Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Médias

Réécoutez le dernier journal de

RCF Pays d’Aude

Image Hosted by ImageShack.us

  Curie Romaine
Liste des papes

Pape Liste des papes
Liste détaillée des papes
Liste des primats de l'Église copte orthodoxe
Liste des primats de l'Église apostolique arménienne

Cité du Vatican
http://www.vaticanstate.va/FR/homepage.htm

Vatican Site Officiel
http://www.vatican.va/phome_fr.htm
  Musées du Vatican
http://mv.vatican.va/StartNew_FR.html



http://imageshack.us/ 
* * * Dernières minutes . . . A F P . . .H2 News . . . La Croix . . .
http://imageshack.us/

http://news.google.fr/news?hl=fr&ned=fr&ie=UTF-8&q=site:eucharistiemisericor.free.fr&scoring=n
http://www.la-croix.com/afp.static/pages/index.religion.htm

 

 

 

 

 

 

     En direct
             de la
    Place Saint-Pierre
http://imageshack.us/ 
* * *  En direct de Rome  * * *


http://imageshack.us/
http://mediastream.vatican.va/mpeg4lan.sdp
http://www.sat2000.it/diretta/
http://www.oecumene.radiovaticana.org/fr1/index.asp
3
journaux en Français

        (8h15 - 13h - 18h)


http:///
http://www.tv-direct.fr/live_ktotv.php
http://www.lejourduseigneur.com/  

 Catholique TV
http://img410.imageshack.us/img410/81/tvcatholiquelyon.png
http://www.catholique.tv/

Gazettes & Sites Royaux

rois.jpg
 Ils sont tous là !
Ils nous regardent et nous racontent 14 siècles d'Histoire de France

 

23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 23:00

 

Victor Convet

 

 

Préfet de l'Aude

Nommé le 24 avril 1991

 

Il arrive à Bourges en janvier 1993

en venant du Tarn et Garonne et avant de l'Aude

 

c'est un énarque.

 

Il reste 3 ans et il quitte Bourges en septembre 1996, pour être nommé à Saint Lô, dans la Manche.

 

Il va beaucoup s'intéresser sur le plan local à la Culture... et aussi des problèmes Agri-Cher.

Repost 0
Published by Il était une Foi - dans Carcassonne
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 23:00

Claude Philibert Barthelot de Rambuteau

1er comte de Rambuteau et de l'Empire (1810)


Pair de France

 

Membre de l'Institut de France

(Académie des Beaux-Arts, membre libre, 17 juin 1843)

 

Chevalier de l'Ordre de la Réunion

 

Préfet de la Seine (1833-1848)

 

Député de la Loire

 

député de Saône-et-Loire

 

préfet de l'Allier (1815

 

préfet de l'Aude ( 20 avril 1815) 

 

préfet de la Loire (1814)

 

préfet de la Seine (1833-1848)

 

préfet du Tarn-et-Garonne (1815

 

préfet du Simplon (1813)

 

  

Parents

Celui qui deviendra conseiller général de Saône-et-Loire de 1819 à 1833, député de Mâcon (1827), préfet de la Seine (1833-1848), conseiller d'état et pair de France (1835), va choisir d'habiter Charnay-lès-Mâcon, au château de Champgrenon qu'il affectionne particulièrement.

 

C'est en effet dans sa Bourgogne natale qu'il aime se reposer et où il s'occupe des travaux agricoles faisant venir sur sa propriété le célèbre architecte-paysagiste de la Malmaison Jean-Marie Morel (1728-1810)

 

Ce dernier accompagnera alors le château familial d'un très beau jardin irrégulier, crée dans le style " anglais ", beaucoup visité par la noblesse mâconnaise de l'époque dont la famille de Lamartine.

 

Les occupations politiques du comte de Rambuteau soulignent également toute l'ampleur du personnage à qui l'on doit la plantation d'arbres sur les quais et les places parisiennes, la généralisation de l'éclairage au gaz, l'aménagement et la restauration des monuments restés célèbres comme l'hôtel de ville, la Sainte-Chapelle ou encore l'arc de triomphe de la capitale.

 

Mais si Claude-Philibert Barthelot, comte de Rambuteau, était un homme politique occupé, il n'a pas pour autant oublié sa ville de Charnay et il compte aujourd'hui parmi les bienfaiteurs de la commune.

