Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Médias

Réécoutez le dernier journal de

RCF Pays d’Aude

Image Hosted by ImageShack.us

  Curie Romaine
Liste des papes

Pape Liste des papes
Liste détaillée des papes
Liste des primats de l'Église copte orthodoxe
Liste des primats de l'Église apostolique arménienne

Cité du Vatican
http://www.vaticanstate.va/FR/homepage.htm

Vatican Site Officiel
http://www.vatican.va/phome_fr.htm
  Musées du Vatican
http://mv.vatican.va/StartNew_FR.html



http://imageshack.us/ 
* * * Dernières minutes . . . A F P . . .H2 News . . . La Croix . . .
http://imageshack.us/

http://news.google.fr/news?hl=fr&ned=fr&ie=UTF-8&q=site:eucharistiemisericor.free.fr&scoring=n
http://www.la-croix.com/afp.static/pages/index.religion.htm

 

 

 

 

 

 

     En direct
             de la
    Place Saint-Pierre
http://imageshack.us/ 
* * *  En direct de Rome  * * *


http://imageshack.us/
http://mediastream.vatican.va/mpeg4lan.sdp
http://www.sat2000.it/diretta/
http://www.oecumene.radiovaticana.org/fr1/index.asp
3
journaux en Français

        (8h15 - 13h - 18h)


http:///
http://www.tv-direct.fr/live_ktotv.php
http://www.lejourduseigneur.com/  

 Catholique TV
http://img410.imageshack.us/img410/81/tvcatholiquelyon.png
http://www.catholique.tv/

Gazettes & Sites Royaux

rois.jpg
 Ils sont tous là !
Ils nous regardent et nous racontent 14 siècles d'Histoire de France

 

18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 23:01

Le 19 octobre est le 292ejour de l'année (293e en cas d'année bissextile) du calendrier grégorien.


Il reste 73 jours avant la fin de l'année.


C'était le jour de la tomate, 28e jour du mois de Vendémiaire dans le calendrier républicain français.

Dicton du jour 

« À la Saint-René, couvre ton nez ! »

 

Célébrations 



Martyrologe pour le dix-neuvième jour d'octobre

 

Listen_to



A Rome l'an 1775, saint Paul de la Croix.

 

Après quelques années de vie solitaire, il jeta les fondements de

 

la Congrégation des Passionistes.

 

Saint Paul de la Croix Fondateur des Passionistes (+ 1776)

San_Paolo_della_Croce_B.jpg

Né près de Gênes, dans une famille de 16 enfants, à l'époque rationaliste et a-religieuse du "Siècle des Lumières", Paul Danei connaîtra jeune homme des visions divines qui le conduisirent à vouloir fonder un Ordre religieux consacré à la Passion du Sauveur.
Il put réaliser cette vocation à 26 ans, grâce à son évêque qui autorisa «les clercs déchaussés de la Croix et de la Passion» qui seront appelés plus tard les «Passionistes»
Le Pape dut adoucir une Règle religieuse trop stricte dont les trois fondements sont: l'esprit d'oraison, la solitude et la pauvreté. Une branche contemplative féminine rejoindra cette spiritualité soutenant, par leur prière, l'action missionnaire des frères.
Le pape Pie VI, apprenant qu'il allait mourir, se rendit à son chevet. «Préparez-vous par un profond dépouillement de toutes choses créées, un total abandon au bon plaisir divin, sans attache aucune à la dévotion sensible» écrit saint Paul de la Croix dans son «journal mystique»

Autre biographie:
L'on dit que la nuit où Paul vint au monde, à Ovada, en Ligurie, une splendeur merveilleuse éclaira la chambre de sa mère.
A vingt-deux ans, il se mit à exercer, parmi les jeunes gens, une sorte d'apostolat; ils se moquèrent d'abord de ses discours, puis réformèrent leurs moeurs, et dix d'entre eux embrassèrent plus tard la vie monastique. Ses parents voulurent le marier: il ne leva même pas les yeux sur la jeune fille qu'on lui offrait.
A la mort d'un oncle il refusa son héritage, renonçant à tout pour marcher dans la voie de la pénitence chrétienne.
Il comprit qu'il était destiné à établir la congrégation des passionnistes.
Aussitôt il se fit raser les cheveux, s'agenouilla devant son père et sa mère pour recevoir leur bénédiction, vêtit une grossière tunique de drap noir et alla rédiger, dans le silence de la solitude, la règle de son institut.
L'évêque d'Alexandrie lui confia quelque temps l'office de prédication et lui permit bientôt de partir pour Rome.
En route, la tempête le jeta au mont Argentaro.
Ce lieu désert lui sembla convenir à sa future communauté.
Benoît XIII lui conféra le sacerdoce et lui permit de s'adjoindre des compagnons de prière et d'étude.
Dès lors, il jeta les fondements de son association religieuse.
Elle eut, comme la plupart des grandes oeuvres, un début difficile; mais les bénédictions du ciel ne lui manquèrent pas.
En 1737 l'église et le couvent d'Argentaro furent solennellement bénits. Trois ans après, Benoît XIV fit examiner les règles des passionnistes, et les approuva par une bulle en 1746.
Elles ajoutaient aux trois voeux ordinaires celui de prêcher avec amour la passion du Sauveur.
Paul et ses compagnons l'accomplirent avec tant de zèle qu'ils ramenèrent dans la Foi un nombre incalculable de personnes.
Paul surtout parlait des tourments du Sauveur avec une telle véhémence, que son auditoire et lui se trouvaient tout en larmes, et que les coeurs les plus durs se laissaient entraîner à la pénitence.
Les témoins ont assuré que la flamme entretenue dans la poitrine de cet homme allait parfois jusqu'à brûler le vêtement qui touchait son coeur; et lorsqu'il montait au saint autel, des transports extatiques l'élevaient parfois même de terre, et tout son extérieur participait au resplendissement de son âme.
Par l'Abbé Pradier, La Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Lille, 1889

Lecture

Quand l’Epoux divin vous découvre sa divine charité, que l’amour vous jette à ses pieds, faites silence et aimez ; bien plus, vivez d’une vie toute d’amour, divine et sainte. Comme il est doux de se tenir ainsi à genoux ! Marie-Madeleine aussi, amoureuse impénitente, à la vue de Jésus, se jetait à ses pieds par amour. Oh, doux abaissement ! Aux pieds de Jésus, elle aimait et faisait silence, écoutant sa parole toute sainte et elle se consumait d’amour. Son amour parlait plus par son silence que par des mots : l’Epoux veut que vous aussi vous fassiez de même.
Oh, combien je vous recommande cette divine solitude, ce désert sacré dont je vous ai tant parlé. Oh, comme je vous prie de demeurer cloîtrée dans ce désert, loin de tous regards ! N’oubliez pas de faire vôtres les peines de l’Aimé. L’amour est le cœur d’une vie qui fait siennes les peines de celui qu’elle chérit, son aimable Sauveur.
Je pose votre cœur dans le sang de Jésus, bien mieux je le pose dans le cœur même de Jésus très doux, pour qu’il le brûle, le consume et le réduise en cendres dans ces flammes sacrées.
Que Jésus vous rende sainte autant que je le désire pour vous, et qu’il vous bénisse.
(Paul de la Croix, extraits de Lettres aux religieuses)

Prière

Que saint Paul de la Croix, entièrement voué au mystère de la Passion, nous obtienne ta grâce, Seigneur, afin que, stimulés par son exemple, nous ayons plus de courage pour prendre notre croix. Par Jésus Christ.
449px-Paul_de_la_croix.jpg

Voir aussi:
http://missel.free.fr/Sanctoral/10/19.php#paul
http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_de_la_Croix
http://paul.de.la.croix.free.fr/
http://www.passionistes.com/
http://pagesperso-orange.fr/passionistes.du.cros/
http://translate.google.com/translate?hl=en&langpair=pt%7Cfr&u=http://www.passionista.org/&client=tmpg


Au milieu du XVIIIe siècle, le martyre des saints Jean de Brébeuf, Isaac Jogues, et de six autres missionnaires jésuites. Ils furent cruellement mis à mort par les Iroquois, alors qu'ils apportaient au Canada la paix et la liberté de l'Évangile.

 

 

 

A Rome encore, autour des années 160, la passion des saints Ptolémée et Lucius. Le premier avait converti une femme impudique, mais fut dénoncé par un libertin. Un certain Lucius protesta contre l'injustice de la condamnation et fut lui aussi exécuté aussitôt.

 

A la fin du VIe siècle, saint Vrain, évêque de Cavaillon. D'après Grégoire de Tours, il opérait des guérisons par le simple signe de la croix.

 

Vers 690, saint Aquilin. Originaire de Bayeux, il servit dans l'armée de Clovis ii, puis renonçant à sa famille et à tous ses biens, il fut choisi comme pasteur de l'Église d'Évreux. Il aimait beaucoup se retirer dans un ermitage qu'il s'était fait construire. Saint Aquilin fut un des signataires d'une charte des privilèges de notre monastère.

 

Un peu avant 750, sainte Frédeswide, moniale puis abbesse de Sainte-Marie d'Oxford. Elle devint la patronne céleste de la ville ainsi que de la célèbre Université.

 

En 1257, à Vauville, dans la Manche, le retour à Dieu du bienheureux Thomas Hélye. D'abord maître d'école auprès des pauvres, il fut ordonné prêtre et parcourut alors le diocèse de Coutances en prédicateur itinérant.

 

 

Et encore ailleurs, beaucoup d'autres saints et bienheureux.

Saints catholiques[2] et orthodoxes[3] du jour

Prénoms

Bonne fête aux :

  • René, au calendrier civil 2009, et ses dérivés : Renata, Renate, Renato, Renée, Rhéa, etc.

Et aussi aux :

  • Agnès, et ses dérivés : Aina, Aïssa, Ania, Nessie, Oanell, etc.
  • Aquilin
  • Joël, et ses dérivés : Jodel(le), Jodie, Jody, Joe, Joëlle, Joëlliane, Joëlline, Joëlyne, Yoël, Yoëlle, etc.
  • Laure, et ses dérivés : Laora, Laura, Lauraine, Laurana, Laurane, Laureen, Laureline, Laurène, Laurette, Lauriane, Laurie, Laurine, Laury, etc.
  • Yaël, et son féminin : Yaëlle.


Saints Jean de Brébeuf, Isaac Jogues et leurs compagnons Martyrs du Canada (17ème s.)

jeandebrebeuf.jpg

Le 19 octobre, mémoire des saints martyrs Jean de Brébeuf, Isaac Jogues, prêtres et leurs compagnons de la Compagnie de Jésus, au jour où saint Jean de la Lande, religieux, fut tué, en 1646, par des païens, à Ossernenon, alors en territoire canadien, là où, quelques années auparavant, saint René Goupil avait obtenu la palme du martyre. On célèbre en ce jour dans une seule et même vénération, leurs autres confrères, les saints Gabriel Lalemant, Antoine Daniel, Charles Garnier et Noël Chabanel, qui, sur le territoire du Canada, après beaucoup de travaux menés dans la mission après des Hurons pour annoncer aux peuples de cette région l’Évangile du Christ, sont tombés, martyrs, à des jours divers entre 1642 et 1649. (martyrologe romain)

Saints Jean de Brébeuf, Isaac Jogues, et leurs compagnons prêtres martyrs Antoine Daniel, Gabriel Lallemant,
Charles Garnier, Noël Chabanel, René Goupil, Jean de La Lande, tous jésuites.
http://www.jesuites.com/histoire/saints/jeandebrebeuf.htm

Voir aussi saint Noël Chabanel, diocèse du Puy en Velay, fêté le 9 décembre
http://catholique-lepuy.cef.fr/9-decembre-Saint-Noel-Chabanel.html?var_recherche=chabanel

Fête en France le 19 octobre
Au Canada, solennité le 26 septembre. (4 février ailleurs)
1659b.jpg

Voir aussi:
http://www.magnificat.ca/cal/fran/09-26.htm#brebeuf
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_de_Br%C3%A9beuf
http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?BioId=34214



Bienheureuse Agnès de Jésus Dominicaine (+ 1634)
Image3.gif

Née en 1602.
Agnes a Iesu Galand de Langeac, béatifiée le 20 novembre 1994.
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20020527_saints-jp-ii_it.html#1999
Une enfant du Puy-en-Velay, sous la protection de la Vierge Marie, Agnès modèle de prière, amante de l'Eucharistie, proche des pauvres, aime la vie et la fait aimer.

"Agnès aime particulièrement entourer les jeunes mamans quand nait leur enfant. Son aide est connue et elle est invoquée pour les grossesses difficiles et par les couples qui désirent un enfant."

voir sur le site du diocèse du Puy.
http://catholique-lepuy.cef.fr/19-octobre-Agnes-de-Langeac.html?var_recherche=Agn%C3%A9s%20de%20J%C3%A9sus
soeur Agnès de Jésus Galand meurt le 19 octobre 1634.

voir sur le site des Moniales dominicaines de l'Ordre des Prêcheurs.
http://langeac.op.org/agnes.html

Allons mon âme, il faut se tenir un petit quart d'heure devant Dieu et être bien attentive à lui...
agnes_langeac_ph1.jpg

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Agn%C3%A8s_de_J%C3%A9sus
http://voiemystique.free.fr/agnes_de_langeac_extrait.htm



Saint Altin (?)
Il est donné comme premier évêque d'Orléans et de Chartres, mais inconnu des listes épiscopales de ces diocèses.
Il apparaît comme compagnon d'apostolat de saint Savinien du groupe des 72 disciples du Christ qui prêchent en Palestine, à Antioche, à Rome puis en Gaule...
D'autres estiment qu'il s'agit d'un saint martyr du 4e siècle...
La fête de saint Altin, signalée au XVe s, a été rétablie au XIXe s à la date du 19 octobre où on la trouve au propre de Sens. Elle est parfois jointe à celle de saint Savinien le 31 décembre.
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89v%C3%AAque_d%27Orl%C3%A9ans

A lire aussi:
Agoard et Aglibert habitaient Créteil, au lieu dit de l’Orme Caillotin.
http://nominis.cef.fr/contenus/agoardaglibert1.pdf

Deux missionnaires, Eodald et Altin, venus de Sens et allant vers Lutèce s’arrêtèrent à Créteil, surpris par la consonance du toponyme « cristolium »(= la clairière sur la crête) avec le nom de Celui dont ils prêchaient le message.
http://nominis.cef.fr/contenus/agoardaglibert2.pdf

Jour de joie et jour de fête pour la paroisse de Saint Georges - Perrigny - Charbuy !
http://paroisses89.cef.fr/stgeorges/rubrique.php3?id_rubrique=18

Dans le sépulcre, prévu sous la table de l’autel, Mgr Patenotre a déposé les reliques de saint Altin, compagnon de saint Savinien et martyr.



Saint Aquilin Evêque d'Evreux (+ 690)
Il était originaire de Bayeux. Ayant servi dans l'armée franque de Clovis II, il renonça à tous ses biens pour se retirer dans une solitude de prière. C'est là que les fidèles vinrent le chercher pour l'élire évêque d'Evreux. Plusieurs localités portent son nom, en particulier dans cette région : 27120 Saint Aquilin de Pacy et 61380 Saint Aquilin de Corbion.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Aquilin-de-Pacy
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Aquilin-de-Corbion

Autre biographie:
St-Aquilin de Bayeux Originaire de Bayeux, Aquilin est marié et père de famille. Officier dans l’armée de Clovis II, il combat les Barbares. Afin de le protéger et de favoriser son retour, son épouse fait vœu de continence. Mis au courant, il l’approuve et tous deux décident même de faire vœu de continence perpétuelle. Lorsque Aquilin revient de la guerre, le couple distribue tous ses biens aux pauvres et se voue entièrement au soulagement des malades. Il est ensuite choisi pour succéder à Saint-Aeternus comme évêque d’Evreux. Il partage ensuite sa vie entre ses obligations familiales et religieuses, s’accordant de fréquents épisodes de solitude comme ermite dans une grotte des environs (620-695)



Saint Eadnoth Evêque de Dorchester (+ 1016)
Consacré évêque en 1006, il mourut à la bataille d'Ashingdon en 1016.



Sainte Frideswide (+ 720)
Moniale. Elle fonda un monastère à Thorbury en Angleterre et fut enterrée à Oxford, raison pour laquelle elle est la patronne céleste de l'Université.



