Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Médias

Réécoutez le dernier journal de

RCF Pays d’Aude

Image Hosted by ImageShack.us

  Curie Romaine
Liste des papes

Pape Liste des papes
Liste détaillée des papes
Liste des primats de l'Église copte orthodoxe
Liste des primats de l'Église apostolique arménienne

Cité du Vatican
http://www.vaticanstate.va/FR/homepage.htm

Vatican Site Officiel
http://www.vatican.va/phome_fr.htm
  Musées du Vatican
http://mv.vatican.va/StartNew_FR.html



http://imageshack.us/ 
* * * Dernières minutes . . . A F P . . .H2 News . . . La Croix . . .
http://imageshack.us/

http://news.google.fr/news?hl=fr&ned=fr&ie=UTF-8&q=site:eucharistiemisericor.free.fr&scoring=n
http://www.la-croix.com/afp.static/pages/index.religion.htm

 

 

 

 

 

 

     En direct
             de la
    Place Saint-Pierre
http://imageshack.us/ 
* * *  En direct de Rome  * * *


http://imageshack.us/
http://mediastream.vatican.va/mpeg4lan.sdp
http://www.sat2000.it/diretta/
http://www.oecumene.radiovaticana.org/fr1/index.asp
3
journaux en Français

        (8h15 - 13h - 18h)


http:///
http://www.tv-direct.fr/live_ktotv.php
http://www.lejourduseigneur.com/  

 Catholique TV
http://img410.imageshack.us/img410/81/tvcatholiquelyon.png
http://www.catholique.tv/

Gazettes & Sites Royaux

rois.jpg
 Ils sont tous là !
Ils nous regardent et nous racontent 14 siècles d'Histoire de France

 

4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 00:00






 

Repost 0
Published by Il était une Foi - dans Tourcoing
commenter cet article
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 00:00
1659

Pierre de Guethem


Né le Pierre de Guethem est un musicien et militaire français né le 4 décembre 1659 à Tourcoing.

Une rue de la ville porte son nom, ainsi qu'un géant de la ville de Tourcoing.

Son histoire a été relatée par trois écrivains.

Pierre de Guethem vient au monde à Tourcoing en 1659, né de Jacques Guethem et de Marie Tiberghien.

 

Bientôt, le pillage et le feu ravagent le bourg.

 

Les habitants se réfugient aux quatre coins de l'Europe.

A vingt ans, Pierre débarque dans les Pays-Bas espagnols sans un « rouche doupe » en poche et se place comme valet de pied.

Il connaît le solfège, un brin de violon.

Son maître, Maximilien-Emmanuel de Bavière, amateur de musique, le prend dans son orchestre.

Un jour, Maximilien part pour la guerre et il emmène ses joueurs avec lui.

Sur les champs de bataille, notre Tourquennois se découvre une âme de soldat.

Il échange son violon et son archet contre un mousquet et des balles.

A lui les coups de mains, les coups de ruse, le corps à corps.

Au siège de Vienne, il arrache aux Turcs un étendard de soie.

Il envoie le trophée à Tourcoing où il existe toujours au musée du Carillon. Guethem poursuit sa course à travers les combats.

On cite ses faits d'armes à la campagne de Hongrie, aux prises de villes de Neufchâtel, de Bade, de Belgrade.

Un jour de 1702, le général en chef Carignan charge le major Guethem d'assiéger Crémone.

La ville, ceinturée de remparts et défendue par le maréchal de Villeroy, semble imprenable.

Guethem apprend qu'un ancien égout passe sous les remparts et aboutit au cœur même de Crémone chez un chanoine, le chanoine Cassoli.

Pierre Guethem arrive à faire savoir à don Cassoli qu'il lui donnera un évêché s'il consent à déboucher l'égout.

Marché conclu. Par l'ouverture déblayée, Guethem et ses hommes se répandent la nuit dans Crémone et ouvrent les portes de la ville aux assiégeants.

Le maréchal de Villeroy est fait prisonnier et toute la garnison avec lui.

