Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Médias

Réécoutez le dernier journal de

RCF Pays d’Aude

Image Hosted by ImageShack.us

  Curie Romaine
Liste des papes

Pape Liste des papes
Liste détaillée des papes
Liste des primats de l'Église copte orthodoxe
Liste des primats de l'Église apostolique arménienne

Cité du Vatican
http://www.vaticanstate.va/FR/homepage.htm

Vatican Site Officiel
http://www.vatican.va/phome_fr.htm
  Musées du Vatican
http://mv.vatican.va/StartNew_FR.html



http://imageshack.us/ 
* * * Dernières minutes . . . A F P . . .H2 News . . . La Croix . . .
http://imageshack.us/

http://news.google.fr/news?hl=fr&ned=fr&ie=UTF-8&q=site:eucharistiemisericor.free.fr&scoring=n
http://www.la-croix.com/afp.static/pages/index.religion.htm

 

 

 

 

 

 

     En direct
             de la
    Place Saint-Pierre
http://imageshack.us/ 
* * *  En direct de Rome  * * *


http://imageshack.us/
http://mediastream.vatican.va/mpeg4lan.sdp
http://www.sat2000.it/diretta/
http://www.oecumene.radiovaticana.org/fr1/index.asp
3
journaux en Français

        (8h15 - 13h - 18h)


http:///
http://www.tv-direct.fr/live_ktotv.php
http://www.lejourduseigneur.com/  

 Catholique TV
http://img410.imageshack.us/img410/81/tvcatholiquelyon.png
http://www.catholique.tv/

Gazettes & Sites Royaux

rois.jpg
 Ils sont tous là !
Ils nous regardent et nous racontent 14 siècles d'Histoire de France

 

1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 00:00
puis duc de Bavière de 945 à 955
1296
 Guillaume Durand (évêque)


 écrivain français
1323 

  À l’Alcázar Royal de Madrid
Ddécès de S.M.C. Charles II dit l’Ensorcelé, roi d’E spagne et des Indes, de Naples, de Sardaigne et de Sicile, duc de Bourgogne et de Milan et souverain des Pays-Bas, dernier monarque de la dynastie d’Habsbourg dans sa branche espagnole.
Né le 6 novembre 1661, il était le seul enfant mâle survivant du roi Philippe IV et de sa seconde femme et nièce Marianne d’Autriche.
En 1665 il hérita le fabuleux Empire espagnol, qui se trouvait en pleine décadence.
Pourtant, à partir du gouvernement de son frère bâtard don Jean-Joseph d’Autriche, qui prit les rennes du pouvoir en 1677, l’Espagne commença la voie de son redressement.
Charles II se maria deux fois : la première avec Marie-Louise d’Orléans, fille de Monsieur frère de Louis XIV, et la seconde avec Marie-Anne de Bavière, princesse de Neubourg.
Il n’y eu pas d’issue d’aucune de ces union dû à la stérilité du roi.
Peu avant sa mort, les puissances européennes, n’envisageant pas une autre solution, se partagèrent la monarchie Espagnole a plusieurs reprises, mais le roi, après avoir consulté le pape Innocent XII, la légua toute entière à son petit-neveu Philippe de France, duc d’Anjou, petit-fils de sa sœur Marie-Thérèse d’Autriche (à travers laquelle lui revenait de droit la couronne) et du Roi-Soleil (ce qui donnera occasion à la Guerre de Succession Espagnole)
C’est ainsi que la Maison de France ou de Bourbon entra à régner en Espagne et les Indes.
1975
 Jérôme Louis Rakotomalala


 cardinal malgache, archevêque de Tananarive

2009

baronne

Marguerite d'Ennery de La Chesnaye

Le comte (†) et la comtesse Philippe de Mordant de Massiac, le baron (†) et la baronne Christian de Bonnafos, M. et Mme Francis Durouchoux, le vicomte et la vicomtesse Guillaume d'Avout, le baron et la baronne Ithier d'Avout, M. et Mme Bruno de Vregille, ses enfants, Mme de Bonnafos,
ses 19 petits-enfants et ses 21 arrière-petits-enfants
ont la tristesse de vous faire part du rappel à Dieu, de la
baronne Bernard d'AVOUT née d'Ennery de la Chesnaye,
le 1 e r novembre 2009, dans sa 101 e année, munie des sacrements de l'Église.
La cérémonie religieuse sera célébrée le vendredi 6novembre 2009, à 14 h 15, en la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon.


2009

Jean de Faramond

Parents



Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 00:00
  846
Louis II de France
 dit Louis le Bègue


 roi de France

1351
 Léopold III d'Autriche


 duc d'Autriche
 

1661
LOUIS

Grand_DauphinLouis dit le Grand Dauphin
dit "LE GRAND DAUPHIN"
 
 
Il est né le 1er novembre 1661 au château de Fontainebleau.

Il a comme parrain le Pape Clément IX et pour marraine Catherine de Bragance, reine d'Angleterre.

Lors du baptême, le parrain est représenté par Louis, duc de Vendôme et la marraine par Anne Marie Martinozzi, princesse de Conti.
Louis dit le Grand Dauphin (enfant)
 
Il se marie avec Marie Anne de Bavière le 7 mars 1680 à l'évêché de Châlons en Champagne.
Le Grand Dauphin et sa famille
De ce mariage, naîtront trois enfants :
Louis, duc de Bourgogne
Philippe, duc d'Anjou (futur Philippe V, roi d'Espagne)
Charles, duc de Berry

Louis dit le Grand Dauphin
 
Comme son père Louis XIV, il se mariera secrétement en 1695 avec Marie Emilie de Joly de Choin.
Cette dernière ne portera jamais le titre de Dauphine de France
Louis dit le Grand Dauphin
 
Il meurt le 14 avril 1711 au château de Meudon.
 

Demeures du Dauphin

 

château de Meudon (1691-1711)

château de Choisy (1693-17111)

 

MAISON DE 1661 AU PASSAGE AUX HOMMES EN 1668

 

 

Gouvernante des Enfants de France

Sous - gouvernantes

Nourrice

Gouvernante des nourrices

Remueuse

Premières femmes de chambre

2 Valets de chambre

2 Garçons de chambre

Portefaix

Argentier

 

 

EDUCATION DE 1668 A 1680

 Gouverneur du Dauphin de France

        duc de Montausier                 21/09/1668-1680

 

2 Sous – gouverneurs

2 Gentilshommes de la manche

marquis de Dangeau               1680-

 

Education

        Précepteur

              président Périgny                       1668-1670

              Mgr Bossuet, évêque de Meaux   1670-1679

 

Sous – précepteur

Lecteur

 

Chambre

Premier Valet de chambre

4 Valets de chambre

2 Huissiers

Valet de chambre – barbier

Valet de Chambre – tapissier

Portemanteau

Porte meuble

 

Chapelle

Chapelain

Clerc

Sommier ordinaire

 

Faculté

Premier Médecin

Chirurgien ordinaire

Chirurgien de quartier

Aide apothicaire

 

 

Maison – bouche

 

Gobelet

Chef de paneterie

Chef de l’échansonnerie

Aide

 

Cuisine

Ecuyer

Maître queux

Hâteur

Potager

Porteur

Chef de fourrière

Aide fourrier

 

 

 

PERSONNEL ATTACHES AU SERVICE A PARTIR DE 1680 A 1711

 Premier Gentilhomme de la Chambre et Grand Maître de la Garde Robe

       duc de Montausier                           1680-

    6 Menins

         comte de Saint – Maure            1680-1711 

         marquis de Dangeau                 1680

         marquis d’Antin                         1685

         de Quélus                                 1686

         comte de Caylus                       1686

 

Premier Valet de chambre

Moreau                                     1683-1689

 

Valet de Garde Robe

Courtemer                                  -1685

 

Aumônier de quartier

abbé de Brancas                         -1711

Au château de Fontainebleau, naissance de Louis de France, dauphin de France.

Louis de France, appelé également « le Grand Dauphin » ou « Monseigneur » est le premier enfant de Louis XIV et de Marie Thérèse d’Autriche et le seul des six enfants du couple royal à atteindre l’âge adulte.
Il né le 1er novembre 1661 et fut présenté au peuple par un Louis XIV triomphant d’avoir aussi vite un héritier. 
Enfant chéri de ses parents il doit  « il mettait son application à oublier tout ce qu’on lui enseignait »
Il faut dire qu’avec un précepteur dur comme Bossuet, Louis  Mis a part la chasse, Louis aime se divertir et écoutant de la musique, activité peu fatigante il faut l’avouer !
A tout héritier, il faut une épouse et des enfants : le Grand Dauphin épouse en mars 1680 Marie-Anne-Christine-Victoire de Bavière.
Mais Monseigneur le dauphin ne semble pas apte à gouverner : il se désintéresse des affaires du royaume et passe son temps à manger et à chasser le loup.
Fatigué de son épouse qui ne  cesse de déprimer, il se rabat sur ses suivantes et aura ainsi, suivant l’exemple de son père, plusieurs bâtards.
Marie-Anne de Bavière, bien que mélancolique, lui donnera trois fils, assurant la dynastie.
La Grande Dauphine s’éteindra sans trop de bruit en 1690, laissant un veuf qui ne se montre pas attristé. Suivant toujours l’exemple de Louis XIV, le dauphin se choisie une « Maintenon » et épouse en secret Marie-Thérèse-Emilie de Joly de Choin, de neuf ans sa cadette.
Au service de la princesse de Conti –demi-sœur de "Monseigneur", elle contracte un mariage morganatique avec l'héritier de la couronne en 1695.
On la disait comme étant la femme « la plus laide de la cour »
Le Grand Dauphin a hérité de Louis XIV son gout pour la bonne nourriture dont il abuse autant que son père et qui fera de lui selon le duc de Saint-Simon un prince « absorbé dans sa graisse »
Si Louis XIV tient sa petite cour à Marly et sa louis_de_francegrande à Versailles, le dauphin réuni ses intimes à Meudon, où il se sent chez lui.
Il faut dire qu’il a était élevé dans la crainte de son père et qui n’ose rien suggérer et dire en la présence du roi.
A Meudon, il tient sa cour avec ses demi-sœurs, la princesse de Conti et la duchesse de Bourbon qui se font la guerre pour exercer le plus d’influence sur Louis.
Assistant au conseil, la seule fois où Monseigneur se fera entendre sera en cette année 1700 lorsque le trône d’Espagne fut proposé à son second fils le duc d’Anjou.
Il faut savoir qu’étant enfant, le Grand Dauphin avait été battu par son gouverneur Mr de Montausier et depuis, traumatisé, il se faisait tout petit. Le dauphin meurt subitement après une partie de chasse le 14 avril 1711. Selon certains, il aurait été empoisonné car après sa mort, « une fumée noire sortie de  sa bouche et teignit sa figure de la couleur du poix ».Il serait mort, en fait, de la petite vérole. On lui avait prédit « fils de roi, père de roi et jamais roi », prédiction qui se réalisa puisque le Grand Dauphin, fils de Louis XIV fut le père du roi d’Espagne Philippe V. Louis fut vite oublié de la cour qui dés l’annonce de sa mort, s’en alla faire compliment à son fils aîné le duc de Bourgogne, nouveau dauphin de France. Quelques jours après la disparition du Grand Dauphin, on s’amusait à Versailles comme si de rien n’était. quitter la compagnie de sa mère dés l’âge de 7 ans pour être formé et éduqué en tant que futur souverain. Mais Louis n’aime guère les études, préférant de loin la chasse. Piètre élève, le dauphin désole bien vite les espoirs de Louis XIV qui finira par lui préférer ses fils illégitimes. Pourtant, le dauphin, bien que n’étant pas d’une vive intelligence, n’est point sot. Simplement dû subir des « bourrage de crâne » incroyables et qu’il fut dégouté des études.


1778
 Gustave IV de Suède


 roi de Suède († 7 février 1837).

1925
 Didier-Léon Marchand


 évêque catholique français, évêque émérite de Valence.

1932
 Francis Arinze


 cardinal nigérian, préfet de la Congrégation pour le culte divin.


1996
Repost 0
Published by YANN SINCLAIR - dans CALENDRIER
commenter cet article
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 00:00

 

Le 31 octobre est le 304ejour de l'année

(305e en cas d'année bissextile) du calendrier grégorien.

Il reste 61 jours avant la fin de l'année.

C'était le jour de la charrue, 10e jour du mois de Brumaire dans le calendrier républicain français.

 

Dicton du jour

« À la Saint-Quentin, la chaleur a sa fin » 

 

Célébrations 

Halloween

couleurliturgiqueVert.gif 

Martyrologe pour le trente-et-unième jour d'octobre

 

Listen_to


A la fin du IIIe siècle, saint Quentin.

 

Il apporta l'Évangile au prix de sa vie, dans le nord de la Gaule et

 

semble être le premier apôtre de la Picardie.

 

Il fut martyrisé à l'endroit où est située la ville qui porte son nom.

 

 

L'an 994, saint Wolfgang, moine bénédictin d'Einsiedeln.

 

Après s'être occupé de l'école abbatiale, il fut missionnaire en Hongrie.

 

Placé par Otton le Grand sur le siège épiscopal de Ratisbonne, il donna

 

une nouvelle impulsion à la vie religieuse et à l'instruction des clercs,

 

et fut aussi un grand bienfaiteur des pauvres.

 

A Cahors, en 1272, la naissance au ciel du bienheureux Christophe, franciscain, envoyé en France par le Poverello pour y propager son Ordre naissant.

 

A Palma de Majorque, dans les Îles Baléares, saint Alphonse

 

Rodriguez, né à Ségovie en 1533.

 

D'abord commerçant, il entra dans la Compagnie de Jésus après la

 

mort de son épouse et de ses deux jeunes enfants.

 

Simple frère coadjuteur, il exerça durant près de quarante ans la

 

charge de portier, dans la plus fidèle obéissance et la plus grande

 

charité.

 

 

Et encore ailleurs, beaucoup d'autres saints et bienheureux.

