Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Médias

Réécoutez le dernier journal de

RCF Pays d’Aude

Image Hosted by ImageShack.us

  Curie Romaine
Liste des papes

Pape Liste des papes
Liste détaillée des papes
Liste des primats de l'Église copte orthodoxe
Liste des primats de l'Église apostolique arménienne

Cité du Vatican
http://www.vaticanstate.va/FR/homepage.htm

Vatican Site Officiel
http://www.vatican.va/phome_fr.htm
  Musées du Vatican
http://mv.vatican.va/StartNew_FR.html



http://imageshack.us/ 
* * * Dernières minutes . . . A F P . . .H2 News . . . La Croix . . .
http://imageshack.us/

http://news.google.fr/news?hl=fr&ned=fr&ie=UTF-8&q=site:eucharistiemisericor.free.fr&scoring=n
http://www.la-croix.com/afp.static/pages/index.religion.htm

 

 

 

 

 

 

     En direct
             de la
    Place Saint-Pierre
http://imageshack.us/ 
* * *  En direct de Rome  * * *


http://imageshack.us/
http://mediastream.vatican.va/mpeg4lan.sdp
http://www.sat2000.it/diretta/
http://www.oecumene.radiovaticana.org/fr1/index.asp
3
journaux en Français

        (8h15 - 13h - 18h)


http:///
http://www.tv-direct.fr/live_ktotv.php
http://www.lejourduseigneur.com/  

 Catholique TV
http://img410.imageshack.us/img410/81/tvcatholiquelyon.png
http://www.catholique.tv/

Gazettes & Sites Royaux

rois.jpg
 Ils sont tous là !
Ils nous regardent et nous racontent 14 siècles d'Histoire de France

 

1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 23:03

Bienheureux Martyrs des Carmes martyrs de la révolution (+ 1792)

Ils sont 191

3 évêques, 127 prêtres séculiers, 56 religieux et 5 laïcs qui furent arrêtés par les révolutionnaires comme ennemis de la Patrie et rebelles à la Constitution civile du clergé.
<br> <a href="http://www.dailymotion.com/video/xrg1i9_les-massacres-de-septembre-1792_school" _mce_href="http://www.dailymotion.com/video/xrg1i9_les-massacres-de-septembre-1792_school" target="_blank">Les Massacres de Septembre 1792</a> <em>&nbsp;</em><br>

On les entasse dans diverses maisons religieuses transformées en prisons improvisées: les Carmes, l'Abbaye, la Force.

Le 2 septembre 1792, elles sont investies par des "sans culottes" exaltés.

Les assassinats qui inaugurent le carnage sont suivis d'un simulacre de jugement: "J'appartiens à l'Eglise catholique, apostolique et romaine"

A ce titre, exécution immédiate.
Plus d'un millier d'entre ces prisonniers sont tombés en ces jours sous une fureur populaire incontrôlée.

Pour 191 d'entre eux on a pu établir qu'ils sont morts certainement à cause de leur foi, mais tous les autres partagèrent leurs souffrances et leur témoignage en faveur du Christ et de l'Eglise
 
Martyrologe romain

À Paris, en 1792, la passion des bienheureux martyrs Jean-Marie du Lau d’Allemans, François-Joseph et son frère Pierre-Louis de la Rochefoucauld, évêques, respectivement d’Arles, de Beauvais et de Saintes et quatre-vingt-douze compagnons Prêtres : Vincent Abraham, de Charleville, curé de Sept-Saulx, au diocèse de Reims ; André Angar, de Paris, vicaire à la paroisse Saint-Sauveur ; Jean-Baptiste-Claude Aubert, de Paris, curé de Notre-Dame de Pontoise, au diocèse de Rouen ; François Balmain, de Luzy, au diocèse de Nevers, ancien jésuite, confesseur des Filles de Sainte-Croix de Rueil ; Jean-Pierre Bangue, de Vuillafans, au diocèse de Besançon, chapelain de l’hôpital Saint-Jacques, à Paris ; Louis Barreau de La Touche, du Mans, bénédictin de Saint-Maur, prieur de Saint-Baudile à Nîmes ; Louis-François-André Barret, de Carpentras, vicaire à la paroisse Saint-Roch à Paris ; Joseph Bécavin, de Carquefou, au diocèse de Nantes, ordonné le 15 avril précédent ; Charles-Jérémie Béraud du Pérou, de Meursac, au diocèse de Saintes, ancien jésuite, vicaire général de Saintes ; Jacques-Jules Bonnaud, du Cap-Français, à Saint-Domingue, ancien jésuite, vicaire général de Lyon ; Jean-Antoine-Hyacinthe Boucharenc de Chaumeils, de Pradelles, au diocèse du Puy, vicaire général de Viviers ; Jean-François Bousquet, de Ginestas, au diocèse de Narbonne, demeurant à Paris dans la maison des Eudistes ; Jean-François Burté, de Rambervillers, au diocèse de Saint-Dié, supérieur des Cordeliers, à Paris ; Claude Cayx, dit Dumas, de Martel, au diocèse de Cahors, ancien jésuite, directeur des Ursulines de Saint-Cloud ; Jean Charton de Millou, de la paroisse Saint-Nizier, à Lyon, ancien jésuite, confesseur des Religieuses du Saint-Sacrement, rue Cassette, à Paris ; Claude Chaudet, du diocèse d’Aix, au service de la paroisse Saint-Nicolas des Champs, à Paris ; Ambroise-Augustin Chevreux, d’Orléans, bénédictin, supérieur général de la Congrégation de Saint-Maur, député à l’assemblée nationale ; Nicolas Cléret, de Barfleur, au diocèse de Coutances, chapelain des Incurables, à Paris ; Claude Colin, de Charenton, “maître spirituel” de l’Hôtel-Dieu de Paris ; Bernard-François de Cucsac, de Toulouse, sulpicien, supérieur du séminaire de philosophie de Saint-Sulpice, à Paris ; François Dardan, d’Isturitz, au diocèse de Bayonne, confesseur au Collège de Sainte-Barbe, à Paris ; Guillaume-Antoine Delfaut, de Daglan, au diocèse de Sarlat, ancien jésuite, curé de Daglan, député à l’assemblée nationale ; Mathurin-Victor Deruelle, de Paris, chapelain des Filles de la Charité, sur la paroisse Saint-Gervais ; Gabriel Desprez de Roche, de Decize, au diocèse de Nevers, vicaire général de Paris, membre de la Société du Coeur de Jésus ; Thomas-Nicolas Dubray, de Beauvais, au service de la paroisse Saint-Sulpice à Paris ; Thomas-René Dubuisson, de Laval, au diocèse du Mans, curé de Barville, au diocése d’Orléans ; François Dumasrambaud de Calandelle, de La Chaussade, au diocèse de Limoges, aumônier de l’évêque de Limoges ; Henri-Hippolyte Ermès, de Paris, vicaire à Saint-André des Arts ; Armand de Foucauld de Pontbriand, de Celles, au diocèse de Périgueux, vicaire général d’Arles, abbé commendataire de Solignac ; Jacques Friteyre-Durvé, de Marsac, au diocèse de Clermont, ancien jésuite, chanoine de Saint-Paul d’Estrées, missionnaire à Paris ; Claude-François Gagnères des Granges, de Chambéry, ancien jésuite, pensionnaire de la maison Saint-François de Sales, à Issy ; Jacques-Gabriel Gallais, de Longué, au diocèse d’Angers, sulpicien, supérieur du séminaire des Robertins, à Vaugirard ; Pierre Gauguin, d’Esvres, au diocèse de Tours, sulpicien, au séminaire d’Issy ; Louis-Laurent Gaultier, de Bazouges-la-Pérouse, au diocèse de Rennes, ancien jésuite, pensionnaire de la maison Saint-François de Sales, à Issy ; Georges Girault, de Rouen, du Tiers-Ordre régulier de Saint-François (Père Séverin), confesseur des franciscaines de Sainte-Élisabeth, résidant au couvent de Nazareth à Paris ; Jean Goizet, de Niort, au diocèse de Poitiers, curé de Notre-Dame de Niort ; André Grasset de Saint-Sauveur de Montréal (Canada), chanoine de Sens ; Pierre-Michel Guérin, de La Rochelle, sulpicien, directeur au séminaire de Nantes ; Jean-Antoine Guilleminet, de Bédarieux, au diocèse de Béziers, au service de la paroisse Saint-Roch, à Paris ; François-Louis Hébert, de Crouttes, au diocèse de Bayeux, eudiste, coadjuteur du supérieur général des eudistes et confesseur du roi Louis XVI ; Jacques-Étiene-Philippe Hourier, de Mailly-Maillet, au diocèse d’Amiens, sulpicien, directeur au séminaire de Laon, à Paris ; Jean-Baptiste Janin, de Sourdeval-la-Barre, au diocèse de Coutances, aumônier de l’hôpital de la Salpétrière, à Paris ; Jean Lacan, du diocèse de Rodez, aumônier de l’hôpital de la Pitié, à Paris ; Pierre Landry, de Niort, au diocèse de Poitiers, vicaire à Notre-Dame de Niort ; Claude-Antoine-Raoul de La Porte, de Brest, au diocèse de Léon, ancien jésuite, curé de Saint-Louis de Brest ; Robert Le Bis, de Saint-Amand, au diocèse de Coutances, curé de Saint-Denis de Bris-en-Josas, au diocèse de Paris ; Mathurin-Nicolas Le Bous de Villeneuve de La Ville-Crohain, de Rennes, confesseur des bénédictines de la rue de Bellechasse, à Paris ; Olivier Lefebvre, de Grentheville, au diocèse de Bayeux, chapelain des Dames de la Miséricorde, à Paris, membre de la Société du Coeur de Jésus ; Urbain Lefèvre, de Tours, ancien membre de la Société des Missions étrangères de Paris, retiré à Athis-Mons ; François Lefranc, de Vire, au diocèse de Bayeux, eudiste, professeur au Collège de Lisieux, à Paris ; Charles-François Le Gué, de Rennes, ancien jésuite, résidant à Paris ; Jacques-Joseph Le Jardinier Delandes, de Laigle, au diocèse de Séez, curé de Saint-Nicolas de La Feuillie, au diocèse de Coutances ; Jacques-Jean Lemounier, de Mortagne, au diocèse de Séez, vicaire à Notre-Dame de Mortagne ; Vincent-Joseph Le Rousseau de Rosencoat, de Châteauneuf, au diocèse de Cornouaille, ancien jésuite, confesseur des religieuses de la Visitation de la rue du Bac, à Paris ; François-César Londiveau, de Saint-Calais, au diocèse de Mans, vicaire à Saint-Martin d’Évaillé, au même diocèse ; Louis Longuet, de Saint-Germain-Langot, au diocèse de Bayeux, chanoine de Saint-Martin de Tours ; Jacques-François de Lubersac Saint-Germain, de Chalais, au diocèse de Limoges, aumônier de Madame Victoire, tante du roi Louix XVI ; Marie-Auguste Luzeau de la Mulonnière, de Sucé, au diocèse de Nantes, sulpicien, ancien directeur au séminaire d’Angers, retiré au séminaire de Saint-Sulpice, à Paris ; Gaspard-Claude Maignien, d’Amance, au diocèse de Besançon, curé de Villeneuve-les-Sablons, au diocèse de Rouen ; Jean-Philippe Marchand, de Marçay, au diocèse de Saintes, vicaire à Notre-Dame de Niort, au diocèse de Poitiers ; René-Julien Massey, de Rennes, bénédictin de Saint-Maur, procureur du monastère Saint-Florent de Saumur ; Louis Mauduit, de Chevillon, au diocèse d’Orléans, vicaire général de Sens ; François-Louis Méallet de Fargues, de Vitrac, au diocèse de Saint-Flour, vicaire général de Clermont ; Jacques-Alexandre Menuret, de Montélimar, au diocèse de Valence, supérieur de la maison de retraite Saint-François de Sales, à Issy ; Jean-Jacques Morel, de Prez-sous-Noréaz, du canton de Fribourg en Suisse, capucin (frère Apollinaire), vicaire des Allemands à la paroisse Saint-Sulpice, à Paris ; Jean-Baptiste Nativelle, de Guilberville, au diocèse de Bayeux, vicaire à Saint-Martin de Longjumeau, au diocèse de Paris ; René Nativelle, frère aîné du précédent, vicaire à Saint-Denis d’Argenteuil, au diocèse de Paris ; Antoine-Matthias-Augustin Nogier, du Puy, chapelain des Ursulines de la rue Saint-Jacques, à Paris ; Joseph-Thomas Pazery de Thorame, d’Aix, chanoine de Blois ; Jules-Honoré-Cyprien Pazery de Thorame, frère cadet du précédent, chanoine et vicaire général de Toulon ; Pierre-François Pazery de Thorame, oncle des deux précédents, vicaire général d’Arles ; Pierre Ploquin, de Villandry, au diocèse de Tours, vicaire à Druye, dans le même diocèse ; Jean-Baptiste-Michel Pontus, de Néville, au diocèse de Coutances, sulpicien, vicaire à la paroisse Saint-Sulpice, à Paris ; René-Nicolas Poret, du Mesnil-Touffray, au diocèse de Bayeux, curé de Saint-Martin de Boitron, au diocèse de Séez ; Julien Poulain-Delaunay, de Ver-sur-mer, au diocèse de Bayeux, assistant du curé de Saint-Gilles de Caen ; Pierre-Nicolas Psalmon, de Rouen, sulpicien, vicaire général de Troyes pour les prêtres de ce diocèse vivant à Paris, et doyen de Saint-Pierre de Varen ; Jean-Robert Queneau, d’Angers, curé de Saint-Doucelin d’Allones, au même diocèse ; Claude Rousseau, de Paris, sulpicien, directeur au séminaire de Laon, à Paris ; François-Urbain Saline de Niart, de Neuf-Brissach, au diocèse de Strasbourg, chanoine de Saint-Lizier de Couserans ; Jean-Henri-Louis Samson, d’Avranches, vicaire à Saint-Gilles de Caen, au diocèse de Bayeux ; Jean-Antoine Savine, d’Embrun, sulpicien, supérieur des Clercs de Saint-Sulpice, à Paris ; Jean-Antoine-Barnabé Seguin, de Carpentras, vicaire et supérieur des clercs à Saint-André des Arts, à Paris ; Jean-Baptiste Tessien, de Fontaine-les-Ribouts, au diocèse de Chartres, sulpicien, prédicateur à Paris ; Loup Thomas, dit Bonnotte, d’Entrains-sur-Nohain, au diocèse d’Auxerre, ancien jésuite, confesseur des Ursulines à Paris ; François Vareilhe-Duteil, de Felletin, au diocèse de Limoges, ancien jésuite, pensionnaire à la maison Saint-François de Sales, à Issy ; Pierre-Louis-Joseph Verrier, de Douai, au diocèse de Cambrai, retiré à la maison Saint-François de Sales, à Issy.
Diacres : Louis-Alexis-Matthias Boubert, d’Amiens, économe des Clercs de Saint-Sulpice, à Paris ; Antoine-François-Dieudonné de Ravinel, de Bayon, au diocèse de Nancy, séminariste à Saint-Sulpice, à Paris ; Jacques-Augustin-Robert de Lézardières, de Challans, au diocèse de Luçon, séminariste à Saint-Sulpice, à Paris.
Religieux : Guillaume-Louis-Nicolas Leclercq, de Boulogne-sur-mer, frère des Écoles chrétiennes (frère Salomon), secrétaire général de l’Institut, à Paris.
Clerc : Auguste-Denis Nézol, de Paris, professeur à la Maison Dubourg, à Issy.
Laïc : Charles-Régis Mathieu de la Calmette, comte de Valfons, de Nîmes, ancien officier, retiré à Paris chez le bienheureux Jean-Antoine Guilleminet. , pour la plupart prêtres ou religieux, qui, pour avoir refusé de prêter serment à la Constitution civile du clergé sous la Révolution française, furent rassemblés au Couvent des Carmes et massacrés en haine de la religion.

- Parmi eux, plusieurs Eudistes trouvèrent la mort et certains subirent le martyre dans la tourmente révolutionnaire; il s'agit des bienheureux François Louis Hébert, Claude Pottier, supérieur du Séminaire de Rouen, et François Lefranc, supérieur du Séminaire de Coutances, massacrés aux Carmes.
http://www.eudistes.org/histoire.htm

- Recueil de pièces authentiques sur les martyrs depuis les origines du christianisme jusqu'au XX° siècle: La Révolution (1791-1794)
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/martyrs/martyrs0011.htm

- Parmi ces martyrs, le diocèse de Quimper et Léon honore plus particulièrement les Bienheureux Claude, Vincent, Nicolas et François.
http://catholique-quimper.cef.fr/decouvrez_notre_patrimoine/bol-d-air-breton/martyrs-de-septembre-1792/?searchterm=Claude, Vincent, Nicolas et François.

- le diocèse de Bayonne honore le Bienheureux François Dardan, texte de soeur Pascale du diocèse de Bayonne,
http://nominis.cef.fr/contenus/BxFrancoisDardan.pdf
Lescar et Oloron, extrait de son ouvrage 'Témoins du Christ en Béarn et au Pays Basque' (1.6Mo)
http://nominis.cef.fr/contenus/soeurpascale2009.pdf

- au diocèse d'Evreux, le Bienheureux Jacques de la Lande
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/10193/Bienheureux-Jacques-de-La-Lande.html

- L'association des Martyrs de la Révolution:
Les victimes par ordre alphabétique, par prison, par ordre religieux, par département, par paroisse... Les lieux...
http://www.bxmartyrsde1792.com/index2.html

Voir aussi:
http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20090902&id=13326&fd=0
http://fr.wikipedia.org/wiki/Prison_des_Carmes
http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9minaire_des_Carmes
http://www.sem-carmes.com/
 

Listen_to


« De l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace »

Ces mots marquent le discours de Danton, qui avait pour but de mobiliser le peuple contre l'envahisseur étranger.

Début septembre 1792, la capitale panique.
Aux frontières, les troupes n'ont pu résister à l'invasion.
Les rumeurs d'un complot fomenté par "les aristocrates, aidés des brigands détenus dans les prisons" courent.
L'esprit échauffé, les patriotes décident d'agir.

Après la chute des Tuileries, l'Assemblée a autorisé les municipalités à procéder à de nombreuses arrestations.
Les prisons sont pleines à craquer.

Le 2 septembre, des bandes se ruent dans les prisons.
Personne n'est épargné, ni les malades, ni les vieillards, ni les indigents.
Au soir, une circulaire glorifiant les massacres sort de l'imprimerie de Marat.

Danton, en tant que ministre de la Justice, a la garde des prisonniers, mais reste passif.
Le comité de surveillance de la Commune se contente de faire paraître un arrêté enjoignant de juger les suspects avant de les exécuter.

Des tribunaux de sectionnaires se forment.
Et, après un simulacre de jugement, les exécutions sommaires continuent. 1400 détenus sont massacrés.
Si on suit l'exemple parisien à Lyon, le pays dans son ensemble ne cautionne pas l'action des "septembriseurs"
A l'étranger, les massacres de septembre provoquent indignation et horreur.
C'est dans ce climat sanglant et halluciné que sera élue la Convention.

Les massacres de Septembre


Depuis la veille, des rumeurs sinistres courent la ville.

 

On parle d'une conspiration des aristocrates et des prêtres.

 

On parle aussi d'un massacre général des suspects.

 

Des placards meurtriers signés «Marat» tapissent les murs.

 

L'atmosphère est lourde, il y traîne comme une odeur de sang.

0335.jpg (34289 octets)

Massacre à l'Abbaye le 2 septembre 1792 - dessin de Prieur - Musée Carnavalet


Le journaliste Prud'homme, lié avec Danton, court s'informer près de lui - Tout espèce de mesure modérée est inutile, déclare le ministre. La colère du peuple est à son comble, il y aurait du danger à l'arrêter.

 

Sa première fureur assouvie, on pourra lui faire entendre raison.


Le massacre est donc prémédité Marat l'ordonne, la Commune l'organise, Danton l'approuve.

 

Il veut, en frappant de terreur les électeurs de la Convention prochaine, les détacher des Girondins, les rendre dantonistes.

0336.jpg (36218 octets)

Interrogatoire à l'Abbaye, le 3 septembre 1792 - gravure du temps


La boucherie commence avec l'égorgement de vingt-trois prêtres réfractaires à la prison de l'Abbaye par des fédérés marseillais et bretons.

 

Billaud-Varenne, substitut du procureur de la Commune, les pieds dans une boue rouge, s'écrie : « Peuple, tu immoles tes ennemis, tu fais ton devoir i »

 

Maillard, le Maillard du 14 Juillet et des jours d'Octobre, qui se trouve là aussi, dit alors: - Plus rien 'à faire ici, allons aux Carmes.

0337.jpg (42990 octets)

L'assassinat de la princesse de Lamballe le 3 septembre 1792 - gravure hollandaise

Une bande, provenant des sections du Luxembourg et des Quatre-Nations, le suit au couvent des Carmes où sont renfermés cent cinquante prêtres insermentés.

 

A l'arrivée des assassins, ils courent s'agenouiller à la chapelle.

 

Ils sont tués à coups de pique, de hache et de bâton.

 

L'archevêque d'Arles meurt en martyr. Sont abattus après lui les deux frères La Rochefoucauld, évêques de Saintes et de Beauvais, le confesseur roi Hébert, le général des Bénédictins Dom Chevreul

 

. Des religieux ont fui dans le jardin. Ils sont traqués d'arbre en arbre, tirés comme un gibier.

