Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Médias

Réécoutez le dernier journal de

RCF Pays d’Aude

Image Hosted by ImageShack.us

  Curie Romaine
Liste des papes

Pape Liste des papes
Liste détaillée des papes
Liste des primats de l'Église copte orthodoxe
Liste des primats de l'Église apostolique arménienne

Cité du Vatican
http://www.vaticanstate.va/FR/homepage.htm

Vatican Site Officiel
http://www.vatican.va/phome_fr.htm
  Musées du Vatican
http://mv.vatican.va/StartNew_FR.html



http://imageshack.us/ 
* * * Dernières minutes . . . A F P . . .H2 News . . . La Croix . . .
http://imageshack.us/

http://news.google.fr/news?hl=fr&ned=fr&ie=UTF-8&q=site:eucharistiemisericor.free.fr&scoring=n
http://www.la-croix.com/afp.static/pages/index.religion.htm

 

 

 

 

 

 

     En direct
             de la
    Place Saint-Pierre
http://imageshack.us/ 
* * *  En direct de Rome  * * *


http://imageshack.us/
http://mediastream.vatican.va/mpeg4lan.sdp
http://www.sat2000.it/diretta/
http://www.oecumene.radiovaticana.org/fr1/index.asp
3
journaux en Français

        (8h15 - 13h - 18h)


http:///
http://www.tv-direct.fr/live_ktotv.php
http://www.lejourduseigneur.com/  

 Catholique TV
http://img410.imageshack.us/img410/81/tvcatholiquelyon.png
http://www.catholique.tv/

Gazettes & Sites Royaux

rois.jpg
 Ils sont tous là !
Ils nous regardent et nous racontent 14 siècles d'Histoire de France

 

19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 23:00
1613
Blason de Jean-François Paul de Gondi de Retz

Image de Jean-François Paul de Gondi de Retz
 Jean-François Paul de Gondi de Retz

 cardinal français, archevêque de Paris († 24 août 1679)
1638

   Marie-Thérèse à Madrid,
princesse d'Espagne, épouse de Louis XIV.

1695

 Claude de Saint-Simon

 religieux français, 80e abbé de Jumièges.
1758

 Jean-Jacques Dessalines

 premier empereur d'Haïti († 17 octobre 1806)


1853

 Chulalongkorn (Rama V)

 roi de la Thaïlande

1886

Cecilie de Mecklembourg-Schwerin, princesse héritière de Prusse

La duchesse Cecilie, Auguste, Marie de Mecklenbourg-Schwerin

 

est née le 20 septembre 1886 à Schwerin.

 

Elle est le troisième et dernier enfant du grand-duc Friedrich Franz III de Mecklenbourg-Schwerin (1851-1897) et de la grande-duchesse Anastasia de Russie (1860-1922)

 

Cecilie porte le prénom de sa grand-mère maternelle la grande duchesse Olga Feodorovna, née princesse Cécile de Bade qui elle-même avait été prénommée ainsi en l’honneur de sa tante la princesse Cecile de Suède, grande-duchesse d’Oldenburg qui le reçut du roi Louis XVIII en séjour auprès du roi de Suède au moment de la naissance de la petite princesse à Stockholm en 1807.

 

La duchesse Cecile a une soeur Alexandrine qui épousera le roi Christian X de Danemark et un frère aîné Friedrich Franz. Son enfance que l’on décrit comme heureuse, se déroule au château de Schwerin et à Ludwiglust mais surtout à Cannes à la villa Wenden, propriété de ses parents.

La grâce et l’élégance de la jeune duchesse sont vivement commentées à l’époque. Son père le grand-duc Friedrich Franz décède à Cannes le 10 avril 1897. Son frère Friedrich Franz lui succède.

A la tristesse succède la joie avec le mariage de sa soeur aînée la duchesse Alexandrine qui épouse après la période de deuil le 26 avril 1898 à Cannes le futur roi Christian X de Danemark. En 1904, c’est au tour de son frère, chef de la Maison de Mecklenbourg-Schwerin de se marier à Gmunden avec la princesse Alexandra de Hanovre.

Les trois frère et soeurs ont contracté de prestigieuses alliances puisque le 6 juin 1905, à l’âge de 18 ans, la duchesse Cecilie épouse le prince Guillaume de Prusse, futur empereur, fils de l’empereur Guillaume II et de l’impératrice Victoria, née princesse de Schlewsig-Holstein. Les cérémonies sont l’occasion de voir Berlin pavoisée et la liesse est dans les rues.

Le 4 juillet 1906 au Marmorpalais de Berlin, la princesse héritière Cecilie met au monde son premier enfant, un fils baptisé Wilhelm Friedrich, Franz, Joseph, Christian, Olaf. Le 9 novembre 1907, la princesse donne le jour au prince Louis Ferdinand,Viktor, Eduard, Albert, Michael, Hubertus.

La famille s’agrandit à nouveau le 30 septembre 1909 avec la naissance du prince Hubertus, Karl, Wilhelm. Un quatrième fils le prince Friedrich, Georg, Wilhelm, Christoph naît à Berlin le 19 décembre 1911, avant la guerre et toutes ses répercussions sur la famille impériale.

Au début de son marriage, la princesse Cecilie vit à Dantzig où son époux le prince héritier est caserné. La princesse Cécilie jouit d’une grande popularité auprès de ses compatriotes. Elle est notamment très engagée au niveau de l’éducation des jeunes filles. Elle s’intéresse aussi aux tendances de la mode, imitées par les allemandes.

 

Le prince héritier est connu pour ses frasques et ses aventures extraconjugales mais jusqu’alors le couple semble se respecter et donne une image unie en public. La famille s’installe à Cecilenhof, un château que leur a offert l’empereur et qui est situé à Berlin. En 1915, naît son cinquième enfant la princesse Alexandrine Irène et en 1917 la princesse Cecile,Viktoria, Anastasia, Zita, Thyra, Adelheid.

La princesse Alexandrine souffre d’un handicap mais contrairement à d’autres Cours royales à l’époque, fait pleinement partie de la vie officielle et pose avec ses frères et soeur sur tous les portraits officiels.La princesse sera toujours très choyée par les siens et son frère le prince Louis Ferdinand veillera sur elle jusqu’à sa mort en 1980.

 

Lorsque l’empereur et le prince héritier partent en exil rejoints par l’impératrice, la princesse Cecilie décide quant à elle de rester avec ses six enfants en Allemagne. Elle n’a pas supporté que l’empereur ait abdiqué en faveur de son petit-fils le prince Wilhelm Friedrich qui n’a que 12 ans.

La princesse poursuit sa vie au château de Cecilenhof, se centre sur l’éducation de ses enfants et s’adonne à la musique. En 1922, son époux revient en Allemagne mais Cecilie est désormais bien décidée à ne plus jouer sur les apparences et le couple affiche dorénavant clairement qu’il est séparé.

Le 11 mars 1922, la mère de la princesse Cecilie, la grande-duchesse Anastasia de Russie, grande-duchesse de Mecklenbourg-Schwerin décède à Eze. La princesse est très active au niveau d’associations caritatives et royalistes. En 1933, son fils aîné renonce à ses droits dynastiques pour épouser à Bonn Dorothea von Salviati. Il décèdera 7 ans plus tard en France. Le 2 mai 1938, le nouvel héritier Louis Ferdinand épouse à Potsdam la grande-duchesse Kira de Russie. La princesse Cecilie qui est désormais grand-mère, continue à s’adonner à ses passions culturelles dans son château à Berlin.

Le 29 décembre 1941 à Oels en Silésie, son fils le prince Hubertus se marie avec la comtesse Maria von Humboldt-Dachroeden dont il divorcera deux ans plus tard pour s’unir au château de Prillwitz avec la princesse Margareta Reuss. Le prince décède en 1950 à Windhoek (actuellement Namibie).

Mais l’offensive soviétique la fait fuir en 1945 vers Bad Kissingen en Bavière. La même année, son, fils le prince Friedrich Georg épouse Lady Brigid Guiness. La princesse Cecilie s’installe ensuite à Stuttgart où elle terminera ses jours. Sa fille cadette la princesse Cecilie se marie au château Hohenzollern avec un américain Clyde Kenneth Harris.

Le dernier empereur d’Allemagne s’est éteint en exil aux Pays-Bas en 1941 et son époux le prince héritier décède le 21 juillet 1951 à Hechingen. Les dernières années de la vie de celle qui aurait dû devenir impératrice, sont difficiles d’un point de vue financier. La princesse est décédée lors d’une visite chez son médecin. La princesse est enterrée auprès de son époux au château Hohenzollern.

1907
Blason de Antoine Khoraiche

http://www.fiu.edu/~mirandas/tn_khoraiche_jpg.jpg
 Antoine Khoraiche

 patriarche maronite d'Antioche
Antoine Khoraiche ou Antoine Khreich
né à Ain-Ebel dans le sud du Liban en 1907
 mort à Beyrouth en 1994
 patriarche de l'Église maronite de 1975 à 1986.

1917
Blason de Władysław Rubin

http://www.radom.kik.opoka.org.pl/rubin.jpg
Władysław Rubin

cardinal polonais de la curie romaine,
préfet de la Congrégation pour les Églises orientales de 1980 à 1985.
né le 20 septembre 1917 à Toki, près de Zbaraj en Ukraine
mort le 28 novembre 1990 au Vatican

1935
Blason de André Fort

http://www.catholique-orleans.cef.fr/images/logos_icones/fort.jpg
André Fort

né le 20 septembre 1935 à Chalon-sur-Saône
évêque d'Orléans depuis 2003.

Maria de Croÿ

Parents


Constantin Andreas Reginald Hans de Croÿ

Parents


1969

 princesse Mafalda de Savoie


Mafalda, Giovanna, Shams, Maria, Fiorenza, Isabella est née le 20 septembre 1969 à Florence

 

troisième enfant du duc Amedeo d’Aoste et de la princesse Claude de France, petite-fille de la comtesse de Paris.

 

Le 18 septembre 1994, la princesse épousait au domaine familial du Borro en Toscane Alessandro Ruffo di Calabria, neveu de la reine Paola. Le couple divorça en 1997.

 

La princesse s’est remariée à Londres avec le baron Francesco Ferrante Lombardi di San Chirico.

 

La princesse est maman de 3 enfants : Anna, Carlo et Elena nés tous les trois à Milan. 

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 23:01

Le 19 septembre est le 262ejour de l'année

(263e en cas d'année bissextile) du calendrier grégorien.

Il reste 103 jours avant la fin de l'année.

 

C'était le jour du travail dans le calendrier républicain.

 

Astrologie 

Dicton du jour 

« En septembre, le raisin et la figue pendent »

 


Célébrations 

International Talk Like a Pirate Day (ITLAPD, en français la Journée internationale du parler pirate)
 Depuis quelques années, fête parodique d'origine américaine, où tout le monde est invité à parler comme les pirates du XVIIe siècle.

 saints_kitts_and_nevis_mw.gif (7085 bytes)
Saint-Christophe-et-Niévès (Saint-Kitts-and-Nevis) : Fête nationale.

Saints chrétiens 

Saints catholiques[1] et orthodoxes[2] du jour


 

Et encore ailleurs, beaucoup d'autres saints et bienheureux.

Saints orthodoxes[2] du jour
  • Théodore (+ 1299), prince de Iaroslav ou de Smolensk, moine avec ses fils David et Constantin.

Prénoms 

Prénoms chrétiens du jour

Bonne fête aux :



Sainte Marie-
Émilie de Rodat Fondatrice des Soeurs de la Sainte-Famille de Villefranche-de-Rouergue (+ 1852)
im_Ste-Emilie-Rodat.jpg

Cette aveyronnaise n'a pas beaucoup quitté son pays puisqu'elle retourna à Dieu à Villefranche de Rouergue. Après l'échec de trois essais de vie religieuse, elle rejoint sa grand'mère dans une sorte de communauté regroupant d'anciennes religieuses (nous sommes au lendemain de la Révolution) et des personnes pieuses. En 1815, ayant entendu quelqu'un déplorer la disparition des écoles gratuites des Ursulines, elle ouvre une école dans sa chambre où bientôt quarante élèves s'y entassent. Elle devra plusieurs fois émigrer dans des locaux de plus en plus vastes jusqu'à ce qu'elle puisse acquérir en 1817 l'ancien couvent des Cordeliers. C'est là qu'elle fonde la congrégation des religieuses de la Sainte Famille en 1819. Les unes se vouaient à l'instruction des filles pauvres, les autres allaient soigner les malades à domicile. A sa mort quarante maisons avaient été fondées dans divers pays. Elle connut de longues années, plus de vingt ans, de souffrance morales croyant avoir perdu la foi et l'espérance, s'estimant réprouvée. Son entourage ne s'en douta jamais. Ce ne fut que dans les dernières années de sa vie qu'elle recouvra la paix intérieure et que Dieu lui fit sentir à nouveau son amitié.

Voir aussi:
http://www.sainte-famille.edu.lb/Sainte%20Emilie/sainte_emilie.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89milie_de_Rodat



Saint Alonso de Orozco (+ 1591)
20020519_alonso.jpg

- Chapelle papale pour la canonisation de 5 bienheureux
Homélie de Jean-Paul II Solennité de Pentecôte dimanche 19 mai 2002
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/homilies/2002/documents/hf_jp-ii_hom_20020519_canonization_fr.html

"A chacun la manifestation de l'Esprit est donnée en vue du bien commun" (1 Co 12, 7). C'est ce qui se produisit dans la vie de saint Alonso de Orozco, de l'Ordre de saint Augustin. Né dans la ville d'Oropesa, près de Tolède, ses voeux religieux lui donnèrent l'occasion de visiter de nombreux lieux d'Espagne, terminant ses jours à Madrid. Son dévouement pastoral au service des plus pauvres dans les hôpitaux et dans les prisons fait de lui un modèle pour ceux qui, sous l'impulsion de l'Esprit, fondent toute leur existence sur l'amour de Dieu et du prochain, selon le mandat suprême de Jésus."

- Discours du pape Jean-Paul II aux pèlerins réunis pour la canonisation de 5 bienheureux lundi 20 mai 2002
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/speeches/2002/may/documents/hf_jp-ii_spe_20020520_canonization_fr.html

"Parmi les éloges qui lui ont été faits, je désire souligner celui d'"image vivante de l'Evangile" car c'est l'objectif auquel les chrétiens sont appelés à être des imitateurs de Jésus, en le suivant chacun selon sa vocation particulière. Saint Alonso de Orozco le fit comme religieux augustin. Que la vie et les enseignements de ce nouveau saint soient pour tous une aide et un encouragement à suivre Jésus-Christ."

- mort, le 19 septembre 1591
- béatifié par Léon XIII, le 15 janvier 1882
- biographie (site du Vatican)
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20020519_orozco_fr.html

- Alonso de Orozco est né le 17 octobre 1500 à Oropesa (Tolède, Espagne), prédicateur à la cour de Philippe II d'Espagne, auteur de nombreux ouvrages considérés comme des classiques de la litérature espagnole.



Saint Arnoul de Gap Evêque (+ v. 1078)
ou Arnoux. Il naquit à Vendôme et devint évêque de Gap. Son biographe résume ainsi sa vie dont il donne de multiples faits et gestes merveilleux :"La réunion de toutes ces rares et précieuses qualités dont la nature et la grâce avaient enrichi notre Saint, le rendirent admirable."
"À Gap en Provence, vers 1078, saint Arnoul ou Arnoux, évêque, qui eut beaucoup à souffrir pour la réforme de la vie de l’Église."
source: archiviste diocésain de Gap.
http://diocese-gap.cef.fr/



Saint Charles Hyon Song-mun martyr (+ 1846)
Frère de saint Benoît Hyon Kyong-nyon et catéchiste. Il appartenait à une famille qui avait souffert beaucoup pour la foi catholique pendant les vagues de la persécution qui avaient balayé leur pays à partir du dix-huitième siècle. Son père fut exécuté en 1801, et sa soeur fut martyre en 1839. Son épouse et fils sont morts en prison. Charles a servi une aide de confiance aux missionnaires, encourageant les nouveaux convertis. Il a personnellement accompagné le premier prêtre indigène de la Corée, saint André Kim Tae-gon, pour un voyage dangereux à Shanghaï, Chine. Finalement, mis en prison avec d’autres chrétiens, il ne cessa pas d’exhorter ses compagnons et fut décapité pour le Christ à Séoul.
Voir aussi les saints martyrs de Corée.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/773/Saints-Martyrs-de-Coree.html



Sainte Constance Compagne de Félix, martyrs à Nocéra sous le règne de Néron (Ier siècle)
Pas d'information complémentaire.



Saint Cyriaque abbé (+ 1030)
Abbé du monastère de Bonivicini, près de Cosenza en Calabre.