Saint Grat d'Oloron évêque (+ v. 506)
Premier évêque d'Oloron, il participa au concile d'Agde en 506:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9v%C3%AAques_d%27Oloron

"un concile provincial qui réunit les évêques du midi de la Gaule. Quatre évêques de notre région y sont présents ou représentés : Gratien évêque de Dax Julien évêque de Lescar (Bénéharnum, d'où vient Béarn) ; Gratus évêque d'Oloron ; Marcellus (Marcel) évêque d'Aire n'est pas présent à Agde mais il y est représenté par un prêtre, Pierre." (source diocèse d'Aire et Dax)
http://www2.catholique-aire-dax.cef.fr/?lang=fr

Saint Grat d'Oloron, texte de soeur Pascale du diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron,
http://nominis.cef.fr/contenus/SaintGratOloron.pdf

extrait de son ouvrage 'Témoins du Christ en Béarn et au Pays Basque' (1.6Mo)
http://nominis.cef.fr/contenus/soeurpascale2009.pdf



Saint Jean le Thaumaturge, fondateur du Monastère de Rila en Bulgarie (?)
imgoct19.jpg

Notre Saint Père Jean était originaire d'une pieuse famille demeurant aux environs de la ville de Sofia, sous le règne de Pierre ler (927-968), roi des Bulgares et de Constantin VII Porphyrogénète (913-959). Il se distingua dès sa jeunesse par ses vertus, et, dès qu'il le put, il distribua tous ses biens aux pauvres et alla se retirer dans un monastère pour y pratiquer les travaux de la vie ascétique. A la suite d'une vision, il partit dans la montagne pour y vivre seul à seul avec Dieu, n'ayant d'autre occupation que la prière. Son neveu, Luc, dévoré lui aussi d'un zèle divin vint le rejoindre dans sa solitude pour mener sous la direction de Jean la vie angélique, malgré son jeune âge. Mais le père du jeune garçon, furieux, vint le reprendre de force, accusant Jean de détourner la jeunesse. Le Saint eut beau lui rappeler la parole du Christ: «Laisse venir à moi les petits enfants, car c'est à leurs pareils qu'appartient le Royaume des cieux» (Mat. 19:14). Rien ni fit, et Luc dut retourner en pleurant dans le monde. Mais par la prière du Saint, Dieu ne laissa pas la pureté du jeune garçon se corrompre au contact du monde et montra à son père qu'on ne peut s'opposer à sa volonté: Une maladie emporta en effet bien vite l'enfant dans le Royaume des cieux.

Attaqué par des brigands, instruments aveugles des démons, le Saint dut quitter sa retraite et chercher refuge dans les austères montagnes de Rila. Il s'installa au sommet d'un rocher dans une grotte inaccessible, afin d'être à l'abri du monde et de sa vaine gloire. Le roi Pierre entendit cependant parler de l'ascète et envoya des émissaires pour le quérir. Mais Jean refusa de quitter sa solitude, même pour le roi. A cette nouvelle, le souverain décida d'aller lui-même lui rendre visite, mais il ne put voir que de loin la grotte. Aussi envoya-t-il à Jean, avec de l'or et des provisions, une lettre pleine d'humilité, dans laquelle il demandait au Saint de l'aider par ses prières à triompher des tentations des plaisirs et de la gloire qui assaillent les hommes qui, comme lui, occupent une place élevée dans la société. Jean lui renvoya l'or, en disant qu'il n'en avait pas plus besoin que de tous les trésors que l'on pouvait amasser sur cette terre de vanité. Il écrivit au roi en lui recommandant d'unir aux vertus royales que constituent la compassion et la miséricorde, le repentir, les larmes, le constant souvenir de la mort, pour que le Roi des rois, voyant son humilité, lui accorde la jouisance du Royaume des Cieux.

En recevant la lettre, le roi la baisa avec vénération, comme son trésor le plus précieux. Il la lisait souvent pour trouver consolation dans les soucis de sa tâche. Quant à Jean, il resta jusqu'à la fin de sa vie dans la grotte de Rila. Comme un grand nombre de ses disciples le pressaient de les accepter à ses côtés, il édifia à proximité une église, puis des cellules pour les moines. Celles-ci devinrent bientôt le majestueux monastère qui trône jusqu'à nos jours dans les montagnes de Rila et contient les Reliques du Saint.
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsoctobre/oct19bis.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Monast%C3%A8re_de_Rila



Saint Joël Prophète de l'Ancien Testament (4ème s. av JC.)
Joël ou Yohel est l'un des douze "petits prophètes" de l'Ancien Testament. On ne sait rien de sa vie sinon qu'il devait exercer des fonctions liturgiques au Temple. Il est surtout le prophète de l'effusion de l'Esprit, de la Pentecôte et aussi de la pénitence.

Il prophétisa dans le Royaume de Juda et surtout à Jérusalem. Par delà les menaces pour exhorter son peuple au vrai repentir, il nous fait entrevoir le retour de la faveur divine qui répandra l'Esprit-Saint sur toute chose : "Il arrivera après cela que je répandrai mon Esprit sur toute chair." (Joël 3.1)

Le martyrologe y joint Néhémie qui releva Jérusalem dans les années 440 avant Jésus-Christ et rétablit la vie religieuse autour du Temple. L'on fête aussi Zorobabel qui vivait à la même époque et qui est cité parmi les ancêtres de Jésus (Matthieu 1. 12)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jo%C3%ABl_(proph%C3%A8te)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Livre_de_Jo%C3%ABl



Sainte Laure Martyre à Cordoue (+ 864)
Une jeune chrétienne de Cordoue qui, pour avoir refusé d'embrasser l'islam, fut torturée et mise à mort.
Une internaute nous écrit: "épouse puis religieuse à la mort de son mari, serait rentrée au couvent de Cuteclara. elle devient abbesse. Avec l'arrivée des Maures en Espagne, la persécution religieuse la touche. Elle préfère le martyre au reniement de sa foi, on la plonge dans un chaudron de plomb bouillant en 864"

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Laure_(martyre)



Saint Néhémie Gouverneur de Juda, Ancien Testament ( Ve siècle av. J.-C)
Livre de Néhémie, chap 2, v 1 "Moi, Néhémie, j'étais alors échanson royal. La vingtième année du règne d'Artaxerxès, au mois de Nizan, je présentai le vin et l'offris au roi. Je n'avais jamais montré de tristesse devant lui,"
(bible de la liturgie c aelf)

Néhémie n’est ni prophète, ni prêtre. Il s’agit véritablement d’un "laïc", d’un membre du peuple d’Israël qui à cause de sa situation particulière "d’échanson du Roi Artaxerxès" devient gouverneur de Jérusalem...
(source: Néhémie ou le modèle d'un leader , père Mario Saint-Pierre, prêtre et théologien, diocèse de Québec, conférences et fondements bibliques, diocèse de Fréjus-Toulon)
http://www.diocese-frejus-toulon.com/Nehemie-ou-le-modele-d-un-leader.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9h%C3%A9mie




Saint Philippe Howard Laïc Anglais (+ 1595)
Comte d'Arundel et de Surrey, il menait une vie dissolue à la cour de la reine Elizabeth.
Il assista au procès contre saint Edmond Campion, saint Ralph Sherwin et d'autres à la Tour de Londres et en fut très impressionné.
Il se convertit au catholicisme en même temps que quelques membres de sa famille, fut trahi, arrêté et emprisonné. Condamné à mort, il mourut en prison au bout de plusieurs années.
Béatifié en 1929, il fut canonisé en 1970 par le pape Paul VI avec les quarante martyrs d'Angleterre et du Pays de Galles.
S. Filippo Howard site du Vatican.
http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_academies/cult-martyrum/martiri/009.html#ottobre



Saints Ptolémée et Lucius (+ 160)
Nous connaissons leur vie par l'écrivain et apologiste saint Justin. Ptolémée avait converti une femme aux moeurs douteuses ce qui lui valut la dénonciation par un de ses amants déçus. Comme on le conduisait à la mort, un autre chrétien, Lucius, interpella le juge : « Comment sous le règne d'un empereur si pieux, peut-on punir un homme qui n'a rien fait de mal si ce n'est d'avoir reconnu sa qualité de chrétien ? » Arrêté lui aussi, Lucius partagea le témoignage de la foi avec Ptolémée.



Saint René Goupil Martyr au Canada (+ 1642)
ren%E9goupil.jpg

Médecin, frère lai (laïc) jésuite et coopérateur de saint Isaac Jogues, il était missionnaire chez les Indiens. Il fut tué par un païen d’un coup de hache, à Ossernenon au Canada, le 29 septembre. Sa mémoire est célébrée le 19 octobre.
Il fut canonisé par Pie XI le 29 juin 1930 avec les sept autres martyrs canadiens:
René Goupil (né en Anjou), Isaac Jogues (né à Orléans), Jean de Brébeuf (né à Condé sur Vire) et cinq autres missionnaires jésuites : Antoine Daniel (né à Dieppe), Gabriel Lallement (né à Paris), Charles Garnier (né à Paris), Noël Chabanel (né à Saugues) et Jean Lalande (né à Dieppe). Tous, ils furent cruellement mis à mort par les Iroquois et les Hurons alors qu'ils leur apportaient la paix et la liberté de l'Evangile. Ils ont été canonisés ensemble en 1930 et déclarés patrons secondaires du Canada. Saint-René Goupil est le patron des anesthésistes.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Goupil



Saint Sadok (+ 342)
ou Sadoth en Perse.
Evêque martyrisé avec 128 de ses fidèles, prêtres, diacres, moines, hommes et femmes. Après cinq mois d'emprisonnement dans les fers, ils furent invités à adorer le soleil. Devant leur refus unanime, "Nous n'annonçons qu'un seul Dieu et le servons de toute notre âme", ils furent tous décapités, les uns après les autres.



Saints Savinien et Potentien (+ v. 300)
dont la venue en Gaule à l'époque apostolique est plus légendaire qu'historique. L'Eglise des Francs cherchait ainsi une sorte de "certificat d'ancienneté" en reportant au 1er siècle une évangélisation faite plus tardivement. Mais le culte des saints Savinien et Potentien est mentionné dans les martyrologes de Meaux, Sens, Nevers, Paris, Poitiers, et au 31 décembre au martyrologe romain et au martyrologe d'Autun.
Savinien aurait été le premier évêque de Sens, il y est fêté le 19 octobre, Potentien lui aurait succédé.
(site internet du diocèse de Sens-Auxerre)
http://catholique-sens-auxerre.cef.fr/spip1.9/Sens-saint-Savinien.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Savinien_de_Sens



Bienheureux Thomas Hélye Prêtre à Biville, dans le Cotentin (+ 1257)
Le Bienheureux Thomas Hélye, aux portes de La Hague, à la Pointe du Cotentin site Internet du diocése de Coutances:

"Même s'il n'a jamais été officiellement canonisé, le Bienheureux Thomas Hélye a toujours été considéré comme un saint. Depuis le Moyen Age, des personnages célèbres ont fréquenté son tombeau, affirmant ainsi, en dehors de toute reconnaissance officielle, que le Saint de la Hague méritait la vénération des croyants."
http://catholique-coutances.cef.fr/sanctuaires/thomashelye/

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_H%C3%A9lye



Saint Varus (+ 304)
st-v-01.jpg

un soldat de l'armée d'Egypte qui, visitant la prison où étaient enfermés plusieurs moines arrêtés pour leur foi en Jésus-Christ, vit que l'un d'entre eux était mort. Il voulut prendre sa place et, avec eux tous , il souffrit les cruautés du martyre.

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsoctobre/oct19.html



Zorobabel Fils de Shéaltiel, prince gouverneur de Juda
Ancien testament, Livre du prophète Aggée, chap 2
01 le vingt et unième jour du septième mois, la parole du Seigneur se fit entendre par l'intermédiaire du prophète Aggée :
02 « Va parler à Zorobabel, gouverneur de Juda, à Josué le grand prêtre, et au reste du peuple. Tu leur diras :
03 Reste-t-il encore parmi vous quelqu'un qui ait vu ce Temple dans sa splendeur première ? Eh bien ! Qu'est-ce que vous voyez maintenant ? N'est-il pas devant vous réduit à rien ?
04 Mais à présent, courage, Zorobabel ! Courage, Josué, grand prêtre ! Courage, tout le peuple du pays ! Au travail ! Je suis avec vous, déclare le Seigneur de l'univers,
05 selon l'engagement que j'ai pris envers vous à votre sortie d'Égypte, déclare le Seigneur de l'univers. Mon esprit se tient au milieu de vous : Ne craignez pas !
...
20 La parole de l'Éternel fut adressée pour la seconde fois à Aggée, le vingt-quatrième jour du mois, en ces mots:
21 Parle à Zorobabel, gouverneur de Juda, et dis: J'ébranlerai les cieux et la terre;
22 Je renverserai le trône des royaumes, Je détruirai la force des royaumes des nations, Je renverserai les chars et ceux qui les montent; Les chevaux et leurs cavaliers seront abattus, L'un par l'épée de l'autre.
23 En ce jour-là, dit l'Éternel des armées, Je te prendrai, Zorobabel, fils de Schealthiel, Mon serviteur, dit l'Éternel, Et je te garderai comme un sceau; Car je t'ai choisi, dit l'Éternel des armées.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Zorobabel
http://pagesperso-orange.fr/andre.canessa/Esdras/index.htm



Les Églises font mémoire…

Anglicans : Henry Martin (+1812), traducteur des Écritures, missionnaire en Inde et en Perse ; Frideswide (VII-VIIIe s.), abbesse d’Oxford

Catholiques d’occident : Jean de Brébeuf et Isaac Jogues, prêtres, et leurs compagnons (+1642-1646), martyrs ; Paul de la Croix, prêtre (calendrier romain et ambrosien)

Coptes et Ethiopiens (9babah/teqemt) : Libère 1er (+366), pape de Rome (Église copte) ; Thomas, apôtre (Église éthiopienne)

Luthériens : Ludwig Schneller (+1896), évangélisateur en Palestine

Orthodoxes et gréco-catholiques : Joël (V-IVe s. av.J.-C.), prophète ; Varus d’Egypte (+ env.307), martyr.


 

Événements 

Avant JC 

1 à 1900

19 octobre dans les croisades
Armoiries Bohémond VI d'Antioche.svg
comte de Tripoli
1275-1287

1287
 mort de Bohémond VII, comte de Tripoli. Sa sœur Lucie lui succède[1].

Bohémond VII de Poitiers, mort le 19 octobre 1287, comte de Tripoli (1275-1287) et prince titulaire d'Antioche, fils de Bohémond VI d'Antioche et de Sibylle d'Arménie. Durant la minorité de Bohémond, la régence fut assurée par Sibylle, bien qu'elle soit revendiquée sans succès par Hugues III de Chypre, le parent mâle le plus proche. Tripoli était alors très agitée et divisée entre plusieurs factions ; de 1277 à 1282 Bohémond luttait contre l'Ordre du Temple, et fit la paix avec le mamelouk bahrite Qala'ûn, le successeur de Baybars et les Vénitiens qu'il exempta des taxes portuaires. En 1282, il défit les seigneurs du Gibelet, pro-génois et rebelles.

Il épousa Marguerite d'Acre, petite fille de Jean de Brienne, mais n'eut pas d'enfant.

1810
Décret de Fontainebleau ordonnant le brûlerment des marchandises britanniques saisies
1812
 Napoléon Ier commence à évacuer Moscou

1813
 Fin de la Bataille de Leipzig (16-19 octobre)

1904

 Inauguration de la première petite chapelle de l'Oratoire St-Joseph, à Montréal, construite par le frère André.

1928

L’église des funérailles de l’impératrice Maria Feodorovna

russe5

C’est dans cette modeste église orthodoxe qu’eurent lieu les funérailles de l’impératrice Maria Feodorovna, née princesse Dagmar de Danemark, le 19 octobre 1928, en présence du roi Haakon VII de Norvège, d’Albert I, roi des Belges avec le prince héritier Léopold et les futurs roi Edward VIII et George VI d’Angleterre, ses petits-enfants, la princesse Irina Youssoupov et le prince Nikita de Russie.

La petite église Alexander Nevsky est l’unique église orthodoxe de Copenhague, elle est située tout près des palais d’Amalienborg.Elle fut construite entre 1881 et 1883 par le gouvernement russe.

C’est sous l’impulsion de son épouse Maria Feodorovna que le tsar Alexandre III fit l’acquisition du lieu à Bredgade et fournit les finances de la famille impériale pour la construction de l’église.

 

russe6

Il parait que le tsar était mécontent du lieu trouvé car l’église aurait dû être un monument indépendant, pour des raisons religieuses. Finalement, la propriété est mitoyenne mais les murs sont indépendants.

L’église est construite avec du granite et des briquettes danoises. Alexandre Nevsky est le Saint du tsar Alexandre III.

L’église russe fut inaugurée en 1883 en présence du tsar Alexandre III et l’impératrice Maria Feodorovna, le duc Nicolas, futur tsar Nicolas II.