 

Bien peu, escaladant les murs, peuvent se réfugier dans les maisons voisines.

0338.jpg (21790 octets)

La princesse de Lamballe - par Danloux - B. N. Estampes


Après avoir bu, la horde retourne à l'Abbaye encore pleine de prisonniers. Exécuteur des ordres de Comité de surveillance, Maillard, en bon procédurier, installe dans le vestibule de la prison un tribunal qu'il préside, assis devant une table, le registre d'écrou sous les yeux, et entouré de douze coquins, ses assesseurs.

 

Les tueurs sont placés derrière la porte à guichet qui donne sur la rue Sainte-Marguerite.

 

Un à un, les détenus sont amenés devant le tribunal.

 

En habit gris, la tête poudrée, le sabre au côté, Maillard les interroge avec froideur.

 

Passent d'abord une cinquantaine de Suisses et de gardes du corps emprisonnés depuis le 10 Août.


Pour chacun d'eux, Maillard se borne à prononcer trois mots

- A la Force.

C'est la formule convenue pour déguiser leur arrêt aux condamnés.

La porte s'ouvre.

 

L'un après l'autre on les pousse.

 

Dès qu'ils ont franchi le seuil, ils tombent sous les piques ou les baïonnettes.

0339.jpg (33470 octets)

Massacre du Chatelet, le 2 et le 3 septembre 1792


La nuit est venue. Le travail (comme dit Billaud-Varenne) se poursuit à la lueur des torches. L'ancien ministre Montmorin comparaît.

 

Le tribunal dit «du i 7 août », auquel il a été déféré quelques jours plus tôt, l'a acquitté. Le peuple, qui voit en lui un des chefs de la « conspiration royaliste », a protesté avec tant de violences que Danton l'a fait ramener à l'Abbaye. Dédaigneux, il récuse ces nouveaux juges.


- Soit, dit Maillard, vous irez à la Force.

- Monsieur le Président, puisqu'on vous appelle ainsi, je vous prie de me faire avoir une voiture.

- Vous allez l'avoir, répond Maillard.


Montmorin sort, très digne, et s'affaisse aussitôt, percé de coups.

Thierry, valet de chambre de Louis XVI, lui succède.

 

Il crie bravement « Vive le roi » et va trébucher sur le cadavre de Montmorin.

 

La foule, acharnée sur lui, avec une torche lui brûle le visage.

0340.jpg (28669 octets)

Massacre aux Carmes


On contraint au milieu des rires le colonel de Saint-Mars à se traîner à genou, une pique enfoncée dans le corps, puis on le décapite.


Plus de trois cents prisonniers sont ainsi « élargis »....

La garde nationale laisse faire. Santerre prétend qu'il n'est pas certain de ses troupes. La Législative, à qui Fauchet a dénoncé la tuerie des Carmes, nomme une députation « pour rétablir le calme »

 

En font partie, avec d'autres, Dussaulx, Bazire, Chabot, Isnard.

 

Arrivés à l'Abbaye, le vieux Dussaulx se borne à quelques mots patelins, aussitôt ouverts par des huées.

 

Isnard, l'éloquent Isnard, se tait.

 

Tous ces politiciens sont verts de peur.

 

Dussaulx dit à ses collègues: «Retirons-nous.»

 

Ils reviennent au Manège, rendent compte.

 

L'Assemblée, tranquillement, passe à l'ordre du jour et expédie les affaires courantes...

0341.jpg (40111 octets)

Massacre des prêtres réfugiés dans la Chapelle des Carmes - gravure du temps

Danton, averti au sortit du Conseil par Grandpré, l'un des subordonnés de Roland, le repousse, « les yeux lui sortant de la tête, avec le geste d'un furieux» : - Je me f... bien des prisonniers !

 

Qu'ils deviennent ce qu'ils pourront


Les ministres girondins, dénoncés par Robespierre, attaqués par la Commune qui a lancé un mandat d'arrêt contre Roland et Brissot, ne songent qu'à leur propre salut et montrent une lâcheté navrante. Roland, dans une lettre de timide protestation, écrira à l'Assemblée : « Hier fut un jour sur les événements duquel il faut peut-être jeter un voile. Je sais que le peuple, terrible dans sa vengeance, y porte encore une sorte' de justice. » Quant à la presse girondine, elle fait bonnement l'apologie du massacre...

La nuit entière il a continué à l'Abbaye, puis de là s'est étendu à toutes les prisons, à la Conciergerie, au Châtelet, à la Force, à la Salpêtrière, à Bicêtre. De mieux en mieux organisé, il va durer jusqu'au 6 septembre - cinq jours - sans qu'aucune autorité, ni aucun chef populaire ait essayé de s'y opposer. Les victimes sont de toutes classes : prêtres, aristocrates, voleurs, détenus pour dettes, filles publiques, artisans, manœuvres, jusqu'à des enfants.

0342.jpg (33014 octets)

Massacre à la Salpêtrière - gravure du temps


A la Force, le matin du 3, vers dix heures, la princesse de Lamballe est tirée de son cachot. Couchée, malade, elle était épouvantée des bruits qu'elle entendait.


Levez-vous, madame, il faut aller à l’Abbaye, lui disent les deux gardes nationaux envoyés pour la chercher.


La malheureuse répond par ses mots ingénus

- Prison pour prison, j'aime autant celle-ci.

On la presse. Tremblante, la tête perdue, elle s'habille et suit les gardes.

Qui êtes-vous ? lui demande Hébert, accoudé à sa table.


- Marie-Louise de Savoie-Carignan, princesse de Lamballe, murmure-t-elle et s'évanouit.

0343.jpg (30788 octets)

Massacre à l'Abbaye - gravure populaire


On l'assied, on lui fait reprendre ses sens et l'interrogatoire continue.

Il y a dans les juges, il y a dans la foule qui l'entoure des hommes qui, payés par le duc de Penthièvre, son beau-père, voudraient la sauver.

On lui demande ce qu'elle connaît des complots de la cour.

Elle balbutie

- Je n'ai connu aucun complot.

- Faites serment d'aimer la liberté et l'égalité, jurez haine au roi, à la reine, à la royauté.

La menue, timide créature qui, abritée en Angleterre, n'est revenue en France que pour partager les dangers de la reine, sa maîtresse et son amie, se redresse dans sa robe froissée.

Un doux héroïsme la soulève

- Je ferai facilement le premier serment, je ne puis faire le second, qui n'est pas dans mon cœur.

- Jurez donc, lui souffle quelqu'un, ou vous êtes morte

Elle ne répond pas, se détourne et cache son visage dans ses mains.

Hébert alors, levant sa tête sèche et dure, prononce le mot fatal.

- Elargissez madame.

Deux hommes la prennent par les bras et l'entraînent dans la rue. Devant l'amas des cadavres dont la plupart sont déjà dépouillés, elle soupire

- Fi ! l'horreur

Un sabre s'abat sur son cou. Elle est percée de plusieurs coups de piques. On la dévêt entièrement. Elle reste ainsi deux heures, étalée nue au coin d'une borne, à la risée lubrique de la foule. Un peu plus tard, on lui coupe la tête, on lui arrache le cœur.

0344.jpg (41211 octets)

Massacre à Bicêtre - gravure populaire


Marat, si grand amateur de sang, devrait être satisfait. Il lui faut mieux encore. Paris ne lui suffît pas; il veut que le massacre, comme à la Saint-Barthélemy, s'étende à la France entière : il fait tirer sur ses presses la circulaire suivante, datée du 3 septembre

« Prévenue que des hordes barbares s'avançaient contre elle, la Commune de Paris se hâte d'informer ses frères de tous les départements qu'une partie des conspirateurs féroces, détenus dans les prisons, a été mise à mort par le peuple : actes de justice qui lui ont paru indispensables pour retenir par la terreur les légions de traîtres cachés dans ses murs, au moment ou il allait marcher a' l'ennemi; et sans doute la nation entière, après la longue suite de trahisons qui l'ont conduite sur les bords de l'abîme, s'empressera d'adopter ce moyen si nécessaire de sa/ut public, et tous les Français s 'écrieront comme les Parisiens «Nous marchons à l'ennemi, mais nous ne laisserons pas derrière nous des brigands pour égorger nos femmes et nos enfants »

Signée de tous les membres du Comité de surveillance, cette circulaire est expédiée aussitôt dans les départements avec le contreseing du ministre de la Justice, apposé par Fabre d’Eglantine, l'âme damnée de Danton.

0345.jpg (26012 octets)

Massacre à la Force


Danton, pourtant, doit sentir qu'on est allé trop loin, que le vrai Paris ne suit pas. L'interminable tuerie a rempli la population d'horreur. Il obtient la révocation des mandats d'arrêt contre Brissot et Roland. Habilement, il fait échapper Adrien Duport, Talleyrand, Charles de Lameth.

Ce n'est point générosité, mais politique. Car à l'égard des prisonniers d'Orléans, sa conduite est monstrueuse. Il y a là cinquante-trois inculpés qui vont être jugés par la Haute Cour. Le 2 septembre, Danton y envoie son ami Fournier l'Américain, avec une grosse troupe de volontaires, pour les ramener à Paris. Fournier, pirate à la face moustachue et livide, ceinturé de poignards et de pistolets, trompe les magistrats d'Orléans et leur arrache les prisonniers qu'il dirige sur Versailles. Il y a pris rendez-vous pour le 9 avec les égorgeurs que doit lui envoyer le Comité de surveillance. Un ancien Constituant, Alquier, président du Tribunal criminel de Versailles, galope à Paris, avertit Danton du danger où sont les prisonniers et lui demande s'il doit les interroger.

- Que vous importe? répond le ministre de la Justice. Il y a parmi ces gens-là de grands coupables. On ne sait pas encore de quel œil le peuple les verra et jusqu'où peut aller son indignation.

0346.jpg (30514 octets)

Massacre des prisonniers d'Orléan à Versailles  - gravure du temps


Comme Alquier proteste et invoque sa qualité, Danton l'interrompt

- Ne vous mêlez pas de ces gens-là. Il pourrait en résulter pour vous de grands désagréments.

Il tourne le dos au magistrat qui rentre à Versailles désespéré.

Le lendemain le maire, Hippolyte Ruchaud, essaie au risque de sa vie de sauver les malheureux. En vain ils sont tués dans les chariots qui les ont amenés jusqu'à l'Orangerie. Périssent le duc de Brissac, ancien commandant de la garde constitutionnelle de Louis XVI, les ex-ministres Lessart et d'Abancourt, l'évêque de Mende Castellane, une quarantaine d'autres. Leurs cadavres sont dépouillés, dépecés, et les morceaux accrochés aux grilles du palais de Louis XIV. Les bourreaux se portent ensuite sur la maison d'arrêt où ils dépêchent la plupart des détenus. Ils reviennent à Paris avec leurs chariots sanglants et s'arrêtent, tambours battants, place Vendôme, devant l'hôtel de la Chancellerie.

Danton descend sur le seuil. Fournier lui rend compte de ses actes. Le ministre l'approuve, lui et ses hommes. On l'entend dire à voix haute

- Ce n'est pas le ministre de la Justice, c'est le ministre de la Révolution qui vous félicite

Il se trompe, il n'est que le ministre de l'assassinat.

En province, la criminelle circulaire du 3 septembre trouve moins d'écho que Marat ne l'a espéré. Mais beaucoup d'aristocrates et surtout des prêtres sont tués, le plus souvent par des bandes venues de Paris, à Meaux, à Reims, à Charleville, à Caen, à Lyon. Le duc de La Rochefoucauld, ancien président du Directoire de Paris, est assassiné à Gisors.

Au total, les journées de Septembre à Paris et dans les départements ont fait quatorze cent cinquante morts. De ces morts sont responsables au premier titre Marat, puis Danton, Manuel, Hébert, Billaud-Varenne. Ils y ont eu tous une part directe. Ils ont été constamment derrière le Comité de surveillance qui a réglé le massacre. Robespierre a pu se voiler la face, et, plus tard, se défendre d'avoir donné son approbation, cette approbation pour n'être pas formulée n'est pas moins réelle. Tous ses actes l'établissent; à cet égard, il est aussi coupable que Danton.

Faites sous de tels auspices, les élections de Paris sont extrémistes. Appuyée par la Commune et par Danton, la liste maratiste triomphe. Robespierre est le premier élu; dans les derniers figurent le duc d'Orléans, élu sur l'insistance de Danton, et qui s'intitule désormais le «citoyen Egalité ». Pétion, écrasé, est obligé d'aller se faire mandater par l'Eure-et-Loir.

Dans les départements, l'élection est plus calme. Quoique fort animé contre Louis XVI, le pays ne se prononce pas nettement pour l'abolition de la monarchie. Il montre de la répugnance à briser une si ancienne tradition.

Après tant de fautes, la Législative du moins n'a pas commis celle où tomba la Constituante d'exclure les députés sortants de la nouvelle Assemblée. Un grand nombre d'entre eux et aussi de Constituants sont renvoyés à la Convention.

Les Girondins espéraient mieux des élections. Ils mesurent maintenant à leur résultat les excitations de Marat, la démagogie de Danton, la prééminence que s'est ménagée Robespierre. Dans les derniers jours laissés à la Législative avant que sa session soit close, ils essaient de réagir. Vergniaud, le premier, se dresse contre l'odieux Comité de surveillance. Il demande que la Commune réponde tête pour tête de la sûreté des prisonniers dont elle a de nouveau rempli les maisons de force. Beau discours, trop tardif, et qu'on sent trop dû à l'échec électoral. L'Assemblée, les tribunes applaudissent. La Commune inquiète feint de se soumettre, elle casse son Comité et arrête quelques mesures pour la sécurité des citoyens.

Ce sera toujours sa tactique. Quand le pouvoir, c'est-à-dire l'Assemblée, montre de l'énergie, la Commune s'incline. Dès qu'il faiblit sa tyrannie reparaît.


Massacres de septembre 1792
Entre le 2 et le 6 septembre, à Paris, Meaux, Châlons, Rennes et Lyon, prélude à la Terreur.

Plus d'un millier de royalistes, prêtres réfractaires et détenus de droit commun sont massacrés par le peuple en armes.

Parmi ceux-ci, 3 évêques, 127 prêtres séculiers, 55 religieux et 5 laïcs, massacrés aux Carmes seront béatifiés le 17 octobre 1926 par Pie XI.


Armand de Montmorin, ministre des affaires étrangères, massacré aux Carmes le 2 septembre
Joseph de Vaugiraud, arrêté en lieu et place de son fils Guillaume, qui était l'un des défenseurs des Tuileries le 10 août 1792, massacré le 2 septembre
Bienheureux Jean-Marie du Lau, archevêque d'Arles, massacré aux Carmes le 2 septembre
Bienheureux François-Joseph de La Rochefoucauld, évêque de Beauvais, député du Clergé, massacré aux Carmes le 2 septembre
Bienheureux Pierre-Louis de La Rochefoucauld, évêque de Saintes, député du Clergé, massacré aux Carmes, avec son frère, le 2 septembre
Bienheureux Georges Jérôme Giroust, massacré aux Carmes, le 2 septembre
Bienheureux Antoine de Ravinel, diacre, massacré aux Carmes, le 2 septembre
Bienheureux Gaspard Claude Maignien, massacré aux Carmes le 2 septembre
Bienheureux Armand de Foucauld, vicaire général d'Arles, massacré aux Carmes le 2 septembre
Bienheureux François César Londiveau, vicaire à Saint Martin d'Evaillé (Sarthe), massacré aux Carmes le 2 septembre
Bienheureux Charles François de Lubersac de Saint-Germain, prêtre, massacré aux Carmes le 2 septembre
Bienheureux Jacques-Augustin Robert de Lézardière, diacre, massacré aux Carmes le 2 septembre
Bienheureux François Louis de Méallet de Fargues, vicaire général de Clermont, massacré aux Carmes le 2 septembre
Bienheureux Pierre-Jean Garrigues de La Garcie, prêtre, docteur en théologie, professeur à la Sorbonne, confesseur de la Foi, massacré aux Carmes le 2 septembre
Bienheureux François-Hyacinthe Le Livec de Tresurin, jésuite aumonier des filles du calvaire, massacré à la prison de la Force le 3 septembre
Georg Ernst zu Sayn-Wittgenstein-Berleburg, exécuté (massacré, guillotiné ?) le 2 septembre
Luce de Montmorin, massacré le 3 septembre
la princesse de Lamballe, massacrée le 3 septembre
Augustin de Beaupoil de Saint-Aulaire, massacré le 3 septembre
Pierre Guy de Grey de Quincarnon, massacré le 3 septembre par les bleus dans son abbaye
Charles Pierre Bosquillon, massacré le 3 septembre
Jean Frédéric Roch de Maillardoz, assassiné à la conciergerie le 3 septembre
Marc Antoine Philippe Fauconnet, tué à Rouen le 3 septembre
Thomas de Boisgelin, massacré le 4 septembre à l'Abbaye Saint-Germain-des-Pré
Louis Alexandre de La Rochefoucauld, duc de La Rochefoucauld, assassiné à Gisors le 4 septembre
Jean de Maussabré, massacré le 5 septembre à l'Abbaye Saint-Germain-des-Pré
Louis-Hercule de Cossé-Brissac, duc de Brissac, grand-panetier de France, gouverneur de Paris de 1775 à 1791, massacré le 9 septembre
Jean Arnauld de Castellane, évêque de Mende (1768), massacré à Versailles, le 9 septembre
Charles de Francqueville d'Abancourt, massacré à Versailles, le 9 septembre
Charles-François de Malvoisin, massacré à Versailles, le 9 septembre
Charles de Ligne, massacré le 14 septembre
Jacques Cazotte, guillotiné à Paris, le 25 septembre
Jean Quentin de Champlost, massacré en septembre
Claude François de Rosières de Sorans, massacré en septembre
Antoine Claude de Valdec de Lessart, massacré en septembre

 


Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 23:02

Listen_to

LES MARTYRS
PENDANT LES MASSACRES DE SEPTEMBRE

Martyrisés le 2 septembre 1792
à l'Abbaye de Saint-Germain des Près, à Paris

    1

Daniel-Louis André Des Pommerayes
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né le 2 juillet 1756 au Havre, Seine-Maritime.

    2

Louis-Remi (ou René) Benoist

Prêtre de l'archidiocèse de Paris
né en 1755 à Paris.

    3

Louis-Remi-Nicolas Benoist
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né en 1742 à Paris.

    4

Antoine-Charles-OctaviEn du Bouzet

Prêtre du diocèse de Châlons
né le 6 mars 1739 à Bives, Gers.

    5

Jean-André Capeau
Prêtre du diocèse d'Avignon

né à Avignon, Vaucluse.

    6

Armand Anne AUGUSTE ANTONIN SICAIRE
Chapt de Rastignac

Prêtre
du diocèse d'Orléans

né le 1er octobre 1727 à Corgnac, Dordogne.

    7

Claude Fontaine
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

ne en 1749 à Paris.

    8

Pierre-Louis Gervais
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né en 1753 à Montreuil-en-Caux , Seine-Maritime.

    9

Saintin Huré
Prêtre du diocèse de Versailles

né en 1765 à Vigny, Val-d'Oise.

  10

Charles Louis HurtRel
Prêtre Minime

né en 1760 à Paris.

 

Les frères Hurtrel

  11

Louis Benjamin HurtRel
Diacre de l'archidiocèse de Paris

né à Paris.

 

Anne-Alexandre-Charles-Marie Lanfant

Anne Alexandre Charles Marie Lanfant
Prêtre Jésuite

né le 9 septembre 1726 à Lyon, Rhône.

  13

Laurent
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

  14

Louis le Danois
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né en 1744 à Moitiers-en-Beauptois, Manche.

  15

Thomas Jean Montsaint
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né le 18 décembre 1725 à Villerville, Calvados.

  16

François-Joseph Pey
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né en 1759 à Solliès-Pont, Var.

  17

Jean-Joseph Rateau
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né le 18 novembre 1758 à Bordeaux, Gironde.

  18

Marc Louis Royer
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né en 1720 in Paris.

  19

Jean-Louis GUYard de Saint-Clair
Prêtre du diocèse de Beauvais

né en 1734 à Avenelles, Orne.

  20

Jean-Pierre Simon
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né à Paris.

  21

Pierre-Jacques-Marie Vitalis
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né en 1759 à Carpentras, Vaucluse.


   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 23:01

Listen_to

Martyrisés le 2 septembre 1792

à l'Hôtel des Carmes, à Paris

  22

Vincent Abraham
Prêtre de l'archidiocèse de Reims

né le 15 juin 1740 in Charleville, Ardennes.

  23

AndRé Angar
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né en 1759 à Paris.

  24

Jean-Baptiste-Claude Aubert
Prêtre du diocèse de Versailles

né le 19 mars 1768 à Paris.

  25

François Balmain
Prêtre Jésuite

né 23 mai 1733 à Luzy, Nièvre.

  26

Jean-Pierre Bangue
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né le 12 février 1744 à Vuillafans, Doubs.

  27

Louis Barreau de La Touche
Prêtre Bénédictin de Saint Maur

né le 6 juin 1758 au Mans, Sarthe.

  28

Louis François André Barret
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né le 23 septembre 1758 à Carpentras, Vaucluse.

  29

Joseph Bécavin
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né le 6 février 1767 à Carquefou, Loire-Atlantique.

  30

Charles Jéremie Bérauld du Pérou
Prêtre Jésuite

né le 17 novembre 1737 à Meursac, Charente-Maritime.