Saint Eustoche (+ 461)
Selon l'historien saint Grégoire de Tours, ce fut un homme d'une vertu éminente qui travailla à la multiplication des paroisses dans son diocèse de Tours.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_archev%C3%AAques_de_Tours



Saint Goëry évêque (+ 647)
img25.gif

Vitrail du XIX' siècle Saint-Goëry retenant le boulet

Né en Aquitaine, désigné par saint Arnoul comme son successeur au siège épiscopal de Metz. Durant ses 18 ans d'épiscopat, il créa plusieurs fondations dont le monastère d'Epinal où sa fille Prèce fut abbesse.
Voir aussi:
sur le site de la paroisse saint Goëry (nouvelle paroisse créée le 31 mai 2001):
http://histoire.egliseepinal.com/page18.html

"Saint Goëry serait né en Aquitaine à la fin du VI' siècle dans une famille aisée. Il se destina, tout d'abord, à une carrière militaire et devint vice-roi d'Aquitaine. Devenu aveugle, il se rendit auprès d'un de ses parents, Saint Arnould, alors évêque de Metz, pour implorer Saint Etienne. Il fut guéri et fit ériger, en remerciement, une église dédiée à Saint Pierre. Saint Arnould, ayant trouvé en Saint Goëry un successeur, décida de se retirer sur le Saint Mont, auprès de Saint Romaric. Saint Goëry devint donc le 30e évêque de Metz en 629. Il fit preuve d'une grande piété qu'il manifesta particulièrement envers les pauvres. Dom Calmet ajoute: 'Il ne mangeait que du pain de seigle et ne buvait que de l'eau avant le coucher du soleil" à l'exception des dimanches et jours de fêtes'...
Saint Goëry mourut le 19 septembre 643 et fut inhumé à Metz au monastère de Saint Symphorien.
Saint Goëry est devenu le protecteur de la ville d'Épinal où l'on retrouve souvent son nom ou sa représentation.
Devenant le patron de la nouvelle paroisse, la fête de Saint Goëry, un peu oubliée ces dernières années, pourra être à nouveau célébrée le 19 septembre ou le dimanche le plus proche."

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Go%C3%ABry



Saint Janvier de Naples Evêque et martyr à Naples (+ 305)
SaintJanuarius.jpg

Il vient en tête de la cinquantaine de patrons que les habitants de Naples se sont donnés. Il leur a tant de fois accordé sa protection en 1497 contre la peste, en 1631, 1698, 1767, 1779 contre les destructions qu'aurait pu causer l'éruption du Vésuve ...
Il est prouvé qu'en 432, les Napolitains vénéraient les reliques de l'évêque de Bénévent, martyrisé durant la persécution arienne de l'empereur Constance.
Nous connaissons le 'miracle' du sang de saint Janvier qui, de solide, devient liquide trois fois par an dans la cathédrale de Naples. L'explication du phénomène n'a pas encore été trouvée. Les journalistes en écrivent des explications plus ou moins farfelues. Des fidèles appellent cela miracle. C'est vrai qu'un miracle est un 'signe' donné par Dieu pour aider notre foi (chose étonnante que rien n'explique scientifiquement). On est jamais obligé d'y croire car la Foi reste un acte libre.
Saint Janvier est patron de Rio de Janeiro.

Voir aussi:
http://missel.free.fr/Sanctoral/09/19.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Janvier



Saint Lantbert évêque (+ 957)
Évêque de Freising (Münich) dont les restes reposent dans la crypte de la cathédrale.



Bienheureuse Marie de Cervellione (+ 1290)
Catalane originaire de Barcelone, elle refusa toujours les riches partis qui la demandaient en mariage ayant choisi Dieu pour époux. Vivant dans la pauvreté, elle entra dans l'Ordre des religieuses de Notre-Dame de la Merci dont elle devint la supérieure.



Saint Marien Ermite dans le Berry (+ vers 515)
La_Chapelle_St_Marien2177.JPG

La chapelle de Saint Marien à Évaux-les-Bains

Saint Marien était un ermite du VIe siècle, très vénéré dans la Combraille et ses alentours pour les nombreux miracles qu'il accomplissait. Sa commémoration était jusqu'à la réforme de 1977 inscrite au calendrier liturgique du diocèse de Bourges et l'est encore à ceux des diocèses de Limoges et de Moulins. Une chapelle à été édifiée à l'endroit où le saint à vécu et où il est mort.
La tradition d'un pélerinage annuel s'y est maintenue. Le lieu situé au confluent du Cher et de la Tardes, porte le nom de 'désert de Saint Marien'; en contrebas un pont suspendu porte également son nom.
Saint Grégoire de Tours a écrit sa vie.
Vous pourrez trouver l'histoire de sa vie à Evaux les Bains dans un petit recueil édité par la société d'histoire.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marien_de_Combraille
http://pagesperso-orange.fr/jp-l/SSC23/saint_marien.htm



Saints Peleas et Nil martyrs (4ème s.)
Tous deux évêques égyptiens, martyrs en même temps que de nombreux compagnons. Pendant la persécution de Dioclétien, ils furent arrêtés comme chrétiens et condamnés à travailler dans les mines de cuivre de Palestine. Selon la coutume envers les condamnés aux mines, ils eurent l'oeil droit arraché, l'orbite marquée au fer rouge et le pied gauche coupé. Après quelque temps, ils furent condamnés à mourir par le feu, pour une cinquantaine d'entre eux originaires de Palestine, et décapités pour une centaine de leurs compagnons égyptiens.



Sainte Pomposa Moniale, martyre à Cordoue (+ 853)
Elle vivait retirée dans le monastère du Saint Sauveur que sa famille avait fait bâtir à Cordoue lorsqu'elle entendit parler du martyre de sainte Colombe, survenu quelques jours auparavant. (17 septembre). Désireuse de l'imiter, elle se présenta d'elle-même aux autorités musulmanes qui la firent décapiter.



Saint Seine (6ème s.)
Il s'installa en Bourgogne, ermite sur les terres qui appartenaient à sa famille et les disciples qui affluèrent, attirés par ses vertus, devinrent ses fils spirituels. Il fonda un monastère dont il fut l'abbé et qui prit son nom :
21440 Saint Seine l'Abbaye.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Seine-l%27Abbaye



Saint Senoux (+ 530)
Evêque en Irlande, il se retira dans la solitude de la Basse-Bretagne et son ermitage, non loin de Redon, donna naissance à une localité : 35580 Saint Senoux
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Senoux



Saint Sezni (5ème s.)
Sane, Senan, Sezin ou Sithney.
"D'après la tradition, Sezni naît en Irlande en 402. Il se retire jeune dans une île écartée de la côte. A 23 ans, il quitte cette île pour accomplir un pèlerinage à Rome. Il y rencontre saint Patrick, est ordonné évêque par le pape, puis revient en Irlande en compagnie de Patrick. Tous deux s'y consacrent à la conversion des païens. Obéissant à l'appel de Dieu, Sezni quitte son île et débarque, avec des compagnons, sur la côte de Kerlouan. Il y rencontre saint Brévalaire, qui deviendra le saint patron de Kerlouan. Sezni s'éloigne de Kerlouan pour fonder un autre monastère là où se trouve aujourd'hui le bourg de Guissény. Il y serait mort, mais rien n'est sûr dans la légende racontée par Albert Le Grand."
(source: diocèse de Quimper et Léon)
http://catholique-quimper.cef.fr/decouvrez_notre_patrimoine/bol-d-air-breton/saint-sezni/

"La vie de Saint Zény ou Sezni (fêté le 19 septembre) a été longuement traitée par Albert Le Grand, dominicain de Morlaix qui a, au XVIIème siède, recueilli et complété la tradition concernant tous les saints vénérés dans les paroisses bretonnes pour en enrichir sa prédication et relancer le culte des Saints, en conformité avec l'application du Concile de Trente.
Né en Irlande en 402, Sezni fut envoyé de bonne heure à l'école où il progressa beaucoup dans les lettres et la piété mais il résolut de quitter le monde et de se retirer dans une île. A 23 ans il part se perfectionner dans la connaissance de l'écriture sainte, à Rome, et y devient l'ami de Saint Patrice (Patrick). Le Pape Célestin ler leur confie la conversion de l'Hibernie (Irlande). Sezni réussit si bien dans sa mission que le Pape Sixte III érigea le monastère qu'il avait fondé en évêché. Après avoir achevé la conversion de l'Irlande, Sezni vint chercher le repos, à Pouluhen, dans la paroisse de Kerlouan. Puis il se rendit dans le lieu devenu Guic-Sezni (Guissény) où il batit un autre monastère et où il mourut très âgé [en 527 (!)]"
(source: Trezeny - Paroisse de Lannion)
http://www.paroisse-lannion.fr/trezeny.htm

"Au Ve siècle, le moine irlandais Saint Sezni se serait établi à Guissény et y aurait fondé un ermitage. Saint Sezni, aurait débarqué dans l'estuaire du Quillimadec en 477 avec 70 de ses disciples. Il s'installa d'abord au Lerret du côté de Kerlouan avant de passer sur l'autre rive à Kerbrezant, puis sur le site de l'église actuelle. Il y aurait édifié un monastère et serait mort en l'an 527 ou 529 à l'âge de 127 ans. Après sa mort, des Irlandais vinrent enlever son corps (à l'exception d'un bras) pour le ramener dans son évêché d'origine."
(source: InfoBretagne.com)
http://www.infobretagne.com/guisseny.htm

Une légende bretonne dit que Dieu aurait demandé à saint Sithney d'être le saint patron des jeunes filles qui désiraient se marier et que Sithney, effrayé par la charge de travail, aurait répondu qu'il préférait être le saint patron des chiens enragés et se reposer!
Il est fêté le 4 août à Sithney en Cornouaille.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Guiss%C3%A9ny#Histoire_et_l.C3.A9gendes



Sainte Suzanne (+ 362)
Après le décès de ses parents (un père païen et une mère juive), elle se convertit puis devient diaconesse à Eleuthéropolis (ville qui était située à une cinquantaine de kilomètres au sud de Jérusalem, en Palestine. Arrêtée, elle est emprisonnée puis torturée avant de subir le martyre, sous le règne de Julien l'Apostat.



Saint Théodore de Cantorbéry Evêque (+ 690)
Originaire de Tarse en Cilicie, il étudia à Athènes où il embrassa la vie monastique. Il se rendit à Rome pour y compléter ses connaissances. Il fut consacré archevêque de Cantorbery par le pape Vitalien, pour assurer le primat de l'Eglise d'Angleterre alors cruellement divisée par la querelle au sujet de l'adoption des usages liturgiques romains, prônés par les Angles et l'abandon des traditions liturgiques celtes, prônées par les Bretons qui étaient restés et ne l'avaient pas quitté pour s'exiler en Armorique.

Autre biographie:
L’an 690, meurt Théodore, archevêque de Canterbury. Théodore était né à Tarse, en Cilicie, il avait accompli ses études à Athènes et était devenu moine en terre grecque. Arrivé à Rome à l’âge de soixante-six ans, peut-être pour un motif d’étude, il y fut ordonné diacre en peu de temps, puis évêque par le pape Vitalien, qui lui confia le siège vacant de Canterbury.
Malgré son âge avancé, mais grâce à une excellente santé, Théodore se donna corps et âme au ministère épiscopal, entreprenant tout d’abord de voyager par toute l’Angleterre, pour connaître par lui-même la terre et la population dont il avait été élu pasteur.
Il réorganisa en profondeur la vie de l’Église anglaise : il fut à l’origine du premier concile de l’histoire britannique à Hertford en 673 ; il répara les multiples divisions qui s’étaient créées entre les chrétiens d’origine celte et ceux d’origine anglo-saxonne ; et, à Canterbury, il ouvrit une école d’études supérieures où l’on enseignait les disciplines classiques de l’Antiquité. De son école sortirent les principaux évêques et réformateurs du christianisme de l’Occident pré-carolingien.
Théodore s’éteignit à Canterbury à près de quatre-vingt-dix ans : il avait posé les fondements de la nouvelle Église anglo-saxonne.

Lecture

Théodore arriva dans son Église deux ans après sa consécration ; il y passa vingt et un ans, trois mois et vingt-six jours. Aussitôt, il entreprit la visite de toute l’île, en tous lieux où se trouvaient des Angles, et tous l’accueillaient et l’écoutaient très volontiers. Puisqu’il connaissait à fond les lettres sacrées aussi bien que profanes, il répandait chaque jour des fleuves de la doctrine du salut pour irriguer leurs cœurs. Tous en effet aspiraient aux joies du royaume des cieux, dont ils avaient entendu parler depuis peu ; quiconque désirait être instruit dans la sainte Écriture avait à sa disposition des maîtres prêts à l’enseigner et à l’interpréter.
(Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique des Angles 4,2).

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9odore_de_Cantorb%C3%A9ry



Saints Martyrs TROPHIME, SABBATIOS et DORYMÈDE
st-t-04.jpg

Ces saints vécurent sous le règne de l'empereur Probus (vers 277). De passage à Antioche de Pisidie lors de la fête d'Apollon, les Saints Trophime et Sabbatios furent tout affligés de voir les habitants en délire. Ils adressèrent à Dieu d'ardentes prières pour le salut de la ville et se déclarèrent publiquement Chrétiens. On les mena devant le gouverneur, qui fit d'abord interroger puis torturer Trophime. Celui-ci fut si violemment flagellé que la terre était couverte de son sang. Sabbatios comparut à son tour, confessa le Christ et fut frappé au visage. Après quoi, on lui déchira les flancs avec des onglets de fer, on lui arracha les os de leurs articulations et on lui piétina le ventre. Le Saint rendit l'âme au milieu de ces supplices. Trophime, lui, fut envoyé à Pérénnius Dionysius, gouverneur de la Phrygie Salutaire, dans la métropole de Synnades. On le chaussa de sandales couvertes de clous de fer pointus et, comme il continuait de confesser audacieusement le Christ, on le flagella à nouveau pendant de longues heures, puis on couvrit ses plaies de sel et de vinaigre après les avoir brûlées avec des torches. Dorymède, le premier des conseillers de la ville, visita alors Trophime dans sa prison et se déclara lui aussi Chrétien devant le gouverneur qui lui fit déchirer les joues et les côtes et arracher les dents. Après lui avoir fait subir encore bien d'autres supplices, il le fit comparaître devant son tribunal en compagnie de Trophime. Comme les Saints n'en avaient que plus d'ardeur à proclamer que l'amour du Christ est plus fort que la mort, Pérénnius leur fit arracher les yeux, puis les livra aux bêtes. Celles-ci ne les ayant pas touchés, respectant la grâce qui était en eux, le gouverneur leur fit trancher la tête.
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsseptembre/sept19.html



Les Églises font mémoire…

Anglicans : Théodore de Tarse, archevêque de Canterbury

Catholiques d’occident : Janvier (+ env. 305), évêque et martyr (calendrier romain et ambrosien)

Coptes et Éthiopiens (9 tut/maskaram) : Pisura de Malig (IIIe-IVe s.), martyre (Église copte)

Luthériens : Thomas John Barnard (+1905), bienfaiteur à Londres

Maronites : Janvier, martyr

Orthodoxes et gréco-catholiques : Trophime, Dorymédon et Sabbace de Sinnada (+276), martyrs ; Maxime Sandovic (+1914), prêtre et martyr (Église orthodoxe polonaise)
Ecrire un commentaire


Événements

  305
Fichier:SaintJanuarius.jpg
Décapitation de saint Janvier, évêque de Bénévent, et de ses deux diacres Proculus et Sosius au forum situé près du volcan Solfatara à Naples, sur l'ordre du proconsul Timothée. saint Janvier, est le patron des villes de Naples et de Rio de Janeiro.

1356

 Une chevauchée aboutit à la bataille de Poitiers et à la capture du roi Jean II de France, dit le Bon.  
 
60177_110130922381432_100001535732993_78
 Bataille de Poitiers ou de Maupertuis où s'affrontèrent l'armée française command ée par le roi Jean II le Bon et les forces coalisées de l'Angleterre et de la Gascogne dirigées par Eduoard de Galles, dit le Prince Noir, fils du roi Edouard III Plantagenet.
Même si les anglo-gascons était moins nombreux que les français (7000 contre 15000) la victoire fut remportée par les premiers.
Le roi de France fut fait prisonnier et emmené en Angleterre tandis que le royaume, avec sa noblesse décimée, sombrait dans la guerre civile.

Chevaliers français tombés à la bataille de Poitiers, le 19 septembre 1356 :

Pierre Ier de Bourbon, duc de Bourbon et comte de Clermont, pair et Grand chambrier de France, lieutenant-général pour le roi et capitaine souverain en Languedoc, Guyenne, Poitou, Berry, la Marche et Bourbonnais

Guichard VIII de Beaujeu, sire de Perreux et de Semur en Brionnais

Jean de Tigné, sire de Tigné

Pierre V de Chambly, dit Gris Mouton, sire de Poissy Les Meaux et de Rutel

Jean Ier de Rochechouart, vicomte de Rochechouart sire de Brigueil et de Tonnay-Charente

Jean Ier de Chambes, sire de Villehonneur

Gilbert II Motier de la Fayette, chevalier sire de La Fayette et d’Aix

Renaud IV de Pons, vicomte de Turenne, de Carlat et de Blaye, sire de Ribérac, d’Epluches, de Pons et de Bergerac

Renaud V de Pons, sieur de Pons, vicomte de Carlat et en partie de Turenne, seigneur de Ribérac, de Montfort

Adam de Beauvilliers, seigneur de Morsant

Guillaume de Liniers, sire de La Meilleraye et de Liniers

Robert II de Maulévrier

Jean Ier de Thorigny, sieur de Chantilly, maréchal de France, lieutenant-général pour le Roi dans les provinces de Saintonge, Angoumois et Périgord

Louis de Brosse, vicomte de Brosse, seigneur d'Huriel, Boussac, Sainte Sévère et La Pérouse

Geoffroy Ier de Charny, sire de Savoisy

Geoffroy de Dampierre de Saint-Dizier, sire de la Roche sur Marne

Geoffroy Martel de Longueil, sire de Longueil, capitaine de Pontoise

Gautier VI de Brienne, comte de Brienne, de Lecce et de Conversano

Arnoul de Saligné, chevalier

Aubert de Hangest, chambellan du roi Jean II le Bon

Guillaume VI de Linières, baron de Lignières et sire de Rezay, de Reculat, de Thevet, de Brécy, de Méréville et d'Aschères-le-Marché

1370

 mise à sac de Limoges par le Prince Noir.