Saints catholiques   et orthodoxes   du jour
Saints et bienheureux catholiques du jour
Saints orthodoxes du jour
Saint Quentin Martyr dans le Vermandois (3ème s.)
Quentin_martyrdom.jpg

Le martyre de saint Quentin, d’après un manuscrit du XIVe siècle

Il était romain, cinquième enfant, si l'on en croit son nom, ce qui était rare dans le Bas-Empire. Il partit pour la Gaule avec saint Lucien de Beauvais et plusieurs compagnons pour évangéliser cette région du Beauvaisis et de la Picardie. Selon les « Actes » de sa vie, son succès provoqua la colère du préfet romain Rictiovare qui l'arrêta à Soissons, lui fit subir interrogatoires et supplices, le fit enfin décapiter, le 31 octobre. Sur le lieu de son martyre, s'éleva une ville qui prendra son nom : Saint-Quentin
71696_120525664675291_100001535732993_12
Autre biographie:
Fils d’un sénateur romain, il se convertit au Christianisme et décide de se rendre en Gaule en compagnie de Saint-Lucien de Beauvais. Il se consacre ensuite à l’évangélisation des populations de la région d’Amiens, où il rencontre un grand succès. Durant la persécution de Maximien, il est arrêté par un préfet nommé Rictiovar, qui le fait conduire en un lieu nommé Augusta Veromandorum (ou Augusta des Vermandois), aujourd’hui Saint-Quentin, dans l’Aisne, où il est décapité. Son corps est ensuite jeté à l’eau, mais grâce à la révélation d’un ange, il est retrouvé intact plus de cinquante après (+ 287)
31 octobre: À Saint-Quentin, dans le Vermandois, en Gaule Belgique, saint Quentin, martyr, citoyen Romain qui était de l’Ordre sénatorial et fut mis à mort pour le Christ sous l’empereur Maximien. Son corps fut trouvé intact après cinquante-cinq ans de la mort grâce à une révélation angélique. Il est vénéré comme le patron céleste auprès de Dieu de ladite ville de Saint-Quentin et de la région du Vermandois.

Petite notice sur Saint Quentin tirée du récit de son martyre :

Quentin aurait été le fils du sénateur Zénon. Il vient de Rome à Amiens, où il prêche. Sa renommée attire le « préfet » Rictiovarus. Arrêté, il est torturé, mais refuse d’abjurer sa foi. Le préfet décide de l’emmener à Reims, la capitale de la Gaule belgique, pour l’y faire juger. Mais, en route, parvenu dans une ville appelée Augusta Viromanduorum (devenue Saint-Quentin), Quentin, échappé miraculeusement, recommence sa prédication. Rictiovarus décide alors d’en finir: Quentin est torturé de nouveau, puis décapité. Son corps est jeté par les soldats romains dans les marais qui entourent la Somme, dans le plus grand secret.

En Picard :

Quintin ch'est un apote romain. Ach III° sièke, il étoait vnu in Gaule aveuc Lucien (mértyr à Bieuvais) pour l’évingéliser. Ach t'époque-lo chés impéreus romains ch'éteute Dioclétien pi Maximien. Quintin il étoait à Anmien pou précher. Rictiovarus ch'préfé romain i l'foait torturer pi i vut l'mener à Reims, el capitale del Gaule bergike, por l’ juger. In kmin, din eune vile lonmée Augusta Viromanduorum (d'vnue Saint-Quintin), Quintin, i s'seuve pi i rcminche à précher. Rictiovarus el foait décapiter. Chinquante-chonc ans apreu, Eusébie, eune riche aveugle romaine vient à Augusta Viromanduorum pou értreuver l'dépouille éd Quintin. Ech corps pi l'téte dech mértyr sorte'te d'chés ieus. Eusébie voloait méte in tére Quintin à Vermand, mais chés beus l'trinsportant is sont arrétés preu d’Augusta Viromanduorum. Pou Eusébie ch'étoait un singne éd Diu et pi alle o foait eune kapèle ichi. Achteure ch'est el basilique del vile éd Saint-Kintin. Saint Quintin ch'est ch'patron du Vérmindoé (source : Wikipedia).
1031.jpg

Voir aussi:
http://www.magnificat.ca/cal/fran/10-31.htm#quentin
http://missel.free.fr/Sanctoral/10/31.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Quentin
http://www.culture.gouv.fr/documentation/enlumine/fr/BM/saint-quentin_001-01.htm



Saint Alphonse Rodriguez Jésuite à Palma (+ 1617)
Comme il ignorait le latin, il ne fut que frère-coadjuteur et pendant plus de trente ans, simple frère portier. Il accomplissait cette tâche avec sourire et amabilité malgré les injures de certains importuns. Il sut obéir jusqu'à l'extrême abandon de sa volonté et ses supérieurs l'éprouvèrent souvent lui demandant des choses parfois impossibles auxquelles il se pliait avec humilité.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alphonse_Rodriguez



Saint Amplias (1er s.)
st-n-05.jpg

et les saints Stachys, Appelle, Urbain, Narcisse et Aristobule. Ils faisaient partie des soixante-dix disciples du Seigneur. Stachys est appelé « mon bien-aimé » par saint Paul (Rom.16.9) et il serait le successeur de saint André comme évêque de Byzance. Appelle, évêque d'Héraclion, est appelé « chrétien éprouvé » par saint Paul (Rom. 16.10) avec Narcisse qui, lui, serait devenu évêque d'Athènes. Amplias et Urbain, mentionnés aussi dans les épitres de saint Paul, furent ordonnés évêques par saint André selon la tradition. Aristobule aurait été envoyé en Angleterre.

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsoctobre/oct31.html



Saint Christophe A Cahors en France (+ 1272)
qui fut envoyé à Cahors en France par saint François d'Assise lui-même pour y propager l'Ordre des Frères Mineurs.



Saint Claude (4ème s.)
et les saints Luperque et Victorin qui reçurent la palme du martyre, confirmant par leur mort la foi qu'ils avaient confessée de bouche.



Bienheureux Dominique Collins religieux jésuite et martyr (+ 1602)
Détenu longtemps, interrogé de manière pressante et soumis à la torture, il confessa fermement la foi catholique, et fut pendu à Yoghal en Irlande.

"Dominique Collins naquit vers 1566 dans la ville de Youghal, comté de Cork, en Irlande. Vers l'âge de 20 ans, il se rendit en France où il embrassa la carrière militaire... en 1598, il décida de s'orienter vers un tout autre genre de vie. Se trouvant en Espagne, il entra au noviciat de la Compagnie de Jésus à Saint Jacques de Compostelle... Il revint en Irlande en 1601, mais fut fait prisonnier le 17 juin 1602 par les Anglais, qui tentèrent, en vain, de lui faire abjurer sa foi. Condamné à mort, il fut pendu dans sa ville natale le 31 octobre 1602."
(source: Province de France des Jésuites)
http://www.jesuites.com/histoire/saints/dominiquecollins.htm
Béatifié par Jean Paul II le 27 septembre 1992 en même temps que seize autres martyrs irlandais.
http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_academies/cult-martyrum/martiri/001.html#1992



Saint Epimaque d'Egypte (4ème s.)
Un des « Pères du désert » qui voulut imiter le Prophète Elie et Jean le Précurseur. Durant la grande persécution, alors que beaucoup de chrétiens se réfugiaient au désert, il s'en vint à Alexandrie pour confesser sa foi en Jésus-Christ.



Saint Erc (Erth) (+ 512)
Originaire d’Irlande, il est le frère de l’évêque Saint Herygh et de Sainte Hya. Après avoir été ordonné par Saint-Patrick, il rencontre Saint-Brendan, fonde une école réputée à Slane, puis il émigre ensuite en Cornouaille.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ia_de_Cornouailles



Saint Feuillien abbé (+ 655)
Foillan.jpg

Frère des saints Irlandais Fursy et Ultan, Saint Feuillan (Faelan, Foillan, Faillan ou Pholien) est né vers l'an 600 sur l'île d'Inchiquin qui se trouve sur Le lac Corrib à l'ouest du Connemara en Irlande.
Lorsqu'il devint adulte, il quitte l'Irlande avec ses deux frères pour évangéliser l'Angleterre. Deux ans plus tard, on le retrouve pour les mêmes raisons en France.
En 650, il arrive à Nivelles (ville de l'actuelle Belgique) où il fait la connaissance de l'abbesse sainte Gertrude qui lui fait don d'une terre sise sur l'actuelle commune de Fosse-la-Ville afin d'y fonder un monastère.
En 651, il doit faire un voyage en France et en profite pour passer par Nivelles afin rendre visite à sainte Gertrude. Il continue sa route et quelques km plus loin il se fait attaquer lui et ses compagnons par des brigands qui les détroussent et les tuent. Feuillien est décapité et ses restes sont enterrés dans une porcherie. On ne trouvera son corps que quelques mois plus tard et il sera rammené à l'abbaye de Nivelles..
Sur le lieu du meurtre, on érige une croix puis, vu le nombre de pélerins, on construit une chapelle appelée "chapelle de Sénophe". Ce lieu deviendra but de pélerinages pendant plusieurs siècles.
En 1125, c'est à cet endroit que fut créée une abbaye par les moines prémontrés, ordre qui venait d'être créé par Saint Norbert en France.
A côté de l'abbaye naîtra une ville de Belgique du nom de "Le Roeulx"
(d'après les renseignements communiqués par un internaute)
buste_St_Feuillen.jpg

Voir aussi:
- Saint Feuillen, marche militaire et folklorique septennale à Fosses-la-ville (pays de Namur - Belgique).
http://www.opt.be/informations/evenements_fosses_la_ville__marche_septennale_saint_feuillen/fr/E/21324.html

- Tous les 7 ans, Fosses-la-Ville vit au rythme des fifres et des tambours pour l'extraordinaire rassemblement de tous les marcheurs de la région. Evénement folklorique et populaire incontestable, la Marche Saint-Feuillen est sans doute la plus prestigieuse des marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse qui mettent à l'honneur les processions religieuses, les défilés d'hommes en uniformes napoléoniens, les tirs aux canons, les kermesses villageoises, la liesse et les fêtes populaires.
Événement prévu pour le mois de Septembre 2012.
http://www.fosses-la-ville.be/

- Feuillen est originaire de cette "terre des saints" que fut l’Irlande au VIIe siècle. Il y naquit à cette époque ainsi que ses frères, Fursy et Ultain, et tous trois nous apparaissent comme des fondateurs d’abbaye et des missionnaires passant d’abord d’Irlande en Angleterre, puis se réfugiant, en compagnie d’autres moines, dans nos régions.
http://www.fosses-la-ville.be/spip.php?article7〈=fr

-http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Feuillien



Bienheureux Léon Nowakowski prêtre de Wroclawek et martyr (+ 1939)
Pendant l’occupation du pays par le régime nazi, parce qu’il défendait la foi avec fermeté, il fut arrêté le 24 octobre et fusillé une semaine après, avec sept autres prêtres à Piotrkow Kujawski en Pologne.
Béatifié par Jean-Paul II à Varsovie le 13 juin 1999.
http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_academies/cult-martyrum/martiri/001.html#1999



Saint Nicolas de Chios martyr (+ 1754)
Originaire de l'ïle de Chios, il partit travailler comme maçon en Turquie. C'était sans doute un bon maçon, mais aussi un ivrogne invétéré si bien qu'un matin où il n'avait pas repris tous ses esprits, ses compagnons de travail, qui étaient musulmans, le conduisirent devant le mufti qui reçut avec joie son apostasie. Il en eut du remord, mais il le noya davantage encore dans le vin. Il revint en son pays natal, l'île de Chios dans la mer Egée, et comme il voulait aller à la Divine Liturgie, les fidèles orthodoxes l'en empêchèrent le croyant vraiment musulman. Il rencontra un prêtre qui le guérit de son ivrognerie et refit de lui un bon chrétien orthodoxe. Les turcs l'apprirent, le trainèrent au tribunal et devant son refus d'apostasier à nouveau, il fut décapité.



Sainte Noitburge (+ vers 715)
ou Notburge. Fille du maire du palais Pépin d'Héristal, elle refusa plusieurs mariages princiers pour devenir « la fidèle amante du Sauveur. » Délivrée de toutes ces insistances à la suite de tant de refus, elle se trouva libre de se donner toute à Dieu. Les prodiges qui eurent lieu après sa mort furent les signes de sa sainteté.



Saint Rueiss (env. 1334-1404)
L’Église copte fait aujourd’hui mémoire de Rueiss, vagabond de Dieu et fol en Christ.
Il naquit vers 1334 dans un village du delta du Nil d’une famille de pauvres paysans. Dès l’enfance, le jeune Furayg dût aider ses parents dans les durs travaux des champs ; il y employait un petit chameau qu’il appelait Rueiss, « petite tête ».
Quand se déclenchèrent de féroces persécutions contre les chrétiens, le père de Furayg renia sa foi. L’enfant s’enfuit, prenant le surnom qu’il avait donné à son chameau et vécut en vagabond, à travers toute l’Egypte, dans la pauvreté la plus grande. Pour échapper à l’estime que sa sainteté lui attirait partout, Rueiss simula la folie, se fit appeler Tegi, « le fou », et se mit à errer nu, refusant de parler, même quand il était pourchassé et humilié.
Homme de profonde prière, « contemplatif de Dieu », Rueiss mourut le 21 babah 1404, le 18 octobre du calendrier julien ; il fut enseveli dans la petite église de saint Mercure, au lieu-dit Dayr al-Handaq. Cette église fut restaurée en 1937, et alentour se sont élevés l’Institut supérieur d’études coptes, le nouveau siège du Patriarcat copte et la nouvelle cathédrale du Caire. En mémoire du fol en Christ bien-aimé, on a donné à ce lieu le nom de « Anba Rueiss ».
Pour souligner l’importance que la dévotion populaire de l’Église accorde à ce saint, il faut noter que le nom de Rueiss est inscrit dans le canon de la liturgie eucharistique copte.