Du coup, Guethem connaît la gloire : il est anobli et reçoit le grade de colonel.

Dans les années qui suivent il s'offre une débauche de batailles.

Sous les ordres du fameux Malborough, il joue encore un tour au maréchal de Villeroy et gagne la bataille de Ramillies.

Quand les troupes rançonnent les Flandres, la consigne est formelle : épargner gens et biens de la paroisse de Tourcoing.

Le diable le poussant, Guethem décide au printemps de 1707 un coup sans pareil : s'emparer du dauphin de France.

Avec une trentaine de partisans déguisés en marchands de chevaux, il traverse les lignes de feu et arrive à Versailles.

Pendant ce temps, Louis XIV et sa sœur chassent le loup en forêt de Marly. Pierre de Guethem poste ses hommes derrière les arbres, au lieu-dit « le Point du Jour »

Quand, en grand équipage, palefreniers devant et derrière, passe le carrosse aux armes de France, de Guethem et ses amis se précipitent au-devant des chevaux.

Le colonel ouvre la porte.

Ce n'est pas le dauphin qu'il trouve assis sur les coussins du carrosse mais un homme d'âge, M. de Béringhem, qu'on appelle à la cour M. le Premier. Pierre de Guethem se montre plein d'égards pour son prisonnier.

Il l'installe dans une chaise à porteur et on se hâte vers la route de Flandre.

Entre-temps, le carrosse aux armes de France est revenu à vide au château de Versailles.

Le roi Louis XIV éclate de colère, les dames de la cour s'évanouissent, la police est sur les dents dans tout le pays.

Les soldats du roi rattrapent de Guethem en Picardie.

Il devient à son tour prisonnier.

A son tour aussi M. le Premier se montre plein d'égards pour lui et le ramène à Paris.

Pierre de Guethem a passé sa vie à donner du fil à retordre aux armées de Sa Majesté, a emprisonné un maréchal à Crémone et a essayé par-dessus le marché de s'emparer du fils du roi.

Va-t-on le pendre haut et court ?

Que nenni.

Au Grand Siècle, on traite les gens de guerre avec bien plus d'élégance.

Louis XIV remet à M. de Béringhem le sort de son ravisseur.

Alors, M. le Premier ouvre à deux battants au colonel de Guethem les salons de Versailles.

On lui pardonne de si bon cœur qu'on l'invite peu de jours après à la revue des gardes du corps.

Sur un cheval des écuries du roi, Pierre de Guethem caracole aux côtés de Jacques II d'Angleterre, du dauphin de France et de Mgr le duc de Bourgogne.

Après la revue, voici le roi.


De Béringhem présente de Guethem à Louis XIV :

- Monsieur le Premier, dit le roi, se loue fort des traitements qu'il a reçus de vous. On ne saurait faire la guerre trop honnêtement...
- Sire, répond le Tourquennois, je suis si étonné de me trouver devant le plus grand roi du monde et qui me fait l'honneur de me pardonner que je n'ai pas la force de répondre.

Louis XIV se montre fort aise de cette réplique, toute la cour répète la phrase. On invite partout le colonel, on lui donne des gens pour le servir, il va au théâtre, il écoute les concerts dans les salons.

On le comble de cent manières.

Il voudrait bien quand même revenir à Tourcoing.

Quand il quittera Paris M. le Premier le suppliera d'accepter une bourse pleine de pièces d'or.

La vie de panache de Pierre de Guethem s'arrête là.

Il rentrera bien sage en sa paroisse Saint-Christophe pour y mourir deux ans plus tard.



1880
 Pedro Segura y Sáenz


 cardinal espagnol, archevêque de Tolède († 8 avril 1957).