  31

Jacques-Jules Bonnaud
Prêtre Jésuite

né le 27 octobre 1740 à Cap-Haïtien (anciennement Cap-Français), Nord (Haiti)

  32

Louis Alexis Mathias Boubert
Prêtre du diocèse d'Amiens

né le 24 février 1766 à Amiens, Somme.

  33

Jean Antoine Hyacinthe Boucharenc de Chaumeils
Prêtre du diocèse de Viviers

né le 7 juin 1738 à Pradelles, Haute-Loire.

  34

Jean-François BOUsquet
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né le 8 janvier 1751  Ginestas, Aude.

  35

Jean-François Burté
Prêtre Franciscain conventuel

né le 20 juin 1740 n Rambervillers, Vosges.

  36

Claude Cayx-Dumas
Prêtre Jésuite

né le 6 novembre 1724 à Martel, Lot.

  37

Jean Charton de Millou
Prêtre Jésuite

né le 7 septembre 1751 à Lyon, Rhône.

  38

Claude Chaudet
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né à Aix, Bouches-du-Rhône.

 

Ambroise-Augustin Chevreux

Ambroise Augustin Chevreux
Prêtre Bénédictin de Saint-Maur

Supérieur Général

né le  13 février 1728 à Orléans, Loiret.

  40

Nicolas Clairet (Cléret)
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né en 1726 à Barfleur, Manche.

  41

Claude Colin
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né le 15 février 1728 à Charenton, Val-de-Marne.

  42

Bernard François de Cucsac

Prêtre de la Société de Saint Sulpice
né en 1758 à Toulouse, Haute-Garonne.

  43

François Dardan
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né le 13 juin 1733 à Isturitz, Saint-Martin d'Arberoue, Pyrénées-Atlantiques.

  44

Guillaume Antoine Delfaut
Prêtre Jésuite

né le 5 avril 1733 à Daglan, Dordogne.

  45

Mathurin Victor Deruelle
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né le 18 septembre 1729 à Paris.

  46

Gabriel Desprez de Roche
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né en 1751 à Decize, Nièvre.

  47

Thomas Nicolas Dubray

Prêtre de la Société de Saint Sulpice
né le 21 janvier 1746 à Beauvais, Oise.

  48

Thomas René Dubuisson
Prêtre du diocèse d'Orléans

né le 6 juillet 1737 à Laval, Mayenne.

  49

François Dumasrambaud de Calandelle
Prêtre du diocèse de Limoges

né le 18 octobre 1754 à La Chaussade, Creuse.

  50

Henri HIppolyte Ermès
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né en 1752 à Paris.

  51

Armand de Foucauld de Pontbriand
Prêtre de l'archidiocèse d'Arles

né le 24 novembre 1751 à Celles, Dordogne.

  52

Jacques Friteyre-Durvé
Prêtre Jésuite

né le 18 avril 1725 à Marsac-en-Livradois, Puy-de-Dôme.

  53

Claude François Gagnières des Granges
Prêtre Jésuite

né le 23 mai 1722 à Chambéry, Savoie.

  54

Jacques Gabriel Galais

Prêtre de la Société de Saint Sulpice
né le 15 avril 1754 à Longué, Maine-et-Loire.

  55

Pierre Gauguin

Prêtre de la Société de Saint Sulpice
né le 12 février 1725 à Esvres, Indre-et-Loire.

  56

Louis Laurent Gaultier
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né le 13 mars 1717 à Bazouges-la-Pérouse, Ille-et-Vilaine.

  57

Georges GiraulT (SÉverin)
Prêtre du Tiers Ordre Franciscain, Frères Mineurs

né le 14 janvier 1728 à Rouen, Seine-Maritime.

  58

Jean Goizet
Prêtre du diocèse de Poitiers

né le 29 mai 1742 à Niort, Deux-Sèvres.

  59

André Grasset de Saint-Sauveur
Prêtre de l'archidiocèse de Sens

né le 5 avril 1758 à Montréal, Quebec (Canada)

  60

Pierre Michel Guérin

Prêtre de la Société de Saint Sulpice
né le 8 mars 1759 à Saint-Christophe, Charente-Maritime.

  61

Jean Antoine Guilleminet
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né le 4 janvier 1738 à Bédarieux, Hérault.

  62

François Louis Hébert

Prêtre de la Gongrégation de Jésus Marie (Eudists)

Supérieur Général

né le 14 septembre 1735 à Crouttes, Orne.

  63

Jacques Etienne Philippe HourRier

Prêtre de la Société de Saint Sulpice
né le 16 juillet 1751 à Mailly, Somme.

  64

Jean-Baptiste Jannin
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né en 1754 à Sourdeval-la-Barre, Manche.

  65

Jean Lacan
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né à Rodez, Aveyron.

  66

Pierre Landry
Prêtre du diocèse de Poitiers

né en 1762 à Niort, Deux-Sèvres.

  67

Claude Antoine Raoul Laporte
Prêtre Jésuite

né le 6 décembre 1734 à Brest, Finistère.

 

Pierre-Louis de la Rochefoucauld-Maumont

Pierre-Louis de la Rochefoucauld-Bayers

Évêque de Saintes
né en 1744 à "Le Vivier", Blanzaguet, Charente.

 

François-Joseph de la Rochefoucauld-Maumont

François-Joseph de la RochefoucaUld-Maumont

Évêque de Beauvais
né en 1736 à Angoulême, Charente.

 

Jean-Marie du Lau d'Alleman

Jean-Marie du Lau d’Alleman

Archevêque d'Arles
né en 1738 à "La Coste", Biras, Dordogne.

  71

Mathurin Nicolas de la VilleCrohain le Bous de Villeneuve
Prêtre Jésuite

né le 19 décembre 1731 à Rennes, Ille-et-Vilaine.

  72

Robert le Bis
Prêtre du diocèse de Versailles

né en 1719 à Saint-Amand, Manche.

 

Guillaume-Louis-Nicolas Leclerq

Guillaume Nicolas Louis Leclerq
Frère des Écoles Chrétiennes (Lasallien)

Supérieur Général

né le 15 novembre 1745 à Boulogne-ser-Mer, Pas-de-Calais.

  74

Olivier Lefebvre
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né en 1728 à Grentheville, Calvados.

  75

Urbain Lefebvre
Prêtre des Missions Étrangères de Paris

né le 21 janvier 1725 à Saint-Pierre-du-Boile, Tours, Indre-et-Loire.

  76

François Lefranc

Prêtre de la Congrégation de Jésus Marie (Eudists)
né le 26 mars 1739 à Vire, Calvados.

  77

Charles François le Gué

Prêtre Jésuite
né le 6 octobre 1724 à Rennes, Ille-et-Vilaine.

  78

Jacques Joseph Le jardinier desLandes
Prêtre du diocèse de Coutances

né en 1750 à Laigle, Orne.

  79

Jacques Jean Lemeunier
Prêtre du diocèse de Sées

né en 1747 à Mortagne-au-Perche, Orne.

  80

Vincent Joseph le Rousseau de Rosencoat
Prêtre Jésuite

né le 3 juillet 1726 à Châteauneuf-du-Faou, Finistère.

  81

François César Londiveau
Prêtre du diocèse du Mans

né le 11 juin 1764 à Saint-Calais, Sarthe.

  82

Louis Longuet
Prêtre de l'archidiocèse de Tours

né le 24 février 1757 à Saint-Germain-Langot, Calvados.

  83

Jacques François de Lubersac
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né en 1729 à La Forge, Chalais, Dordogne.

  84

Henri Auguste Luzeau de la Mulonnière

Prêtre de la Société de Saint Sulpice
né le 1er décembre 1762 à Sucé-sur-Erdre, Loire-Atlantique.

  85

Gaspard Claude Maignien
Prêtre du diocèse de Beauvais

né en octobre 1752 à Amance, Haute-Saône.

  86

Jean-Philippe Marchand
Prêtre du diocèse de Poitiers

né le 22 août 1764 à Marsay, Charente-Maritime.

  87

René Julien Massey
Prêtre Bénédictin de Saint-Maur

né en 1732 à Rennes, Ille-et-Vilaine.

  88

Louis Mauduit
Prêtre de l'archidiocèse d'Orléans

né le 31 décembre 1763 à Chevillon, Loiret.

  89

François Louis Méallet de Fargues
Prêtre du diocèse de Clermont

né le 7 juillet 1764 à Vitrac, Puy-de-Dôme.

  90

Jacques Alexandre Menuret
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né le 2 avril 1734 à Montélimar, Drôme.

 

Jean-Jacques Morel

Jean-Jacques Morel (Apollinaire DE Pozat)
Prêtre Franciscain capucin

né le 12 juin 1739 à Prez-vers-Noréaz, Fribourg (Suisse)

  92

Jean-Baptiste Nativelle
Prêtre du diocèse de Versailles

né le 25 septembre 1749 à Guilberville, Manche.

  93

René Nativelle
Prêtre du diocèse de Versailles

né le 28 janvier 1751 à Guilberville, Manche.

  94

Auguste DEnis Nezel
Séminariste de l'archidiocèse de Paris

né le 28 septembre 1770 à Paris.

  95

ANTOINE MathiEU Augustin Nogier
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né le 25 février 1764 à Le Puy, Haute-Loire.

  96

Joseph Thomas Pazery de Thorame
Prêtre du diocèse de Blois

né le 18 avril 1751 à Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône.

  97

Jules Honoré- Cyprien Pazery de Thorame
Prêtre du diocèse de Fréjus

né en septembre 1763 à Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône.

  98

Pierre François Pazery de Thorame
Prêtre du diocèse d'Arles

né en 1735 à Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône.

  99

Pierre Ploquin
Prêtre du diocèse de Tours

né le 12 décembre 1762 à Villandry, Indre-et-Loire.

100

Jean-Baptiste-Michel Pontus

Prêtre de la Société de Saint Sulpice
né le 19 juin 1763 à Néville-sur-Mer, Manche.

101

René Nicolas Poret
Prêtre du diocèse de Sées

né le 11 janvier 1732 à Barbery, Calvados

102

Julien Poulain delaunay
Prêtre de l'archidiocèse de Rennes

né le 4 mars 1744 à Ver-sur-Mer, Calvados.

103

Pierre Nicolas Psalmon

Prêtre de la Société de Saint Sulpice
né le 29 juin 1749 à Rouen, Seine-Maritime.

104

Jean Robert Quéneau
Prêtre du diocèse d'Angers

né le 9 avril 1758 à Angers, Maine-et-Loire.

105

Étienne François Dieudonné de Ravinel
Diacre du diocèse de Nancy

né le 6 juillet 1769 à Bayon, Meurthe-et-Moselle.

106

Jacques- Augustin Robert de Lézardières
Diacre du diocèse de Luçon

né le 27 novembre 1768 à Challans, Vendée.

107

Claude Rousseau

Prêtre de la Société de Saint Sulpice
né le 1er mai 1751 à Paris.

108

François Urbain Salins de Niart
Prêtre du diocèse de Pamiers

né le 23 mai 1760 à Neuf-Brisach, Haut-Rhin.

109

Jean Henri Louis-Michel Samson
Prêtre du diocèse de Bayeux

né le 25 août 1754 à Avranches, Manche.

110

Jean Antoine-Barnabé Séguin
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né en 1754 à Carpentras, Vaucluse.

111

Jean Antoine Savine

Prêtre de la Société de Saint Sulpice
né le 20 juin 1760 à Embrun, Hautes-Alpes.

112

Jean-Baptiste-Marie Tessier

Prêtre de la Société de Saint Sulpice
né en 1761 à Fontaine-les-Ribouts, Eure-et-Loir.

113

LouP Thomas Bonnotte
Prêtre Jésuite

né le 19 octobre 1719 à Entrains-sur-Nohain, Nièvre.

114

François Varheilhe-Duteil
Prêtre Jésuite

né le 15 juin 1734 à Felletin, Creuse.

115

Pierre Louis Joseph Verrier
Prêtre de l'archidiocèse de Paris

né le 28 décembre 1728 à Douai, Nord.

116

Charles Regis Mathieu de la Calmette de Valfons
Laïc de l'archidiocèse de Paris

né en 1747 à Nîmes, Gard.

   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 23:01

 

Le 2 septembre est le 245ejour de l'année

 

(246e en cas d'année bissextile) du calendrier grégorien


Il reste 120 jours avant la fin de l'année.


C'était généralement le jour du citron, 16e jour du mois de fructidor dans le calendrier républicain français.

 

Signe du zodiaque : onzième jour du signe astrologique de la Vierge.

 

Dicton du jour 

"Septembre se nomme le mai de l'automne."

En septembre, le fainéant peut aller se pendre.

Célébrations 

Saints des Églises chrétiennes 

Saints catholiques   et orthodoxes   du jour 

Saints catholiques   du jour 

 

Prénoms du jour 

Bonne fête aux :

  • Ingrid, au calendrier civil 2009, et ses dérivés : Ingeborg, etc.

Et aussi aux :

Sainte Ingrid de Skänninge Princesse suédoise (+ 1282)
Elle était, par sa mère, petite fille du roi Knut de Suède. Devenue veuve, elle fit un pèlerinage aux Lieux Saints. Au retour, passant par Rome, elle obtint du pape l'autorisation de fonder un couvent de religieuses cloîtrées dans son pays, qui furent des tertiaires dominicaines. Son frère Jean Elovson, chevalier teutonique, l'aida de son argent et le couvent fut inauguré à Skanninge en Suède en 1281. Sainte Ingrid mourut un an après.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Skanninge


1792
 
Bienheureux Martyrs des Carmes martyrs de la révolution (+ 1792)
massacre_septembre_1.jpg

Ils sont 191: 3 évêques, 127 prêtres séculiers, 56 religieux et 5 laïcs qui furent arrêtés par les révolutionnaires comme ennemis de la Patrie et rebelles à la Constitution civile du clergé. On les entasse dans diverses maisons religieuses transformées en prisons improvisées: les Carmes, l'Abbaye, la Force.
Le 2 septembre 1792, elles sont investies par des "sans culottes" exaltés. Les assassinats qui inaugurent le carnage sont suivis d'un simulacre de jugement: "J'appartiens à l'Eglise catholique, apostolique et romaine." A ce titre, exécution immédiate. Plus d'un millier d'entre ces prisonniers sont tombés en ces jours sous une fureur populaire incontrôlée. Pour 191 d'entre eux on a pu établir qu'ils sont morts certainement à cause de leur foi, mais tous les autres partagèrent leurs souffrances et leur témoignage pour le Christ.
Martyrologe romain: À Paris, en 1792, la passion des bienheureux martyrs Jean-Marie du Lau d’Allemans, François-Joseph et son frère Pierre-Louis de la Rochefoucauld, évêques, respectivement d’Arles, de Beauvais et de Saintes et quatre-vingt-douze compagnons Prêtres : Vincent Abraham, de Charleville, curé de Sept-Saulx, au diocèse de Reims ; André Angar, de Paris, vicaire à la paroisse Saint-Sauveur ; Jean-Baptiste-Claude Aubert, de Paris, curé de Notre-Dame de Pontoise, au diocèse de Rouen ; François Balmain, de Luzy, au diocèse de Nevers, ancien jésuite, confesseur des Filles de Sainte-Croix de Rueil ; Jean-Pierre Bangue, de Vuillafans, au diocèse de Besançon, chapelain de l’hôpital Saint-Jacques, à Paris ; Louis Barreau de La Touche, du Mans, bénédictin de Saint-Maur, prieur de Saint-Baudile à Nîmes ; Louis-François-André Barret, de Carpentras, vicaire à la paroisse Saint-Roch à Paris ; Joseph Bécavin, de Carquefou, au diocèse de Nantes, ordonné le 15 avril précédent ; Charles-Jérémie Béraud du Pérou, de Meursac, au diocèse de Saintes, ancien jésuite, vicaire général de Saintes ; Jacques-Jules Bonnaud, du Cap-Français, à Saint-Domingue, ancien jésuite, vicaire général de Lyon ; Jean-Antoine-Hyacinthe Boucharenc de Chaumeils, de Pradelles, au diocèse du Puy, vicaire général de Viviers ; Jean-François Bousquet, de Ginestas, au diocèse de Narbonne, demeurant à Paris dans la maison des Eudistes ; Jean-François Burté, de Rambervillers, au diocèse de Saint-Dié, supérieur des Cordeliers, à Paris ; Claude Cayx, dit Dumas, de Martel, au diocèse de Cahors, ancien jésuite, directeur des Ursulines de Saint-Cloud ; Jean Charton de Millou, de la paroisse Saint-Nizier, à Lyon, ancien jésuite, confesseur des Religieuses du Saint-Sacrement, rue Cassette, à Paris ; Claude Chaudet, du diocèse d’Aix, au service de la paroisse Saint-Nicolas des Champs, à Paris ; Ambroise-Augustin Chevreux, d’Orléans, bénédictin, supérieur général de la Congrégation de Saint-Maur, député à l’assemblée nationale ; Nicolas Cléret, de Barfleur, au diocèse de Coutances, chapelain des Incurables, à Paris ; Claude Colin, de Charenton, “maître spirituel” de l’Hôtel-Dieu de Paris ; Bernard-François de Cucsac, de Toulouse, sulpicien, supérieur du séminaire de philosophie de Saint-Sulpice, à Paris ; François Dardan, d’Isturitz, au diocèse de Bayonne, confesseur au Collège de Sainte-Barbe, à Paris ; Guillaume-Antoine Delfaut, de Daglan, au diocèse de Sarlat, ancien jésuite, curé de Daglan, député à l’assemblée nationale ; Mathurin-Victor Deruelle, de Paris, chapelain des Filles de la Charité, sur la paroisse Saint-Gervais ; Gabriel Desprez de Roche, de Decize, au diocèse de Nevers, vicaire général de Paris, membre de la Société du Coeur de Jésus ; Thomas-Nicolas Dubray, de Beauvais, au service de la paroisse Saint-Sulpice à Paris ; Thomas-René Dubuisson, de Laval, au diocèse du Mans, curé de Barville, au diocése d’Orléans ; François Dumasrambaud de Calandelle, de La Chaussade, au diocèse de Limoges, aumônier de l’évêque de Limoges ; Henri-Hippolyte Ermès, de Paris, vicaire à Saint-André des Arts ; Armand de Foucauld de Pontbriand, de Celles, au diocèse de Périgueux, vicaire général d’Arles, abbé commendataire de Solignac ; Jacques Friteyre-Durvé, de Marsac, au diocèse de Clermont, ancien jésuite, chanoine de Saint-Paul d’Estrées, missionnaire à Paris ; Claude-François Gagnères des Granges, de Chambéry, ancien jésuite, pensionnaire de la maison Saint-François de Sales, à Issy ; Jacques-Gabriel Gallais, de Longué, au diocèse d’Angers, sulpicien, supérieur du séminaire des Robertins, à Vaugirard ; Pierre Gauguin, d’Esvres, au diocèse de Tours, sulpicien, au séminaire d’Issy ; Louis-Laurent Gaultier, de Bazouges-la-Pérouse, au diocèse de Rennes, ancien jésuite, pensionnaire de la maison Saint-François de Sales, à Issy ; Georges Girault, de Rouen, du Tiers-Ordre régulier de Saint-François (Père Séverin), confesseur des franciscaines de Sainte-Élisabeth, résidant au couvent de Nazareth à Paris ; Jean Goizet, de Niort, au diocèse de Poitiers, curé de Notre-Dame de Niort ; André Grasset de Saint-Sauveur de Montréal (Canada), chanoine de Sens ; Pierre-Michel Guérin, de La Rochelle, sulpicien, directeur au séminaire de Nantes ; Jean-Antoine Guilleminet, de Bédarieux, au diocèse de Béziers, au service de la paroisse Saint-Roch, à Paris ; François-Louis Hébert, de Crouttes, au diocèse de Bayeux, eudiste, coadjuteur du supérieur général des eudistes et confesseur du roi Louis XVI ; Jacques-Étiene-Philippe Hourier, de Mailly-Maillet, au diocèse d’Amiens, sulpicien, directeur au séminaire de Laon, à Paris ; Jean-Baptiste Janin, de Sourdeval-la-Barre, au diocèse de Coutances, aumônier de l’hôpital de la Salpétrière, à Paris ; Jean Lacan, du diocèse de Rodez, aumônier de l’hôpital de la Pitié, à Paris ; Pierre Landry, de Niort, au diocèse de Poitiers, vicaire à Notre-Dame de Niort ; Claude-Antoine-Raoul de La Porte, de Brest, au diocèse de Léon, ancien jésuite, curé de Saint-Louis de Brest ; Robert Le Bis, de Saint-Amand, au diocèse de Coutances, curé de Saint-Denis de Bris-en-Josas, au diocèse de Paris ; Mathurin-Nicolas Le Bous de Villeneuve de La Ville-Crohain, de Rennes, confesseur des bénédictines de la rue de Bellechasse, à Paris ; Olivier Lefebvre, de Grentheville, au diocèse de Bayeux, chapelain des Dames de la Miséricorde, à Paris, membre de la Société du Coeur de Jésus ; Urbain Lefèvre, de Tours, ancien membre de la Société des Missions étrangères de Paris, retiré à Athis-Mons ; François Lefranc, de Vire, au diocèse de Bayeux, eudiste, professeur au Collège de Lisieux, à Paris ; Charles-François Le Gué, de Rennes, ancien jésuite, résidant à Paris ; Jacques-Joseph Le Jardinier Delandes, de Laigle, au diocèse de Séez, curé de Saint-Nicolas de La Feuillie, au diocèse de Coutances ; Jacques-Jean Lemounier, de Mortagne, au diocèse de Séez, vicaire à Notre-Dame de Mortagne ; Vincent-Joseph Le Rousseau de Rosencoat, de Châteauneuf, au diocèse de Cornouaille, ancien jésuite, confesseur des religieuses de la Visitation de la rue du Bac, à Paris ; François-César Londiveau, de Saint-Calais, au diocèse de Mans, vicaire à Saint-Martin d’Évaillé, au même diocèse ; Louis Longuet, de Saint-Germain-Langot, au diocèse de Bayeux, chanoine de Saint-Martin de Tours ; Jacques-François de Lubersac Saint-Germain, de Chalais, au diocèse de Limoges, aumônier de Madame Victoire, tante du roi Louix XVI ; Marie-Auguste Luzeau de la Mulonnière, de Sucé, au diocèse de Nantes, sulpicien, ancien directeur au séminaire d’Angers, retiré au séminaire de Saint-Sulpice, à Paris ; Gaspard-Claude Maignien, d’Amance, au diocèse de Besançon, curé de Villeneuve-les-Sablons, au diocèse de Rouen ; Jean-Philippe Marchand, de Marçay, au diocèse de Saintes, vicaire à Notre-Dame de Niort, au diocèse de Poitiers ; René-Julien Massey, de Rennes, bénédictin de Saint-Maur, procureur du monastère Saint-Florent de Saumur ; Louis Mauduit, de Chevillon, au diocèse d’Orléans, vicaire général de Sens ; François-Louis Méallet de Fargues, de Vitrac, au diocèse de Saint-Flour, vicaire général de Clermont ; Jacques-Alexandre Menuret, de Montélimar, au diocèse de Valence, supérieur de la maison de retraite Saint-François de Sales, à Issy ; Jean-Jacques Morel, de Prez-sous-Noréaz, du canton de Fribourg en Suisse, capucin (frère Apollinaire), vicaire des Allemands à la paroisse Saint-Sulpice, à Paris ; Jean-Baptiste Nativelle, de Guilberville, au diocèse de Bayeux, vicaire à Saint-Martin de Longjumeau, au diocèse de Paris ; René Nativelle, frère aîné du précédent, vicaire à Saint-Denis d’Argenteuil, au diocèse de Paris ; Antoine-Matthias-Augustin Nogier, du Puy, chapelain des Ursulines de la rue Saint-Jacques, à Paris ; Joseph-Thomas Pazery de Thorame, d’Aix, chanoine de Blois ; Jules-Honoré-Cyprien Pazery de Thorame, frère cadet du précédent, chanoine et vicaire général de Toulon ; Pierre-François Pazery de Thorame, oncle des deux précédents, vicaire général d’Arles ; Pierre Ploquin, de Villandry, au diocèse de Tours, vicaire à Druye, dans le même diocèse ; Jean-Baptiste-Michel Pontus, de Néville, au diocèse de Coutances, sulpicien, vicaire à la paroisse Saint-Sulpice, à Paris ; René-Nicolas Poret, du Mesnil-Touffray, au diocèse de Bayeux, curé de Saint-Martin de Boitron, au diocèse de Séez ; Julien Poulain-Delaunay, de Ver-sur-mer, au diocèse de Bayeux, assistant du curé de Saint-Gilles de Caen ; Pierre-Nicolas Psalmon, de Rouen, sulpicien, vicaire général de Troyes pour les prêtres de ce diocèse vivant à Paris, et doyen de Saint-Pierre de Varen ; Jean-Robert Queneau, d’Angers, curé de Saint-Doucelin d’Allones, au même diocèse ; Claude Rousseau, de Paris, sulpicien, directeur au séminaire de Laon, à Paris ; François-Urbain Saline de Niart, de Neuf-Brissach, au diocèse de Strasbourg, chanoine de Saint-Lizier de Couserans ; Jean-Henri-Louis Samson, d’Avranches, vicaire à Saint-Gilles de Caen, au diocèse de Bayeux ; Jean-Antoine Savine, d’Embrun, sulpicien, supérieur des Clercs de Saint-Sulpice, à Paris ; Jean-Antoine-Barnabé Seguin, de Carpentras, vicaire et supérieur des clercs à Saint-André des Arts, à Paris ; Jean-Baptiste Tessien, de Fontaine-les-Ribouts, au diocèse de Chartres, sulpicien, prédicateur à Paris ; Loup Thomas, dit Bonnotte, d’Entrains-sur-Nohain, au diocèse d’Auxerre, ancien jésuite, confesseur des Ursulines à Paris ; François Vareilhe-Duteil, de Felletin, au diocèse de Limoges, ancien jésuite, pensionnaire à la maison Saint-François de Sales, à Issy ; Pierre-Louis-Joseph Verrier, de Douai, au diocèse de Cambrai, retiré à la maison Saint-François de Sales, à Issy.
Diacres : Louis-Alexis-Matthias Boubert, d’Amiens, économe des Clercs de Saint-Sulpice, à Paris ; Antoine-François-Dieudonné de Ravinel, de Bayon, au diocèse de Nancy, séminariste à Saint-Sulpice, à Paris ; Jacques-Augustin-Robert de Lézardières, de Challans, au diocèse de Luçon, séminariste à Saint-Sulpice, à Paris.
Religieux : Guillaume-Louis-Nicolas Leclercq, de Boulogne-sur-mer, frère des Écoles chrétiennes (frère Salomon), secrétaire général de l’Institut, à Paris.
Clerc : Auguste-Denis Nézol, de Paris, professeur à la Maison Dubourg, à Issy.
Laïc : Charles-Régis Mathieu de la Calmette, comte de Valfons, de Nîmes, ancien officier, retiré à Paris chez le bienheureux Jean-Antoine Guilleminet. , pour la plupart prêtres ou religieux, qui, pour avoir refusé de prêter serment à la Constitution civile du clergé sous la Révolution française, furent rassemblés au Couvent des Carmes et massacrés en haine de la religion.