L’église était utilisée par les officiels et les consuls russes et la famille impériale qui venait au Danemark chaque année. Après la révolution, ce fut au tour de la communauté russe qui avait fui la Russie, notamment Maria Feodorovna, qui résidait dans un des palais d’Amalienborg en hiver, celui occupé auparavant par son père Christian IX (le reste du temps à Hvidöre). Elle était tellement populaire qu’à la relève de la garde ou lors des parades militaires, certains officiers de la garde royale saluaient l‘impératrice avec leurs sabres s’ils l’apercevaient derrière sa fenêtre, ce que désapprouvait fortement le roi Christian X son neveu.

russe1

En 1924, le Danemark reconnut l’Union Soviétique et les 2 pays échangèrent des missions diplomatiques.Juste après, le gouvernement soviétique revendiqua l’église.

Le 19 octobre 1924, Maria Feodorovna écrivit à sa soeur la reine Alexandra d’Angleterre :  »Imagine donc, ces canailles de bolchéviques ont décidé de nous prendre l’église russe, qui est l’unique consolation des pauvres émigrés ici à Copenhague. Ils ont déjà demandé au prêtre de libérer sa maison immédiatement. Heureusement, nous avons réussi à stopper le processus, on va passer au tribunal et j’espère que les exigences de ces coquins nauséabonds ne seront pas respectées.

Tout ceci est tout simplement horrible, scandaleux. Crois moi, tout le monde est saisi par la peur de perdre notre belle église ! Je l’ai toujours considérée comme la nôtre car elle a été construite par mon bien-aimé Sasha…

Tous les vrais chrétiens du Danemark tentent de nous aider par tous les moyens, c’est si merveilleux et émouvant.

Avec l’aide de Dieu, nous parviendrons à la tirer des griffes du diable des enfants.

C’est le résultat de cette terrible erreur faite ici, et en Angleterre aussi, de reconnaîtres ces assassins et meurtriers, qui ne peuvent qu’apporter aux gens la misère et propager leur propagande partout dans le monde. Pardonne-moi de t’avoir ennuyée avec cette histoire mais j’ai du mal à penser à autre chose. »

Quelques jours après cette lettre, le tribunal reconnut le droit de propriété sur l’église pour l’Union Soviétique. Il y eut un appel qui se termina également en faveur de gouvernement soviétique. L’affaire fut finalement soumise à la cour suprême qui statua les règles finales en octobre 1925. La congrégation russe est autorisée à utiliser l’église, sans y avoir un droit de propriété.

russe9

Cette décision fut une victoire pour Maria Feodorovna et la communauté russe de Copenhague.


A ce jour la question de la propriété de l’église Saint Alexandre Nevsky revient parfois dans les discussions entre les Ministères, ambassades et le clergé.


Mais l’évèque de Berlin, dont dépend le diosèce de Copenhague, a déclaré ne pas avoir l’intention d’engager de procédure judiciaire tant que l’évêque est responsable de l’église et sa paroisse.


L’icône la plus connue de l’église est l’icône de « la Mère de Dieu de Jérusalem« . Les moines russes du Mont Athos l’offrirent à l’impératrice quelques mois avant sa mort.


En 1995, la vierge de l’icône versa des larmes tous les jours pendant 8 mois, et des témoins affirmèrent avoir bénéficié de guérisons.


Une copie de cette icône a été commandée à une peintre danoise et a été offerte à la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Saint-Pétersbourg où Maria Féoderovna repose auprès d’Alexandre III depuis son transfert de la cathédrale de Roskilde en 2006. 

Consécration de l' Église Saint-Joseph travailleur d'Avignon, église moderne construite de 1967 à 1969 par l'architecte français Guillaume Gillet, dans la périphérie sud de la ville.
    • Deux Allemands de l'Est détournent un avion polonais sur Berlin-Ouest.
1984 
Enlèvement et assassinat du prêtre polonaisJerzy Popieluszko.

 

 

 1996

Mgr Olivier de Berranger du Diocèse de St Denis

Composition évèque.svg
Blason de Olivier de Berranger
« Vous n'êtes plus des étrangers
mais des frères » (Eph 2,19)

Biographie 

Jeunesse et formation 

Olivier de Berranger est le quatrième d'une famille de dix enfants.

Il entre au grand séminaire du Prado avant de poursuive sa formation à Rome au séminaire français et l'Université pontificale grégorienne où il obtient une licence de théologie.

Il est ordonné prêtre le 4 juillet 1964 pour le diocèse de Versailles.

Principaux ministères

Après avoir été vicaire à Houilles dans les Yvelines, il est chargé à partir de 1968 de la formation des futurs prêtres du Prado à Limonest dans le Rhône et enseigne la christologie au séminaire Saint-Irénée de Lyon.

Il part ensuite comme missionnaire fidei donum à Séoul en Corée où il passe 17 ans, avant de retourner en France en 1993.

Nommé évêque de Saint-Denis le 6 septembre 1996, il est consacré le 19 octobre suivant par le cardinal Jean-Marie Lustiger, archevêque de Paris.

Le 15 janvier 2009, le pape Benoît XVI accepte sa démission présentée en juin 2008, bien qu'il n'ait pas atteint la limite d'age, pour lui permettre de rejoindre sa communauté du Prado.[1]

Au sein de la Conférence des évêques de France, il préside la Commission pour la Mission universelle de l'Église après avoir présidé la Comité pour les relations interreligieuses et les nouveaux courants religieux ainsi que le Secrétariat pour les relations avec l'Islam.

Prises de position 

Sur les élections municipales de 2008 

Dans un article publié en février 2008, Mgr Olivier de Berranger rappelle que s'il y a bien longtemps que les catholiques ne reçoivent plus de consignes de vote, ils sont néanmo

ins invités à confronter les programmes des candidats à certains grands principes, comme le bien commun, la participation ou la volonté de construire[2].

Déclaration de repentance 

Le 30 septembre 1997, il lit à Drancy la Déclaration de repentance de l'Église catholique française pour ses silences sous Vichy.

Sans papiers 

La basilique de Saint-Denis est occupée en avril 1998 par des étrangers en situation irrégulière, dont il soutient les revendications.

Publications 

  • L'évangile selon saint Jean, Olivier de Berranger, éd. Parole et Silence (2007)
  • La paix sera le dernier mot de l'histoire, Olivier de Berranger, éd. Parole et Silence (2001)
  • La politique. 15 questions à l'Église, (Propos recueillis par Vincent Villeminot), Paris, Plon/Mame (2003), 221p.

Articles connexes 

Liens et documents externes 


183140st_denis.jpg
né à Courbevoie dans les Hauts-de-Seine en France le 10 novembre 1938, est un évêque catholique français, évêque émérite de Saint-Denis depuis 2009.
La vie des diocèses
 Diffusé le 26/10/2007
Durée :26 mn

Mgr Olivier de Berranger

 Diocèse de St Denis

  • tools_lire.gif

    Lire

    Voir la video 
  • tools_plein_ecran.gif

    Plein écran

    Voir en plein écran

 Mgr de Berranger renonce à la charge pastorale de Saint-Denis

Benoît XVI accepte sa démission


ROME, Jeudi 15 janvier 2009 (ZENIT.org)

Benoît XVI a accepté le renoncement à la charge pastorale d'évêque de Saint-Denis en France que Mgr Olivier de Berranger lui a présentée.

Mgr de Berranger n'a pas atteint la limite d'âge canonique de 75 ans : il a fêté ses 70 ans en novembre dernier, mais il a souhaité rejoindre sa famille spirituelle du Prado. Il avait annoncé sa décision en juin dernier.

Le diocèse de Saint-Denis en France annonce que l'évêque a souhaité « aller vivre autrement son ministère à Lyon ». Ainsi, après douze années pendant lesquelles il s'est dépensé pour son diocèse, Mgr de Berranger a demandé à Benoît XVI de pouvoir être déchargé de sa responsabilité d'évêque de Saint-Denis. Il avait été consacré évêque en la cathédrale de Saint-Denis le 19 octobre 1996.

Un « au revoir » est organisé à Saint-Denis autour de l'évêque le samedi 24 janvier à 15 heures, au cours d'une célébration eucharistique suivie d'un vin d'honneur (Salle de l'Aréna, 2 chemin de Montguichet à Gagny).

Mgr de Berranger a fait ses études de théologie à Lyon, au grand séminaire du Prado, fondé par le P. Antoine Chevrier (1826-1879), avant de poursuivre ses études par une licence à l'Université grégorienne de Rome.

Puis il est revenu à Lyon où il a notamment exercé son ministère au service de la formation des futurs prêtres du Prado, à Limonest, et comme professeur de théologie fondamentale au consortium des religieux, puis de christologie au séminaire Saint-Irénée (1968-1976).

Il a été ensuite pendant dix-sept ans, prêtre (du Prado) Fidei donum en Corée du Sud, au diocèse de Séoul (1976-1993), avant de revenir au service de l'année de formation internationale au Prado (1993-1994).

Il a confié un jour au quotidien «L'Humanité » : « Mon rapport au Prado remonte à mon adolescence. J'ai connu des prêtres du Prado. J'ai aimé leur style de vie. C'étaient des hommes simples et directs qui voulaient être solidaires des plus pauvres. Mon rapport au Prado est une histoire d'amitié et une volonté de ne pas être en dehors de la mêlée, de souffrir avec, d'espérer avec. »

Il ajoutait, à propos de sa devise épiscopale tirée de la lettre de saint Paul aux Ephésiens: « Vous n'êtes plus des étrangers mais des frères » : « Je ne considère jamais un autre comme un étranger, car je sais ce que c'est que d'avoir été étranger ».

Un événement de son ministère épiscopal a marqué l'Eglise de France : sa lecture, le 30 septembre 1997, à Drancy, de la Déclaration de Repentance des évêques de France à propos de la Shoah. Il a publié, en 2007 avec le rabbin René-Samuel Sirat : « Juifs, chrétiens, musulmans, Lectures qui rassemblent, lectures qui séparent » (Bayard Culture), mais aussi « Newman face aux religions de l'humanité », avec Bertrand de Margerie (Parole et Silence).

Il est membre du Conseil pontifical justice et paix depuis avril 2002. Il avait publié un ouvrage sur ce thème : « La Paix sera le dernier mot de l'histoire » (sur les Messages annuels du 1er janvier pour la Journée mondiale de la Paix, C. de l'école Cathédrale), et « Offre le pardon » (également à partir de l'enseignement de Jean-Paul II, Cahiers de l'école Cathédrale).

Il a aussi publié sur son expérience pastorale : « L'Evangile de Séoul à Saint-Denis » (éd. de l'Atelier) et une « Chronique d'un évêque de banlieue » (Parole et Silence) qui vient de sortir.

Son dialogue avec Jean Boissonnat a gagné en actualité : « L'évêque et l'économiste. Défis et enjeux de l'Eglise dans le monde d'aujourd'hui » (Presses de la Renaissance, 2001).

Mgr de Berranger est aussi l'auteur de méditations sur l'Evangile : « L'Evangile selon Saint-Jean, une lectio divina » (éd. Parole et Silence 2007) et « L'Evangile selon saint Marc » (Ibid. 2008).

Anita S. Bourdin

 

1997 

Thérèse de Lisieux est proclamée docteur de l'Église par le papeJean-Paul II

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 23:00
Composition évèque.svg
Blason de Olivier de Berranger
« Vous n'êtes plus des étrangers
mais des frères » (Eph 2,19)

Biographie 

Jeunesse et formation 

Olivier de Berranger est le quatrième d'une famille de dix enfants.

 

Il entre au grand séminaire du Prado avant de poursuive sa formation à Rome au séminaire français et l'Université pontificale grégorienne où il obtient une licence de théologie.

Il est ordonné prêtre le 4 juillet 1964 pour le diocèse de Versailles.

Principaux ministères

Après avoir été vicaire à Houilles dans les Yvelines, il est chargé à partir de 1968 de la formation des futurs prêtres du Prado à Limonest dans le Rhône et enseigne la christologie au séminaire Saint-Irénée de Lyon.

Il part ensuite comme missionnaire fidei donum à Séoul en Corée où il passe 17 ans, avant de retourner en France en 1993.

 

Nommé évêque de Saint-Denis le 6 septembre 1996, il est consacré le 19 octobre suivant par le cardinal Jean-Marie Lustiger, archevêque de Paris.

Le 15 janvier 2009, le pape Benoît XVI accepte sa démission présentée en juin 2008, bien qu'il n'ait pas atteint la limite d'age, pour lui permettre de rejoindre sa communauté du Prado.[1]

Au sein de la Conférence des évêques de France, il préside la Commission pour la Mission universelle de l'Église après avoir présidé la Comité pour les relations interreligieuses et les nouveaux courants religieux ainsi que le Secrétariat pour les relations avec l'Islam.

Prises de position 

Sur les élections municipales de 2008 

Dans un article publié en février 2008, Mgr Olivier de Berranger rappelle que s'il y a bien longtemps que les catholiques ne reçoivent plus de consignes de vote, ils sont néanmoins invités à confronter les programmes des candidats à certains grands principes, comme le bien commun, la participation ou la volonté de construire[2].

Déclaration de repentance 

Le 30 septembre 1997, il lit à Drancy la Déclaration de repentance de l'Église catholique française pour ses silences sous Vichy.

Sans papiers 

La basilique de Saint-Denis est occupée en avril 1998 par des étrangers en situation irrégulière, dont il soutient les revendications.

Publications 

  • L'évangile selon saint Jean, Olivier de Berranger, éd. Parole et Silence (2007)
  • La paix sera le dernier mot de l'histoire, Olivier de Berranger, éd. Parole et Silence (2001)
  • La politique. 15 questions à l'Église, (Propos recueillis par Vincent Villeminot), Paris, Plon/Mame (2003), 221p.

Articles connexes 

Liens et documents externes 


né à Courbevoie dans les Hauts-de-Seine en France le 10 novembre 1938, est un évêque catholique français, évêque émérite de Saint-Denis depuis 2009.
La vie des diocèses
 Diffusé le 26/10/2007
Durée :26 mn

Mgr Olivier de Berranger

 Diocèse de St Denis

  • Lire

    Voir la video 
  • Plein écran

    Voir en plein écran

 Mgr de Berranger renonce à la charge pastorale de Saint-Denis

Benoît XVI accepte sa démission


ROME, Jeudi 15 janvier 2009 (ZENIT.org)

Benoît XVI a accepté le renoncement à la charge pastorale d'évêque de Saint-Denis en France que Mgr Olivier de Berranger lui a présentée.

Mgr de Berranger n'a pas atteint la limite d'âge canonique de 75 ans : il a fêté ses 70 ans en novembre dernier, mais il a souhaité rejoindre sa famille spirituelle du Prado. Il avait annoncé sa décision en juin dernier.

Le diocèse de Saint-Denis en France annonce que l'évêque a souhaité « aller vivre autrement son ministère à Lyon ». Ainsi, après douze années pendant lesquelles il s'est dépensé pour son diocèse, Mgr de Berranger a demandé à Benoît XVI de pouvoir être déchargé de sa responsabilité d'évêque de Saint-Denis. Il avait été consacré évêque en la cathédrale de Saint-Denis le 19 octobre 1996.

Un « au revoir » est organisé à Saint-Denis autour de l'évêque le samedi 24 janvier à 15 heures, au cours d'une célébration eucharistique suivie d'un vin d'honneur (Salle de l'Aréna, 2 chemin de Montguichet à Gagny).

Mgr de Berranger a fait ses études de théologie à Lyon, au grand séminaire du Prado, fondé par le P. Antoine Chevrier (1826-1879), avant de poursuivre ses études par une licence à l'Université grégorienne de Rome.

Puis il est revenu à Lyon où il a notamment exercé son ministère au service de la formation des futurs prêtres du Prado, à Limonest, et comme professeur de théologie fondamentale au consortium des religieux, puis de christologie au séminaire Saint-Irénée (1968-1976).

Il a été ensuite pendant dix-sept ans, prêtre (du Prado) Fidei donum en Corée du Sud, au diocèse de Séoul (1976-1993), avant de revenir au service de l'année de formation internationale au Prado (1993-1994).

Il a confié un jour au quotidien «L'Humanité » : « Mon rapport au Prado remonte à mon adolescence. J'ai connu des prêtres du Prado. J'ai aimé leur style de vie. C'étaient des hommes simples et directs qui voulaient être solidaires des plus pauvres. Mon rapport au Prado est une histoire d'amitié et une volonté de ne pas être en dehors de la mêlée, de souffrir avec, d'espérer avec. »

Il ajoutait, à propos de sa devise épiscopale tirée de la lettre de saint Paul aux Ephésiens: « Vous n'êtes plus des étrangers mais des frères » : « Je ne considère jamais un autre comme un étranger, car je sais ce que c'est que d'avoir été étranger ».

Un événement de son ministère épiscopal a marqué l'Eglise de France : sa lecture, le 30 septembre 1997, à Drancy, de la Déclaration de Repentance des évêques de France à propos de la Shoah. Il a publié, en 2007 avec le rabbin René-Samuel Sirat : « Juifs, chrétiens, musulmans, Lectures qui rassemblent, lectures qui séparent » (Bayard Culture), mais aussi « Newman face aux religions de l'humanité », avec Bertrand de Margerie (Parole et Silence).