1936
 Jacques Perrier


 évêque catholique français, évêque de Tarbes et Lourdes.  
1938

Anne d'Orléans

(Anne Marguerite Brigitte Marie d'Orléans)

Parents

Relations

Natalia Romanov-Holstein-Gottorp


1968

Clotilde d'Orléans


 

Parents

Mariée le 26 juin 1993, Neuilly-sur-Seine (92, Hauts-de-Seine), avec Edouard Crépy 1969- (mariage religieux célébré le 18 septembre 1993 à Villamanrique de la Condesa, province de Séville - Espagne)

dont


1977

Christopher de Merode

Parents



Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans Tourcoing
commenter cet article
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 23:00

969239_501426593269343_2114565875_n.jpg

Repost 0
Published by Il était une Foi - dans Tourcoing
commenter cet article
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 23:00
En avril 1260, Mahaut de Guines, devenue veuve, abandonna "les cuinc bonniers et demy de tere ke li devant dite Mahaus a accatés en le paroche de Tourcoing et donnés pour Dieu et en aumosnes à la communauté des povres de la paroche de Torcoing, feules, vieus et cartiers, à départir à aus les fruis et proufis de cele tere, pr le pourveance le prestre et les échevins de Tourcoing"

Arnoul de Guines approuve cette donation en Avril 1260 et Marguerite, comtesse de Flandre, la confirme "comme dame souveraine" en 1262

Les 5 bonniers et demy étaient situés à l'emplacement ou s'élève encore aujourd'hui l'hospice que Mahaut de Guines a fondé par cette donation

Mahaut de Guines, fondatrice de l'hospice:

Mahaut de Guines, soeur de Bauduin III, avait reçu de ce dernier avant son mariage avec http://pagesperso-orange.fr/jpcesson/index/blason_Chatillon.jpgHugues de Chatillon, comte de Saint-Pol, des terres sises à "Torcoing"

Elle avait même, en considération de cette donation, renoncé à toutes les successions qui pouvaient lui venir de son père et de sa mère

L'année de cette renonciation, Bauduin III était décédé et son fils Arnould III lui avait succédé (1244-1294)

Huit siècles d'histoire

Le lieu

Hospice
 

XIIIEME SIECLE

En 1260 Mahaut de Guisnes, Comtesse de Saint-Pol, fonde à Tourcoing un hospice pour les pauvres.
Cet hospice est reconnu le 27 juin 1262 par Marguerite, la Comtesse de Flandre, celle qui vient de faire construire l’hôpital de Seclin (1246), la sœur de Jeanne qui avait créé à Lille l’hospice Comtesse (1237), hôpital Notre-Dame.

XVIIème siècle

Quatre siècles plus tard, en août 1630 les magistrats de Tourcoing décident de fonder un couvent sur le site de l’hospice.
Ils confient cette mission aux Sœurs Grises de l’ordre de Saint-François de Comines, cloître et nouveaux bâtiments s’élèvent à partir de 1631, le jour de Noël les sœurs mettent la table dans leur réfectoire et à la chandeleur 1632 elles font leur entrée dans leur nouveau dortoir.
Le monastère porte désormais le nom de « Notre Dame des Anges » dont la statue est bénie le 6 juin 1633. Notre Dame des Anges est désormais une école de filles, un pensionnat et une communauté, les sœurs enseignent la lecture, l’écriture et la couture, elles ont également la charge de 7 vieilles femmes.
La chapelle sera construite entre 1644 et 1656.