- Parmi eux, plusieurs Eudistes trouvèrent la mort et certains subirent le martyre dans la tourmente révolutionnaire; il s'agit des bienheureux François Louis Hébert, Claude Pottier, supérieur du Séminaire de Rouen, et François Lefranc, supérieur du Séminaire de Coutances, massacrés aux Carmes.
http://www.eudistes.org/histoire.htm

- Recueil de pièces authentiques sur les martyrs depuis les origines du christianisme jusqu'au XX° siècle: La Révolution (1791-1794)
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/martyrs/martyrs0011.htm

- Parmi ces martyrs, le diocèse de Quimper et Léon honore plus particulièrement les Bienheureux Claude, Vincent, Nicolas et François.
http://catholique-quimper.cef.fr/decouvrez_notre_patrimoine/bol-d-air-breton/martyrs-de-septembre-1792/?searchterm=Claude, Vincent, Nicolas et François.

- le diocèse de Bayonne honore le Bienheureux François Dardan, texte de soeur Pascale du diocèse de Bayonne,
http://nominis.cef.fr/contenus/BxFrancoisDardan.pdf
Lescar et Oloron, extrait de son ouvrage 'Témoins du Christ en Béarn et au Pays Basque' (1.6Mo)
http://nominis.cef.fr/contenus/soeurpascale2009.pdf

- au diocèse d'Evreux, le Bienheureux Jacques de la Lande
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/10193/Bienheureux-Jacques-de-La-Lande.html

- L'association des Martyrs de la Révolution:
Les victimes par ordre alphabétique, par prison, par ordre religieux, par département, par paroisse... Les lieux...
http://www.bxmartyrsde1792.com/index2.html

Voir aussi:
http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20090902&id=13326&fd=0
http://fr.wikipedia.org/wiki/Prison_des_Carmes
http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9minaire_des_Carmes
http://www.sem-carmes.com/



Saint Agricol d'Avignon Evêque (+ 700)
450px-Portail_de_Saint_Agricol%2C_Avigno

La Collégiale Saint-Agricol d'Avignon est une église batie au VIIe siècle par saint Agricol. Elle est située à Avignon et fut élevée au rang de collégiale par Jean XXII en 1321.

Fils de Saint-Magne (sénateur romain basé en Provence devenu plus tard évêque d’Avignon) et de Gandaltrude, une noble gauloise. Élevé dans la piété, Agricol est très jeune attiré par la vie religieuse, et dès l’âge de 14 ans il quitte le foyer familial pour se retirer à l’abbaye de Lérins. Là, il se consacre à la prière et à l’étude de la théologie puis est ordonné prêtre. En 660, son père le rappelle auprès de lui et le nomme archidiacre et enfin coadjuteur du diocèse. Agricol se rend très digne de cette charge et il est donc désigné à l’unanimité pour succéder à son père lorsque celui-ci décède. Les fidèles étant toujours plus nombreux, il fait bâtir une nouvelle abbaye, dans laquelle viennent s’installer plusieurs de ses anciens compagnons de Lérins, puis encore quatre nouvelles églises. Quelque temps plus tard, il établit dans les environs une abbaye de religieuses, qu’il place sous la règle de Saint-Benoît (630-700). Selon la légende, il aurait été aidé par des cigognes pour faire fuir les serpents qui infestaient son diocèse. Saint-Agricol est le protecteur des cigognes. Il est invoqué pour conjurer la malchance et, selon les circonstances, pour avoir du beau temps ou faire tomber la pluie.
450px-St_Agricol_Autel.JPG

Autel St Agricol à la collégiale

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Agricol_d%27Avignon
http://fr.wikipedia.org/wiki/Coll%C3%A9giale_Saint-Agricol_d'Avignon



Saints Albert et Guy (+ 1096)
Italy_Regions_Lombardy_Map.png

La région de Lombardie ou se situe Pontida

Le premier était soldat à Bergame. Grièvement blessé, il décida de se faire religieux après sa guérison. Il fit le pèlerinage de Compostelle. Ayant préféré la milice du Christ aux armes et aux honneurs du monde, il construisit à Pontida, près de Bergame, un monastère, que le second dirigea selon les coutumes de Cluny et sous l'obédience de saint Hugues de Cluny.

voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pontida



Saint Almachius Martyr à Pamiers
450px-Cath%C3%A9drale_Saint-Antonin_de_P

Cathédrale Saint-Antonin de Pamiers

est censé avoir vécu entre le IIIe et le Ve siècle...
Almachius de Toulouse apparaît dans une vita légendaire de saint Antonin dit de Pamiers.
Almachius et un autre compagnon, Jean, subissent avec Antonin le martyre près de Pamiers, en territoire toulousain, sur les rives de l’Ariège.
(source: Mémoires de la Société archéologique du midi de la France)
http://www.societes-savantes-toulouse.asso.fr/samf/memoires/t_61/7991J-LB.PDF

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Saint-Antonin_de_Pamiers
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pamiers#Culture_et_patrimoine



Saint Antoine de Liaroles Ermite dans la région d'Agen (+ 540)
Il fut martyrisé par les soldats d'Alaric pour ne pas avoir voulu adhérer à l'arianisme, hérésie qui niait la divinité de Jésus-Christ.



Saint Antonin Martyr à Apamée (2ème s.)
800px-Apam%C3%A9e_-_vue_des_thermes.jpg

Le cardo d'Apamée, vu des thermes

Jeune chrétien de vingt ans, martyr à Apamée en Syrie. Tailleur de pierres, il refusa de sculpter des idoles païennes et fut mis à mort parce qu'il préférait travailler sur le chantier d'une église chrétienne.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Apam%C3%A9e



Saint Brocard (+ 1231)
400px-Pietro_Novelli_Our_Lady_of_Carmel_

Pietro Novelli, Notre-Dame-du-Mont-Carmel.

Successeur de Saint-Berthold de Solignac comme prieur au monastère du Mont-Carmel, en Palestine. Vers 1207, il demande au patriarche de Jérusalem, Saint-Albert, de rédiger pour ses religieux une règle, qui constituera les bases de l’Ordre des Carmélites. Dans un premier temps, le pape Honorius III refuse d’approuver cette règle sous prétexte qu’elle ne lui a pas été soumise avant d’être appliquée, mais il y consent finalement après avoir été témoin d’une vision de la Vierge Marie qui lui affirme qu’elle est en faveur de cette règle. Saint-Brocard dirige son monastère pendant plus de 35 ans et il est très respecté par les musulmans.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_du_Carmel



Saint Elpidien (5ème s.)
elpide.jpg

Il se dévoua généreusement au service de l'Eglise de Lyon.

Voir aussi:
http://mystetbdg.xooit.fr/t507-Reviendront-ils-un-jour-a-la-mode.htm



Saint Guillaume de Roskild (+ 1067)
Map_DK_Roskilde.PNG

Commune de Roskilde au Danemark

D'origine anglaise, il fut abord aumônier du roi Canut de Danemark. Il fut si touché par la triste condition de son peuple qu'il décida de l'évangéliser. Il devint évêque de Roskild.
Udsigt_over_roskilde.jpg

La cathédrale de Roskilde vue du port

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Roskilde



Saint Habib Diacre à Urfa (+ 322)
788px-%C5%9Eanl%C4%B1urfa_districts.png

Districts de la province de Şanlıurfa
Şanlıurfa (souvent appelée simplement Urfa) est une ville du sud-est de la Turquie. Elle fut d'abord nommée Urhai (en arménien, ou Orhai, en araméen), puis Édesse (ou Édessa), puis Urfa et aujourd'hui Şanlıurfa ou Riha en kurde.

Né à Tel-Sheba, aux environs d'Edesse en Oshroène sous l’empereur Licinius, actuellement Orfa en Turquie, il était diacre et prêchait dans les campagnes quand il fut arrêté pour son prosélytisme. Il se cacha d'abord, puis sortit de sa retraite et se présenta au juge. Il fut condamné par le préfet Lysanias à être brûlé vif, achevant ainsi son glorieux combat pour le Christ.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Habib
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C5%9Eanl%C4%B1urfa



Saint Jean IV, dit le Jeûneur, Patriarche de Constantinople (+ 595)
st-j-05.jpg

Saint Jean le Jeûneur naquit et fut élevé à Byzance sous le règne de l'empereur Justin Il (565-578). Il était graveur de profession et montra dès sa jeunesse une grande vertu et un fervent amour de Dieu. A plusieurs reprises, il reçut des révélations prophétiques sur la glorieuse charge que Dieu lui avait préparée. La renommée de sa vertu parvint jusqu'au Patriarche Jean III le Scholastique. Il l'ordonna Diacre du clergé de Constantinople et le nomma responsable des distributions d'aumônes aux pauvres. A l'imitation du Christ miséricordieux, Jean montra dans cette tâche les signes de la vraie charité. Il distribuait sans compter et sans faire de distinction entre les dignes et les indignes. Tous ceux qui s'approchaient de lui recevaient avec abondance; et plus il distribuait ainsi l'argent, plus Dieu remplissait sa bourse, de sorte qu'elle semblait inépuisable.
A la mort du Patriarche Eutychès, en avril 582, Jean fut contraint d'accepter la succession. Pendant les treize années de son Patriarcat, il ne relâcha en rien l'austérité de sa vie, ce qui lui valut le titre de Jeûneur. On raconte qu'il resta pendant près de six mois sans boire d'eau. Pour toute nourriture, il ne prenait qu'une laitue et un peu de melon, de raisin ou de figues. Il ne s'étendait pas pour dormir, mais restait accroupi, en repliant les genoux sur sa poitrine. Lorsque, parfois, il s'abandonnait au sommeil un peu plus que la brève mesure qu'il s'était fixé, il veillait toute la nuit suivante, afin de mâter son corps et de le préparer à la veille perpétuelle des «fils de la Résurrection». Son amour des pauvres était tel qu'il épuisa toutes ses ressources en aumônes et dut demander à l'empereur un prêt pour poursuivre ses générosités. A sa mort, en 595, lorsque l'empereur voulut se faire rembourser de son prêt, on ne trouva chez le patriarche de la «Reine des villes» qu'un vieux manteau de laine et une maigre couverture. Pendant toute sa vie, Saint Jean accomplit de nombreux miracles: il guérit un aveugle-né en lui donnant la Sainte Communion, calma une tempête par sa seule prière, repoussa les barbares qui voulaient attaquer la ville, guérit un grand nombre de femmes stériles etc... Il fut ainsi pour son troupeau spirituel non seulement le bon Pasteur (cf. Jn. 10:11), le médiateur, le grand Prêtre, mais aussi l'image vivante de la Providence de Dieu, qui se répand avec abondance sur les justes comme sur les pêcheurs.
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsseptembre/sept02.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_IV_le_Je%C3%BBneur



Saint Just de Lyon evêque (+ 390)
gd_forcene.jpg

Saint Just de Lyon libérant un possédé.

Diacre de Vienne, Justus (ou Just) devint en 350 le treizième évêque de Lyon. On sait qu'il participa au concile de Valence en 374 et à celui d'Aquilée en 381. Peu après, il s'exila dans le désert de Scété en Egypte.
Il mourut en Egypte quelques années plus tard, bientôt suivi par son clerc Saint Viateur, qui l'avait accompagné.
Les Lyonnais allèrent chercher leurs corps et les ensevelirent dans un mausolée de la grande nécropole de Saint-Irénée - Saint-Just, à l'emplacement de l'actuel jardin archéologique, rue des Macchabées.
Voir: association culturelle des sanctuaires de Saint-Irénée et Saint-Just.
http://www.lyon-st-irenee.org/?rub=stjust

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Just_de_Lyon



Saint Mamas (3eme.s)
imgsept02.jpg

Saint Mamas était originaire de Gangres en Paphlagonie (Asie-Mineure). Ses parents, Théodote et Rufine étaient de fidèles Chrétiens et des confesseurs de la foi. Ils furent capturés par les païens et emprisonnés, car ils refusaient de renier le Christ. C'est dans le cachot même que Mamas vit le jour en 260. Or ses deux parents trouvèrent la mort en prison, et le petit orphelin fut adopté par une pieuse femme du nom d'Ammiane1. Comme en balbutiant il appelait souvent sa mère adoptive, on le surnomma Mamas.
Parvenu à l'âge de quinze ans, Mamas fut à son tour capturé par les troupes impériales pour avoir refusé de sacrifier aux idoles, conformément aux saintes prescriptions que lui avait laissées Ammiane avant de mourir, et pour avoir entraîné ses compagnons à suivre son vaillant exemple. Il fut d'abord livré à Démocrite, le gouverneur de Césarée de Cappadoce, puis il comparut devant l'empereur Aurélien lui-même. Le tyran essaya d'abord de convaincre le jeune et fragile garçon par des paroles doucereuses et flatteuses; mais il trouva l'âme de Mamas plus solide que le diamant et plus brûlante de zèle divin que la fournaise la plus ardente. Aurélien se prit alors de colère de voir ainsi un enfant lui tenir tête, à lui le souverain de la plus grande partie du monde. Il le livra à de cruelles tortures: fouets, coups, bastonnades. Pensant que la souffrance avait vaincu Marnas, il lui dit: «Dis seulement que tu as sacrifié aux idoles et cela suffit pour que je te libère».
Mamas répondit: «Ni du coeur, ni même des lèvres, je ne renierai le Christ mon Sauveur, ô Empereur: je te remercie au contraire de me permettre par ces supplices d'aimer davantage et de m'unir au Christ mon Roi, qui a souffert pour mon salut». On lui brûla ensuite tout le corps avec des torches allumées, on lui frappa les membres à coups de pierres, puis on le jeta à la mer après lui avoir attaché une lourde boule de plomb au cou. Mais il fut miraculeusement délivré par un Ange de Dieu, qui le transporta sur une haute montagne surplombant la ville de Césarée. Il vécut là, en glorifiant Dieu par la prière ininterrompue, en compagnie de bêtes sauvages qui lui offraient leur lait en nourriture. Quelque temps plus tard, fortifié par un signe divin, il descendit de lui-même se livrer à Alexandre, le nouveau gouverneur de Cappadoce. Il fut soumis à de nouvelles tortures, qui n'eurent pour seul effet que de montrer avec plus d'éclat la présence de la grâce de Dieu dans son âme et dans son corps. On le jeta dans une fournaise ardente, où il resta, tel les trois enfants hébreux dans la fournaise de Babylone, à chanter la gloire de Dieu, protégé de la morsure des flammes par une rosée divine. Finalement, les soldats lui percèrent les entrailles avec une fourche, et Marnas trouva la force de sortir de la ville avant de rendre son âme à Dieu. On entendit une vois venue d'en haut qui appelait le Saint à venir se reposer de ses labeurs dans les demeures éternelles.
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsseptembre/sept02bis.html
800px-CazesMamet.JPG

Saint Mammés et Saint Bertrand entourant Les amis de Dieu et les saints apôtres de Romain Cazes, à Saint-Mamet
Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Mamm%C3%A8s_(martyr)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Saint-Mamm%C3%A8s_de_Langres



Sainte Marguerite de Louvain Servante d'auberge (+ 1255)
p427.jpg

Elle était de famille très pauvre et entra au service d'un de ses parents qui tenait une auberge et qui, par charité chrétienne, ouvrait souvent sa porte aux pèlerins démunis. Des brigands, déguisés en pèlerins, vinrent un jour et assassinèrent les aubergistes, puis devant le refus de saint Marguerite de céder à leurs passions, ils la poignardèrent également.