1426

  Marie de Clèves, épouse de Charles, duc d'Orléans, père de Louis XI.


1486
Pierre de Montfort de Laval est nommé évêque de Saint-Malo. Il le restera jusqu'à sa mort en 1493.
Traité de Louis XIII avec les insurgés catalan

1657
Signature du traité de Welawa par le roi Jean II Casimir Vasa
250px-Jan_II_Kazimierz.jpg

1668
 Abdication du roi de Pologne Jean II Casimir Vasa (Jan II Kazimierz Waza), également appelé Casimir V



1996 

Image du pape Jean-Paul II

Visite en France de Jean-Paul II, à l'occasion de la célébration du 1500e anniversaire du baptême de Clovis.

 

2009
Mariage de la princesse Caroline Napoléon Née le 24 octobre 1980 à Paris
&
d'Eric Querenet Onfroy de Breville
le 28 juin 1971

Le mariage aura lieu dans l'intimité familiale

carolinenapoleon.jpg

La princesse Caroline Napoléon (ici photgraphiée avec son frère Jean-Christophe)

 

Caroline Napoléon est la fille du prince Charles Napoléon charles.0.napoleonle 19 octobre 1950 à Boulogne-Billancourt (92)

& de la princesse Béatrice de Bourbon-Deux-Siciles beatrice.3.de_bourbon Née le 16 juin 1950 à Saint-Raphaël (83)

Petite-fille des défunts prince Louis Napoléon et des comtes de Castro

Arrière-petite-fille de la princesse Clémentine de Belgique.


caroline.0.napoleon
S.A.I la princesse Caroline Napoléon. Mars 2006.

Une centaine d'invités au mariage de la princesse Caroline Napoléon et d'Eric Querenet de Breville à Castellabate, Cilento, province de Salerne, Italie

comme prévu, le mariage de la princesse Caroline Napoléon a eu  lieu hier en toute intimité; elle a épousé monsieur Éric Querenet Onfroy de Breville.

la cérémonie a été célébrée à Castellabate nel Cilento,, dans la basilique pontificale dédiée à Santa Maria delle Assunta, une église construite dans un quartier médiéval de cette petite ville.

comme il se doit, la princesse était conduite à l'autel par son père le prince Charles et seulement une petite centaine d'invités ont pu assister à cet événement que l'on a voulu strictement privé.


Erede di Napoleone si sposa nel Cilento
Domenica 20 Settembre 2009 ore 14:23

Erede di Napoleone si sposa nel Cilento Una discendente di Napoleone Bonaparte, la principessa Carolina, si e´ sposata con Eric Querenet De Breville a Castellabate nel Cilento.Accompagnata all´altare dal padre, il principe Carlo Napoleone, discendente diretto di Jerome Bonaparte, fratello dell´imperatore, la principessa si e´ sposata nella Basilica Pontificia dedicata a S.Maria dell´Assunta, nel borgo medievale della cittadina. Ad assistere al rito, un centinaio di invitati, la maggior parte eredi di blasonate dinastie europee.

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 23:00
305 
 Saint Janvier
 (Janvier de Bénévent) et ses deux diacres Proculus et Sosius sont décapités à Vulcano, dans la plaine de Solfatare, sur l'ordre de Timothée

1150

Sibylle de Bourgogne

Parents



1180

 Louis VII

62797_109887882405736_100001535732993_76 http://www.nndb.com/people/027/000093745/louis-vii-1-sized.jpg

Le 18 septembre 1180, Louis VII meurt à Melun de cachexie paralytique, jour où son père lui abandonna le pouvoir.

Le lendemain, il est inhumé en l'église de l'abbaye cistercienne de N.D. de Barbeau à Fontaine-le-Port (abbaye royale Saint-Port de Barbeau) qu’il a fondée près de Fontaine-le-Port, en bord de Seine entre MelunFontainebleau.
Son fils Philippe Auguste lui succède.

Ce dernier exerçait en fait le pouvoir depuis le 28 juin et

Suite à l'abandon de l'abbaye de Barbeau, Louis XVIII fait transporter le 30 juin 1817, les cendres de Louis VII à la basilique Saint-Denis, nécropole des rois de France.

l'église St Martin




1200
 Albéric II de Dammartin

seigneur de Lillebonne, en Normandie.

1356
à la bataille de Poitiers.
   Pierre Ier, duc de Bourbon en 1356
   et Grand chambrie r de France
63882_110090729052118_100001535732993_78
tué en faisant rempart de son corps devant son roi Jean II le Bon.
Il avait épousé Isabelle de Valois (1313-1383), fille de Charles de France, comte de Valois, d'Alençon, de Chartres, d'Anjou, du Maine, et de Mahaut de Saint-Pol.
Le couple ducal eut huit enfants: Louis II, duc de Bourbon; Jeanne de Bourbon, mariée au roi Charles V de France; Blanche de Bourbon, mariée au roi Pierre Ier de Castille et de Léon; Bonne de Bourbon, mariée au comte Amédée VI de Savoie; Catherine de Bourbon, mariée à Jean VI d'Harcourt; Marguerite de Bourbon, mariée à Arnaud VIII Amanieu d'Albret; Isabelle de Bourbon, morte sans alliance, et Marie de Bourbon, prieure de Poissy.
seigneur de Brigueil et de Tonnay-Charente
(Jean Ier de Rochechouart)
jean.1.de_rochechouart
  Conseiller et chambellan du roi Philippe VI de Valois

Conseiller et chambellan du roi Philippe VI de Valois, qu'il épaula lors de l'expédition en Flandres de 1328.

 

  • Né vers 1305
  • Tué le 19 septembre 1356 à la bataille de Poitiers à Maupertuis (86, Vienne) à l'âge de  51 ans en défendant le roi Jean II le Bon.

Parents

   
Tué le 19 septembre 1356 - à la bataille de Poitiers
  • Chevalier, capitaine d'une compagnie d'ordonnance
  • Décédé en 1356 à la bataille de Poitiers
aubert.0.de_hangest

Parents

renaud.1.de_pons 

Renaud de Pons

vicomte de Turenne  

Tué le 19 septembre 1356 à Poitiers

Parents

geoffroy_marcel.0.de_longueil

Tué le 19 septembre 1356 à la bataille de Poitiers

Parents

seigneur de Roche sur Marne
(Geoffroy de Saint Dizier)

Parents


1356
Gauthier VI de Brienne
Comte de Brienne
 duc titulaire d'Athènes
connétable de France
à la bataille de Poitiers.

1356
Guy VII de La Rochefoucauld

seigneur de La Rochefoucauld
à la bataille de Poitiers.

1356
Guy de Moy
 dit Goulard de Moy, seigneur de Moy
 à la bataille de Poitiers.

1356

Jean de Clermont

seigneur de Chantilly
Maréchal de France
(Jean I de Clermont)
  • Né vers 1320
  • Tué le 19 septembre 1356 à la Bataille de Maupertuis, Poitiers à l'âge de peut-être 36 ans
  • Inhumé aux Jacobins, Poitiers (act Vienne)

Parents

1356

Gilbert Motier

seigneur de La Fayette
Chevalier

Parents


1373

Élisabeth de Luxembourg

Parents


1381
 Charles de Montmorency

 Maréchal de France.

1419
 Jean sans Peur

 duc de Bourgogne (mort le 10 septembre)

1419

Raoul de Montfort

baron de La Roche-Bernard
(Raoul VIII de Montfort)

Parents

  • Marié vers 1379 avec Jeanne, dame de Kergorlay 1364-1396
  • dont

1425

Jean de Valois

Parents


1631

Adolf von Schleswig-Holstein-Gottorp

Parents


1686

Johann Georg I von Sachsen

Herzog von Sachsen-Eisenach
(Johann Georg von Sachsen)

Parents


1785
maria_antonietta_fernanda.0.de_borbon

Maria Antonietta Fernanda de Borbón

infanta de España, principessa di Piemonte (1750-1773), reine de Sardaigne (1773-1785)

Parents


1793

Louis Levesque

seigneur de Saint-Barthélemy et de la Sablonnière

Président de l'élection de Mortain (Orne)
Né en 1727 à Mortain (Orne)
Exécuté le 19 septembre 1793 - guillotiné à Paris (place de la révolution) (victime de la Révolution française) à l'âge de 66 ans

Marié, Mortain (Orne), avec Marie Anne Françoise Grihault

dont

1802
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9b/Joseph_Dorffmeister_001.jpg

Luisa di Borbone

Parrain: Louis XV le Bien-Aimé de Bourbon, roi de France 1710-1774
Principessa di Napoli e Sicilia
(Luisa Maria Amelia Teresa di Borbone)

Parents

laporte_empire.jpg

Armes telles qu'elles apparaissaient lors du Premier Empire

Mgr-de-Laporte.jpg

Arnaud Ferdinand de La Porte

1er baron de La Porte et de l'Empire (25 mars 1809)
(Arnaud Ferdinand de Laporte)

Parents


carc_gravure.jpg

carc_peinture.jpg
Etat du portrait conservé dans le cathédrale avant restauration

laporte_armes.jpg
Graveur amateur, ces armes ont été gravées par l'évêque lui-même.



Se destinant au sacerdoce, il entra au Séminaire St-Sulpice où il fit de solides études de théologie; il devait ultérieurement en recevoir le bonnet de docteur, en la maison de Navarre (1785)

Après son ordination, en 1776, il est choisi, dès 1781, par l'Archevêque de Bordeaux pour être son grand vicaire.

L'année suivante il est élu député à l'Assemblée Générale du clergé, comme, peu après, il sera élu député de la province d'Aquitaine aux Etats-Généraux.

Après le départ en émigration de Monseigneur Champion de Cicé, c'est lui qui assure l'administration du diocèse ; mais, en 1792, la tourmente révolutionnaire l'engage à quitter, lui aussi, la France et il passa en Angleterre.

Très versé dans les langues anciennes, il met à profit sa retraite forcée pour cultiver les lettres et les arts.

Rentré après le 18 Brumaire, il est arrêté à Bordeaux et incarcéré.

A peine relaxé, il se voit nommé par le Premier Consul à l'évêché de Carcassonne, le 6 juillet 1802.

Issu du concordat de 1801, le nouveau diocèse de Carcassonne comprend, jusqu'en 1817, les deux départements de l'Aude et des Pyrénées-Occidentales.


Sacré le 5 septembre, en l'église de St-Etienne-du-Mont, à Paris, par Mgr Duvoisin, évêque de Nantes, il prête serment, le 26 septembre, entre les mains de Bonaparte, dans la chapelle du château de St-Cloud, et, le 7 novembre suivant, il prend possession de sa cathédrale.

C'est au nouveau nommé, le premier évêque concordataire, que revient la charge de restaurer le culte dans le vaste diocèse à lui confié.


C'est lui qui fait de l'église paroissiale Saint-Michel la nouvelle cathédrale ; de même, il rétablit le séminaire diocésain.


Joseph de Saint-Rome-Gualy s'attache à faire imprimer un missel ainsi qu'un bréviaire carcassonnais, destinés à remplacer les livres liturgiques utilisés dans les anciens diocèses disparus.


En effet, bien que disparus au début de la Révolution, les diocèses de Narbonne, Alet, Saint-Papoul et une partie de celui de Mirepoix, étant donné leurs racines profondes survivent encore dans certains usages liturgiques et dans les mentalités encore au cours des premières décennies du XIXème siècle.


L'unification des territoires du nouveau diocèse correspondant au département de l'Aude n'a pas toujours été facile à réaliser.

Outre l'administration de son diocèse, il va avoir à assurer, et jusqu'en 1822, celle du diocèse de Perpignan.

Sa correspondance avec Bonaparte, Portalis et Bigot de Préameneu témoigne de son action et de son zèle.

Membre de La Légion d'honneur il est en 1809 créé baron de l'Empire.

Dès 1814, il se rallie au gouvernement royal.

A la suite du concordat de 1817, il est pressenti pour l'Archevêché d'Auch, il le refuse et meurt le 19 septembre 1824, à Carcassonne
(Son corps repose dans le sanctuaire de la cathédrale Saint-Michel et son coeur, primitivement déposé dans la chapelle de l'ancien grand séminaire, fut après la séparation de l'Eglise et de l'Etat, transféré à Notre-Dame de l'Abbaye)
Nommé par le ministre des cultes sous Napoléon Bonaparte, le Premier Consul,  le 16 messidor an X ( juillet 1802) l'abbé Arnaud Ferdinand de Laporte  devient le premier évêque concordataire de Carcassonne en 1802.
et sacré le 18 fructidor an X (5 septembre 1802), dans l'église Saint-Etienne-du-Mont à Paris, par Mgr Duvoisin, évêque de Nantes.
Il prête serment entre les mains du Premier Consul, dans la chapelle du château de Saint-Cloud, le 4 vendémiaire an XI ( 26 septembre 1802) et fait son entrée dans la cathédrale de Carcassonne le 16 brumaire an XI (7 novembre 1802)
Il fut chargé conjointement de l'administration de son diocèse et de celui de Perpignan jusqu'à son rétablissement en 1822.
1852
 Émilie de Rodat
http://fr.wikikto.eu/images/thumb/6/6e/Sainteemiliederodatfondatrice.jpg/180px-Sainteemiliederodatfondatrice.jpg
religieuse française, fondatrice de la congrégation des Sœurs de la Sainte-Famille. (° 6 septembre 1787)

1902
marie_henriette.0.von_habsburg_lothringe

Marie Henriette von Habsburg-Lothringen

Erzherzogin von Österreich

Parents



1946
Mathilde DE ROBIANO

comtesse de Robiano

Née le 6 février 1868 à Rumillies
Décédée le 19 septembre 1946 à l'âge de 78 ans

Parents
Albert de Robianole 27 octobre 1836 à Rumillies - Décédé le 25 août 1904 à Rumillies à l'âge de 67 ans
Bertha van der Straten Ponthoz Née le 13 juin 1841 à Bruxelles - Décédée le 31 janvier 1869 à Bruxelles à l'âge de 27 ans
Mariée le 15 avril 1896 à Rumillies avec Charles, prince de Croÿ et de Solre Entré dans la noblesse belge en tant que prince de Croÿ 26 janvier 1892. Né le 14 mai 1869 - Décédé le 29 mai 1943 à l'âge de 74 ans

dont
Madeleine Née le 10 juin 1897 à Rumillies - Décédée le 1er août 1957 à Köln à l'âge de 60 ans
Albertle 24 février 1900 à Rumillies - Décédé le 26 octobre 1981 à Tournai à l'âge de 81 ans
Mathilde Née le 20 janvier 1902 à Rumillies - Décédée le 17 mars 1998 à Etterbeek à l'âge de 96 ans
marie_immaculee.0.de_croyMarie-Immaculée  princesse de Croÿ  Née le 16 octobre 1905 à Rumillies - province de Hainaut (Belgique) - Décédée le 23 janvier 2007 à Huldenberg - province du Brabant flamand (Belgique) à l'âge de 101 ans. Inhumée le 27 janvier 2007 à Huldenberg - province du Brabant flamand (Belgique)
Emmanuel prince de Croÿle 24 avril 1908 à Rumillies - Décédé en 1997 à Brussels à l'âge de 89 ans
Jean
le 8 octobre 1910 à Rumillies - Décédé le 25 avril 1990 à Rumillies à l'âge de 79 ans


1980
robert.2.de_bourbon_busset

Robert de Bourbon-Busset

(Robert François Louis Jacques Marie de Bourbon-Busset)

Parents


1981

Daisy de Limbourg

(Marguerite dite Daisy de Limbourg)

Parents


2001

Louis de Crussol d'Uzès

16ème duc d'Uzès (8 septembre 1999 - 19 septembre 2001)
(Frédéric Emmanuel Marie Jean de Crussol d'Uzès)

Parents


2008
alexandre.2.de_la_rochefoucauld
Alexandre de La Rochefoucauld
duc d'Estissac
(Alexandre Louis Marie François de La Rochefoucauld)

Parents

Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us


2009
Blason de Joseph Sardou

Mgr Joseph-Marie Sardou, archevêque émérite de Monaco

décédé le samedi 19 septembre 2009 à l'âge de 87 ans

Il s’était retiré en la paroisse San Cirillo à Rome.