1704

chronologie

  • 1260, Mahaut de Guisnes fonde un hôpital pour les pauvres : un manoir entouré d’un grand pré (7ha) au carrefour du sentier des Carliers et du Moulin Fagot.
  • 1630, la commune confie la gestion de l’hôpital aux Sœurs Grises de Comines. Sur le même site, elles fondent un couvent dédié à Notre-Dame des Anges
  • 1631, les religieuses font bâtir l’aile du réfectoire et du dortoir, et l’aile en retour (côté rue de tournai), travaux achevés le 2 février 1632.
  • 1644 – 1656, construction de la Chapelle
  • 1719, construction d’une aile pour abriter le pensionnat, rue Léon Salembien.
  • 1727, transformation de l’aile de 1631 de la rue de Tournai.
  • 1747, une quatrième aile est construite pour la communauté. Les quatre galeries du cloître reconstruites dans ce même temps, encadrent un petit jardin, les travaux sont terminés en 1749.
  • 1821, bâtiment du collège des garçons et des orphelins.
  • 1850, création de l’hospice général
  • 1853 - 1983, le développement des activités de l’hospice impose la construction de nombreux bâtiments (1869 le long de la chapelle). L’ancien couvent et sa chapelle s’y retrouvent imbriqués.
  • 1981, la façade du réfectoire, les galeries du cloître et la chapelle sont inscrites à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques.
  • 1998, l’hospice ne correspondant plus aux normes modernes est fermé.
  • 1999, la ville acquiert l’ensemble du site.
  • 2000, début d’opération de mise en valeur du site en parallèle avec le projet Lille2004
  • 2001, début des travaux
  • 6 mars 2004, ré-ouverture au public, l’Hospice d’Havré devient « lieu d’art et d’échanges » et accueille des spectacles et des expositions. Les travaux de rénovation menés par la ville ont redonné au cloître et à la chapelle leur autonomie architecturale, la réalisation de beaux jardins avec leurs plantes médicinales et tinctoriales font de ce site un lieu particulièrement attractif.
 

La programmation

En 2004, dans le cadre de l’année de Lille, Capitale européenne de la culture, la Ville de Tourcoing a ouvert un nouvel espace dédié à la culture, baptisé Maison –Folie par Didier Fusillier, le Directeur de Lille 2004 : l’Hospice d’Havré.
L’histoire de ce lieu remonte au XIII ème siècle, lorsqu’ en 1260 Mahaut de Guisnes, Comtesse de Saint-Pol, fonde à Tourcoing un hospice pour les pauvres. Une chapelle sera construite entre 1644 et 1656 par les Sœurs grises, puis des bâtiments s’ajouteront pour former un cloître, et d’autres encore au XIXème siècle avec le développement de l’Hospice.
Quand la Ville rachète le site en 1998 au centre hospitalier, la destination des nombreux bâtiments n’est pas encore connue, et les travaux de rénovation ne commenceront qu’en 2001, avec le projet de Maison Folie, nouveau lieu d’art et d’échanges entre les artistes et les habitants.

Le concept de Maison Folie propose de nouveaux centres culturels, dans des sites construits ex nihilo ou au contraire se réappropriant des lieux ayant une histoire dans 12 villes de la Région Nord Pas-de-Calais et en Belgique. Certaines ne verront jamais le jour, mais dans la métropole lilloise, les villes de Lille, Lambersart, Mons-en-baroeul, Roubaix, Villeneuve d’Ascq et Tourcoing mettent en œuvre ces projets ambitieux.

Le choix du site de l’Hospice à Tourcoing n’est pas dû au hasard : la Ville possède peu de trace d’un passé aussi ancien et aussi peu connu. D’un seul coup, le 6 mars 2004, jour de l’inauguration de la Maison Folie, les visiteurs découvrent un site exceptionnel en plein centre vile, une architecture du XVIIème siècle digne du Vieux Lille, et un patrimoine révélé et accessible à tous.

Deuxième site le plus visité dans la région lors des Journées du Patrimoine, l’Hospice d’Havré tient ses promesses de lieu d’art et d’échanges : la programmation est riche et éclectique, proposant aussi bien des expositions que des concerts ou du théâtre, mais aussi des ateliers de pratique artistique, et accueille régulièrement les temps forts culturels, locaux, régionaux et nationaux. On y vient également pour visiter le site, ses jardins, et retrouver l’atmosphère de ce lieu
qui fut longtemps le monastère Notre-Dame des Anges…
   

Association pour le Renouveau de l'Hospice de Tourcoing

l'Association pour le Renouveau de l'Hospice de Tourcoing a été fondée en 1998. L'objet est "la mise en valeur du site de l'Hospice et la promotion de la rénovation des parties historiques auprès des particuliers, des associations, des entreprises publiques et privées et tout souscripteur potentiel".
Siège : Maison des Associations, 100 rue de Lille 59200 Tourcoing.
Contacts et renseignements : 03.20.28.19.95 ou arht@free.fr
Site internet : http://arht.free.fr