Autre biographie:
(Bienheureuse) Jeune domestique dans une auberge de Louvain qui est tenue par des membres de sa famille (Aubert et son épouse) qui viennent de vendre l’établissement pour entrer en religion. Marguerite, quant à elle, s’apprêt à entrer chez les religieuses Cisterciennes. Mais au cours de la dernière nuit passée à l’auberge, des malfaiteurs s’y introduisent et assassinent les anciens propriétaires ainsi que Marguerite, qui les avait surpris alors qu’ils venaient de commettre leur méfait (1207-1225)
2565_Fiermargriet.jpg

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marguerite_de_Louvain
http://www.oostbrabant.org/Leuven/1895/EVanEven/LouvainPassePresent/div7div2div2.html



Bienheureux Martyrs de Saint-Germain-des-Près martyrs de la révolution (+ 1792)
Dead-St-Germain-des-Pres-Paris.jpg
Autel des martyrs de Saint-Germain-des-Près à Paris

À Paris, vingt-et-un bienheureux martyrs
- Prêtres: Daniel-Louis André de Pommerayes, du Havre, au diocèse de Rouen, prêtre du diocèse de Beauvais, vicaire à Saint-Paul, à Paris - Louis-Remi Benoist, de Paris, vicaire aussi à Saint-Paul - Louis-René-Nicolas Benoist, frère cadet du précédent, vicaire aussi à Saint-Paul - Antoine-Charles-Octavien du Bouzet, de Bivès, au diocèse de Lectoure, vicaire général de Reims et abbé commendataire de Notre-Dame des Vertus au même diocèse - Jean-André Capeau, du diocèse d’Avignon, vicaire à Saint-Paul, à Paris - Armand Chapt de Rastignac, de Cognac, au diocèse de Périgeux, vicaire général d’Arles, prévôt du chapitre de Tours, abbé commendataire de Saint-Mesmin d’Orléans, député aux États généraux - Claude Fontaine, de Paris, vicaire à Saint-Jacques de la Boucherie, à Paris - Pierre-Louis Gervais, de Montreuil-en-Caux, au diocèse de Rouen, secrétaire général de l’archevêque de Paris, chanoine de Champeaux - Jean-Louis Guyard de Saint-Clair, d’Avenelles, au diocèse de Séez, chanoine de Noyon - Saintin Huré, de Vigny, au diocèse de Paris, vicaire de Marines - Louis-Charles Hurtrel, de Paris, minime, bibliothécaire du couvent des Minimes, à Paris - Laurent, adjoint au directeur de l’Institut des Sourds-Muets, à Paris - Louis Le Danois, de Moitiers-en-Beauptois, au diocèse de Coutances, vicaire à Saint-Roch, à Paris - Anne-Alexandre-Charles Lenfant, de Lyon, ancien jésuite, prédicateur du roi Louis XVI - Thomas-Jean Monsaint, de Villerville, au diocèse de Bayeux, vicaire à Saint-Roch, à Paris - François-Joseph Pey, de Solliès-Pont, au diocèse de Fréjus, vicaire à Saint-Landry, à Paris - Jean-Joseph Rateau, de Bordeaux, maître de conférences au Séminaire Saint-Sulpice, à Paris - Marie-Louis Royer, de Paris, curé de Saint-Jean en Grève - Jean-Pierre Simon, de Paris, promoteur de l’officialité du grand chantre de Notre-Dame de Paris - Pierre-Jacques Vitalis, de Carpentras, vicaire à Saint-Merry, à Paris.
- Diacre: Louis-Benjamin Hurtel, frère cadet de Louis-Charles, élève au Séminaire des Trente-Trois à Paris, massacrés le 2 septembre, à l’abbaye Saint-Germain-des-Près.
Martyrologe romain



Bienheureux Nicolas Ruska (+ 1618)
Martyr. Au pays des Grisons, canton de la Suisse, nous fêtons ce missionnaire qui fit ses études ecclésiastiques au séminaire de Milan que venait de fonder saint Charles Borromée. Il maintint la foi catholique dans le diocèse de Coire, mais des frères protestants le firent mourir dans d'atroces supplices alors qu'il était un vieillard de quatre-vingt ans.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Borrom%C3%A9e



Saint Nonnosus moine (6ème s.)
800px-Soratte_2.jpg

Le mont Soracte vu depuis la via Flaminia.
Près du sommet se trouvait un monastère, fondé en 748 par Carloman (fils de Charles Martel) et agrandi par le pape Sylvestre II : les ruines de l'autel portent encore des bas-reliefs de cette époque. Encore de nos jours, ce monastère est fréquenté par les Trinitariens. L'église Santa Maria delle Grazie, haut-lieu du culte marial, se dresse depuis 1835 au sommet du mont Soracte.

ou Nonnoso.
Moine bénédictin, prévôt du monastère au mont Soratte, près de la voie Flaminienne dans le Latium, au VIe siècle. Le pape saint Grégoire le Grand loue son égalité d’âme, sa douceur dans le gouvernement des frères et la puissance de sa prière.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mont_Soracte



Saint Prosper évêque de Tarragone en Espagne (5ème s.)
686px-Localizaci%C3%B3n_de_Catalu%C3%B1a

La Catalogne ou se situe Tarragone.

À Tarragone en Espagne, au IVe ou Ve siècle, saint Prosper, évêque.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tarragone



Saint Solomon le Clerq (Bienheureux) (1745-1792)
im-St-Solomon.jpg

Baptisé 'Nicolas', il est le fils d’une riche famille de marchands de vin français. Ses parents souhaiteraient qu’il prenne leur suite dans les affaires, mais lui se sent appelé à la vie religieuse. Il entre donc comme novice chez les Frères des Écoles Chrétiennes, en prenant le nom de Solomon. Une fois ses études terminées, il devient lui-même enseignant dans diverses écoles françaises. Lorsque survient la Révolution, lui et plusieurs autres prêtres et religieux sont arrêtés et exécutés.



Saint Syagrius Evêque d'Autun, en Bourgogne (+ 599)
ou Syagre.
Evêque d'Autun, il fut un grand éducateur de prêtres et plusieurs de ses disciples furent choisis pour l'épiscopat, il brilla par sa science et son zèle dans les conciles auxquels il prit part. Il fonda le monastère Saint-Martin et l’hospice Saint-Andoche. Il accueillit tout un hiver saint Augustin de Cantorbury et les moines qui l’accompagnaient pour prêcher l’Évangile en Angleterre. Il fut l'objet d'une estime toute particulière du pape Saint Grégoire le Grand.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Syagre
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9v%C3%AAques_d%27Autun
http://fr.wikipedia.org/wiki/Autun



Sainte Théodote martyre (+ v. 304)
REmpire-29_Bithynia.png

La Bithynie dans l'Empire romain, vers 120

Martyre à Nicée en Bithynie avec ses fils Évode, Hermogène, et Calliste. Peut-être jetés dans une fournaise.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bithynie



Saint Zénon martyr (3ème s.)
Martyr à Nicomédie en Bithynie avec ses deux fils Concorde et Théodore.



Les Églises font mémoire…

Anglicans : Martyrs de Papouasie-Nouvelle Guinée
Voir Bas de page

Catholiques d’occident : Antoine d’Apamée (IVe s.), martyr (calendrier mozarabe)

Coptes et Éthiopiens (27 misra/nahasë) : Poemen et Eudoxie de Shanshour, martyrs (Église copte)

Luthériens : Nicolaï Frédérik Séverin Grundtvig, réformateur de l’Église au Danemark
Voir ci-dessous

Maronites : Mamante de Gangres (+ 275), martyr ; Josué (IIe mill. av. J.-C.), fils de Nun

Orthodoxes et gréco-catholiques : Mamante de Gangres, martyr ; Jean le Jeûneur (+ 595), patriarche de Constantinople



NICOLAI FREDERIK SEVERIN GRUNDTVIG (1783-1872) pasteur luthérien et hymnographe
462px-N-f-s-grundtvig-portr%C3%A6t.jpg

Le 2 septembre 1872, meurt à Copenhague Nicolaï Frederik Severin Grundtvig, pasteur de l’Église luthérienne du Danemark et l’un des hymnographes les plus féconds dans l’histoire de la Réforme.
Né à Udby, dans le Seeland danois, Nicolai Grundtvig fut contemporain de Sören Kierkegaard, et tout comme lui – même si ses bases théologiques furent profondément différentes –, il contribua de façon décisive à la ré-interprétation de la tradition luthérienne dans son pays.
Son intuition fondamentale est que la vie spirituelle se transmet essentiellement dans l’oralité et que la parole véhicule l’esprit, tant par le langage profane que dans la prédication de l’Église.
Partant de cette intuition et profondément convaincu de l’importance de la liberté de l’homme – valorisée et non pas niée par un Dieu qui se communique « en parlant » -, il soutint que là où la Parole est prêchée, et donc accueillie dans la profession de foi d’une communauté, ladite communauté devient Église : présence sainte et vivante du Christ dans l’histoire.
Grundtvig doit cette conception dynamique et spirituelle de l’Église à une relecture de Luther à la lumière de la tradition patristique, surtout d’Irénée de Lyon ; elle transparaît dans plus de 1500 hymnes que Grundtvig nous a laissées et lui a permis d’être un précurseur de l’œcuménisme contemporain
En cohérence avec sa préférence pour la communication orale de la foi, il créa de nombreuses « écoles supérieures populaires » qui se sont répandues bien au-delà des frontières du Danemark.
Longtemps incompris et censuré dans sa propre Église, Grundtvig fut pourtant reconnu par tous, dans les dernières années de sa vie, comme un maître et un pasteur de grande qualité.

Lecture

Soyez vraiment bénis, vous les yeux qui avez vu le Fils de Dieu sur la terre !
Vous, les oreilles, vous êtes vraiment comblées de grâce, vous qui avez entendu sa parole, la parole de l’unique dont la bouche n’a prononcé que la vérité de Dieu et sa grâce !

Bien des prophètes et des rois avaient désiré voir ton jour.
Les lamentations du cœur et les chants des anges avaient prophétisé l’année de grâce où la lumière et la vie de Dieu triompheraient avec force de la ténèbre et de la mort.

Quel n’est pas notre bonheur à nous, chrétiens : le temps de la grâce n’est jamais du passé ; dans la lumière de l’Église rassemblée, nous aussi, nous sommes les fils de prédilection de la grâce.

Nos yeux voient, nos oreilles entendent celui qui nous annonce la parole de Dieu, celui qui nous accorde la lumière et la vie par son Esprit et sa Parole, celui qui rétablit toute notre vie morcelée à sa source et à la table de son autel : Jésus Christ, qui nous apporte la joie, il vient vivant, il est au-milieu de nous.

(Nicolai Grundtvig, Hymnes)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nikolai_Frederik_Severin_Grundtvig



MARTYRS DE PAPOUASIE-NOUVELLE GUINÉ (+1901 et 1942)
La communion anglicane fait aujourd’hui mémoire des martyrs de Papouasie-Nouvelle Guinée : l’Église de ces pays a en effet connu par deux fois la grâce du martyre au cours du XX ème siècle.
James Chalmers, Oliver Tomkins et plusieurs compagnons qui avaient été envoyés en Nouvelle Guinée par la Société Missionnaire de Londres, moururent martyrs en 1901.
Quarante ans plus tard, au cours de la seconde guerre mondiale, la Nouvelle Guinée fut occupée par l’armée impériale japonaise et les chrétiens subirent d’atroces persécutions. Parmi ceux qui trouvèrent la mort en raison de leur foi, se trouvent deux prêtres anglais, Vivian Redlich et John Barge, qui avaient décidé de rester auprès des fidèles qui leur avaient été confiés même après l’invasion japonaise de 1942 ; ils furent trahis et décapités, en même temps que sept prédicateurs australiens et deux papous, Leslie Garialdi et Lucian Tapiedi. Quand les troupes japonaises se retirèrent, on compta plus de trois cents martyrs qui appartenaient à presque toutes les confessions chrétiennes présentes en Nouvelle Guinée.
En mémoire du martyre des chrétiens de Papouasie-Nouvelle Guinée, l’Église d’Angleterre, en 1998, a voulu ajouter une statue en l’honneur de Lucian Tapiedi à côté des neuf autres statues de martyrs du XX è siècle, qui sont placées sur la façade ouest
de l’Abbaye de Westminster.

Lecture

La Papouasie est un corps, l’Église : Dieu ne nous abandonnera pas. Il nous soutiendra, nous donnera la force et sera notre guide durant les jours qui s’annoncent à nous. Si nous partions tous, il nous faudrait je ne sais combien d’années pour faire renaître l’Église de notre trahison de la confiance que ce peuple a mise en nous. Si nous restons, même si au pire nous finissons tous par le payer de notre vie, l’Église ne mourra pas, car ses murs ne seront pas lézardés par le manque de confiance, et ses fondations et ses structures recevront la force nécessaire pour une future ré-édification précisément à cause de notre fidélité jusqu’à la mort. Telle est, je le crois, votre décision à vous tous. N’ayons pas peur. A vous tous ma bénédiction. Le Seigneur soit avec vous.

(Philip Strong, évêque de Papouasie, Discours radio-diffusé)

Prière

Dieu tout-puissant, par ta grâce et ta force tes saints martyrs ont triomphé de la souffrance et sont restés fidèles jusqu’à la mort : accorde-nous, à nous aussi, de supporter l’humiliation et la persécution pour rendre fidèlement témoignage au Nom de Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_%C3%A9vang%C3%A9lique_en_Nouvelle-Cal%C3%A9donie_et_aux_%C3%AEles_Loyaut%C3%A9


31 av. J.-C.

 Bataille d'Actium

 


909

Vue générale de l'édifice

 Fondation de l'abbaye de Cluny, en Bourgogne.


1143

 À Fourques, l' archevêque d'Arles Raimon de Montredon remet l’Argence — un petit territoire entre Beaucaire et Saint-Gilles) — en fief au comte de Toulouse (de 1112 à 1148), qui était également marquis de Provence

1192

220px-Saladin2.jpgSaladin et Richard coeur de lion.jpg Richard Cœur-de-Lion concluent le traité de Jaffa.


1272

 L'évêque de Cahors, Barthélémy, et les consuls de la ville s'entendent pour nommer des « arbitres et amiables compositeurs » chargés de régler les différends survenus entre eux au sujet des anciennes coutumes et des coutumes nouvelles.

Portail des croisades

2 septembre dans les croisades

1415
concile de Constance condamnant, entre autres, les Hussites[1]
400px-Richental_Konzilssitzung_Muenster.
Le concile de Constance (1414-1418) est, pour l'Église catholique romaine, le XVIeconcile œcuménique, convoqué par l'empereur Sigismond Ier et l'antipape Jean XXIII. Présidé par le cardinal Jean Allarmet de Brogny, il mit fin au Grand Schisme d'Occident.


1715

Le régent, Philippe d’Orléans, par Jean-Baptiste Santerre

 Le Parlement de Paris déclare Philippe d'Orléans régent. 

1792  

La conjuration bretonne indépendantiste de La Rouërie est déjouée. 

C'est le début des massacres de septembre à Paris.

Pendant quatre jours, des Parisiens, craignant la réaction royaliste (voir les complots royalistes comme celui de La Rouërie) et l'invasion étrangère, et encouragés par quelques personnalités politiques (Danton, Marat, Fréron) massacrent quelque 1 300 prisonniers.

1795

 (16 fructidor an III)

 un décret républicain consacre le principe de dualité de juridictions de l'ordre juridique français.

 1800 

Lettre de Napoleon Bonaparte à Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord :

« J'ai vu avec peine que le Piémont n'a pas payé exactement les contributions qui lui ont été imposées ; il est indispensable qu'il acquitte dans le plus bref délai les 1 500 000 francs auxquels il a été taxé »

1801

 Fin de l'expédition d'Egypte

58438_151194738241258_100000521982449_35

En 1798, une expédition militaire française avait débarqué à Alexandrie. A sa tête, le général Bonaparte voulait contrer les Britanniques en Méditerranée orientale et contrôler la route des Indes. Le général Ménou, qui était devenu le chef des troupes françaises d'Egypte à la mort de Kléber, signe le 2 septembre 1801 un accord d'évacuation avec les Britanniques à Alexandrie, occupée par les Français depuis le 2 juillet 1798.

 

Selon les termes de cette reddition, tous les navires et l'artillerie disponibles ayant été remis aux Britanniques, les Français sont autorisés à garder leurs armes et leurs bagages personnels et sont renvoyés en France à bord de navires britanniques.

 

 

Si la campagne d'Egypte se solde par un échec sur le plan militaire, elle permettra à l'égyptologie de se développer.

 

 

1807

  Bombardement de Copenhague par les Anglais

Le Bombardement de Copenhague en 1807, par C.W. Eckersberg
 1812 
« Voilà dix-neuf ans que je fais la guerre et j'ai donné bien des batailles et fait bien des sièges en Europe, en Asie, en Afrique. Je vais me dépêcher de finir celle-ci pour te revoir bientôt »

 
 

 

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 23:00

comte de Guines


1792

Listen_to

Guilleminet, Jean, Antoine
Bienheureux Carmes
   
Naissance : le 4 janvier 1738 à Bédarieux (Hérault)                  
Baptême : le 18 janvier à Bédarieux après ondoiement. 
                              
Etudes : Séminaire des Trente-trois à Paris (4 juillet 1776 - octobre 1779)
                Maître-es-arts 11 décembre 1777 à Paris
Ordination : Minoré en septembre 1774 à Paris.
                            Prêtre
Activités : Chanoine de Saint-Pierre de Joncels (diocèse de Béziers) 5 janvier  1757.
                      Reçu dans la Communauté de Saint-Roch à Paris le 16 février 1780; clerc des sacrements;
                      Quitte la communauté le 21 septembre 1785, et se retire en son particulier rue Ferou, près Saint-Sulpice, maison de M. Tronchet, avocat.
                      Continu ses fonctions à Saint-Roch.
                      Refuse le serment                    

Arrestation : A son domicile en même temps que le comte de Valfons qui habitait chez lui
Incarcération : aux Carmes.
Date martyre : le 2 septembre  1792
Inhumé dans l'Eglise
Saint-Roch à Paris

Jean Antoine Guilleminet    Jean Antoine Guilleminet

MARTYRS, BEATIFIES LE 17 OCTOBRE 1926 (95)                

EVEQUES (3)

- François, Joseph de La ROCHEFOUCAULD MAUMONT,
- Pierre, Louis de La ROCHEFOUCAULD BAYERS,
- Jean-Marie du LAU d'ALLEMANS,
        
PRETRES, DIACRES, RELIGIEUX ET CLERCS (91):

- Vincent ABRAHAM,
- André ANGAR,
- Jean, Baptiste, Claude AUBERT,
- François BALMAIN,
- Jean, Pierre BANGUE,
- Louis BARREAU de LA TOUCHE,
- Louis, François, André BARRET,
- Joseph BECAVIN,
- Charles BERAUD du PEROU,
- Jacques, Jules BONNAUD,
- Louis, Alexis, Mathias BOUBERT
- Jean, Antoine, Hyacinthe BOUCHARENC de CHAUMEILS,
- Jean, François BOUSQUET,
 

Listen_to


Bienheureux Carmes
                    
Naissance : le 8 janvier 1751 à Ginestas (Aude)                    
            
Ordination : prêtre
Activités : Canoniste
            
Arrestation : à la maison des Eudistes à Paris        
Incarcération : aux Carmes
Il écrit une lettre à Barrère pour demander sa libération. Barrère communique le 1er septembre la lettre à Danton qui répond : “Votre ami sera demain en liberté”    
Date martyre :  le 2 septembre 1792 
             

- Jean, François BURTE
- Claude CAYX dit DUMAS
- Jean CHARTON de MILLOU
- Claude CHAUDET
- Ambroise, Augustin CHEVREUX
- Nicolas CLERET
- Claude COLIN
- Bernard, François de CUCSAC
- François DARDAN
- Guillaume, Antoine DELFAUT
- Mathurin, Victor DERUELLE
- Gabriel DESPREZ DE ROCHE
- Thomas, Nicolas DUBRAY
- Thomas, René DUBUISSON
- François DUMASRAMBAUD de CALANDELLE
- Henri, Hyppolyte ERMES
- Armand FOUCAULD DE PONTBRIAND
- Jacques, FRITEYRE DURVE
- Claude, François GAGNIERES des GRANGES
- Jacques, Gabriel GALLAIS
- Pierre GAUGUIN
- Louis, Laurent GAULTIER
- Georges GIRAULT, en religion Père Séverin de Saint Jean
- Jean GOIZET
- André GRASSET de SAINT SAUVEUR
- Pierre, Michel GUERIN
- Jean, Antoine GUILLEMINET
- François, Louis HEBERT
- Jacques, Etienne, Philippe HOURIER
- Jean, Baptiste JANIN
- Jean LACAN
- Pierre LANDRY
- Claude, Antoine, Raoul LA PORTE
- Robert LE BIS
- Mathurin, Nicolas LE BOUS de La VILLECROHAIN dit VILLENEUVE
- Guillaume, Louis, Nicolas LECLERCQ, en religion Frère SALOMON
- Olivier LEFEBVRE
- Urbain LEFEVRE
- François LEFRANC
- Charles, François LE GUE
- Jacques, Joseph LEJARDINIER DESLANDES
- Jacques, Jean LE MEUNIER
- Vincent, Joseph LE ROUSSEAU de ROSENCOAT
- François, César LONDIVEAU
- Louis LONGUET
- Jacques, François de LUBERSAC SAINT-GERMAIN
- Marie, Auguste LUZEAU de la MULONNIERE
- Gaspard, Claude MAIGNIEN
- Jean, Philippe MARCHAND
- René, Julien MASSEY
- Louis, Jean, Guillaume MAUDUIT
- François, Louis MEALLET de FARGUES
- Jacques, Alexandre MENURET
- Jean, Jacques MOREL, en religion Frère Apollinaire de Prez
- Jean-Baptiste NATIVELLE
- René NATIVELLE
- Auguste, Denis NEZEL
- Antoine, Mathieu, Augustin NOGIER
- Pierre, François PAZERY de THORAME
- Joseph, Thomas PAZERY de THORAME
- Jules, Honoré, Cyprien PAZERY de THORAME
- Pierre PLOQUIN
- Jean-Baptiste, Michel PONTUS
- René, Nicolas PORET
- Julien, Augustin POULAIN DELAUNAY
- Pierre, Nicolas PSALMON
- Jean, Robert QUENEAU
- Antoine, François, Dieudonné de RAVINEL
- Augustin, ROBERT de LEZARDIERES
- Claude ROUSSEAU
- François, Urbain SALINS de NIART
- Jean, Henri, Louis, Michel SAMSON
- Jean, François de SAVINE
- Jean, Antoine, Barnabé SEGUIN
- Jean-Baptiste, Marie TESSIER
- Loup  THOMAS dit BONNOTTE
- François VAREILHE-DUTEI
- Pierre, Louis, Joseph VERRIER
        
LAIC :

- Charles-Régis  MATHIEU de la CALMETTE, comte de VALFONS


PRETRES ET DIACRES DONT LA CAUSE EST DIFFEREE.(15)

- GUESDON
- François GUILLAUMOT
- Pierre, Alexandre de LANGLADE du CHEYLA
- François, Louis LAUGIER de LAMANON
- Jean, Charles LEBRETON
- Michel, Joseph LEMERCIER
- Jean MASSIN
- Jean, Marie MONGE
- Louis PELLIER
- Augustin PORLIER
- Louis, François ROSE
- Antoine, Jean, César ROSTAING
- Joseph, Martial TEXIER
- Jean, Joseph THIERRY
- Joseph VOLONDAT


PRETRE MASSACRE MAIS NON RETENU LORS DU PROCES EN BEATIFIICATION

Joseph ESTARD, curé constitutionnel de Charonne arrêté pour détention d'armes. Proclame lors de son interrogatoire avoir prêtéle serment et ne pas vouloir le renier (massacré dans le jardin)
    
AUTRES PRETRES RELIGIEUX ET LAICS INCARCERES AUX CARMES
                                                            
- AUZURET, prêtre évadé
- BREILLOT, prêtre évadé
- Joseph  DUPLAIN, libraire évadé
- Pierre Joseph GRAYOT de KERAVENANT, prêtre évadé
- Jean Baptiste ISTEVE, frère des  écoles chráŽátiennes évadé
- LAPIZE de la PANNONIE,prêtre évadé                                                
- Honoré, Joseph LETELLIER, minoré évadé
- Jean Joseph LETURE, prêtre évadé
- de MONFLEURY,prêtre évadé
- Pierre MARTIN, prêtre évadé
- de REST, clerc de la paroisse Saint-Sulpice évadé
- de ROCHEMURE, prêtre évadé
- Joseph Alexandre de SAINT-REMY, sort inconnu
- SAURIN, Eudiste évadé
- VIALAR, prêtre évadé

“Soustraits à la sévérité du peuple” et conduits en fin d'après-midi à la Section.