Il est membre du Conseil pontifical justice et paix depuis avril 2002. Il avait publié un ouvrage sur ce thème : « La Paix sera le dernier mot de l'histoire » (sur les Messages annuels du 1er janvier pour la Journée mondiale de la Paix, C. de l'école Cathédrale), et « Offre le pardon » (également à partir de l'enseignement de Jean-Paul II, Cahiers de l'école Cathédrale).

Il a aussi publié sur son expérience pastorale : « L'Evangile de Séoul à Saint-Denis » (éd. de l'Atelier) et une « Chronique d'un évêque de banlieue » (Parole et Silence) qui vient de sortir.

Son dialogue avec Jean Boissonnat a gagné en actualité : « L'évêque et l'économiste. Défis et enjeux de l'Eglise dans le monde d'aujourd'hui » (Presses de la Renaissance, 2001).

Mgr de Berranger est aussi l'auteur de méditations sur l'Evangile : « L'Evangile selon Saint-Jean, une lectio divina » (éd. Parole et Silence 2007) et « L'Evangile selon saint Marc » (Ibid. 2008).

Anita S. Bourdin

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 23:00

Décès 

1179
Eudes de Saint-Amand


 8e Grand-Maître de l'Ordre du Temple.


1335
 Élizabeth Ryksa


 reine de Bohême et de Pologne.


1822

Auguste Louis Philippe Emmanuel DE CROY-SOLRE

connu comme Le Bel Auguste

Prince de l'empire

Grand d'Espagne

9ème Duc de Croÿ

Duc de Dülmen

Pair de France en 1814

Né le 3 décembre 1765 à Paris

Décédé le 19 octobre 1822 à l'Hermitage sur l'Escaut-Condé à l'âge de 56 ans

Parents
Anne-Emmanuel, duc de Croÿ 1743-1803
Auguste Friederike zu Salm-Kyrburg 1747-1822

Marié le 10 janvier 1789 avec Anne de Rochechouart de Mortemart 1773-1806, dont

Alfred 1789-1861

Ferdinand de Croÿ, Prince de Croÿ et de Solre, naquit à Aix-la-Chapelle (Allemagne) le 31 octobre 1791. Il mourut au Roeulx le 4 septembre 1865 et fut inhumé à Havré.

Philippe 1801-1871

Stephanie 1805-1884

Remarié le 5 novembre 1821 à Paris avec Anne-Marie Dillon, comtesse Dillon de Costello-Gallen 1795-1827, dont
Gustave 1823-1844

La dignité de Grand d'Espagne est l'échelon le plus haut de la noblesse espagnole.
Pair de France, qui peut offrir une comparaison, bien que le nombre de pairs de France ait toujours été plus réduit que celui des grands d'Espagne.

Il émigra, obtint, en échange des biens qu'il avait perdus, la seigneurie de Dülmen en Westphalie(en allemand Westfalen) est une région historique d'Allemagne, comprise entre le Weser et le Rhin.
Dülmen est une ville allemande de l'arrondissement de Coesfeld, dans la région de Münster, en Westphalie.La ville s'étend sur une superficie de 184.49 km2

Puis il rentra en France en 1814 et fut nommé pair.


1984
 Jerzy Popieluszko


prêtre polonais.


2009

Gérard Guyot d'Asnières de Salins

Parents

Il fut engagé volontaire durant la 1ère guerre mondiale au 33 ème régiment d'artillerie à Vannes, lieutenant, attaché à la Direction des Finances du Haut-Commissariat de Syrie à Beyrouth.
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 23:00

Naissances 

1609 
1718 
1889 
roi de Portugal
1933 
cardinal brésilien, archevêque de San Salvador de Bahia.
1957
 joli (et émouvant) reportage de 6 pages dédié à Constanza de Habsbourg
Née le 19 octobre 1957, à ses années passées et à son quotidien

l'archiduchesse en compagnie de son époux Franz Josef von Auersperg-Trautson Fürst von Auersperg-Trautsonle 11 décembre 1954. Témoin au mariage de Louis de Bourbon, duc d'Anjou 1974- et de María Margarita Vargas y Santaella 1983-


et de leurs 3 filles
rappelons nous que leur premier bébé, une autre fille prénommée Alexandra, avait vécu à peine un an et était décédée en 1998

Alexandra Maria von Auersperg-Trautson Prinzessin von Auersperg-Trautson Née le 10 février 1998 à Salzburg - Décédée le 10 février 1998 à Salzburg



Fille adoptive: Anna Maria von Auersperg-Trautson Née le 24 septembre 1997
(Laya) Ladislaya Marie Simone Zita Gobertine von Auersperg-Trautson Prinzessin von Auersperg-Trautson Née le 26 février 1999 à Bruxelles


 (Nora) Eleonora Maria Vincenz Charbel Gobertina von Auersperg-Trautson Née le 28 mai 2002 à Bruxelles
le couple Constanza et François Joseph d'Auersperg-Trautson a fêté cette année ses 15 ans de mariage, et à 52 ans l'archiduchesse a enfin retrouvé la sérénité après les épreuves dont celle de la perte de celui qu'elle aurait du épouser en 1989: le duc de Cadix, et plus récemment la disparition de son cousin Pedro Luiz d'Orléans Braganza, décédé dans le crash d'avion du début du mois de juin.
Après avoir travaillé pour le Parlement Européen à Bruxelles, Constanza se consacre désormais exclusivement à sa famille installée à Salzbourg, ainsi qu'à la restauration d'un château du XIII siècle, propriété de la famille de son mari.

Merci à
Daniele Bonini
 
 ConstanzadeHabsbourg-fillescopie.jpg Constanza-filles picture by danielebonini2003
 
 ConstanzadeHabsbourg-maricopie.jpg Constanza et mari picture by danielebonini2003
 
 ConstanzadeHabsbourg.jpg Constanza en famille picture by danielebonini2003
__._,_.___

__,_._,___

Curriculum vitae du Prince Laurent

Prince LaurentLe Prince Laurent est né le 19 octobre 1963 et est le fils cadet du Roi Albert II et de la Reine Paola.

Après des études secondaires faites en partie au Collège Pie X à Anvers, en langue néerlandaise, et en partie à l’Ecole Royale des Cadets à Laeken (Bruxelles), en langue française, il entre à l’Ecole Royale Militaire où il reçoit la formation académique réservée aux officiers des forces armées. A la sortie de cette école, il choisit, comme son père l’avait fait avant lui, de servir dans la Marine.

Sa formation navale lui est dispensée à bord de différentes frégates et différents chasseurs de mines. Le Prince est nommé au grade d’Enseigne de vaisseau de deuxième classe en septembre 1985 et prête le serment d’officier le 30 octobre de cette même année. Comme tous les officiers de pont de la Marine, il doit alors se spécialiser dans des domaines d’activités particuliers. Le Prince Laurent choisit les spécialités de plongeur et pilote d’hélicoptère.

Le 20 juillet 1989, le Prince Albert, Prince de Liège, son père, alors Amiral de Division, lui remet l’insigne de plongeur au cours de la prise d’armes qui se tient sur la place du Burg, à Bruges, à l’occasion de la Journée de la Marine. En septembre 1989, le Prince Laurent est promu au grade de Lieutenant de vaisseau. Quelques mois plus tard, à l’issue de sa formation, feu le Roi Baudouin, son oncle, lui remet les ailes de pilote d’hélicoptère.

Le Prince Laurent est promu au grade de Capitaine de frégate à la date du 15 novembre 1994.

Sa formation militaire terminée, le Prince se rend aux Etats-Unis où il participe à des stages dans différentes entreprises privées dans les secteurs pharmaceutique, aéronautique et des loisirs puis au Fonds Monétaire International, à la Banque mondiale, ainsi qu’aux Nations Unies, dans le cadre des programmes de développement et d’environnement.

De retour en Belgique, il fait un stage de plusieurs mois à la Commission Européenne où il participe à une réflexion sur la qualité de la vie et de l’environnement, ce qui lui vaut de se voir décerné le Prix Emile Noël, pour sa contribution originale à la construction européenne.

En 1994, le Prince Laurent devient le Président d’une association sans but lucratif qui a pour objet de prendre toutes initiatives en matière de conservation de la nature et pour la promotion des technologies propres, en tenant compte plus particulièrement des facteurs économiques et sociaux. Cette association, qui porte le nom d’ “Institut Royal pour la gestion durable des ressources naturelles et la promotion des technologies propres” (IRGT), joue un rôle utile en soutenant et en faisant mieux connaître la politique des gouvernements régionaux en matière de conservation de la nature et de promotion des technologies propres.

Le Prince Laurent préside également la Fondation, qui porte son nom, pour le bien-être des animaux domestiques et sauvages. Créée en 1995, cette Fondation vise à l’amélioration des relations entre l’homme et le monde animal. Il préside également, mais au niveau européen, l’European Research Group for Alternative Toxicity Testing (ERGATT).

Conformément à la Constitution, le Prince Laurent est sénateur de droit et a prêté le serment constitutionnel le 31 mai 2000.

Le Prince est également Président honoraire de l’Orchestre National de Belgique.

Prince Laurent, Mademoiselle Claire Coombs et Princesse LouiseLe mariage du Prince Laurent avec Mademoiselle Claire Coombs a été célébré le 12 avril 2003 à Bruxelles.

Mademoiselle Claire Coombs a été faite Princesse de Belgique le jour de son mariage, par arrêté royal du 1er avril 2003.

Le couple princier a une fille, la Princesse Louise, née le 6 février 2004, et deux fils, le Prince Nicolas et le Prince Aymeric, nés le 13 décembre 2005.

Le Prince Laurent a été promu au grade de Capitaine de Vaisseau le 26 juin 2004.










19 octobre
Prince Laurent de Belgique
image

Laurent Benoît Baudouin Marie de Belgique
le 19 octobre 1963 au Château du Belvédère


Parents

Mariage et enfants

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 23:00

Marie Thérèse Charlotte de France

née le 19 décembre 1778 à Versailles

décédée le 19 octobre 1851 à Frohsdorf en Autriche

 fille aînée du roi Louis XVI et de Marie-Antoinette d’Autriche.

Elle est le seul membre de la famille royale stricto sensu à avoir survécu à la Révolution.

Le 10 juin 1799, en épousant son cousin, Louis, elle devient duchesse d’Angoulême puis en exil comtesse de Marnes.

Elle meurt à Frohsdorf, près de Vienne (Autriche), le 19 octobre 1851 à près de 73 ans.

Elle est inhumée dans un monastère franciscain à Kostanjevica (Nova Gorica, Slovénie), où reposent également son oncle, Charles X, son mari le duc d'Angoulême et depuis 1883, son neveu, le comte de Chambord.


 

Repost 0
Published by YANN SINCLAIR - dans CALENDRIER
commenter cet article
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 23:01

 

 


Le 18 octobre est le 291e jour de l'année

(292e en cas d'année bissextile) du calendrier grégorien.

Il reste 74 jours avant la fin de l'année.

C'était le jour du piment, 27e jour du mois de Vendémiaire dans le calendrier républicain français.


 


À la Saint-Luc la pluie du vallon, fait de la neige sur le mont.
À la Saint-Luc sème dru, ou ne sème plus.
À la Saint-Luc il faut semer, que la terre soit molle ou dure.
À la Saint-Luc ne sème plus, ou sème dru.


Célébrations 

Saints chrétiens

Saints catholiques[2] et orthodoxes[3] du jour

Prénoms 

Bonne fête aux :

  • Luc, au calendrier civil 2009, et ses dérivés : Lucain, Lucas, Lucky, Lukas ou Luka, etc.

Et aussi aux :

  • Aimable, et ses dérivés : Amable, Mabel, Mabelle, Mavel, Maveline, Mavelle, Mavis, etc.


Dominica, 18 Octobris 2009, Tempus per annum, Hebdomada XXIX per annum.


|Martyrologe|Laudes|Tierce|Sexte|None|Vêpres|Complies|

Martyrologe pour le dix-huitième jour d'octobre

 


Fête de l'évangéliste saint Luc, grec originaire d'Antioche,

 

médecin de son état.

 

Il fut le fidèle compagnon de saint Paul durant une partie de ses

 

voyages missionnaires et dans sa captivité.

 

Saint Luc Evangéliste, et évêque (1er s.)


Saint Luc, Les Très Riches Heures du duc de Berry, Musée Condé, Chantilly

Un médecin grec, adorateur des idoles, soucieux de ses malades dont il connaît la faiblesse et souvent la misère. Jusqu'au jour où il entend saint Paul parler de Jésus, qui vient apporter le salut et la résurrection. Pendant 18 ans, il ne quittera plus désormais l'apôtre des nations et le suivit jusqu'à son martyre à Rome en 67.
Il est l'auteur d'un évangile et du livre des Actes des Apôtres. On y trouve plusieurs termes médicaux pour parler de la maladie de ceux qui s'adressent à Jésus. Soucieux d'authenticité, il nous dit avoir étudié ses sources, comme le médecin écoute son patient pour mieux dire un diagnostic. Modeste et compatissant, il retient plus que les autres évangélistes tout ce qui marque la bonté du Sauveur : l'enfant prodigue, le bon Samaritain, la brebis perdue, la prostituée qui s'en va pardonnée, le bon larron. Dante dira de lui « Il est le scribe de la miséricorde du Christ ». Heureux lui-même d'avoir trouvé le salut, il est, à sa manière, le chantre de l'amour incarné comme saint Jean le sera de l'amour infini de Dieu Trinité.
C'est lui qui nous a parlé avec tant de délicatesse de la Mère de Dieu, la toute pure et toujours Vierge Marie dont il nous dit : « Elle méditait toutes ces choses en son cœur. » ce qui veut dire qu'avec amour Marie relisait dans sa mémoire les faits et gestes du Seigneur, pour en approfondir toute la signification, comme saint Luc l'a fait en écoutant saint Paul et en nous transmettant cet évangile de la bonté de notre Père du ciel. Saint-Luc est le patron des artistes peintres, des relieurs, des bouchers, des médecins, des vitriers, des orfèvres qui travaillent l’or, des notaires, des sculpteurs, des fabricants de vitraux, des chirurgiens et des hommes célibataires.

Autre biographie:
Luc est l’auteur du troisième Évangile et des Actes des Apôtres ; il était probablement syrien d’Antioche, d’origine païenne et médecin. L’apôtre Paul, dans ses Lettres, parle de lui comme d’un compagnon très cher qui resta auprès de lui au cours de ses deux incarcérations à Rome ; tout laisse à penser qu’il fut son compagnon durant les deuxième et troisième voyages missionnaires de l’Apôtre.
Son origine païenne ne fait pas oublier à Luc que le salut vient de Jérusalem et que la cité sainte est le lieu où doit se réaliser ce salut : c’est là que commence l’Évangile, là que se terminera l’aventure historique de Jésus, et c’est de là que la mission universelle des apôtres prendra son essor, de la Judée à la Samarie jusqu’aux extrémités de la terre.
En véritable scribe de la miséricorde du Christ, Luc souligne à maintes reprises l’amour de Jésus pour les pécheurs et la magnanimité de son pardon. En Jésus les « entrailles de miséricorde » de Dieu envers les pauvres et les petits trouvent leur visibilité, alors qu’un sévère avertissement est réservé aux riches et aux orgueilleux. Quoi qu’il en soit, c’est à tous que s’adresse l’appel à la conversion, qui comporte un choix radical de pauvreté et d’abandon en Dieu. Pour Luc, l’Esprit saint est le protagoniste de ce retour au Père : invoquer l’Esprit est la prière par excellence que nous ne devons jamais nous lasser d’adresser à Dieu, à l’exemple de Jésus.
Diverses traditions, souvent inconciliables, occultent les dernières années de la vie de Luc : même si on lui accorde le titre de martyr, il est plus probable qu’il soit mort de mort naturelle, à un âge avancé, en Béotie, après avoir évangélisé l’Achaïe.

Lecture

Que ce Luc ait été inséparable de Paul et son collaborateur dans la prédication de l’Évangile, c’est ce que Luc lui-même fait connaître, non pour se glorifier, mais mis en avant par la vérité elle-même.(…) Ayant été présent à tous ces événements, Luc les a consignés de façon précise. On ne peut surprendre chez lui ni mensonge ni vantardise, car tous ces faits étaient patents. (…) Si donc Luc, qui a toujours prêché avec Paul, qui a été appelé par lui « bien-aimé », qui a annoncé avec lui l’Évangile et s’est vu confier la mission de nous rapporter cet Évangile, n’a appris de lui rien d’autre, comme nous l’avons montré par ses paroles, comment ces gens-là, qui n’ont jamais été adjoints à Paul, peuvent-ils se vanter d’avoir appris des « mystères cachés et inexprimables » ?
(Irénée, Contre les hérésies)

Prière

Dieu qui as choisi saint Luc pour révéler, par sa parole et ses écrits, le mystère de ton amour envers les pauvres, accorde à ceux qui se réclament de ton nom, d’être un seul cœur et une seule âme, et, à tous les peuples du monde, la grâce de voir ton salut. Par Jésus.