Grand officier de la Légion d'honneur.

 

Carrière administrative :

 

Il était chambellan de l'Empereur Napoléon Ier (1809) lorsque celui-ci l'envoya en mission en Westphalie, puis le nomme préfet du Simplon le 12 mars 1813.

 

Il supervisera la route du Simplon qui, achevé en 1813, rejoint Brigue et Domodossola.

 

Ses talents d'organisateur facilitent ensuite la retraite de l'armée d'Italie.

 

Il quitte le département le 25 décembre.


Préfet de la Loire le 8 janvier 1814, il constitue 4 bataillon de la garde nationale qu'il conduit à Augeraud, fait activer l'ouvrage de la manufacture de Saint-Etienne, puis après la capitulation de Roanne le 11 avril il organisa dans son département la résistance à l'invasion.

 

Il est confirmé le 26 avril par la première Restauration.

 

Rallié à l'Empereur pendant les Cent-Jours, Il est préfet l'Allier le 6 mars 1815, de l'Aude le 20 avril 1815 (sans suite), du Tarn-et-Garonne le 15 mai, il est destitué par la seconde restauration et cesse ses fonctions le 7 juillet.


Elu député de la Saône-et-Loire (Macon) en 1857, il siège parmi l'opposition libérale. En 1830, il vote "l'adresse des 221" qui demande le renvoi du ministère Polignac.


Préfet de la Seine le 22 juin 1833, il reste en fonction jusqu'en 1848.

 

Son activité est immense : amélioration de la circulation avec nouvelles rues (dont la rue Rambuteau), est de nouvelles place (La bastille, la Concorde), de l'hygiène avec des fontaines, des égouts, des urinoirs (qui par la gouaille parisienne prendront le nom de Rambuteau), l'éclairage au gaz, près de 4000 maisons sont édifiées sous son administration...

 

Il est en même temps conseiller d'Etat.


Il devient pair de France en 1835.

 

 
Repost 0
Published by Il était une Foi - dans Carcassonne
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 23:00

 

 

 

Suzanne Sarroca

 

née le 21 avril 1927 à Carcassonne

 

soprano française

 

 

Études de chant au Conservatoire de Toulouse (1946-1948). Elle débute sa carrière comme mezzo-soprano dans le rôle de Charlotte (Werther) à Carcassonne, rôle qu'elle reprend la même année au Capitole de Toulouse. En 1951 elle chante Carmen à la Monnaie de Bruxelles.

 

Elle aborde ensuite les grands emplois de soprano lyrico-dramatiques et fait, en 1952, des débuts remarqués dans Tosca à l'Opéra de Paris où elle chante tant à Garnier qu'à l'Opéra-Comique :

  • Rezia dans Oberon de Weber,
  • Senta dans Der fliegende Holländer,
  • le rôle-titre de Aïda,
  • Musetta dans La Bohème,
  • Elisabeth dans Don Carlo

Elle crée Numance d'Henry Rabaud, interprète le rôle titre de Louise, Blanche de la Force (Le Dialogue des Carmélites), Tatiana (Eugène Onegin) et aussi Octavian du Rosenkavalier aux côtés de Régine Crespin ou d'Elisabeth Schwarzkopf.


Elle déploie pendant plus de trente ans une activité dans les grands théâtres de province : Toulouse, Strasbourg, Marseille (Donna Anna en 1956), Bordeaux et Nice (Tosca avec Franco Corelli en 1970)


Particulièrement recherchée à l'étranger pour ses incarnations de Tosca, d'Aïda et d'Elisabeth de Don Carlo, elle triomphe dans ces rôles à Buenos Aires, Bruxelles, Genève, Rome, Rio, Naples, Londres (Covent Garden en 1958-59 et 1964-65)


A partir des années 1980, elle abordera à nouveau certains rôles de mezzo notamment Mère Marie de l'Incarnation dans le Dialogue des Carmélites à Strasbourg en 1982.


Elle a été directrice de l'Atelier lyrique de l'Opéra du Rhin (1983-1985) et a été professeur au Conservatoire du IXe arrondissement à Paris jusqu'en 1992.

Elle vit et enseigne aujourd'hui à Paris.