Lecture

Le royaume du Christ n’est pas de ce monde : voilà la vérité dont le fol en Christ témoigne par sa vie ; il atteste la réalité de l’ « anti-monde », et que l’impossible est possible. Il pratique volontairement une pauvreté absolue et s’identifie de la sorte au Christ humilié. Selon les mots de Julia de Beausobre, « De personne il n’est fils, de personne le frère, de personne le père, et il n’a pas de maison ». En renonçant à la vie de famille, il est le vagabond ou le pèlerin qui se sent chez lui partout, mais ne s’installe nulle part. Vêtu de haillons, même par la froidure de l’hiver, habitué à dormir dans une cabane ou sous le porche d’une église, il ne renonce pas seulement à posséder les biens matériels, mais aussi à ce qui, pour le commun des mortels, est son équilibre et sa santé mentale. Et pourtant, c’est par ce biais-là justement qu’il devient un canal par où passe la très haute sagesse de l’Esprit.
(Kallistos Ware, Dire Dieu aujourd’hui)



Saint Spiridon de Kiev moine de la laure de Kiev (12ème s.)
ou Spyridon et saint Nicodème, tous deux moines de la laure des Grottes de Kiev. Spiridon était issu d'une famille de pauvres villageois comme son ami Nicodème. Il préparait les «prosphores»: le pain du Saint Sacrifice. Nicodème partageait son travail manuel et tous deux accomplissaient avec zèle et humilité leur labeur spirituel. Cette simplicité leur valut d'entrer dans la gloire du Royaume.



Saint Thomas de Florence (+ 1447)
Il appartenait à l'Ordre des Frères Mineurs. Il partit d'abord en Palestine avec saint Jean de Capistran, puis en Ethiopie avec le frère Albert de Sarthiano et plusieurs autres frères de son Ordre. Durant ces missions, il eut souvent à souffrir de la part des infidèles, mais il supporta toute souffrance dans la patience et l'offrande pour leur conversion. De retour en Italie, il se reposa en paix dans l'attente de la paix éternelle.



Saint Wolfgang de Ratisbonne Evêque (+ 994)
im-St-Wolfgang.jpg

moine d'Einsiedeln, puis évêque de Ratisbonne (Regensburg) en Bavière. Il naquit dans le canton des Grisons et, dès l'âge de sept ans, il donna les signes précoces de son intelligence. Il fut élève au monastère de Reichenau, puis à l'école ecclésiastique de Wurtzbourg. Appelé auprès de l'évêque de Trèves, il refusa tous les honneurs et devint un excellent éducateur auprès de la jeunesse. De retour en Suisse à l'abbaye de Saint Meinrad, il renonça à ses biens familiaux et s'engagea dans l'Ordre de Saint Benoît. Et c'est de là qu'il fut élu évêque de Regensburg où son influence dépassa vite les limites de son diocèse au point de devenir en même temps conseiller de l'empereur et des évêques voisins.

Autre biographie:
Fils d’une modeste famille de la Souabe, il est baptisé puis confié aux soins d’un prêtre qui se charge de son éducation. Il poursuit ensuite ses études à l’abbaye de Reichenau, où il se lie d’amitié avec Henri, le frère de l’évêque de Wurtzbourg. Lorsque Henri est nommé archevêque de Trèves, il invite Wolfgang à venir le rejoindre et le nomme maître des étudiants, puis doyen des clercs. Malheureusement, en 963, Henri tombe malade au cours d’un voyage à Rome et Wolfgang pense qu’il va enfin pouvoir réaliser son rêve de devenir moine. Il est pourtant à nouveau sollicité, cette fois par Saint-Bruno, l’archevêque de Cologne, qui l’appelle auprès de lui. Mais il n’y demeure que peu de temps, préférant entrer au monastère d’Einsiedeln (Suisse), où il reçoit l’habit qu’il convoitait depuis si longtemps. Après avoir été ordonné, il est envoyé en Pannonie (actuelle Hongrie) pour évangéliser les Magyars, puis en 972 il est nommé évêque de Ratisbonne. Au cours de son épiscopat, il entreprend une réforme du clergé et remet de l’ordre dans la gouvernance de plusieurs monastères. Malgré son rang, il conserve un mode de vie d’une grande simplicité, toujours vêtu de son habit de moine et plus préoccupé du bien-être des autres que du sien propre. En 994, au cours d’une visite qu’il effectue à Puppingen, il tombe malade mais demande à rester couché sur le sol de l’oratoire Saint-Othmal, accueillant tous les visiteurs qui se pressent à son chevet jusqu’à ce qu’il s’endorme paisiblement pour l’éternité (924-994) Saint-Wolfgang est le patron des charpentiers et des personnes paralysées. Il est invoqué pour la guérison des maladies d’estomac et pour éloigner le risque d’être victime d’une crise d’apoplexie.
Wolfgang.jpg

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Wolfgang_de_Ratisbonne



Notre-Dame des Tables
Le 7 décembre 1789, un terrible orage s’abattit sur Montpellier et la foudre éclatant sur l'église de Notre-Dame des Tables, les habitants de Montpelliérains y virent un lugubre présage : la foudre, tombant sur le clocher, traversa la nef, se dirigea vers l'autel de la Sainte Vierge et commença, par la mutilation de la main, l'attentat inconscient que la Révolution se chargea bientôt de consommer, en renversant l’église dont les derniers vestiges disparurent en 1806. L’église qui devint Notre-Dame des Tables, fut, dit-on, construite à la fin du quatrième siècle, entre les hameaux de Montpellier et de Montpelliéret, sous le titre de Sainte-Marie. En 1090, Guillem V, seigneur de Montpellier, donna à l’évêque de Maguelone cette église où, en 1143, Guillem VI de Montpellier rapporta de Terre Sainte, une miraculeuse statue de la Vierge en bois noir, haute de quatre-vingt-trois centimètres, qui attira aussitôt un grand concours de pèlerins. Pour la distinguer de Notre-Dame du Château qui avait été consacrée en 1156, on appela cette église Notre-Dame des Tables parce que les changeurs avaient leurs tables tout près d’elle. La renommée de cette Vierge noire fut si grande que, vers 1215, l’évêque de Maguelone, Jean de Montaut, établit la fête des Miracles de Notre-Dame des Tables. Au siècle suivant, Jean Raynaut qui était orfèvre à Montpellier, après avoir été guéri miraculeusement devant la statue de Notre-Dame des Tables, offrit au sanctuaire une statue en argent de la Vierge, dite Vierge de l’Orfèvre, tandis que la Vierge noire, visitée par neuf papes et par tous les rois qui passèrent par Montpellier, était appelée la Majesté antique. Tout au long du Moyen-Age, les Montpelliérains recoururent à Notre-Dame des Tables qui les protégea si bien contre la peste, la guerre et la sécheresse qu’au commencement du treizième siècle, à l’autre bout de l’Europe, Césaire, moine du couvent d’Heisterbach, près de Bonn, rapportait : Quand les médecins de notre ville sont impuissants à guérir les malades, ils leur disent : « Allez à Montpellier et vous serez guéris. La naissance du roi Jacques I° d’Aragon et celle de saint Roch furent attribuées à une intervention miraculeuse de Notre-Dame des Tables. Les consuls de Montpellier venaient, chaque 24 juin, avant d’entrer en charge, prêter serment devant Notre-Dame des Tables où tout cathare converti faisait son pèlerinage de repentir. Pierre de Bénévent, cardinal-prêtre au titre de Saint-Etienne in monte Cælio, légat pour toute la France dans le but d’extirper l’hérésie albigeoise, ouvrit, à Notre-Dame des Tables, le 8 janvier 1215, le concile de Montpellier où siégèrent cinq archevêques, vingt-huit évêques et de nombreux barons qui attribuèrent à Simon de Montfort les terres conquises du comté de Toulouse ; en plus de frapper d’excommunication les perturbateurs de paix, de réglementer la dénonciation des hérétiques et d’interdire de nouveaux impôts, le concile de Montpellier rappela aux clercs, sous peine de suspense, l’obligation de l’habit ecclésiastique, l’interdiction de la chasse, de l’usure, de la fréquentation des maisons et sociétés de femmes. Notre-Dame des Tables souffrit moins que les autres églises de la ville de la fureur des protestants qui se contentèrent de faire crouler sa voûte et de briser les autels ; rendue aux catholiques deux ans après l’édit de Nantes, l’église, dès 1608, avait repris son visage d’antan mais, dans la nuit du 16 au 17 décembre 1621, les protestants de nouveaux révoltés, la détruisirent complètement, sauf la tour de l’horloge. Lorsque Louis XIII ayant repris la ville voulut faire chanter un Te Deum, toutes les églises étant ruinées, il dut faire construire une salle provisoire près de Notre-Dame des Tables. La reconstruction fut décidée en 1664 et les Montpelliérains quelle que fut leur condition, participèrent physiquement à l’œuvre que Charles de Pradel consacra en 1684.
La statue de Notre-Dame des Tables disparut mais la dévotion fut transportée dans la chapelle des Jésuites qui était devenue l’église paroissiale, la fête de Notre-Dame des Miracles fut rétablie en 1858 et fixée au 31 octobre ; le 20 mars 1889, Mgr. de Cabrières, entouré des évêques de Carcassonne, de Viviers et du Puy, assisté par l'archevêque d'Avignon, couronnait, au nom de Léon XIII la statue dont Mgr. d’Hulst rappelait la gloire et les bienfaits.
http://missel.free.fr/Sanctoral/10/31.php#tables

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Montpellier#Les_d.C3.A9buts_de_la_ville_au_Moyen_.C3.82ge



Les Églises font mémoire…

Anglicans : Martin Luther (+1546), réformateur

Catholiques d’occident : Claude, Luperque et Victorius de Léon (III – IVe s.), martyrs (calendrier mozarabe)

Coptes et Ethiopiens (21 babah/teqemt) : Joël (V-IVe s. av. J.-C.), prophète (Église copte) ; Anba Rueiss, vagabond de Dieu (Église copte-orthodoxe)

Luthériens : Mémoire de la Réforme

Orthodoxes et gréco-catholiques : Stachys, Apelle, Ampliat, Urbain, Narcisse et Aristobule (1er s.), au nombre des 72 disciples ; Epimaque (+250), martyr ; Pierre de Cétigne (+1830), métropolite du Monténégro (Église serbe).



MARTIN LUTHER,ET LA RÉFORME PROTESTANTE (XVIe s.)
410px-Martin_Luther_by_Lucas_Cranach_der

Martin Luther en 1529 par Lucas Cranach l'Ancien

Martin Luther naquit en 1483 à Eisleben, en Saxe ; il fit ses études à l’école cathédrale de Magdeburg et à l’université d’Erfurt. Entré chez les Augustins, il reçut l’ordination presbytérale en 1507, et devint lecteur à l’université de Wittenberg.
Elu supérieur provincial de son ordre, Luther eut la charge de veiller sur une douzaine de communautés augustiniennes et, dans ce rôle, il se trouva toujours plus mal à l’aise face aux déviances par rapport à l’Évangile qui se manifestaient un peu partout dans l’Église de son temps. Ecoeuré en particulier par le déplorable trafic des indulgences, il entreprit graduellement d’annoncer la doctrine qui à son avis est au cœur de la foi chrétienne : le justification du croyant par la foi et non par les œuvres.
S’appuyant sur la théologie des lettres de saint Paul et sur la pensée d’Augustin, en 1517, Luther contesta publiquement maintes déviances répandues dès lors dans la pratique ecclésiale de son époque, en affichant une liste de 95 thèses à la porte de l’église de Wittenberg.
Dans le sillage d’autres réformateurs qui, au cours des siècles précédents, avaient lutté pour sauver le cœur de l’Évangile, payant parfois de leur vie leur obstination, Luther donnait de fait son point de départ à la Réforme protestante. Certes, il n’imaginait pas, ce 31 octobre 1517, qu’en peu d’années il allait donner vie à des communautés ecclésiales séparées de l’Église de Rome ; les aléas de l’histoire firent en sorte qu’en peu de temps on en vint à une rupture irrémédiable entre catholiques et protestants, qui se précisa progressivement sur divers présupposés fondamentaux de la foi. Cette rupture qui ne commencerait à se réoarer qu’au XX è siècle.
La Réforme se répandit rapidement dans une grande partie de l’Europe. Martin Luther mourut en 1546, non sans avoir profondément influencé le renouveau de l’Église, protestante aussi bien que catholique, en sauvegardant, à un moment crucial de l’histoire, le primat de la foi et de la Parole contenue dans les saintes Écritures sur tout autre enseignement qui ne serait que le fruit de la quête religieuse de l’homme.

Lecture

Th.35.- Ils ne prêchent pas la vérité chrétienne ceux qui enseignent que la contrition n’est pas nécessaire à ceux qui s’apprêtent à racheter des âmes ou à acquérir des lettres de confession.
Th.36.- Tout chrétien vraiment repentant a droit à la rémission entière de la peine et du péché, même sans lettres d’indulgences.
Th.38.- Il ne faut cependant aucunement dédaigner la rémission et la participation données par le pape, car elles sont, je l’ai déjà dit, une annonce de la rémission donnée par Dieu.
Th.42.- Il faut apprendre aux chrétiens qu’il n’est pas dans la pensée du pape de comparer d’aucune façon l’achat des indulgences aux œuvres de miséricorde.
Th.43.- Il faut apprendre aux chrétiens que celui qui donne à un pauvre, ou qui prête à celui qui est dans le besoin, fait mieux que d’acheter des indulgences.
Th.45.- Il faut apprendre aux chrétiens que celui qui voit un besogneux, le néglige et donne pour des indulgences, ne s’assure pas les indulgences du pape mais la colère de Dieu.
Th.50.- Il faut apprendre aux chrétiens que si le pape connaissait les exactions des prédicateurs d’indulgences, il préfèrerait que la basilique de Saint Pierre fût réduite en cendres plutôt que de la voir édifiée avec la peau, la chair et les os de ses brebis.
Th.55.- Le pape pense obligatoirement que si les indulgences – une très petite chose – sont solennisées par la sonnerie d’une cloche, par une procession et par une cérémonie, la prédication de l’Évangile – la plus grande des choses – doit l’être par la sonnerie de cent cloches, par cent processions et par cent cérémonies.
Th.71.- Qu’il soit anathème et maudit, celui qui parle contre la vérité des indulgences apostoliques.
Th.72.- Qu’il soit béni, par contre, celui qui se met en peine de combattre la licence et les excès de langage des prédicateurs d’indulgences.
Th.79.- Prétendre que la croix qui est ostensiblement dressée avec les armoiries papales équivaut à la croix du Christ est un blasphème.
(Martin Luther, Thèses sur les indulgences)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_Luther



LOUIS MASSIGNON (1883-1962)
Le 31 octobre 1962, Louis Massignon, orientaliste chrétien et témoin de la douceur évangélique, retourne au Dieu d’Abraham et Père de Jésus Christ.
Louis Massignon est né à Nogent sur Marne, en 1883. Au cours de ses années de lycée, il s’est pris de passion pour les cultures orientales et les grandes religions monothéistes. Une fois obtenu son diplôme d’arabe, il séjourna au Maroc, où il apprit à connaître la foi et l’hospitalité musulmane.
Comme pour Charles de Foucauld, dont il fut l’ami et quelque peu le disciple, la rencontre de l’islam et la culture arabe furent pour Massignon aussi l’occasion de redécouvrir sa foi chrétienne. À partir de ce moment, l’orientaliste français fut sans cesse habité par un feu intérieur qui le guidera tout au long de sa vie.
Professeur confirmé d’islamologie, il fit connaître dans le monde entier les richesses de la mystique musulmane, surtout par l’étude de al-Hallag, dont il fut le meilleur interprète. À Paris, ses cours attiraient des foules d’auditeurs, fascinés par la capacité de sympathie pour la pensée de l’autre étranger que Massignon ne cessait de manifester.
Convaincu de la grande incompréhension qui régnait autour des populations d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, il s’employa personnellement à promouvoir une connaissance plus profonde de leurs motivations en Occident ; et à l’instar de la non-violence de Gandhi, il s’engagea à résoudre les graves crises qui existaient dans les territoires colonisés.
Par la finesse de sa charité, sa délicatesse et sa bouleversante humilité, Massignon sut allier jusqu’au bout à un profond esprit scientifique une compassion sans limites.
Louis Massignon est inscrit dans le souvenir du monde musulman qui lui garde profonde estime et reconnaissance.