Saint Luc. Simone Martini. XIVe.

Voir aussi:
http://www.magnificat.ca/cal/fran/10-18.htm#luc
http://missel.free.fr/Sanctoral/10/18.php
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsoctobre/oct18.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Luc_(%C3%A9vang%C3%A9liste)
http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2009/10/18/index.html



Saint Aimable de Riom Prêtre à Riom, en Auvergne (+ 485)
Curé de la ville de Riom dans le Puy de Dome, dans le centre de la France, Dieu lui avait donné, selon son compatriote, Grégoire de Tours, un pouvoir de guérison. L'on dit même qu'un jour, faute d'une patère, il accrocha son manteau à un rayon de soleil. Faute de trouver où poser sa vie en ce monde, nous pouvons la poser sur la lumière divine.



Sainte Blanche Martyre (+ v. 492)
Probablement fille de Brychan de Brecknock, elle fut assassinée à Talgarth par les Saxons païens.



Sainte Blanche Soeur de sainte Nonna (5ème s.)
Elle serait la soeur de sainte Nonna, la tante de saint David de Galles et la mère des saints Cybi et Cadfan.



Saints Gabriel et Kermidolis (+ 1522)
Jeunes chrétiens d'Egypte, qui furent accusés injustement de jeter des ordures sur les murs de la mosquée voisine. Après de vains essais pour leur faire abandonner la foi en Jésus-Christ, ils furent arrêtés. Kermidolis eut la tête fracassée par une grosse pierre et Gabriel succomba à son tour, décapité.



Sainte Gwendoline Mère de saint Guénolé (5ème s.)
ou Gwenn, elle fut la mère de saint Guénolé, l'un des saints bretons les plus vénérés. C'est surtout au travers de ses enfants que se révèle sa sainteté.
"D'après la tradition, Fracan et son épouse Gwenn quittèrent vers 460 l'île de Bretagne et débarquèrent sur la côte nord de l'Armorique. Ils s'installèrent sur les rives du Gouët, à l'endroit appelé aujourd'hui Ploufragan. Deux enfants leur étaient déjà nés, Guethenoc et Jacut ; le troisième, Gwenolé, naîtra en Armorique. Le culte de sainte Gwenn est pratiquement inexistant, aucune chapelle n'est en son nom dans le diocèse de Quimper. La chapelle Saint-Vennec en Briec conserve une statue de sainte Gwen et de ses trois garçons, et la paroisse de Saint-Frégant garde, dans son nom, le souvenir du père de saint Gwennolé."
(source: diocèse de Quimper et Léon)
http://catholique-quimper.cef.fr/decouvrez_notre_patrimoine/bol-d-air-breton/sainte-gwenn/

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte_Gwenn



Saints Hermès et Taxe Martyrs en Moldavie à Galatz (6ème s.)
Sur les bords du Danube.



Saint Isaac Jogues Missionnaire jésuite au Canada (+ 1646)

Isaac Jogue, portrait en peinture à l'huile de Donald Guthrie McNab

Originaire d'Orléans, il fut missionnaire jésuite et fut envoyé au Canada. En 1642, alors qu'il évangélise les indiens Hurons, il est capturé par les Iroquois qui le mutilent atrocement et en font leur esclave. Libéré par les Hollandais, il rentre en France. Mais il veut revenir sur la terre indienne et c'est là qu'il sera massacré par les indiens Mohawks en pays iroquois, à Ossernenon, actuellement dans l'Etat de New York.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Isaac_Jogues



Saint Julien l'Ermite (4ème s.)
Il vécut à l'époque de l'empereur Julien l'Apostat. Il s'installa dans le désert des rives de l'Euphrate dans la région d'Edesse et vécut éloigné de tout dans une grotte obscure. Mais comme tous les saints, il vit bientôt des disciples se mettre à son école, chacun l'écoutant puis se retirant ensuite dans sa solitude. Plus tard, il quitta ces lieux pour le Mont-Sinaï et bâtit là un ermitage dont la chapelle existe encore de nos jours. Il revint près d'Antioche lors de la persécution déchaînée par l'empereur Valens qui avait embrassé l'arianisme.



Saint Just d'Auxerre (+ 287)
Sa vie fut brève puisqu'il fut tué alors qu'il n'avait que 9-10 ans. Son oncle ayant été enlevé comme esclave, Just le reconnut chez le marchand. Des témoins dirent: «Cet enfant s'adonne à la magie et il se proclame chrétien.» Arrêté, il eut la tête tranchée parce qu'il refusait de sacrifier aux idoles. Plusieurs agglomérations perpétuent sa mémoire dont 60130 Saint Just en Chaussée.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Just-en-Chauss%C3%A9e



Saint Marynos (4ème s.)
Originaire de Tarse en Cilicie, comme saint Paul. Il refusa de renier le Christ durant la grande persécution de Dioclétien. Frappé de verges, jeté en prison, il recevra la couronne du martyre par le glaive.



Saint Monon (+ 645)
Ecossais de naissance, il voulut faire le pèlerinage à Rome aux tombeaux des apôtres, comme le firent beaucoup de ses contemporains.
Quand il revint par la Gaule, il découvrit le silence de la forêt des Ardennes et s'y bâtit une solitude. Mais de solitude bientôt il n'en fut plus question car les gens des environs vinrent consulter le saint homme qui les instruisit des mystères de la foi jusqu'au jour où des opposants en firent un témoin de la foi, assassiné d'une manière atroce, à Nassogne vers 636.
On raconte qu'il fut en contact avec St Jean l'Agneau, évêque de Tongres. Installé à Nassogne, il priait et évangélisait en invitant les gens à la prière. La légende dit que, devant lui, un porc fit sortir de terre une clochette d'époque ancienne dont St Monon se servait pour appeler les gens à la prière. Il est toujours représenté avec un cochon et une clochette. Il est prié par les éleveurs et les cultivateurs: protection du bétail.

En Ecosse, son culte existe encore et l'on connaît même près de la ville de Saint André, une petit agglomération appelée Monon's Kirk.
Une église de la paroisse de Lierneux, dans les Ardennes belges, est dédiée à ce saint (Eglise de Jevigné).
http://www.catho.be/

En Belgique, à Nassogne et sa collégiale St-Monon, son culte est le plus vivant; voir par exemple
http://www.skene.be/RWJP96TXT/nassogne.html
Pèlerinage annuel, appelé "remuages de St Monon" chaque dimanche qui suit l'Ascension.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Monon



Saint Pierre d'Alcantara Franciscain espagnol (+ 1562)
L'an 1562, le retour à Dieu de saint Pierre d'Alcantara, franciscain espagnol. Élu à la charge de Provincial, il entreprit dans son Ordre une oeuvre de réforme analogue à celle que menait sainte Thérèse d'Avila dans l'ordre du Carmel.

Sans aucun doute parmi les nombreux mystiques espagnols, il est l'un des plus grands. Franciscain à 16 ans, il crée une nouvelle branche de l'Ordre, plus austère et plus pauvre : "les franciscains déchaussés." Il sera de ceux qui aidèrent sainte Thérèse d'Avila à réformer le Carmel et même obtint pour elle l'autorisation de fonder à Avila son premier couvent des "carmélites déchaussées". Il connaissait de merveilleuses extases, au point que certains l'accusaient de folie. "Bienheureuses folies mes soeurs, disait saint Thérèse d'Avila à propos de saint Pierre d'Alcantara. Plût à Dieu que nous en fussions toutes atteintes." Sa vie ascétique était inimitable: ne manger que tous les trois jours - dormir assis contre une muraille et seulement une heure et demie afin d'avoir le temps de la méditation - ne parler que si on l'interrogeait.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_d%27Alcantara
http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Textes/index.html
http://missel.free.fr/Sanctoral/10/19.php
http://www.magnificat.ca/cal/fran/10-19.htm



Saint Pierre de Tsetinie (+ 1830)
Originaire de Niegouch dans le Montenegro, il devint moine à douze ans. Il consacra toute sa vie à sauvegarder la foi de son peuple, surtout quand il fut métropolite, car il était alors en même temps le souverain de son petit royaume. Il le pacifia malgré les clans rivaux, et sa victoire à Boka sur les armées de Napoléon Ier le rendit plus célèbre encore. Grandes étaient sa bonté et son indulgence à l'égard des autres, alors qu'il était très exigeant pour lui-même. Prince du Montenegro, il continua de vivre, dans son étroite cellule monastique, une vie ascétique.



Sainte Tryphonie (IIIe siècle)
L’une des épouses de l’empereur Dèce, mère de Sainte-Cyrilla. Païenne durant la majeure partie de sa vie, elle se convertit au Christianisme après le décès de l’empereur. Elle-même décède peu de temps après avoir reçu le baptême, puis elle est inhumée dans la même crypte que Saint-Hippolyte.



Les Églises font mémoire…

Anglicans : Luc, évangéliste

Catholiques d’occident : Luc, évangéliste

Coptes et Ethiopiens (8 babah/teqemt) : Matra d’Alexandrie (+ env.250), martyr (Église copte)

Luthériens : Luc, évangéliste

Maronites : Luc, évangéliste

Orthodoxes et gréco-catholiques : Luc, apôtre et évangéliste ; Pierre (+1326), Alexis (+1378), Jonas (+1461), Philippe (+1559) et Hermogène (+1612), thaumaturges de Moscou (Église russe)

Syro-orientaux : Luc, évangéliste (Église malabar)
Vieux Catholiques : Luc, évangéliste

 

 

Vers 377, saint Julien Sabas, anachorète.

 

Il vécut d'abord au Sinaï, mais n'hésita pas à quitter sa cellule pour se rendre à Antioche et fortifier la foi des chrétiens durant la persécution de l'empereur arien Valens.

 

Il retourna ensuite à sa solitude où des disciples se groupèrent près de lui.

 

Au VIIe siècle, saint Mommelin.

 

Moine de Luxeuil avec saint Bertin, il fut mandé par saint Omer pour la fondation de Sithiu, dont il fut le premier abbé.

 

Élu à l'évêché de Noyon-Tournai, la chronique nous dit qu'il était bilingue, capable de parler "roman" et "teuton".

 


 

 

Et encore ailleurs, beaucoup d'autres saints et bienheureux.

Événements 

  31
Arrestation de Séjan, préfet du Prétoire de l'empereur romain Tibère.

  614
Édit de Clotaire II sur l’administration publique (tous les hauts fonctionnaires doivent être originaires du territoire administré) et la liberté des élections épiscopales. Clotaire tente de rétablir l’ordre et l’équité dans son royaume. La charte précise qu’en l’absence du roi, l’évêque peut condamner un juge coupable.

1009
Par suite des persécutions des Juifs et des Chrétiens dans l'empire fatimide, l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem est détruite sur ordre d'al-Hakim bi-Amr Allah, calife fatimide du Caire.

1081
 L'armée byzantine d'Alexis Ier Comnène est vaincue par les Normands, qui s'emparent de Dyrrachium (Durazzo), en Dalmatie (actuellement en Albanie).

1534
 Début de l'Affaire des Placards: des écrits séditieux protestants sont placardés sur les principales places de Paris, et motiveront les premières persécutions sous François Ier.

1622
 La paix de Montpellier met fin à un soulèvement des Huguenots, qui ne conservent que deux places-fortes : La Rochelle et Montauban.

1685
 Le roi Louis XIV signe l'édit de Fontainebleau, révoquant ainsi l'Édit de Nantes.

1748
 Le traité d'Aix-la-Chapelle met fin à la guerre de Succession d'Autriche.

1752
 Création à Fontainebleau du petit opéra de Jean-Jacques Rousseau Le Devin du village.


1799
 Le duc d'York capitule devant l'armée française à Alkmaar, en Hollande.  
1809
Victoire espagnole à Tamames.

1810
 Napoléon ordonne que les marchandises britanniques soient brûlées dans les ports de l'Empire.
1810
Un décret renforce les sanctions contre les contrebandiers


Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 23:00
  31
Exécution de Séjan, préfet du Prétoire de l'empereur romain Tibère.  
629 
roi des Francs.

 À Clichy-sur-Seine, décès de Clotaire II, dit le Jeune, roi de Neustrie de 584 à 613 et roi des Francs de 613 à 629, après la conquête du royaume d'Austrasie. Né l’an 584, il était le fils du roi Chilpéric Ier de Neustrie de sa femme Frédégonde. Son père, ayant été assassiné à Chelles par instigation d...e Brunehaut, il devint roi à l’âge de quatre mois sous la tutelle de sa mère et protection de son oncle Gontran, roi de Burgondie, qui profita pour s’emparer de Paris et voulait affaiblir la Neustrie à son profit. Frédégonde tenta en vain de faire assassiner Gontran, ce qui provoqua leur rupture. À neuf ans seulement Clotaire II dut se mettre à la tête de son armée pour dérouter le duc Wintrio de Champagne. Plus tard il fit face à se cousins les frères Théodebert II d’Austrasie et Thierry II de Bourgogne, mais en fut vaincu, devant accepter le raccourcissement de son royaume, borné désormais aux régions de Beauvais, Amiens et Rouen. Mais les deux frères se brouillèrent et Clotaire sut tirer avantage de cette circonstance, en récupérant une bonne partie de ses anciennes possessions. Thierry II mourut en train d’envahir la Neustrie en 613. Alors Brunehaut mit sur le trône d’Austrasie son arrière-petit-fils Sigebert II, que les nobles n’acceptèrent pas. Ceux-ci firent appel à Clotaire de Neustrie, qui envahit le royaume rival, tua Sigebert et ses enfants et fit massacrer Brunehaut. Il se trouvait maintenant seul maître des Francs. Clotaire dut composer avec la noblesse de ses trois royaumes et accéda à faire de la dignité de Maître de Palais une charge inamovible et représentative de la noble neustrienne, austrasienne et bourgonde. En 622 il associa son fils Dagobert Ier au trône et le fit roi en le faisant roi d’Austrasie. Le règne de 45 ans de Clotaire II fut un des plus longs des Mérovingiens. Il se maria trois fois, avec Haldetrude, Bertrude et Sichilde. De sa deuxième femme il eut son successeur Dagobert Ier ; de la dernière, Caribert II, roi d’Aquitaine. Clotaire fut inhume dans l'église Saint-Vincent-Sainte-Croix, renommée plus tard Saint-Germain-des-Prés.


1989

20° anniversaire de la mort de la princesse Gina de Liechtenstein

Formation d'interprète à l'université de Vienne. Très appréciée pour ses manières cordiales et ouvertes, la princesse contribua à la popularité de la monarchie.
Cofondatrice et présidente (1945-1985) de la Croix-Rouge liechtensteinoise.
Elle prit des initiatives en faveur des familles, des handicapés, des réfugiés et des personnes âgées.

Née le 24 octobre 1921

Parents

  • Ferdinand, Graf von Wilczek 1893-1977
  • Norbertine, Gräfin Kinsky von Wchinitz und Tettau 1888-1923

Fürst Franz Josef II. und Fürstin Gina (Foto: Picture-Alliance) © dpa - Bildarchiv
Princesse Gina du Liechtenstein, l'épouse du chef de l'Etat,  Elle avait 67 ans.

LA princesse avait été hospitalisé depuis le mois dernier pour le traitement d'une maladie non divulguée.
Un communiqué du gouvernement a déclaré que son état soudainement aggravée mardi.

Elle laisse dans le deuil ses 83 ans vieux mari, Franz Josef II, le monde plus ancien chef d'Etat au pouvoir.

Ils se sont mariés en 1943, cinq ans après Franz Josef II a pris ses fonctions le prince régnant de Liechtenstein 12, une petite principauté entre l'Autriche et la Suisse.

En 1984, Franz Josef II se tourna sur le fonctionnement de ce pays à son fils, Hans-Adam, le plus ancien de leurs cinq enfants, mais il est resté chef de l'Etat.
 
En compagnie de Grace de Monaco




2006
Mario Francesco Pompedda


 cardinal italien, préfet émérite du Tribunal suprême de la Signature apostolique18 avril 1929)
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 23:00
1127
 Empereur Go-Shirakawa du Japon († 1192)

1405
 Pie II

(Enea Silvio Piccolomini)
210ème pape de l' Église catholique, de 1458 à 1464 († 14 août 1464)

1517
 Manuel da Nóbrega


 jésuite portugais au Brésil († 1570).

1518
 Nicolas de Pellevé


 cardinal français, archevêque de Reims († 28 mars 1594).