Elle peut être écoutée dans des extraits de Cavalleria Rusticana (rôle de Santuzza) avec Alain Vanzo, Giulietta des Contes d'Hoffmann publiés chez Adès. Elle a également enregistré Tosca en français avec Gustave Botiaux et Adrien Legros. Un autre témoignage de ce rôle existe en LP chez London avec José Luccioni. Son interprétation de Balkis dans La Reine de Saba de Gounod aux côtés de Gilbert Py et Gérard Serkoyan (Toulouse, 1970) est disponible chez Gala. Dans le volume consacré au chant français de l'Encyclopédie sur CD-ROM de Richters (disponible chez imagemogul et houseofopera), on peut entendre ses incarnations intégrales de Salomé d'Hérodiade (1963) et d'Elisabeth de Don Carlos (1968 version française en 5 actes). Son interprétation de Rachel dans La Juive d'Halévy lors d'un concert au Carnegie Hall avec Richard Tucker en 1964 a été brièvement disponible en CD et dans de larges extraits de Monna Vanna de Henry Fevrier

 

 

 

Repost 0
Published by Il était une Foi - dans Carcassonne
commenter cet article
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 23:00

1211

    Concile de Montpellier

    Troisième excommunication de Raymond VI.

 

De nouveau excommunié en 1211 par le concile de Montpellier, sentence confirmée le 17 avril 12114 par le pape, il essaie d'organiser la résistance contre les croisés. Mais il ne peut déloger Simon IV de Monfort enfermé dans Castelnaudary
 

Repost 0
Published by Il était une Foi - dans Carcassonne
commenter cet article
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 23:00

Lettres du Roy Louis IX, par lesquelles, sur les doubles que Henry de Montlaur, et de ne pajer point de leude à Carcassonne

Repost 0
Published by Il était une Foi - dans Carcassonne
commenter cet article
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 23:00

Simon Salzman-Péralba, un survivant courage

Le résistant audois n'est pas venu seul rencontrer les troisièmes du collège de l'Alaric. Il était accompagné par Simon Salzman-Péralba, rescapé du camp d'Auschwitz. C'est avec un immense courage que ce dernier a accepté de raconter l'insoutenable réalité de la déportation. Il faut dire qu'à chaque fois qu'il en parle ses souvenirs lui causent une incommensurable souffrance. Juifs polonais, sa famille et lui ont été arrêté une première fois en octobre 1940 et conduits dans le camp de Rivesaltes. Puis une seconde fois, faisant parti d'un convoi de quatre-vingts personnes envoyées à Drancy dans un wagon à bestiaux, Simon Salzman et sa famille ne savaient pas qu'ils partaient pour le plus atroce des sorts. Séparés de sa mère et de sa sœur, qu'ils ne reverront plus, son père et lui sont envoyés dans le camp de Kakowitz en octobre 42, il y restera jusqu'à juin 43. Battus, humiliés, affamés ils subissent le sort de leurs compagnons de souffrance. Le père du jeune Simon n'y survivra d'ailleurs pas. Leurs bourreaux leur ont volé jusqu'à leur identité, ils étaient devenu un matricule tatoué sur l'avant bras vêtu d'un pyjama rayé avec l'étoile jaune sur la poitrine. En janvier 45, devant l'avancée de l'armée soviétique, les SS obligent 3000 déportés à prendre la route, ils marcheront sur 600 km dans des conditions humaines épouvantables et ils ne seront que 300 à arriver à Buchenwald, Simon Salzman ne pesant alors plus que 37 kg et il lui faudra encore attendre le mois d'avril 45 pour être libéré. Comme tous les survivants il peine à dire son abominable histoire, mais pour éviter que de telles atrocités se reproduisent il s'oblige courageusement à le faire.

Repost 0
Published by Il était une Foi - dans Carcassonne
commenter cet article
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 23:00

Soumission définitive de Raymond Trencavel à Béziers

 

Après la prise du château de Termes, l'infortuné seigneur Raymond, retenu prisonnier, mourait trois ans plus tard dans une tour de la Cité de Carcassonne; son fils, Olivier de Termes passa une partie de son adolescence à la Cour d'Aragon d'où, de retour au pays, il allait participer à la plupart des combats livrés par les « faidits »

 

Mais, après sa soumission rendue définitive à Béziers le 7 avril 1247, il prit la croix à plusieurs reprises.