Évêque de l’Église catholique
Composition évèque.svg
Joseph Sardou
http://www.eglise.catholique.fr/img/1-5731-234x160-0/mgr-sardou-archeveque-emerite-du-diocese-de-monaco.jpg
 
Archevêque émérite de Monaco
Blason de Joseph Sardou
 
Naissance 25 octobre 1922 à Marseille
Ordination
sacerdotale
12 mars 1949
Consécration
épiscopale
30 septembre 1985 par le cardinal  Bernardin Gantin
Évêque  
Décès 19 septembre 2009 à Rome






























La célébration des obsèques, présidée par Mgr Bernard Barsi, archevêque de Monaco a eu lieu le mercredi 30 septembre à 10h30 en la cathédrale de Monaco.
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 23:00
  1426
 Marie de Clèves
dite Marie de Gueldre
  épouse de Charles, duc d'Orléans, père de Louis XI.

fille d'Adolphe IV, duc de Clèves, et de Marie de Bourgogne, elle-même fille de Jean sans Peur, duc de Bourgogne.
Elle fut la troisième femme du duc Charles d'Orléans, auquel donna trois enfants: Marie d'Orléans, mariée au comte Jean de Foix; Louis, qui succéda à  son père dans le duché d'Orléans et devint le roi Louis XII à la mort sans descendance de son cousin Charles VIII, et Anne d'Orléans, abbesse de Fontevrault et de Poitiers.
Elle fut mécène et poète, tout comme son époux, et passa sa vie entre les châteaux de Blois et Chauny où elle entretenait alternativement une cour brillante.
La duchesse d'Orléans fit transcrire les ballades et rondeaux de Charles d'Orléans, ainsi que de quelques amis, dans un manuscrit conservé à la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras.
Après la mort du duc, elle se remaria secrètement à son gentilhomme de chambre le sieur de Rabondange, qui était de quelques ans son cadet.
Marie de Clèves mourut à Chauny le 23 août 1487.



1551
 Alexandre-Édouard

 futur Henri Ier de Pologne puis Henri III, roi de France au château de Fontainebleau,
À Fontainebleau, naissance d'Alexandre-Edouard de France
quatrième fils du roi Henri II de France et de sa femme Catherine de Médicis, titré duc d'Angoulême, qui lors de sa confirmation, prendra le prénom de son père: Henri.
Il sera par la suite: duc d'Orléans (1560), duc d'Anjou (1567) et comte d'Auvergne (1569)
En 1573, Henri sera élu roi de Pologne et l'année suivante, suite à la mort de son frère Charles IX, deviendra roi de France.
S.A.S Eléonore de Croÿ
 Princesse de Croÿ et de Solre

naquit à Heverlé le 19 septembre 1897.

Elle mourut en octobre 1990
à Chantilly (60) à l'âge de 93 ans

Parents


1920

Nathalie d'Oultremont

(Nathalie Marie Jacqueline Édouardine d'Oultremont)

Parents

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 23:01

Le 18 septembre est le 261e jour de l'année

(262e en cas d'année bissextile) du calendrier grégorien.

Il reste 104 jours avant la fin de l'année.

C'était généralement le jour du génie, deuxième jour complémentaire dans le calendrier républicain français.

Signe du zodiaque : 26e jour du signe astrologique de la Vierge.

 

Dicton du jour  

« Froid de la Sainte-Nadège, annonce pour bientôt de la neige. »

« Froid à la Saint-Joseph, annonce pour bientôt la neige. »  

 

Astrologie 

 

Célébrations 

chile_mw.gif (4996 bytes) 
Chili 

Fête de l'indépendance, premier jour des Fêtes patriotiques au Chili qui commémore la première junte de gouvernement en 1810, prélude à l'indépendance.

Saints des Églises chrétiennes 

Saints catholiques  et orthodoxes du jour  

Saints catholiques du jour  

Saints orthodoxes du jour  

Prénoms du jour  

Bonne fête aux :

  • Nadège, et ses dérivés : Nada, Nadia, Nadine, Nadiège, etc.

Et aussi aux :


  

 

Et encore ailleurs, beaucoup d'autres saints et bienheureux

Sainte Nadège Vierge et martyre à Rome avec sa mère Sophie et ses deux soeurs
En slave, Nadége veut dire 'espérance'.
Véra (= Foi), Liubbe (= Charité) seraient ses soeurs et Sophia ou Sonia (= sagesse) leur mère.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nad%C3%A8ge



Sainte Ariane Esclave en Asie Mineure (?)

ou Ariadne.
Sans doute une martyre des premiers siècles à Prymnesse en Phrygie. On ignore où et quand elle mourut, mais comme beaucoup de nos contemporains portent ce nom, nous ne pouvons pas ignorer la date de sa fête qui est la seule chose qui nous reste d'elle.
Une internaute nous écrit: "Ariane était une esclave chrétienne à qui on fit deux procès, à cause de sa foi : elle se sortie sans dommage du premier ou on lui demanda de cesser de croire en son dieu, et lors du deuxième elle fut condamnée à mort. L'histoire raconte qu'en s'enfuyant de la ville, deux immenses pierres s'ouvrir toutes seules sur son chemin, et que lorsqu'elle s'y engouffra, celles-ci se refermèrent."

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsseptembre/sept18.html



Saint Bidzine de Géorgie (+ 1661)
Prince de Géorgie, il fut martyrisé pour la foi par le shah de Perse, Abbas II, et il périt avec les membres de sa famille, saint Elisbar et saint Chavel, à l'issue de terribles supplices.



Bienheureux David Okelo et Gildas Irwa martyrs (+ 1918)

Daudi Okelo (1902 ca.-1918) e Jildo Irwa (1906 ca.-1918)

Alors qu’ils s’employaient à enseigner l’Évangile au peuple, ils furent transpercés de coups de lance par des païens du lieu, à Paimol en Ouganda. Les parents de David étaient païens. Ils font partie de la tribu Acholi. La première mission est fondée en 1915 par les religieux Comboniens. Nouvellement baptisés, David et Gildas s'offrent comme catéchistes. Malheureusement la région est troublée par les incursions des pillards, de marchands d’esclaves et de trafiquants d’or. Les pillards musulmans et des guérisseurs-sorciers profitent de cette situation de violence pour tenter de déraciner la nouvelle religion. Le matin de leur martyre, Gildas répond à David qui lui fait entrevoir la possibilité d’une mort cruelle: "Pourquoi serions-nous effrayés? Nous n’avons fait de mal à personne." Ces témoins courageux n’étaient que des enfants lorsque, avec simplicité et foi, ils versèrent leur sang pour la Parole de Dieu.
- David (Daudi) Okelo, né vers 1902 à Ogom-Payira (Nord de l'OUganda), mort entre le 18 et le 20 octobre 1918 à Paimol. (Abbaye Saint Benoît)
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/hagiographie/fiches/f0590.htm

- Gildas (Jildo) Irwa, né vers 1906 à Bar-Kitoba (Nord de l'OUganda), mort entre le 18 et le 20 octobre 1918 à Paimol. (Abbaye Saint Benoît)
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/hagiographie/fiches/f0591.htm

- béatifiés le 20 octobre 2002 à Rome par Jean-Paul II. (site du Vatican)
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20021020_okelo-irwa_fr.html

- Afrique Espoir N°20 Octobre-Décembre 2002.
http://www.afriquespoir.com/Ae20/page12.html



Saint Dizier (7ème s.)
ou Didier, évêque de Rennes. Sa vie s'écoula dans la pratique des bonnes oeuvres qu'il exerçait au milieu de son peuple. Au retour d'un pèlerinage à Rome avec ses fidèles, il passa dans les Vosges. Des brigands de grand chemin les attaquèrent, espérant leur enlever leurs richesses. Percé à coups de glaive, il s'endormit dans la paix du Seigneur, après avoir prié jusqu'à son dernier soupir.
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89v%C3%AAque_de_Rennes



Saint Dominique Trach Doai prêtre et martyr (+ v. 1843)

Prêtre et dominicain du Tonkin - aujourd'hui, Viêt-Nam -, le père Dominique Trach avait le caractère trempé par l'épreuve de la maladie et des mauvais traitements, sous la persécution déchaînée par l'empereur Minh Mang (1820-1841). Dès 1833, un édit stipulait: "Nous voulons que les mandarins examinent avec soin si les chrétiens qui se trouvent sur leur territoire se préparent à obéir à nos ordres et qu'ils les contraignent à fouler aux pieds la croix, en leur présence. Après quoi ils leur feront grâce cette fois. Quant aux maisons du culte et aux habitations des prêtres, ils devront veiller à ce qu'elles soient complètement rasées. Si dorénavant l'un de nos sujets est reconnu coupable de confesser ces doctrines abominables, il sera puni avec la dernière rigueur afin de détruire à sa racine la religion perverse." A la fin de 1838, l'empereur publia un dernier édit où il donnait un délai d'un an aux chrétiens pour apostasier. La persécution gagna le Tonkin, jusque-là relativement épargné. Lorsque vint l'heure du témoignage suprême, le père Dominique préféra mourir plutôt que de piétiner la croix: il fut décapité à Nam Dinh.
Canonisé en 1988.
Martyrs du Vietnam (+1745-1862) site du Vatican
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_19880619_martiri_vietnam_fr.html
Voir aussi sur le site des Missions Etrangères de Paris
http://www.mepasie.org/



Saint Eustorge Ier Evêque de Milan (+ 355)
Evêque de Milan cité par saint Athanase parmi les évêques d'Italie hostiles à l'arianisme, ce dont il eut beaucoup à souffrir. Saint Ambroise en fait l'éloge.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Eustorge_Ier



Saint Ferréol Martyr à Vienne, en Dauphiné (3ème s.)
Tribun militaire de Vienne en Dauphiné, il fut sommé par le gouverneur de la ville d'offrir le sacrifice aux idoles. Il refusa d'obéir et fut mis à mort. Sa mémoire reste vive dans la région : 26110 Saint Ferréol
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Ferr%C3%A9ol-Trente-Pas



Saint Hygbald (+ 690)
Abbé bénédictin à Bardney, dans le Lincolnshire (Angleterre). Vers la fin de sa vie, il se retire pour vivre en ermite.



Saint Joseph de Cupertino Frère mineur (+ 1663)

Gravure du XVIIIe représentant Saint Joseph de Cupertino

Joseph Desa est né à Cupertino dans les Pouilles (Italie) dans une famille très pauvre où il reçut une éducation très pieuse de sa mère qui était tertiaire de saint François. Maladroit, d'esprit lent, il voulait néanmoins devenir fils de saint François. Les Capucins n'en veulent pas. Les franciscains l'accueillent mais comme garçon d'écurie. Ils finissent par l'admettre au sacerdoce quand ils découvrent sa richesse spirituelle et humaine. Porteur de dons mystiques étonnants, il attire les foules: miracles, extases, lévitations. L'Inquisition se méfie et ordonne à plusieurs reprises de le mettre à l'écart. Saint Joseph accepte ces mesures avec une grande simplicité et une profonde humilité, sans jamais se plaindre.
Voir aussi: Saint Joseph de Cupertino, saint patron des étudiants.
http://www.inxl6.org/article3331.php

"Ce n’est pas en paradis que se fabriquent les saints. C’est sur terre."
Paroles de sagesse de saint Joseph de Cupertino

Autre biographie:
Joseph, dit de Cupertino (Copertino), petite ville des environs de Salente, diocèse de Nardo, naquit en 1603. Il passa son enfance et sa jeunesse dans une grande simplicité et innocence de moeurs.
Délivré d'une cruelle maladie, par sa bonne Mère du ciel, Joseph s'appliqua avec une nouvelle ardeur aux oeuvres de la piété et à la pratique des vertus. Après bien des difficultés, il parvint enfin à la réalisation de ses désirs et entra chez les Pères Capucins, où, vu son ignorance des lettres humaines, il fut d'abord reçu parmi les Frères-lais. Toujours ravi en Dieu, il mettait un temps si considérable à exécuter des travaux de peu d'importance que les supérieurs, le jugeant incapable de rendre aucun service à la communauté, le renvoyèrent dans le siècle.
Il se trouva alors dans une bien triste position. Aucun de ses parents ne voulait lui donner asile, tous le considérant comme un paresseux et un insensé. Enfin, sur les instances de sa mère, les Frères Mineurs Conventuels consentirent à lui donner l'habit de saint François, en le chargeant de soigner la mule du couvent.
Dans cet humble emploi, il se distingua tellement par la sainteté de sa vie que ses supérieurs s'aperçurent bientôt de la valeur de cette âme. Ils conçurent pour lui la plus haute estime, et le reçurent enfin dans la communauté sous le nom de Frère Joseph.
Mais notre Saint n'était pas encore satisfait. Il ne lui suffisait pas d'être religieux, il aspirait au sacerdoce. Ambition selon toute apparence présomptueuse ! De toute l'Écriture, il ne put jamais expliquer qu'un texte : “heureuses entrailles qui Vous ont porté.” Marie cependant, contente de l'amour de Son serviteur, le seconda dans ses desseins. Par une disposition de la Providence, dans tous ses examens, il ne fut jamais interrogé que sur cet évangile, qu'il avait si bien approfondi.
Ordonné prêtre, au mois de mars 1628, Joseph se sépara complètement du monde. Il recherchait les emplois les plus humbles du couvent, il pratiquait des austérités inouïes, ne mangeait que tous les 3 ou 4 jours, et cela avec tant de modération, qu'il était facile de voir que son corps même vivait d'une nourriture cachée, que les hommes ne connaissaient pas. Son corps, aussi bien que son âme, était soutenu par la sainte Eucharistie; qu'il célébrait tous les jours, avec une grande dévotion.
Comme à saint François, les animaux lui obéissaient, les éléments étaient dociles à sa voix; à son attouchement, les malades étaient guéris. En un mot, la nature semblait n'avoir plus de lois en présence des désirs de Joseph.
Le centre qui l'attirait, ce n'était pas la terre, mais le ciel. Aussi était-il souvent élevé, à la vue de ses Frères, à une distance considérable au sol, et là, il demeurait en contemplation, tout absorbé en Dieu. Chaque fois qu'on récitait en sa présence les Litanies de la Sainte Vierge, il s'élevait en l'air et allait embrasser l'image de la Mère de Dieu.
Ces transports aériens, ces vols dans l'espace furent si habituels à notre Saint que les actes du procès de canonisation en rapportent plus de soixante-dix survenus dans le seul territoire de Cupertin.
Il mourut à Osimo, d'une mort digne de sa vie, le 18 septembre 1663, à l'âge de 60 ans et fut canonisé par Clément XIII en 1766.
Il est depuis le saint patron des aviateurs !
D´après Nos Saints, par un Frère Mineur, p. 221-222.

Voir aussi:
http://missel.free.fr/Sanctoral/09/18.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_de_Cupertino
http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2009/09/18/index.html



Bienheureux Joseph Kut prêtre et martyr (+ 1942)
Prêtre polonais du diocèse de Poznan, curé de Goscieszyn, Joseph Kut fut arrêté lors de l'occupation de la Pologne par le IIIe Reich, puis déporté au camp de concentration de Dachau. Les conditions de détention l'exténuèrent. Les autorités nazies lui proposèrent alors la liberté, à condition qu'il renie sa foi et renonce au sacerdoce. Il refusa. Ses compagnons de captivité le virent mourir "comme un saint" des suites des mauvais traitements subis, un peu moins d'un an après son internement, à l'âge de 37 ans.
Il fait partie des cent huit martyrs de Pologne, victimes de la persécution nazie, béatifiés par Jean-Paul II à Varsovie, en 1999.



Bienheureux Martyrs espagnols martyrs (+ 1936)
Martyrs durant la persécution menée contre les prêtres et les religieux au cours de la guerre civile, en Espagne:
- près de Gandie, au pays de Valence, Ferdinand Garcia Sendra et Joseph Garcia Mas, prêtres
- à Montserrat en Catalogne, cinq membres du Tiers-Ordre de Saint-François
les bienheureux Ambroise (Sauveur Chulia Ferrandis) et Valentin (Vincent Jaunzaras Gomez, prêtres
François (Juste Lerma Martinez), Richard (Joseph Lopez Mora) et Modeste (Vincent Gay Zarzo), religieux
- à Ciudad Real en Nouvelle Castille, Charles Eraña Guruceta, religieux de la Société de Marie, arrêté par des miliciens et fusillé sans jugement.
Voir aussi les martyrs espagnols béatifiés par Jean-Paul II le 11 mars 2001.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/10140/Bienheureux-Martyrs-espagnols.html



Saint Océan martyr (3ème s.)
Martyr à Nicomédie, en Asie Mineure.
De sa vie nous ne connaissons rien de précis. Mais si grande était sa foi en Jésus-Christ qu'il affirma sa fidélité devant le tribunal romain au point d'accepter de mourir martyr pour ne pas le renier.



Sainte Richarde Impératrice et fondatrice d'Andlau (839-896)
Fille du comte d'Alsace, elle avait épousé Charles le Gros, roi des Francs de Rhénanie. En 881, soutenu par le Pape, Charles devint empereur d'Occident, roi de Germanie et roi de France. Bien qu'instruit et dévot, il permit aux Sarrasins de venir piller l'Italie, aux Normands de piller le nord de la France, la région parisienne et la Bourgogne. Il abandonna le pape Jean VIII qui l'appelait au secours et le pape fut, par cette faute, massacré à coups de marteau dans son palais du Latran. Tant et si bien que la Diète de 887 déposa Charles le Gros et son empire fut divisé en sept petits royaumes. Sainte Richarde n'était plus à ses côtés. Elle avait été répudiée, accusée injustement d'adultère pour avoir embrassé la croix pectorale de l'évêque de Verceil. Elle se retira en Alsace, à l'abbaye d'Andlau qu'elle avait naguère fondée et mourut quelques années plus tard. Le pape Léon IX, un alsacien, vint vénérer ses restes et la plaça sur les autels.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Richarde_de_Souabe



Saint Romylos (4ème s.)
Né en Bulgarie, à Binine, sur les bords du Danube, il s'enfuit en secret pour devenir moine dans la région de Tirnovo. C'est là qu'il rencontre saint Grégoire le Sinaïte venu du Mont Athos. Saint Romylos qui était d'une forte constitution s'acquittait des plus lourds travaux, restant patient et vivant la prière du coeur. Il prit alors le nom de Romylos. Devant l'invasion turque, il dut s'enfuir vers la Sainte Montagne de l'Athos. Lorsque les Turcs menacèrent l'Athos, il se rendit en Albanie puis à Ravanitsa en Serbie où son âme s'envola vers Dieu.