Lecture

Enterrés vivants, il nous reste au cœur cette étincelle ultime de la Foi. Foi héroïque de notre Père Abraham sommé de sacrifier son fils ; cette foi du pauvre, de l’arriéré, de l’ignorant haï de notre chrétienté sceptique ; Foi pour qui il n’y a plus en Dieu qu’un seul mystère, celui de son unité : l’Acte Pur où Il s’unifie lui-même.
Nous voulons entrer dans cet Acte Pur par la non-violence du « fiat » marial, par nos amis musulmans, nos frères, afin d’être « Un » ensemble avec eux, nous, leurs substitués, comme Dieu est Un.
Pour ces délaissés il n’y a plus qu’une œuvre de miséricorde, l’Hospitalité, et c’est par elle seule, non par les observances légales, qu’on dépasse le seuil du Sacré : Abraham nous l’a montré… Abraham, l’Ami de Dieu, lui avait objecté jadis dix étincelles de Foi encore brûlantes, dix hôtes croyants, habitant la Sodome jordanienne, pour la sauver du feu ; - c’est sans doute du fond de la Sodome spirituelle, de l’enfer d’ « Il primo amore » où Jésus est descendu rallumer le feu de l’hospitalité éteinte, que jaillira l’Indignation Salvatrice du Juge.
(Louis Massignon, Message de Noël 1956, dans Lutte non violente pour la justice)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_massignon

Prénoms 

Bonne fête aux :

  • Quentin, au calendrier civil 2009, et ses dérivés : Quanton, Quintia, Quintilien, Quintilla, Quintin, Quintina, etc.

Et aussi aux :


Événements 

1918
Assassinat du Comte Tisza, premier ministre hongrois.

1925
Reza Khan s'empare du trône de Perse
  • 1981 : Le fils du Chah, exilé au Caire, se proclame successeur de son père sur le trône d'Iran.
  • 1984 : Des extrémistes sikhs revendiquent l'assassinat, devant son domicile, du premier ministre indien Indira Gandhi.
  • 1992 : le Vatican réhabilite Galilée 360 ans après son procès.
  • 1997 : Le pape Jean-Paul II reconnaît que les préjugés antijuifs avaient étouffé la « résistance spirituelle » de nombreux chrétiens face aux persécutions des juifs par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale.
1998

139233_yco3htqm4gga4rox5rmq7lfqc5axtj_ca

Le 31 octobre 1998, le prince Charles de Bourbon-Deux-Siciles, duc de Calabre a épousé en la cathédrale de Monaco Camilla Crociani. Parmi les invités, le prince Albert de Monaco qui avait présenté les mariés quelques années auparavant. Charles et Camilla de Bourbon-Deux-Siciles qui se partagent entre Rome, leur chalet de Cortina d’Ampezo, Monaco et la Sardaigne, ont eu deux filles : Maria Carolina et Maria Chiara.

 

139233_yco3htqm4gga4rox5rmq7lfqc5axtj_bo


2009

Relique de l'empereur Charles Ier à Barcelone


En présence de LL. AA. II. et  RR.  l'archiduc et de l'archiduchesse Simeon d'Autriche

 

http://www.constantinianorder.org/index.php?option=com_content&view=article&id=462:31102009-barcelona&catid=107:news&Itemid=137


  

barcellona_1

 

barcellona_3

barcellona_4

 

barcellona_6barcellona_5

 

simeon1.jpg

La cérémonie a eu lieu il y a quelques semaines déjà mais ayant reçu cette information il y a peu par l’intermédiaire d’un lecteur catalan du site, je reviens donc en arrière au niveau de l’actualité.

Ainsi, le 31 octobre 2009, en la Basilique Notre Dame de la Merced de Barcelone, a eu lieu la messe de réception d’une relique “ex osibus” de l’empereur Charles d’Autrcihe, roi de Hongrie, organisée par la délégation catalane de l’Ordre Constantinien de Saint Georges dont le Grand Maître est l’Infant Carlos, duc de Calabre.

La cérémonie fut présidée par l’évêque de Solsona en présence de nombreuses personnalités dont l’archiduc Siméon, petit-fils de l’empereur et fils de l’archiduc Rodolphe et son épouse la princesse Maria Paloma de Bourbon-Deux-Siciles, fille du duc de Calabre et de la princesse Anne de France, petite-fille des défunts comtes de Paris.

Cliquez ici pour voir toutes les photos

 

simeon2.jpg

simeon3.jpg

simeon4.jpg

simeon5.jpg

simeon6.jpg

 

 

2011

Alejandra de Bourbon, maman de Tristan et Santiago

bodaalejandra.jpg

Alejandra de Bourbon, fille d’Alfonso et de Marisa de Bourbon, nièce du duc de Séville et son époux Bosco Ussia ont eu des jumeaux nés le 31 octobre dernier à Madrid. Les deux garçons été prénommés Santiago et Tristan. Alejandra de Bourbon travaille pour la marque « Loewe » en Espagne.
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 00:00

1723

Philippe Alexandre Emmanuel de Croÿ

prince de Croÿ

prince de Solre et de Moeurs

seigneur de Condé

grand veneur héréditaire du Hainaut

lieutenant des armées du roi


Né le 28 décembre 1676
Décédé le 31 octobre 1723 à l'âge de 46 ans

Ses parents:
Philippe-Emmanuel de Croÿ, prince de Solre 1641-1718
Anne-Marie de Bournonville 1657-1727

Marié le 16 juillet 1716 avec Marie-Marguerite Louise née Comtesse de Milendonck 1681-décédée à Condé le 23 août 1768 à l’âge de 77 ans.

Ils auront un enfant:
Emmanuel 1718-1784

1955

Godefroy de La Tour d'Auvergne-Lauraguais

4ème prince de La Tour d'Auvergne-Lauraguais (1914)
(Geoffroy de La Tour d'Auvergne-Lauraguais)

Parents

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 00:00
1345
Ferdinand Ier


 dit Ferdinand le Beau
roi de Portugal (1367-1383)


1538
 Caesar Baronius


 cardinal et historien italien
1542
 Henriette de Nevers


noble française, duchesse de Nevers et comtesse de Rethel


1629
 Charles II de Mantoue


 noble franco-italien, duc de Mayenne, de Nevers, de Rethel, de Mantoue et de Montferrat
 
1791
S.A.S Ferdinand de Croÿ-Solre

Prince de Croÿ et de Solre


Né le 31 octobre 1791 à Aix-la-Chapelle (Allemagne)

Il entra dans la carrière militaire et mit son épée au service du roi des Pays-Bas qui en fit un général major.

Il fut nommé colonel du régiment de hussards de son nom.

Il devint aide de camp du Prince d'Orange à la bataille de Waterloo, en 1815.

Après la célèbre défaite de Napoléon Ier, le roi Louis XVIII l'envoya à La Haye, chargé d'une mission auprès du Duc de Wellington.

En 1847, il vendit son château de Pèruwelz à Charles Tondreau.

Il mourut au Roeulx le 4 septembre 1865 à l'âge de 73 ans

Inhumé à Havré.

Parents

Auguste de Croÿ 9ème duc de Croÿ , Herzog zu Dülmen. Né le 3 décembre 1765- Décédé le 19 octobre 1822 à l'âge de 56 ans


Anne de Rochechouart de Mortemart. Née le 7 mai 1773-Décédée le 10 juillet 1806 à l'âge de 33 ans

Il épousa au Roeulx le 3 septembre 1810 sa cousine germaine Constance Anne Louise de Croÿ , Princesse de Croÿ et de Solre, fille d'Emmanuel de Croÿ,Prince de Croÿ et de Solre, et d'Adélaïde de Croÿ, Duchesse de Croÿ et d'Havré. Née le 19 août 1789.  Elle mourut au château du Roeulx, le 2 décembre 1869 à l'âge de 80 ans, et fut inhumée à Havré.


Ils ont 4 enfants:



Augusta de Croÿ.  Née le 7 août 1815 - Décédée le 10 mars 1886 à l'âge de 70 ans


1825
 Charles Martial Lavigerie


 cardinal français, archevêque de Carthage
1922 
Norodom Sihanouk


roi du Cambodge.

1929
Paul-Marie Guillaume


évêque catholique français, évêque émérite de Saint-Dié.

1934

La princesse Margaretha de Suède fête ses 75 ans

La princesse Margaretha de Suède, soeur du roi Carl Gustav, a fêté ses 75 ans.

 

Née à Haga le 31 octobre 1934, la princesse Margaretha, Désirée, Victoria de Suède est le premier enfant du prince héritier Gustav Adolphe de Suède et de la princesse Sybille de Saxe-Cobourg.

 

Elle n’a que 12 ans et son frère Carl Gustav moins d’un an lorsque leur père décède dans un accident d’avion.

 

La princesse épouse en juin 1964 John Ambler.

 

De cette union sont nés 3 enfants : Sybilla, Charles et James.

 

Le couple s’est séparé en 1996. John Ambler est décédé l’an dernier.

 

La princesse Margaretha vit aujourd’hui près de Londres dans un cottage.

Sa fille réside avec sa famille en Allemagne, tandis que ses fils habitent près de la capitale britannique et en Cornouailles.

La princesse est grand-mère de 6 petits-enfants.


1936 
Nicolas de Jesus Lopez Rodriguez


 cardinal dominicain, archevêque de Saint-Dominique.


1939
Michel Mouïsse


évêque catholique français, évêque de Périgueux.

1945

Pedro de Alcántara d'Orléans e Bragança

 prince Pedro Carlos d’Orléans-Bragance

(Pierre d'Alcantara Charles d'Orléans e Bragança)

Parents


 

Le prince Pedro Carlos d’Orléans-Bragance a fêté ce 30 octobre ses 64 ans. Il est le fils aîné du défunt prince Pedro d’Orléans-Bragance et de la princesse Esperanza de Bourbon. Le prince Pedro Carlos est le premier membre de la famille impériale du Brésil à avoir vu le jour au Brésil après le retour d’exil de la famille.

 

Ingénieur agronome, spécialisé en écologie, le prince Pedro Carlos a deux fils nés de ses 2 mariages. Pedro Thiago né en 1979 et dont la maman Rony Kuhn de Souza est décédée, et Filipe Rodrigo né en 1982 (fils de Patricia Brascombe).

Le prince et son épouse vivent au Palais du Grand Para à Petropolis. Pedro Carlos, cousin du roi d’Espagne, se consacre à l’histoire de la famille impériale du Brésil, organisant des conférences et se rendant dans les écoles afin de parler de ses ancêtres.

1990

Boniface de Clermont-Tonnerre

Parents


2005

Leonor

Feliz cumpleaños Leonor

  la fille aînée du Prince Felipe d'Espagne et de la Princesse Letizia

 


Leonor
par kir13

Petit retour en arrière, le 31 octobre 2007, jour du 2ème anniversaire de l’Infante Leonor d'Espagne, le quotidien El Pais annonce la mise en vente d’une poupée de collection « Leonor »

Une poupée Leonor vient de naitre à l'image de la petite infante.

                                    42_18313676

Cliquez pour voir le diaporama

 

             7e2f_1_sbl 79f6_1_sbl 826e_1_sbl leo_

 

    

                              

 

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 00:01

Le 30 octobre est le 303ejour de l'année

(304e en cas d'année bissextile) du calendrier grégorien.

Il reste 62 jours avant la fin de l'année.

C'était le jour de l'alisier, 9e jour du mois de Brumaire dans le calendrier républicain français.

Signe du zodiaque : 8e jour du Scorpion.

 

 

Célébrations 



Martyrologe pour le trentième jour d'octobre

 

Listen_to


A Tanger, en Afrique du Nord, la passion de saint Marcel, centurion.

 

Il fut décapité en 298 pour avoir déclaré, lors des fêtes de l'empereur,

 

qu'il était chrétien et qu'il ne pouvait donc plus le servir sans condition.

 

 

Mémoire de saint Flour, patron de la ville et du diocèse qui portent

 

aujourd'hui son nom.

 

Il était fêté aussi dans l'Ordre de Cluny.

 

 

 

En Campanie, vers 535, saint Germain, évêque de Capoue.

 

Le jour de sa mort, saint Benoît vit son âme transportée au ciel dans un

 

globe de feu.

 

 

 

Près de Namur, saint Foillan ou Pholien, martyr, venu d'Irlande au VIIe

 

siècle.