 

Son énergie peu commune, son zèle extraordinaire, ses talents militaires furent certainement pour beaucoup dans la sollicitude de Louis IX qui, en 1250 lui fit restituer les terres spoliées à son père et le château d'Aguilar.

 

Toutefois, à peu près ruiné par ses campagnes successives en Terre Sainte, il dût se résigner à engager son patrimoine.

 

Cette même année, il vendit le bourg de Tuchan à l'abbaye de Fontfroide et, en 1260, le château d'Aguilar au Roi de France.

Repost 0
Published by Il était une Foi - dans Carcassonne
commenter cet article
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 00:00

 

Recto du premier sceau connu de la ville (1303).

Recto du premier sceau connu de la ville (1303)

 

Dans la lutte qu'ils menaient depuis 1280 contre l'Inquisition, les Carcassonnais ne pouvaient l'emporter qu'avec l'appui du roi Philippe le Bel qui, au début du XIVe siècle, leur était favorable car le souverain s'inquiétait des abus de l'Office.

 

Les Languedociens croient dès lors être débarrassés de la tyrannie des dominicains et Bernard Délicieux va jusqu'à prêcher ouvertement l'insurrection, tandis que, en 1303, le consul Élie Patrice contrôle Carcassonne où l'église des dominicains est victime d'exactions : portail enfoncé, vitraux brisés… Le roi, constatant que la ville échappe à son autorité, décide de venir dans le Midi, mais lors de son séjour à Carcassonne, au début de 1304, il est excédé par les outrances d'Elie Patrice et de Bernard Délicieux, si bien qu'il affirme la souveraineté du pape sur l'Inquisition.

 

Cela déçoit énormément les Languedociens qui veulent tout simplement remplacer Philippe par Fernand, fils du roi de Majorque Jacques II, dont le royaume avait été fondé en 1262 au partage de l'héritage du roi d'Aragon Jacques Ier.

 

D'autres causes ont pu s'ajouter qui expliqueraient le comportement étonnant des Carcassonnais, mais le résultat est que, le 29 mars 1305, vingt-huit conjurés réunis à la maison commune par E. Patrice chargent B. Délicieux d'adresser à Fernand une lettre qu'il porte à la cour majorquine près de Perpignan. Or, Jacques II fait échec à cette proposition, car, en délicatesse avec le roi d'Aragon qui veut réunifier son royaume, il compte s'appuyer sur Philippe le Bel dont il est vassal pour Montpellier.

 

Dans ces conditions, l'opération projetée apparaît d'une naïveté politique incroyable, et le roi de France, mis au fait du complot qu'il assimile à une trahison, réagit énergiquement : quinze Carcassonnais, dont Élie Patrice, sont pendus le 28 septembre, tandis que le consulat est suspendu pour deux ans ; de plus, la ville paie 3 000 livres d'amende et les prisonniers réintègrent la prison inquisitoriale de la Mure. Seul, Bernard Délicieux échappe pour un temps à la justice, malgré les efforts des inquisiteurs.

 

Denisova (E.), La «rage carcassonnaise», 2011.

 

 

Claude Marquié

Repost 0
Published by Il était une Foi - dans Carcassonne
commenter cet article
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 00:00

Le bûcher de Montségur

 

  Hugues des Arcis, sénéchal de Carcassonne, prend le château le 16 mars 1244, après un siège de dix mois.

 

Les Parfaits réfugiés dans le château refusent d’abjurer leur foi et 200 d'entre eux sont aussitôt brûlés (Seuls trois arriveront à s'échapper du château la nuit précédant le bûcher)

Guy II de Lévis, seigneur de Mirepoix, prend ensuite possession du château

 

Le 16 mars 1244, au pied de la forteresse de Montségur, plus de 200 hérétiques qui ont refusé de renier la foi cathare montent volontairement sur le bûcher.

 

Leur martyre marque la fin de la croisade contre les Albigeois.

 

Jean-François Zilberman
Résistance

Après vingt ans de violents combats, la croisade contre l'hérésie cathare avait abouti en 1229 à la soumission du comte de Toulouse.

 

Mais les exactions des croisés venus du Nord suscitent la rébellion de nombreux chevaliers du Midi, les faidits.

 

Ces seigneurs dépossédés par les croisés entrent en résistance au côté des hérétiques cathares.