Saint Senier (6ème s.)
Evêque de Coutances et d'Avranches, il était originaire de cette région de Normandie. Il gouverna son diocèse avec une grande sollicitude. Des miracles accompagnaient sa prédication. Le monastère où il se retira pour ses dernières années devint un village et conserve son nom : 50300 Saint Senier sous Avranches.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Senier-sous-Avranches



Les Églises font mémoire…

Catholiques d’occident : Eustorge I (IVe s.), évêque de Milan (calendrier ambrosien)

Coptes et Éthiopiens (8 tut/maskaram) : Moïse (IIe mill. av. J.-C .), premier des prophètes (Église copte) ; Zacharie, père de Jean le Baptiste (Église éthiopienne)

Luthériens : Lambert, évêque et évangélisateur dans le Brabant ; August Gottlieb Spangenberg (+1792), évêque de la « Communauté des frères »

Maronites : Lucie (+304), martyre ; Fuite du Seigneur en Egypte

Orthodoxes et gréco-catholiques : Eumène le Thaumaturge (VIIe-VIIIe s.), évêque de Gortyne

Syro-occidentaux : Jacques de Salah (Ve s.), moine

Événements 


1640

 Prise de Turin par le comte d’Harcourt.

1794

 En France, séparation de l'Église et de l'État

1860
 Bataille de Castelfidardo, lors de laquelle les troupes de Cavour du royaume de Piémont-Sardaigne battent les troupes pontificales, sans intervention des troupes françaises de Rome.

 
1964

mariage de Constantin de Grèce et Anne-Marie de Danemark

Le roi Constantin et la reine Anne-Marie de Grèce célèbrent aujourd’hui leurs noces d’améthyste.

 

C’est le 18 septembre 1964 que le jeune roi Constantin de Grèce, fils du défunt roi Paul et de la reine Frederika de Grèce, née princesse de Hanovre épousait la princesse Anne-Marie de Grèce, fille du roi Frederik et de la reine Ingrid de Danemark, née princesse de Suède.

 

La jeune princesse venait de fêter quelques jours auparavant ses 18 ans.

 

Le mariage rassembla de très nombreux membres du Gotha et suscita la liesse populaire dans les rues d’Athènes.

 

 

La princesse Anne-Marie, Dagmar, Ingrid de Danemark 

 

fille cadette du roi Frederik IX de Danemark et de la reine Ingrid, née princesse de Suède.

 

Le 18 septembre 1964, elle épouse à l’âge de 18 ans le roi Constantin de Grèce, fils du défunt roi Paul et de la reine Frederika. Le marié a succédé à son père en mars 1964.

 

Tout le Gotha est présent pour ces grandes réjouissances qui ont eu lieu après que la reine Frederika ait décrété que le deuil serait de plus courte durée.  

 

La ravissante princesse danoise est la première des filles des souverains danois à convoler, avant ses soeurs la princesse héritière Margrethe et la princesse Benedikte.

 

C’est un couturier danois qui a réalisé sa robe, tout comme plus tard celles de ses soeurs quelques années plus tard. Son voile qui a appartenu à la princesse Margrethe de Suède, mère de la reine Ingrid de Danemark est retenu par le diadème dit du « Kédivhe » qui sera ensuite porté par toutes les princesses de Danemark et leurs filles. Anne-Marie et Constantin de Grèce ont eu cinq enfants :  Alexia, Paul, Nicolas, Théodora et Philippos.

 

Ils ont connu l’exil en 1967 et résident la plupart du temps en Grande-Bretagne, regagnant depuis les années 90 la Grèce où s’est d’ailleurs marié leur fils le prince Nicolas. Le roi et la reine de Grèce sont aujourd’hui grands-parents de 9 petits-enfants. 

 

1993

 Clotilde d’Orléans

C’est au Palais de Villamanrique près de Séville que la princesse Clotilde d’Orléans, Née le 4 décembre 1968 à Casablanca, fille aînée du prince Michel comte d'Évreuxle 25 juin 1941 à Rabat, Maroc

et de la princesse Béatrice Née le 24 octobre 1941 à Paris, a épousé le 26 juin 1993, Neuilly-sur-Seine et le mariage religieux célébré le 18 septembre 1993 à Villamanrique de la Condesa, province de Séville - EspagneEdouard Crépyle 19 janvier 1969 à Croix. Parents: Patrick Crépy & Marie-France Vandame

 


Un mariage qui a réuni de très nombreux membres de la Famille de France avec à leur tête la comtesse de Paris.

 

La mariée portait une création de Gianfranco Ferré pour la Maison Christian Dior.

 

Son voile était retenu par un diadème de diamants prêté par la comtesse de Paris.

 

 

Le couple a eu 5 enfants : Louis Nicolas, Charles Edouard, Gaspar, Augustin et Eleonore.

(Copyright photo : Hola)


1994

 Mafalda de Savoie-Aoste

Le 18 septembre 1994 à San Giusto Valdarno en Toscane, la princesse Mafalda de Savoie-Aoste, fille cadette du prince Amedeo de Savoie-Aoste et de la princesse Claude de France, petite-fille de la comtesse de Paris épousait don Alessandro Ruffo di Calabria, fils de don Fabrizio Ruffo di Calabria et de Maria Vaciago, neveu de la reine Paola. Le couple aujourd’hui divorcé, s’est séparé après quelques mois de mariage.

la princesse, remariée, est maman de trois enfants et don Alessandro a eu un fils Vittorio.


2004

Le 18 septembre 2004, à San Idelfonso de la Granja à Ségovie, Beltran Gomez-Acebo y Borbon, 3ème fils de l’Infante Pilar et de feu le duc de Badajoz épouse le mannequin espagnol Laura Ponte.

 

Le couple se fréquente depuis près de 8 ans mais a toujours été très discret. Beltran Gomez-Acebo a beau être le neveu du Roi d’Espagne, il a en effet horreur des mondanités et ses apparitions publiques se limitent aux événements à caractère familial.

 

 

2004

Eleonore de Yougoslavie

Scan11136

A Monaco, le 18 septembre 2004, le prince Serge de Yougoslavie, fils du prince Alexandre de Yougoslavie (fils du prince régent Paul de Yougoslavie et de la princesse Olga de Grèce) et de la princesse Maria Pia de Savoie (fille du roi Umberto et de la reine Marie José d’Italie, née princesse de Belgique) a épousé civilement Eléonore Rajneri.

 

La mariée portait des boucles d’oreilles créées par le prince Dimitri de Yougoslavie, frère aîné du prince Serge.

 

Parmi les invités se trouvaient notamment le cousin du marié le prince Emanuele Filiberto de Savoie et son épouse la princesse Clotilde.

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 23:00

Jean Jacques Marcel Guillaume

dit  

Jean-Jacques



comédien né le 5 août 1923 à La Louvière, dans le Hainaut, en Belgique

 décédé le 18 septembre 1994 à Paris à l'âge de 69 ans

 Il est inhumé au cimetière parisien de Bagneux (92).50ème division



Véritable star des scènes belges puis françaises, Jean-Jacques fut l'un des représentants les plus typés de cette comédie de boulevard qui fit le bonheur de plusieurs générations, et nous apparaît si singulièrement datée aujourd'hui.


fils d'un expert-comptable et de la pâtissière de l'avenue du Roi, avait débuté à l'âge de six ou sept ans dans des matinées enfantines («Nic et Nac», «Gribouille», «Cendrillon»), au théâtre royal des Galeries, avant d'assumer le rôle de Piccolo dans «L'Auberge du Cheval blanc», à l'Alhambra.


Outre des cours de déclamation à l'Académie des beaux-arts, sa véritable école dramatique sera celle de Max Péral, l'un de ses deux pères «spirituels», avec Lucien Fonson.


Ce dernier, qui codirige les Galeries avec Aimé Declercq, fait régulièrement appel à lui pour des rôles de jeune garçon, et Jean-Jacques se retrouve aussi bien partenaire de Jean Weber, dans «Lorenzaccio», que de Cécile Sorel, dans «La Mégère apprivoisée»


En mai 1940, Aimé Declercq lui offre son premier grand rôle dans sa pièce «L'envers vaut l'endroit» - dont la guerre ne permettra qu'une seule représentation.


Après la guerre, il fait sa rentrée au Vaudeville dans «Les Jours heureux», de Claude-André Puget, mais c'est «J'ai dix-sept ans» qui le lance véritablement.


C'est l'époque du «Thé-théâtre», ces matinées imaginées par Fonson et Declercq, où les spectateurs dégustent boisson et petits fours pendant le spectacle.


Des Galeries au Vaudeville, Jean-Jacques crée les pièces de Louis Verneuil et de Marcel Achard, saute de revues en cabaret, du «Mariage de Mademoiselle Beulemans» en «Topaze».


Il est aussi le premier interprète en Belgique, dès 1946, des pièces de Jean de Létraz qui faisaient alors fureur à Paris: qui se souvient encore aujourd'hui de ces «Moumou», «On demande un ménage», «Vive la liberté!» et autre «Femmes de Loth»?


En 1949, Létraz l'appelle au Palais-Royal, qu'il dirige, et écrit désormais ses pièces pour lui - une par saison, six ans durant.


Installé à Paris, Jean-Jacques joue tour à tour aux Capucines, à la Potinière, à la Renaissance, à l'Édouard VII, aux Ambassadeurs, au théâtre des Arts, à l'Européen, au théâtre Hébertot, au théâtre Fontaine, au Montparnasse, aux Variétés, voire à Bobino...


Il est, pendant de longues années, l'un des acteurs fétiches d'un répertoire comique composé de «Doux dingues» et de «Dames aux chapeaux verts», qui met «La puce à l'oreille» de «La Dame de chez Maxim's», qui rit au «Saut du lit» de «La Cage aux folles»


Créateur, avec Marpessa Down, de la célèbre «Chérie noire», il jouera la pièce plusieurs centaines de fois, huit ans durant, successivement au théâtre Michel, aux Bouffes-Parisiens, aux Capucines, au théâtre des Nouveautés, puis à la télévision, et en Belgique.


Il opérera ainsi, de temps à autre, quelques retours au pays, défendant «La Revue», «Trésor», «Bichon», «Un sale égoïste», «Le Tombeur», «La Claque»...


En TV, il opérera «Au théâtre ce soir», dans des dramatiques et des émissions telles «Eh bien, raconte», «L'inconnu de 19 h 45», «Les jeux de 20 heures» ou «Les grosses têtes»

Mais Jean-Jacques était, avant et par-dessus tout, un impénitent «fou de théâtre», qui rêvait de jouer un jour «Hamlet», ou «Le Maître de forges»: Évidemment, il suffit que je me regarde dans une glace..., disait celui qui racontait volontiers en ces termes sa rencontre avec... Ionesco: «Maître, lui dis-je, j'adore ce que vous faites, mais, entre nous, il y a des choses dans votre théâtre que je ne comprends pas très bien.» Ionesco m'a regardé très sérieusement, s'est penché vers moi et m'a dit: «Moi non plus!»

Filmographie

Cinéma

Télévision

Au théâtre ce soir 

Théâtre


Repost 0
Published by Il était une Foi - dans CALENDRIER
commenter cet article
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 23:00
96 

 Domitien

empereur romain

1180

 Louis VII le Jeune

 ou Louis le Pieux

 

1er août 1137 
Il est le fils de Louis VI, dit Louis le Gros, roi des Francs, et d’Adèle de Savoie

Cliquez pour en savoir plus

roi des Francs (1er août 1137 - 18 septembre 1180)

duc d'Aquitaine (1137-1152)

Louis (Capétiens)

Sixième souverain de la dynastie des Capétiens directs



(aujourd'hui Fontaine-le-Port, département de Seine-et-Marne-77) qu'il avait fondée. 

King Louis VII

Parents

 


Hémiplégique, Louis VII délégua le pouvoir à son fils Philippe le 1er novembre 1179.

1639

Louis de Nogaret
Commandeur de l'ordre du Saint-Esprit (1633)
Commandeur de l'ordre de Saint-Michel (1633)


Abbé de Saint-Sernin, de Saint-Victor de Marseille

Archevêque de Toulouse (26 août 1613-1628)

Cardinal (1621)

Né en février 1593 à Angoulême, 16
Baptisé le 7 février 1593 à Angoulême, 16

Décédé le 18 septembre 1639 à Rivoli (Italie) à l'âge de 46 ans
Inhumé le 3 novembre 1639 en l' église de l'abbaye de St Sernin à Toulouse (chapelle St Exupère)


Parents


Louis II de Nogaret de La Valette, troisième fils de Jean-Louis, duc d'Epernon, et de Marguerite de Foix, comtesse de Candale, abbé de Saint-Sernin, de Saint-Victor de Marseille, de Saint-Mélaine de Rennes, de la Grasse, de Berdoues, de Saint-Vincent de Metz, et du Gard, prieur de Saint-Martin des Champs, fut pourvu, en 1599, à l'âge de six ans de l'abbaye de Grandselve, et s'en démit en 1612, au profit de François de Joyeuse, qui lui céda, en échange, l'archevêché de Toulouse.

Louis II de Nogaret de La Valette, troisième fils de Jean-Louis, duc d'Epernon, et de Marguerite de Foix, comtesse de Candale, abbé de Saint-Sernin, de Saint-Victor de Marseille, de Saint-Mélaine de Rennes, de la Grasse, de Berdoues, de Saint-Vincent de Metz, et du Gard, prieur de Saint-Martin des Champs, fut pourvu, en 1599, à l'âge de six ans de l'abbaye de Grandselve, et s'en démit en 1612, au profit de François de Joyeuse, qui lui céda, en échange, l'archevêché de Toulouse.

 

Sur sa mort : ..."la maladie dont est mort Monseigneur le cardinal de la Vallette ce XXVIII septembre 1639 à six heures du matin, a esté une fiebvre maligne continue double tierce qui depuis le septiesme a esté accompagnée de symptomes céphaliques, assoupissemens, rêveries, mouvements convulsifs, desquels la principale cause a esté reconnue l'inflammation du cerveau causée par le transport de l'humeur bilieuse mélancholique et des sérosités enflammés et malignes, qui n'a pas pu estre empesché par tous les puissans remèdes qui y ont esté emplyés, ces accidents ayant duré jusques au XVII de la fièbvre où il est mort, avec des syncopes fréquentes, qui l'ont souvent repris depuis le XV jusques à la fin - faict à Rivole ce XXVIII de septembre 1639.."...


 

  • Conseiller-né au Parlement de Toulouse comme archevêque de Toulouse (1614-1628),
  • Conseiller-né au Parlement de Toulouse comme abbé de Saint-Sernin.


1872

 Charles XV de Suède

 roi de Suède et de Norvège

 

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 23:00
53 
Trajan
empereur romain.
1539 
Fichier:Louis Henriette.jpg
noble italo-français, duc de Nevers et de Rethel († 23 octobre 1595, 56 ans).

Armoiries pontificales de Grégoire XVI

{{{légende}}}

pape.
1803 
Jacques Laval.jpg
missionnaire français.
1923

Anne de Bourbon-Parme

reine de Roumanie

 

La princesse Anna, Maria, Antonie, Françoise, Zita, Marguerite de Bourbon-Parme voit le jour le 18 septembre 1923 à Paris.

 

Elle est le deuxième enfant du prince René de Bourbon-Parme, 19ème enfant du duc Robert de Parme et de sa seconde épouse l’Infante Maria Antonia de Portugal, et de la princesse Margarethe de Danemark, fille du prince Valdemar de Danemark et de la princesse Marie d’Orléans.

 

La princesse a un frère aîné le prince Jacques né à Longwy en 1922.

 

La famille se complète avec les naissances du prince Michel en 1926 et le prince André en 1928.


La princesse Anne grandit en France jusqu’à la Deuxième Guerre Mondiale lorsque sa famille est contrainte de fuir l’arrivée des troupes allemandes.

 

Ils s’établissent temporairement en Espagne, puis au Portugal avant de gagner les Etats-Unis.

 

La princesse suit des cours de design à New York et travaille quelques mois dans le grand magasin Macy’s.


Courant de l’année 1943, la princesse retourne en France où elle intègre l’armée française.

 

Elle sera successivement basée au Maroc, en Algérie, en Italie et au Luxembourg, se chargeant principalement de conduire des ambulances.

 

A la fin de la guerre, la princesse Anne se voit remettre la Croix de Guerre de la part de la France.

 

Le 9 juin 1947, elle assiste au marriage de son frère aîné le prince Jacques qui épouse à Ledreborg au Danemark la comtesse Birgitte af Holsetin-Ledreborg.Quelques semaines plus tard, la vie de la princesse Anne de Bourbon-Parme va basculer.

Elle rencontre en effet le roi Michel de Roumanie de passage à Londres pour assister au mariage de la princesse Elizabeth et de Philip Mountbatten. Ils sympathisent rapidement lors d’une soirée à l’ambassade du grand-duché de Luxembourg. Ils visitent la capitale britannique toujours entourés de membres de leurs familles. A la fin de ce séjour londonien, le roi Michel propose à la princesse Anne de la prendre à bord d’un avion qu’il va piloter jusqu’à Lausanne pour ramener sa tante la duchesse d’Aoste. Anne de Bourbon-Parme accepte. Quelques jours plus tard, le roi Michel, fils du roi Carol et de la reine Hélène de Roumanie, née princesse de Grèce, lui demande sa main.