1619
 Jean Armand de Maillé-Brézé


 duc de Brézé, duc de Fronsac, pair de France, grand-maître de la navigation, tué par un boulet à la bataille d'Orbitello († 14 juin 1646)

1663
Fichier:Prinz-Eugen-von-Savoyen1.jpg
François-Eugène, Prince of Savoy-Carignan
Eugène-François de Savoie

Né le 18 Octobre 1663 à Paris
Décédé le 21 Avril 1736
à Vienne

connu sous le nom de Prince Eugène, célèbre général des armées impériales.

Fils d'Eugène-Maurice de Savoie-Carignan, comte de Soissons, et d'Olympe Mancini, nièce du cardinal Mazarin.

Adolescent, il se fait remarquer par sa vie de débauche homosexuelle. Humilié par la disgrâce de sa mère, compromise dans l'affaire des poisons, il quitte la France du roi Louis XIV qui ne veut pas lui accorder un commandement, et entre comme volontaire au service de l'Autriche, (1683). Il jure de ne revenir en France que les armes à la main.

Il débute dans l'armée comme commandant de cavalerie et devient vite feld-maréchal en 1687 et feld-maréchal général en 1693.

Chargé en 1697 du commandement de l'armée impériale, il gagna sur les Turcs la bataille décisive de Zenta en 1697, qui est suivie de la paix de Karlowitz.

Entre 1697 et 1716, le prince fait édifier son palais d'hiver à Vienne, le Stadtpalais (Himmelpfortgasse 8), qui abrite aujourd'hui le ministère des Finances autrichien) par l'architecte Fischer von Erlach puis par Lukas von Hildebrandt (de 1702 à 1724 pour les modifications), puis en 1714 le prince décide de faire construire le Belvédère par le même architecte Hildebrandt deux palais reliés par un jardin (unteres Belvedere et Schloss Belvedere), où il rassemble ses collections d'art et de livres (on peut voir plus de 15 000 ouvrages de sa collection à la Bibliothèque nationale autrichienne (Österreichische Nationalbibliothek) à la Hofburg).

Au cours de la guerre de succession d'Espagne, de 1701 à 1714, il n'hésite pas à combattre contre la France. En Italie, il repousse Catinat à la bataille de Carpi, bat Villeroy et le fait prisonnier à la bataille de Chiari en 1701, manque de justesse de battre son cousin Vendôme à la bataille de Crémone, puis à nouveau à la bataille de Luzzara en 1702.

 

En 1704, alors qu'il commandait les troupes impériales, il bat, avec l'aide du duc de Marlborough, les armées franco-bavaroises à la bataille de Blenheim et le prince-électeur de Bavière Maximilien-Emmanuel perdit ses terres qu'il retrouva, en 1714, lors de la signature du traité de Rastatt.

De retour en Italie en 1705, il fut repoussé par le duc de Vendôme à la journée de Cassano, mais dans les deux années suivantes, il fit rentrer tout le Milanais et la Lombardie sous l'obédience de l'empereur. Il s'empara du Montferrat, en 1706, pour le compte du duc de Savoie Victor-Amédée II, chef de sa Maison, puis détruisit le 7 septembre l'armée française qui avait mis siège à Turin. En 1707 il mena aux côtés du duc Victor-Amédée de Savoie l'entreprise qui conduisit, à travers la Savoie et la Provence, vers le siège de Toulon (juillet-août 1707). Malgré le soutien de la flotte anglaise (conduite par l'Amiral Cloudesley Shovell) les forces françaises repoussèrent les troupes impériales le 23 août 1707 à Toulon. En 1708, sur les bords de l'Escaut, il mit les Français en déroute à Audenarde. En 1709 il les vainquit encore à Malplaquet ; mais en 1712 il fut à son tour battu par Villars à la bataille décisive de Denain.

Le prince Eugène fut un acteur décisif pour mettre fin à la guerre de succession d'Espagne. Plénipotentiaire au traité de Rastatt, il négocia avec beaucoup d'habileté.

Il remporta ensuite, sur les Turcs, à Petrovaradin (Peterwardein) en 1716 et à Belgrade en 1717, deux grandes victoires, qui forcèrent une seconde fois les ottomans à demander la paix (traité de Passarowitz, 1718). La chanson populaire Prinz Eugen, der edle Ritter commémore ce fait d'arme.

De 1716 à 1725, il fut gouverneur en titre des Pays-Bas autrichiens, remplacé par son ministre plénipotentiaire le marquis de Prié.

La paix avec la France ayant été rompue en 1733 au sujet de la succession au trône de Pologne, Eugène reprit le commandement ; mais il ne montra pas cette fois les mêmes talents ; après avoir laissé prendre Philippsburg, il se hâta de signer la paix et se retira à Vienne.

À la fin de sa vie, il se consacre au gouvernement de Conseil de guerre aulique qu'il présidait. Au début du mois d'avril 1736, un de ses valets le découvre étouffé dans son lit, sans doute à la suite des problèmes respiratoires qu'il avait depuis longtemps. Il est enterré dans la Cathédrale Saint-Étienne de Vienne.

Il a laissé quelques écrits politiques.

Mort célibataire, son immense fortune passa à sa nièce Marie-Anne-Victoire et à son mari le feld-maréchal Joseph Frédéric de Saxe-Hildburghausen.

 


1736
 Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord


 cardinal français, archevêque de Paris († 20 octobre 1821)


1872
Charles Emmanuel DE CROY

Auguste Marie Gustave Etienne Charles Emmanuel DE CROY

prince de Croÿ

Né le 18 octobre 1872 à Le Roeulx
Décédé le 4 juin 1932 à Paris à l'âge de 59 ans

Parents
Gustave, prince de Croÿ  Né le 19 mai 1845 à Dülmen - Décédé le 3 septembre 1889  Le Roeulx à l'âge de 44 ans
Louise de Croix  Née le 28 mars 1842 à Paris - Décédée le 5 mai 1916 à Dree à l'âge de 74 ans

Marié le 2 décembre 1896 à Héverlé avec Marie-Salvatrix d'Arenberg Née le 26 avril 1874 à Heverlé-Décédée le 9 mai 1956 à Le Roeulx à l'âge de 82 ans

dont
Eléonore  Née le 19 septembre 1897 à Héverlé (Belgique) - Décédée le 20 octobre 1990 à Chantilly (60) à l'âge de 93 ans

Etienne-Gustave Emmanuel Antoine Engelbert Marie de Croÿ du Roeulx prince de Croÿ du Roeulx  Il obtint, par arrêté royal du 27 octobre 1947, autorisation pour lui et ses fils d'ajouter à leur nom celui de du Roeulx. Né le 9 septembre 1898 à Bruxelles - Décédé le 8 janvier 1990 à Bruxelles à l'âge de 91 ans

Marie-Claire
Emma Engelberte Antoinette de Croÿ  Née le 25 septembre 1907  Le Roeulx - Décédée le 30 mars 2000 à Bruxelles à l'âge de 92 ans - Inhumée le 6 mai 2000 à Everberg, Belgique

Il fut nommé Grand Bailli de l'Ordre Souverain de Malte, et fut fait Chevalier de l'Ordre de la Toison d'or I

l fit une carrière dans la diplomatie et fut nommé ambassadeur de Belgique en Autriche.

Il obtint le 17 février 1927, admission dans la noblesse du royaume de Belgique avec le titre de " Prince " et la qualification d'Altesse Sérénissime. Il mourut à Paris, le 4 juin 1932 Il épousa à Heverlé, le 2 décembre 1896. SAS Marie-Salvatrix, Princesse et Duchesse d'Arenberg. (née à Heverlé le 26 avril 1874), fille de S.A.S Engelbert-Auguste, Duc d'Arenberg, et de S.A.S Eléonore, Princesse et Duchesse d'Arenberg. Elle mourut au Reulx, le 9 mai 1956.

Iconographie : Buste de Marie-Salvatrix d'Arenberg, par Vincotte. Portrait du Prince, en uniforme de bailli, peint en 1950 par le Baron de Hass-Teichen


1888

Emmanuel du Chastel de La Howarderie

Mort pour la Belgique

Parents


1912
 Aurelio Sabattani


cardinal italien de la curie romaine († 19 avril 2003).

1930
 
Hubert Coppenrath

 évêque catholique français, archevêque de Papeete.

1936
 Jaime Lucas Ortega y Alamino


 cardinal cubain, archevêque de San Cristobal de la Havane.
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 23:01

Le 17 octobre est le 290ejour de l'année

(291e en cas d'année bissextile) du calendrier grégorien.

Il reste 75 jours avant la fin de l'année.

C'était le jour de l'aubergine, 26e jour du mois de Vendémiaire dans le calendrier républicain français.

Signe du zodiaque : 24e jour de la Balance.

 


Célébrations 

couleurliturgiqueRouge.gif

Saints chrétiens

Listen_to

Saints catholiques et orthodoxes du jour 



Martyrologe pour le dix-septième jour d'octobre

 

Mémoire de saint Ignace, évêque d'Antioche, martyrisé à Rome,

 

sous la dent des bêtes, en l'an 107.

 

En Perse, vers 344, sainte Mamelta, martyre.

 

Prêtresse du temple d'Artémis, elle fut convertie à la foi par sa

 

soeur qui était chrétienne.

 

Elle fut lapidée le jour même de son baptême, puis jetée dans un

 

lac.

 

En Égypte, au Ve siècle, saint Jean Colobos, c'est-à-dire "le

 

Nain", deuxième successeur de saint Macaire à la tête du désert

 

de Scété.

 

Il a laissé de nombreux apophtegmes.

 

En 685, la translation des reliques de saint Berchaire. Moine de

 

 

Luxeuil, il fut le premier abbé de Hautvilliers, au sud de Reims,

 

puis de Montier-en-Der, dans l'actuelle Haute-Marne.

 

Un jeune moine qu'il avait réprimandé, le poignarda au matin de

 

Pâques; saint Berchaire mourut en pardonnant à son assassin.

 

A Valenciennes, l'an 1794, la mort sanglante de plusieurs  

 

Ursulines, guillotinées sur l'ordre du tribunal révolutionnaire.

 

A Suna, dans le Piémont, en 1902, le bienheureux Contardo

 

Ferrini. Docteur "in utroque jure" de l'université de Pavie, il

 

enseigna dans plusieurs villes d'Italie et de Sicile.

 

Chrétien fervent, il parvint à la sainteté dans l'accomplissement

 

fidèle de ses fonctions d'enseignant.

 

 

Et encore ailleurs, beaucoup d'autres saints et bienheureux.

Saint Ignace d'Antioche Evêque, martyr, Père et Docteur de l'Eglise (+ 115)

Ignatius_of_Antiochie.jpg

On le fête en Orient le 20 décembre. Antioche connaissait une communauté chrétienne importante et très dynamique. N'est-ce pas là que, pour la première fois, les disciples de Jésus furent appelés chrétiens? A la fin du 1er siècle, leur évêque s'appelle Ignace. Le gouverneur Pline le Jeune arrête les plus déterminés et saint Ignace est l'un d'eux. Arrêté, il est condamné à être dévoré par les fauves durant les fêtes romaines. Nous avons les lettres qu'il écrivit aux diverses communautés chrétiennes durant le voyage qui le conduisit à Rome. Elles sont poignantes dans leur confession d'une foi inébranlable, pour la joie qu'elles expriment et pour l'imitation de Jésus-Christ qu'elles proposent à tout chrétien. « ll n'y a plus en moi de feu pour aimer la matière, mais une eau vive qui murmure et dit en moi :'Viens vers le Père'. »

Autre biographie:
Les Églises d'Orient rappellent aujourd'hui la mémoire d'Ignace, dit le Théophore (porteur de Dieu), deuxième successeur de Pierre sur la chaire d'Antioche et mort martyr autour de l'an 115. De sa vie, nous ne connaissons que le voyage qu'il accomplit vers le martyre, qu'il transforma -dans sa grande foi- en un chemin radicalement à la suite du Christ, le Seigneur crucifié mais vainqueur du mal et de la mort. Envoyé à Rome pour y être donné en pâture aux lions, Ignace fut salué avec affection et respect par les chrétiens à chaque étape de son voyage. Jusqu'à la fin, il s'employa pour leur faire parvenir ses encouragements à travers des lettres qui demeurent parmi les plus belles exhortations à la fidélité à l'Évangile de toute la littérature chrétienne. Profondément convaincu de la pleine humanité et divinité du Christ, Ignace défendit avec force la réalité de l'incarnation du Verbe, rendant témoignage à la résurrection à travers son propre martyre, qu'il accueillit en pleine liberté et avec un amour vibrant. Ayant appris que les chrétiens de Rome cherchaient à le soustraire à la mort, l'empêchant ainsi de répondre à la voix intime qui l'exhortait à revenir au Père, Ignace leur écrivit des pages ardentes qui témoignent de son désir d'imiter la passion de son Dieu, d'être nourriture des fauves pour devenir pain pur du Christ. Ignace était habité de la sollicitude pour l'unité des Églises, unité qui trouve son sacrement dans l'eucharistie, vraie chair du Christ, et qui se structure autour de l'évêque, appelé à rassembler dans l'harmonie avec les prêtres, ses collaborateurs, le troupeau des fidèles dans l'unique Église du Christ.

Lecture

J'écris à toutes les Églises et j'annonce à tous que je meurs volontiers pour Dieu, pour autant que vous ne m'en empechiez pas. Je vous prie de ne pas avoir pour moi de bienveillance inoportune. Laissez-moi être la nourriture des fauves, par lesquels il m'est possible de rejoindre Dieu. Je suis le grain de blé de Dieu, moulu par les dents des bêtes, pour devenir pain pur du Christ. Alors je serai vraiment disciple de Jésus Christ. Je ne vous commande pas comme Pierre et Paul. Ils étaient apôtres; je ne suis qu'un condamné. Ils étaient libre; je suis pour ma part un esclave. Mais si je souffre pour Dieu, je serai affranchi en Jésus Christ et je ressusciterai libre en lui. Mon éros a été crucifié et en moi ne brûle aucun feu pour les choses matérielles, mais une eau vive, qui parle en moi et me dit dans l'intimité: "Ignace, viens vers le Père"
Ignace d'Antioche, Lettre aux Romains 4,1-3 et 7,2

Prière

Seigneur Dieu,
Père de l'Église,
tu nous as donné en Ignace,
grain de blé moulu
pour devenir pain pur du Christ,
un imitateur de sa passion:
accorde-nous de nous réfugier dans l'Évangile
comme dans la chair de Jésus
et de vivre jusqu'au don de notre vie
la charité qui conduit à toi, ô Père,
béni pour les siècles des siècles.
Amen.
im-St-Ignace-Antioche.jpg

Voir aussi:
http://www.magnificat.ca/cal/fran/02-01.htm#ignace
http://missel.free.fr/Sanctoral/10/17.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ignace_d%27Antioche
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome01/038.htm
http://jesusmarie.free.fr/ignace_d_antioche.html


Saint André de Crête (+ 761)
solitaire qui fut martyrisé, battu de verges, pour la défense du culte des saintes Images durant les persécutions iconoclastes.


Sainte Anstrude Ou Austrude (+ 688)
Ses parents, saint Blandin et sainte Salaberge, profondément chrétiens, avaient fondé le monastère de Saint Jean-Baptiste de Laon. D'accord avec son époux, sainte Salaberge y deviendra moniale puis en sera l'abbesse. Sainte Anstrude lui succédera. Elle connaîtra bien des difficultés de la part de l'évêque de Laon qui prétendait avoir des droits sur ce monastère et était soutenu par Ebroïn, le maire du palais de Neustrie.


Saint Antoine de Leokhnov Ermite en russie (+ 1611)
Fils de boïards russes, il préféra devenir ermite avec un petit lopin de terre, plutôt que d'être un grand propriétaire. On dit de lui qu'il avait une poutre comme oreiller et le sol comme lit. Mais, il dormait si peu, la nuit se passant en prière. Lors de l'invasion suédoise, le métropolite de Novgorod le fit venir à Novgorod pour le protéger. Et c'est là que saint Antoine rejoignit le Seigneur.


Saint Baudouin Archidiacre de Laon (+ 879)
archidiacre de Laon, assassiné par les gens d'Ebroin, maire du palais de Neustrie qui le considérait comme un partisan du royaume ennemi, l'Austrasie.


Saint Béraire du Mans (+ 674)
Originaire de l’Aquitaine et descendant à la fois de la noblesse Franque et de la noblesse Gallo-romaine. En 658, il est choisi pour succéder à Saint-Hadouin comme évêque du Mans. À la suite d’une vision, il entreprend de se rendre au Mont-Cassin pour en rapporter les reliques de Sainte-Scholastique, la sœur de Saint-Benoît. De retour au Mans, de grandes célébrations accompagnent l’arrivée des précieux restes, qui sont installés sous l’autel d’une basilique érigée pour l'occasion. Peu de temps après, et sous l’influence du zèle de l’évêque, une femme fortunée du diocèse, Lopa, décide de fonder sur les bords de l’Huisne (région actuelle de Tuffé, dans la Sarthe) un nouveau monastère de femmes dont elle devient l’abbesse (détruit à la Révolution).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9v%C3%AAques_du_Mans


Bienheureux Contardo Ferrini Tertaire franciscain italien (+ 1902)
Diplomé en droit civil et en droit canonique, professeur à Pavie, réputé pour son 'inépuisable désir de prière', humaniste attentif aux besoins de son temps, membre de la Société de Saint Vincent de Paul.
Saint patron des universités et des collèges aux Etats-Unis.
Mort le 17/10/1902 à Suna, sur le lac Majeur. Béatifié le 13.04.1947 à Rome par Pie XII.