Bonshommes et faidits trouvent refuge auprès de forteresses comme Montségur, dont le seigneur est acquis à leur cause.

Fatal débordement

La citadelle de Montségur aujourd'hui

À 1207 mètres d'altitude, sur un piton rocheux au milieu des forêts de l'actuel département de l'Ariège, la forteresse de Montségur a été renforcée dès 1204 par le seigneur du lieu, Raymond de Péreille, à la demande de la communauté cathare.

 

À l'intérieur de l'enceinte vivent une centaine d'hommes d'armes (des faidits), leurs familles, ainsi que le seigneur du lieu, Raymond de Pareille.

 

À l'extérieur, au pied des murailles, s'est constitué un véritable village cathare de 600 habitants avec son évêque, ses diacres et ses fidèles.

 

Le roi de France, qui n'est autre que Louis IX (plus tard Saint Louis), n'a aucune envie d'user son armée dans la conquête de Montségur aussi longtemps que celle-ci ne lui cause aucun tort.

 

Chacun s'accommode donc du statu quo... jusqu'à un jour de mai 1242 où les chevaliers de Montségur apprennent que tous les inquisiteurs de la région ont fait halte dans un village voisin pour y passer la nuit.

 

Ces chevaliers ont tous des comptes à régler avec l'Inquisition et, à la différence des cathares, ne se dispensent pas de tuer quand l'envie leur en vient.

 

Le 29 mai 1242, une trentaine d'entre eux, sous le commandement d'un seigneur dont la femme et la fille ont été torturées et brûlées par l'Inquisition, se ruent sur le village d'Avignonet, près de Castelnaudary.

 

Dans la nuit, ils massacrent les onze inquisiteurs dont leur chef, le tristement célèbre Guillaume Arnaud.

 

Le pape exige aussitôt qu'il soit mis fin à l'impunité de Montségur, qualifiée de «synagogue de Satan». S'ouvre le dernier acte de la croisade des Albigeois.

Un siège de dix mois
 

Le roi de France envoie à Montségur une armée de 4.000 hommes sous le commandement du sénéchal Hugues des Arcis.

 

Mais la citadelle, sur son piton calcaire, est remarquablement défendue et n'est accessible que par un étroit sentier (celui qu'empruntent aujourd'hui les touristes)

 

Elle ne peut non plus être atteinte par les pierres propulsées du bas de la colline par les catapultes.

 

Après plusieurs mois d'un vain siège, le sénéchal choisit d'attaquer la citadelle à l'endroit le plus difficile d'accès... et donc le moins défendu.

 

Pour parfaire la surprise, il n'hésite pas à s'y prendre pendant l'hiver 1243 (la nuit même de Noël, assurent les croisés !)

 

Une quinzaine de Gascons, sans doute conseillés par un habitant de la région, escaladent la falaise à l'endroit dit «Roc de la Tour»

 

Ils amènent bien évidemment avec eux leurs armes. Pour juger de l'exploit, il faut savoir que cette falaise est aujourd'hui classée hors-catégorie par les spécialistes de l'escalade !

 

Les grimpeurs arrivent à une barbacane, un petit poste de défense avancé situé sur la crête à 1500 mètres du château proprement dit.

 

Après avoir égorgé les sentinelles, ils font monter des menuisiers et sans attendre assemblent des machines de jet.

 

La citadelle et ses dépendances ne tardent pas à être bombardées de pierres.

 

Les combats au corps à corps se multiplient par ailleurs aux abords des murailles.

 

Hérétique cathare sur le bûcher (Archives nationales, Paris)Les effectifs des défenseurs fondent si bien que le 1er mars, après une ultime tentative de sortie, le seigneur du château, en accord avec les chefs cathares, décide d'entamer les négociations.

 

Hugues des Arcis, homme du roi, homme d'honneur (rien à voir avec un Simon de Montfort), accorde aux vaincus des conditions généreuses.

 

Elles tiennent en quatre points :

– liberté pour tous les défenseurs catholiques,
– vie sauve pour les hérétiques qui se convertiront sincèrement,
– pas de pillage,
– délai de deux semaines avant la mise en oeuvre des précédentes conditions.

 

Le délai accordé aux assiégés va exciter plus tard la curiosité des chercheurs de trésor : les cathares en auraient-il profité pour mettre à l'abri un hypothétique «trésor» ?