Mais la situation politique en Roumanie est extrêmement delicate. L’heure n’est pas aux réjouissances et certainement pas à l’annonce d’un futur mariage du souverain. L’étau communiste se resserre sur le jeune souverain qui est contraint de quitter son pays le 3 janvier 1948. Ce sont des moments d’extrême tension mais aussi des moments d’incertitude puisque la princesse Anne est sans nouvelle de son fiancé. Les fiancés se retrouvent finalement fin janvier en Suisse.

Va alors débuter une autre “bataille”, celle de leur union religieuse. Le roi Michel est orthodoxe et la princesse Anne est catholique. Malgré les interventions de la duchesse d’Aoste et de la reine Hélène de Roumanie, le Vatican ne donnera pas son autorisation. La famille de Bourbon-Parme bien qu’acceptant le mariage, n’y assiste pas. Les noces sont célébrées le 10 juin 1948 dans la salle du trône du Palais royal d’Athènes à l’invitation du roi Paul et de la reine Frederika de Grèce. La princesse Anne qui porte un diadème de diamants appartenant à sa belle-mère la reine Hélène, devient reine de Roumanie.

Dans un premier temps, Michel et Anne de Roumanie s’installent chez la reine Hélène à Florence. Le 26 mars 1949, le couple royal accueille son premier enfant la princesse Margareta, en hommage à la mere de la reine Anne, la princesse Margrethe de Danemark, princesse de Bourbon-Parme. Le roi et la reine de Roumanie s’isntallent en Suisse à Lausanne où naissent leurs deux autres filles les princesses Elena et Irina en 1950 et 1953. La famille s’établit ensuite dans le Hampshire en Grande-Bretagne. La princesse héritière Margareta expliquera des années plus tard que leur vie de famille était très simple, le roi travaillant pour faire vivre les siens, d’où le contraste lorsque la famille était conviée à passer des séjours à Balmoral en Ecosse chez la reine Elizabeth.

Le 28 octobre 1957, la reine Anne met au monde sa quatrième fille la princesse Sophie qui voit le jour à Tatoi en Grèce. Le couple aura son dernier enfant en 1964, la princesse Marie née à Hellerup au Danemark. La famille est établie depuis le milieu des années 50 à Versoix près de Genève. Le roi travaille dans l’aéronautique.

Le roi Michel et la reine Anne apparentés à la plupart des familles royales, assistent à tous les grands événements du Gotha. Le 30 juillet 1962, la reine Anne perd son père le prince René de Bourbon-Parme qui décède à Hellerup au Danemark. Deux ans plus tard, son frère aîné le prince Jacques décède à l’âge de 42 ans à Roskilde au Danemark. Il était marié à la comtesse Birgitte af Holstein-Ledreborg.

Le roi Michel toujours fidèlement soutenu par la reine Anne, suit la situation politique de son pays avec attention mais le joug communiste ne laisse pas beaucoup d’espoir ni de marge de manoeuvre. Face à un souverain qui a toujours donné l’image d’une personne mélancolique, marquée par la dureté de l’Histoire, la reine Anne a toujours affiché une grande force tranquille, beaucoup de serenité et ce sourire discret mais chaleureux, toujours près de son époux.

Le 28 novembre 1982, la reine Hélène de Roumanie, née princesse de Grèce décède à Lausanne. Elle avait toujours été très proche de son fils unique le roi Michel.

L’année 1983 voit le mariage de deux princesses de Roumanie. La princesse Elena, deuxième fille du couple royal épouse à Lausanne Robin Medforth-Mills. En décembre de la même année, la princesse Irina se marie à son tour avec John Kreuger. La reine Anne deviendra grand-mère à cinq reprises.

En 1992, la reine Anne foule pour la première fois le sol rouamin. L’accueil réservé au roi Michel est extrêment enthousiaste et chaleureux. Les autorités roumaines n’acceptont plus pendant 5 ans que le couple royal revienne en Roumanie. Leur fille la princesse Margareta poursuit quant à elle ses visites et développe de nombreux projets par le biais de sa fondation. Sa mère la princesse Margrethe de Danemark décède le 18 septembre 1992 à Brodrehoj à l’âge de 96 ans.

Eté 1995, la famille royale est réunie à New York pour assister au mariage de la princesse Marie avec Casimir Mystkowski, d’origine polonaise.

Fin des années 90, le nouveau gouvernement permet au roi de récupérer des propriétés et des terrains privés comme le domaine de Pelesh et le château de Savarsin. En tant qu’ancien chef d’Etat, le palais Elisabeta de Bucarest est mis à sa disposition. Depuis, la reine Anne et le roi Michel résident la plupart de l’année en Roumanie.

La reine Anne personnalité toujours discrète et bienveillante, assiste au début de l’idylle entre sa fille aînée la princesse Margareta et le comédien-dramaturge Radu Duda. La princesse et Radu Duda ne cessent de se croiser lors de diféfrents événements en France ou en Roumanie. La reine Anne déclarera un moment à sa fille, s’il n’était pas temps de se rendre à l’évidence… La reine sera la première confidente de la princesse héritière. Le mariage est célèbre à Lausanne le 21 septembre 1996. La princesse porte la même robe de mariée que sa mère 48 ans plus tôt à Athènes.

Plusieurs grands événements ont marqué ces dernières années pour la reine Anne : des festivités réunissant tout le Gotha en 2008 pour ses 60 ans de mariage, les 90 ans du roi Michel, invité notamment par les autorités à s’exprimer au Parlement à Bucarest.

La reine a diminué ses appartions publiques, laissant le flambeau à sa fille la princesse Margareta, son gendre le prince Radu et son petit-fils le prince Nicolas (fils de la princesse Elena) qui passe des périodes de plus en plus régulières en Roumanie, à la rencontre de la population et des traditions.

La reine qui fêtera le 18 septembre 2013 ses 90 ans, semble désormais cultiver avant tout une vie de famille au calme entre Bucarest, la Suisse et le château de Savarsin. Fidèle compagne de route du roi Michel de Roumanie depuis presque 65 ans, la reine Anne a toujours veillé à développer un noyau familial soudé, qui a ainsi pu faire face aux bouleversements de l’Histoire jusqu’à aujourd’hui .

Anne de Bourbon

Principessa di Borbone Parma

Parents

1940

Christiana zu Löwenstein-Wertheim-Rosenberg

Prinzessin zu Löwenstein-Wertheim-Rosenberg
(Christiana Maria Josefine Aloisia Consolata Immaculata Theresia Antonia Johanna Carla Conrada Rita zu Löwenstein-Wertheim-Rosenberg)

Parents

1949

Louis-Jean de Nicolaÿ

Cousin de Jean d'Orléans
Courtier en Assurances
Adjoint au Maire du Lude
Elu au Conseil Général le 10 mars 1985

Parents

1954

Ernest Lux

(Ernst Helmut Klaus Lux)
Cousin d'Henri d'Orléans

1967

Axel di Borbone

Parents

1968

http://www.bwgreyscale.com/edits02/naturalbornwoman_bwgbdmm01.JPG

Diane de Mac-Mahon

(Diane Marguerite Marie de Mac-Mahon)

Parents

1975

María Zurita y de Borbón

(María Sofía Emilia Carmen Zurita y de Borbón)

Parents


1977

Julia d'Orléans e Bragança

Parents


Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 23:01

Le 17 septembre est le 260ejour de l'année

(261e en cas d'année bissextile) du calendrier grégorien


Il reste 105 jours avant la fin de l'année


C'était le jour de la vertu dans le calendrier républicain

Astrologie 

Célébrations


Martyrologe pour le dix-septième jour de septembre

 

Listen_to


Au diocèse de Mayence, en 1179, la naissance au ciel de sainte  

 

Hildegarde de Bingen, abbesse.

 

Versée dans la science spirituelle, mais aussi dans les sciences

 

naturelles et médicales, elle est restée célèbre par ses écrits surprenants

 

et ses compositions musicales.

 

Sainte Hildegarde de Bingen Abbesse bénédictine à Bingen (+ 1179)

Sant_Ildegarda_di_Bingen_H.jpg

Elle était d'une noble famille germanique. Très jeune, on la confie au couvent de Disibodenberg, un monastère double, sur les bords du Rhin, où moines et moniales chantent la louange divine en des bâtiments mitoyens. Devenue abbesse, elle s'en va fonder une autre communauté à Bingen puis une à Eibingen. Elle voyage, va où on l'appelle, prêche dans les cathédrales et les couvents, correspond avec toutes les têtes couronnées, les pontifes de son temps, saint Bernard et bien d'autres. Elle plaide pour une réforme radicale de l'Eglise. Depuis sa petite enfance, elle est favorisée de visions exceptionnelles. Par obéissance, elle les couchera sur le papier. Ses récits apocalyptiques (au sens littéral de dévoilement des fins dernières) donnent de l'univers une vision étonnante de modernité où la science actuelle peut se reconnaître (création continue, énergie cachée dans la matière, magnétisme) mais qui peut aussi apaiser la soif actuelle de nos contemporains tentés par le "Nouvel Age". ("Le monde ne reste jamais dans un seul état", écrit-elle.) L'essentiel de sa pensée réside dans le combat entre le Christ et le prince de ce monde, au coeur d'un cosmos conçu comme une symphonie invisible. Dante lui emprunta sa vision de la Trinité.

"Cette multitude des anges a une raison d’être qui est liée à Dieu plus qu’à l’homme et elle n’apparaît aux hommes que rarement. Certains anges, cependant, qui sont au service des hommes, se révèlent par des signes, quand il plaît à Dieu."
Sainte Hildegarde - Le livre des œuvres divines
hvb.jpg

Autre biographie:
En 1179, décède au monastère de Rupertsberg, près de Bingen, Hildegarde, moniale et visionnaire.
Née quatre-vingt-un ans auparavant à Bermersheim, en Rhénanie, Hildegarde fut confiée à l’âge de huit ans à Jutta de Sponheim, une anachorète rattachée au monastère des bénédictines de Disibodenberg. Autour de ces deux femmes la communauté se développa, et, à la mort de Jutta, Hildegarde en assuma la responsabilité.
De son extrême sensibilité et de sa santé fragile elle sut tirer des trésors pour comprendre les secrets de la nature en ses forces physiques et biologiques, et pour affiner son art de la pharmacologie et de la médecine au bénéfice beaucoup.
Femme hors du commun, lectrice assidue des Écritures qu’elle ne cessait de méditer, elle alla jusqu’à prêcher l’Évangile au cours de ses voyages, près d’un siècle avant François d’Assise, ne faisant que suivre la voix intérieure qui la poussait à le faire ; elle promut le renouvellement spirituel du monachisme de son temps et fut toujours disponible à servir promptement les malades en apaisant leurs souffrances.
Dans toutes ces activités, Hildegarde ne délaissa jamais ses filles spirituelles : elle continua jusqu’au bout à suivre, une à une, toutes les moniales des monastères qu’elle avait fondés ; elle s’y appliqua avec une douceur et une sensibilité qui égalaient la force et la fermeté dont elle avait fait preuve dans ses admonitions et ses conseils aux puissants de son époque.
Sur l’injonction de Bernard de Clairvaux, Hildegarde mit par écrit le fruit de sa contemplation du monde, tel qu’elle l’avait conçu dans ses visions, laissant à la postérité au moins un peu de la sagesse dont elle avait vécu et à laquelle elle avait donné corps dans son long cheminement humain et monsatique.

Lecture

Ô feu de l’Esprit Paraclet, vie de la vie de toute créature, tu es saint, toi qui vivifies l’aspect des choses. Tu es saint, toi qui couvres de ton baume les fractures douloureuses, et saint toi qui bandes les plaies gangrenées.
Souffle de sainteté, feu d’amour, saveur de miel dans les cœurs et rafraîchissante rosée de nos âmes, parfum des vertus.
Fontaine d’infinie pureté où Dieu se laisse voir, soucieux de rassembler les étrangers et de chercher les égarés.
Protecteur de la vie, espérance de l’union de tous les hommes, creuset de la beauté, sauve tes créatures !
Par ta grâce courent les nuages, plane l’air, tandis que les pierres se couvrent d’humidité, que les eaux deviennent des ruisseaux et que la terre transpire la sève qui monte en toute végétation.
C’est toi encore qui ne cesses de guider les savants et qui les combles de joie quand tu leur inspires la connaissance.
Louange à toi, qui fais retentir la louange et facilites joyeusement la route : à toi l’espérance, l’honneur et la force.
Louange à toi qui nous donnes la lumière.
(Hildegarde de Bingen, Ô feu de l’Esprit Paraclet)

Prière

Dieu de miséricorde, qui as donné à ta servante Hildegarde la grâce de te servir d’un cœur unifié et de t’aimer par-dessus toute chose : fais que, après avoir renouvelé par ce sacrement notre communion avec toi, nous renoncions à tout ce qui nous entrave dans notre suite du Christ et qu’en croissant de gloire en gloire nous te ressemblions.
410px-Hildegard.jpg

 

 

A Rome en 1621, le retour à Dieu de saint Robert Bellarmin. Né en Toscane et entré tout jeune dans la Compagnie de Jésus, il y occupa des charges importantes avant d'être créé cardinal et nommé évêque de Capoue. Il reçut ensuite la charge de bibliothécaire du Vatican. Saint Robert Bellarmin est docteur de l'Église.

 

Saint Robert Bellarmin Jésuite, Docteur de l'Eglise (+ 1621)

San_Roberto_Bellarmino_D.jpg

Il était originaire de Montepulciano en Toscane. Neveu du pape Marcel II, il vient à Rome, entre chez les Jésuites et enseigne avec éclat au Collège romain pendant onze ans. Nommé cardinal, il fut quelque temps archevêque de Capoue, puis passa le reste de sa vie à superviser les Congrégations (services) romaines. Le roi d'Espagne s'opposa à ce qu'il devint pape. Il resta un homme simple, courtois, et brillant dans les sciences ecclésiastiques. Galilée n'eût jamais été condamné si on avait accepté d'écouter notre saint jésuite.
Décédé le 17 septembre 1621. Saint-Robert Bellarmin est le patron des avocats de droit canon et des catéchumènes.
Cannonisé par le pape Pie XI en 1930 qui le déclara Docteur de l'Eglise l'année suivante.
im_St-Robert-Bellarmin.jpg

Voir aussi:
http://www.magnificat.ca/cal/fran/05-13.htm#bellarmin
http://missel.free.fr/Sanctoral/09/17.php
http://jesusmarie.free.fr/robert_bellarmin.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Bellarmin

 

 

En Belgique et au Luxembourg, mémoire de saint Lambert, évêque de Maastricht. Il exerça un grand rayonnement dans la région, et fut assassiné en 705 dans un endroit qui fut le noyau de la ville de Liège et où on l'honora comme martyr.

 

Saint Lambert de Tongres Evêque de Tongres et martyr (+ 708)

San_Lamberto_di_Maastricht_A.jpg

Il naquit à Maestricht en Hollande. Après avoir brillé sur les champs de bataille, il fut évêque de Maestricht, de 668 à sa mort. Sauf un intermède où l'hostilité d'Ebroïn, maire du palais, le força de se retirer à l'abbaye de Stavelot en Belgique où il vécut sept ans, aussi humble et fervent qu'un novice. On raconte cet épisode : une nuit d'hiver, alors que les religieux priaient dans le choeur, notre évêque renversa un banc, dont la chûte dérangea la communauté. Dans l'obscurité, l'abbé ordonna au coupable d'aller prier, nu-pieds, dehors, devant la croix du parvis. Les moines chantèrent les longues matines, puis se rendirent au chauffoir avant de regagner leur lit. On remarqua l'absence de l'évêque. L'abbé l'envoya chercher et l'on vit entrer Lambert, couvert de neige, qui avait prié deux heures durant, agenouillé dehors. L'abbé s'excusa :"C'est à moi de vous remercier, lui dit saint Lambert d'un air joyeux. Vous m'avez permis, comme le veut saint Paul, de servir Dieu dans la nudité et la froidure." (2 Corinthiens 11. 27) Saint Lambert regagna Maestricht à la mort d'Ebroïn et il connut une fin tragique, assassiné par des amateurs de biens d'Eglise, empêchant son escorte de répandre le sang pour le défendre. Son tombeau devint un lieu de pèlerinage et le hameau grandit jusqu'à devenir la ville de Liège. 140 églises portent son nom en Belgique.
250px-St-Lambert-Li%C3%A8ge.jpg

Martyre de saint Lambert

Voir aussi:
http://www.magnificat.ca/cal/fran/09-17.htm#lambert
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lambert_de_Maastricht
http://www3.provincedeliege.be/saintlambert/
http://www.tresordeliege.be/newsite/fr/documents/stlambert-1.html
http://perso.infonie.be/liege06/02deux01.htm#1

 

 

En 853, la naissance au ciel de sainte Colombe de Cordoue, moniale, décapitée par les Arabes pour son refus de renier le Christ

 

Sainte Colombe de Cordoue (+ 853)
Moniale à Tabane, à deux lieues de Cordoue, elle fut chassée de son monastère par les Maures et se réfugia dans Cordoue.


Reconnue comme chrétienne et refusant de devenir musulmane elle fut décapitée.

 

Au viie siècle, saint Rouin, fondateur et premier abbé du monastère appelé par la suite Beaulieu, dans le diocèse de Verdun.