Saint Dulcide évêque d'Agen (+ v. 540)
Il défendit très fortement la foi catholique contre l’impiété arienne.
"Saint Dulcide construisit une basilique dédié à saint-Caprais. Il fut surtout connu pour son zèle pour le culte de nos saints et son immense charité envers les pauvres, les malades et les malheureux."
(source: Les Saints Fondateurs - diocèse d'Agen)
http://catholique-agen.cef.fr/site/1030.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9v%C3%AAques_d%27Agen


Saint Florent Evêque d'Orange (+ 520)
évêque d'Orange dans le Vaucluse et célébré encore actuellement au diocèse d'Avignon.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9v%C3%AAques_d%27Orange


Saint François Isidore Gagelin Martyr à Hué, en Annam (+ 1833)
19880619_andrea_dung-lac.jpg

Canonisé le 19 juin 1988 avec les Martyrs du Vietnam (+1745-1862): Andrea Dung-Lac, prêtre, Tommaso Thien et Emanuele Phung, laïcs, Girolamo Hermosilla, Valentino Berrio Ochoa, O.P. et six autres evêques, Teofano Venard, prêtre M.E.P. et 105 compagnons, martyrs.
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_19880619_martiri_vietnam_fr.html

Voir aussi saints martyrs du Viet-Nam.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints_9338.html

La persécution déclenchée par le roi Tu-Duc dans le Tonkin central fut particulièrement cruelle.
Ce sont des milliers de martyrs qui témoignèrent de leur foi et parmi eux de très nombreux pères dominicains.
Ils ont été béatifiés pour les uns en 1906, pour d'autres en 1951. Ils furent canonisés en 1988.
Martyrs du Vietnam (+1745-1862) site du Vatican
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_19880619_martiri_vietnam_fr.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Missions_%C3%A9trang%C3%A8res_de_Paris


Saint Jean Colobos Père du Désert de Scété en Egypte (4ème s.)
Ce qui veut dire "le nain"... Il est l'un des Pères du Désert de Scété en Egypte les plus originaux. Au soleil et dans le froid, il vivait nu comme il était venu au monde, le reste étant inutile à ses yeux. Il se nourrissait de peu, sa seule nourriture étant la Parole de Dieu. Il vivait près d'une grotte comme à l'entrée de la mort. Un jour un Ancien planta en terre un morceau de bois sec, disant à saint Jean: "Arrose-le chaque jour jusqu'à ce qu'il porte des fruits." Par obéissance il fit cela chaque jour durant trois années, malgré la distance à parcourir. Et puis au bout de trois ans, des fruits apparurent "Les fruits de l'obéissance", dit l'Ancien. Lui-même répétait à ceux qui venaient lui demander conseil: "Ne te mesure pas toi-même, toi qui es au-dessous de toute créature. Vis dans le combat en renonçant à ce qui est de la chair. Persiste dans le froid, la nudité, le faim, la soif. Ferme ton sépulcre comme si tu étais déjà mort en sorte de penser que ta mort est proche à toute heure."
Un internaute nous signale qu'il est fêté le 9 novembre dans l'Eglise orthodoxe et le 17 octobre dans les Eglises occidentales.


Saint Jean de Lycopolis Ermite en Egypte (+ 394)
Appelé aussi saint Jean l'obéissant.
Dès la fin des persécutions, il s'en fut en Egypte, dans la Thébaïde, pour donner sa vie à Dieu. On venait l'écouter des régions les plus lointaines à cause de son don de prophétie. Quand son père spirituel lui demanda de planter un bâton à demi-pourri en terre et de l'arroser deux fois par jour, il le fit par humble obéissance durant un an.


Saint Louthiern évêque (6ème s.)
Saint irlandais, patron de la ville de Saint-Ludgran en Cornouailles, peut être confondu avec saint Luchtighern, abbé d'Ennistymon, qui est associé à l'abbesse bénédictine sainte Ita.

Autre biographie:
St-Leutiern (Louthiern) Évêque missionnaire en Domnonée, ancien Royaume qui englobait autrefois des territoires situés de part et d’autre de la Manche, à la fois en territoire Anglais et en territoire Breton (Devon actuel côté Anglais, et Trégor actuel côté Breton) (VIe siècle) Saint-Leutiern est souvent confondu avec Saint-Lughtiern d’Irlande.


Sainte Mamelta (+ 340)
Prêtresse du temple d'Artémis en Perse, elle fut convertie par sa sœur qui était chrétienne et des païens la lapidèrent le jour même où elle venait de renaître dans l'eau du baptême.


Sainte Nathalie Vanot et ses compagnes, ursulines, martyres à Valenciennes (+ 1794)
Voir Ursulines


Saint Osée Prophète de l'Ancien Testament (8ème s. av JC.)
Le prophète qui rappelle au peuple infidèle l'Alliance divine que Dieu a nouée avec lui. Cet amour déçu du Seigneur est un appel à la réconciliation «Tu es mon peuple.» (Osée 2.25)
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Os/Livre-d-Oseee

Face aux injustices sociales de son temps et à l'infidélité religieuse du Peuple d'Israël, Osée faisait appel à une religion du coeur inspirée par l'amour de Dieu.
Il ne se contenta pas de parler mais indiqua aussi, par sa manière de vivre, au peuple d’Israël infidèle que Dieu était l’époux toujours fidèle et saisi d’une miséricorde infinie. (martyrologe romain)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Os%C3%A9e_(proph%C3%A8te)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Livre_d%27Os%C3%A9e


Bienheureux Pierre Casani (+ 1627)
Pierre de la Nativité de la Bienheureuse Vierge Marie
"Né à Lucques, en Toscane, en 1572, Pietro Casani sentit l'appel à la vocation dès son plus jeune âge et, une fois devenu prêtre, il travailla au développement de la Congrégation des "Clercs réguliers de la Mère de Dieu des écoles pies" (Pères scolopes) fondée en 1597 par saint Joseph de Calasanz, qui organisa à Rome la première école publique et gratuite d'Europe, pour les plus défavorisés. Pietro Casani œuvre avec passion pendant 30 ans aux côtés du saint fondateur, devenant son principal conseiller. Il aimait à répéter: "La constance et la prière peuvent apporter beaucoup". L'exemplarité de sa vie fut un modèle pour les nombreuses vocations qu'il suscita. Il mourut le 17 octobre 1647, assisté par saint Joseph de Calasanz."
(source: abbaye Saint Benoît)
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/hagiographie/fiches/f0363.htm


Saint Richard Gwyn martyr (+ 1584)
ou Richard White.
Né en 1547, il étudia à Cambridge en Angleterre puis, converti au catholicisme, il retourna au Pays de Galles, se maria et eut six enfants. Il ouvrit une école. Arrêté en 1579, emprisonné pendant quatre ans avant d'être exécuté à Wrexham, Clwyd, Galles (Angleterre). En prison, il composa de nombreux poèmes religieux en gallois. Protomartyr du Pays de Galles, il fait partie des quarante martyrs d'Angleterre et du Pays de Galles canonisés par le pape Paul VI en 1970.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/10122/Quarante-martyrs-d-Angleterre-et-du-Pays-de-Galles.html


Sainte Soline vierge, martyre (+ v. 290)
stesoline.jpg

L'église de Sainte-Soline (Deux-Sèvres)

Solenne ou Zélie.
Sa vie est difficile à connaître. Elle aurait quitté son Poitou natal pour venir à Chartres auprès du pèlerinage célèbre à la Vierge Marie, où elle serait morte martyre.
Plusieurs localités, surtout dans le Poitou, portent son nom. (ex. l'église de Sainte-Soline du secteur de Lezai)
http://www.diocese-poitiers.com.fr/patrimoine/stesoline.html

Autre biographie:
Ste-Soline Originaire d’Aquitaine, elle s’enfuit à Chartres pour échapper au mariage, mais elle subit le martyr sous les mains de Quirinus. Au Moyen-âge, le culte voué à cette sainte était assez important, malgré le caractère légendaire de sa vie (+ vers 290).

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte_Soline


Saintes Ursulines (+ 1794)
valenciennes.jpg

Martyres de Valenciennes

Ces onze religieuses de Valenciennes furent les dignes émules de celle qu'elles avaient choisie comme modèle, même si l'histoire modère les faits et gestes de la vie de sainte Ursule. Leur couvent de Valenciennes ayant été confisqué par la Révolution, elles sont 32 à se réfugier à Mons en Belgique qui était alors ville autrichienne. Après la bataille de Fleurus en 1794, où les Autrichiens furent vaincus, elles furent arrêtées. Les deux tiers s'échappèrent à temps, mais les onze restantes furent arrêtées pour "fanatisme, trahison, émigration et port d'habit prohibé". On en guillotina 5, le 17 octobre. "Elles y montèrent en riant" , écrira l'une des 6 autres qui furent guillotinées le 23.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ursulines
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ursulines#Liens_externes
http://www.ursulines.union.romaine.catholique.fr/Martyres-de-France?var_recherche=1794
http://www.ursulines.union.romaine.catholique.fr/spip.php?page=sommaire&mr_325458745=1


Les Églises font mémoire ...

Anglicans : Ignace (+ env. 115), évêque d’Antioche, martyr

Catholiques d’occident : Ignace d’Antioche, évêque et martyr (calendrier romain et ambrosien)

Coptes et Ethiopiens (7 babah/teqempt) : Paul de Tamma, moine « sept fois suicidaire par amour du Christ » (Église copte-orthodoxe) ; Cyriaque de Jérusalem et Anne, sa mère (+ env.361), martyrs (Église copte-catholique) ; Pantaléon (V-VIe s.), moine (Église éthiopienne)

Luthériens : Ignace, évêque et martyr en Asie Mineure ; Nicholas Ridley (+1555), évêque et témoin de la foi jusqu’au sang en Angleterre

Maronites : Côme et Damien (+ env.303), martyrs (cf.26 septembre) ; Marguerite-Marie Alacoque (+1690), vierge

Orthodoxes et gréco-catholiques : Osée (VIIIe av. J.-C.), prophète ; André de Crisis (+727), osiomartyr ; Synaxe des saints de Kazan (fête qui tombe le dimanche après le 4 octobre du calendrier julien) ; Recouvrement des reliques de Guria, archevêque de Kazan, et de Barsanuphe, évêque de Tver (1595 ; Église russe) ; Étienne Stiljanovich (XVIe s.), prince, et son épouse Élisabeth, moniale (Église serbe) ; Eudémos 1er Diasamidze (XVI-XVIIe s.), patriarche (Église géorgienne)
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsoctobre/oct17.html

Vieux Catholiques : Ignace d’Antioche, évêque et martyr


PAUL DE TAMMA (IVe s.) moine
Le 7 du mois de babah, l’Église copte fait mémoire du moine Paul de Tamma, « sept fois suicidaire par amour de Dieu »
Originaire de Tamma, dans la province de Asyut, Paul passa une bonne partie de sa vie comme ermite sur le mont al-Asmunayn, en compagnie d’un disciple nommé Ezéchiel, qui sera d’ailleurs son biographe. Les Vies nous retracent les nombreux voyages qui permirent à Paul de connaître les moines les plus en vue de la région.
Ce qui frappe pourtant dans les récits traditionnels à propos du moine de Tamma, c’est que son désir d’être avec le Seigneur était tel que Paul, par six fois, porta atteinte à sa vie par amour du Christ, et que, chaque fois, celui-ci la lui rendit. Au terme de ces « folies » réitérées, il aurait voulu, selon son biographe, suivre les traces du Christ mort pour les pécheurs, mais le Seigneur lui dit que les preuves d’amour qu’il avait manifestées étaient largement suffisantes.
Les versions modernes du Synaxaire copte ont supprimé ces récits, sans doute parce qu’ils étaient inexplicables, voire scandaleux. Toutefois, derrière cette aventure hautement inhabituelle, se cache la conviction qu’entre Dieu et l’homme la véritable communion ne peut se produire qu’à travers un dessaisissement continuel de sa vie pour la recevoir à nouveau dans la réciprocité de l’amour l’un pour l’autre.
Paul mourut le 7 babah ; il est enseveli dans le monastère d’Anba Bishoi, à côté de Bishoi de Scété, avec qui il était lié d’une amitié qui les rendit inséparables dans la vie comme dans la mort.

Lecture

Ne donne pas de repos à tes pensées tant que le repos ne naît pas pour toi sans le repos. Laisse-les comme mortes, pour vivre des choses de Dieu.
Dieu est infini. Il n’y a pas de mesure pour un sage qui se tient dans sa cellule.
La mesure de celui qui aime la sagesse et garde sa cellule est le Seigneur (Paul de Tamma, Lettre 3,44 et 47).
Quand tu restes dans ta cellule, mon fils, ne sois pas comme les hypocrites. Ne t’épuise pas à prier, et tu seras entendu. Si tu es éprouvé par la douleur, attends le repos.
(Paul de Tamma, Œuvre sans titre 102-104)

Prière

Ô Joseph, le premier des prêtres de la grande cité d’Alexandrie, toi que ta continence a rendu pur et qui es revêtu de véritable humilité, aux jours de ton patriarcat voici la grande grâce qui nous a touchés, indignes que nous sommes : nos pères abba Bishoï et abba Paul, qui ont porté leur croix, sont venus jusqu’à nous comme des astres brillants. Pour nous ils sont devenus deux ports de salut, ils ont illuminé nos âmes. Heureux es-tu, notre père Bishoï le juste, heureux, toi notre père Paul, aimé du Christ. Demandez pour nous au Seigneur, ô vous qui aimez vos fils, qu’il nous remette nos péchés.
Saints et bienheureux catholiques[2] du jour

Événements 

Avant JC 

1 à 1900 

17 octobre dans les croisades


1244
 Défaite des chevaliers Croisés devant les Kharesmiens à Forbie près de Gaza.

1346
 Bataille de Neville's Cross

le roi David II d'Écosse est capturé par Edouard III d'Angleterre à Calais, et emprisonné à la Tour de Londres pendant 11 ans.

1356
 Ouverture à Paris des États généraux convoqués par le dauphin Charles de France, après la capture de son père Jean II le Bon par les Anglais : les délégués en profitent pour se démarquer un peu plus du pouvoir royal.

1404
 Début du pontificat d'Innocent VII (Cosma Gentile ou Cosimo Migliorati) (jusqu'en 1406)

1448
Deuxième Bataille du Kosovo, où l'armée hongroise sous les ordres de Jean Hunyadi s'opposèrent aux Ottomans de Mourad II.

1585
 Álvaro Manrique de Zúñiga succède à Pedro Moya de Contreras et devient le 7evice-roi de Nouvelle-Espagne.    
1610
http://www.ot-saintgermainenlaye.fr/fileadmin/omt-site/document/patrimoine_et_culture/Personnages/LouisXIII.JPG
A Reims, sacre de Louis

Il est sacré à Reims le 17 octobre 1610, mais c’est sa mère Marie de Médicis qui assure la Régence.
Son précepteur Giles de Souvré lui assura une éducation assez superficielle.
Louis se passionnait particulièrement pour la musique et la chasse.
Très pieux, renfermé et taciturne, il souffrait beaucoup du quasi-abandon de sa mère et de l’emprise qu’avait sur elle, son favori Concini, promu Maréchal sans avoir jamais dirigé la moindre troupe, et qui dilapidait les réserves accumulée sous le gouvernement de Sully.

Il est déclaré majeur en 1614


1662
Le roi Charles II d'Angleterre vend Dunkerque à la France.

1793
 Défaite des Vendéens à Cholet.

1806
 L'empereur Jacques Ier d'Haïti est assassiné après un règne répressif.  
1809
 Exécution de Stabs
1810
Bataille de Gijon
1813 
La Confédération du Rhin, crée par Napoléon, est dissoute.
1829
250px-DpedroI-brasil-full.jpg
Pierre Ier, empereur du Brésil (18221831), Pierre IV, roi de Portugal et des Algarves (18261826)
 né dans la chambre dite salle Don Quichotte du palais de Queluz, près de Lisbonne, le 12 octobre 1798
décédé au même endroit le 24 septembre 1834.

Son nom complet est Pedro de Alcântara Francisco António João Carlos Xavier de Paula Miguel Rafael Joaquim José Gonzaga Pascoal Cipriano Serafim de Bragança e Bourbon.