 

L'hypothèse s'appuie sur une chronique de l'époque faisant allusion à quatre cathares s'étant enfuis avec un sac.

 

On peut cependant penser que le sac contenait tout simplement des provisions pour une longue période de clandestinité...

 

Comme prévu, la citadelle se livre le 16 mars 1244 après un siège exceptionnellement long de dix mois.

 

Plus de deux cents cathares, hommes et femmes, refusent de renier leur foi (leur nombre exact demeure inconnu)

 

Ils sont menés vers un bûcher géant aménagé au pied de la forteresse, en un lieu aujourd'hui connu sous le nom de «Prats dels Crémats» (Champ des Brûlés)

 

Selon d'autres hypothèses, ils auraient été suppliciés à 60 kilomètres de là, dans le village de Bram...

Épilogue

Avec la chute de Montségur, il ne subsiste pratiquement plus rien de l'hérésie qui avait pendant quelques décennies menacé l'unité de la Chrétienté occidentale.

 

Un demi-siècle plus tard, les inquisiteurs auront raison de ses derniers fidèles dans quelques villages reculés des Pyrénées comme Montaillou, devenu célèbre avec le livre que lui a consacré en 1975 l'historien Emmanuel Leroy-Ladurie.

 

La France de langue d'oc se rallie sans réticence à la monarchie capétienne. Le temps de la réconciliation arrive et les seigneurs méridionaux suivent avec dévouement le roi Louis IX dans ses folles croisades à Damiette, en Égypte, puis à Tunis.

Repost 0
Published by Il était une Foi - dans Carcassonne
commenter cet article
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 00:00

 

Un préfet du Premier Empire (1810)

Germain Boullé
(Germain Joseph Marie Boullé)

baron Boullé
 

 

Préfet sous la monarchie de Juillet

 

préfet de l'Aude (22 septembre 1834-1836)

 

préfet du Finistère (21 octobre 1836-1848)

 

sous-préfet de Vannes (1811-1814)

(1814-1815)

 

préfet du Tarn-et-Garonne (30 mars 1833-1834)

 

préfet de la Vienne (12 août 1830-1833)

 

Auditeur au Conseil d'État

  • Inhumé au cimetière Saint-Michel à SAINT-BRIEUC (22) 
  • http://www.landrucimetieres.fr/spip/IMG/jpg/boulle.jpg

Parents

 

Auditeur au conseil d'Etat le 1er Août 1810.

 

Sous-préfet de Vannes le 14 janvier 1811, il devra cesser ses fonctions le 7 décembre 1814, sera renommé le 27 mars 1815 et cessera de nouveau ses fonctions en juillet.

 

  A la retraite : propriétaire du château de Boscq (Saint-Servan) 

 

Il cessera toute fonction en février 1848  (Bargeton, Préfets)

 

 

 

Repost 0
Published by Il était une Foi - dans Carcassonne
commenter cet article

Forum


Image Hosted by ImageShack.us
louis XX 01

Image Hosted by ImageShack.us

 


capetiens
(Pierre-Yves Guilain)
Cercle de réflexion royaliste

Heraldique-Noblesse
Joinville et ses princes
Amis et passionnés du Père-Lachaise
Pere-Lachaise
lescimetières
Généalogie, cimetières, patrimoine parisien
graveyart: sur les cimetières parisiens (en hollandais)

Histoires des souverains d'Europe et images de leurs tombeaux 

kaisergruft

(site sur les sépultures des Habsbourg notamment sur la crypte des Capucins)

MAISON CIVILE DU ROI. (1)

d'après le Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France
Nicolas Viton de Saint-Allais (1773-1842)- Paris, 1816



Image Hosted by ImageShack.us

Introduction

  Accueil



Rois de France


Génobaud
roi Franc
(légendaire)
à la fin du IVe siècle
354-419
Sunnon
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
388-xxx
Marcomir
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
Pharamond
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs Saliens 

(légendaire)
ancêtre mythique des Mérovingiens
Clodion le Chevelu
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs saliens
428 - 448