- Jean Baptiste ALLAIS de l'EPINE, prêtre
- BARBE, prêtre
- BARDET, prêtre
- Jean Marie BERTHELET de BARBOT, prêtre.
- BERTON, prêtre
- Pierre CAMAUSSARAY ou CAMOUCHARD, laïc
- CHERIOT, prêtre
- Baptiste CHIRON, prêtre
- CORBY, prêtre irlandais
- de DOUAY, prêtre
- Pierre Dominique FERRIERE, laïc
- Joseph FORESTIER,
- FRONTEAU, prêtre
- Charles Antoine GUTARD, prêtre
- du JAUSOIR, laïc
- LACOMBE, religieux cordelier
- LAMBERTINY, clerc tonsuré
- de la VIEUVILLE, officier de Marine
- LEFAYPAS, domestique de l'archevêque d'Arles
-  Julien LEROUX, prêtre
- LOGER ou ROGER, prêtre
- François Benoit Joseph de LOSTANDE, prêtre
- Claude Jean François MIQUEL, diacre
- PELISSON, maître de pension
- PIERRE, domestique de l’abbé. de la Pannonie
- PITTORA de MARIGNY, maréchal de camp
- PONTUS, prêtre
- Pierre PRADIGNAC, prêtre
- Alexandre Inglard du TILLET, prêtre
- Ambroise VIGOUROUX, clerc tonsuré.



MARTYRS, BEATIFIES LE 17 OCTOBRE 1926 (3)

- Jean-Baptiste BOTTEX
- Michel, Marie, François de La GARDETTE
- François, Hyacinthe Le LIVEC de TRESURIN

AUTRES PRETRES INCARCERES LE ler SEPTEMBRE.   
              
- Flaust, épargné
- Bertrand de Moleville, épargné

 
MARTYRS, BEATIFIES LE 17 OCTOBRE 1926 (21)

- Daniel, Louis ANDRE des POMMERAYES
- Louis, René, Nicolas BENOIST
- Louis, Remi BENOIST
-Antoine, Charles, Octavien du BOUZET
- Jean, André CAPEAU
- Armand, Anne, Auguste, Antonin, Sicaire CHAPT de RASTIGNAC
- Claude FONTAINE
- Pierre, Louis GERVAIS
- Jean-Louis GUYARD de SAINT-CLAIR
- Saintin HURE
- Louis, Charles HURTREL
- Louis, Benjamin HURTREL
- Anne, Alexandre, Charles, Marie LENFANT
- LAURENT, prêtre
- Louis LE DANOIS,
- Thomas, Jean MONSAINT
- François, Joseph PEY
- Jean, Joseph RATEAU
- Marc-Louis ROYER
- Jean, Pierre SIMON
- Pierre, Jacques, Marie VITALIS

PRETRES DONT LA CAUSE EST DIFFEREE (2)

- Thomas, Pierre de BOISGELIN de KERDRU
- François, Joseph MARTIN

AUTRES PRETRES INCARCERES LE ler SEPTEMBRE.
( source: copie du régistre d'écrou par Labat)

- DUBOIS sort inconnu
- GAUBERT sort inconnu
- GODART sort inconnu
- SALAMON   Epargné
- Louis B. SIMON Epargné
- TRUBERT
L'abbé SICARD, arrêté le 2 septembre et conduit à l'Abbaye par le convoi de fiacres du début d'après-midi, ne figure donc pas sur la liste des incarcérés; il  a été épargné.         

1813

 Jean Victor Marie Moreau
Jean Victor Marie Moreau
 général français de la Révolution et de l'Empire, des suites de ses blessures reçues à la bataille de Dresde.
Fichier:Général JEAN VICTOR MOREAU.jpg

1870
 Charles de Flahaut
militaire et diplomate français (° 1785), fils illégitime de Talleyrand et lui-même père illégitime du duc de Morny.

1937

baron, rénovateur des Jeux olympiques

Portail des Jeux olympiques
Portail des Jeux olympiques

1970
http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/image/Biographies/GHKoenig.jpg
 Marie Pierre Kœnig
 maréchal de France et homme politique français

2000

Parents


2009

Jacqueline de Suzannet

Parents

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 23:00

Marechal-de-bourmont.jpg


dernière reine hawaiienne, renversée par des planteurs américains en 1893

1929
Évêque de l’Église catholique

René Dupont
http://home.arcor.de/rkk2005/wl/simonisafscheid.jpg

René Dupont est ordonné prêtre le 29 juillet 1953 pour la société des Missions étrangères de Paris (MEP)

 

Nommé évêque d'Andong, en Corée du Sud, le 29 mai 1969, il est consacré à l'âge de 39 ans le 25 juillet suivant.


Il se retire à 61 ans, le 6 octobre 1990.



Évêque émérite d'Andong (Corée du Sud)
Blason de René Dupont

Naissance 2 septembre 1929 à Saint-Jean-le-Blanc (France)
Ordination
sacerdotale
29 juillet 1953
Consécration
épiscopale
25 juillet 1969 par le cardinal Stephen Kim Sou-hwan






























1936
Archevêque de l'Église catholique

François Bacqué


Nonce apostolique aux Pays-Bas
Archevêque titulaire de Gradisca
Blason de François Bacqué

Naissance 2 septembre 1936 à Bordeaux 
Ordination
sacerdotale
5 avril 1970 par le cardinal Paul Gouyon
Consécration
épiscopale
3 septembre 1988 par le cardinal Agostino Casaroli































1941


Lætitia de Belsunce

(Lætitia de Belsunce d'Arenberg)
(Lætitia de Belzunce de Castelmoron)
Chevalière de la Légion d'honneur le 24 septembre 2009 à l'ambassade de France en Uruguay

Parents

Père adoptif: Erik Engelbert, duc d'Arenberg 1901-1992


 

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 23:01

 

Fichier:Les Très Riches Heures du duc de Berry septembre.jpg
Septembre, Les Très Riches Heures du duc de Berry

Septembre est le neuvième mois des calendriers grégorien et julien.

 

Son nom vient du latin september (de septem, sept) car il était le septième mois de l’ancien calendrier romain.

 

Le mois de septembre est le premier mois de l’automne dans l’hémisphère nord (l’équinoxe a lieu le 21, le 22, le 23 ou le 24 septembre)

 

En France, c’est traditionnellement le premier mois de l’année scolaire après les congés estivaux annuels, mais c’est aussi le mois de la seconde session des examens de fin d’année et des admissions suite aux concours d’entrée des écoles.

 

Pour de nombreuses entreprises dont l’activité est liée au calendrier scolaire, ce mois est souvent celui des créations et réouvertures (notamment des commerces), le début de leur année fiscale, et le mois de la publication de leurs résultats de l’année précédente.

 

Dans la religion catholique, le mois de septembre est dédié à Notre-Dame des Douleurs.

 

 

Le 1er septembre est le 244ejour de l'année


(245e en cas d'année bissextile) du calendrier grégorien


Il reste 121 jours avant la fin de l'année.


C'était généralement le jour de la truite, 15e jour du mois de fructidor dans le calendrier républicain français.

 

Signe du zodiaque : dixième jour du signe astrologique de la Vierge.

 

 

Dicton du jour  

"S'il pleut à la Saint-Gilles, ça dure jusqu'à Saint-Michel"

S'il fait beau à la Saint-Gilles, cela durera jusqu'à la Saint-Michel.

Pluie de septembre, joie du paysan.
Septembre se nomme, le mai de l'automne.
Orages de Septembre, neiges de Décembre.
À la Saint-Loup, l'ail à la terre.
En Septembre, les fainéants peuvent s'en aller pendre.
Août mûrit septembre vendange, en ces deux mois tout bien s'arrange.

Célébrations

 

Saints des Églises chrétiennes 

Saints catholiques   et orthodoxes   du jour 

Saints catholiques   du jour 

Aleth († 1109), bienheureuse , mère de saint Bernard.

 

Prénoms du jour

Bonne fête aux :

  • Gilles, et ses dérivés : Gil (en espagnol), Gilia, Gilian, Giliane ou Gilliane, Gillette, Gillone, Gillou, Gilly (en occitan), etc.
  • Syméon

Et aussi aux :

Saint Gilles Ermite près de Narbonne, en Septimanie (+ 720)

Sant_Egidio_B.jpg

D'origine grecque, il vécut en ermite dans les forêts près de Nîmes dans le Gard où il fonda une abbaye qui prit son nom : 30800 Saint Gilles du Gard. Sa popularité lui vint de ce que le monastère, construit dès le 6ème siècle, se trouvait sur l'un des itinéraires de Rome à Compostelle.
Les pèlerins s'y arrêtaient et chantaient les louanges de saint Gilles à leur retour dans leur pays.
"Reconnaissable à sa coule bénédictine et à sa biche, on l'invoque contre la panique, le mal caduc, la folie ou les frayeurs nocturnes"
Saint_Giles_closeup.jpg
Autre biographie
 
Fils de Théodore et Pélagie, un couple appartenant à la noblesse d’Athènes, en Grèce. Lorsque ses parents décèdent, il distribue sa fortune aux pauvres, s’embarque pour l’occident et se rend jusqu’en France. Arrivé en Arles, il opère un miracle qui lui confère aussitôt une notoriété qu’il cherche cependant à fuir. Il quitte donc la ville et passe près de deux ans dans une grotte des bords du Rhone en compagnie d’un compatriote nommé Vérédème. Mais toujours en quête d’une plus grande solitude, il repart à nouveau et s’installe finalement dans une grotte nichée au creux d’une épaisse forêt des environs de Nîmes. Sa seule compagnie est celle d’une biche, qui demeure auprès de lui en tout temps et lui procure le lait dont il se nourrit. Un jour que le roi et sa suite participent à une chasse dans les environs, un chasseur décoche une flèche en direction de la biche dans l’espoir de la toucher, mais au lieu de cela la flèche va se planter dans la jambe de Gilles. Le roi demande à ses médecins de le soigner, et à partir de ce jour lui voue un grand respect. Bientôt, il fait même bâtir un monastère pour les nombreux disciples qui viennent se placer sous sa direction (Saint-Gilles du Gard) et dont il devient l’abbé. Malheureusement, les hordes de Sarrasins s’abattent bientôt sur la région et provoquent des ravages importants sur les édifices religieux. Gilles et ses religieux s’enfuient alors en direction d’Orléans pour se placer sous la protection de Charles Martel. Peu de temps après, les Sarrasins ayant été contraints à fuir vers l’Espagne, Gilles retrouve les ruines de son monastère et consacre le reste de sa vie à travailler à sa reconstruction (+ vers 720) Saint-Gilles est le patron des mendiants, des personnes souffrant d’un cancer, d’épilepsie et de maladie mentale, des personnes handicapées, pauvres ou souffrant d’une malformation physique. Il est invoqué contre la peur du noir et de la nuit et pour obtenir la guérison d’un cancer du sein. Il est aussi le protecteur des arbres et des forêts.
im_St-Gilles.jpg
Voir aussi
 
http://www.magnificat.ca/cal/fran/09-01.htm#gilles
http://missel.free.fr/Sanctoral/09/01.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gilles_l%27Ermite
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome03/131.htm



Saint Ambrosinien (?)
patron de l'église paroissiale de Fontaines-les-Dijon, il est encore vénéré dans ce diocèse et dans l'Ordre cistercien, car il fut moine du monastère de Fontaines.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fontaine-l%C3%A8s-Dijon#Chapelle_Saint_Ambrosinien



Sainte Anne de Jérusalem Nouveau Testament : Prophétesse, fille de Phanuel
Giotto_-_Scrovegni_-_-19-_-_Presentation


Anne (à droite) lors de la présentation de Jésus au Temple (œuvre de Giotto, chapelle Scrovegni à Padoue)

Présentation de Jésus au Temple et rencontres prophétiques
Lc 2, 36-38
"Il y avait là une femme qui était prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d'Aser. Demeurée veuve après sept ans de mariage, elle avait atteint l'âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s'éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. S'approchant d'eux à ce moment, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l'enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem."
http://www.aelf.org/

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_la_proph%C3%A9tesse



Saint Baraq Antien Testament : Chef de tribu, fils d'Avinoam
Livre des Juges chap 4 & 5
http://bible.catholique.org/livre-des-juges/3773-chapitre-4

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Baraq


Saint Constance évêque (+ v. 570)
Evêque d'Aquin, dans le Latium, dont le pape saint Grégoire le Grand loue le don de prophétie, dans ses Dialogues.



Sainte Douceline Mystique dévouée aux soins des malades, près de Marseille (+ 1274)

douceline2.jpg

Née à Digne (Alpes de Haute Provence) vers 1214
Décédée à Marseille le 1er septembre 1274
 
Sœur du bienheureux Hugues de Barjols (ou de Digne), franciscain mort en 1256, elle fonde à Hyères un établissement de béguines, désigné sous le nom de Dames de Roubaud, qui essaimèrent ensuite à Marseille et à Aix.
Une «Vie de Sainte Douceline» est publiée en provençal en 1297, par une de ses disciples, Philippine de Porcellet.

Ses restes sont conservés dans l’église des Franciscains (frères mineurs) à Marseille depuis 1275, à coté de son frère Hugues.

Par testament, Saint Louis d’Anjou, décédé à Brignoles en 1297, a demandé a être enseveli auprès de ses maîtres spirituels : Hugues et Douceline.

Le tombeau de Sainte Douceline a été le siège de nombreux miracles.

Il existe une église «Sainte Douceline» à Hyères, Allée des oliviers.
arton3345.jpg


Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte_Douceline



Bienheureuse Jeanne Soderini religieuse (+ 1367)
Religieuse du Tiers-Ordre des Servites de Marie, où elle entra à 12 ans sous la conduite de sainte Julienne Falconieri, à Florence, elle est célèbre pour ses pratiques d’oraison et d’austérité.
Elle fut béatifiée en 1827.



Saint Josué Ancien Testament (13ème s. av JC.)
1250 à 1200 av JC.
Serviteur de Moïse, chef des Israélites dans la conquête de la Terre Promise.
Choisi par Moïse pour lui succéder, il préfigure le Christ. C'est lui qui fit entrer le peuple hébreu sur la Terre Promise. Il s'occupa également de répartir les douze tribus au travers du Pays que Dieu leur avait donné.
Voir aussi le livre de Josué.
http://bible.catholique.org/livre-de-josue/3744-chapitre-1
http://fr.wikipedia.org/wiki/Josu%C3%A9



Bienheureuse Julienne de Collalto abbesse (+ 1262)
Née à Trévise en Italie, elle entra chez les religieuses bénéditines à l'âge de 10 ans. En 1622, elle suivit la bienheureuse Béatrice d'Este et en 1226 elle devint abbesse-fondatrice de l'abbaye de Saint-Blaise et Catalde à Venise.
Son culte fut approuvée par Grégoire XVI.



Saint Longin Centurion romain (1er s.)

599px-Fra_Angelico_027.jpg
Saint Longin perçant le flanc du Christ de sa lance
Museo di San Marco, Florence

« Cet homme était vraiment fils de Dieu » (Marc 15.39) Ce centurion romain, qui confessa sa foi au pied de la Croix en contemplant la mort du Christ, est fêté dans les Eglises d'Orient sous le nom de saint Longin.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Longin_le_Centurion
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte_Lance
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome01/049.htm



Saint Loup Evêque de Sens (+ 623)
ou Leu.
Sens fut une cité chrétienne dès les premiers siècles. Saint Leu en sera l'un des plus célèbres archevêques. Né à Orléans, il fit, dit-on, de bonnes études classiques. Deux de ses oncles étant évêques, l'un d'Orléans et l'autre d'Auxerre, la carrière cléricale s'ouvre tout naturellement pour lui. Il semble qu'il y eut du succès, puisqu'à la mort de leur archevêque Artème, en 609, les habitants de Sens le réclamèrent. Il fut un bon archevêque. En 614, il prit part au concile de Paris. Mais il eut à souffrir des calomnies de Madégésile, abbé de Saint Rémi de Reims qui, jaloux, le dénonça auprès des souverains. Saint Leu se trouva pris dans le conflit entre Brunehaut et Clotaire II. Il reprochait à ce dernier d'avoir annexé la Bourgogne. Madégésile oeuvrait en coulisses. Le roi exila saint Leu à Ansenne dans la Somme. Mettant à profit cette opportunité, il fit merveille auprès des Francs païens de la région qu'il évangélisa. Les habitants de Sens finirent par obtenir le retour de leur archevêque bien-aimé.