 

Il fonda en Belgique l'abbaye de Fosses et évangélisa le Brabant.

 

Il périt égorgé par des brigands.

 

 

En 1730, la naissance au ciel du bienheureux Ange, capucin du couvent

 

d'Acri, en Calabre.

 

Après deux essais infructueux, il persévéra dans l'Ordre et devint, après

 

son ordination sacerdotale, un prédicateur simple et direct, puisant dans

 

la prière de l'Office et dans l'oraison les enseignements qu'ils donnait.

 

 

Et encore ailleurs, beaucoup d'autres saints et bienheureux.

Bienheureuse Bienvenue Bojani Tertaire dominicaine (+ 1292)
Beata_Benvenuta_Boiani.jpg

Née dans le Frioul en Italie. Elle entra dans le Tiers Ordre de Saint Dominique et se sanctifia ainsi sans entrer dans un couvent. Ses contemporains l'ont dotée de toutes les vertus, mais « on se demande quand elle eut le temps de les mettre en œuvre tellement son biographe nous la montre occupée à faire sans cesse des miracles. » (Englebert) Elle voulait imiter les souffrances du Christ. Un cilice ne lui suffisant pas, elle serra autour de sa taille une corde qui, peu à peu, lui entra dans la chair. Elle en tomba malade, couverte d'ulcères douloureux. Le pape Clément XII la béatifia en 1763, ratifiant ainsi le culte que le peuple lui rendait.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bienvenue_Bojani



Saint Agent (6ème s.)
saint Pient et sainte Colombe, à Moyenvic au diocèse de Nancy. Ils se sanctifièrent par leur solitude. Après leur mort et, à cause de leur réputation, l'évêque de Sens envoya une colonie de moines bénédictins fonder un monastère sur leurs tombes.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Moyenvic



Saint Alexandre et Cronion son serviteur (+ 250)
et les saints Cronion, Julien et Macaire à Alexandrie.
Saint Alexandre et son serviteur Cronion furent d'abord deshabillés pour être exposés à la risée publique puis recouverts de chaux vive. Julien et Macaire, après de nombreuses tortures, furent décapités. Treize autres chrétiens anonymes offrirent leur vie en même temps qu'eux pour ne pas renier leur foi en Jésus-Christ.



Bienheureux Alexis Zaryckyj prêtre et martyr (+ 1963)
560.jpg

Oleksa Zaryckyj, né à Bilch en Octobre 1912, prêtre de Lvov et martyr, il fut déporté, sous le régime soviétique athée, et mourut pour la foi au camp de travail de Dolinka près de Karaganda dans le Kazakhstan le 30 octobre 1963.
Béatifié en Ukraine le 26 juin 2001.
http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_academies/cult-martyrum/martiri/001.html#2001



Bienheureux Ange (+ 1739)
Beato_Angelo_dAcri.jpg

Originaire de la Calabre, Luc Antoine Falcone hésita beaucoup avant de devenir religieux. Bel exemple de persévérance, par trois fois, il entra chez les Pères Capucins puis en sortit. Mais dès qu'il eut fait ses premiers voeux sous le nom de frère Ange, il se lança sur le chemin de la perfection. Prédicateur, il préparait ses sermons avec beaucoup de conscience dans les premiers temps, mais, au moment de les prononcer, il perdait la mémoire. Il comprit alors que c'était là volonté de Dieu et se mit à lire, relire et méditer les Saintes Ecritures. Tout spontanément cette méditation incessante enflammait ses paroles, communiquant aux autres les sentiments spirituels dont il avait été pénétré par elle. Ses extases devinrent fréquentes et jusqu'à sa mort il répétait « Oh ! qu'il est beau d'aimer Dieu ! » et c'est ainsi qu'il rendit tranquillement son esprit.

Voir aussi:
http://www.magnificat.ca/cal/fran/10-30.htm#ange



Bienheureux Bernard de La Tour (+ 1258)
du monastère de la chartreuse de Portes au diocèse de Belley. Il fut le treizième général de l'Ordre de saint Bruno. Nous savons que saint Bernard était en relation avec le roi saint Louis qui, à son instigation, fonda la chartreuse de Paris.



Saint Dragoutine (+ 1316)
Fils du roi de Serbie, Ouroch 1er, il chassa son père, s'empara du trône, et l'enferma dans un monastère. Quand il reconnut la gravité de sa faute, il céda la royauté à son frère qu'il jugeait plus digne. Il se retira dans une de ses propriétés de Bosnie pour y vivre en famille, dans le repentir. Il donnait ses biens aux pauvres et lui-même, en esprit de pénitence, dormait souvent dans une tombe pleine d'épines et de pierres tranchantes. Il soutint aussi le monastère de Sainte Catherine au Sinaï. Quelques années avant sa mort, il demanda de revêtir l'habit monastique.



Saint Foillan Abbé de Fosses-la-Ville (+ 655)
Foillan.jpg

A Fosse, près de Namur, la naissance au ciel de ce saint venu d'Irlande. Il était le frère de saint Fursy, abbé de Lagny dans la Brie française. Il prêcha d'abord l'Evangile en Angleterre et comme bien d'autres de son époque, il se rendit dans le nord des Gaules et particulièrement dans le Brabant. Lui et trois de ses compagnons furent égorgés par des malfaiteurs qui les dépouillèrent et traînèrent leurs cadavres dans la forêt. Les prodiges qui s'opéraient sur son tombeau le firent considérer comme un saint dès les premiers temps.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Feuillien_de_Fosses



Saint Germain de Capoue Evêque (+ 545)
Légat du Pape à Constantinople sous l'empereur Justinien pour renouer l'unité entre l'Orient et l'Occident qu'un schisme divisait depuis quarante ans. Il réussit à éteindre ce schisme. Il était un grand ami de Saint Benoît, lequel, selon Godescard «vit son âme portée au ciel par des anges au moment de son décès.»



Sainte Hélène d'Anjou (+ 1276)
HeleneDAnjou.jpg

La reine Hélène d'Anjou et son fils Stefan Milutin, fresque du monastère de Gračanica, 1321

Née dans le Val de Loire, de la famille du roi de Sicile Charles d'Anjou, elle fut mariée au roi de Serbie Ouroch I pour des raisons d'alliance. Elle fut une bonne reine, une bonne épouse et une bonne mère. Deux des fils furent des saints : saint Théoctiste et saint Miloutine. Elle fit régner la concorde entre ses fils, se consacra à la défense de son peuple et accepta que son époux abdique son pouvoir royal pour devenir moine. Elle-même, tout en restant dans son palais royal, mena une vie simple. Quelque temps avant sa mort, elle rappela à son fils le roi Dragoutine : « Tu es aujourd'hui ici et demain on ne sait où, aujourd'hui monarque et demain sujet, aujourd'hui opulent et demain misérable. »

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsoctobre/oct30bis.html
[url]ttp://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte_H%C3%A9l%C3%A8ne_d%27Anjou[/url]



Saint Herbert (Henbern) (+ vers 915)
Après avoir été abbé de Marmoutiers, il est nommé archevêque de Tours.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Archev%C3%AAque_de_Tours



Saint Hermenegild (4ème s.)
Héritier du roi des Wisigoths, il refusa d'embrasser l'arianisme à la différence de son père qui n'accepta pas cette conversion de son fils. Arrété, Hermenegild refusa la communion eucharistique d'un prêtre arien : « ce ne sont que vulgaires pain et vin. » Il fut assassiné par les soldats de son père et consomma ainsi son martyre pour sa foi en la vérité de l'Eglise orthodoxe.



Saint Jean de Kotchourov (+ 1917)
Envoyé jeune prêtre comme missionnaire en Amérique du Nord, il entreprit la construction de la cathédrale russe de Chicago. Revenu en Russie quelque temps avant la Révolution d'Octobre, il fut massacré en pleine rue, à Tsarskoïe Selo, par une groupe de marins bolcheviks six jours après le coup d'Etat. Il devint ainsi le premier martyr de la Révolution au sein du clergé russe. Il fut canonisé par le Patriarcat de Moscou en 1994, à la demande de l'Eglise orthodoxe d'Amérique.



Bienheureux Jean Slade martyr (+ 1583)
John Slade, originaire de Manston, Dochester, étudia à Oxford. Parce qu’il avait refusé de reconnaître la suprématie de la reine Élisabeth Ière dans le domaine spirituel, arrêté en même temps que le Bienheureux Jean Bodey, il fut pendu au gibet et affreusement démembré à Winchester en Angleterre.
Béatifié en 1929.



Bienheureux Jean-Michel Langevin prêtre et martyr (+ 1793)
Né à Ingrandes-sur-Loire, le 19 avril 1731, mort à Angers le 30 octobre 1793.
Alors que la terreur régnait en France, sous la Révolution, il fut guillotiné à cause de son sacercoce, premier d’une troupe d’une centaine d’hommes et de femmes qui demeurèrent unanimes dans la foi du Christ et témoignèrent fermement et sans peur jusqu’à la mort.

Homélie de la béatification de quatre-vingt-dix-neuf martyrs d’Angers, Jean-Paul II, le 19 février 1984.
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/homilies/1984/documents/hf_jp-ii_hom_19840219_beatificazione-repin-mazzucconi_fr.html

"Ce qu’ils voulaient, c’était rester fidèles à l’Eglise." (discours aux pélerins d'Angers)
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/speeches/1984/february/documents/hf_jp-ii_spe_19840220_pellegrini-angers_fr.html

Liste des bienheureux.
http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_academies/cult-martyrum/martiri/001.html#1984



Saint Joseph de Constantinople (+ 1283)
Il était prêtre marié. A la mort de sa femme, il devint moine puis higoumène. Réputé pour sa douceur et son amour à l'égard des pauvres, il fut le père spirituel de l'empereur Michel Paléologue. Devenu patriarche de Constantinople, il s'opposa à l'union avec Rome à laquelle travaillait l'empereur et, pour cela, fut déchu de sa charge de patriarche. Après la mort du patriarche « pro-latin » Jean Vekkos, il redevint patriarche, mais il mourut trois mois plus tard.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_de_Constantinople



Saint Lucain Martyr à Lagny, près de Paris (5ème s.)
Le bréviaire de diocèse de Paris, en 1640, le faisait originaire du Poitou, où saint Hilaire l'aurait baptisé. Prédicateur à Orléans, il vint à Paris et c'est là qu'il fut arrêté et rendit témoignage à la vérité du christianisme. La légende veut qu'il eût été décapité à Lagny.



Saint Marcel le Centurion Martyr à Tanger (+ 298)
Sa légion était cantonnée à Tanger au Maroc. Au jour de la fête de l'anniversaire de l'empereur Maximien, il osa déclarer au moment d'offrir l'encens : « Que maudit soit ce métier qui m'oblige à tuer et m'empêche d'être tout au service du Christ. » Traduit devant le préfet, il maintint ses propos et fut condamné à mort.

Autre biographie:
Originaire de la Galicie, il s’engage comme soldat dans une unité basée à Tanger (Maroc actuel), puis il est rapidement promu au grade de centurion. Il épouse une jeune fille prénommée None et douze enfants naissent de cette union. Après avoir entendu un prêche de l’évêque Décence, il se convertit au Christianisme, et ainsi font sa femme et ses enfants. Pendant les fêtes organisées en l’honneur de l’anniversaire de l’empereur Maximin, alors que les troupes sont toutes rassemblées, il refuse tout d’abord de sacrifier aux idoles, puis il se déclare Chrétien, et enfin il retire son équipement militaire et le jette aux pieds des dignitaires présents. Traduit devant un magistrat dénommé Fortunatus, il persiste dans sa détermination et après un cours procès il est condamné à être décapité. Tous les enfants de Saint-Marcel subissent le même sort de leur père et meurent en martyrs.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_Maroc#Antiquit.C3.A9



Saint Miloutine (+ 1320)
Fils du roi Ouroch et de la reine sainte Hélène, et devenu prince à la suite de la démission de son frère saint Dragoutine, il partit en guerre contre l'empereur Michel Paléologue parce que celui-ci avait accepté l'union avec Rome. En montant sur le trône, il avait fait le voeu de construire autant d'églises que d'années de son règne. Il en construisit quarante-deux dans son pays comme aussi à Thessalonique, Constantinople, Jérusalem et Sofia. Il avait l'habitude de visiter son peuple, revêtu d'habits pauvres, le soir pour se renseigner sur les besoins de ses sujets afin de leur venir en aide. Il vivait d'une manière modeste et familiale. Il repose à Sofia en Bulgarie.



Saint Saturnin Martyr (+ v. 304)
Martyr à Cagliari, en Sardaigne.
Il "eut la tête tranchée par ordre du président Barbare, l'an 304, pendant la persécution de Dioclétien."
(Source: Dictionnaire hagiographique de Pétin, Jacques-Paul Migne)
http://books.google.fr/books?id=tmYAAAAAMAAJ&pg=RA5-PA975&lpg=RA5-PA975&dq=saturnin+cagliari&source=web&ots=zGO5Q9b5G7&sig=Ahac9YWhtFG6hvCo1pLRO91G9T8&hl=fr&sa=X&oi=book_result&resnum=1&ct=result



Saint Sérapion Evêque d'Antioche (+ 211)
Peu de fragments de ses écrits théologiques, loués par Jérome et Eusèbe, ont été conservés.

Autre biographie:
Huitième évêque d’Antioche. Il aurait écrit plusieurs lettres qui sont les principaux témoignages de son action. Elles nous apprennent notamment que durant son épiscopat il a combattu deux hérésies : le Montanisme et le Docétisme.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9rapion_d%27Antioche



Saint Suliac Moine gallois (+ 606)
Moine gallois, fleuri de légende. Il évangélisa la région d'Aleth ou Saint Malo.