Image Hosted by ImageShack.us
Duc des Francs saliens 
(incertain)
448 - 457
Childéric Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Duc et Roi des Francs saliens
457 - 481
Clodomir
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Orléans
511524
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Metz
(futur Austrasie)
511534
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie
511561
Roi des Francs
558561
Roi d'Austrasie
53454
Théodebald Ier
(Thibaut)
Roi d'Austrasie
548555
561567
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie 
Roi de Bourgogne
561592
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
561575
Roi d'Austrasie
Roi d'Austrasie
595 - 612
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Bourgogne
595613
Roi d'Austrasie
61261
sous la régence de Brunehilde
Roi de Bourgogne
Roi d'Austrasie
613
Roi de Neustrie
584629
Roi de Paris
595
629
Roi des Francs
613629
Roi des Francs (sans l'Aquitaine)
629639
Roi des Francs
632639
Caribert II
 Roi d'Aquitaine
629632
Roi de Neustrie, de Bourgogne
639657
Roi d'Austrasie
656657
Roi d'Austrasie
639656
Childebert III l'Adopté
Roi d'Austrasie
657662
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, de Bourgogne
65767






Roi d'Austrasie
662675
Occupe la Neustrie
673675







Roi de Neustrie
673691
Roi des Francs 

(en fait uniquement de Neustrie)
L'Austrasie étant aux mains
de Pépin de Herstal
679
691

Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, Bourgogne et Austrasie
675 - 676
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
676679
Clovis IV








Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
691695









Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
695711
Dagobert III









Roi des Francs de 711 à 715
Chilpéric II









roi des Francs de Neustrie et des Burgondes
de 715 à 719
puis de tous les Francs de 719 à 721.
C
lotaire IV


T
hierry IV









Childéric III
Image Hosted by ImageShack.us
roi des Francs, de Neustrie
de Bourgogne et d'Austrasie
de 743 à 751

************

 

 


Pépin III le Bref
Image Hosted by ImageShack.us
Carloman Ier
Image Hosted by ImageShack.us
C
harles Ier
dit Charles le Grand
CHARLEMAGNE

Image Hosted by ImageShack.us
Louis Ier dit le Pieux
ou «le Débonnaire»
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire II

Image Hosted by ImageShack.us
C
harles II dit le Chauve
Image Hosted by ImageShack.us
Louis II dit le Bègue
Image Hosted by ImageShack.us
Louis III de France
Image Hosted by ImageShack.us
C
arloman II de France
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Eudes Ier de France
Robertin
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Simple
Image Hosted by ImageShack.us

Robert le Fort
Image Hosted by ImageShack.us
Robert Ier de France

Image Hosted by ImageShack.us

Hugues le Grand
Image Hosted by ImageShack.us
Raoul Ier de France
aussi appelé Rodolphe

Image Hosted by ImageShack.us
Louis IV dit d'Outremer
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis V dit le Fainéant
Image Hosted by ImageShack.us
Dernier roi de la lignée
des Carolingiens
Image Hosted by ImageShack.us

H
ugues Capet
Image Hosted by ImageShack.us
Robert II le Pieux
Image Hosted by ImageShack.us
Hugues II de France
Image Hosted by ImageShack.us
(1007-1025)
Roi de France associé
1017 - 1025
Henri Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VI le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VII Le Jeune
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe II Auguste
Image Hosted by ImageShack.us

Louis VIII le Lion
Image Hosted by ImageShack.us

Louis IX (Saint Louis)
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe III de France
dit le Hardi
http://www.visite-de-rouen.com/images/philippe_3.jpg
Philippe IV le Bel
image
Louis X le Hutin
http://www.livois.com/phpgedview/media/Louis_X_le_Hutin.jpg
Jean Ier le Posthume

image






Philippe V
le Long
http://www.livois.com/phpgedview/media/Philippe_V_le_Long.jpg
Charles IV le Bel
http://www.livois.com/phpgedview/media/Charles_IV_le_Bel.jpg
Valois
Philippe VI le Fortuné
http://www.france-pittoresque.com/rois-france/img/philippe-VI.gif
Jean II le Bon
image
Charles V le Sage
http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0014/m502004_97de1712_p.jpg
Charles VI le Fol ou le Bien-Aimé
image
Charles VII le Victorieux
image
Louis XI de Valois
http://jargeau-tourisme.com/img/louis11.jpg
Charles VIII de Valois
image
Louis XII d'Orléans
image
François Ier d'Angoulème
image
Henri II d'Angoulème
image
François II d'Angoulème
image
Charles IX d'Angoulème
image
Henri III d'Angoulème
image