Lion
Image Hosted by ImageShack.us

Louis IX (Saint Louis)
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe III de France
dit le Hardi
http://www.visite-de-rouen.com/images/philippe_3.jpg
Philippe IV le Bel
image
Louis X le Hutin
http://www.livois.com/phpgedview/media/Louis_X_le_Hutin.jpg
Jean Ier le Posthume

image






Philippe V
le Long
http://www.livois.com/phpgedview/media/Philippe_V_le_Long.jpg
Charles IV le Bel
http://www.livois.com/phpgedview/media/Charles_IV_le_Bel.jpg
Valois
Philippe VI le Fortuné
http://www.france-pittoresque.com/rois-france/img/philippe-VI.gif
Jean II le Bon
image
Charles V le Sage
http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0014/m502004_97de1712_p.jpg
Charles VI le Fol ou le Bien-Aimé
image
Charles VII le Victorieux
image
Louis XI de Valois
http://jargeau-tourisme.com/img/louis11.jpg
Charles VIII de Valois
image
Louis XII d'Orléans
image
François Ier d'Angoulème
image
Henri II d'Angoulème
image
François II d'Angoulème
image
Charles IX d'Angoulème
image
Henri III d'Angoulème
image