L'Hospice d'Havré, vu depuis les bassins
Fondé en 1260 par Mahaut de Guisnes, Dame de Tourcoing, pour abriter les pauvres, l’Hospice, dit alors Hôpital, est contemporain de ceux de Lille (1215 et 1237) et Seclin (1247). Il occupait un manoir sis sur 5 bonniers et demi de terres, qui semble être un fief médiéval.



Confié aux échevins et curé, l’établissement, qui abritait sept vieilles femmes, est géré à la suite d’un différend, par une communauté de Sœurs Grises venues de Comines en 1630, composée d'Isabeau du Bosquiel, mère supérieure, accompagnée de Jeanne Geldof, Bernardine Mélis et Barbe Verdebrouck. Ces religieuses franciscaines fondent un couvent où elles tiennent aussi une école avec pensionnat pour les filles. La vocation hospitalière de l’établissement, du 17ème siècle à la Révolution, se trouva de fait estompée; il n’y eut durant toute cette période que huit "chartrières" ou vieilles femmes vivant là. Les élèves se présentèrent au nombre de 30 à l’ouverture de l’école en 1631. A la veille de la Révolution elles étaient près de cent, avec 28 religieuses.


La façade du réfectoire

Dès leur installation, qui se fit non sans difficultés, les religieuses rebâtissent les constructions existantes. Le 21 mars 1631 est fondé le grand bâtiment du réfectoire, achevé le 2 février 1632 avec l’aile en retour et un cloître. La chapelle sera entreprise en 1644 et achevée en 1656 seulement, par la mise en place d’un somptueux retable baroque consacré par l’évêque de Tournai le 14 août de la même année.


Le Retable


Le pensionnat sera abrité dans une nouvelle aile construite en 1719. En 1727, une transformation totale de l’aile en retour du réfectoire est entreprise. Puis en 1747 une autre aile est élevée pour abriter la communauté. Le quadrilatère est ainsi achevé, et durant le même temps sont reconstruites les quatre galeries du cloître.


Vue d'ensemble de l'Hospice d'Havré



Le 14 décembre 1791, les religieuse refusent la Constitution civile du Clergé. Les élèves sont renvoyées chez leurs parents et les sœurs quittent la maison, qui sera inventoriée le 18 avril 1792. Le 4 novembre, il n’y a plus dans cette vaste demeure que les huit vieilles femmes.

La Municipalité prend l’hospice sous sa protection, mais les difficultés sont telles que ces vieillards sont démunis de tout. La loi du 16 Vendémiaire an V réglemente l’administration hospitalière, et tous les biens de l’ancien monastère sont affectés à l’Hospice qui se trouve pourvu d’une nouvelle administration le 25 février 1797.

A partir du 20 juillet 1801, les sœurs reviennent dans leur ancienne maison. Le Concordat de 1802 va régulariser leur situation , mais ce n’est qu’en 1816 qu’elles reprendront l’habit de leur Ordre. Quelques Ursulines se sont jointes à elles et l’école est rouverte, avec 80 externes et 12 pensionnaires . En 1813, le collège des garçons est provisoirement installé dans une partie des locaux. En 1820, le Préfet ne comprend pas qu’un collège cohabite avec un hospice ; un nouveau bâtiment est construit l’année suivante sur le terrain pour recevoir ledit collège de garçons et les orphelins. En 1835, il y a désormais 38 vieilles femmes et la coexistence devient difficile, d’autant plus qu’en 1839 les orphelins reviennent habiter dans le même bâtiment. Le Préfet déplore une fois encore cette promiscuité et des différends entre la communauté, la Municipalité, la Préfecture, font scandale à Tourcoing ; Le 27 septembre 1844, la Communauté demande à la Ville l’autorisation d’acquérir les bâtiments. La municipalité fait rechercher aux Archives Départementales les actes de fondation du 13ème siècle et ceux-ci, retrouvés dans un fonds non classé, permettent de faire valoir que le don fut fait à perpétuité pour les pauvres de Tourcoing.