Voir aussi:
saint Suliau, dans la liste des saints de Bretagne célébrés au diocèse de Quimper et Léon
http://catholique-quimper.cef.fr/decouvrez_notre_patrimoine/bol-d-air-breton

et Tysilio of Wales, Abbot (AC)
http://www.saintpatrickdc.org/ss/1108.shtml

http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Suliac



Sainte SCIUSCIANIK (Suzanne ; +475)
L’Église de Géorgie fait mémoire en ce jour du martyre de la Grande Duchesse Sciuscianik, qui s’est achevé le 17 octobre 475, après une longue incarcération qu’elle a subie en raison de sa foi chrétienne.
L’aventure de Sciuscianik, historiquement, nous est parvenue grâce à l’admirable récit hagiographique de Jacques Chuzesi, confesseur de la sainte, le plus ancien et sans doute le plus grand écrivain religieux de Géorgie.
Sciucianik était la fille de Vardan Mamikonyan, aristocrate arménien ; elle fut donnée en mariage à Varsken, Grand Duc de Karthli, en Géorgie orientale. Leur union fut altérée quand Varsken, pour des raisons politiques vraisemblablement, se convertit au zoroastrisme en présence du roi des Perses. Sciuscianik accusa son mari d’apostasie ; elle fut arrêtée, incarcérée et soumise à des humiliations publiques. En prison elle ne voulut aucun privilège, et devant la décision irrévocable de son mari, elle mourut, après six ans de souffrances, épuisée par les jeûnes et les mortifications.
Ce 30 octobre, le Patriarcat de Géorgie fait mémoire de Sciuscianik. L’Église d’Arménie la célèbre le jeudi qui suit le deuxième dimanche après la fête de l’Exaltation de la Sainte Croix.

Lecture

Quand j’entrai, je vis qu’elle était couverte de balafres et le visage tuméfié. Je lui dis : « Laisse-moi nettoyer ton visage du sang qui le couvre et de la poussière qui irrite tes yeux ; je vais t’appliquer des onguents et te donner des médicaments pour alléger tes douleurs sans cesser de plaire à Dieu ». Mais Sciuscianik me répondit : « Père, ne dis pas cela : le sang que tu vois est pour la purification de mes péchés ». Alors j’élevai la voix et commençai à pleurer. Mais Sciuscianik d’intervenir : « Ne pleure pas pour l’état dans lequel tu me vois : cette nuit, pour moi, a marqué le commencement de ma joie »
(Jacques Chuzesi, Passion de sainte Sciuscianik)



Bienheureux Térence-Albert O’Brien évêque et martyr, de l’Ordre des Prêcheurs (+ 1651)
Dominicain, né en 1601 à Tower Hill, Co Limerick, Irlande, évêque à la tête de l’Église de Emly, il se dépensa pour soigner les gens atteints de la peste, mais, arrêté par des soldats, sous le régime de Cromwell, il fut conduit au gibet en haine du sacerdoce et de la foi catholique à Limerick le 30 octobre 1651.
Béatifié le 27 septembre 1992 par Jean-Paul II avec 16 autres martyrs catholiques irlandais.
http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_academies/cult-martyrum/martiri/001.html#1992



Saint Tertios (1er s.)
et les saints Marc, Justus et Artémas. Ils faisaient partie des soixante-dix disciples du Seigneur. La tradition veut qu'ils devinrent évêques et qu'ils moururent dans la paix du Seigneur après avoir glorifié Dieu par leur conduite et leur parole.



Les Églises font mémoire…

Catholiques d’occident : Marcel de Léon (+298), martyr (calendrier mozarabe)

Coptes et Ethiopiens (20 babah/teqemt) : Jean Colobos, moine (Église copte) ; Elisée (IXe s. av. J.-C.), prophète (Église d’Ethiopie)

Luthériens : Godescalcus (+868), moine et théologien en France ; Jakob Sturm (+1553), maire de Strasbourg

Maronites : Baruch (VII-VIe s. av. J.-C.), prophète ; Sérapion (II-IIIe s.), patriarche d’Antioche

Orthodoxes et gréco-catholiques : Zénobe et sa sœur Zénobie (+285), martyrs ; Sciuscianik, martyre ; Joseph Giandieri (+1770), catholicos (Église géorgienne).
Saints catholiques[2] et orthodoxes[3] du jour
Saints et bienheureux catholiques[2] du jour
Saints orthodoxes[3] du jour
  • Hélène (+ 1314), Hélène d'Anjou, reine de Serbie.

Prénoms

Bonne fête aux :

Et aussi aux :

 

Événements

1270 

la huitième croisade abandonne le siège de Tunis  

942
 Consécration du pape Marin II

1242
Raymond VII de Toulouse et saint louis signent le traité de paix de Lorris.30 octobre dans les croisades
 
                                                                 Huitième croisade
Siege of Tunis, eighth crusade.jpg

Siège de Tunis
Informations générales
Date 1270
Lieu Tunis
Casus belli Menaces mamelouks
Issue néant
Belligérants
Croisés Émirat hafisde de Tunis
Commandants
Blason pays fr FranceAncien.svg Louis IX, roi de France Hafsid Flag - Tunisia.svg Abû `Abd Allah Muhammad al-Mustansir
1422
 Charles VII se proclame roi, à Bourges

1454
Le futur duc de Bourgogne Charles le Téméraire, fils du duc Philippe III le Bon, épouse à Lille sa cousine Isabelle de Bourbon.
1485 – 30 octobre – 2010
33450_120425884685269_100001535732993_12
525e anniversaire du sacre du roi Henri VII d’Angleterre à l’Abbaye de Westminster, après la défaite du roi Richard III, dernier des Plantagenets, à Bosworth. La nouvelle dynastie des Tudor commençait ainsi avec lui, qui était un Lancastre par sa mère Marguerite Beaufort et réconcilia les deux roses en épousant Elisabeth d’York, fille ainée du roi Edouard IV.

 

 

1596 

Jean du Bec-Crespin est nommé évêque de Saint-Malo.

Il le restera jusqu'à sa mort en 1610.

 

 

1632 

Décapitation de Henri II de Montmorency à Toulouse.

 

 

1697

La France, l'Angleterre et le Saint-Empire signent la paix de Ryswick.

 

 

 

 1709 

 

73496_120210974706760_100001535732993_12

L’ancienne abbaye cistercienne de Port-Royal-des-Champs, située dans la vallée de  Chevreuse, foyer des nonnes réformées appelées « les Solitaires » et réduit du Jansénisme et fermée sur ordre de Louis XIV, en accomplissement de la bulle de Clément XI et du décret de l’Archevêché de Paris supprimant le monastère. Le lieutenant de police d’Argenson se rend à l’abbaye, accompagné de soldats, pour procéder à l’expulsion des religieuses. Les quinze sœurs professes et les sept sœurs converses présentes sont emmenées vers différents couvents d’exil. Une dernière sœur, malade, est expulsée le lendemain en litière. L’abbaye sera détruite par la suite suivant l’arrêt du Conseil d’État de janvier 1710. Jean Racine, élève de Port-Royal en fut un grand défenseur, après avoir été le détracteur. Il écrivit un abrégé de l’histoire de l’abbaye et demandé d’être enterré dans son cimetière, où sa dépouille reposa jusqu'à sa démolition, quand elle fut déplacée à l'église Saint-Étienne-du-Mont de Paris.

 

1793

Un décret de la Convention montagnarde interdit toutes les sociétés populaires de femmes 

Le Tribunal révolutionnaire condamne à mort Brissot et les Girondins

 

1794 

La Convention Nationale crée l'École normale supérieure.

 

 

1810

En Prusse, l'instruction publique devint obligatoire et gratuite pour les pauvres

 

1828 

Prise du château de Morée par les Français, condamnés par le général Nicolas Joseph Maison.

1836 
Tentative menée par Louis-Napoléon Bonaparte pour soulever les troupes à Strasbourg.
1841 
La Tour de Londres est ravagée par un incendie
Le tsar accepte le principe d'une chambre consultative, la Douma.
1955 
1975 
En Espagne, Juan Carlos Ier remplace le général Franco, gravement malade.
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 00:00
235
 Pontien


 18ème pape


1463

Marie de Bourgogne


Parents


1469

Marguerite de Savoie

Parents


1495
 François de Bourbon-Vendôme


 comte de Vendôme1470)

1574

 Marie de Clèves
Dame d'honneur de la reine Elisabeth d'Autriche de 1571 à 1574.

Parents

Troisième fille de François de Clèves, duc de Nevers, et de Marguerite de Bourbon, Marie de Clèves, née en 1553, est placée après leur décès sous la tutelle du cardinal de Bourbon mais elle est élevée par Jeanne d'Albret dans le calvinisme.

 princesse de Condé

2009

Adam Fremantle

Baron Fremantle
(Adam Augustus Fremantle)

Avocat

Parents

divorcés en 1978
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 00:00

 

1218
 Chukyo


 85ème empereur du Japon

1409
 Louis de Beauvau


 Sénéchal d'Anjou


1492

Anne de Valois


Parents


1578

Juliana de Merode

baronne de Merode

Parents


1679

Parents


1683

George II von Hannover

Duke of Cambridge (1706-1714)

Prince of Wales (1714-1727)

King of Great Britain et of Ireland (1727-1760)

Kurfürst von Hannover (1727-1760)

(George von Hannover)
(George August von Hannover)


Parents



1739
 Alphonse Hubert de Latier de Bayane


 cardinal et duc français
1762
 André Chénier
(André Marie de Chénier)


 poète français


1787
 Louis-Jacques-Maurice de Bonald


 archevêque de Lyon


1955

Florence Mandeville-Périère

Parents



1958
 François Kalist


évêque de Limoges

2005

Leonor de Borbón Ortiz

Infanta de España
(Leonor de Todos los Santos de Borbón Ortiz)

Née le 31 octobre 2005 à Madrid

Baptisée le 14 janvier 2006 à Palacio de La Zarzuela

Parents

Parrain et marraine


2009

Sophie von Lattorff

(Sophie Katharina Maria von Lattorff)

Parents

Tatiana de Liechtenstein : maman d’une petite Sophie

La princesse Tatiana de Liechtenstein, fille du prince Hans Adam et de la princesse Marie de Liechtenstein, et son époux Philippe von Latorff viennent de voir leur famille s’agrandir avec la naissance de leur 6ème enfant et 5ème fille. Une petite fille prénommée Sophie, Katharina, Maria.


Le couple qui s’est marié à Vaduz en 1999, avait déjà 5 enfants : Lukas (2000), Elisabeth (2002), Marie Teresa (2004), Camilla (2005) et Anna (2007). Sophie von Latorff est le 14ème petit-enfant du prince Hans-Adam.

 

Depuis son mariage, la princesse Tatiana n’a pour ainsi dire plus été vue lors d’activités officielles à l’exception de l’une ou l’autre fête nationale à Vaduz.

Repost 0
Published by YANN SINCLAIR - dans CALENDRIER
commenter cet article
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 00:01

Le 29 octobre est le 302ejour de l'année

(303e en cas d'année bissextile) du calendrier grégorien.

Il reste 63 jours avant la fin de l'année.

C'était le jour de la scorsonère, 8e jour du mois de Brumaire dans le calendrier républicain

français.Signe du zodiaque : 7e jour du Scorpion.

 

Dicton du jour 

Neige le jour de Saint-Narcisse, pour le blé est un bénéfice.
Saint-Narcisse, de six à six.
Octobre au coin du feu, fait venir le leu.

 

Célébrations 

Saints chrétiens

Saints catholiques   et orthodoxes   du jour 

Saints orthodoxes   du jour 

Prénoms 

Bonne fête aux :

Et aussi aux :


Saints chrétiens 



Martyrologe pour le vingt-neuvième jour d'octobre

 

Listen_to


Vers 212, saint Narcisse, évêque de Jérusalem.

 

Il fut un ardent

 

défenseur de la date de Pâques selon la coutume de l'Église de

 

Rome, c'est-à-dire le dimanche qui suit le 14 Nisan et non pas le

 

14 lui-même.

 

 

Il mourut âgé de cent-seize ans, étant ainsi un témoin précieux

 

de la tradition relative aux Lieux Saints.


 

A Antioche de Syrie, au IVe siècle, saint Zénobe, médecin

 

devenu prêtre.

 

Sous Dioclétien il fut déchiqueté au moyen de crochets de fer.

 

 

 

Vers 575, saint Theudère, moine et ermite de la région de

 

Vienne, en Dauphiné.

 

Il fut souvent consulté pour la sagesse de ses conseils.

 

 

 

Au diocèse d'Annecy, saint Germain de Montfort, maître de

 

saint Bernard de Menthon.


 

D'abord moine au prieuré de Talloires, il passa ensuite près de

 

quarante ans dans la solitude, et mourut vers l'an 1000.

 

 

Et encore ailleurs, beaucoup d'autres saints et bienheureux.

Saint Narcisse Evêque de Jérusalem (+ 212)
1029.jpg

Il présida le concile de Palestine qui décida de célébrer Pâques un dimanche et non au jour anniversaire du 14 nisan.

Il mourut plus que centenaire et son remplaçant écrivit de lui :
«Il gouverne encore l'Eglise par ses prières. Il vient d'avoir cent seize ans et il vous engage, comme je le fais aussi, à vivre dans la concorde et la paix.»

Autre biographie:
Originaire de la Grèce, il est nommé évêque de Jérusalem vers 195, alors qu’il a déjà plus de 80 ans.
Au cours de son épiscopat, il organise un concile chargé de statuer sur la détermination de la date de Pâques.
Il entreprend aussi de renforcer la discipline du clergé et des laïcs, s’attirant ainsi l’hostilité de plusieurs notables des environs.
Trois d’entre eux n’hésitent pas à utiliser la calomnie pour l’accuser faussement, ce qui le pousse à quitter son diocèse pour se retirer dans la solitude et la prière.
Après la mort de ses calomniateurs, Narcisse revient à Jérusalem et reprend sa charge.
Saint-Narcise aurait opéré un miracle en transformant de l’eau en huile.

Voir aussi:
http://www.magnificat.ca/cal/fran/10-29.htm#narcisse
http://fr.wikipedia.org/wiki/Narcisse_de_J%C3%A9rusalem



Saint Abraham (+ 1077)
L'Eglise russe fait mémoire de ce saint moine qui fut archimandrite du monastère de Rostov-Veliki, entre Moscou et Iaroslav.