Autre biographie:
Fils de Betto et de Sainte-Austregilde, une famille de la noblesse des environs d’Orléans. Il est aussi le neveu de deux évêques (Saint-Austrène d’Orléans et Saint-Aunaire d’Auxerre) qui se chargent de son éducation. Admis à la tonsure cléricale, il distribue tous ses biens et se retire sur l’île de Lérins où il vit dans une grande austérité. En 609, Il est choisi pour succéder à Saint-Arthème comme archevêque de la ville de Sens, en Bourgogne. Quelques années plus tard, il refuse de reconnaître la légitimité de Clotaire qui vient de soumettre la région. Victime de calomnie, il est forcé à l’exil tandis qu’un usurpateur du nom de Monegisil occupe le siège apostolique. Il est alors envoyé en Normandie (qui est encore majoritairement païenne à cette époque) dans un petit village des environs de la ville d’Eu (Seine-Maritime) où il opère de nombreuses conversions, dont celle de Boson, le gouverneur des lieux. Cependant, à Sens, Monegisil ayant été tué au cours d’une émeute, toute la population réclame (et obtient) le retour de Loup, qui consacre les dernières années de sa vie à rétablir l’ordre dans son diocèse. (+ 623)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Loup_de_Sens



Bienheureux Martyrs espagnols martyrs (+ 1936)
Martyrs durant la persécution menée contre l’Église au cours de la guerre civile en Espagne : Christin (Michel Roca Huguet), prêtre, et onze compagnons : Procès (Joachim Ruiz Cascales, Euthyme (Nicolas Aramendia Garcia), Canut (Joseph Franco Gomez), Dosithée (Guillaume Rubio Alonso), Césaire (Marien Niño Pérez), Benjamin (Alexandre Cobos Celada), Carmel (Isidore Gil Arano), Côme (Simon Brun Arara), Cécile (Henri Lopez Lopez), Rufin (Crescent Lasheras Aizcorbe) et Faustin (Antoine Villanueva Igual), religieux de l’Ordre de Saint-Jean-de-Dieu, mis à mort près de Madrid ; à Paterna, dans la région de Valence, Alphonse Sebastia Viñals, prêtre et à Barcelone, Pierre Rivera, prêtre franciscain conventuel, Marie-Carmen (Moreno Benitez) et Marie du Refuge (Marie Carbonell Munoz), religieuses de l’Institut de Marie Auxiliatrice.
Béatifiés par Jean-Paul II le 11 mars 2001.
"Aujourd'hui, à travers cette proclamation solennelle de martyre, l'Eglise désire reconnaître chez ces hommes et ces femmes un exemple de courage et de constance dans la foi, aidés par la grâce de Dieu."
Homélie de Jean-Paul II sur le site du Vatican.
http://benedettoxvi.va/holy_father/john_paul_ii/homilies/2001/documents/hf_jp-ii_hom_20010311_beatification_fr.html
Lire aussi:
Beatification des serviteurs de Dieu, José Aparicio Sanz, prêtre et 232 compagnons prêtres, religieux, religieuses et laïcs (en espagnol)
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20010311_sanz-compagni_sp.html



Saint Mélèce (Mélétios) le Jeune (+ 1105)
st-m-08.jpg


Saint Mélèce naquit en Cappadoce vers 1035. Peu doué par Dieu pour les études, il reçut cependant, après d'ardentes prières, le don de la connaissance des Saintes Ecritures, et s'appliqua à les méditer tout le reste de sa vie. Devenu moine à Constantinople, il partit en pélerinage à Jérusalem, alors occupée par les Turcs. Il visita ensuite Rome, pour vénérer le tombeau des Saints Apôtres, puis s'installa en Grèce, au Monastère du Mont Myopolis, sous le règne d'Alexis Comnène (1081-1118). Il y montra une obéissance et une humilité exemplaires dans la vie commune, et un zèle ardent dans les longues vigiles qu'il faisait chaque nuit dans sa cellule, n'accordant de repos à ses paupières que lorsqu'il avait baigné sa couche de larmes (cf. Ps. 131). Une telle conduite lui attira la jalousie du diable, qui le soumit à de cruelles tentations et à la maladie. Mais, là encore, Mélèce remporta la victoire par sa patience, et Dieu lui accorda en échange de nombreux charismes (prophétie, clairvoyance, guérisons), qu'il utilisa pour le salut de ses disciples. Il s'endormit en paix et son âme rejoignit les Choeurs angéliques le 1er Septembre 1105.
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsseptembre/sept01ter.html



Saint Nivard (+ 675)
Evêque de Reims.
Fort riche beau-frère du roi Childeric, il semble n'avoir accepté l'épiscopat que pour enrichir l'Eglise de ses immenses libéralités en vivant lui-même pauvrement
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Nivard



Saint Prisque martyr (4ème s.)
Martyr à Capoue en Campanie (Italie). La tradition voulait en faire le premier évêque de Capoue, nommé par saint Pierre lui-même.



Saint Régnobert Évêque de Bayeux (+ vers le VIIe siècle)
Il serait né à Noron-la-Poterie, village au sud ouest de Bayeux, ancienne capitale gallo-romaine des Bajocasses (Augustodurum) et siège d'un évêché.
Accomplissant l'œuvre commencée par saint Exupère de Bayeux, saint Regnobert convertit définitivement les Saxons dans les années 620, ce qui lui vaut d'être qualifié de second apôtre du Bessin.
Selon la tradition, il serait le fondateur de quatre églises à Caen :
Saint-Sauveur
Notre-Dame
Saint-Pierre
Saint-Jean
Mais seules les églises Saint-Pierre et Saint-Jean semblent avoir réellement existées au VIIe siècle. On lui attribue également la fondation de la chapelle à l'origine du pèlerinage de la Délivrande
http://fr.wikipedia.org/wiki/Regnobert_de_Bayeux



Saint Rieul (+ 546)
Il est l'un des deux cents évêques qui durent quitter l'Afrique lors de l'invasion des Vandales pour se réfugier en Sardaigne et dans les îles méditerranéennes. Il reçut d'ailleurs une lettre du Pape Symmaque qui s'adressait aux évêques exilés pour la foi. Il fut décapité et reçut la couronne du martyre à Piombino en Toscane, sous le règne de Totila, roi des Ostrogoths.



Saints Sinice et Sixte (+ 286)
Deux saint évêques de Reims qui semèrent l'Evangile sur ce territoire et libérèrent bien de ses habitants de leurs superstitions. Pour le reste, les historiens discutent des dates et des faits qui voudraient les faire remonter à l'époque apostolique.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sinice_de_Reims



Saint Théophore Syméon Stylite l'Ancien (+ 461)

st-s-06.jpg


Saint Syméon naquit dans un village nommé Sissa en Asie-Mineure, entre la Syrie et la Cilicie, sous le règne de Léon le Grand et le Patriarche d'Antioche Martyrios (vers 457). Dès son plus jeune âge, ses pieux parents avaient comme de l'envoyer dans la solitude pour mener paître les brebis. Or, un jour que la neige était si abondante que le jeune garçon ne pouvait mener son troupeau aux pâturages, il entra dans une église et entendit qu'on y lisait ces paroles: «Bienheureux ceux qui pleurent et malheureux ceux qui rient, bienheureux ceux qui ont le coeur pur etc ... » Ayant demandé ce qu'il fallait faire pour suivre ces instructions du Seigneur, il abandonna sur le champ les siens et tout ce qui le retenait au monde et partit pour un monastère voisin, où il resta deux ans.
Pour lire la suite:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsseptembre/sept01bis.html



Saint Térentien évêque (4ème s.)
Évêque de Todi en Ombrie. Ses reliques y ont été retrouvées au XIIème siècle.


Vérène (+ milieu du IVe siècle), ermite dans le Valais.
Sainte Vérène vierge (3ème s.)

verenam.jpg


Peut-être originaire d'Egypte, elle se serait rendue en Suisse près de Zürich à la recherche d'un membre de sa famille militaire de la Légion thébéenne et y aurait vécu en ermite.
Voir aussi sur le site 'Etudes sur l'Orthodoxie Copte en France' sainte Verena.
http://eocf.free.fr/icone_verena.htm

220px-Barmherzigkeit_der_Hl_Verena_1524.


La miséricorde de sainte Vérène, 1524, Württembergisches Landesmuseum de Stuttgart

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte_V%C3%A9r%C3%A8ne
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/verene/verene.htm



Saint Victeur (+ 490)
ou Victor, évêque du Mans. Au milieu du désarroi général provoqué par un incendie de la ville, il donna l'exemple de la sagesse et de la confiance surnaturelles.

Autre biographie:
Probablement originaire des environs de Rouillon, dans la Sarthe, il est choisi pour succéder à Saint-Victor 1er comme évêque du Mans. Grand admirateur des saints Gervais et Protais, il réussit à obtenir leurs reliques, grâce auxquelles il recueille les fonds nécessaires à la restauration de l’église cathédrale. Malheureusement, il décède avant la fin des travaux (+ vers 490)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Victeur



Saint Vincent de Sentes (3ème s.)
ou de Xaintes et saint Laetus (un de ses diacres)., premier évêque de ce siège qui est maintenant au diocèse de Dax, en Gascogne. Il est également vénéré à Auch.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Vincent-de-Xaintes



Les Églises font mémoire…

Anglicans : Egide de Provence (+ env.710), ermite

Coptes et Éthiopiens (26 misra/nahasë) : Moïse et Sara d’Alexandrie (+ env. 250), martyrs

Luthériens : Sixt Karl Kapff (+ 1879), père spirituel au Würtemberg

Maronites : Siméon Stylite l’Ancien (IVe-Ve s.), confesseur

Orthodoxes et gréco-catholiques :
Début de l’Indiktos (année ecclésiastique) ;
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsseptembre/sept01.html
Siméon Stylite l’Ancien, moine

Syro-occidentaux : Melke disciple d’Eugène (IVe s.), moine

Vieux Catholiques : Vérène (+ env. 350), vierge

 

Prénoms du jour 

Bonne fête aux :

  • Gilles, au calendrier civil 2009, et ses dérivés : Gil, Gilia, Gilian, Giliane ou Gilliane, Gillette, Gillone, Gillou, Gilly, etc.

Et aussi aux :

 

 

1er septembre dans les croisades

 

1239 

La croisade menée par Thibaut IV de Champagne débarque à Saint-Jean-d'Acre[1].

 

Avant J.-C.  

-338

 

Fichier:Philip II of Macedon CdM.jpg Philippe II de Macédoine et son fils 250px-AlexanderTheGreat_Bust.jpg Alexandre écrasent les armées d'Athènes à Chéronée et soumettent les Grecs à leur loi.


 

1092
Fichier:JohnIIcomnenus.jpg Jean II Comnène devient, de part la volonté de son père Alexis Ier Comnène qui désire assurer sa succession, co-empereur byzantin.

1239
Portail des croisades
 La croisade menée par Fichier:Theobald IV. of Champagne.gif Thibaut IV de Champagne débarque à Saint-Jean-d'Acre[1]
36px-Blason_r%C3%A9gion_fr_Champagne-Ard
comte de Champagne
(Thibaut IV)
1201-1253

45px-Armoiries_Navarre-Champagne.svg.png
roi de Navarre
(Thibaut Ier)
1234-1253

Acre
(he) עַכּוֹ – (ar) عكّا
Blason de Acre
Données générales
Pays Israël Israël
District District nord
Région historique Galilée
Date de création env. 1500 av. J.-C.

Situation géographique et statistique
Localisation de Acre en Israël
Acre
Acre

Coordonnées
18px-Geographylogo.svg.png32° 55′ 39″ Nord
         35° 04′ 54″ Est
/ 32.927585, 35.081603
Superficie
13.533 km2
Population
46 300 hab.
(2008)
Densité
3 421 h
                                                                 Croisade de 1239
Informations générales
Date 1239-1240
Lieu Terre Sainte
Casus belli risque d’attaque musulmane sur Jérusalem
Issue néant
Belligérants
Croisés Ayyoubides
Commandants
15px-Armoiries_Navarre-Champagne.svg.png Thibaud IV de Champagne, roi de Navarre
15px-Richard_of_Cornwall_Arms.svg.png Richard d’Angleterre, duc de Cornouailles
Al-Adil II Sayf ad-Din puis al-Salih Ayyub, sultans d’Égypte
Al-Salih Ismaël, émir de Damas
1310

anniversaire du mariage de Jean de Luxembourg et Elisabeth des Přemyslides

Le 1er septembre, 700 ans se sont écoulés depuis le mariage de Jean de Luxembourg dit l’Aveugle, avec Elisabeth des Přemyslides. Un événement qui a marqué l’histoire du royaume de Bohême ainsi que celle de l’Europe médiévale: trois de leurs successeurs du couple fondateur d’une nouvelle dynastie dont Charles IV seront couronnés rois du Saint-Empire romain. La dynastie des Luxembourg règnera sur le royaume de Bohême jusqu’en 1526.

La maison à la Cloche de pierreLa maison à la Cloche de pierre A l’occasion du 700e anniversaire de l’événement, Jean de Luxembourg et Elisabeth des Přemyslides seront mis a l’honneur par une exposition qui se tiendra dans les locaux de la maison à la Cloche de pierre, dans la Vieille-Ville de Prague, cette même maison qui avait servi de résidence au couple à son arrivée à Prague, en 1310. L’auteur de l’exposition, Klára Benešovská de l’Institut national d’histoire de l’art, raconte comment s’est déroulé le jour de noce de Jean et Elisabeth, il y a 700 ans de cela :

Le mariage de Jean de Luxembourg avec Elisabeth des PřemyslidesLe mariage de Jean de Luxembourg avec Elisabeth des Přemyslides « Le mariage royal - le mariage de Jean l’Aveugle qui était le fils de l’empereur Henri VII - avec la princesse de la maison des Přemyslides Elisabeth - Eliška Přemyslovna - avait lieu dans la cathédrale impériale de Spire, une anncienne ville de Rhénanie-Palatinat. Le mariage avait deux parties: le 31 août le mariage était célébré par l’archevêque de Cologne Henri de Virnebourg, et le lendemain, le 1er septembre, Pierre d’Aspelt, l’archevêque de Mayence, a célébré la cérémonie religieuse de Jean et Elisabeth. »

Le mariage de Jean l’Aveugle, fils unique du roi du Saint-Empire romain Henri VII et Margueritte de Brabant, avec Elisabeth des Přemyslides a eu lieu après de longues tractations. Le dernier roi des Přemyslides Venceslas III étant mort assassiné sans héritier, Henri de Carinthie arrive sur le trône de Bohême. Or Elisabeth, soeur de Venceslas III, se considère héritière de la célebre dynastie. Avec l’aide de l’abbé Conrad de Zbraslav, un coup d’Etat dynastique est organisé. La noblesse mécontente, le patriciat et le clergé finissent par se mettre d’accord pour demander au roi des Romains Henri VII nouvellement élu, de donner son consentement au mariage de Jean avec Elisabeth et à l’union des deux dynasties.

Elisabeth des PřemyslidesElisabeth des Přemyslides Le 14 août 1310, Elisabeth quitte Prague avec une dot bien riche : plus de 1000 pièces d’argent pesant chacune 250 gr, et des robes et costumes brodés d’or. Le 30 août, elle arrive à la cour de Henri VII. Une description détaillée du déroulement du mariage nous est fournie par la chronique de Petr Žitavský, abbé du couvent des cisterciens de Zbraslav. Klára Benešovská l’a dit, le mariage se déroule en deux parties. Le 31 août, Henri VII confie le règne sur le royaume de Bohême à son fils Jean. La cérémonie religieuse est célébrée le lendemain, le 1er septembre 1310. A la surprise générale, Elisabeth s’y présente vêtue d’une robe toute simple, dans l’esprit de la tradition de la cour de Paris à laquelle la mère et la grand-mère de Jean de Luxembourg – Margueritte et Béatrix, étaient élevées. Le mariage influencera la culture et les arts jusqu’au milieu du XVe siècle, raconte Klára Benešovská :

Jean de LuxembourgJean de Luxembourg « Jean avait 14 ans, Elizabeth en avait 18 ans. Il n’empêche que ce mariage était de toute importance parce que derrière Elizabeth se trouvait un royaume riche, avec des mines d’argent de Kutná Hora qui allaient financer la politique des Luxembourg dans la période à venir. La décision de Henri VII était, je crois, une décision bien réfléchie, parce qu’à l’époque, la dynastie des Přemyslides était l’une des plus importantes en Europe centrale et le trône de Bohême était un trône de haute qualité, lié aussi aux voix des princes électeurs qui décidaient de l’élection des rois du Saint-Empire romain. Ainsi, le trône de Bohême ne pouvait être qu’un avantage pour la maison des comtes de Luxemburg qui ont reçu le titre de roi romain seulement en 1308. Cette alliance a joué un grand rôle et a influencé tout le XIVe siècle dans la culture de l’Europe. »

Prague médiévalPrague médiéval Après la cérémonie, Jean et Elisabeth se dirigent vers Prague, alors que le roi Henri VII est attendu à Rome pour la cérémonie de couronnement impérial. Hélas, sur le chemin, lui ainsi que son épouse, trouvent la mort dans des circonstances dramatiques. D’un coup, au lieu de se consacrer uniquement aux affaires du royaume de Bohême, Jean de Luxembourg a, en dépit de son jeune âge, à faire face à tous les problemes posés alors par la politique européenne.

La couronne qu’aurait portée Elisabeth au moment du couronnementLa couronne qu’aurait portée Elisabeth au moment du couronnement Les célébra

tions du 700e anniversaire du mariage royal sont une occasion de présenter la cour de Prague autour de l’an 1310. Les locaux historiques de la maison à la Cloche de pierre, considérés comme la résidence des jeunes époux Jean et Elisabeth entre 1310 et 1320, vont créer un cadre authentique pour ce témoignage visuel. L’exposition aura lieu sous les auspices des maires de Prague et de Luxembourg, respectivement Pavel Bém et Paul Helminger. Elle aura pour emblème la couronne qu’aurait portée Elisabeth au moment du couronnement et dont on sait qu’elle faisait partie du trésor des rois de Bohême avant de devenir une partie du trésor de Neumarkt (Slezska Strzeda sur le territoire de l’actuelle Silésie, en Pologne).

L e lion tchèque couronné, emblème de Jean de Luxembourg et Elisabeth des PřemyslidesL e lion tchèque couronné, emblème de Jean de Luxembourg et Elisabeth des Přemyslides A la question de savoir si au cours des recherches pour cette exposition de nouvelles découvertes ont été faites, Klára Benešovská dit, sans vouloir tout dévoiler à l’avance, que ce sont avant tout les nouvelles interprétations quant à la datation, lieu de naissance ou la fonction primitive des objets connus. Hormis cela, on a pu identifier de nouveaux fragments provenant des tombeaux de l’une des nécropoles princières des Přemyslides au Château de Prague, dans la basilique Saint-Georges, et on a découvert aussi des portraits inédits du roi Venceslas III.

Une médaille commémorative représentant Jean et Elisabeth a été frappée pour l’occasion par la Banque nationale tchèque, alors que la partie luxembourgeoise émettra une pièce de monnaie commémorative d’une valeur symbolique de 700 centimes

1462
Fichier:Hotel des Tournelles.jpg
1683

Jacques-Bénigne Bossuet: Oraison funèbre de Marie-Thérèse d'Autriche, infante d'Espagne, reine de France et de Navarre

 

39221_449693788209_564603209_6124382_614

 
1715

Fichier:Louis XIV of France.jpg

 Mort du roi de France Louis XIV, le « Roi-Soleil » à l'âge de 77 ans, au terme d'un règne de 72 ans.

 1786
 L'obtention d'un premier congé  permet à Bonaparte de rentrer en Corse, via Aix où il rend visite à son oncle 45063_437975215746_614105746_5027146_772 Fesch et à son frère 44396_437975405746_614105746_5027148_177 Lucien.

 

  1814 

Arrivée de Maria Walewska et de son fils à l'île d'Elbe.

47237_437974430746_614105746_5027109_156

Son fils

47882_437974845746_614105746_5027125_356

 

1870

La bataille de Sedan eut lieu le 31 août et le 1er septembre 1870 pendant la guerre franco-allemande, à Sedan.

 

Avec la capitulation des troupes françaises et la capture de Napoléon III le 2 septembre, elle fut décisive pour l'issue de la guerre.


1870, La Bataille Decisive De Sedan


La bataille de Sedan a décidé de l'issue de la guerre de 1870 


une page d'histoire franco-allemande revue à travers les yeux de deux combattants, un Allemand et un Français..

Le 1er septembre 1870, une partie de l'armée allemande commandée par von Moltke prend d'assaut le petit village de Bazeilles, dans les Ardennes françaises. Son adversaire, le général Mac-Mahon, a eu vent de la manoeuvre et a placé de nombreux tireurs dans les maisons. Vers 5 heures du matin, les combats s'engagent. Grande nouveauté : il n'y a pas de ligne de front ; on se bat rue par rue, maison par maison. Les Français sont finalement obligés de se replier sur Sedan, où l'artillerie allemande, avec ses quatre cents canons modernes, sème la panique. Des heures durant, Napoléon III arpente le champ de bataille et espère être atteint par un obus prussien pour mourir en héros. Il n'en sera rien et, contre l'avis de certains de ses généraux, il fait hisser le drapeau blanc sur la citadelle de Sedan. Le souverain sera fait prisonnier avec plus de cent mille de ses hommes. Six mois après sa victoire, Guillaume Ier se fait proclamer empereur dans la galerie des Glaces du château de Versailles, et la Prusse engage l'unification des États allemands... La guerre de 1870 aura entraîné l'effondrement du Second Empire en

1. http://www.dailymotion.com/user/apocalyptique02/video/x9mjor_1870-la-bataille-decisive-de-sedan_webcam
2. http://www.dailymotion.com/user/apocalyptique02/video/x9mk2u_1870-la-bataille-decisive-de-sedan_webcam
3. http://www.dailymotion.com/user/apocalyptique02/video/x9mkfh_1870-la-bataille-decisive-de-sedan_webcam

En playlist :

http://www.dailymotion.com/playlist/xzp1s_apocalyptique02_1870-bataille-decisive-de-sedan


 
                                                                  Bataille de Sedan

Karte zur Schlacht bei Sedan (01.09.1870).jpg
Carte de la bataille

 

Informations générales
Date 1er septembre 1870
Lieu Sedan, département des Ardennes
Issue Victoire décisive allemande

Victoire des Etats allemands coalisés, capitulation de l'armée du camp de Châlons et capture de Napoléon III.

Belligérants
Drapeau français Empire français drapeau du Royaume de Prusse en 1803 Royaume de Prusse
Drapeau de la Bavière Royaume de Bavière
Commandants
Edme de Mac-Mahon
Auguste-Alexandre Ducrot
Emmanuel de Wimpffen
Helmuth von Moltke
Forces en présence
120 000 soldats
564 canons
200 000 soldats
774 canons
Pertes
28 000 tués et blessés
le reste est fait prisonnier
3 000 tués
6 000 blessés
Guerre franco-allemande de 1870
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 23:00

1015

 Gero II, margrave de la Marche de l’Est saxonne

1420

Fichier:Blason Philippe d'Orléans (1396 † 1420).svg

Philippe d'Orléans

comte de Vertus (1396-1420)
 Fils de Louis Ier d'Orléans et de Valentine Visconti.
Né en 1396
Décédé le 1er septembre 1420 à l'âge de 24 ans sans être marié, donc sans postérité.