 

Saint Rouin abbé (8ème s.) ou Roding.
Moine irlandais, fondateur et premier abbé du monastère de Beaulieu dans le diocèse de Verdun. L'abbaye fut rattachée à Cluny au 12ème siècle.

 

Vers 1104, saint Renaud. D'abord chanoine régulier à Soissons, puis disciple de Robert d'Arbrissel, il se fit ensuite ermite près de La Flèche.

 

Saint Renaud Solitaire dans la forêt de Craon (+ 1104)
Renaud ou Régnault, d'abord chanoine régulier à Soissons, puis disciple de Robert d'Arbrissel, il choisit la vie érémitique. Il devint ensuite ermite dans la forêt de Craon en Mayenne puis dans celle de Mélinais dans la Sarthe.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Renaud

 

En Espagne, l'an 1485, le martyre de saint Pierre d'Arbuès (Arbouèss), chanoine régulier, assassiné dans la cathédrale de Saragosse, en haine de la vérité qu'il proclamait.

 

Saint Pierre d'Arbues Inquisiteur des marranes en Aragon, martyr (+ 1485)

PeterArbues.jpg

Chanoine régulier de Saint Augustin à Saragosse, il accepta de travailler avec le Grand Inquisiteur Thomas de Torquemada. Il visita les prisons, se trouvait au pied des bûchers pour aider les relaps et les apostats à retrouver le chemin de l'Eglise. Mais il estimait que l'exemple était plus efficace et il pratiquait une pauvreté volontaire et une très grande humilité. Il fut assassiné dans la cathédrale de Saragosse, en haine de la vérité qu'il proclamait et dont il vivait.
Martirio_de_San_Pedro_Arbu%C3%A9s_-_Fran

Le martyre de Saint Pedro de Arbués, eau-forte de Franceso Cecchini

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pedro_de_Arbu%C3%A9s

 

 

En Cochinchine, le bienheureux Emmanuel Trieu, fils de mandarin. Devenu prêtre catholique, il fut martyrisé en 1798.


 

 

Et encore ailleurs, beaucoup d'autres saints et bienheureux.

 

Saints chrétiens 

Saints catholiques[1] et orthodoxes[2] du jour
Saints catholiques[1] du jour
Saints orthodoxes[2] du jour
Saint Lubin de Chartres Evêque de Chartres (+ 556)
621px-Buste_saint_lubin.jpg

Originaire de Poitiers, ce paysan devint moine à l'abbaye de Ligugé, puis il fut l'un des plus célèbres évêques de Chartres. Par ses prières, il sauva la ville de Paris d'un horrible incendie. Il y vint d'ailleurs en 551 pour le second concile de Paris. Nous y avons sa souscription.
"Selon sa biographie qui fut très légendaire au Moyen Age, il fut moine et abbé de Brou(*) avant de gouverner l'Eglise de Chartres avec zèle et piété."
Saint Lubin, évêque de Chartres, est au calendrier liturgique de ce diocèse au 17 septembre en tant que mémoire.

(*) Un internaute nous signale:
"il s'agit de Brou (monastère St.Romain) en Eure-et-Loir"
200px-Statue_st-lubin.JPG

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lubin_de_Chartres



Saint Albert de Castro (+ 1214)
Entré jeune dans une congrégation de Chanoines réguliers, il en fut élu prieur. Ce qui ne dura que trois ans, étant nommé évêque de Verceil en Italie. Il gouverna cette Eglise pendant vingt années, instruisant son peuple, aidant à la réforme de son clergé, ornant son diocèse d'édifices religieux tout en le débarrassant des dettes de son prédécesseur. Sa prudence, son habileté, sa pénétration d'esprit le firent choisir comme médiateur entre le pape et l'empereur Frédéric Barberousse. Le pape Innocent III le transféra en 1204 au siège patriarcal latin de Jérusalem avec le titre de légat apostolique en Palestine pour quatre ans. Les ermites du Mont Carmel lui demandèrent une Règle écrite, ce qu'il fit en 1209 de telle sorte qu'il peut être considéré comme étant à l'origine de l'Ordre des Carmes. Il fut assassiné par un habitant d'Ivréa en Piémont qui le poignarda au milieu d'une procession à Saint Jean d'Acre.
Sa fête commença à être célébrée par les Carmes en 1504 et fut fixée au 8 Avril. Abandonnée en 1574, elle fut reprise en 1609. Actuellement on la commémore le 17 Septembre.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Avogadro



Sainte Agathoclie Esclave chrétienne au service d’un maitresse païenne (période inconnue)
Servante d'une femme infidéle, qui l'a longtemps affligée de coups et d'autres supplices pour lui faire renier le Christ. Par aprés, elle fut traduite en justice et traitée plus cruellement encore. Comme elle continua à confesser sa foi, elle eut la langue coupée et fut livrée au feu. Elle était probablement d'origine grecque, bien que plus tard on la dît Espagnole, peut-être parce qu'elle était la sainte patronne de Mequinza dans l'aragon.



Sainte Ariadne (+ vers 130)
Esclave chrétienne au service d’un prince phrygien. Pour éviter d’avoir à participer à une fête païenne donnée en l’honneur de son maître, elle s’enfuit de la maison. Selon la légende, elle aurait trouvé refuge au sein d’un rocher qui se serait ouvert pour lui laisser le passage. On ne l’a jamais revue et elle est présumée avoir trouvé la mort dans ce rocher, gagnant ainsi le titre de martyr.




Saint Emmanuel Nguyen Van Trieu prêtre et martyr (+ 1798)
Prêtre et martyr, sous le gouvernement du grand mandarin Canh Thinh. Né au Vietnam de parents chrétiens, il fut tout d'abord militaire, puis se fit ordonner prêtre à Pong-king et travailla avec les Pères des Misions Étrangères de Paris, les MEP. Lors d'une visite à sa mère, il fut arrêté et décapité à Hué en Annam.
Canonisé en 1988
Martyrs du Vietnam (+1745-1862) site du Vatican
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_19880619_martiri_vietnam_fr.html
Voir aussi sur le site des Missions Etrangères de Paris
http://www.mepasie.org/



Saint Flaceau (8ème s.)
Directeur spirituel des religieuses de Sainte Scholastique du Mans, il fut honoré comme un saint au lendemain de sa mort. Les habitants se souviennent de lui car une rue y porte son nom.



Saint Floscel (+ 257)
Il vivait à Autun, alors importante cité impériale. Il avait douze ans et courait soutenir les chrétiens pour les affermir dans la foi. Il fut arrêté. On lui perça les mains et la langue, puis on le dépouilla de ses vêtements pour l'humilier devant ses camarades et ses amis. Puis il fut décapité. Ses reliques furent apportées à Beaune où son culte fut célèbre.



Saint Floscel martyr (4ème s.)
ou Floxel
"L'un des plus anciens témoignages de l'implantation du christianisme dans le Cotentin est le culte de saint Floscel. Près de Montebourg, une église lui est dédiée. Autour de cette église, une vaste nécropole paléochrétienne, qui atteste que, dès le début de l'époque franque - Ve siècle - les fidèles se sont fait enterrer autour du corps du martyr."
(source: diocèse de Coutances et Avranches - calendrier diocésain)
http://catholique-coutances.cef.fr/communication/local/calendriersaints.php

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Floxel



Saint François-Marie Camporosso frère capucin (+ 1866)
Jean (Giovanni) de Camporosso.
Né à Camporosso en 1804, d'abord jeune berger à Vintimille, près de Monaco, il entra chez les capucins et prit le nom de François-Marie (Francesco Maria). Il répandit la joie franciscaine dans les quartiers populaires de Gênes. Il mourut atteint par le choléra qu'il avait contracté auprès des victimes qu'il soignait avec grande charité.
Béatifié en 1929, canonisé en 1962 par Jean XXIII.
A lire aussi sur le site de l'abbaye Saint-Benoît.
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/hagiographie/fiches/f0117.htm



Bienheureux Jean Ventura Solsona et Timothée Valero Perez prêtres et martyrs (+ 1936)
Jean Ventura Solsona, prêtre martyr à Castillo de Villamalefa en Castille et, à Madrid, Timothée Valero Perez, prêtre du Tiers-Ordre de Saint-François, martyrs dans la persécution déchaînée au cours de la guerre civile espagnole.
Voir aussi les martyrs espagnols béatifiés par Jean-Paul II le 11 mars 2001.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/10140/Bienheureux-Martyrs-espagnols.html
Hildegarde recevant l'inspiration divine, manuscrit médiéval
Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hildegarde_de_Bingen
http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Hildegarde/table.html
http://www.vlamarlere.com/article-18443551.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_Sainte-Hildegarde_d%27Eibingen




Saint Satyre (+ v. 377)
359px-Ambrose.jpg

Saint Ambroise entre saint Gervais et saint Protais, saint Satyre et sainte Marcelline, chartreuse de Pavie

Ses mérites insignes sont rappelés par saint Ambroise, son frère. Il n’était pas encore initié aux sacrements du Christ, lorsqu’il fit naufrage. Il ne craignit pas la mort, mais plutôt de quitter cette vie sans être baptisé. Sauvé des eaux, il demanda d’entrer dans l’Église de Dieu. Il fut uni d’une charité intime et mutuelle à son frère Ambroise, qui l’ensevelit près du martyr saint Victor.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Ambroise



Bienheureux Sigismond Félix Felinski évêque,
fondateur des Soeurs franciscaines de la famille de Marie (+ 1895)
Zygmunt Szczęsny Feliński. Évêque de Varsovie, qui travailla, au milieu de grandes épreuves, pour la liberté et la restauration de l’Église. Zygmunt Szczesny est né en 1822 à Wojutyn en Volynie, ville polonaise sous domination russe, faisant actuellement partie de l'Ukraine. En 1838, sa mère est exilée en Sibérie à cause de ses activités patriotiques qui consistaient à travailler à l'amélioration sociale et économique des paysans. Il étudia les mathématiques à l'université de Moscou, puis se rend à Paris où il étudie la littérature française à la Sorbonne et au Collège de France. Entre temps, il participe à la révolte de Poznam de 1848 qui échoue. Revenu en Russie, il entre au séminaire diocésain de Zytomierz (Jitomir), puis à l'Académie Catholique de Saint-Pétersbourg. Il est ordonné prêtre en 1855. En 1857, il fonde la Congrégation des Sœurs Franciscaines de la Famille de Marie. Nommé archevêque de Varsovie, il n'exercera son ministère que 16 mois car Varsovie est dominée par les Russes qui pratiquent une politique de russification et d'
'orthodoxisation’ intense, alors qu'ils viennent d'écraser brutalement une révolte en 1861. Il s’efforce d’obtenir la libération des prêtres prisonniers. Lorsqu’éclate la révolte de janvier 1862, il proteste. Alexandre II l’envoie en exil à Jaroslavl en Sibérie où il restera 20 ans, privé par le Tsar de tout contact avec Varsovie. A la suite de négociations avec le Vatican, il est libéré le 15 mars 1883 et vit en un demi-exil en Galicie du Sud, région de Lviv. Il meurt à Cracovie en 1895.
Béatifié le 18 août 2002 à Cracovie par Jean Paul II.



Bienheureux Sigismond Sajna prêtre et martyr (+ 1940)
Prêtre polonais du diocèse de Varsovie, Sigismond Sajna était curé à Gora Kalwaria. Ses paroissiens ont témoigné de ses dons singuliers de pasteur et du zèle qu'il manifesta jusqu'à la fin tragique de sa vie.
Après l'invasion de la Pologne par les troupes du IIIe Reich, ses qualités de prêtre catholique attirèrent sur lui la vindicte de l'occupant. Arrêté en janvier 1940, en plein hiver polonais, il fut déporté avec deux cents autres prisonniers. Les accompagner, les réconforter, leur apporter l'espérance chrétienne, sur ce chemin qui conduisait à une mort certaine, était son seul souci. Avec eux, il périt, fusillé, le 17 septembre, dans la forêt de Palmiry, dans les environs de Varsovie.
Il fait partie des cent huit martyrs de Pologne, victimes de la persécution nazie, béatifiés par Jean-Paul II à Varsovie, en 1999.



Saint Urfol (Wlphroëdus) Oncle de Saint-Hervé, ermite dans l'ancienne forêt de Dunan (VIe siècle)



Les Églises font mémoire…

Anglicans : Hildegarde, abbesse de Bingen, visionnaire

Catholiques d’occident : Robert Bellarmin (+1621), évêque et docteur de l’Église (calendrier romain) ; Satyre (+ env.378), confesseur (calendrier ambrosien)

Coptes et Éthiopiens (7 tut/maskaram) : Dioscore (+ env.454), patriarche d’Alexandrie (Église copte-orthodoxe et éthiopienne)

Luthériens : Hildegarde de Bingen, mystique et abbesse ; Johann Heinrich Bullinger (+1575), réformateur à Zürich

Maronites : Sophie de Thessalonique et ses trois filles (IIe s.), martyres

Orthodoxes et gréco-catholiques : Sophie, Pistis, Elpis et Agapé de Thessalonique, martyres ; Recouvrement des reliques de Ioasaph de Belgorod (1911 ; Église russe) ; Siméon Inauridze (XVIIIe s.), moine (Église géorgienne)
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsseptembre/sept17.html

Vieux Catholiques : Hildegarde de Bingen, vierge et abbesse



DAG HAMMARSKJÖLD (1905-1961) témoin
En 1961, dans un accident d’avion à Ndola, au Congo, meurt Dag Hammarskjöld, homme d’Etat et témoin de l’Évangile.

Benjamin de quatre enfants, Dag était né en 1905 à Jönköping, en Suède. Descendant d’une famille d’artistes, après de brillantes études, il commença par servir son pays d’abord comme administrateur, puis comme politicien. Le 7 avril 1953, il fut élu à la charge de Secrétaire général des Nations Unies, responsabilité qui lui fut renouvelée à la fin de son premier mandat en 1958.

Hammarskjöld mourut au cours d’une mission dont le but était de résoudre la crise congolaise. Cette même année, le Prix Nobel de la paix lui fut attribué à titre posthume.
A sa mort on découvrit le surprenant cheminement intérieur qui avait silencieusement accompagné ses innombrables voyages à travers le monde. Hammarskjöld, en effet, l’homme de tous, comme le lui imposait sa fonction publique, mais son cœur sans partage était tout occupé au dialogue avec le Seigneur. Il sut remplir l’inévitable solitude de ceux qui assument de grandes responsabilités envers autrui, par la compagnie de l’unique voix capable de donner un sens, jour après jour, à la mission qu’il avait reçue.
Son journal, publié à titre posthume, sorte de « livre blanc avec soi-même et avec Dieu », livre au lecteur la foi profonde et le rare élan mystique qu’il vécut dans l’intimité de son cœur, sans la moindre ostentation, dans l’inébranlable conviction que la vie nous conduit à progresser résolument, comme sur un chemin de montagne, de trace en trace ; en faisant halte à chacune d’elle, l’homme ne peut que dire : « Pour hier : merci ! / pour demain : oui ! ».

Lecture

La lune hivernale… emprisonnée dans le filet des ramures.
Lourde de mon sang, sa contraignante promesse.
Alentour dorment les arbres, nus contre le ciel de nuit.
« Pourtant non pas comme je veux… ».
Mon fardeau demeure.
Il n’ont pas entendu mon cri d’appel.
Et tout était silence.
Et puis les torches et le baiser.
Et puis cette aube grise dans le palais.
De leur amour quel soutien ?
A présent il n’est qu’une question
Savoir si je les aime
( Dag Hammarskjöld, Journal, 26 novembre 1960).

Événements 

1 à 1900 

17 septembre dans les croisades

 

1595

 absolution du roi Henri IV par le pape Clément VIII

Voici la forme de l’absolution que le pape donnait aux têtes couronnées qui avaient encouru l’excommunication pour cause d’hérésie, ou pour toute autre cause.
On dressait devant la porte de la basilique de Saint-Pierre, un trône pontifical orné richement...

> La suite sur http://bit.ly/UboUa5
Photo : 17 septembre 1595 : absolution du roi Henri IV par le pape Clément VIII Voici la forme de l’absolution que le pape donnait aux têtes couronnées qui avaient encouru l’excommunication pour cause d’hérésie, ou pour toute autre cause. On dressait devant la porte de la basilique de Saint-Pierre, un trône pontifical orné richement... > La suite sur http://bit.ly/UboUa5

 

1621

 

Cardinal
48px-Berretta_cardinalizia.png
Robert Bellarmin
de l'Église catholique romaine
Image de Robert Bellarmin
 
Cardinal-prêtre
de S. Prassede

 
Naissance 4 octobre 1542 à Montepulciano (Italie)
Ordination
sacerdotale
19 mars 1570
Consécration
épiscopale
21 avril 1602 par le pape Clément VIII
Évêque Archevêque de Capoue (Italie)
Créé
cardinal
3 mars 1599 par le pape Clément VIII
Décès 17 septembre 1621 à Rome

 

 

Robert Bellarmin est béatifié en 1923, canonisé en 1930 au terme d'un long procès et finalement nommé docteur de l'Église en 1931 par le pape Pie XI.

 1665

59183_109540429107148_100001535732993_74

Début du règne de S.M.C. Charles II dit l'Ensorcelé, roi d'Espagne et des Indes, âgé de 4 ans, sous la régence de sa mère la reine doauirière Marianne d'Autriche.