En 1850, est créé l’Hospice Général et les vieillards masculins jusqu’ici recueillis dans l’ancien couvent des Récollets sont transférés. Les Sœurs Grises quittent définitivement l’édifice le 13 décembre 1851 pour aller s’installer dans un nouveau couvent élevé rue du Sentier. Elles emportent avec elles les archives, les meubles, la cloche de la chapelle(1637), l’argenterie de la sacristie…


La chapelle vue de la rue de Tournai

Depuis le 15 avril 1853 les sœurs de l’Enfant Jésus s’occuperont de l’établissement. Un nouveau bâtiment est construit le long d’une avenue reliant désormais l’Hospice à la rue d’Havré, l’ancienne entrée étant rue de Tournai. En 1869 est construit le lourd édifice continuant la chapelle le long de la rue de Tournai. D’autres édifices complèteront l’ensemble au début de ce siècle et de nos jours.

Depuis le 26 janvier 1981 sont inscrits à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques : la chapelle, la façade du réfectoire et les galeries du cloître.


En 1998 l’hospice est vidé de ses pensionnaires. Le centre hospitalier le rétrocède à la ville de Tourcoing (septembre 1999). En 2001 : la toile du retable et les bustes de Saint Vincent et Saint Clément sont déposés au Centre d’Histoire Locale de Tourcoing.
Repost 0
Published by Yann Sinclair - dans Tourcoing
commenter cet article

Forum


Image Hosted by ImageShack.us
louis XX 01

Image Hosted by ImageShack.us

 


capetiens
(Pierre-Yves Guilain)
Cercle de réflexion royaliste

Heraldique-Noblesse
Joinville et ses princes
Amis et passionnés du Père-Lachaise
Pere-Lachaise
lescimetières
Généalogie, cimetières, patrimoine parisien
graveyart: sur les cimetières parisiens (en hollandais)

Histoires des souverains d'Europe et images de leurs tombeaux 

kaisergruft

(site sur les sépultures des Habsbourg notamment sur la crypte des Capucins)

MAISON CIVILE DU ROI. (1)

d'après le Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France
Nicolas Viton de Saint-Allais (1773-1842)- Paris, 1816



Image Hosted by ImageShack.us

Introduction

  Accueil



Rois de France


Génobaud
roi Franc
(légendaire)
à la fin du IVe siècle
354-419
Sunnon
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
388-xxx
Marcomir
roi Franc des Ampsivares 
et des Chattes (légendaire)
à la fin du IVe siècle
Pharamond
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs Saliens 

(légendaire)
ancêtre mythique des Mérovingiens
Clodion le Chevelu
Image Hosted by ImageShack.us

Duc des Francs saliens
428 - 448

Image Hosted by ImageShack.us
Duc des Francs saliens 
(incertain)
448 - 457
Childéric Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Duc et Roi des Francs saliens
457 - 481
Clodomir
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Orléans
511524
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Metz
(futur Austrasie)
511534
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie
511561
Roi des Francs
558561
Roi d'Austrasie
53454
Théodebald Ier
(Thibaut)
Roi d'Austrasie
548555
561567
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie 
Roi de Bourgogne
561592
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
561575
Roi d'Austrasie
Roi d'Austrasie
595 - 612
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Bourgogne
595613
Roi d'Austrasie
61261
sous la régence de Brunehilde
Roi de Bourgogne
Roi d'Austrasie
613
Roi de Neustrie
584629
Roi de Paris
595
629
Roi des Francs
613629
Roi des Francs (sans l'Aquitaine)
629639
Roi des Francs
632639
Caribert II
 Roi d'Aquitaine
629632
Roi de Neustrie, de Bourgogne
639657
Roi d'Austrasie
656657
Roi d'Austrasie
639656
Childebert III l'Adopté
Roi d'Austrasie
657662
Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, de Bourgogne
65767