Saint Abramios (3ème s.)
Il naquit en Mésopotamie non loin d'Edesse. Il voulut vivre en ermite et s'installa sur les bords de la mer de Marmara, près de Lampsaque. Grand fut son rayonnement auprès des païens de la région qui peu à peu découvrirent le Christ. Il avait recueilli l'une de ses nièces qui était orpheline, mais celle-ci, prenant de l'âge, succomba au péché de la chair avec un jeune moine qui vivait non loin de là. Dans son désespoir, au lieu de se relever, elle se livra à la prostitution dans la ville voisine. Il se rendit un jour chez elle, déguisé en soldat, et lui parla avec douceur, évitant les reproches et lui rappelant que la miséricorde de Dieu est infiniment supérieure au plus grand des péchés et que le seul péché qui empêchait le pardon était le désespoir en cette bonté de Dieu. Elle quitta l'auberge avec lui et reçut ainsi la joie d'une vie qui s'épanouit dans la paix du Seigneur.



Sainte Anastasie de Rome (3ème s.)
ste-a-03.jpg

qu'il faut distinguer de celle que l'on célèbre en décembre à Rome. L'histoire la dit remarquablement belle dans sa jeunesse ce qui lui attira la passion du gouverneur. Mais sa foi inébranlable retourna en une haine brutale cette passion inassouvie. Et c'est ainsi qu'au milieu des tortures, Anastasie témoigna de sa fidélité au Christ.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Anastasie_la_Romaine
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsoctobre/oct29.html
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome01/010.htm



Saint Anne (8ème s.)
On pourrait dire Sainte Anne, mais écoutez plutôt.
Elle naquit à Byzance. Heureuse épouse, mère de deux enfants, veuve très tôt, elle eut aussi le chagrin de perdre ses enfants. Elle voulut suivre «la voie angélique», et, pour cela, elle s'habilla comme un moine, se fit la tonsure monastique et se fit appeler Euphimien. Quand elle se présenta au premier monastère venu, elle déclara qu'elle était un eunuque. Malgré la répugnance de l'higoumène à l'accepter à cause de ses manières efféminées, elle put entrer dans la communauté qu'elle édifia par son obéissance exemplaire et son humilité. Le patriarche Taraise lui confia même un nouveau monastère. Un jour, le moine Euphimien fut accusé par un moine indigne. Elle dut se retirer pour éviter les curiosités sur son identité.
L'Eglise en Orient fait grande «mémoire de saint mère Anne qui se fit appeler Euphimien».



Saint Bond (7ème s.)
ou Bald ou Baud. Il était originaire de Sens, mais il s'en fut longtemps en Espagne où il fit un riche mariage. La chronique dit que ses parents venus le voir sans qu'il le sache, il les trouva chez lui, couchés. Pensant à un adultère de sa femme, il les tua, et ce ne fut qu'au retour de son épouse qu'il se rendit compte de son parricide. Il se fit pèlerin pénitent sur la route de Rome où il reçut le pardon du Pape. Il retourna à Sens où l'archevêque l'accueillit avec miséricorde. Des miracles nombreux étonnèrent ses contemporains.



Saint Colman Mac Duagh évêque irlandais (+ v. 632)
col48.jpg

Puits sacré de St. Colman Mac Duagh dans Corker, Irlande

Moine ordonné évêque malgré lui, il vécut avec un seul disciple de légumes et d’eau, puis fonda un monastère à Killmacduagh, qui le vénère comme son premier évêque.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Monast%C3%A8re_de_Kilmacduagh

A lire la vie de saint Colman Mac Duagh
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.stcolman.com%2Flife_baptism.html



Saint Dodon de Wallers abbé de Wallers (+ 760)
ou « de la Vallée ».
Il fut un bon moine, charitable et compatissant envers les pauvres, rempli d'humilité et d'une sainte confiance en Dieu. Les moines du monastère de Wallers n'eurent qu'à se réjouir d'avoir un tel Père-abbé à leur tête. C'est pourquoi, ils n'hésitèrent pas à en faire un saint.
Le monastère a été d’abord désigné du nom de Wallers, puis de celui de Moustier.
Dans le Cambrésis, au VIIIe siècle, saint Dodon, abbé, qui gouverna le monastère de Waller en Fagne, auquel il fit don de ses biens, mais se retira bientôt dans un ermitage. (martyrologe romain)

Voir aussi:
- Saint Dodon, patron de la Fagne
http://www.moustier-en-fagne.net/

- 59132 Moustier en Fagne
http://www.terascia.com/article.php?sid=102



Sainte Ermelinde Vierge dans le Brabant (+ 595)
Elle quitta le château familial où défilaient les prétendants pour ne vivre qu'avec le Christ. Dans le village où elle s'était retirée le seigneur et le curé (hélas) la poursuivirent de leurs assiduités peu vertueuses. Elle se retira près de Tirlemont dans le Brabant belge au diocèse de Malines et là trouva un saint prêtre dont elle fit son directeur spirituel et qui la dirigea sur les voies de la sainteté.

Autre biographie:
Fille d’une famille de la haute noblesse belge. Contre le vœu de ses parents qui souhaitent la marier, elle se destine à la vie religieuse. Elle s’installe d’abord comme recluse aux environs de Jodoigne, mais sa retraite ayant été découverte, elle suscite la convoitise de jeunes seigneurs des environs. Elle s’enfuit alors et s’arrête près de Tirlemond, en un lieu nommé Meldert, où elle s’installe comme ermite jusqu’à la fin de sa vie.



Sainte Eusébie (fin du IIIe siècle)
Vierge originaire de Bergame, en Lombardie (Italie),nièce de saint Domnion, martyre sous le règne de Maximien Hercule.



Saint Gaetano Errico (+ 1860)
20081012_errico.jpg

Le bienheureux Gaetano Errico (1791-1860), ordonné prêtre en 1815 fut le fondateur de la Congrégation des Missionnaires des Sacrés cœurs de Jésus et de Marie à Secondigliano, dans la région de Naples (Italie). Il avait été béatifié par Jean-Paul II en avril 2002.
A 16 ans en 1808, il entre au séminaire diocésain de Naples et il est ordonné prêtre en 1815 dans la cathédrale de cette ville. Pendant 20 ans il exerce son ministère dans l'église paroissiale des Saints Côme et Damien et il est instituteur. Il accomplit une intense activité apostolique, missionnaire et caritative, marquée par la prière et la pénitence. En 1818, une apparition de saint Alphonse de Liguori lui annonce que Dieu veut qu'il fonde une Congrégation religieuse et lui demande d'ériger une église en l'honneur de la Vierge des Douleurs à Secondigliano.
Aux Jansénistes qui insistaient trop sur la justice de Dieu, répandant dans les âmes peur et malaise, Gaétan Errico oppose l'annonce de la miséricorde divine. Il ne se lasse pas d'exhorter les prêtres: "Si des âmes arrivent emplies de nombreuses fautes, aidez-les à se relever, encouragez-les à la confiance, dites-leur que le Seigneur les pardonne toutes, si elles se repentent de tout cœur." Il donne l'exemple en passant des journées entières au confessionnal, prodiguant ses meilleures énergies dans l'accueil et l'écoute des pénitents. C'est "un véritable martyr du confessionnal" (Jean Paul II). "Par son exemple, il nous incite à redécouvrir la valeur et l'importance du sacrement de la pénitence, dans lequel Dieu distribue à pleines mains son pardon et révèle sa tendresse de Père envers ses fils les plus faibles." (Jean Paul II)
(source : Service de presse du Vatican)
Canonisé le 12 octobre 2008 par Benoît XVI
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.vatican.va%2Fnews_services%2Fliturgy%2Fsaints%2F2008%2Fns_lit_doc_20081012_errico_it.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaetano_Errico



Saint Germain de Talloires Prêtre à Talloires, sur le lac d'Annecy (+ 1018)
ou de Montfort. Envoyé à Paris comme étudiant durant quelques années, il fut invité à devenir le précepteur de Bernard de Menthon, le futur saint Bernard de Menthon. Avec lui, il retourne à Paris pour guider les études de son jeune élève. De retour en Savoie, il se retire dans la solitude près de Talloires. La localité de 01490 Saint Germain de Joux garde sa mémoire.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Germain-de-Joux

"Quand tu as accompli ce que le Seigneur te proposait de faire, ne cherche ni la gloire, ni même la satisfaction. Ce qu’il te propose encore, c’est de le rejoindre là où il est, dans le silence de sa prière, le soir, seul dans la montagne. Sur le chemin qui mène à sa Résurrection, en assumant la croix qu’il nous faut prendre avec lui."
Lectionnaire Emmaüs



Saint Honorat Evêque de Verceil (+ 397)
Il fut dit de lui que : si la Charité avait un visage elle aurait celui d'Honorat.



Saint Ingaud (VIIe siècle)
Disciple de Saint-Salve. Les détails de sa vie sont inconnus, mais il serait mort à l’abbaye de Sainte-Sauve de Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais), où il est vénéré.



Saint Jacques d'Osroene (+ 521)
En Mésopotamie, actuellement dans le pays des Kurdes de Turquie. Evêque de Batnès, il fut célèbre par son érudition au point qu'on l'appelait le Docteur. Il défendit la saine doctrine de l'Eglise devant les hérésies de Nestorius et d'Eutychès. Ses écrits sont en langue syriaque, remarquables par l'intégrité de leur doctrine tout autant que par l'élégance d'un style plein d'images et de figures poétiques.



Saint James Hannington (+ 1885)
La Communion anglicane fête cet évêque missionnaire mort martyr dans l'Est africain.



Saint Jorioz (10ème s.)
et les saints Ismion, Bompart, Rodolphe et Germain, tous religieux bénédictins au prieuré de Notre-Dame de Talloires. Deux localités gardent leur souvenir : 74410 Saint Jorioz et Saint Rulphe.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_jorioz



Bienheureuse Lucie Rucellai (+ 1520)
Lucie Bartolini Rucellai, Tertiaire dominicaine



Saint Majorien (période inconnue)
Moine ermite en Auvergne, où il était autrefois le patron du prieuré du Broc à Issoire (Puy-de-Dôme)



Saint Saulve (+ 615)
ou Salve.
Evêque d'Amiens, il fit construire la première cathédrale au centre de la ville. «Suivant le devoir d'un bon pasteur, il parcourait assidûment son diocèse, annonçant à tous la parole de vie éternelle. Il contribua beaucoup à déraciner des coeurs de ses ouailles les derniers vestiges du paganisme.»
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9v%C3%AAques_d%27Amiens

"Évêque d'Amiens, à la fin du VIe siècle, saint Saulve fit construire la première cathédrale de la ville. Son corps fut transporté à Montreuil, dans notre diocèse, où il est toujours vénéré."
source: 'Saints du Pas-de Calais' diocèse d'Arras
http://catholique-arras.cef.fr/page-10040-saint-calais.html

La ville de Saint-Saulve 59880 (11000 Habitants, à la périphérie nord de Valenciennes) en garde la mémoire.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Saulve



Saint Theudère Moine à Vienne, en Dauphiné (+ 575)
Théodore, Cherf ou Chef.
Moine de la région de Vienne en Gaule. Il fut souvent consulté pour sa sagesse spirituelle. Il prit conseil auprès de saint Césaire d'Arles qui en fit son diacre. Revenu plus tard à Vienne, l'évêque lui demanda d'être ermite-reclus. Ce qu'il accepta par obéissance et c'est ainsi qu'il resta douze ans au service de l'Eglise de Vienne par sa pénitence et sa prière. Une localité a pris son vocable là où il demeurait : 38890 Saint Chef.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Theud%C3%A8re



Saint Timothée (+ 1820)
Il vivait dans un petit village de Thrace avec sa femme et ses deux filles. Pendant quelque temps, son épouse s'éprit d'un Turc et pour cela quitta famille et vie chrétienne. Mais elle voulut revenir au foyer et Timothée fit croire à sa propre conversion à l'Islam afin de la reprendre comme épouse. Grâce à quoi elle revint aussi à la foi au Christ. D'un commun accord, ils se retirèrent chacun dans un monastère. Quelques années plus tard, il confessa publiquement qu'il était resté chrétien. Ce pour quoi il fut condamné à mort. Quelques autres chrétiens furent emprisonnés avec lui, mais si grande était sa paix, que le juge décida de ne faire mourir que lui et rendit la liberté aux quatre autres compagnons de Timothée.



Saint Zénobe Martyr à Antioche, en Syrie (+ 304)
et sa sœur Zénobie. Médecin à Antioche de Syrie devenu prêtre, il sacrifia sa vie pour le Christ. Il soignait gratuitement les plus pauvres et sa charité le fit connaître comme thaumaturge auprès des païens. Il fut arrêté, suspendu des jours durant à un gibet. Sa sœur Zénobie l'apprenant voulut adoucir ses souffrances et fut elle aussi arrêtée. Comme ni l'un ni l'autre ne voulaient renier le Christ, ils furent d'abord jetés dans de l'eau bouillante puis décapités.



Les Églises font mémoire…

Anglicans : James Hannington (+1885), évêque en Afrique équatoriale, martyr en Ouganda

Catholiques d’occident : Honorat de Verceil (IVe s.), évêque (calendrier ambrosien)

Coptes et Ethiopiens (19 babah/teqemt) : Théophile d’Al-Fayyoum et son épouse (III-IVe s.), martyrs (Église copte) ; Yemrehanna Krestos (XIIe s.), roi (Église éthiopienne)

Luthériens : Jean-Henry Dunant (+1910), fondateur de la Croix Rouge en Suisse
http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Dunant

Maronites : Blaise (+env. 316), évêque et martyr

Orthodoxes et gréco-catholiques : Anastasie la Romaine (+env. 251), osiomartyre ; Abraham d’Edesse (IVe s.), moine.
Saints catholiques[2] et orthodoxes[3] du jour


Événements 

1187 
le pape Grégoire VIII proclame la troisième croisade[1].
1268 
mort de Conradin de Hohenstaufen, roi de Sicile et de Jérusalem, exécuté par Charles d'Anjou. Ses cousins Hugues III de Lusignan, roi de Chypre, et Marie d'Antioche revendiquent le trône, mais la Haute cour de Jérusalem tranche en faveur d'Hugues[1].
1390 
Premier procès en sorcellerie à Paris.
Jeanne de Brigue  dite La Cordelière est jugée par le Parlement et sera brûlée vive le 19 août 1391.