  1709

Une lettre de M. de Villars me fait mesurer que l'affaire de la trouée de Hainaut, à Malplaquet, ressemble fort à une victoire françoise

Les coalisés restèrent maîtres du terrain, mais ce fut leur seul avantage

Ils eurent 23 000 hommes hors de combat, le double de nos pertes

Le maréchal m'écrit exactement ceci:
"Si Dieu nous fait la grâce de perdre encore pareille bataille, Votre Majesté peut compter que les ennemis sont détruits"

1994

bodamyrta.jpg

A l’Hacienda “San Juan del Hornillo” à Séville, Myrta Marquez de Bavière, fille de feu le marquis de Castro et de la princesse Tessa de Bavière a épousé le 17 septembre 1994 Pedro Escudero Aznar.

 

La princesse Tessa, mère de la mariée est la fille de l’Infant José (fils de l’Infante Maria Teresa et du prince Ferdinand de Bavière qui renonça à ses droits au trône de Bavière et fut titré Infant d’Espagne) et de Maria de la Asuncion Mesia y de Lesseps.   

 

La mariée qui a eu la douleur de perdre son père 6 mois plus tôt dans un accident de voiture, a été conduite à l’autel par son oncle le comte d’Odiel.

A noter que Myrta a pour parrain et marraine le roi et la reine d’Espagne.

La mariée portait une cération de Francisco Delgado et un diadème de diamants et émeraudes.

Le couple a eu 2 enfants : Cristina et Luis.

 

 

 1960

 

0000651290.jpg&an=230

le Premier ministre belge annonçait  à la Belgique les fiançailles du roi Baudouin  et de Fabiola de Mora y Aragón


1997

 Le pape Jean-Paul II érige la basilique du Sacré-Cœur de Marseille (Bouches-du-Rhône, France) au rang de basilique mineure

 

 

2011

mariage de la princesse Mélanie de Ligne

M%25C3%25A9lanie.JPG
La princesse Mélanie
(Photo princesse Mélanie de Ligne)

La princesse Mélanie-Yolande de Ligne est née le 19 juin 1979 au château de Beloeil. Elle est la fille du prince Wauthier de Ligne (1952) et de la comtesse Régine de Renesse (1955). Ses grands-parents paternels sont Antoine, 13ème prince de Ligne (1925-2005) et la princesse Alix de Luxembourg (1929), sœur du grand-duc Jean. Elle est donc l'arrière-petite-fille de la grande-duchesse Charlotte de Luxembourg. Par sa mère elle descend notamment des Limburg-Stirum et des Croÿ.    

La princesse épousera en ce 17 septembre 2011, à Beloeil, M. Paul Weingarten. 


soir%25C3%25A9e+orangerie+de+Beloiel+-+s

Le prince et la princesse Wauthier de Ligne entourés de leurs enfants en 2001 à l'occasion d'un bal organisé dans l'orangerie du château de Beloeil pour les princesses Mélanie et Elisabeth.
La princesse Elisabeth (1983) a épousé en 2005 le baron Baudouin Gillès de Pelichy. Ils ont à l'heure actuelle trois enfants : le baron Antoine (2006), le baron Charles (2008) et la baronne Philippine (2010).
Le prince Philippe (1977), à droite de la photo, a épousé en 2008 mademoiselle Lætitia Rolin. Le couple a eu un fils en 2010 : le prince Jean-Charles de Ligne
(Photo issue de L'Eventail)

Mariage de la princesse Mélanie de Ligne

Le 17 septembre dernier, je vous avez entretenu du mariage de la princesse Mélanie de Ligne (fille du prince Wauthier de Ligne et de la comtesse Régine de Renesse), petite-fille du prince Antoine de Ligne (1925-2005) et de la princesse Alix de Luxembourg (1929). Elle a avait alors épousé en l'église de Beloeil Paul Weingarten, de nationalité autrichienne.

Voici plusieurs photos publiées dans la version belge de l'hebdomadaire Paris Match :

pm1.JPG


pm2.JPG

 

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 23:00
879
dit le Simple, monarque français 
1271 
futur roi de Bohême 
1688


Reine consort d'Espagne

Maria-Ludovica Gabriella di Savoia

Surnommée par ses sujets "La Savoyana", elle fut très aimée en Espagne
reina de España (1701-1714)reine d'Espagne par son mariage avec le roi Philippe V

Parents


Elle était la seconde fille du duc de Savoie Victor-Amédée II et de Anne Marie d'Orléans, nièce de Louis XIV.

 

Sa sœur ayant épousé le duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, elle-même fut mariée en 1701 au nouveau roi d'Espagne Philippe V, autre petit-fils de Louis XIV.

 

Les deux soeurs avaient épousé les deux frères, ce qui dans l'esprit des politiques de l'époque devait lier non seulement les deux familles mais aussi les deux Etats et leur faire mener conjointement une politique anti-impériale.

 

En fait -et plus simplement- il s'agissait, pour le vieux roi de France, d'empêcher le très opportuniste et versatile duc de Savoie de prendre parti pour le prétendant autrichien dans la guerre de succession d'Espagne qui s'annonçait.

 

Il n'en fut rien, le duc suivit ses intérêts malgré les larmes de ses filles.

 

En 1702 devait éclater la longue et ruineuse guerre de Succession d'Espagne, opposant Philippe V à l'archiduc Charles.

 

Marie-Louise soutint son mari, n'hésitant pas à payer de sa personne, parcourant l'Espagne, recrutant des partisans.

 

Elle exerçait une grande influence sur son époux qui, pendant qu'il menait ses troupes en Italie reconquérir le royaume de Naples, lui confia la régence de l'Espagne déchirée alors qu'elle n'avait que 14 ans.

 

Elle-même subissait l'ascendant de la princesse des Ursins (ou Orsini) princesse italienne d'origine française et amie de la marquise de Maintenon.

 


1743
Nicolas de Condorcet (Marquis de)

écrivain, mathématicien et homme politique français, philosophe des Lumières.

1743
Jean-Baptiste Massieu
 religieux et homme politique français, député du clergé du bailliage de Senlis aux États généraux, Évêque constitutionnel du département de l'Oise († 6 juin 1818). 1862
S.A.S. Alfred de Croÿ, Prince de Croÿ et de Solre

naquit au Roeulx le 17 septembre 1862.

Il mourut sans avoir contracté d'alliance, à Zug (Suisse) le 28 novembre 1934.
1934

Hélène d'Orléans

princesse d'Orléans
(Helene Astrid Léopoldine Marie d'Orléans)

 

baptême de la princesse Hélène de France en 1934

 

La princesse Hélène de France, fille des défunts comte et comtesse de Paris, est née le 17 septembre 1934 au Manoir d’Anjou en Belgique. Le baptême administré par Monseigneur Harscouët, Évêque de Chartres, fut célébré dans le grand salon du Manoir d’Anjou le 14 octobre 1934 en présence de Léopold III, roi des Belges et de la reine Astrid, parrain et marraine du bébé.

Sur ce cliché réalisé à l’issue de la cérémonie religieuse sur le perron du Manoir d’Anjou, on reconnaît de gauche à droite la princesse Pierre d’Orléans-Bragance et sa petite-fille la princesse Isabelle de France, aujourd’hui comtesse de Schönborn-Buchheim, l’évêque, la reine Astrid tenant dans ses bras sa filleule la princesse Hélène de France, le roi Léopold III et le comte de Paris de profil. La princesse Hélène portait pour l’occasion une robe baptismale en dentelle de Lyon recouverte d’un surplis d’apparat en broché bleu pâle qui aurait servi selon la tradition à l’un des enfants de Louis XIV.

La princesse Hélène de France, comtesse Evrard de Limburg-Stirum


Elle est le 3ème enfant du comte et de la comtesse de Paris. 

 

La princesse Hélène s’établira successivement avec sa famille au Brésil, au Maroc, en Espagne et au Portugal puis au domaine du “Coeur Volant”

 

 

Parents

  • Mariée le 17 janvier 1957 à Dreux (28 Eure-et-Loire) avec Evrard, comte de Limburg Stirum 1927-2001 fils du comte Thierry de Limburg-Stirum et de la princesse Marie Immaculée de Croÿ, appartenant à une illustre famille belge.

Le jeune couple vivra au début de leur mariage en Rhodésie où naît leur premier enfant:

Fin des années 80, la princesse Hélène a pris en charge les relations publiques d’un jeune couturier belge alors méconnu Gérald Watelet.

 

Ce dernier réalisera d’ailleurs la robe de mariée de Kathia della Faille de Leverghem en 1990 lors de son mariage avec le fils aîné d’Hélène.

 

La princesse a perdu son époux en 2001.

 

Elle continue toutefois à habiter au domaine familial d’Huldenberg en Belgique.

 

Elle est actuellement l’heureuse grand-mère de 10 petits-enfants : Célèste, Orian, Gloria, Angélique, Jean, Inès, Gaspar, Félix, Achille et Rose. 


1949

Fergus Smith

(Fergus Stewartson Smith)

Parents

Il est cousin de Jean d'Orléans
Françoise, princesse d'Orléans 1844-1925 &1863 Robert d'Orléans, duc de Chartres 1840-1910
|



|   |
Jean d'Orléans, duc de Guise 1874-1940 &1899
Isabelle, princesse d'Orléans 1878-1961
  Marie, princesse d'Orléans 1865-1909 &1885
Valdemar von Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg, prins af Danmark 1858-1939
|   |
Henri d'Orléans, comte de Paris 1908-1999 &1931
Isabel d'Orléans e Bragança, comtesse de Paris 1911-2003
  Axel von Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg, prins af Danmark 1888-1964 &1919
Margaretha Bernadotte, prinsessa av Sverige 1899-1977
|   |
Henri d'Orléans, comte de Paris 1933- &1957
Marie Therese von Württemberg, duchesse de Montpensier 1934-
  Flemming von Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg, comte de Rosenborg 1922-2002 &1949
Ruth Nielsen 1924-
|   |
Jean d'Orléans, duc de Vendôme 1965-   Désirée von Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg, comtesse de Rosenborg 1955- &
Fergus Smith 1949-

1950

Jane Glarborg

Parents


1951

Alfred von und zu Liechtenstein

Cousin d'Henri d'Orléans
Prinz von und zu Liechtenstein
(Alfred Heinrich Michael Benedikt Maria von und zu Liechtenstein)

Parents

1965

Michele Carrelli-Palombi


Parents

Il est cousin de Louis XX
Maria Cristina von Habsburg-Lothringen, Erzherzögin von Österreich 1858-1929 &1879 Alfonso XII de Borbón, Rey de España 1857-1885
|



|   |
Alfonso XIII de Borbón, Rey de España 1886-1941 &1906
Victoria Eugenie, Prinzessin von Battenberg 1887-1969
  María de las Mercedes de Borbón, princesa de Asturias 1880-1904 &1901
Carlo di Borbone, prince des Deux-Siciles 1870-1949
|   |
Jaime de Borbón, duc d'Anjou 1908-1975 &1935
Emmanuelle de Dampierre, duchesse de Ségovie 1913-
  Alfonso II de Borbón, Infante de España 1901-1964 &1936
Alice di Borbone, principessa di Borbone Parma 1917-
|   |
Alfonso de Borbón, duc d'Anjou 1936-1989 &1972
Carmen Martínez-Bordiú 1951-
  Carlos I de Borbón, Infante de España 1938- &1965
Anne d'Orléans 1938-
|   |
Louis de Bourbon, duc d'Anjou 1974-   Inés de Borbón, princesse des Deux-Siciles 1971- &
Michele Carrelli-Palombi 1965-

1966

Gabriel d'Harcourt

Parents

1969

Valérie d'Ursel

Parents

1992

Charles-Adrien d'Oultremont

(Charles-Adrien Pierre Marie Ghislain d'Oultremont)

Parents

2009

Aude de Marnix de Sainte-Aldegonde

Parents

Le Comte Jacques de Marnix de Sainte Aldegonde et la Comtesse,

née Comtesse Antoinette d'Yve

sont très heureux de vous annoncer la naissance de

Aude

le 17 septembre 2009

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article

Forum


Image Hosted by ImageShack.us
louis XX 01

Image Hosted by ImageShack.us

 


capetiens
(Pierre-Yves Guilain)
Cercle de réflexion royaliste

Heraldique-Noblesse
Joinville et ses princes
Amis et passionnés du Père-Lachaise
Pere-Lachaise
lescimetières
Généalogie, cimetières, patrimoine parisien
graveyart: sur les cimetières parisiens (en hollandais)

Histoires des souverains d'Europe et images de leurs tombeaux 

kaisergruft

(site sur les sépultures des Habsbourg notamment sur la crypte des Capucins)

MAISON CIVILE DU ROI. (1)

d'après le Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France
Nicolas Viton de Saint-Allais (1773-1842)- Paris, 1816



Image Hosted by ImageShack.us

Introduction

  Accueil



Rois de France


Génobaud
roi Franc
(légendaire)
à la fin du IVe siècle
354-419
Sunnon
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
388-xxx
Marcomir
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
Pharamond
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs Saliens 

(légendaire)
ancêtre mythique des Mérovingiens
Clodion le Chevelu
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs saliens
428 - 448

Image Hosted by ImageShack.us
Duc des Francs saliens 
(incertain)
448 - 457
Childéric Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Duc et Roi des Francs saliens
457 - 481
Clodomir
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Orléans
511524
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Metz
(futur Austrasie)
511534
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie
511561
Roi des Francs
558561
Roi d'Austrasie
53454
Théodebald Ier
(Thibaut)
Roi d'Austrasie
548555
561567
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie 
Roi de Bourgogne
561592
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
561575
Roi d'Austrasie
Roi d'Austrasie
595 - 612
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Bourgogne
595613
Roi d'Austrasie
61261
sous la régence de Brunehilde
Roi de Bourgogne
Roi d'Austrasie
613
Roi de Neustrie
584629
Roi de Paris
595
629
Roi des Francs
613629
Roi des Francs (sans l'Aquitaine)
629639
Roi des Francs
632639
Caribert II
 Roi d'Aquitaine
629632
Roi de Neustrie, de Bourgogne
639657
Roi d'Austrasie
656657
Roi d'Austrasie
639656
Childebert III l'Adopté
Roi d'Austrasie
657662
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, de Bourgogne
65767






Roi d'Austrasie
662675
Occupe la Neustrie
673675







Roi de Neustrie
673691
Roi des Francs 

(en fait uniquement de Neustrie)
L'Austrasie étant aux mains
de Pépin de Herstal
679
691

Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, Bourgogne et Austrasie
675 - 676
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
676679
Clovis IV








Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
691695









Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
695711
Dagobert III









Roi des Francs de 711 à 715
Chilpéric II









roi des Francs de Neustrie et des Burgondes
de 715 à 719
puis de tous les Francs de 719 à 721.
C
lotaire IV


T
hierry IV









Childéric III
Image Hosted by ImageShack.us
roi des Francs, de Neustrie
de Bourgogne et d'Austrasie
de 743 à 751

************

 

 


Pépin III le Bref
Image Hosted by ImageShack.us
Carloman Ier
Image Hosted by ImageShack.us
C
harles Ier
dit Charles le Grand
CHARLEMAGNE

Image Hosted by ImageShack.us
Louis Ier dit le Pieux
ou «le Débonnaire»
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire II

Image Hosted by ImageShack.us
C
harles II dit le Chauve
Image Hosted by ImageShack.us
Louis II dit le Bègue
Image Hosted by ImageShack.us
Louis III de France
Image Hosted by ImageShack.us
C
arloman II de France
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Eudes Ier de France
Robertin
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Simple
Image Hosted by ImageShack.us

Robert le Fort
Image Hosted by ImageShack.us
Robert Ier de France

Image Hosted by ImageShack.us

Hugues le Grand
Image Hosted by ImageShack.us
Raoul Ier de France
aussi appelé Rodolphe

Image Hosted by ImageShack.us
Louis IV dit d'Outremer
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis V dit le Fainéant
Image Hosted by ImageShack.us
Dernier roi de la lignée
des Carolingiens
Image Hosted by ImageShack.us

H
ugues Capet
Image Hosted by ImageShack.us
Robert II le Pieux
Image Hosted by ImageShack.us
Hugues II de France
Image Hosted by ImageShack.us
(1007-1025)
Roi de France associé
1017 - 1025
Henri Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VI le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VII Le Jeune
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe II Auguste
Image Hosted by ImageShack.us

Louis VIII le Lion
Image Hosted by ImageShack.us

Louis IX (Saint Louis)
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe III de France
dit le Hardi
http://www.visite-de-rouen.com/images/philippe_3.jpg
Philippe IV le Bel
image
Louis X le Hutin
http://www.livois.com/phpgedview/media/Louis_X_le_Hutin.jpg
Jean Ier le Posthume

image






Philippe V
le Long
http://www.livois.com/phpgedview/media/Philippe_V_le_Long.jpg
Charles IV le Bel
http://www.livois.com/phpgedview/media/Charles_IV_le_Bel.jpg
Valois
Philippe VI le Fortuné
http://www.france-pittoresque.com/rois-france/img/philippe-VI.gif
Jean II le Bon
image
Charles V le Sage
http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0014/m502004_97de1712_p.jpg
Charles VI le Fol ou le Bien-Aimé
image
Charles VII le Victorieux
image
Louis XI de Valois
http://jargeau-tourisme.com/img/louis11.jpg
Charles VIII de Valois
image
Louis XII d'Orléans
image
François Ier d'Angoulème
image
Henri II d'Angoulème
image
François II d'Angoulème
image
Charles IX d'Angoulème
image
Henri III d'Angoulème
image