 

Il était le 4ème enfant de image Jean VI (D. João VI o Clemente de Bragança)(1767-1826), roi du Royaume-Uni de Portugal, du Brésil et des Algarves, et de son épouse l'infante image Charlotte Joachime d'Espagne (D. Carlota Joaquina de Borbón) (1775-1830)

 

Infant de Portugal, il fut d'abord titré prince de Beira en 1801 à la mort de son frère aîné l'infant Antoine (1795-1801). Ce titre servait à désigner l'héritier en second de la couronne portugaise.

 

Le 29 novembre 1807 l'invasion du Portugal par l'armée de Napoléon Bonaparte força la famille royale et la cour à s'embarquer pour le Brésil. Ils arrivèrent le 7 mars 1808 à Rio de Janeiro, qui devint le nouveau siège du gouvernement portugais.

 

En 1816 à la mort de sa grand-mère, la reine Marie Ire (1734-1816), Pierre fut titré duc de Bragance et prince du Brésil, par son père devenu le roi Jean VI.

 

Le 6 novembre 1817 à Rio de Janeiro, Pierre épouse l'archiduchesse Marie Léopoldine d'Autriche (1797-1826) (fille de l'empereur François Ier), dont il aura sept enfants :

Ce n'est qu'en 1821 que Jean VI retourna au Portugal, laissant l'infant Pierre comme régent du Brésil.

 

Le 13 mai 1822 Pierre fut proclamé défenseur et protecteur perpétuel du Brésil par la municipalité de Rio de Janeiro.

 

Le 7 septembre 1822 le régent Pierre proclame à São Paulo l'indépendance du Brésil, et le 12 octobre (jour de ses 24 ans) sur la place Santana à Rio de Janeiro il devient empereur du Brésil sous le nom de Pierre Ier.

Il est couronné dans la même ville le 1er décembre 1822.

 

Devenu le roi Pierre IV de Portugal et des Algarves le 10 mars 1826 à la mort de son père, l'empereur reste au Brésil et abdique la couronne portugaise le 2 mai 1826 en faveur de sa fille aînée la princesse Marie (1819-1853), âgée de 7 ans (et non pas en faveur de son fils le prince Pierre (1825-1891), âgé de 5 mois)et confie la régence à son frère Michel (1802+1866)

 

Le 17 octobre 1829 à Rio de Janeiro, Pierre se remarie avec Amélie de Beauharnais (1812-1873) (fille d'Eugène de Beauharnais), dont il aura une fille, la princesse Marie Amélie du Brésil (1831-1853)

http://collections.musees-haute-normandie.fr/objets//m071403_0000477_p.jpg

L’Ordre impérial de la Rose

Ordre honorifique brésilien créé en 1829 par l’empereur Pedro Ier du Brésil afin de commémorer son mariage avec la princesseimage Amelia de Leuchtenberg. princesse de Leuchtenberg, Prinzessin von Eichstätt. Née le 31 juillet 1812 - Décédée le 26 janvier 1873 à l'âge de 60 ans. Ils auront un enfant:  image Maria Amelia  princesse do Brasil. Née le 14 décembre 1831 - Décédée le 4 février 1853


à l'âge de 21 ans

imperial_ordem_da_rosa1.jpg

L’Ordre impérial de la Rose

Son dessin a été réalisé par jean Baptiste Debret, apparemment en hommage aux roses que la princesse Amélia portait sur sa tenue lors de son arrivée à Rio de Janeiro pour son mariage.
Cet ordre récompensait les militaires et civils à la fois nationaux ou étrangers qui se distinguaient par leur fidélité à la personne de l’empereur du Brésil.
L’empereur Pedro I ne l’accorda que 189 fois.
En revanche, l’empereur Pedro II l’octroya à 14.284 personnes de 1840 à 1889.

Le 7 avril 1831 l'empereur Pierre Ier abdique la couronne brésilienne (en faveur de son fils, qui devient l'empereur Pierre II du Brésil) et retourne au Portugal (en reprenant le titre de duc de Bragance) avec sa fille la reine Marie II de Portugal (qui embarque avec lui), qui a été déclarée déchue le 28 juin 1828 par le régent Michel (1802-1866), frère de Pierre et oncle de Marie, qui s'est proclamé roi de Portugal et des Algarves sous le nom de Michel Ier.

L'ex-empereur Pierre et sa fille la reine Marie II entreprennent la reconquête du Portugal à partir des îles Açores, aidés dans cette guerre civile par la France de la Monarchie de Juillet ainsi que par le Royaume-Uni (et à partir de 1833 par le nouveau pouvoir espagnol).

Victorieux le 26 mai 1834, Pierre et sa fille condamnent Michel Ier et ses futurs descendants à un exil perpétuel. Marie II prend le pouvoir, sous la régence de son père, puis est déclarée majeure le 12 septembre de la même année. Son père l'ex-empereur Pierre meurt de la tuberculose douze jours plus tard.

Il est inhumé d'abord à Lisbonne puis (depuis le 7 septembre 1972) à São Paulo, dans la crypte du monument de l'Ipiranga, à l'endroit même où il avait proclamé l'indépendance du Brésil le 7 septembre 1822.

 

imperatriceamelia.jpg

Le 17 octobre 2009, le Cercle monarchiste de Rio de Janeiro organise une messe solennelle à l’occasion des 180 ans du mariage de l’empereur Pedro I du Brésil avec la princesse Amélie de Leuchtenberg.

 

La cérémonie sera officiée par l’abbé émérite du Monastère de Sao Bento, Dom José Palmeiro Mendes et aura lieu en présence de plusieurs membres de la Famille impériale du Brésil ainsi que du duc et de la duchesse de Bragance dans l’ancienne cathédrale de Rio où eut lieu le mariage en 1829.

 

dompedroi.jpg

Veuf, l’empereur Pedro I du Brésil, épouse la princesse Amélie de Leuchtenberg.

 

La princesse est née à Milan en 1812. elle est la fille d’Eugène de Beauharnais, vice-roi d’Italie, prince de Venise, titré après la chute de l’empereur Napoléon I, duc de Leuchtenberg et de la princesse Auguste de Bavière, petite-fille de l’impératrice Joséphine.


Le couple impérial a eu une fille Maria Amelia en 1831.

 

Veuve à l’âge de 22 ans lors du décès de Pedro I en 1931, l’impératrice Amelie est restée au Portugal.

 

Elle y décède en 1873. Depuis 1982, elle repose à Sao Paulo.


1854

Les troupes françaises et britanniques mettent le siège devant Sébastopol, en Crimée.

1918
hotel25.gif

Occupation :


Tourcoing a été occupée durant presque toute la Première Guerre Mondiale : d’octobre 1914 à octobre 1918.

Durant cette période qui fut durement vécue par la population civile, la Mairie est réquisitionnée par l’armée allemande comme en témoigne ce cliché pris le dernier jour de l’occupation allemande.

source : A.M.Tg

197
5
 Le roi Hassan II prend la tête de la Marche Verte marocaine au Sahara occidental.

1978
 Le pape Jean-Paul II promet «un ministère d'amour» au début de son règne.

1979
 Mère Teresa, reçoit le prix Nobel de la paix

2007
Le Pape Benoit XVI nomme cardinal Monseigneur André Vingt-Trois, Archevêque de Paris.
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 23:00
  532
Fichier:Boniface II.jpg
 Le pape Boniface II

né à Rome et d'origine gothique, pape du 22 septembre 530 au 17 octobre 532.

Il avait été désigné par son prédécesseur Félix IV pour éviter les troubles qui accompagnaient régulièrement les élections.

En fait, il se produisit le contraire.

Boniface II était soutenu par le parti goth. Le parti byzantin lui opposa Dioscore qui avait depuis trente ans une influence bénéfique sur les papes successifs.

Dioscore meurt le 14 octobre 530, évitant à l'Eglise romaine un nouveau schisme.

 

Boniface se dévoua en faveur des pauvres en temps de famine et fit construire le monastère du Mont Cassin.

La rédaction de la première biographie des papes remonte à cette époque; cela deviendra par la suite le Liber Pontificalis

 

Après un pontificat de 2 ans et 1 mois, il est inhumé dans l'ancienne basilique Saint-Pierre, dans les Grottes vaticanes.

 

On a de lui une Lettres à Saint-Césaire d'Arles, dans les Epistolae rom.pontificum.



1156

 André de Montbard
(1103 - 1156) est le cinquième maître de l'ordre du Temple, fonction qu'il exerce de 1153 au 17 janvier 1156[1]
Armoiries André de Montbard.svg
Maître de l'Ordre du Temple
1153-1156


 Quand il est élu c'est l'un des plus vieux membres de l'ordre puisqu'il fait partie des neuf fondateurs.
Il est l'oncle de Bernard de Clairvaux.
Sénéchal de l'Ordre de 1148 à 1151 il est élu sans doute en opposition à un autre candidat soutenu par le roi de France Louis VII.
La date de son élection est incertaine mais intervient sans doute à la fin de 1154 bien que la première mention de sa nouvelle fonction est datée du 27 mai 1155 dans un acte du roi de Jérusalem Baudouin III.
Bertrand de Blanquefort lui succède la même année.

 
 
 

1966

Cléopâtre-Diane de Merode


Cléo de Mérode

Danseuse de ballet

Née le 27 septembre 1875 à Paris


Parents

  • ?
  • Vincentiabaronne de Merode. Issue d'une branche autrichienne de la famille de Merode. Ayant eu une relation hors mariage avec un aristocrate viennois, sa famille l'envoya à Paris avec une petite rente où elle donna naissance à la célèbre Cléo de Mérode.

Cléo de Mérode vécut dans son appartement de la rue de Téhéran (Paris) de 1906 à 1966.

Dans son appartement en 1910
Paris-Match daté du 29 Octobre 1966 (N° 916)

Cléo de Mérode fut surtout connue pour sa beauté.

Elle traînait les coeurs, mais sans jamais choir dans les moeurs faciles qu'on attribuait à toutes femmes qui sortaient des fonctions domestiques auxquelles elles étaient condamnées à l'époque, et aux mondanités, quand elles étaient bien nées.

 

Cléo de Mérode s'imposa par son talent.

On le disait grand, il lui valut succès, prestige et une vie de tournées, de galas, de brillantes représentations devant les puissants de ce monde.

Une vie dévouée à la danse.

Et dont elle nous parle, dans ses mémoires, avec une passion convaincante.

Cléo de Mérode s'est affirmée par sa seule énergie.

Dans les ambiguïtés de son temps, de sa classe, de son milieu, moderne par sa volonté.


Sa page wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cl%C3%A9o_de_M%C3%A9rode

 

http://www.myspace.com/cleopatredemerode


1967

 Pu Yi

 dernier empereur de Chine7 février 1906)
http://participacion.abc.es/trasunbiombochino/post/2009/09/24/pu-yi-prisionero-la-ciudad-prohibidahttp://e-l-i-s-e.blogspot.com/2009/05/wan-rong-and-pu-yi.htmlhttp://www.chinesephilately.com/emperorhsuan1.htmhttp://www.chinadaily.com.cn/china/2006-07/18/content_643751.htmhttp://www.chinadaily.com.cn/china/2006-07/18/content_643751.htmhttp://www.radio86.co.uk/gallery?story=2174http://ilyaunsiecle.blog.lemonde.fr/2008/12/20/20-decembre-1908-pu-yi-deux-ans-empereur-de-chine/


Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article

Forum


Image Hosted by ImageShack.us
louis XX 01

Image Hosted by ImageShack.us

 


capetiens
(Pierre-Yves Guilain)
Cercle de réflexion royaliste

Heraldique-Noblesse
Joinville et ses princes
Amis et passionnés du Père-Lachaise
Pere-Lachaise
lescimetières
Généalogie, cimetières, patrimoine parisien
graveyart: sur les cimetières parisiens (en hollandais)

Histoires des souverains d'Europe et images de leurs tombeaux 

kaisergruft

(site sur les sépultures des Habsbourg notamment sur la crypte des Capucins)

MAISON CIVILE DU ROI. (1)

d'après le Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France
Nicolas Viton de Saint-Allais (1773-1842)- Paris, 1816



Image Hosted by ImageShack.us

Introduction

  Accueil



Rois de France


Génobaud
roi Franc
(légendaire)
à la fin du IVe siècle
354-419
Sunnon
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
388-xxx
Marcomir
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
Pharamond
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs Saliens 

(légendaire)
ancêtre mythique des Mérovingiens
Clodion le Chevelu
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs saliens
428 - 448

Image Hosted by ImageShack.us
Duc des Francs saliens 
(incertain)
448 - 457
Childéric Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Duc et Roi des Francs saliens
457 - 481
Clodomir
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Orléans
511524
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Metz
(futur Austrasie)
511534
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie
511561
Roi des Francs
558561
Roi d'Austrasie
53454
Théodebald Ier
(Thibaut)
Roi d'Austrasie
548555
561567
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie 
Roi de Bourgogne
561592
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
561575
Roi d'Austrasie
Roi d'Austrasie
595 - 612
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Bourgogne
595613
Roi d'Austrasie
61261
sous la régence de Brunehilde
Roi de Bourgogne
Roi d'Austrasie
613
Roi de Neustrie
584629
Roi de Paris
595
629
Roi des Francs
613629
Roi des Francs (sans l'Aquitaine)
629639
Roi des Francs
632639
Caribert II
 Roi d'Aquitaine
629632
Roi de Neustrie, de Bourgogne
639657
Roi d'Austrasie
656657
Roi d'Austrasie
639656
Childebert III l'Adopté
Roi d'Austrasie
657662
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, de Bourgogne
65767






Roi d'Austrasie
662675
Occupe la Neustrie
673675







Roi de Neustrie
673691
Roi des Francs 

(en fait uniquement de Neustrie)
L'Austrasie étant aux mains
de Pépin de Herstal
679
691

Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, Bourgogne et Austrasie
675 - 676
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
676679
Clovis IV








Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
691695









Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
695711
Dagobert III









Roi des Francs de 711 à 715
Chilpéric II









roi des Francs de Neustrie et des Burgondes
de 715 à 719
puis de tous les Francs de 719 à 721.
C
lotaire IV


T
hierry IV









Childéric III
Image Hosted by ImageShack.us
roi des Francs, de Neustrie
de Bourgogne et d'Austrasie
de 743 à 751

************

 

 


Pépin III le Bref
Image Hosted by ImageShack.us
Carloman Ier
Image Hosted by ImageShack.us
C
harles Ier
dit Charles le Grand
CHARLEMAGNE

Image Hosted by ImageShack.us
Louis Ier dit le Pieux
ou «le Débonnaire»
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire II

Image Hosted by ImageShack.us
C
harles II dit le Chauve
Image Hosted by ImageShack.us
Louis II dit le Bègue
Image Hosted by ImageShack.us
Louis III de France
Image Hosted by ImageShack.us
C
arloman II de France
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Eudes Ier de France
Robertin
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Simple
Image Hosted by ImageShack.us

Robert le Fort
Image Hosted by ImageShack.us
Robert Ier de France

Image Hosted by ImageShack.us

Hugues le Grand
Image Hosted by ImageShack.us
Raoul Ier de France
aussi appelé Rodolphe

Image Hosted by ImageShack.us
Louis IV dit d'Outremer
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis V dit le Fainéant
Image Hosted by ImageShack.us
Dernier roi de la lignée
des Carolingiens
Image Hosted by ImageShack.us

H
ugues Capet
Image Hosted by ImageShack.us
Robert II le Pieux
Image Hosted by ImageShack.us
Hugues II de France
Image Hosted by ImageShack.us
(1007-1025)
Roi de France associé
1017 - 1025
Henri Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VI le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VII Le Jeune
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe II Auguste
Image Hosted by ImageShack.us

Louis VIII le Lion
Image Hosted by ImageShack.us

Louis IX (Saint Louis)
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe III de France
dit le Hardi
http://www.visite-de-rouen.com/images/philippe_3.jpg
Philippe IV le Bel
image
Louis X le Hutin
http://www.livois.com/phpgedview/media/Louis_X_le_Hutin.jpg
Jean Ier le Posthume

image






Philippe V
le Long
http://www.livois.com/phpgedview/media/Philippe_V_le_Long.jpg
Charles IV le Bel
http://www.livois.com/phpgedview/media/Charles_IV_le_Bel.jpg
Valois
Philippe VI le Fortuné
http://www.france-pittoresque.com/rois-france/img/philippe-VI.gif
Jean II le Bon
image
Charles V le Sage
http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0014/m502004_97de1712_p.jpg
Charles VI le Fol ou le Bien-Aimé
image
Charles VII le Victorieux
image
Louis XI de Valois
http://jargeau-tourisme.com/img/louis11.jpg
Charles VIII de Valois
image
Louis XII d'Orléans
image
François Ier d'Angoulème
image
Henri II d'Angoulème
image
François II d'Angoulème
image
Charles IX d'Angoulème
image
Henri III d'Angoulème
image