Roi d'Austrasie
662675
Occupe la Neustrie
673675







Roi de Neustrie
673691
Roi des Francs 

(en fait uniquement de Neustrie)
L'Austrasie étant aux mains
de Pépin de Herstal
679
691

Image Hosted by ImageShack.us
Roi de Neustrie, Bourgogne et Austrasie
675 - 676
Image Hosted by ImageShack.us
Roi d'Austrasie
676679
Clovis IV








Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
691695









Roi des Francs
(en fait uniquement de Neustrie)
695711
Dagobert III









Roi des Francs de 711 à 715
Chilpéric II









roi des Francs de Neustrie et des Burgondes
de 715 à 719
puis de tous les Francs de 719 à 721.
C
lotaire IV


T
hierry IV









Childéric III
Image Hosted by ImageShack.us
roi des Francs, de Neustrie
de Bourgogne et d'Austrasie
de 743 à 751

************

 

 


Pépin III le Bref
Image Hosted by ImageShack.us
Carloman Ier
Image Hosted by ImageShack.us
C
harles Ier
dit Charles le Grand
CHARLEMAGNE

Image Hosted by ImageShack.us
Louis Ier dit le Pieux
ou «le Débonnaire»
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire Ier
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire II

Image Hosted by ImageShack.us
C
harles II dit le Chauve
Image Hosted by ImageShack.us
Louis II dit le Bègue
Image Hosted by ImageShack.us
Louis III de France
Image Hosted by ImageShack.us
C
arloman II de France
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Eudes Ier de France
Robertin
Image Hosted by ImageShack.us
Charles III dit le Simple
Image Hosted by ImageShack.us

Robert le Fort
Image Hosted by ImageShack.us
Robert Ier de France

Image Hosted by ImageShack.us

Hugues le Grand
Image Hosted by ImageShack.us
Raoul Ier de France
aussi appelé Rodolphe

Image Hosted by ImageShack.us
Louis IV dit d'Outremer
Image Hosted by ImageShack.us
Lothaire de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis V dit le Fainéant
Image Hosted by ImageShack.us
Dernier roi de la lignée
des Carolingiens
Image Hosted by ImageShack.us

H
ugues Capet
Image Hosted by ImageShack.us
Robert II le Pieux
Image Hosted by ImageShack.us
Hugues II de France
Image Hosted by ImageShack.us
(1007-1025)
Roi de France associé
1017 - 1025
Henri Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe Ier de France
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VI le Gros
Image Hosted by ImageShack.us
Louis VII Le Jeune
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe II Auguste
Image Hosted by ImageShack.us

Louis VIII le Lion
Image Hosted by ImageShack.us

Louis IX (Saint Louis)
Image Hosted by ImageShack.us
Philippe III de France
dit le Hardi
http://www.visite-de-rouen.com/images/philippe_3.jpg
Philippe IV le Bel
image
Louis X le Hutin
http://www.livois.com/phpgedview/media/Louis_X_le_Hutin.jpg
Jean Ier le Posthume

image






Philippe V
le Long
http://www.livois.com/phpgedview/media/Philippe_V_le_Long.jpg
Charles IV le Bel
http://www.livois.com/phpgedview/media/Charles_IV_le_Bel.jpg
Valois
Philippe VI le Fortuné
http://www.france-pittoresque.com/rois-france/img/philippe-VI.gif
Jean II le Bon
image
Charles V le Sage
http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0014/m502004_97de1712_p.jpg
Charles VI le Fol ou le Bien-Aimé
image
Charles VII le Victorieux
image
Louis XI de Valois
http://jargeau-tourisme.com/img/louis11.jpg
Charles VIII de Valois
image
Louis XII d'Orléans
image
François Ier d'Angoulème
image
Henri II d'Angoulème
image
François II d'Angoulème
image
Charles IX d'Angoulème
image
Henri III d'Angoulème
image