 

1521 
Mort à Constantinople du prince héritier Mahmud (9 ans), fils aîné du sultan ottoman 220px-Suleyman_young.jpg Soliman le magnifique.  
1567 
La conspiration de Meaux déclenche la seconde guerre de religion.
1618 
Accusé de trahison envers le roi
JamesIEngland.jpg Jacques Ier, Sir 220px-Nicholas_Hilliard_007.jpg Walter Raleigh est exécuté à Londres.
Portail de l’histoire militaire
Portail de l’histoire militaire

La bataille du détroit de l'Øresund a lieu le 29 octobre 1658 pendant la première Guerre du Nord, dans le détroit de l'Øresund, au nord de Copenhague.

                                                         Bataille de l'Øresund
290px-Eerste_fase_van_de_Zeeslag_in_de_S
Bataille de l'Øresund par Jan Abrahamsz Beerstraten
Informations générales
Date 29 octobre 1658
Lieu Øresund
Issue Victoire néerlandaise
Belligérants
Provinces-Unies Provinces-Unies
Danemark Danemark
Suède Suède
Commandants
Witte de With
Jacob van Wassenaer Obdam
Pieter Floriszzon
Carl Gustaf Wrangel
Klas Hansson Bjelkenstjerna
Henrik Gerdtsson
Forces en présence
35 navires
1 270 canons
4 000 marins
2 000 soldats
44 navires
1 605 canons
4 055 marins
2 423 soldats
Pertes
2 navires
296 morts
503 blessés
4 navires
350 morts
850 blessés
Première Guerre du Nord
Batailles
                                                   Modèle:Première Guerre du Nord
Fichier:Battleofthesound.jpg
1709 
Expulsion des religieuses de Port-Royal-des-Champs.
‎1785 
Napoléon reçoit son brevet de Lieutenant en second ; sa première
affectation est au régiment d'artillerie de La Fère, en
garnison à Valence.
  1798 
À Louis Charles Antoine Desaix :
« Tout est parfaitement tranquille et dans l'ordre. Nous faisons tous les jours couper quelques têtes ».
1801 
Dissolution de la Diète helvétique.
  1805 
Une caisse des contributions ou de l'Extraordinaire est créée 
elle est destinée à recevoir les contributions de guerre payées par les pays vaincus.
 1806 
Capitulation, à Prentzlow, du prince de Hohenlohe et de ses 17 000 soldats.
 1807 
Charles IV d'Espagne (1748-1819)
Charles IV d'Espagne décide de faire un procès public à son fils Ferdinand, coupable d'avoir tenté de le détrôner.
 1808 
67426_462112460746_614105746_5473223_611
Napoleon 1er transmet à Gaspard Monge un projet d'invasion de l'Angleterre par montgolfières. 
  1812 
À Paris, Malet et ses complices sont jugés par un conseil de guerre

1836 
Franz Xaver Winterhalter Napoleon III.jpg
Louis-Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon Ier, tente de soulever la garnison de Strasbourg.
1863 
Logo officiel du CICR
Fondation de la Croix-Rouge.
1922 
Victor Emmanuel III of Italy.jpg
Le roi d'Italie Victor-Emmanuel III nomme Mussolini chef du gouvernement.
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 00:00

 
Henry III

 empereur romain germanique

1641
Philippe-Emmanuel de Croÿ

prince de Solre

Né le 29 octobre 1641
Décédé le 22 décembre 1718 à l'âge de 77 ans

Parents
Philippe Emmanuel de Croÿ, comte de Solre-le-Château 1611-1670
Isabelle Claire de Gand-Vilain 1619-1664

Marié le 25 octobre 1672 avec Anne-Marie de Bournonville 1657-1727, dont
Philippe-Alexandre 1676-1723


1811
Heinrich Wilhelm Adalbert


prince de Prusse, militaire et explorateur allemand


1875

La princesse Marie, Alexandra, Victoria voit le jour le 29 octobre 1875 à Eastwell Park dans le Kent.

Elle est la fille du prince Alfred, duc d’Edimbourg, fils de la reine Victoria et de la grande-duchesse Maria Alexandrovna de Russie.

La princesse est baptisée à Windsor et reçoit pour parrains et marraines la tsarine Maria Alexandrovna de Russie, la princesse Alexandra de Galles, le duc de Connaught et le futur tsar Alexandre III de Russie.

 

Marie grandit entre le Royaume-Uni et Malte où son père est affecté en poste militaire.

Elle a 1 frère et 3 soeurs : Alfred (1874-1899), Victoria Melita (qui épousera en secondes noces le grand-duc Kyrill de Russie), Alexandra et Béatrice

Il semble que son cousin germain, le futur roi George V soit tombé fou amoureux d’elle et l’ait demandée en mariage mais la mère de la princesse Marie, refuse cette alliance.

 

En 1893, le père de la princesse Marie, le prince Alfred devient le duc régnant de Saxe-Cobourg. La famille s’installe alors à Rosenau.

Le 10 janvier 1893, elle épouse le prince héritier Ferdinand de Roumanie, issue de la maison de Hohenzollern-Sigmaringen.

Le couple aura 6 enfants : Carol (futur roi Carol II, père de l’actuel roi Michel) né en 1893 au château de Pelesch, Elisabeth née en 1894 et qui épousera le roi Georges II de Grèce, Marie née en 1900 à Gotha et qui épousera le roi Alexandre I de Yougoslavie, Nicolas né en 1903, Iléana née en 1909 à Bucarest et qui épousera l’archiduc Anton et Mircea (1913-1916)

 

Le 10 octobre 1914, le roi Carol I s’éteint à Sinaia.

Son neveu le prince Ferdinand lui succède.

Marie devient reine de Roumanie.

Le couronnement n’aura toutefois lieu qu’en 1922 en raison de la Première Guerre Mondiale.

La reine s’investit sur le terrain pendant la guerre en tant que volontaire de la Croix-Rouge.

 

Elle écrit d’ailleurs un ouvage intitulé “Mon pays” afin de récolter des fonds.

 

Très patriote, la reine est décrite comme une femme de grande influence et de pouvoir.

 

C’est apparemment la reine Marie qui rapproche la Roumanie des Alliés.

 

Elle représente son pays lors de la signature du traité de Versailles en 1919.

 

Côté vie privé, il semble que son union avec Ferdinand de Roumanie ne soit pas heureuse.

On évoque d’ailleurs la possibilité que leurs deux derniers enfants soient en fait les enfants issus de relations extra-conjugales de Marie de Roumanie.

La reine a brillamment marié ses filles : l’une deviendra reine de Yougoslavie, l’autre de Grèce.

Elle est aussi très proche de son fils le prince héritier Carol jusqu’à ce que celui-ci entretienne une relation avec Magda Lupescu et s’écarte de son épouse Hélène et de leur fils Michel.

 

Le roi Ferdinand meurt en 1927.

La reine Marie passe alors de plus en plus de temps dans sa résidence de Balchik et écrit ses mémoires “Histoire de ma vie

Elle embrasse aussi la religion baha’ie.

 

Elle décède au château de Pelesch le 18 juillet 1938.

Son corps est inhumé auprès du roi Ferdinand au monastère de Curtea de Arges.

Conformément à ses dernières volontés, son coeur est transféré à Balchik.

Après que la région devienne bulgare, il est alors transféré au monastère de Bran.

Lien vers un site ami qui évoque la reine Marie de Roumanie et d’autres reines

blason
Alfredo Ottaviani 

né le 29 octobre 1890 à Rome
mort le 3 août 1979 au Vatican

archevêque et cardinal qui fut secrétaire  du Saint-Office puis
pro-préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi entre 1959 et 1968


1903
blason
http://dealbacete.net/indexverde/montabera.jpg
  Arturo Tabera Araoz

né le 29 octobre 1903 à Barco de Ávila en Espagne 
mort le 13 juin 1975 à Rome
cardinal espagnol de la Curie romaine

1934

Richard zu Sayn-Wittgenstein-Berleburg

6ème Fürst zu Sayn-Wittgenstein-Berleburg (1969)
(Richard-Casimir Karl August Robert Konstantin zu Sayn-Wittgenstein-Berleburg)

Parents

Marraine: Ingrid Bernadotte, prinsessa av Sverige 1910-2000

Richard de Sayn-Wittgenstein-Berleburg célèbre ses 75 ans

  au château familial de Berleburg ses 75 ans.

Le prince était entouré par son épouse la princesse Benedikte de Danemark, ses enfants Gustav et Alexandra, Carina Axelsson (la compagne de son fils), sa belle-soeur la reine de Danemark et son neveu le prince héritier Frederik de Danemark

1979


le 29 octobre 1979 à Carcassonne

Parents

Frères & Soeurs:
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article

Forum


Image Hosted by ImageShack.us
louis XX 01

Image Hosted by ImageShack.us

 


capetiens
(Pierre-Yves Guilain)
Cercle de réflexion royaliste

Heraldique-Noblesse
Joinville et ses princes
Amis et passionnés du Père-Lachaise
Pere-Lachaise
lescimetières
Généalogie, cimetières, patrimoine parisien
graveyart: sur les cimetières parisiens (en hollandais)

Histoires des souverains d'Europe et images de leurs tombeaux 

kaisergruft

(site sur les sépultures des Habsbourg notamment sur la crypte des Capucins)

MAISON CIVILE DU ROI. (1)

d'après le Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France
Nicolas Viton de Saint-Allais (1773-1842)- Paris, 1816



Image Hosted by ImageShack.us

Introduction

  Accueil



Rois de France


Génobaud
roi Franc
(légendaire)
à la fin du IVe siècle
354-419
Sunnon
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
388-xxx
Marcomir
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
Pharamond
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs Saliens 

(légendaire)
ancêtre mythique des Mérovingiens
Clodion le Chevelu
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs saliens
428 - 448

Image Hosted by ImageShack.us
Duc des Francs saliens 
(incertain)
448 - 457
Childéric Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Duc et Roi des Francs saliens
457 - 481
Clodomir
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Orléans
511524
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Metz
(futur Austrasie)
511534
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie
511561
Roi des Francs
558561
Roi d'Austrasie
53454
Théodebald Ier
(Thibaut)
Roi d'Austrasie
548555
561567
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie 
Roi de Bourgogne
561592
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
561575
Roi d'Austrasie
Roi d'Austrasie
595 - 612
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Bourgogne
595613
Roi d'Austrasie
61261
sous la régence de Brunehilde
Roi de Bourgogne
Roi d'Austrasie
613
Roi de Neustrie
584629
Roi de Paris
595
629
Roi des Francs
613629
Roi des Francs (sans l'Aquitaine)
629639
Roi des Francs
632639
Caribert II
 Roi d'Aquitaine
629632
Roi de Neustrie, de Bourgogne
639657
Roi d'Austrasie
656657
Roi d'Austrasie
639656
Childebert III l'Adopté
Roi d'Austrasie
657662
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, de Bourgogne
65767






Roi d'Austrasie
662675
Occupe la Neustrie
673675







Roi de Neustrie
673691
Roi des Francs 

(en fait uniquement de Neustrie)
L'Austrasie étant aux mains
de Pépin de Herstal
679
691

Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, Bourgogne et Austrasie
675 - 676
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
676679
Clovis IV








Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
691695









Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
695711
Dagobert III









Roi des Francs de 711 à 715
Chilpéric II









roi des Francs de Neustrie et des Burgondes
de 715 à 719
puis de tous les Francs de 719 à 721.
C
lotaire IV


T
hierry IV









Childéric III
Image Hosted by ImageShack.us
roi des Francs, de Neustrie
de Bourgogne et d'Austrasie
de 743 à 751

************

 

 


Pépin III le Bref
Image Hosted by ImageShack.us
Carloman Ier
Image Hosted by ImageShack.us
C
harles Ier
dit Charles le Grand
CHARLEMAGNE

Image Hosted by ImageShack.us
Louis Ier dit le Pieux
ou «le Débonnaire»
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire II

Image Hosted by ImageShack.us
C
harles II dit le Chauve
Image Hosted by ImageShack.us
Louis II dit le Bègue
Image Hosted by ImageShack.us
Louis III de France
Image Hosted by ImageShack.us
C
arloman II de France
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Eudes Ier de France
Robertin
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Simple
Image Hosted by ImageShack.us

Robert le Fort
Image Hosted by ImageShack.us
Robert Ier de France

Image Hosted by ImageShack.us

Hugues le Grand
Image Hosted by ImageShack.us
Raoul Ier de France
aussi appelé Rodolphe

Image Hosted by ImageShack.us
Louis IV dit d'Outremer
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis V dit le Fainéant
Image Hosted by ImageShack.us
Dernier roi de la lignée
des Carolingiens
Image Hosted by ImageShack.us

H
ugues Capet
Image Hosted by ImageShack.us
Robert II le Pieux
Image Hosted by ImageShack.us
Hugues II de France
Image Hosted by ImageShack.us
(1007-1025)
Roi de France associé
1017 - 1025
Henri Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VI le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VII Le Jeune
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe II Auguste
Image Hosted by ImageShack.us

Louis VIII le Lion
Image Hosted by ImageShack.us

Louis IX (Saint Louis)
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe III de France
dit le Hardi
http://www.visite-de-rouen.com/images/philippe_3.jpg
Philippe IV le Bel
image
Louis X le Hutin
http://www.livois.com/phpgedview/media/Louis_X_le_Hutin.jpg
Jean Ier le Posthume

image






Philippe V
le Long
http://www.livois.com/phpgedview/media/Philippe_V_le_Long.jpg
Charles IV le Bel
http://www.livois.com/phpgedview/media/Charles_IV_le_Bel.jpg
Valois
Philippe VI le Fortuné
http://www.france-pittoresque.com/rois-france/img/philippe-VI.gif
Jean II le Bon
image
Charles V le Sage
http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0014/m502004_97de1712_p.jpg
Charles VI le Fol ou le Bien-Aimé
image
Charles VII le Victorieux
image
Louis XI de Valois
http://jargeau-tourisme.com/img/louis11.jpg
Charles VIII de Valois
image
Louis XII d'Orléans
image
François Ier d'Angoulème
image
Henri II d'Angoulème
image
François II d'Angoulème
image
Charles IX d'Angoulème
image
Henri III d'Angoulème
image