Inhumé en la basilique Saint Denis


Le 15 avril 1410 par la ligue de Gien il adhéra au parti Armagnac.
Lors de la paix d'Auxerre (22 août 1412) il fut décidé que Philippe d'Orléans serait uni à Catherine de Bourgogne fille de Jean sans Peur, duc de Bourgogne mais ce mariage ne fut jamais célébré.


Selon une légende Camille Claudel le sculpteur et son frère le poète Paul Claudel descendraient d'un bâtard de Philippe d'Orléans, comte de Vertus qu'il aurait conçu dans ses terres de Champagne.




1715
Louis XIV, roi de France


1924

Frederick Henry Maitland

13ème Earl of Lauderdale
13e comte de Lauderdale
232th representative peer of Scotland (1889-1918)

Parents


2009

Ghislain d'Escrots d'Estrée

Marie honoraire de Néry

Insigne d'officier de l'ordre national du Mérite Chevalier de l'Ordre National du Mérite

Engagé volontaire dans la 1ère armée

Parents


La comtesse Ghislain d'Estrée, son épouse, le vicomte et la vicomtesse Etienne de Sigalas, le comte Bruno d'Estrée, M. et Mme Eric Ruckstuhl, le comte et la comtesse Bertrand d'Estrée, ses enfants, ses douze petits-enfants, ses trois arrière-petits-enfants et toute la famille
vous font part du rappel à Dieu du
comte Ghislain d'ESTRÉE
maire honoraire de Néry, chevalier de l'ordre national du Mérite, engagé volontaire dans la 1 r e Armée,


survenu le mardi 1er septembre 2009, dans sa 85 e année.
La cérémonie religieuse sera célébrée le vendredi 4septembre, à 15 heures, en l'église de Néry.

2009

Clotilde von Thurn und Taxis

Prinzessin von Thurn und Taxis
(Clotilde Alberta Maria Franziska Xaveria Andrea von Thurn und Taxis)

 (elle était la belle-mère de la princesse Marie d'Orléans, fille aînée du comte de Paris)


Parents



2009
princesse Marie-Christine de Bourbon de Parme

Décédée à Vienne

née en 1925, fille d'Elie duc de Parme (1880-1959) et de l'archiduchesse Maria Anna d'Autriche (1882-1940), elle était la soeur de l'infante Alice (mère de l'infant don Carlos, duc de Calabre et époux de la princesse Anne de France) (Abc)

Marie-Christine di Borbone

Dernière fille du duc Elie et de l'archiduchesse Marie-Anne d'Autriche.

Elle était la dernière soeur vivante de l'infante Alice d'Espagne.
principessa di Borbone Parma

Parents



enterrée à Glashütte en Autriche, messe pour son repos éternel à Madrid le 22 septembre

dans Hola, une brève dédié avant hier aux obsèques de la princesse Maria Cristina de Bourbon Parme, soeur de l'infante Alice de Bourbon Deux Siciles, au cimetière de Glasshütte, en Autriche

en fauteuil roulant et en grand deuil, l'infante Alice était présente en dépit de son âge; elle était accompagnée de ses enfants et petits enfants: sur la photo, Pedro, duc de Noto et son épouse Sofía Landaluce

Familiares y amigos dan su último adiós a Doña María Cristina de Borbón, la Princesa de Parma

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 23:00

1288

Fichier:Elisabeth Ryksa of Poland.jpg

 Élizabeth Ryksa

 reine de Bohême et de Pologne.

1856
Blason de Louis-Ernest Dubois
 Louis-Ernest Dubois
http://catholique-paris.cef.fr/IMG/jpg/RBJ121.jpg
 né le 1er septembre 1856 à Saint-Calais dans la Sarthe et mort le 23 septembre 1929 à Paris
 archevêque de Bourges, de Rouen puis de Paris et cardinal.

1727
Jean Baptiste Joseph Gobel

Fichier:Jean-Baptiste-Joseph Gobel (1727-1794), French cleric and politician.jpg

Né le ler septembre 1727 à Thann (Haut-Rhin)

guillotiné à Paris le 26 avril 1794

Premier évêque député à prêter serment à la Constitution civile du clergé, il fut élu évêque de Paris le 13 mars 1791.

Membre actif du Club des Jacobins, il poussa le gouvernement à occuper l'évêché de Bâle, dans lequel il se rendit comme commissaire civil et où il abusa de ses pou­voirs.

Lié aux Hébertistes, il dut abdiquer ses fonctions en 1793, avant d'être accusé de conspiration et d'athéisme, condamné et guillotiné


1877

Charles de La Tour d'Auvergne-Lauraguais

(Marie Antoine Godefroy Rémy Charles de La Tour d'Auvergne-Lauraguais)

Parents



1901

Blason de Boleslaw Filipiak
Bolesław Filipiak
http://www.fiu.edu/~mirandas/tn_filipiak_gif.jpg
né le 1er septembre 1901 à Osniszczewko en Pologne et mort le 14 octobre 1978 à Poznań
cardinal polonais, doyen du tribunal ecclésiastique de la Rote romaine de 1967 à sa mort.


Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 23:01

Le 31 août est le 243ejour de l'année


(244e en cas d'année bissextile) du calendrier grégorien


Il reste 122 jours avant la fin de l'année


C'était généralement le jour de la noix


14e jour du mois de fructidor dans le calendrier républicain français.

Signe du zodiaque :

neuvième jour du signe astrologique de la Vierge

 

Saints catholiques et orthodoxes du jour 

Saints catholiques du jour 

Raymond1204 - †1240)

 

Raymond Nonnat, prêtre de l'Ordre de Notre-Dame de la Merci.

44660_104145922979932_100001535732993_32

réligieux de l'Ordre de Notre Dame de la Merci, cardinal-prêtre du titre de Saint-Eustache crée par le pape Grégoire IX et confesseur, qui fut parmi les premiers compagnons de Saint Pierre Nolasque et endura beaucoup de souffrances pour la rédemption des captifs.


Il s'envola au ciel à trente-six ans.

Image: « Saint Raymond Nonnat en adoration du Très Saint Sacrement » par José Camarón Bononat (Valence, XVIIIe siècle)

Les saints du jour ( 31 Août)

Saint Aristide Philosophe à Athènes (2ème s.)
Philosophe païen à Athènes, il se convertit au Christ, selon la chronique d'Eusèbe, et il adressa à l'empereur Hadrien une apologie où il souligne la nouveauté de la religion du Christ, message d'espérance et d'amour. Il règne dans cet écrit un ton de sincérité joyeuse qui prouve combien l'auteur était heureux d'avoir trouvé la foi. Cette apologie a été retrouvée traduite en syriaque, en arménien et en grec.



Saint Aidan de Lindisfarneb Evêque-abbé (+ 651)
Un internaute nous indique:
Missionnaire qui établit la religion chrétienne dans le district de Lindisfarne (Irlande) et qui devint évêque du pays qu'il avait converti (vers 635)



Bienheureux Albertin moine de la paix (+ 1294)
ou Albertino.
prieur général de Fontavellana.
Ermitage de la Sainte Croix de Fonte Avellana (assignée aux camaldules en 1569)
Moines Camaldules de Fonte Avellana vous souhaitent la paix et de vous donner leur accueil.

Attraverso questo sito potrai visitare virtualmente gli ambienti più importanti del monastero e conoscere alcune delle pregevoli opere ivi custodite. Grâce à ce site, vous pouvez visiter virtuellement les salles les plus importantes dans le monastère et apprendre quelques œuvres de grande valeur y sont maintenus.

Avrai modo anche di prendere contatto con la sua storia millenaria e di comprendere la nostra vita attuale che si alimenta della spiritualità monastica di San Romualdo, nel solco della tradizione Benedettina. Ainsi, vous pourrez également prendre contact avec son histoire ancienne et comprendre notre vie actuelle qui se nourrit de la spiritualité monastique de Saint-Romuald, suivant la tradition bénédictine.

Se sei interessato ad una esperienza di ospitalità presso di noi fatta di preghiera, di lectio divina e di silenzio, prendi nota delle nostre iniziative annuali e in particolare delle settimane estive. Si vous êtes intéressé par une expérience de l'hospitalité avec nous as faits pour la prière, la lectio divina et le silence, prendre connaissance de nos initiatives annuelles et en particulier les semaines d'été. Ospitiamo secondo un programma annuale anche nei weekend e nei tempi forti della liturgia. Nous accueillons un programme de la deuxième édition annuelle, même pendant les week-ends et les temps forts de la liturgie.

L' Antica Farmacia presenta i  prodotti di erboristeria che sono frutto dell'esperienza plurisecolare dei monaci camaldolesi e di altri monasteri benedettini, che potrai apprezzare per la loro qualità ei loro benefici salutari. L 'Antica Farmacia présente les produits à base de plantes qui sont le fruit de siècles de moines Camaldules et d'autres monastères bénédictins, qui peuvent être appréciées pour leur qualité et leurs avantages pour la santé.

Lasciati introdurre alla visita da questo testo poetico Est amené à visiter ce poème

Sì alla terra ed all'acqua ed alle creature che vi dimorano, Oui à la terre et l'eau et les créatures qui l'habitent,
sì all'aria da cui viene la vita, sì alla luce ed all'ombra, Oui Air qui est la vie, oui à la lumière et l'ombre,
sì al ritmo delle stagioni ed al ritmo del sangue, oui au rythme des saisons et le rythme du sang
sì a tutto ciò che si forma e si trasforma, sorgendo oui à tout ce qui se forme et se transforme, passant
dalla polvere e ritornandovi, sì agli altri pianeti e alle stelle de la poussière et le retour, vous devez les autres planètes et les étoiles
fino alle più lontane, sconosciute Galassie, aux plus lointaines galaxies inconnues,
immensamente fulgide anche se il loro fulgore a noi non giunge. immensément brillantes même si leur éclat ne vient pas à nous.
Sì col mio amore, breve com'è breve il mio tempo, Donc, avec mon amour, sur la façon de courte mon temps,
e che pure vorrebbe tutto in sé accogliere, di sé circondare! et pourtant tout en lui-même accepterait l'entouraient!
Le mie braccia allargate sono appena l'inizio del cerchio. Mes bras tendus ne sont que le début du cercle.
Ma un Amore più vasto lo compirà. Mais l'Amour, il sera plus grand.

(Margherita Guidacci) (Margherita Guidacci)



"L'auteur tente de retracer le portrait et la biographie d'un moine italien du XIII[e] siècle, saint Albertino, en se fondant sur la collection des Cartes de Fontavellana comme sources. De lui on ne connaît ni sa date de naissance ni celle de sa mort : on sait seulement qu'il fut le prieur de Fonte Avellana entre 1265 et 1294. Son procès de canonisation eut lieu sous Jean XXII vers 1325 et il pose le problème d'une spiritualité érémitique. L'auteur montre aussi comment ce saint a pu influencer Dante par le type particulier de spiritualité qu'il a développée"



Bienheureux André Dotti prêtre (+ 1315)
Originaire de Toscane, tout d'abord militaire et capitaine, il entra dans l'Ordre des Servites de Marie à la suite de saint Philippe Benizi. Puis, il se retira dans l’ermitage de la Vallicola en Toscane, où il se livrait aux pratiques de la mortification pour imiter la Passion de Jésus et à la contemplation du Christ ressuscité. Il se donna à la prédication et à la pénitence. Ses missions évangéliques convertissaient de nombreux chrétiens à une vie plus spirituelle.
Son culte fut confirmé en 1806.



Saint Ay (+ 593)
ou saint Y.
Célébré au diocèse d'Orléans. Il fut vicomte de cette ville. Très enclin à la colère et à la cruauté, il se convertit à une vie plus évangélique après un pèlerinage à Rome et aux Lieux Saints de Jérusalem. Le diocèse d'Orléans conserve sa mémoire : Saint Ay-45130.



Saint Ebrégésile évêque de Meaux (7ème s.)
ou Evrèle.
Il fut d'abord moine à l'abbaye de Jouarre et ses vertus donnèrent l'exemple à ses moines puis à ses fidèles.



Saint Gildard (8ème s.)
Prêtre du diocèse de Nevers, qui édifia ses paroissiens par ses vertus dignes de celles du saint curé d'Ars. Son culte se maintient encore dans ce diocèse.



Saint Jean de Ryla Moine en Bulgarie (+ 946)
Ermite en Bulgarie, il fonda un monastère célèbre qui est l'un des centres de la vie spirituelle de ce pays et maintint en des jours difficiles la fidélité à la foi des apôtres. L'Eglise romaine le fête le 31 août.



Saints Joseph et Nicodème (1er s.)
Ils sont fêtés chacun séparément dans les synaxaires grecs. Ils attendaient tous deux le royaume de Dieu et se déclarèrent publiquement disciples de Jésus-Christ au pied de la Croix, veillant à l'ensevelissement du Seigneur.



Saint Paulin de Trèves Evêque (+ 358)
Défenseur intrépide de la foi du concile de Nicée et fidèle partisan de saint Athanase, il fut, pour cette raison, exilé en Asie Mineure. Plusieurs Pères de l'Eglise parlent de lui en faisant l'éloge de sa fermeté dans la foi.



Saint Raymond Nonnat Prêtre de l'Ordre de la Merci (+ 1240)
http://images.evangelizo.org/images/santibeati/R/San_Raimondo_Nonnato_Religioso/San_Raimondo_Nonnato_D.jpg

Religieux de l'Ordre de Notre-Dame de la Merci, il se livra lui-même en otage pour obtenir la libération d'un prisonnier à Tunis. Il se consacra à l'évangélisation de ses compagnons d'infortune.

Pour cette raison ses geôliers lui mirent aux lèvres un cadenas qu'on n'ouvrait que pour les repas.

Il fut libéré grâce à une rançon, et revint à Rome comme procureur de son Ordre.

Il rencontra saint Louis, envoyé par le Pape pour décider le roi de France à partir en croisade.

Quelques mois avant sa mort, il fut nommé cardinal et mourut à Barcelone.

Raymond Nonnatus, son nom n'est pas celui de sa famille car sa mère est morte à sa naissance et il a dû être mis au monde par césarienne (nonnatus='non né').
0831.jpg

Voir aussi:
http://www.magnificat.ca/cal/fran/08-31.htm#raymond
  • Diocèse de Cahors
    Actualités et informations du diocèse et de ses paroisses
    www.cahors.catholique.fr/

Prénoms[3] du jour 

Bonne fête aux :

  • Aristide, au calendrier civil 2009, et ses dérivés :Aricie, etc.

 Croisades.

1218

Mort d'Al-Adil Sayf al-Din, sultan d'Egypte. Son fils Malik al-Kamil lui succède[1].

 

Événements

Au 31 du mois d' Aout - Corps des Troupes de Marine

 

Ce chant traditionnel de la Marine raconte donc lhistoire véritable dun petit navire Français qui vainquit un navire Anglais bien plus gros que lui.

Le corsaire Surcouf commandait la "Confiance" et il captura le navire anglais "HMS Kent".

J'ai réalisé ce petit montage en hommage à "la Royale", chère à mon coeur, à ses vaillants marins d'hier et d'aujourd'hui, et je l'avoue, un pied de nez aux Anglais, devenus aujourd'hui nos amis, mais avec lesquels nous avons encore quelques contentieux non réglés (Trafalgar, Jeanne d' Arc, et bien d'autres encore...) et auxquels je ne me lasse pas de rappeler à leur mémoire sélective leurs grandes défaites...

Ce chant à virer, qui est aussi un chant de guerre figurant au répertoire de la "Royale," est lun des plus célèbre de la marine française.

Le fait quil mette en scène la gloire monarchique,la lutte séculaire entre la "perfide Albion" (lAngleterre) et la France, la hardiesse des marins français, et son appel à lever le verre, tout cela nest assurément pas étranger à ce succès et à mon choix...

En voici une version par le Corps des Troupes de Marine.

Pour ma part, c'est ma préférée, de nombreuses autres mises en ligne ci et là étant plus orientées "chanson à boire"...

1850

Le roi Kamehameha III proclame l'indépendance d' Honolulu

 

 1944

Obsèques de Jean Bringer

 

1997
 Accident de la princesse Diana Spencer à Paris.

Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans CALENDRIER
commenter cet article

Forum


Image Hosted by ImageShack.us
louis XX 01

Image Hosted by ImageShack.us

 


capetiens
(Pierre-Yves Guilain)
Cercle de réflexion royaliste

Heraldique-Noblesse
Joinville et ses princes
Amis et passionnés du Père-Lachaise
Pere-Lachaise
lescimetières
Généalogie, cimetières, patrimoine parisien
graveyart: sur les cimetières parisiens (en hollandais)

Histoires des souverains d'Europe et images de leurs tombeaux 

kaisergruft

(site sur les sépultures des Habsbourg notamment sur la crypte des Capucins)

MAISON CIVILE DU ROI. (1)

d'après le Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France
Nicolas Viton de Saint-Allais (1773-1842)- Paris, 1816



Image Hosted by ImageShack.us

Introduction

  Accueil



Rois de France


Génobaud
roi Franc
(légendaire)
à la fin du IVe siècle
354-419
Sunnon
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
388-xxx
Marcomir
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
Pharamond
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs Saliens 

(légendaire)
ancêtre mythique des Mérovingiens
Clodion le Chevelu
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs saliens
428 - 448

Image Hosted by ImageShack.us
Duc des Francs saliens 
(incertain)
448 - 457
Childéric Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Duc et Roi des Francs saliens
457 - 481
Clodomir
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Orléans
511524
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Metz
(futur Austrasie)
511534
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie
511561
Roi des Francs
558561
Roi d'Austrasie
53454
Théodebald Ier
(Thibaut)
Roi d'Austrasie
548555
561567
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie 
Roi de Bourgogne
561592
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
561575
Roi d'Austrasie
Roi d'Austrasie
595 - 612
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Bourgogne
595613
Roi d'Austrasie
61261
sous la régence de Brunehilde
Roi de Bourgogne
Roi d'Austrasie
613
Roi de Neustrie
584629
Roi de Paris
595
629
Roi des Francs
613629
Roi des Francs (sans l'Aquitaine)
629639
Roi des Francs
632639
Caribert II
 Roi d'Aquitaine
629632
Roi de Neustrie, de Bourgogne
639657
Roi d'Austrasie
656657
Roi d'Austrasie
639656
Childebert III l'Adopté
Roi d'Austrasie
657662
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, de Bourgogne
65767






Roi d'Austrasie
662675
Occupe la Neustrie
673675







Roi de Neustrie
673691
Roi des Francs 

(en fait uniquement de Neustrie)
L'Austrasie étant aux mains
de Pépin de Herstal
679
691

Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, Bourgogne et Austrasie
675 - 676
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
676679
Clovis IV








Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
691695









Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
695711
Dagobert III









Roi des Francs de 711 à 715
Chilpéric II









roi des Francs de Neustrie et des Burgondes
de 715 à 719
puis de tous les Francs de 719 à 721.
C
lotaire IV


T
hierry IV









Childéric III
Image Hosted by ImageShack.us
roi des Francs, de Neustrie
de Bourgogne et d'Austrasie
de 743 à 751

************

 

 


Pépin III le Bref
Image Hosted by ImageShack.us
Carloman Ier
Image Hosted by ImageShack.us
C
harles Ier
dit Charles le Grand
CHARLEMAGNE

Image Hosted by ImageShack.us
Louis Ier dit le Pieux
ou «le Débonnaire»
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire II

Image Hosted by ImageShack.us
C
harles II dit le Chauve
Image Hosted by ImageShack.us
Louis II dit le Bègue
Image Hosted by ImageShack.us
Louis III de France
Image Hosted by ImageShack.us
C
arloman II de France
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Eudes Ier de France
Robertin
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Simple
Image Hosted by ImageShack.us

Robert le Fort
Image Hosted by ImageShack.us
Robert Ier de France

Image Hosted by ImageShack.us

Hugues le Grand
Image Hosted by ImageShack.us
Raoul Ier de France
aussi appelé Rodolphe

Image Hosted by ImageShack.us
Louis IV dit d'Outremer
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis V dit le Fainéant
Image Hosted by ImageShack.us
Dernier roi de la lignée
des Carolingiens
Image Hosted by ImageShack.us

H
ugues Capet
Image Hosted by ImageShack.us
Robert II le Pieux
Image Hosted by ImageShack.us
Hugues II de France
Image Hosted by ImageShack.us
(1007-1025)
Roi de France associé
1017 - 1025
Henri Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VI le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VII Le Jeune
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe II Auguste
Image Hosted by ImageShack.us

Louis VIII le Lion
Image Hosted by ImageShack.us

Louis IX (Saint Louis)
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe III de France
dit le Hardi
http://www.visite-de-rouen.com/images/philippe_3.jpg
Philippe IV le Bel
image
Louis X le Hutin
http://www.livois.com/phpgedview/media/Louis_X_le_Hutin.jpg
Jean Ier le Posthume

image






Philippe V
le Long
http://www.livois.com/phpgedview/media/Philippe_V_le_Long.jpg
Charles IV le Bel
http://www.livois.com/phpgedview/media/Charles_IV_le_Bel.jpg
Valois
Philippe VI le Fortuné
http://www.france-pittoresque.com/rois-france/img/philippe-VI.gif
Jean II le Bon
image
Charles V le Sage
http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0014/m502004_97de1712_p.jpg
Charles VI le Fol ou le Bien-Aimé
image
Charles VII le Victorieux
image
Louis XI de Valois
http://jargeau-tourisme.com/img/louis11.jpg
Charles VIII de Valois
image
Louis XII d'Orléans
image
François Ier d'Angoulème
image
Henri II d'Angoulème
image
François II d'Angoulème
image
Charles IX d'Angoulème
image
Henri III d'Angoulème
image